Moulin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moulin (homonymie).

Un moulin représente une machine à moudre, à l'origine avec une ou plusieurs meules, principalement les grains de céréales récoltées afin de les transformer en poudre plus ou moins grossière ou farine. Le mot désigne aussi, par extension ou par analogie, toute machine propre à moudre, à broyer, piler, pulvériser diverses matières alimentaires ou para-alimentaires du type semoules, épices moulues, sel fin, sucre, café ou cacao à réduire en poudre,... , voire pour seulement les fragmenter ou pour faciliter l'extraction ultérieure de certains corps liquides présents, comme les huiles de navette, de colza, d'olives, de noix... obtenues ensuite par pression des pulpes ou chairs.

Le terme s'applique aussi pour des matières diverses, minérales, textiles ou fibreuses... sans rapport avec l'alimentation (plâtre, gypse, fibres textiles, papier, tabac…).


Présentation[modifier | modifier le code]

Ancienne meule de moulin

Le mot provient du latin médiéval molinum, qui peut être compris comme une altération du mot latin classique mǒlīna,æ de genre féminin signifiant "moulin", issu lui-même du mot féminin mǒla,æ, c'est-à-dire la meule (tournante), la grande meule, la meule de moulin, mais aussi au sens complet de moulin, surtout si le mot a la marque du pluriel, soient molæ, molārum et même la "farine sacrée" ou mola, dédiée à la déesse semi-légendaire des moulins, nommée Mǒla. Un moulin dans le monde gréco-romain est en premier lieu un moulin à farine.

Les activités de broyage de matière peuvent être dangereuses, du fait de la plus grande inflammabilité des poussières ou matières finement divisées à l'air. Aussi les moulins ont-ils été placés à quelques distances respectables des habitations, étables et réserves de nourriture.

Moulin mu par une roue à aubes (moteur hydraulique).
Moulin mu par une roue à augets
Description comparée de moulin hydraulique et de moulin à vent

Le moulin désigne pour nos historiens modernes une installation pré-industrielle ou semi-industrielle, du fait de la confusion initiée par le "droit de moulinage", qui correspond initialement au droit (payable ou achetable au seigneur) de faire tourner des meules à partir d'une prise d'eau, mais s'est étendu abusivement au droit de capter la force motrice pour une installation quelconque.

Par métonymie, le mot «moulin» sert également à désigner un moteur hydraulique, c'est-à-dire l'installation comprenant une roue mue par la force hydraulique et animant par exemple des meules à farine ou à huile mais aussi des foulons, des installations qui travaillent des végétaux (fibres pour tissus ou papier) ou bien des métaux (martinets), ou encore des pompes d’irrigation. Aujourd'hui, par extension, le terme désigne toute l’installation qui anime et abrite les mécanismes animant une pompe, un générateur ou tout autre mécanisme rotatif, mu à l'origine par une force liée à une prise hydraulique.

Le moulangeur, amoulangeur ou emmoulageur est le fabricant de meules et par extension le charpentier spécialisé dans la fabrication des moulins[1].

Fonctionnement de base[modifier | modifier le code]

Vieux moulin à foulon

Dans l’Antiquité, les petites meules privées sont composées de deux meules, une meule base inférieure ou support stable d'une meule tournante ou supérieures, tournées par la force humaine, ce sont des meules à bras. L’énergie apportée par les serviteurs ou servantes est d'origine musculaire. Ces meules très souvent en pierre dure, type rhyolithe, ont un diamètre qui dépasse rarement le mètre.

Dans le monde gréco-romain, les moulins ou molæ, munis de meules plus monumentales et lourdes, de quelques mètres de diamètre, se caractérisent surtout par des mécanismes rudimentaires actionnés par une chute d'eau, par exemple l’écoulement de l’eau sur une roue à palettes, qui nécessite l'aménagement d'un canal de dérivation à partir d'une rivière ou d'une étang de retenue. Il semble que ce soit rarement ou par défaut de prises hydrauliques, que la traction animale et/ou humaine d'esclaves soient employés, ce qui ont été décrit parfois comme un «moulin à sang»[2].

Herman Henry op der Heyde, Scène de marine animée au moulin.

Déjà, dans le monde gallo-romain, le moulin réduit les grains de céréales en farine, comme ce sera le cas du « moulin bladier » (du vieux français bled, désignant les blés de manière générique). Il peut aider, tout en divisant et pressant la matière, à extraire le jus ou le suc de divers produits végétaux, comme les différents moulins pour faciliter le pressage des matières grasses en huiles, ou des pommes en jus de pomme pour obtenir par fermentation le cidre ou encore pour diviser ou broyer finement les écorces de chêne afin d'obtenir du tan, contenant un tanin, nécessaire autrefois au tannage des peaux. Il existe ainsi des moulins à cidre, des moulin à tan utilisé en tannerie... Mais déjà le moulin romain peut réguler les eaux des milieux humides, puiser de l'eau d'un point plus bas et l'envoyer dans des canaux d'évacuation.

Les techniques médiévales peuvent faire tourner des moulins avec des modestes sources d'eau. Mais très souvent, en absence de canaux suffisamment larges, il est impossible de transporter la lourde meule. L'archéologie des régions montagneuses prouve que la plupart des meules ont été taillées sur place ou à distance très faible du lieu où a été édifié le moulin. Ainsi, parfois, on taillait avec prudence et finesse la lourde meule dormante, et on hissait au-dessus la meule tournante, également préparée avec finesse et préalablement percée en son centre pour faire advenir entre les meules la matière à moudre. Le mécanisme ne concernait que la partie haute. Les constructeurs détournaient simplement le réseau d'amenée d'eau pour le faire arriver à proximité du lieu de taille ou de préparation des pierres. Comme le disaient certains vieux proverbes montagnards, « c'est la meule qui fait le moulin ».

Moulins à vent traditionnels ukrainiens

Les progrès techniques médiévaux ont apporté la roue à aubes plus perfectionnées, qui animèrent les moulins et fournirent la force motrice des premières industries. Les moulins mus par l'eau constituent un exemple de moteur hydraulique. Sur les plateaux iraniens désertiques, au IXe siècle, le moulin s'est adapté à l’énergie du vent soufflant sur leurs ailes voilées. Ces moulins, basés sur un écoulement d'air libre comme sur un flux d'eau sont néanmoins caractérisés par une faible efficacité énergétique du fait de l'échauffement du aux frictions mécaniques. Ils feront l'objet de progrès techniques qui conduiront ultérieurement à l'apparition des turbines.

De nos jours, quelques moulins historiques existent encore [3]; les sites de nombreux anciens moulins ont été reconvertis au XIXe siècle pour fournir de l'énergie à d'autres activités (tissages...) et certains de ces sites sont aujourd'hui équipés pour produire de l’électricité.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Moulins à vent (Espagne).

Le mot moulin s'emploie aussi pour désigner certains objets domestiques, lointain héritier des meules à bras, destinés à broyer une substance pour un usage culinaire : moulin à café, moulin à poivre.

La «molinologie» est la science et l'étude des moulins. Ce serait un néologisme inventé en 1965, selon Claude Rivals, par un savant portugais qui a organisé le premier symposium européen sur l’histoire des moulins et de leurs techniques.

Par analogie, en raison du mouvement de rotation qui caractérise ces objets, le mot «moulin» est aussi utilisé dans l'expression «moulin à prières», ainsi que familièrement pour désigner un moteur, particulièrement un moteur d'automobile.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Meule à grain romaine

Au Ier siècle av. J.-C., Vitruve dans son De architectura décrit le principe du moulin à eau actionnant une meule grâce à un système de transmission par engrenage vertical et horizontal[4]. Des moulins plus petits mis en rotation par la traction animale ont été retrouvés à Pompéi et à Ostie.

Article détaillé : Moulins de Barbegal.

Période médiévale[modifier | modifier le code]

L’apparition massive des moulins dans les sources d’archives à partir du XIe siècle est de longue date un thème classique de l’histoire du Moyen Âge. En 1935 déjà, Marc Bloch mettait en évidence l’importance du moulin dans le système économique et social médiéval[5]. Le moulin, en effet, devient un enjeu économique important, puisque le pouvoir seigneurial oblige progressivement ses dépendants à recourir exclusivement, moyennant une taxe importante, au moulin banal. Ces installations se multiplient au XIIIe siècle et la monétarisation de l’économie tend à augmenter la valeur marchande de ces équipements. La possession des moulins et le contrôle des cours d’eau qui les alimentent prennent donc une importance croissante à une époque caractérisée par l'ambition seigneuriale de toujours mieux délimiter et contrôler l’espace[6].

Techniquement, le moulin a considérablement évolué durant le Moyen Âge. Ces mécanismes sont utilisés à des fonctions de plus en plus diversifiées et la variété des aménagements hydrauliques qui leur sont associés ne cesse de croître. En majorité destinés aux blés, ils sont équipés de roues horizontales, plus couramment verticales (recevant l’eau au-dessous ou au-dessus). Ces derniers, les plus puissants, sont aussi les plus coûteux du fait de l’engrenage dont ils sont pourvus. Tous sont installés sur la berge d’un bief ou d’un cours d’eau, ou encore sur une embarcation (moulin à nef). Les meules actionnées par la force hydraulique peuvent moudre le blé mais aussi écraser les graines d’œillette, les plantes tinctoriales, broyer le minerai.

À la fin du XIe siècle, plus largement au XIIe siècle, l’usage de plus en plus courant de l’arbre à cames qui transforme le mouvement rotatif en alternatif aboutit à la diffusion des moteurs hydrauliques industriels qui pilent et martèlent : moteurs à foulon, à tan, à fer, puis au cours du XIIIe siècle, à papier. Sur les côtes anglaises et des Pays-Bas au Portugal, les moulins à marée sont fréquents à partir du XIIe siècle. Dans le même temps, la force du vent est maîtrisée pour moudre des céréales dans les moulins sur pivot puis dans des moulins-tours. Pour certaines activités, l'usage du moulin à sang (énergie humaine et animale) domine encore à la fin du Moyen Âge : c’est le cas pour le broyage des olives.

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

En France, sous l'Ancien Régime, le moulin, comme le pressoir ou le four à pain étaient soumis aux droits banals. Ils étaient construits et entretenus par le seigneur et les habitants (censitaires) étaient contraints de l'utiliser, contre paiement de surcroît. C'était une forme de monopole. Dans le droit communal ces biens sont partagés entre les citoyens. C'est la Révolution de 1789 qui abolit ces privilèges seigneuriaux.

Sous le régime seigneurial, au Québec, seul le moulin à farine était soumis au droit de banalité. Ce droit a été aboli en 1854.

Métiers autour du moulin[modifier | modifier le code]

En français, celui qui fait tourner un « moulin » est un « meunier ».

Le moulin est un lieu de rencontre et d'échange traditionnel. C'est aussi une adresse bien connue, souvent isolée pour cause de danger d'incendie, et c'est pourquoi il peut parfois expliquer, après disparition du nom de famille spécifique peut-être trop commun du meunier, une dénomination patronymique. Ainsi les patronymes correspondants, assez répandus, comme Moulin, Dumoulin, Meunier, Lemeunier, voire localement Monnier, Lemonnier, ou les variantes selon les langues régionales : molinièr (prononcer « moulinié » [muli’ɲe] ou molièr prononcer « moulié » [mu’ʎe]) en langue d'oc, müller en alsacien, etc.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans la tradition populaire, les meuniers ont une certaine réputation... et la belle qui s’endort au tic-tac du moulin y est une histoire très répandue. Lorsqu’elle se réveille, « son petit sac est plein, elle a la mouture plein la main ». Il y a souvent une vieille qui arrive alors, à qui le meunier refuse le même service[réf. nécessaire].

Meunier tu dors est une chanson traditionnelle française qui évoque les risques liés au moulin qui tourne trop vite (explosion due aux étincelles et aux fines particules, casse des ailes). Elle illustre aussi bien la tâche difficile qui attendait le meunier du moulin à vent : il lui fallait travailler 24 heures sur 24 pour profiter du vent, et il devait surveiller sans cesse les caprices du vent pour changer l'orientation des ailes au besoin.

Calendrier[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Gauvard, Claude (dir.), De Libera, Alain, Zink, Michel, Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, Quadrige/PUF, 2002, p. 949-950.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Inventaire des technologies
  • Jean Bruggeman, Moulins, Collection « patrimoine vivant » de l’Union Rempart
    L’auteur aborde ce sujet sous l’aspect technique, architectural, technique et humain
  • Jean Orsatelli, Les Moulins à vent et à eau, Marseille, Lafitte, 1re éd. 1987-4e éd.1995, 196 p.
Hydrologie
  • S. Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon au Moyen Âge, IXe au XVe siècle, , 300 p.
  • P.L. Viollet, L’hydraulique dans les civilisations anciennes, 5 000 ans d’histoire, , 376 p.
Martinets
  • Robert Lapasset, L’industrie du fer dans les Pyrénées Orientales et ariégeoises au XIXe siècle, Conflent n°129,
  • E. Peyronnet, Les anciennes forges de la région du Périgord, Bordeaux, , 356 p.
  • Catherine Verna, Les Mines et les Forges des Cisterciens en Champagne méridionale et en Bourgogne du Nord et en Bourgogne, XIIe-XVe siècle, Paris, Vulcain(AEDEH/), , 96 p.
Minoterie
  • Maurice Chassain, Moulins de Bretagne, Spézet (éd. Keltia Graphic),
Papier
  • J. -M. Janot, Les moulins à papier de la région vosgienne, Nancy,
  • Alexandre Nicolaï, Histoire des moulins à papier du sud-ouest de la France, 1300-1800, Périgord, Agenais, Angoumois, Soule, Béarn, G. Delmas,
Autres
  • Le Monde des Moulins éditeur=FDMF,, 32 p. (ISSN 1762-1313)
    magazine destinés aux passionnés des moulins et du patrimoine meulier, trimestriel, format à l'italienne, impression écologique, couleur.
  • Claude Rivals, Le moulin, histoire d’un patrimoine, Fédération française des associations de sauvegarde des moulins, route d'Avenay cidex 22, 14210 Evrecy
    coffret 4 fascicules (Moulin à eau, Moulin à vent, Moulin nef, Moulin à marée)
  • Françoise Varenne, Un moulin occitan va devenir centre culturel », Pour protéger la mémoire des meuneries, Figaro,
  • Concours départemental de photographie sur le thème : Les moulins dans les Alpes-maritimes (moulins à grains et à huile), Nice, CAUE 06,
  • Revue Moulins de France, FFAM, route d'Avenay cidex 22, 14210 Evrecy, 40 p.
    revue spécialisée trimestrielle, pages couleurs
Inventaire muséographique
  • G. Ginion, "Le moulin d'Eschwiller près de Vollmunster", La Revue Lorraine Populaire, n°117, avril 1994, fiche de l'inventaire muséographique lorrain, pp 152-153.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Boutet, La France en héritage. Dictionnaire encyclopédique, Métiers, coutumes, vie quotidienne 1850-1960, Librairie Académique Perrin, , p. 35
  2. Claude Gindin, « Les moulins de la République », Annales historiques de la Révolution française. no 290, 1992. p. 590
  3. Exemple du moulin de Courtelevant dans le Territoire de Belfort[1]
  4. Vitruve, De architectura, X, 5
  5. Marc Bloch, « Avènement et conquête du moulin à eau », Annales d’histoire économique et sociale, vol. 36,‎ , p. 538-563.
  6. Bernard Andenmatten, « Moulins et autres Instrumenta hydrauliques dans le Pays de Vaud médiéval (XIe-XVe siècle) », Revue historique vaudoise, vol. 124,‎ , p. 29-41 (ISSN 1013-6924).
  7. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 29.