Joseph Garibaldi (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garibaldi (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Joseph Garibaldi
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
MarseilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Joseph Garibaldi est un peintre français né à Marseille le , et mort dans la même ville le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un employé italien de la firme Noilly Prat à Marseille, le talent de Joseph Garibaldi est détecté par Louis Prat, patron de l'entreprise, qui le fait inscrire à l’École des beaux-arts de cette ville. La venue à Marseille du peintre lyonnais Antoine Vollon est décisive : sous son influence et sur ses conseils, il expose au Salon. Garibaldi devient son ami dévoué, c'est lui qui en août 1900 l'assistera dans ses derniers jours. Il sera ami avec Alexis Vollon, le fils d'Antoine, mais aussi avec ses condisciples et ses confrères de l'Association des artistes marseillais (AAM).

Joseph Garibaldi expose au Salon des artistes de 1884 à 1914 où il obtient une mention honorable en 1887 et une médaille de deuxième classe en 1897[1]. Ce sont principalement des vues de sites et monuments célèbres, de ports du littoral : Cassis, où il peint régulièrement entre 1884 et 1899, La Ciotat, où il est accueilli par Antoine Lumière, Bandol, Sanary et Toulon. Mais sa spécialité restera le Vieux-Port de Marseille.

Il bénéficie jusqu'en 1905 du mécénat du baron Alphonse de Rothschild (1827-1905) qui, guidé par le critique Paul Leroy, très favorable aux élèves de Vollon, achète ses tableaux et en fait don à des musées de province[2]. Il expose ses paysages à l'Exposition coloniale de Marseille en 1906 et obtient une bourse de voyage pour la Tunisie en 1907. Il est dans le reste de sa carrière soutenu par ses amis de l'AAM (Étienne Martin, José Silbert et Édouard Crémieux, successivement à la tête de l'association).

En dehors de deux incursions à Venise (1895 et 1903) et en Corse (1889 et 1895), ou de voyages en Savoie (1904) et en Ariège (1906), il est attaché à son quartier de Rive-Neuve. Ce n'est qu'après la Première Guerre mondiale que, bénéficiant d'un logement à Fos-sur-Mer, il s'y rend régulièrement pour peindre.

Dans les années 1930, il est atteint par un glaucome.

Deux expositions lui ont rendu hommage : Les terres marines de Joseph Garibaldi à Cassis 2006, et Joseph Garibaldi, le Midi paisible au Palais des Arts à Marseille où une centaine de ses tableaux et dessins ont été exposés du 10 mars au 1er juillet 2012.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [[André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte, (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412), p. 206.]]
  2. De très nombreux autres artistes contemporains ont également bénéficié du mécénat du baron de Rothschild.
  3. « Vue de Cassis », base Joconde, ministère français de la Culture
  4. « Intérieur d'atelier », base Joconde, ministère français de la Culture
  5. « Câteau des Isnard », base Joconde, ministère français de la Culture
  6. « Cabanons aux Lecques », base Joconde, ministère français de la Culture
  7. « La Forge », base Joconde, ministère français de la Culture
  8. Denis Coutagne, Bruno Ely, Jean-Roger Soubiran et al., Peintres de la couleur en Provence : 1875-1920, Marseille, Office Régional de la Culture Provence-Alpes-côte d'Azur, , 360 p. (ISBN 2-7118-3194-9), p. 122
  9. « Abbaye de Saint-Victor », base Joconde, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Coutagne, Bruno Ely, Jean-Roger Soubiran et al., Peintres de la couleur en Provence : 1875-1920, Marseille, Office Régional de la Culture Provence-Alpes-côte d'Azur, , 360 p. (ISBN 2-7118-3194-9), p. 122-123 et 347.
  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte, (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412), p. 206-207.
  • Pierre Murat, Les terres marines de Joseph Garibaldi, Musée de Cassis, 2006.
  • Pierre Murat, Joseph Garibaldi, le Midi paisible, Fondation Regards de Provence, 2012.

liens externes[modifier | modifier le code]