École polytechnique (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir École polytechnique.
École polytechnique
Logo de l'École polytechnique
Logo de l'École polytechnique
Devise Pour la patrie, les sciences et la gloire
Nom original École centrale des travaux publics
Informations
Fondation 1794
Fondateur Jacques-Élie Lamblardie, Gaspard Monge, Lazare Carnot et Prieur de la Côte-d'Or
Type École d'ingénieurs (EPA)
Régime linguistique français, anglais
Budget 129,5 M€ (en 2012)[1]
Dotation 70 M€ (en 2012)[1]
Localisation
Coordonnées 48° 42′ 47″ N 2° 12′ 32″ E / 48.713, 2.209 ()48° 42′ 47″ Nord 2° 12′ 32″ Est / 48.713, 2.209 ()  
Ville Palaiseau
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Campus Campus de l'École polytechnique
Direction
Président Jacques Biot (X 1971)[2]
Directeur général Yves Demay (X 1977)[3]
Chiffres clés
Personnel 602 IATOS[4],[Note 1] (en 2011)
Enseignants 372[5] (soit 188 ETP[6],[Note 1]) (en 2011)
Enseignants-chercheurs 80 ETP[6],[Note 1] (en 2011)
Étudiants 2 888[5]
Deuxième cycle 2 001 ingénieurs + 315 master[5]
Troisième cycle 572 doctorants[5]
Divers
Particularités Statut militaire des élèves ingénieurs
Affiliation Université Paris-Saclay, UniverSud Paris, ParisTech, CGE, CDEFI, Medicen, G16+, Grandes Écoles de la Défense
Site web www.polytechnique.edu

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École polytechnique

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
École polytechnique

Géolocalisation sur la carte : Essonne

(Voir situation sur carte : Essonne)
École polytechnique

L'École polytechnique (EP Paris[7],[Note 2]), fréquemment appelée Polytechnique et surnommée en France l'« X », est une école d'ingénieurs française fondée en 1794 sous le nom d'École centrale des travaux publics. À l'origine située à Paris, l'École est à Palaiseau depuis 1976. Elle a le statut d'établissement public d'enseignement et de recherche placé sous la tutelle du ministère de la Défense et est membre fondateur de ParisTech et de l'université Paris-Saclay. Elle est connue principalement pour sa formation d'ingénieurs, dont les élèves et anciens élèves sont appelés « polytechniciens ».

L'École assure depuis sa création la formation d'ingénieurs, recrutés chaque année par un concours d'admission parmi les plus anciens et les plus difficiles de ceux que préparent les élèves de classes préparatoires, mais aussi par le biais d'admissions parallèles pour les universitaires. L'École décerne également le diplôme de Docteur de l'École polytechnique depuis 1985 et forme des élèves de masters depuis 2005. En majorité, les polytechniciens intègrent les entreprises, privées ou publiques, en France comme à l'international, entrent dans les grands corps de l'État, civils ou militaires, ou s'engagent dans la recherche.

Jouissant d'un grand prestige dans l'enseignement supérieur en France, l'École polytechnique est souvent associée à la sélectivité, à l'excellence académique, mais aussi à l'élitisme et à la technocratie qui sont sources de critiques depuis sa création.

Noms[modifier | modifier le code]

Loi du 15 fructidor an III numérisée
Loi du 15 fructidor an III.

À sa création en 1794, l'École porte le nom d'École centrale des travaux publics[8] et l'enseignement dispensé est limité aux connaissances techniques, ceci dans le but de pallier la pénurie d'ingénieurs dans la France d'après la Révolution[9]. L'École est renommée « École polytechnique » par la loi du 15 fructidor an III ()[10]. Le néologisme « polytechnique » (composé de poly-, « beaucoup », et de technique) symbolise la pluralité des techniques enseignées[8],[11]. Il apparaît pour la première fois dans un document publié par Claude Prieur au début de l'année 1795[12].

Sous la Restauration comme sous la monarchie de Juillet l'École est officiellement désignée sous le nom d'École royale polytechnique[13], tandis que sous le Premier Empire comme sous le Second Empire son nom officiel est École impériale polytechnique[8]. Les élèves, anciens élèves et diplômés de l'École sont appelés polytechniciens[14]. L'École est souvent simplement appelée Polytechnique.

Photo du blason
Blason de l'École.

L'École est surnommée l'« X » depuis le milieu du XIXe siècle. Deux explications sont retenues : la présence de deux canons croisés sur l'insigne de l'École d'une part et la prééminence des mathématiques dans la formation des polytechniciens de l'autre[15]. En effet, d'après L'argot de l'X, publié en 1894[16] : « C'est de l'importance même donnée à l'enseignement de l'ana [comprendre analyse], dont toute la langue est faite d'x et d'y qu'est venu le surnom d'X, universellement admis pour désigner les polytechniciens. Tous ne sont pas des mathématiciens, mais tous possèdent une connaissance du calcul différentiel et intégral suffisante pour les applications des services publics. Disons de plus qu'en des époques troublées, comme 1830 et 1848, cette connaissance leur a particulièrement servi à ne pas être confondus avec tous les individus qui se déguisaient en polytechniciens pour se donner l'apparence de défenseurs de l'ordre. À ceux-là, quand on les rencontrait, on leur demandait la différentielle de sin x ou de log x, et, s'ils ne répondaient pas, on les faisait immédiatement coffrer. » Cependant, dans l'édition de 1994, l'origine de ce sobriquet est de nouveau rapportée au croisement des canons sur le blason[17]. Le surnom d'X s'applique aussi aux polytechniciens[18]. Les polytechniciennes sont parfois surnommées Xettes[19].

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, l'École, ainsi que ses élèves et anciens élèves, étaient surnommés « pipo »[20]. Au début du XXe siècle, l'École est aussi surnommée « Carva »[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'École polytechnique.
Photo des bâtiments historiques
Fronton des bâtiments historiques, rue Descartes à Paris.

De 1794 aux révolutions du XIXe[modifier | modifier le code]

Au lendemain de la Révolution de 1789, la France manque d'ingénieurs[8]. Jacques-Élie Lamblardie, Gaspard Monge et Lazare Carnot, pères fondateurs de l'École, se voient confier la mission d'organiser une nouvelle « École centrale des travaux publics »[8], officiellement créée le 7 vendémiaire an III) ()[22],[23] et renommée « École polytechnique » un an plus tard[10],[23]. Le projet initial prévoit que l'École polytechnique remplace toutes les anciennes écoles d'ingénieurs. Mais ces anciennes écoles sont finalement rétablies par la loi du 30 vendémiaire an IV () sous le nom d'« écoles d'application » : il devient obligatoire de passer par l'École polytechnique pour y rentrer et tandis que l'École polytechnique dispense une formation théorique et générale, les écoles d'applications assurent la mise en pratique et la spécialisation[24],[25]. Ce monopole de l'École sur le recrutement des grands corps techniques, appelé « privilège », est confirmé par la loi du 25 frimaire an VIII () mais la scolarité est réduite de trois à deux ans afin de compenser la prolongation du cursus dans les écoles d'application. L'École, initialement créée pour former aux emplois publics et privés exigeant un haut niveau scientifique et technique, devient alors très liée aux services publics et le classement de sortie, qui définit le choix du corps, prend une importance considérable[26],[10]. L'École acquiert cependant très vite une grande renommée en sciences et attire des scientifiques de toute l'Europe[27].

En 1804 Napoléon Ier donne à Polytechnique un statut militaire et une devise (« Pour la Patrie, les Sciences et la Gloire »), caserne les élèves[Note 3],[28] et installe l'École sur la montagne Sainte-Geneviève à Paris[29]. La militarisation se double d'une spécialisation de l'enseignement vers les mathématiques[30].

Les missions de service public de l'École imprègnent les élèves d'un idéal républicain[30]. Ainsi lorsqu'en 1814 les troupes étrangères sont aux portes de Paris les polytechniciens tentent de défendre la barrière du Trône[31]. À partir des années 1830 de nombreux élèves de l'École polytechnique sont influencés par les idéologies saint-simoniennes et positivistes[13]. L'influence du positivisme sur l'École conduit Friedrich Hayek à la décrire comme la source de l'orgueil scientiste et du socialisme moderne[27]. Cette critique est reprise par Wilhelm Röpke qui voit dans l'École le centre de diffusion d'un courant « mécanistique-positiviste » au « rationalisme effréné » voulant construire et organiser « l'économie, l'État et la société, suivant des lois prétendument scientifiques[32]. »

Pendant les Trois Glorieuses les polytechniciens se mettent aux côtés du peuple[33]. La réputation de l'École grandit si bien qu'au commencement de la révolution de 1848 les élèves sortent de nouveau dans la rue pour servir de médiateurs entre le pouvoir et les insurgés[34].

Du Second Empire à l'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le Second Empire marque l'élévation sociale des polytechniciens. L'École cesse en effet progressivement d'être un laboratoire scientifique pour s'imposer comme un espace de production de la « noblesse d'État », tout en étendant son emprise sur la gestion des appareils industriels[30]. Certains auteurs, comme Terry Shinn et Bruno Belhoste, considèrent que l'École n'a pas contribué à l'industrialisation de la France pendant cette période et que les polytechniciens se sont contentés de tâches administratives dans les entreprises au lieu d'être des inventeurs et de promouvoir les nouvelles technologies[35],[36],[37]. François Crouzet estime néanmoins que ces critiques sont excessives et que les polytechniciens ont joué un rôle important dans le développement économique de la France au XIXe siècle[38]. L'École devient alors un lieu de conservatisme politique et social d'après Bruno Belhoste[30], si bien que lors du soulèvement du 18 mars 1871, et à l'inverse des insurrections précédentes, l'École polytechnique ne se place pas du côté du peuple[39]. Après la défaite, l'École prépare la revanche militaire sur l'Allemagne[40] et seuls quelques polytechniciens, comme Henri Poincaré et Henri Becquerel, portent le « flambeau de la science à l'École »[41], si bien que Louis Pasteur attribue la défaite française aux carences de la science française qu'incarne à ses yeux l'École polytechnique et son éloignement de la recherche[42].

Médaille bronze École polytechnique, centenaire de la fondation de l'école 1794 - 1894. Graveur Maximilien Louis Bourgeois (1839-1901), diamètre 68 mm, poids 148 g. Respectivement recto et verso.

À partir de 1914, l'École vit au rythme de la Première Guerre mondiale : les élèves sont mobilisés (principalement dans l'artillerie et le génie), les concours 1914 et 1915 sont annulés, les cours interrompus et les bâtiments transformés en hôpital. L'École ne rouvre partiellement qu'en mais il faut attendre pour que l'hôpital quitte l'École. Au cours de la guerre, quatre maréchaux de France polytechniciens mènent le pays à la victoire[Note 4], néanmoins neuf cents polytechniciens périssent durant les combats[43]. La guerre confirme la crise latente de l'École[40], ainsi certains historiens de l'École décrivent la période allant de 1870 à l'entre-deux-guerres comme des « années d'enlisement »[42].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'École ne cesse de fonctionner, mais est, comme toute la France, déchirée par les différents courants politiques. Ainsi la catégorie « bis », créée en 1935 pour les élèves français naturalisés depuis moins de huit ans, est étendue aux élèves juifs et un quota de 2 à 3 % d'israélites est instauré[44],[45]. L'École se replie après l'armistice du 22 juin 1940 à Villeurbanne et Lyon et perd son statut militaire[46]. Le retour de Polytechnique rue Descartes n'a lieu qu'en , en laissant en zone sud les élèves alsaciens, prisonniers évadés et « bis »[47]. Le statut militaire de Polytechnique est rétabli en . En , après le retour d'élèves prisonniers ou résistants, 770 élèves reprennent les cours à Paris[48].

De l'après-guerre à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Après la guerre, l'École entame une longue réforme. Le renouveau de la recherche à l'École, initié par la création en 1936 du laboratoire Leprince-Ringuet, se poursuit sous l'impulsion de Laurent Schwartz et de Louis Michel qui développent les laboratoires[49]. En 1956 la décision est prise de porter à 300 l'effectif des promotions et de modifier l'enseignement afin qu'il soit plus en adéquation avec les nouveaux besoins de l'économie nationale[50]. En 1961, une commission étudie le passage à 400 élèves par promotion et conclut que le déménagement de l'École est nécessaire. Dès 1963 le site de Palaiseau est proposé[51] et la décision officielle du transfert est prise en 1964[52]. Les évènements de Mai 68 ne touchent pas beaucoup l'École mais ils accélèrent et élargissent le processus des réformes. Certains professeurs et élèves, comme Louis Leprince-Ringuet et Laurent Schwartz, font le constat des carences de l'École. Ils critiquent un enseignement « resté encyclopédique », « profondément sclérosé », « très en retard sur celui des universités » et demandent l'instauration d'options[53],[54]. Ces recommandations débouchent sur la loi du [55]. Polytechnique reçoit alors un statut civil (tout en restant rattachée au ministère de la Défense)[56] et l'admission des femmes est autorisée[57], deux ans plus tard sept femmes intègrent[58].

Photo du grand hall à Palaiseau
Le grand hall vu du lac du nouveau campus de Palaiseau.

En 1976 le nouveau campus de Palaiseau est inauguré[59]. En 1985, est créé le diplôme de Docteur de l'École polytechnique[60],[61] et en 1995, une nouvelle voie du concours est ouverte aux élèves internationaux[62].

En 2000, la réforme du cycle polytechnicien fixe la durée du cursus à 4 ans[62], dont 8 mois de formation militaire et humaine[63]. En 2005, les premiers diplômes de Master de l'École polytechnique sont délivrés[61]. En 2007, l'École polytechnique devient membre fondateur de ParisTech et membre associé d'UniverSud Paris.

Depuis 2008, l'École polytechnique participe au développement de l'Université Paris-Saclay dont la première rentrée se fera en 2014[64]. Ses formations devraient notamment s'inscrire dans les schools de basic sciences et d'engineering[65]. Parallèlement, l'École entreprend à partir de 2013 une profonde rénovation du cursus ingénieur polytechnicien[66].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Missions, statuts et organisation[modifier | modifier le code]

Statut[modifier | modifier le code]

À sa création en 1794, les élèves sont assimilés aux gardes nationaux et sous la tutelle du Ministère de l'Intérieur[67]. Puis en 1804 Napoléon 1er militarise l'École. Depuis, Polytechnique a toujours conservé son statut militaire, à l'exception de la Seconde Guerre mondiale[68]. L'École a depuis 1970 le statut d'établissement public d'enseignement et de recherche placé sous la tutelle du ministère de la Défense[69].

Le statut militaire de l'École est aujourd'hui critiqué par certains, comme Pierre Veltz et Bruno Belhoste, qui considèrent qu'il n'est plus justifié et isole l'École du monde universitaire, même s'il est reconnu qu'il offre à l'École une large autonomie et un budget important[70],[37].

Missions[modifier | modifier le code]

« L'École polytechnique a pour mission de donner à ses élèves une culture scientifique et générale les rendant aptes à occuper, après formation spécialisée, des emplois de haute qualification ou de responsabilité à caractère scientifique, technique ou économique, dans les corps civils et militaires de l'État et dans les services publics et, de façon plus générale, dans l'ensemble des activités de la nation. »

Code de l'éducation - Article L675-1[69]

Au cours de l'histoire, les missions de l'École évoluent. Ainsi, à sa création, le but de l'École est de « former des ingénieurs en tous genres et de rétablir l'enseignement des sciences exactes qui avait été suspendu pendant les crises de la Révolution, — de donner une haute formation scientifique à des jeunes gens, soit pour être employés par le Gouvernement aux travaux de la République, soit pour reporter dans leurs foyers l'instruction qu'ils auront reçue et y prodiguer les connaissances vraiment utiles »[71],[72]. Polytechnique reprend donc les missions dévolues aux écoles d'ingénieurs qui existaient avant la Révolution, comme l'École de Mézières et l'École des ponts et chaussées. Mais pour Monge l'École a aussi une vocation à caractère encyclopédique : elle est chargée répandre le goût et la connaissance des sciences dans l'ensemble de la Nation[37], c'est son « but général » tandis que son « but spécial » est la formation pour les services publics[73]. Ces deux objectifs figurent dans la loi du 25 frimaire an VIII () : « L'École polytechnique est destinée à répandre l'instruction des sciences mathématiques, chimiques, physiques, et des arts graphiques, et particulièrement à former les élèves pour les écoles d'application des services ci-après désignés. Ces services sont, l'artillerie de terre, l'artillerie de la marine, le génie militaire, les ponts et chaussées, la construction civile et nautique des vaisseaux et bâtiments civils de la marine, les mines, et les ingénieurs géographes[74]. »

Mais le but général est supprimé en 1830 à l'initiative de François Arago au profit du seul but spécial. Les missions de l'École sont peu modifiées par la suite et ce n'est qu'en 1956 qu'une définition élargie du rôle de l'École est donnée[73] : « L'école polytechnique est destinée à donner à ses élèves une haute culture scientifique et à former des hommes aptes à devenir, après spécialisation, des cadres supérieurs de la nation et, plus spécialement, des corps de l'État, civils et militaires, et des services publics[75]. » L'ambition initiale des fondateurs de l'École est rétablie avec la loi de 1970[73],[76], reprise par le Code de l'éducation actuel.

Cette nouvelle définition des missions de l'École assimile les carrières dans la recherche ou l'économie nationale au service de l'État[77]. L'objectif est de faire participer l'École polytechnique à l'essor de la France au cours des Trente Glorieuses[70] et de répondre au besoin de cadres supérieurs[78] afin de former, selon l'expression de Bernard Esambert, « les officiers de la guerre économique »[79]. Cette réorientation de l'École polytechnique vers l'économie est très marquée par les idées saint-simoniennes qui concevaient le savant au sens nouveau du social. Les savants devaient en effet recevoir une formation scientifique afin d'acquérir l'intelligence et la capacité d'organisation nécessaires aux futurs cadres de la société[68].

L'accent est véritablement mis sur la recherche à partir de 1994[80],[81] et en 2013 la loi ajoute aux missions de l'École la promotion de l'innovation scientifique, technologique et industrielle ainsi que la formation continue[82].

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Portrait photo de Jacques Biot
Jacques Biot, président de l'École depuis le 1er juillet 2013.
Portrait photo d'Yves Demay
Yves Demay, directeur général de l'École depuis le 1er août 2012.

Depuis 2013 l'administration de l'École est assurée par un conseil d'administration, dont le président est doté pour la première fois de fonctions exécutives qu'il exerce à plein temps, tandis qu'un officier général assure sous son autorité la direction générale et le commandement militaire de l'École[69],[82].

Le premier président exécutif de l'École polytechnique est Jacques Biot[2]. Le conseil d'administration qu'il préside est composé du directeur général, de représentants de l'État, de membres du personnel, d'étudiants, d'anciens élèves, de personnalités issues d'un établissement d'enseignement supérieur et de recherche et de cadres d'entreprises (privées ou publiques)[83]. Le conseil d'administration fut créé en 1970 sur le modèle du conseil de perfectionnement, instance suprême de l'École, créé en 1799[84],[85],[10].

En 2012, et pour la première fois depuis la militarisation de l'École en 1804[Note 5],[48], le directeur général de l'École n'est pas un général des forces armées françaises mais un ingénieur de l'armement : l'ingénieur général hors classe Yves Demay [3].

Outre le directeur général, un directeur de l'enseignement et de la recherche est placé sous l'autorité directe du président du conseil d'administration. Le conseil de l'enseignement et de la recherche est composé de personnalités du monde académique et industriel et guide l'École dans ses choix stratégiques en matière de recherche et de formation[1]. Auparavant existait le conseil d'enseignement, héritier du conseil d'instruction, lui-même successeur du conseil de l'École[86].

La commission amont prépare les décisions du conseil d'administration relatives au concours d'admission, en fonction de l'évolution des classes préparatoires, tandis que la commission aval analyse les attentes des futurs employeurs des élèves et émet des propositions pour améliorer l'insertion professionnelle de ces derniers[1].

Finances[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, l'École polytechnique dispose de compétences élargies en matière budgétaire[4]. L'École, dont le financement est assuré à près de 80 % par l'État, tente de diversifier ses sources de revenus par la collecte de la taxe d'apprentissage auprès des entreprises privées, par des partenariats de recherche et le dépôt de brevets ainsi que par le mécénat[1],[87] avec comme objectif de porter la part de ressources propres à 30 %[88]. Le budget par élève de l'École est en 2013 le cinquième plus élevé des écoles d'ingénieurs françaises[89], environ six fois supérieur à la moyenne des universités françaises[90], mais six fois inférieur à celui de Caltech[91].

En 2012, la Cour des comptes publie un rapport très critique à l'égard de la gestion de l'École polytechnique, dont elle souligne les insuffisances. En particulier, la Cour reproche à Polytechnique l'opacité de sa comptabilité, qui ne permet pas d'établir le coût complet de la scolarité ; la gestion laxiste du personnel enseignant, représentant un surcoût de plus d'un million d'euros ; le manque de contrôle des chaires d'entreprise ; le coût des élèves étrangers, d'environ 75 000 euros par élève et la suppression de facto de la « pantoufle ». La Cour insiste aussi sur la nécessité d'un « fort accroissement des ressources propres » (par le mécénat, les chaires privées, la valorisation du prestige de l'École et la formation continue) si l'École veut se développer à la hauteur de ses ambitions. En réponse à ce rapport, le Ministre de la Défense Gérard Longuet annonce une certification des comptes dès l'exercice 2013, la mise en conformité de la situation des enseignants avec la loi, la reprise en main de la gestion des chaires d'entreprise et le rétablissement de la « pantoufle »[92]. La « pantoufle » désigne le remboursement des frais de scolarité, prévu par un décret de 1970. À l'époque étaient tenus à remboursement les élèves qui quittaient l'École avant la fin de la scolarité ou qui n'effectuaient pas dix ans de service dans le corps de l'État dans lequel ils s'étaient engagés. Étaient dispensés les élèves qui effectuaient une année de spécialisation portant à la délivrance d'un diplôme français ou étranger[93]. Cette disposition avait pour objectif d'inciter les élèves à poursuivre leur formation au-delà des trois ans. Or la réforme du cursus polytechnicien de 2000 ayant porté le cursus à quatre ans, l'année de spécialisation est devenue obligatoire, exemptant de facto tous les élèves du remboursement[94]. La « pantoufle » doit être rétablie à partir de 2014 sous une forme nouvelle dans le but d'encourager le service de l'État, la poursuite d'étude en vue d'obtenir un doctorat et la création d'entreprises[95].

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

L'enseignement et la recherche sont organisés en les dix départements suivants : la biologie, l'économie, la chimie, l'informatique, les humanités et sciences sociales, les mathématiques, les mathématiques appliquées, les langues et cultures, la mécanique et la physique[96]. Les départements sont créés en 1969 sous l'impulsion de Laurent Schwartz[54].

Formations[modifier | modifier le code]

Schéma du cursus
Cycles de formation à l'École polytechnique.

L'École polytechnique propose aux étudiants français et internationaux trois programmes de formation diplômants[6] :

  • le cycle ingénieur polytechnicien : créé il y a plus de 200 ans, il est passé de trois à quatre ans en 2000. Les deux premières années sont consacrées à la formation scientifique pluridisciplinaire associée à un enseignement en humanités et sciences sociales tandis que les deux dernières sont consacrées à la formation approfondie et à la professionnalisation et sont communes avec le cycle master. Les trois premières années permettent d'obtenir le titre d'Ingénieur diplômé de l'École polytechnique, qui existe depuis 1937[97]. Ce cycle débouche sur l'attribution du Diplôme de l'École polytechnique depuis 2000[98] ;
  • le cycle master, depuis 2005, qui correspond au cadre européen LMD et dure deux ans[61] ;
  • le cycle doctoral, formation de recherche d'une durée de 3 ans après le cycle master s'appuyant sur les 20 laboratoires du centre de recherche qui débouche depuis 1985 sur l'attribution du Diplôme de Docteur de l'École polytechnique[60],[61].

De plus, l'École propose aux seuls étudiants internationaux deux programmes non diplômants[6] :

  • le Programme d'Échange International (PEI), suivie d'une partie des enseignements du cycle ingénieur et stage de recherche d'une durée minimale de trois mois ;
  • le Programme de Stage pour Étudiants Internationaux (PSEI), stage de recherche en laboratoire d'une durée de 3 à 6 mois proposé aux étudiants des universités partenaires.

Cycle ingénieur polytechnicien[modifier | modifier le code]

Photo d'une conférence
Conférence à l'École polytechnique.
Photo d'un cours en amphithéâtre
Cours magistral en amphithéâtre.
Photo d'une petite classe
Cours en « petite classe ».
Photo d'expérience en laboratoire.
Module appliqué en laboratoire.

C'est la formation historique de l'École, dispensée depuis sa création. L'École polytechnique délivre à ses élèves une forte culture scientifique générale qui fait partie d'une longue tradition. Ainsi le Ministre de la Guerre Alexandre Millerand dit, lors de sa visite à Polytechnique en 1912[40] : « Nous ne sommes pas ici dans une école spéciale, mais bien au contraire dans une école d'enseignement supérieur, de haute formation intellectuelle. Ce qu'on y apprend n'est pas toujours, il est vrai, d'une utilité pratique immédiate ; mais il n'en résulte pas que l'objet de votre enseignement forme un bagage inutile, car c'est en matière intellectuelle, par dessus tout, qu'il est juste de ne pas omettre le superflu, chose nécessaire. » À cette formation d'ingénieur généraliste s'ajoutent des cours d'humanités et de sciences sociales. Ainsi, le cours de « grammaire et belles lettres » est introduit dès 1804 et confié à François Andrieux[99], la chaire d'Histoire est créée en 1862 et confiée à Victor Duruy[100] et les cours d'économie apparaissent en 1904[101],[Note 6].

Lorsqu'elle est créée par Monge en 1794, l'École délivre un enseignement limité aux connaissances techniques en usage à l'époque[9]. Une place importante est réservée à l'expérience et aux travaux en laboratoires. Les deux branches principales sont les mathématiques (analyse, géométrie, mécanique et dessin) et la physique (physique générale et chimie). La géométrie descriptive occupe une position considérable. Ce modèle ne dure pas longtemps et l'idéal d'une formation technique générale alliant théorique et pratique est abandonné au profit d'un enseignement abstrait où les applications pratiques sont l'affaire des écoles dite « d'application »[102]. Puis vers 1800 le programme d'enseignement devient plus élevé et plus théorique à l'initiative de Laplace[9]. Les mathématiques, et plus particulièrement l'analyse, prennent alors une place très importante[70] et agissent comme l'outil essentiel de production et de distinction de l'élite technocratique[30]. Ainsi Friedrich Hayek considère que l'École, par son enseignement constructiviste et scientiste, a créé le type même du « spécialiste technique », considéré comme instruit parce qu'il est passé par des écoles difficiles, mais ignorant de la société et de ses problèmes[27]. Les cours sont alors majoritairement constitués d'« amphis » magistraux et tous les élèves suivent les mêmes enseignements[103]. Par la suite, l'enseignement évolue peu dans sa forme : l'École refuse longtemps d'introduire des cours d'électricité ou de mécanique et méprise les laboratoires[35]. Si bien que les cours enseignés en 1880 sont pratiquement les mêmes que ceux de 1830[104].

En 1941, Louis Leprince-Ringuet rédige un rapport sur l'enseignement à l'École, qu'il décrit comme « assez indigeste et essentiellement livresque ». Il déplore que « la forme de l'enseignement n'[ait] guère varié depuis cent ans ». Il propose alors une réforme profonde de la formation que la guerre, la léthargie de l'École et les résistances des autres enseignants et examinateurs retardent[53]. Les premières réformes aboutissent finalement en 1956 : les cours en petites classes se développent, au détriment des cours magistraux[50] et l'instruction militaire est réduite. Deux ans plus tard Laurent Schwartz est nommé professeur et dès son arrivée il décide de rénover l'enseignement des mathématiques à l'École. À l'époque en effet les cours scientifiques y sont d'abord considérés comme une « formation intellectuelle à l'esprit d'analyse et à l'esprit de synthèse » et comme une « gymnastique intellectuelle et non [comme un] enseignement de connaissances »[53]. La réforme de 1970 met en place un tronc commun d'enseignements et des options[103]. La volonté de donner un enseignement scientifique fondamental est alors clairement affirmée, en rupture totale avec la conception qui prévalait depuis le début du XIXe siècle selon laquelle il fallait enseigner une science « utile » car « Polytechnique forme des ingénieurs et non des savants »[53]. Par ailleurs les travaux en laboratoires sont intégrés au programme de la dernière année et de nouvelles matières sont introduites comme les sciences économiques en 1969[105],[Note 7], l'informatique en 1976 puis la biologie en 1985[103],[Note 8].

Le cycle de formation d'ingénieur se déroule sur quatre ans depuis la réforme X 2000[107] :

  • 1re année : formation humaine et militaire de fin août à fin avril et puis tronc commun jusqu'à mi-juillet ;
  • 2e année : formation pluridisciplinaire puis stage d'entreprise (anciennement stage ouvrier puis stage de contact humain) ;
  • 3e année : approfondissement scientifique de septembre à avril (choix d'une matière dominante) puis stage de recherche ;
  • 4e année : spécialisation : dans une école partenaire, comme élève ingénieur « classique » ou comme ingénieur d'un corps technique de l'État, en seconde année de master, ou dans une université étrangère comme Harvard, le MIT, Stanford, Oxford, l'Imperial College, l'EPFL ou ETHZ[108].
Photo de l'équipe de rugby
Équipe de rugby de l'École.

Les élèves reçoivent des enseignements spécifiques obligatoires en humanités et sciences sociales, qui se rapprochent de cours de culture générale. Les choix proposés incluent des enseignements sur l'histoire, la musique, l'architecture, l'art, la politique, l'épistémologie ou encore le monde de l'entreprise et la gestion[109]. Tous les élèves du cycle ingénieur étudient l'anglais plus au moins une autre langue vivante parmi les huit proposées[Note 9] et environ 20 % des élèves en moyenne apprend trois langues vivantes[110]. Enfin, la section français langue étrangère (FLE) a elle aussi mis en place ces dernières années un dispositif d'enseignement de la langue et de la culture françaises pour les élèves étrangers[111].

Le sport occupe une place importante dans la vie des deux promotions d'élèves ingénieurs qui se côtoient sur le campus. Les élèves ont 6 heures de sport hebdomadaires et sont regroupés en 15 sections sportives[Note 10] qui déterminent les quatre compagnies par promotion. Les sections sportives sont encadrées par au moins un sous-officier qui est généralement également l'entraineur de la section, assisté d'autres sous-officiers et d'entraîneurs civils[113].

Formation humaine et militaire[modifier | modifier le code]
Photo de la formation militaire initiale
Élèves de l'École lors de leur formation militaire initiale à La Courtine.

Les élèves de l'École polytechnique de nationalité française sont sous statut militaire d'officier durant leur scolarité. Les polytechniciens sont nommés aspirant par arrêté du ministre de la défense à compter du premier jour de la deuxième année suivant leur incorporation[114], à ce titre, ils perçoivent une solde[115]. Le dernier jour de leur scolarité, sous réserve d'avoir obtenu le titre d'ingénieur diplômé de l'École polytechnique, ils sont nommés sous-lieutenant, ou enseigne de vaisseau de 2e classe, sous contrat de l'armée, ou de la gendarmerie nationale, au sein de laquelle ils ont effectué leur stage de formation d'élève officier[114].

Les polytechniciens suivent une formation militaire initiale (FMI) d'élèves-officiers. Cette formation a lieu au camp de La Courtine depuis 2009. Depuis 2010, la FMI est ouvertes aux élèves étrangers volontaires de la voie 1 (filière classes préparatoires)[116]. À la suite de cette formation, les élèves français suivent un service militaire ou civil au cours de leur première année scolaire. Ce stage, dit de formation humaine et militaire a vu sa durée réduite à sept mois et demi, formation initiale incluse, à la suite de la suspension du service national et de la réforme X 2000 de la scolarité.

Photo d'élèves au 14 juillet
Premier carré de l'École polytechnique, défilé du 14 juillet 2008 sur les Champs-Élysées, Paris

Les stages militaires, réservés aux élèves français, peuvent se faire au sein de l'armée de terre (avec une formation initiale complémentaire au sein du 4e bataillon de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr sauf pour la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris), environ 125 postes ; dans l'armée de l'air (avec une formation initiale complémentaire à l'École de l'air), qui propose environ 60 postes ; dans la Marine nationale (avec une formation initiale complémentaire à l'École navale ou à l'École des fusiliers marins à l'exception du Bataillon de marins-pompiers de Marseille), environ 60 postes ; dans la Gendarmerie nationale (avec une formation initiale complémentaire à l'École des officiers de la gendarmerie nationale), environ 60 postes ; ou encore à la direction générale de l'Armement, environ 10 postes[117].

Les stages civils (environ 140 au total) existent depuis 1997[118] et sont ouverts aux élèves français et aux élèves étrangers francophones volontaires. Ils peuvent se faire au sein de nombreux organismes, dont la Police nationale, avec une formation initiale complémentaire à l'École nationale supérieure des officiers de police, environ 15 postes ; l'Éducation nationale ; la Fondation d'Auteuil ; ATD Quart Monde ; l'Ordre de Malte ; les Maisons des jeunes et de la culture (MJC)[117].

L'autorité commandant l'École est un général. Le chef de corps est généralement un colonel. Chaque promotion est encadrée par un commandant de promotion, généralement du grade de lieutenant-colonel, qui suit les élèves pendant toute leur scolarité. Chaque compagnie est encadrée par un commandant d'unité, subordonné au commandant de promotion, officier du grade de lieutenant, capitaine ou commandant. Les chefs de section sportive sont des sous-officiers sous l'autorité du commandant d'unité qui assurent simultanément des missions d'encadrement et de moniteur de sport[113].

Spécialisation de 4e année[modifier | modifier le code]

Les élèves effectuent une 4e année de spécialisation en France ou à l'étranger. Celle-ci peut s'effectuer de diverses façons : par une formation proposée par un grand corps de l'État ; par une formation d'ingénieur ou de management dans une école partenaire, anciennement dite d'application[70] ou de spécialisation ; par une spécialisation de type Master, dans le cadre des Masters de l'École polytechnique ou dans une université partenaire ; ou encore par une formation par la recherche (Doctorat/PhD), dans le cadre de l'École doctorale de l'École polytechnique ou dans une autre école doctorale[119].

Historiquement, les élèves recevaient une formation très générale à l'École polytechnique avant de se spécialiser lors de leur dernière année dans un domaine particulier comme les ponts, les mines ou les télécommunications. Ce modèle a tendance à évoluer aujourd'hui, en particulier vers la recherche[70].

Le format général de la formation de spécialisation est de trois semestres : deux semestres d'enseignements diplômants et un semestre de stage ou de projet, suivi et évalué, en entreprise ou en laboratoire de recherche[108].

Les Corps de l'État[modifier | modifier le code]

La haute fonction publique, les corps techniques de fonctionnaires ainsi que les armées recrutent les élèves français, sur classement, à la sortie de l'École. Les élèves suivent alors également une formation technique, généralement dans une école partenaire (anciennement dite école d'application[70]) mais aussi, selon les cas, en formation par la recherche (doctorat), en France ou à l'étranger[108].

Parmi les Corps recrutant des polytechniciens, il y a les corps des officiers des armées, avec l'armée de terre, l'armée de l'air, la Marine nationale, la gendarmerie nationale, le service de santé des armées et le service du commissariat des armées[108],[120].

Les corps civils d'ingénieurs recrutent aussi des polytechniciens, notamment le corps des administrateurs de l'INSEE à l'ENSAE ParisTech ; le corps des ingénieurs des mines aux Mines ParisTech ou à Télécom ParisTech, les élèves choisissant ce corps étant appelés « X-Mines » ; le corps des ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts au sein d'AgroParisTech ou de l'École des Ponts ParisTech pour les « X-Ponts ». Les élèves s'orientant vers la haute fonction publique sont appelés corpsard dans l'argot polytechnicien[121]. Le corps des ingénieurs de l'armement est également recruteurs, avec l'ENSTA ParisTech, l'ENSTA Bretagne, ISAE-SUPAERO, Télécom ParisTech ou les universités étrangères[108].

Les écoles partenaires[modifier | modifier le code]

Ces écoles en convention permettent aux élèves d'acquérir une connaissance générale et une compréhension approfondie des sciences, des techniques et des applications industrielles dans un secteur professionnel spécifique. À l'origine, seules des écoles d'ingénieurs étaient partenaires[Note 11]. Depuis 2002 néanmoins, HEC Paris fait partie des écoles de spécialisation[122] et propose trois spécialisations : X-HEC Strategic Management, X-HEC Finance et X-HEC Entrepreneurs[123]. En 2012 la coopération s'est accrue entre les deux écoles avec la création d'un double diplôme en 5 ans pour la rentrée 2013[124].

Cycle master[modifier | modifier le code]

Promotion 2012 des élèves masters

L'École polytechnique propose la préparation de masters au sein de la Graduate School parmi les dix programmes suivants : biologie ; chimie ; économie ; informatique et systèmes ; mathématiques ; mathématiques appliquées ; mécanique et sciences de l'environnement ; physique et applications ; sciences, technologies, société, innovation et sciences pour l'énergie[125]. Certains masters sont enseignés en anglais et à terme l'usage de l'anglais doit être systématisé[88].

La durée des masters est de 2 ans (120 ECTS). La première année, M1 (60 ECTS), est organisée autour de la 3e année du cycle polytechnicien. La seconde année, M2 (60 ECTS) ou année de spécialité repose sur un cursus organisé conjointement en cohabilitation avec d'autres organismes d'enseignement supérieur[126]. Les établissements partenaires se trouvent pour la plupart en Île-de-France (notamment l'École normale supérieure, d'autres grandes écoles du pôle ParisTech, les universités Paris 6 et Paris-Sud) ou à l'étranger. Certains masters sont labellisés ParisTech[127].

Cycle doctoral[modifier | modifier le code]

Les docteurs sont formés au sein de la Graduate School dans l'ensemble des domaines couverts par les 20 laboratoires du centre de recherche[128]. Plus de cent thèses sont ainsi soutenues chaque année au sein de l'École doctorale de l'École polytechnique[129]. Quelques-unes des meilleures thèses soutenues chaque année sont distinguées par le Prix de thèse de l'École polytechnique[130] ainsi que par le Prix de thèse ParisTech[131]. L'École doctorale de l'École polytechnique s'est vu attribuer la note globale maximale de A+ par l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur en 2009. L'agence a en particulier constaté la « très grande qualité scientifique, reconnue au niveau international », les « moyens exceptionnels » et la « gestion et l'animation remarquables » de l'école[132]. L'École doctorale sera abandonnée fin 2013 au profit des nouvelles écoles doctorales de l'Université Paris-Saclay[133].

Formation en ligne[modifier | modifier le code]

En , l'École polytechnique devient le premier établissement français à rejoindre Coursera, la plateforme de cours en ligne ouvert et massif. L'École proposera ainsi à partir de la rentrée 2013 des cours de mathématiques appliquées, de mathématiques et d'informatique[134],[135].

Formation continue[modifier | modifier le code]

Fondé en 1990, le Collège de Polytechnique est une société anonyme (X-ROM) qui était affiliée à l'École polytechnique par voie de convention et élaborait et organisait des séminaires, des rencontres et des formations intensives pour des particuliers ou des entreprises dans le cadre de la formation continue[136]. La Cour des comptes a dénoncé cette convention en 2012, ce qui a conduit Polytechnique a ne pas renouveler la convention avec la société X-ROM et à engager un processus pour mettre en place une offre de formation continue en 2016[92]. La première réalisation en ce domaine est le lancement d'un programme court de formation à l'entreprenariat avec la Stanford Graduate School of Business[137].

Activités de recherche[modifier | modifier le code]

Photo d'un laboratoire vu de l'extérieur.
Extérieur du laboratoire de météorologie dynamique (LMD).
Photo de l'intérieur d'un laboratoire.
Laboratoire d'optique appliquée (LOA).

Si à sa création en 1794, l'École dispose de laboratoires destinés aux activités pratiques des élèves, ce qui constitue une exceptionnelle nouveauté pour l'époque[138], le véritable développement des laboratoires date des années postérieures à la Seconde Guerre mondiale. La militarisation de l'École entraîne en effet la diminution des activités de recherche et à partir de 1870 Polytechnique laisse à l'École normale supérieure le rôle de grand établissement d'élite scientifique[37], les laboratoires sont vétustes et en 1908 André Blondel déplore un enseignement « fermé à toute conception expérimentale »[42]. Il faut attendre 1936 pour voir le retour de Polytechnique à la recherche moderne, avec la création du centre de recherches physiques à l'initiative de Louis Leprince-Ringuet[139]. En 1939, le décret Suquet autorise à faire de la recherche au sein des Corps, d'autres laboratoires sont créés par la suite mais de façon anarchique, sans statut ni comptabilité. L'École reconnaît finalement les laboratoires et leur gestion en 1957[139] puis un décret du élève la recherche au rang de service civil[53]. Après la guerre, les polytechniciens s'impliquent largement dans le CEA alors que le CNRS est d'abord une création d'universitaires largement issus de l'École normale supérieure[140]. Mais lorsque Laurent Schwartz arrive comme professeur en 1958 il déplore qu'il n'y ait presque pas de chercheurs qui sortent de l'École[54].

Le transfert de l'École sur le plateau de Saclay dans les années 1970 créé une impulsion nouvelle pour la recherche, à l'initiative notamment du mathématicien Laurent Schwartz, qui se traduit par un très fort développement des laboratoires, greffés pour certains avec le CNRS[70]. Depuis, la recherche se développe continuellement. L'École doctorale de l'École polytechnique (EDX) est créée en 1985 ainsi que le diplôme de Docteur de l'École polytechnique[60] et en 2010 la Graduate school s'ouvre pour réunir l'EDX et la Direction des programmes masters[61]. Ainsi en 2010, 30 % des diplômés sont inscrits en doctorat, contre 18 % en 2006[6], et depuis cette année Polytechnique fournit plus de docteurs en sciences exactes que l'ENS Ulm[141]. En 2012, Polytechnique est par ailleurs la deuxième école de France en termes d'importance des contrats de recherche[142] et du nombre de doctorants[143]. Tous les élèves du cycle polytechnicien réalisent aussi un stage de recherche de 3 à 5 mois en laboratoire, en France ou à l'étranger, au cours de leur 3e année[144]. L'École abrite actuellement 20 laboratoires de recherche, répartis en 9 départements, représentant 1 600 personnes dont 640 chercheurs[145]. Ces laboratoires sont situés sur le site même ou à Paris[128] et sont des unités mixtes avec le CNRS, parfois sous la tutelle d'autres institutions comme le CEA, l'INRIA, l'INRA, l'ENSTA ParisTech ou encore d'autres universités partenaires. La construction de nouveaux laboratoires a commencé en 2011 et devrait aboutir à un doublement de la surface aujourd'hui consacrée à la biologie, pour atteindre 4 000 m² d'ici la fin 2014[146]. À partir de 2013 l'École polytechnique ouvre ses laboratoires aux médecins (praticiens hospitaliers et internes) afin de développer des applications dans le domaine de la santé[147]. Malgré cela certains critiquent la faiblesse de la recherche à Polytechnique. En particulier François Garçon estime que la recherche y est essentiellement le fait de non polytechniciens, simplement rattachés aux laboratoires du CNRS[90].

L'École est membre fondateur des deux réseaux thématiques de recherche avancées (RTRA) Triangle de la physique et Digiteo et de la Fondation Mathématique Jacques Hadamard. Ces trois projets rassemblent plusieurs établissements, laboratoires et chercheurs autour d'un même thème. De plus l'École polytechnique participe à sept projets Equipex[146] et à dix projets Labex[148].

Plus de 1 250 publications dans des revues scientifiques sortent de ces laboratoires chaque année[129], contre une dizaine jusqu'en 1989[149], et en moyenne 20 brevets sont publiés par an[145]. L'École polytechnique utilise l'Hyper articles en ligne (HAL) pour ces publications[150]. De plus l'École publie des ouvrages scientifiques aux Éditions de l'École Polytechnique[151] ainsi qu'une revue scientifique annuelle intitulée FlashX depuis [152]. De 1794 à 1939, le Conseil d'instruction de l'École publie une revue scientifique, le Journal de l'École polytechnique[153].

Classements académiques[modifier | modifier le code]

Palmarès universitaires internationaux
ARWU 201e-300e[154]
Leiden 207e[155]
THE Alma Mater Index 4e[156]
QS 41e[157]
Times 70e[158]
Classements des écoles d'ingénieurs françaises
Challenges 19e[159]
L'Usine nouvelle 1er[160]
Industrie et Technologies 2e[161]

L'École polytechnique arrive régulièrement en tête des classements d'écoles d'ingénieurs françaises[162]. En revanche plusieurs critiques ont reproché à l'École ses mauvaises performances dans certains classements internationaux, en particulier dans le classement académique des universités mondiales par l'université Jiao Tong de Shanghai (ARWU)[3]. L'École arrive à la position 201-300 dans l'ARWU général, 51-75 dans le domaine des mathématiques, 101-150 en physique et 151-200 en informatique[154]. Aux critiques l'administration de l'École rétorque qu'elle a des moyens bien inférieurs à ses concurrentes (Caltech dispose par exemple d'un budget six fois supérieur pour un nombre d'étudiants équivalent), que son faible nombre d'élèves n'est pas adapté aux classements et qu'elle est « avant tout une école d'ingénieurs et non de chercheurs », alors que les classements se fondent sur les activités de recherche. L'École a pour objectif de faire partie des vingt meilleurs universités mondiales en ingénierie et en sciences[91], pour cela elle mise sur l'augmentation de ses ressources propres (par le mécénat et les chaires d'entreprise), le développement de la recherche et la mutualisation des moyens des écoles, universités, laboratoires et entreprises du plateau de Saclay[163].

Relations extérieures[modifier | modifier le code]

Liens avec le monde de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Photo du bâtiment
Pépinière d'entreprises de l'École.

L'École entretient des liens étroits avec le monde de l'entreprise. En 2013, l'École compte ainsi 13 chaires d'enseignement et de recherche actives (dans les domaines de l'économie, de l'informatique, des mathématiques appliquées, de la physique, de la mécanique, des humanités et des sciences sociales)[164]. Le financement d'une chaire par un industriel se fait au titre du mécénat : l'industriel a accès aux recherches menées dans le cadre de la chaire mais celles-ci restent la propriété de l'École[165]. Le Comité de Liaison Entreprises-X (CLEX) permet aux entreprises de faire connaître leurs besoins et leurs attentes en matière de recrutement[166].

Tout au long de leur formation, les élèves du cycle ingénieur polytechnicien sont en contact régulier avec le monde de l'entreprise, à travers des rencontres avec des représentants d'entreprises[167], des visites[168] et des stages en entreprise[169] ainsi que des projets scientifiques[170]. Le X-Forum, organisé chaque fin d'année permet en outre aux élèves de rencontrer des entreprises[171],[172].

Les élèves sont aussi encouragés à créer leur entreprise. Pour cela l'École héberge une pépinière d'entreprises, X-Technologies[173], et participe à l'incubateur d'entreprises IncubAlliance[174]. L'École et sa Fondation ont aussi créé une filiale commune, X-Création, dont la mission est de financer les jeunes entreprises, afin d'assurer leur amorçage, à hauteur de 30 000 € maximum par projet[175]. Polytechnique dispose aussi d'un fort réseau d'anciens élèves qui permettent aux futurs créateurs d'entreprises de trouver des business angels[176],[177]. Ainsi 1 % des élèves créé leur entreprise à la sortie de l'École[178]. Les élèves peuvent aussi s'investir aussi sein de la Junior-Entreprise de l'École, XProjets[179] et les doctorants peuvent s'insérer au sein d'une équipe de recherche dans une entreprise à travers une convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE)[180]

En dépit des efforts affichés par l'École certains estiment qu'elle ne forme pas assez à l'innovation et à l'entreprenariat[181]. Déjà en 1994 Bernard Esambert constate que « l'École est à l'évidence coupée de son futur marché direct, l'entreprise ». Par ailleurs dans son discours prononcé en 2009 à Polytechnique, François Fillon remarque que la majorité des élèves s'oriente vers de grandes entreprises alors que « la France manque d'entreprises de taille moyenne innovantes »[182], reprenant ainsi les critiques faites par Auguste Detœuf au début du XIXe siècle : « L'erreur est d'avoir tué, chez les polytechniciens, le goût du jeu et supprimé celui du risque, en leur assurant une carrière sûre et en leur donnant le mépris des richesses. »[183] Pour cette raison l'École a créé en 2012 une direction de l'innovation et de l'entreprenariat[174].

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Photo d'une élève japonaise
Élève japonaise lors de la cérémonie des couleurs.

Plus de 65 nationalités sont représentées parmi les élèves à l'École polytechnique[6] et 445 scientifiques étrangers sont accueillis pour une durée supérieure à 1 mois[184]. De plus, l'École a noué 200 accords de coopération avec des universités étrangères (dont des accords de double diplôme, en particulier avec Columbia[185] et Caltech[186]), permettant à 85 % des élèves de chaque promotion de séjourner à l'étranger[1], que ce soit pour leur stage ouvrier (souvent couplé à un stage linguistique), leur stage de recherche ou leur stage professionnalisant[187]. En particulier, 35 % passent l'intégralité de leur 4e année au sein d'une université étrangère comme le MIT, Stanford, l'École polytechnique de Montréal, l'Imperial College, TU Delft, ETH Zürich, TU München, KTH, la Politecnico di Milano ou Tsinghua[188]. Les accords signés peuvent être des doubles diplômes ou des programmes non-diplômant[189].

L'École polytechnique participe de plus au programme Erasmus et fait partie de la ligue IDEA (avec l'Imperial College, TU Delft, ETH Zürich et l'ARTWH Aachen, par l'intermédiaire de ParisTech) et du programme Alliance (avec l'université Columbia, Sciences Po et l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne)[188].

Campus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Campus de l'École polytechnique.
Vue aérienne.
Vue aérienne du campus.
Plan du campus
Plan du campus.

Depuis 1976, l'École est située à Palaiseau où elle occupe un campus de 160 hectares avec une surface bâtie de 194 238 m2[6] où se trouvent 4 600 personnes. Ce campus constitue la zone « Palaiseau » du campus du plateau de Saclay, aux côtés de l'Institut d'Optique Graduate School (arrivé en 2006[190]), de l'ENSTA ParisTech (arrivée en 2012[191]) et de l'Office national d'études et de recherches aérospatiales. L'ENSAE ParisTech doit rejoindre le campus à la rentrée 2016, Télécom ParisTech en 2017 et AgroParisTech en 2018[192]. Le plan local d'urbanisme du quartier de l'École polytechnique prévoit la transformation du site actuel de l'École, fermé, en un véritable quartier, vivant et ouvert à tous et relié à la ville[193].

Photo d'un casert
Une demi-lune.

Les bâtiments du campus regroupent 50 salles de cours et de travaux pratiques ; 16 amphithéâtres (le plus grand est l'amphithéâtre Poincaré d'une capacité de 780 places[194]) ; 5 laboratoires de langue ; 20 laboratoires de recherche ; une bibliothèque dont les collections comportent environ 300 000 volumes[195] ; un centre poly-média ; des ateliers de dessin, de peinture, de modelage, de gravure, de photographie, d'architecture ; 11 salles de réunion ainsi que les logements des élèves et des cadres[196], une maison d'hôtes[197], un service de restauration, le Magnan[198] et une cafétéria. Le campus dispose par ailleurs d'un centre médical d'un bureau de poste, de trois banques présentes en alternance et d'un salon de coiffure. Les services religieux sont articulés autour d'une chapelle, avec quatre aumôneries : catholique, israélite, protestante et musulmane[199].

Les élèves ont de plus accès à de nombreuses infrastructures sportives, tant couvertes (salle de musculation ; salle d'armes ; gymnases ; piscines ; terrains de volley-ball, de basket-ball, de tennis et de handball ; salle d'escalade ; dojo ; salle de danse ; stand de tir ; hangar à bateaux ; écurie et manège d'équitation) qu'extérieures (centre équestre ; terrains de beach-volley, de football, de rugby à XV, de handball, de volley et de tennis ; pistes d'athlétisme ; aires de saut et de lancer ; mur d'escalade ; practice de golf et lac semi-artificiel)[6],[200].

L'École est reliée à Paris par différents moyens de transport[201]. Un chemin piétonnier permet de se rendre à la gare de Lozère où passe le RER B. Quatre arrêts d'autobus permettent d'accéder à la station Massy - Palaiseau, à Supélec, au CEA de Saclay ainsi qu'à l'aéroport d'Orly[202],[203]. Le campus dispose aussi de son propre service d'autopartage qui propose de réserver sur Internet des voitures disposées à Polytechnique comme à HEC, Supélec, Centrale Paris ou l'ENS Cachan[204].

À partir de 2023, la ligne verte du Grand Paris Express, avec la station Palaiseau située sur le campus de l'École polytechnique[205],[206], reliera l'École à Nanterre et à l'aéroport de Paris-Orly et permettra de rejoindre le centre de Paris en 30 minutes[207].

Élèves[modifier | modifier le code]

Admission[modifier | modifier le code]

Concours cycle polytechnicien[modifier | modifier le code]

Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Concours communs polytechniques.

Le concours de l'École, instauré dès sa création, est symbolique de « l'élitisme républicain » qui prévoit un accès aux fonctions les plus élevées sur la base du seul mérite et tranche ainsi avec le mode de sélection des officiers d'Ancien Régime. À l'origine, des examinateurs étaient dépêchés dans chaque grande ville pour faire passer aux candidats des examens oraux, portant toujours sur les mathématiques. Jusqu'au milieu du XIXe siècle la sélection repose uniquement sur les oraux et des examinateurs sont régulièrement critiqués pour avoir posé des exercices hors programme. Les épreuves écrites se multiplient à partir de 1840 l'organisation actuelle du concours remonte au début du Second Empire. Si les écrits prennent une place plus importante c'est en particulier en raison de l'augmentation du nombre de candidats (moins de 1 000 avant 1830 contre plus du double un siècle après) mais aussi parce que certains, comme Paul Appell, estiment que l'écrit trompe moins que l'oral. En revanche, les risques de fraude sont dénoncés dès l'apparition des premières compositions. Durant la première moitié du XIXe siècle les mathématiques occupent une position de quasi-monopole au sein du concours mais leur importance diminue régulièrement par la suite au profit des sciences physiques, des matières littéraires et du sport. La création de la filière P', aujourd'hui PC, en 1974 marque la fin du concours unique et réduit encore la prééminence des mathématiques[208].

510 élèves polytechniciens sont recrutés chaque année, dont 418 par la filière classes préparatoires et 92 par la filière universitaire[209].

Filière classes préparatoires[modifier | modifier le code]

Cette filière est ouverte aux candidats français et internationaux et propose 418 places, dont 35 pour les étrangers[209]. Les élèves sont recrutés par un concours, jugé difficile en raison du faible taux de réussite[208], à l'issue des classes préparatoires aux grandes écoles des filières MP, PC, PSI, PT et TSI. À la rentrée 2012, l'École a accueilli 182 élèves provenant de MP, 140 de PC, 45 de PSI, 10 de PT et 5 de TSI. Une place est en outre proposée aux diplômés d'Arts et Métiers ParisTech médaillés[209].

Certaines épreuves sont communes avec d'autres écoles comme le concours PSI (organisé depuis 1997 avec l'École normale supérieure de Cachan[210]), le concours TSI (depuis 1998 dans la Concours commun Mines-Ponts[211]), le concours PC (depuis 1999 commun avec celui de l'ESPCI ParisTech[212]), le concours PT (organisé depuis 1998 dans le cadre de la banque nationale d'épreuves[213]). À compter de 2011, les concours MP et PC sont en partie communs avec ceux des ENS[214].

Filière universitaire[modifier | modifier le code]

Il existe une voie d'admission réservée aux candidats universitaires français et étrangers[209].

Pour les candidats français le concours nécessite d'être inscrit dans une université française ou étrangère en troisième année de licence ou en première année de master dans l'un des domaines suivants : mathématiques, informatique, mécanique, physique ou chimie[215]. Cette filière est aussi ouverte aux élèves d'HEC qui souhaitent obtenir le double diplôme École Polytechnique / HEC Paris[124]. Ce recrutement s'appuie en outre sur des accords avec certaines universités comme l'Université Paris-Sud, l'Université Montpellier 2, l'Université de Strasbourg et l'Université Bordeaux I[216]. 18 places sont offertes en 2013[209] et l'École vise le recrutement de 30 élèves par an au minimum dans cette filière d'ici 2016[1].

Les candidats étrangers doivent avoir complété deux ou trois années d'études universitaires en sciences ou en ingénierie[217]. 75 élèves-ingénieurs étrangers sont recrutés par cette voie par sélection sur dossier et examen oral[209].

Graduate school[modifier | modifier le code]

La Graduate school, créée en novembre 2010 pour réunir l'École doctorale de l'École polytechnique (EDX) et la direction des programmes masters, permet d'obtenir un master ou un doctorat. Pour les masters le candidat doit être titulaire d'un Bachelor of Science, d'un Bachelor of Engineering, d'une licence ou de son équivalent[218] tandis que pour un doctorant le candidat doit être titulaire d'un diplôme master ou d'un équivalent et doit trouver un sujet de thèse et un laboratoire d'accueil[219].

Démographie et sociologie[modifier | modifier le code]

Effectifs[modifier | modifier le code]

Photo d'une promotion
Promotion X 2010 du cycle ingénieur polytechnicien.

En 2010, il y avait 2 775 étudiants à l'École, dont 2 690 en formation diplômante :

  • 2 004 ingénieurs polytechniciens, dont environ 1 008 sur le campus et 109 en master dans le cadre de leur quatrième année,
  • 251 étudiants de master, dont 109 élèves du cycle ingénieur polytechnicien,
  • 544 doctorants,
  • 32 étudiants dans le Programme d'Échange International, formation non diplômante,
  • 53 dans le Programme de Stages pour Étudiants Internationaux, formation non diplômante[6].

Les effectifs du cycle polytechnicien ont peu évolué en un siècle. En effet, il y a cent ans il y avait environ 250 polytechniciens par promotion, contre 400 aujourd'hui si l'on compte les seuls français issus de classes préparatoires. Alors que si la proportion des polytechniciens dans la population étudiante était restée constante, il devrait y en avoir près de 50 000[220]. À l'horizon 2016 le nombre de mastériens doit être porté à 350, dont 120 polytechniciens[88].

Origine géographique[modifier | modifier le code]

Histogramme
Évolution du nombre d'étrangers parmi les polytechniciens.

Origine des étudiants étrangers en 2010[6]

En 2010, 42 % des élèves du cycle polytechnicien (X 2007, X 2008 et X 2009) étaient originaires d'Île-de-France, 40 % de province et 18 % de l'étranger[6]. Concernant les masters et les doctorants, les pourcentages d'élèves internationaux étaient respectivement de 60 et de 40 en 2012[1]. Au total, sur les 2 775 élèves présents sur le campus en 2010, 786 étaient étrangers, soit 28 %. 65 nationalités étaient présentes et les trois pays les plus représentés étaient la République populaire de Chine (146 étudiants), le Maroc (66 étudiants) et le Brésil (58 étudiants)[6]. À l'avenir l'École compte cibler d'avantage la Turquie et l'Afrique du Sud et doubler le nombre d'étudiants européens[88].

Les élèves français originaires de la région parisienne sont aujourd'hui surreprésentés, plus particulièrement la moitié des élèves de la promotion 2011 provenait des lycées Sainte-Geneviève et Louis-le-Grand[221]. Ceci n'a pas toujours été le cas, ainsi après la Première Guerre mondiale le recrutement fut relativement homogène et beaucoup d'élèves venaient des départements du sud de la France, ce qui était une nouveauté par rapport au XIXe siècle[40]. En effet au début du XIXe siècle 16 % des élèves venaient du département de la Seine, qui représentait 3 % de la population française[222].

Ce n'est qu'en 1995 que le cycle polytechnicien s'ouvre aux étrangers francophones, avec un concours identique aux candidats français, mais avec des places réservées, et en 1996 aux non-francophones. De 1794 à 1814, l'admission d'élèves externes étrangers est en effet réservée aux hommes de science français et aux élèves envoyés par leur gouvernement ou venus de leur propre initiative. En 1816 la catégorie d'élèves et d'auditeurs externes est supprimée et les très rares exceptions à cette règle sont politiques : les étrangers sont pris « pour être agréable à leur gouvernement ». À l'inverse, l'École des Mines de Paris reçoit de futurs ingénieurs civils étrangers depuis 1816, l'École des Ponts et Chaussées depuis 1851, l'École centrale des arts et manufactures depuis sa fondation en 1829 et l'École normale supérieure signe des conventions d'accueil d'élèves et de résidents avec plusieurs pays en 1867. Si bien que de 1794 à 1985, l'École polytechnique n'a attiré environ qu'un millier d'étrangers, soit 5 à 6 par promotion en moyenne. L'origine et le statut des élèves étrangers a beaucoup évolué depuis la création de l'École. De 1794 à 1824, les élèves étrangers viennent des départements annexés à l'issue des guerres napoléoniennes. À partir de 1820, on voit apparaître à l'École polytechnique des auditeurs en provenance de pays qui envisagent la formation d'ingénieurs en France après avoir accédé à l'indépendance ou à l'autonomie (Brésil, Mexique, Pologne, Grèce, Roumanie, Égypte). De plus l'échec des révolutions polonaises (1830) et roumaines (1848) se manifeste par l'arrivée en nombre de ressortissant de ces pays. On dépasse alors la dizaine d'élèves étrangers par promotion[223]. Les élèves étrangers sont alors appelés constantes car ils ne portent pas l'uniforme ni l'épée (appelée tangente dans l'argot polytechnicien) et ont donc une tangente nulle[224].

Photo d'étudiants internationaux
Élèves étrangers dans la Cour Vaneau.

Après la guerre franco-allemande de 1870, la politique bienveillante de la France à l'égard des élèves étrangers des établissements militaires est infléchie, tant et si bien que, de 1898 à 1955 très peu d'étrangers suivent des cours à Polytechnique : on en dénombre à peine un ou deux par promotion, c'est-à-dire 1 % de l'ensemble des élèves entre 1921 et 1954, principalement en provenance du Proche-Orient, de l'Indochine et de la Chine. À partir des années 1880 les élèves étrangers sont considérés comme de « futures élites au pouvoir » et les diplomates français tente de faire pression sur le ministère de la Guerre, en vue de la réadmission des officiers étrangers dans les écoles militaires françaises ; un décret est pris en ce sens en 1921, sans avoir les conséquences espérées en raison du peu de promotion faite à l'étranger et des complexités administratives[223]. C'est la vague des décolonisations qui entraîne une augmentation des admissions d'élèves étrangers : on passe à 8-9 étrangers dans les années 1970 et à 18-19 étrangers dans les années 1980. Leur provenance géographique est plus variée mais reste principalement composée d'anciennes colonies et protectorats français comme la Tunisie, le Viêt Nam, le Maroc, le Liban ou l'Algérie[225]. À l'inverse des étudiants étrangers précédents, la tendance est au non-retour dans le pays d'origine[226]. La question de l'admission d'auditeurs externes est mise à l'ordre du jour pour la première fois en 1959. En 1963 il est décidé de rapprocher le plus possible les conditions dans lesquelles les étrangers et les Français passent le concours et en 1979, devant le constat du non-retour des élèves étrangers dans leur pays d'origine, le Conseil d'administration harmonise les conditions d'admission des élèves étrangers et français : les épreuves de langues vivantes et d'éducation physique ne sont plus facultatives pour les candidats étrangers[223]. En 1998, le rapport Jacques Attali préconise l'augmentation du nombre d'élèves étrangers jusqu'à atteindre une centaine par promotion[220]. Cette recommandation est suivie puisque désormais 28 % des élèves de l'École sont étrangers.

Il n'existe en revanche aucune donnée sur l'origine ethnique des élèves[Note 12].

Origine sociale[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Sociologie des grandes écoles.
Lithographie de 1865
Lithographie de 1865 représentant un polytechnicien qui se promène avec sa petite sœur et son petit frère en uniforme de lycéen.

Lors de la création de l'École, le concours d'entrée est mis en place par la Convention pour éviter le favoritisme et les passe-droits, de sorte de réaliser « le recrutement par concours sur la base des mérites individuels », pour être « parfaitement conforme à l'idéal républicain[36] ». Il n'y a de plus pas de frais d'inscription, les élèves sont même payés 1 200 francs par an. Si bien qu'à l'époque la moitié des élèves est issue du peuple ou de la petite bourgeoisie[35] et un cinquième vient du milieu des sans-culottes[36]. Seulement, en militarisant l'École en 1804, Napoléon instaure des frais d'internat de 4 000 francs par an (ces frais sont réduits, la scolarité à l'École coûte en effet moins cher aux familles que les années de préparation dans les lycées[228]) et ajoute une épreuve de version latine au concours d'entrée. Sous la Restauration le caractère aristocratique du concours est renforcé par l'ajout d'épreuves de peinture et de dessin. Ces différentes mesures entraînent la fermeture de fait aux jeunes gens issus des milieux modestes : entre 1815 et 1829, 60 % des polytechniciens sont issus de la haute bourgeoisie et 0,4 % des classes populaires[36] et sous la monarchie de Juillet 56 % des élèves sont issus de la haute bourgeoisie et 20 % de la moyenne bourgeoisie[35]. Des bourses sont également créées, mais limitées en nombre à 24 par an de 1816 à 1848[Note 13]. En plus de ces bourses officielles, certaines bourses sont payées par les élèves eux-mêmes, par l'intermédiaire de la caisse, qui redistribuent l'argent aux élèves les plus défavorisés de façon anonyme[229]. En 1848, les études deviennent gratuites pour tous les élèves. Elles redeviennent payantes en 1850, mais la limitation du nombre de bourses est supprimée[228]. Sous le Second Empire, les élèves issus de familles modestes représentent 5 % des polytechniciens[36]. La politique de développement de l'enseignement secondaire menée sous la Troisième République généralise ensuite l'octroi de bourses aux fils familles modestes[36], ce qui entraîne l'augmentation de la proportion de boursiers, passant entre 1850 et 1881 du tiers à la moitié. Pour éviter tout abus, les noms des boursiers sont publiés au Journal officiel[228]. Ainsi en 1881 Polytechnique est décrite par son directeur comme « l'École la plus démocratique du monde » et ses défenseurs considèrent que « loin d'être l'apanage d'une caste privilégiée, l'École polytechnique a su ainsi résoudre admirablement le problème de la fusion des classes, sans distinction d'origine, sur le terrain du travail, du mérite, de la science et du patriotisme »[228]. Cette démocratisation se poursuit au début du XXe siècle et sur la période 1880-1914 un tiers des polytechniciens sont issus de familles modestes[36].

Néanmoins, dès la création de l'École, des Jacobins voyaient dans les écoles créées par la Convention « en germe la reconstitution fatale d'une caste privilégiée ». Pour l'historien François Furet, « cette discussion originaire dit déjà tout sur l'avenir de l'institution : le recrutement des meilleurs sur concours et l'idéologie méritocratique, la nécessité sociale des sciences et des techniques et la formation des élites, la reconstitution des privilèges sociaux par l'État sous l'apparence de l'égalité[36] ». Plusieurs études sociologiques décrivent également un mécanisme de « reproduction sociale » particulièrement fort à l'École polytechnique[230],[231]. Pierre Bourdieu parlait ainsi de « noblesse d'État » pour les élèves qui intègrent les grands corps de l'État[232]. Cette notion se rapproche de la conception saint-simonienne qui voulait remplacer les élites héréditaires par une « aristocratie des talents » issue des concours et sélectionnée selon ses compétences scientifiques[233]. Ceci conduit les critiques à considérer Polytechnique comme une « caste en démocratie »[68].

Si l'on considère l'École polytechnique, l'École normale supérieure (ENS) et l'École nationale d'administration (ENA) la part des élèves de ces écoles issus des milieux modestes est passée de 21 % à 7 % entre 1955 et 1995. Ceci ne permet néanmoins pas de conclure sur une augmentation des inégalités puisque dans le même temps la part des jeunes d'origine populaire dans l'ensemble de la génération a baissé. En revanche la mesure de l'évolution logistique permet d'aboutir à la conclusion suivante : « Si l'on tirait au hasard, en 1955, deux jeunes, l'un de milieu moyen ou supérieur, l'autre de milieu populaire, on avait 37 fois plus de chances d'avoir la configuration où le premier était polytechnicien et le second non, qu'avoir la configuration inverse. Aujourd'hui [en 1995], l'accès est moins inégalitaire : 26 fois plus de chances « seulement ». » Plus généralement, on constate une « distillation » successive que ce soit dans les grandes écoles ou à l'université : si les jeunes d'origine populaire représentaient 73,6 % des 20-24 ans en 1995, ils ne représentaient que 28,6 % des élèves de CPGE et 7,1 % des élèves à Polytechnique, l'ENA ou l'ENS[231].

L'École polytechnique participe à différents programmes en faveur de l'égalité des chances[234]. Tout d'abord 130 élèves effectuent leur stage de formation humaine dans des institutions de soutien et d'accompagnement scolaire ou d'insertion. Ensuite le programme « Une Grande École Pourquoi Pas Moi ? » permet aux élèves polytechniciens bénévoles de former des lycéens issus de milieux défavorisés pour leur donner l'ambition de faire des études supérieures. Enfin, cet accompagnement se prolonge après le baccalauréat avec le programme X-Post bac qui consiste en un parrainage et en l'attribution d'une quarantaine de bourses chaque année, de 500 à 4 000 euros[235]. Au total d'après l'École près de 200 élèves polytechniciens aident plus de 3 000 lycéens de milieux défavorisés par semaine[236]. De plus comme l'inscription au concours est gratuite pour les boursiers et comme la formation est gratuite et les élèves rémunérés et logés pendant celle-ci Polytechnique affirme être accessible sans conditions d'aisance financière de la famille[236].

Le nombre d'élèves polytechniciens admis en étant boursiers augmente régulièrement depuis 2007, passant de 7,3 % en 2007 à 16,8 % en 2011[4]. L'objectif de l'École est de 30 % de boursiers[236], conformément aux souhaits de Nicolas Sarkozy en 2009[237],[238], néanmoins Polytechnique a refusé l'instauration de quotas et les candidats au concours sont exclusivement sélectionnés sur des critères académiques[234].

Femmes à l'École polytechnique[modifier | modifier le code]

Photo de polytechniciennes lors de la présentation au drapeau 2012
Polytechniciennes lors de la présentation au drapeau 2012.
Histogramme
Évolution du pourcentage de femmes.

L'École était à sa création réservée aux hommes. Ce qui conduisit par exemple la mathématicienne Sophie Germain à se faire passer pour un homme afin d'envoyer ses remarques sur les cours à Joseph-Louis Lagrange[239]. Après la Première Guerre mondiale, la France est confrontée à un déficit de jeunes hommes qui conduit nombre de grandes écoles à s'ouvrir aux femmes au début du XXe siècle, comme Centrale Paris en 1917, Supélec en 1919 ou encore Supaéro en 1924. Parallèlement des écoles mixtes sont fondées, tel l'Institut d'optique en 1920[240]. Si bien qu'en 1922 déjà des élèves imaginent des femmes polytechniciennes et dessinent leur uniforme[241]. Dans le but de créer une École polytechnique pour les femmes, Marie-Louise Paris fonde en 1925 l'Institut électromécanique féminin[242], qui deviendra en 1933 l'École polytechnique féminine[240], sans que les deux institutions n'aient de liens.

Mais ce n'est qu'en 1970 que les femmes sont autorisées à participer au concours d'entrée à Polytechnique[57], sous l'impulsion de Michel Debré, alors ministre de la défense[77]. Ce dernier avait déjà milité en faveur de l'ouverture de l'ENA aux femmes en 1945[243]. Il faut néanmoins attendre 1972 pour voir les premières admises : elles sont alors sept sur une promotion de 315 élèves, dont Anne Chopinet, entrée major[58]. Depuis, la proportion de femmes parmi les élèves français issus de classes préparatoires a tendance à augmenter, malgré d'importantes fluctuations selon les années, avec un record de 18,5 % en 2011[4]. La Cour des Comptes estime que le recrutement de l'École accentue une déformation déjà présente dans les classes préparatoires scientifiques où les femmes représentent 28 % des effectifs de deuxième année[92]. Des actions sont donc menées pour promouvoir les « ingénieures au féminin »[244] comme la création de l'association X au féminin, désormais SCIENCES ParisTech au féminin[245].

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Photo de la chorale
Ensemble vocal de l'École polytechnique.

L'association qui fédère les activités associatives de l'École s'appelle la Kès. Cette dernière est composée de quinze Kessiers ayant chacun un rôle particulier. Les élèves versent tous les mois à la Kès une somme prédéfinie qui sert à organiser les soirées étudiantes et à offrir une solde aux élèves étrangers qui en sont dépourvus[246]. En son sein existent près de deux cents binets, nom que les élèves donnent traditionnellement à leurs associations. Les doctorants possèdent leur propre association, appelée X'Doc[247]. Celle des élèves du cycle master s'appelle l'Association des Masters de l'École polytechnique (AMiX)[248]. Ces associations développent des liens avec la Kès pour créer une vie de campus commune aux trois populations d'étudiants.

Le Club Sportif de l'École polytechnique (CSX) propose des activités sportives et culturelles[249]. Il est ouvert aux élèves et aux personnels du campus mais aussi aux extérieurs[250]. De nombreuses manifestations sportives sont organisées tous les ans par les élèves, parmi lesquelles le Jumping de l'X[251], la Student Yachting World Cup (Sywoc)[252], le Raid X-Areva[253], le challenge international d'escrime de l'X[254].

Un des moments forts de la vie étudiante est le Point Gamma qui constitue la plus grande soirée étudiante de France. Il est organisé chaque année par les élèves au mois de juin sur le campus de l'École et rassemble plus de 8 000 personnes[255],[256]. Le Bal de l'X est aussi une évènement important, organisé tous les ans par l'Association des anciens élèves et diplômés de l'École polytechnique (AX) conjointement avec des élèves[39].

Les élèves disposent d'une revue, X-Passion, dont le tirage s'élève à environ 2 000 exemplaires et qui paraît trois fois par an[257].

Traditions[modifier | modifier le code]

Photo de la devise de l'École sur le fronton du pavillon Joffre
« Pour la patrie les sciences et la gloire », sur le fronton du pavillon Joffre, jardin Carré, Paris.
Photo de la garde au drapeau
La garde au drapeau de l'École, lors du défilé militaire du 14 juillet 2008.
Photo du drapeau
Avers du drapeau de l'École polytechnique.

La première des traditions est le concours d'entrée, sorte de rite de passage[30]. Il est suivi d'autres traditions, pour la plupart apparues avec le casernement de l'École en 1804[99] et qui ont évolué par la suite. Cependant, en 1968 les plus importantes traditions — comme le bahutage et le Code X — se perdent[55]. Les élèves de la promotion 1967 votent en effet pour ne pas bahuter leurs conscrits'[258]. De plus lors du transfert à Palaiseau en 1976 la direction déplace le service militaire si bien que les promotions 1974 et 1975 ne se rencontrent pas. Ce changement, dû à une volonté d'éviter tout désordre lors du transfert, fort impopulaire parmi les élèves, amène la perte des dernières traditions[59]. Néanmoins à partir de 1985 les traditions, en particulier le bahutage et la Khômiss, sont remises au goût du jour[246].

Ces différentes traditions, ainsi que l'argot polytechnicien, structurent le parcours du polytechnicien et permettent la construction d'une identité du groupe. « L'esprit de corps » des polytechniciens tend ainsi à constituer un véritable « État dans l'État »[30].

La Khômiss[Note 14] est un groupe d'élèves qui existe depuis 1811-1812, malgré une éclipse entre 1966 et 1986[259]. Elle est composée d'une dizaine de membres, les missaires (appelés pitaines aux XIXe et XXe siècles[260]) qui agissent masqués d'une cagoule rouge[261] à l'exception de leur chef, le GénéK, qui est élu par la promotion et porte un képi de général de corps d'armée. Ce dernier désigne ses missaires, chargés de perpétuer « le désordre et les traditions » : apprendre aux nouveaux les valeurs de l'École, exprimer les revendications des élèves lorsque les voies traditionnelles de requête ont échoué, égayer les cérémonies militaires et organiser les soirées de traditions[246],[260].

L'incorporation des élèves (autrefois appelée initiation, absorption, « bahutage »[258], bizutage[68] ou cryptage) puise ses origines dans la militarisation de l'École[99]. Cette tradition est interrompue de 1968 à 1985 en raison du vote de la promotion 1967 contre le bahutage[258]. L'incorporation actuelle, remise en place progressivement à partir de 1985, est organisée par la Khômiss et la Kès. Elle s'inspire du cryptage tel qu'il existait sur la Montagne Sainte-Geneviève mais ne dure qu'une semaine[259].

Tous les élèves ingénieurs polytechniciens (français ou non) possèdent un uniforme appelé « Grand Uniforme » ou « GU » et réalisé sur mesure. Celui-ci comporte notamment un bicorne et une épée appelée « tangente » dans l'argot polytechnicien. Les élèves ne portent plus l'uniforme lors des enseignements, sauf lors de conférences importantes où sont invités des intervenants extérieurs[262],[263]. L'uniforme est revêtu à l'occasion de certaines manifestations comme le bal de l'X mais surtout lors des cérémonies militaires comme le défilé militaire du 14 Juillet, où une délégation de polytechniciens défile en tête de l'Armée française sur les Champs-Élysées, et ce depuis la présidence de Sadi Carnot en 1887[40]. Le drapeau de l'École est au début de la délégation polytechnicienne. Ce drapeau fut remis par Napoléon 1er au cours de la distribution des aigles au Champ-de-Mars le [264]. Sur ce drapeau est brodée la devise donnée par Napoléon à l'École  : « Pour la Patrie, les Sciences et la Gloire »[73]. Depuis la bataille de Paris, en 1814, le drapeau porte comme seul fait d'armes  : « Défense de Paris, 1814 ». Le le second drapeau de l'École fut remis par Émile Loubet, président de la République[265]. Sa cravate est décorée de la Croix de la Légion d'honneur, de la Croix de guerre 1914-1918[40] et de la Croix de guerre 1939-1945[50],[266].

Deux promotions d'élèves ingénieurs se trouvent simultanément à l'École polytechnique, l'une étant une promotion « jône », l'autre « rouje ». Il était autrefois possible de savoir à quelle promotion appartenait un élève en regardant la couleur du liseré de son uniforme d'intérieur  : il était jaune pour ceux entrés une année impaire et rouge pour ceux entrés une année paire. Si les uniformes d'intérieur ont depuis longtemps disparu, l'habitude d'appeler jônes les élèves issus de promotions impaires et roujes ceux de promotions paires s'est maintenue. Les deux couleurs rouge et jaune font désormais partie de l'identité de l'École et on les retrouve notamment sur son logo. Les élèves ayant fait partie de deux promotions successives (par exemple pour cause de redoublement) sont appelés « oranje » car à la fois jônes et roujes[261].

Débouchés[modifier | modifier le code]

Les débouchés différent beaucoup selon la voie d'accès[178] :

  • les élèves du cycle polytechnicien intègrent pour moitié des entreprises et organismes privés en France et à l'international, majoritairement dans l'industrie, le conseil et les services. 25 % d'entre eux choisissent, lorsque leur classement de sortie le leur permet, d'intégrer un grand corps de l'État. 22 % des élèves poursuivent leurs études pour obtenir un doctorat ou un PhD après leur master, mais certaines critiques portent sur la faiblesse de la formation à la recherche de Polytechnique[90] ;
  • les élèves des Programmes Masters s'orientent majoritairement vers un doctorat (ou un PhD) puis vers l'activité professionnelle (notamment dans l'industrie, la banque et le conseil) ;
  • les élèves de l'École doctorale poursuivent majoritairement vers l'enseignement et la recherche, 29 % entrent dans une entreprise.
Diagramme
Choix de sortie entre 1794 et 1966.

Les carrières des polytechniciens ont beaucoup évolué au cours de l'histoire. En effet au milieu du XIXe siècle un quart des élèves accède aux corps de l'État et la majorité rentre dans l'armée, dans l'artillerie ou comme ingénieurs militaires. Après la défaite de 1870 les grands corps n'offrent plus un débouché qu'à 13 % des élèves et l'armée, qui a perdu de son prestige, séduit moins les élèves[35]. Néanmoins certains élèves démissionnent si bien qu'au total un cinquième des polytechniciens s'orientent vers le secteur privé entre 1830 et 1880[38]. Au cours du XIXe siècle l'École s'éloigne progressivement de la recherche. Ainsi les polytechniciens représentent 40 % des scientifiques français de haut niveau entre 1800 et 1840 contre 15 % entre 1840 et 1900[42] et d'après Terry Shinn sur 14 000 élèves des promotions 1804 à 1880 moins de 1 100 se sont consacrés à la recherche pure ou aux sciences appliquées[36]. La Première Guerre mondiale confirme la désaffection pour les carrières militaires : 2 % des élèves de la promotion 1920 demandent à entrer dans l'armée[40]. C'est aussi à partir du XXe siècle que la majorité des polytechniciens exerce une activité économique[38] : le nombre de polytechniciens dans le secteur privé passe de 840 en 1877 à 4 000 à la fin des années vingt[267]. Néanmoins la crise des années 1930 et la menace du chômage dans l'industrie renversent la tendance : près de 90 % des élèves de la promotion 1932 rejoignent les corps militaires. C'est finalement la Seconde Guerre mondiale qui scelle la fin de la figure de l'officier-ingénieur[268]. Puis pendant les Trente Glorieuses, les polytechniciens s'orientent majoritairement vers l'industrie[3] et participent à l'essor de la France[70]. Les carrières-type évoluent et le management prend une place importante dans le parcours professionnel des polytechniciens[3].

Les années 1990 et 2000 ont été marquées par l'augmentation importante de la banque et de la finance dans les carrières à la sortie de l'École[70], attirant notamment des critiques[269],[90]. Comme pour d'autres écoles d'ingénieurs, l'importance des effectifs de jeunes diplômés qui entrent dans la finance[270] suscite des interrogations au vu de l'éloignement par rapport aux missions commerciales ou industrielles auxquelles préparait leur enseignement[271], dans un contexte où la finance est accusée d'asphyxier l'industrie.

Aujourd'hui les carrières militaires (hors ingénieurs militaires) n'attirent plus que deux ou trois polytechniciens par an[272], soit environ 1 % des effectifs[273].

En 2011, le salaire d'embauche moyen annuel brut hors prime des polytechniciens à la sortie de l'École était de 44 000 €. Sa médiane était à 42 000 €[178]. Trois ans après la sortie le salaire moyen se situait entre 44 000 € et 48 000 €, soit l'un des plus élevés parmi les écoles d'ingénieurs françaises[274]. Concernant l'ensemble des diplômés, le salaire médian annuel brut des polytechniciens était sur l'année 2006 de 96 000 € contre 51 550 € pour l'ensemble des ingénieurs français et le salaire moyen était de 114 000 € contre 63 000 € pour l'ensemble des ingénieurs français[275]. Au sein du groupe, d'importantes disparités de salaire existent, ainsi le salaire des polytechniciens dans la fonction publique ayant 6 à 15 ans d'expérience est 35 % inférieur à celui de leurs homologues employés dans le secteur privé industriel[276].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Enseignants[modifier | modifier le code]

Photo de professeurs
Professeurs de l'École polytechnique.

Dès sa création, l'École dispose des plus éminents professeurs de l'époque : Ampère, Fourier, Monge, Laplace. Cauchy (X 1805) et Becquerel (X 1872, prix Nobel de Physique) donnèrent aussi des cours à l'École[277]. Pendant longtemps l'École favorisait les enseignants polytechniciens au détriment des universitaires ou des normaliens, même si les compétences de ces derniers étaient parfois largement supérieures[53]. De plus l'École n'avait que des enseignants cumulants[54]. Après 1970 le corps enseignant connaît une profonde réforme, il est recruté avant tout sur des critères d'excellence, participe activement à la recherche et se reconstitue progressivement[53]. En outre le nombre d'enseignants permanents augmente[54]. Laurent Schwartz, lauréat de la médaille Fields, y fut professeur de 1959 à 1980[49] et Pierre-Louis Lions, autre médaille Fields, y enseigne les mathématiques appliquées depuis 1992[278]. Christopher Pissarides, prix Nobel d'économie, est membre du Conseil d'enseignement et de recherche de l'École polytechnique[279].

Photo d'Henri Becquerel
Henri Becquerel (X 1872), prix Nobel de physique.

Dans le domaine des humanités, Émile Littré et Victor Duruy y furent professeurs d'histoire et de géographie, ce dernier ayant inauguré la chaire d'histoire à Polytechnique[280],[100], Élisabeth Badinter y donna des cours[281] et Alain Finkielkraut y est toujours enseignant[282].

Photo de Valéry Giscard d'Estaing
Valéry Giscard d'Estaing, 20e président de la République française.

Les enseignants occupent l'une des catégories d'emplois suivantes : professeur (définit les enseignements et assure les cours magistraux), professeur associé (assure les cours d'approfondissement), professeur chargé de cours (assure les cours d'application), maître de conférences (encadre des groupes d'élèves et anime des séminaire) ou chargé d'enseignement (encadre les travaux pratiques, expérimentaux ou informatiques)[283].

Anciens élèves et diplômés[modifier | modifier le code]

Photo de Maurice Allais
Maurice Allais, prix Nobel d'économie.

Le statut et les missions particulières de l'École polytechnique — école d'ingénieurs sous statut militaire dotée d'un important pôle de recherche — font que l'on trouve des polytechniciens dans de nombreux domaines.

Dans les armées on peut citer les maréchaux de France Joffre, Foch, Fayolle et Maunoury ainsi que l'officier de marine et héros de la Résistance Honoré d'Estienne d'Orves[284],[285].

Dans le domaine des sciences, on compte les mathématiciens Cauchy, Gustave Coriolis, Henri Poincaré, Poisson et Benoît Mandelbrot, les physiciens Henri Becquerel, Carnot, Fresnel, le chimiste Gay-Lussac, l'économiste Maurice Allais, le généticien Albert Jacquard, l'ingénieur Albert Caquot et le sociologue Alfred Sauvy[284],[285]. Des dizaines de polytechniciens furent membres de l'Institut de France ou de l'Académie nationale de médecine[286].

Deux polytechniciens ont reçu un prix Nobel : Henri Becquerel en physique et Maurice Allais en économie. Jean-Christophe Yoccoz, docteur de l'École polytechnique, a reçu la médaille Fields[287].

De nombreux polytechniciens se sont aussi engagés en politique, jusqu'à atteindre la Présidence de la République française pour trois d'entre eux : Sadi Carnot, Albert Lebrun et Valéry Giscard d'Estaing[284].

Les anciens élèves de l'École ont aussi fondé de nombreuses entreprises, comme André Citroën, Conrad Schlumberger et Auguste Detœuf (Alstom). D'autres ont occupé les fonctions les plus importantes de grandes entreprises : Patrick Kron (Alstom), Claude Bébéar (Axa), Michel Pébereau (BNP Paribas), Pierre Gadonneix (EDF), Didier Lombard (France Télécom), Bertrand Collomb (Lafarge), Bernard Arnault (LVMH), Carlos Ghosn (Nissan / Renault), Jean-Paul Herteman (Safran), Jean-Louis Beffa (Saint-Gobain), Gérard Mestrallet (GDF Suez), Jean-Bernard Lévy (Thales)[284],[285].

Parmi les polytechniciens célèbres ayant fait des carrières non-scientifiques se trouvent le compositeur Pierre Schaeffer, le philosophe Auguste Comte, l'architecte Paul Andreu, le journaliste Jean-Jacques Servan-Schreiber, le joueur de tennis Jean Borotra, le joueur de rugby Yves du Manoir[284] ou encore le collectionneur et dégustateur de vins François Audouze[288].

Le titre d'ancien élève de l'École polytechnique ne peut être porté, depuis la mise en application du décret du , qu'après délivrance du diplôme de fin d'études de l'École polytechnique. Les anciens élèves de l'École polytechnique sont désignés par la lettre X suivie du millésime de leur promotion, c'est-à-dire l'année d'entrée à l'École. Les titulaires d'un diplôme de master sont respectivement désignés par les lettres M et D suivies de l'année d'obtention de leur diplôme, c'est-à-dire l'année de sortie de l'École[289].

L'association des anciens élèves est dénommée « Association des anciens élèves et diplômés de l'École polytechnique – AX » depuis le et accueille depuis cette date, en plus des anciens élèves (titulaires du diplôme d'ingénieur), les actuels élèves de la formation polytechnicienne ainsi que les diplômés et étudiants de doctorat et de master[290]. La force de la communauté des anciens élèves a conduit Jacques Kosciusko-Morizet à parler de « mafia polytechnicienne »[291].

Influence de l'École[modifier | modifier le code]

L'École polytechnique dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Voir aussi : École polytechnique sur Wikiquote.
Photo du défile du 14 juillet 2010.
Élèves de l'École lors du défilé du 14 juillet 2010.

L'École polytechnique est rattachée, dans la conscience collective à l'idéal républicain et à la gloire napoléonienne, au même titre que les préfets, les lycées ou le Code civil[31]. Ainsi, Victor Hugo la met sur le même plan que la Légion d'honneur et que l'Institut : « Deux républiques sont possibles. L'une abattra le drapeau tricolore sous le drapeau rouge, fera des gros sous avec la colonne, jettera bas la statue de Napoléon et dressera la statue de Marat, détruira l'institut, l'école polytechnique et la légion d'honneur (…)[292]. » Si bien que pour l'homme de la rue, Polytechnique a été fondée par Napoléon. L'École polytechnique participe ainsi du mythe napoléonien, au même titre que les grandes institutions nées sous le Consulat et qui structurent toujours la société française[31], comme le suggère Victor Hugo : « Elle [la Convention] donnait à la circulation le télégraphe, à la vieillesse les hospices dotés, à la maladie les hôpitaux purifiés, à l'enseignement l'école polytechnique, à la science le bureau des longitudes, à l'esprit humain l'institut[293]. » C'est la gloire liée à l'École polytechnique qui conduit Gustave Flaubert à écrire : « Polytechnique, rêve de toutes les mères (vieux)[294]. »

Dans l'imaginaire populaire, l'École polytechnique est symbolisée par le Grand Uniforme et ses accessoires (bicornes et épée)[263] et elle incarne les « qualités et les défauts de l'excellence scolaire et de la réussite sociale « à la française »[295] tandis que la figure du polytechnicien est « synonyme de rigueur et d'abstraction, de travail acharné et d'excessive sûreté de soi, d'archaïsme social (l'uniforme, les concours) et de modernité technique (Ariane, le TGV) »[233]. Cette image populaire se retrouve dans l'expression « Pour savoir ça, y'a pas besoin d'être sorti de Polytechnique ! » qui, jusque dans son caractère ironique, souligne la distance entre un savoir ordinaire et un savoir complet longuement acquis que détiendrait par droit d'école le polytechnicien[296].

En outre de nombreux auteurs ont fait remarquer le raisonnement excessivement scientifique des polytechniciens. Ainsi André Maurois écrivit  : « — Un polytechnicien est un homme qui croit que tous les êtres, vivants ou inanimés, peuvent être définis avec rigueur et soumis au calcul algébrique. Un polytechnicien met en équation la victoire, la tempête et l'amour[297]. » C'est pourquoi la formation dispensée à l'École polytechnique a été critiquée par certains auteurs (parce que trop théorique et éloignée des réalités) tels qu'Yvan Audouard : « Le contact humain, c'est ce qui fait le plus cruellement défaut à cette époque polytechnicienne, technocrate et structuraliste[298]. » L'École illustre aussi l'élitisme et la technocratie comme le suggère la chanson intitulée « La marche des Polytechniciens » dans le spectacle musical La Tour Eiffel qui tue : « Grâce aux équations de tous les degrés, nous gouvernerons un jour l'univers[68]. » Polytechnique représente pour certains auteurs et artistes l'avidité du monde de l'entreprise des années 1990 et 2000. Ainsi Albert Jacquard affirma ainsi  : « Je suis polytechnicien, j'ai une formation d'ingénieur ; je suis effaré de constater que certains de mes chers collègues ont voué leur vie à réussir une carrière, à devenir les serviteurs zélés et efficaces d'entreprises dont ils ignorent, dont ils ne veulent pas connaître les finalités. Ils ne sont plus que des objets[299]. » Tandis que Costa-Gavras choisit un polytechnicien pour personnage principal du film Le Capital, critique des dérives de la finance moderne[300].

L'École polytechnique et ce qui l'entoure sont de plus utilisés dans plusieurs œuvres de fiction. Ainsi Stendhal (qui passa l'examen en 1799[301]) mentionne l'établissement 78 fois dans l'ensemble de son œuvre et nombre de ses héros sont polytechniciens (Octave de Malivert, Lucien Leuwen et Fédor de Miossens en particulier)[302]. En 1982, Tout feu, tout flamme met en scène une polytechnicienne, jouée par Isabelle Adjani, sûrement inspirée par Anne Chopinet[58].

Influence du modèle polytechnicien[modifier | modifier le code]

Logo de Polytechnique Belgique
Sigle X de la formation polytechnique de l'École royale militaire belge.

Dans les années qui suivent sa création en 1794, l'École polytechnique acquiert une renommée importante, tant en France qu'à l'étranger. Elle sert ainsi de modèle à de nombreux établissements d'enseignement supérieurs, civils ou militaires. On peut ainsi citer Boston Tech (futur MIT)[Note 15], les polytechnics anglais et les Technische Hochschulen allemandes[102] ou encore l'Académie militaire de West Point[Note 16]. Cette dernière a maintenu des liens avec l'École polytechnique et s'est beaucoup inspirée des structures et des traditions de Polytechnique  : le « Honor Code » est par exemple l'équivalent du Code X[303]. Certains polytechniciens ont créé d'autres institutions telles que l'École royale militaire belge, fondée en 1832 par le lieutenant-colonel Jean Chapelié (X 1812) et organisée sur le même schéma que l'École polytechnique[304] ou l'Institut militaire de Virginie fondé par le colonel Claudius Crozet (en) en 1839[305]. En France, l'École centrale[Note 17] est conçue comme une « nouvelle École polytechnique », plus proche de l'industrie[37]. D'autres écoles reprennent le nom même de Polytechnique, sans pour autant avoir de relation avec l'École polytechnique. Ainsi l'École polytechnique de Montréal, fondée en 1873, s'inspire directement de son homologue parisienne[306] et l'École polytechnique féminine est fondée en 1925 afin d'être une École polytechnique pour les jeunes filles[240].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Ces effectifs n'incluent que les personnels rémunérés par l'École polytechnique.
  2. Cette appellation est peu usitée.
  3. Décret du 27 messidor an XII ().
  4. Joffre, Foch, Fayolle et Maunoury
  5. À l'exception de l'intérim de François Arago en 1830 et de la gouvernance de René Claudon de 1943 à 1944.
  6. Auparavant l'économie était uniquement enseignée en école d'application[101].
  7. Auparavant seul l'économie politique et sociale était enseignée[101].
  8. La biologie avait été introduite à l'École sous forme d'une option de biophysique en 1972[106].
  9. Allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, italien, japonais, russe
  10. Aviron, badminton, basket-ball, boxe pieds-poings, équitation, escalade, escrime, football, handball, judo, natation, raid orientation, rugby, tennis et volley-ball[112]
  11. Les écoles d'ingénieurs partenaires étaient en 2012 : AgroParisTech, Chimie ParisTech, l'ENSAE ParisTech, l'ENSEEIHT, l'ENSIMAG, l'ENSTA ParisTech, l'IFP School, l'INSTN, l'IOGS, l'ISAE-SUPAERO, Mines ParisTech, Ponts ParisTech, Supélec, Télécom Bretagne et Télécom ParisTech[108].
  12. Auguste-François Perrinon (X 1832, métis martiniquais), Charles Wilkinson (X 1849, créole martiniquais) et Camille Mortenol (X 1880, noir guadeloupéen) furent les premiers polytechniciens qui n'étaient pas blancs[227].
  13. Les promotions sont à l'époque composées d'une centaine d'élèves.
  14. Aussi orthographié Khomiss, Kommiss ou Commiss.
  15. Boston Tech fut fondé en 1861.
  16. L'Académie militaire de West Point fut fondée en 1802.
  17. L'École centrale fut fondée en 1829.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Rapport d'activité 2012, sur le site de l'École.
  2. a et b Jacques Biot nommé Président de l’École polytechnique, actualité du 26 juin 2013 sur le site de l'École.
  3. a, b, c, d et e Institution : Polytechnique, réforme obligatoire, article du 15 novembre 2012 sur le site de L'Usine nouvelle.
  4. a, b, c et d Rapport d'activité de l'École Polytechnique 2011, sur le site de l'École polytechnique.
  5. a, b, c et d Une École tournée vers l'avenir, sur le site de l'École.
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l L'École en chiffre, sur le site de l'École.
  7. EP Paris - École polytechnique - X - Écoles), sur le site de la Conférence des grandes écoles
  8. a, b, c, d et e (en) Ivor Grattan-Guinness, « The Ecole Polytechnique, 1794-1850: Differences over Educational Purpose and Teaching Practice », The American Mathematical Monthly, Mathematical Association of America, vol. 112, no 3,‎ mars 2005, p. 233-250 (lire en ligne)
  9. a, b et c (Callot et al. 2004, Évolutions récentes de l'enseignement)
  10. a, b, c et d « Chronologie des premières années de l'École polytechnique (1794 - 1799) » Bulletin de la Sabix Lire en ligne, 8 | 1991.
  11. Définition de polytechnique, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  12. Programmes de l'enseignement polytechnique de l'École centrale des travaux publics, Paris,‎ pluviôse 1795
  13. a et b (Callot et al. 2004, Le séminaire de la rue Descartes)
  14. Définition de polytechnicien, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  15. Histoire et patrimoine, sur le site de l'École.
  16. (Lévy et Pinet 1894, X)
  17. Fabrice Mattatia (ill. Laurent Di Cesare et Jérémie Wainstain), Dictionnaire d'argot de l'X : Tout sur le langage des polytechniciens, Paris, Lavauzelle,‎ 2004, 2e éd., 144 p. (ISBN 2702512305)
  18. X : Définition de X, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  19. (en) Admissions and Entrance Exams - International Exchange Program, sur le site de l'École.
  20. PIPO : Définition de PIPO, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  21. Foire aux questions, sur Polytechnique.org
  22. Écoles de l'an III
  23. a et b Les grandes périodes de l'histoire de l'École : Des débuts révolutionnaires, sur le site de l'École.
  24. Janis Langins. « Une lettre inédite de Fourier sur l'enseignement destiné aux ingénieurs en 1797 » Revue d'histoire des sciences 1981, Tome 34 nos 3-4. p. 193-207. DOI:10.3406/rhs.1981.1765 Lire en ligne, consulté le 28 mars 2013)
  25. Extrait de la Loi du 30 Vendémiaire, an IV, concernant les Écoles de services publics.
  26. Bruno Belhoste. « Ambroise Fourcy & Jean Dhombres (Introd.) Histoire de l'École polytechnique, Paris, Belin, 1987, (Librairie du bicentenaire de la Révolution française) ; Janis Langins & Emmanuel Grison (Préf.) La République avait besoin de savants : l'École centrale des travaux publics et les cours révolutionnaires de l'an III, Paris, Belin, 1987, (Librairie du bicentenaire de la Révolution française) » Histoire de l'éducation, 1988, vol. 37, no 1, p. 86-92. (Lire en ligne, consulté le 28 mars 2013)
  27. a, b et c (en) Friedrich Hayek, The Counter Revolution Of Science : Studies on the Abuse of Reason, Liberty Fund,‎ 1955, 415 p. (ISBN 978-0913966679, lire en ligne), partie II, « The source of the scientistic hubris: l'École Polytechnique »
  28. Les grandes périodes de l'histoire de l'École : Une école impériale militaire et disciplinée, sur le site de l'École.
  29. « Histoire de l'École polytechnique » sur le site du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
  30. a, b, c, d, e, f et g Jean-Luc Chappey, « La Formation d'une technocratie. L'École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire » Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 337 | juillet-septembre 2004, mis en ligne le 15 février 2006, consulté le 2 mars 2013. URL : http://ahrf.revues.org/1564
  31. a, b et c Emmanuel Grison, « Napoléon 1er », Bulletin de la Sabix [En ligne], 23 | 2000, mis en ligne le 09 mars 2010, consulté le 16 février 2013. URL : http://sabix.revues.org/214
  32. Wilhelm Röpke, Civitas Humana, Paris, Librairie de Médicis,‎ 1946, 381 p., p. 119-121
  33. (Callot et al. 2004, La politique à l'École)
  34. (Callot et al. 2004, 1848 - Le miracle polytechnicien)
  35. a, b, c, d et e Jean-Pierre Daviet. « Terry Shinn. Savoir scientifique et pouvoir social. L'École polytechnique 1794-1914, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1980 » Histoire de l'éducation, 1981, vol. 10, no 1, p. 33-37. lire en ligne, Consulté le 03 mars 2013
  36. a, b, c, d, e, f, g, h et i Étienne Schweisguth. « Shinn Terry. L'École polytechnique » Revue française de sociologie, 1981, vol. 22, no 4, p. 655-657, lire en ligne. Consulté le 03 mars 2013
  37. a, b, c, d et e Bruno Belhoste, « À propos des missions de l'École polytechnique : une réflexion historique », Bulletin de la Sabix En ligne, 26 | 2000, mis en ligne le 26 avril 2010, consulté le 31 décembre 2012.
  38. a, b et c Dominique Barjot, Michèle Merger et François Crouzet, Les Entreprises et leurs réseaux : hommes, capitaux, techniques et pouvoirs, XIXe-XXe siècles : Mélanges en l'honneur de François Caron, Presses Paris Sorbonne, coll. « Mondes Contemporains »,‎ 1998, 838 p. (ISBN 9782840501220 et 2840501228), « Écoles, universités, développement économique », p. 54-61
  39. a et b (Callot et al. 2004, Le deuil de Bordeaux)
  40. a, b, c, d, e, f et g Bernard Villermet, « L'École polytechnique de 1914 à 1920 », Bulletin de la Sabix En ligne, 10 | 1993, mis en ligne le 24 juillet 2011, consulté le 30 décembre 2012.
  41. Jean-Louis Basdevant, Énergie nucléaire, Éditions de l'École polytechnique,‎ 2002, 336 p. (lire en ligne), p. 27
  42. a, b, c et d (Belhoste, Dahan Dalmedico et Picon 1994, Les années d'enlisement. L'École polytechnique de 1870 à l'entre-deux-guerres)
  43. Les grandes périodes de l'histoire de l'École : Une école républicaine, sur le site de l'École.
  44. Les élèves "bis", sur le site de l'association X-Résistance.
  45. Guigueno Vincent. Les élèves juifs et l'école polytechnique (1940-1943). La reconquête d'une identité. In: Vingtième Siècle. Revue d'histoire. no 57, janvier-mars 1998. p. 76-88. lire en ligne (Consulté le 06 janvier 2013)
  46. Le patrimoine de l'École polytechnique, sur le site de l'École.
  47. La réorganisation de l'X, sur le site de l'association X-Résistance.
  48. a et b (Callot et al. 2004, Le morne exil de Lyon)
  49. a et b Alain Guichardet, « Laurent Schwartz et l'École Polytechnique », Bulletin de la Sabix, no 39 « André-Louis Cholesky »,‎ décembre 2005 (lire en ligne)
  50. a, b et c (Callot et al. 2004, Évolution et réformes)
  51. Christian Hottin, « Les Délices du campus ou le douloureux exil », Histoire de l’éducation [En ligne], 102 | 2004, mis en ligne le 02 janvier 2009, consulté le 25 mai 2013. lire en ligne ; DOI : 10.4000/histoire-education.721
  52. (Callot et al. 2004, Le transfert de l'École)
  53. a, b, c, d, e, f et g (Lesourne 1994, Quarante années de difficiles transformations à l'École polytechnique)
  54. a, b, c, d et e (Lesourne 1994, Ma bataille pour moderniser l'École polytechnique)
  55. a et b (Callot et al. 2004, La réforme de 1970)
  56. École polytechnique (X), sur le site des coulisses du défilé du 14 juillet
  57. a et b Loi no 70-631 du 15 juillet 1970 relative à l'École polytechnique, art. 8.
  58. a, b et c 40e Anniversaire de l'admission des filles à l'École polytechnique en 1972, sur le site de la Bibliothèque Centrale de l'École polytechnique.
  59. a et b (Callot et al. 2004, L'École à Palaiseau)
  60. a, b et c Arrêté du 27 juin 1985 Relatif à la liste des établissements autorisés à délivrer, seuls, le doctorat, sur le site de l'École.
  61. a, b, c, d et e Présentation Graduate school, sur le site de l'École.
  62. a et b Histoire et patrimoine, sur le site de l'École.
  63. Le stage de formation humaine, sur le site de l'École.
  64. De l'Idex Paris‐Saclay vers l'Université Paris‐Saclay, dossier du presse du 20 février 2012 sur le site de l'Université Paris-Saclay
  65. Vidéo du Directeur Général de l'École le 27 mars 2013
  66. L’École polytechnique fait peau neuve ! : entretien avec Marion Guillou, sa présidente, et Yves Demay, son directeur général, article du 15 mai 2013.
  67. (Callot et al. 2004, L'externat polytechnicien)
  68. a, b, c, d et e Polytechnique : une caste en démocratie ?, émission du 5 mai 2012 à 10 heures sur France Culture écouter en ligne
  69. a, b et c Code de l'éducation
  70. a, b, c, d, e, f, g, h et i "24h au cœur de la Recherche" : Histoire de l'école polytechnique et l'évolution du métier d'ingénieur, émission du 3 février 2011 à 9 heures 5 sur France Culture écouter en ligne
  71. (Callot et al. 2004, La fondation)
  72. Loi du 7 vendémiaire an III ()
  73. a, b, c et d Emmanuel Grison, « François Arago et l'École polytechnique » Bulletin de la Sabix [En ligne], 4 | 1989, mis en ligne le 09 avril 2011, consulté le 06 janvier 2013, lire en ligne
  74. Jean Nicolas Pierre Hachette, Correspondance sur l'École impériale polytechnique : à l'usage des élèves de cette école, t. I : Avril 1804 — Mars 1808, J. Klostermann,‎ 1813 (lire en ligne)
  75. Décret no 56-708 du 17 juillet 1956 modifiant le décret du 4 octobre 1930 portant règlement sur l'organisation de l'école polytechnique, sur Légifrance
  76. Article 1 de la loi no 70-631 du 15 juillet 1970 relative à l'école polytechnique
  77. a et b Statut de l'école polytechnique - Discours - Michel Debré, sur le site de l'Assemblée nationale
  78. Charles de Gaulle, « Allocution prononcée a l'École Polytechnique par le Général De Gaulle, président de la République française, le 9 juin 1959 », Bulletin de la Sabix [En ligne], 43 | 2009, mis en ligne le 27 août 2009, consulté le 03 mars 2013. URL : http://sabix.revues.org/172
  79. (Lesourne 1994, Pour une École polytechnique dans le XXIe siècle)
  80. Loi no 94-577 du 12 juillet 1994 tendant à préciser les missions actuelles de l'École polytechnique
  81. Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, sur l'histoire et la mission de l'École Polytechnique, l'évolution de son enseignement et son ouverture à des étudiants et chercheurs étrangers, à Palaiseau le 10 mars 1994.
  82. a et b Décret no 2013-233 du 21 mars 2013 modifiant le décret no 96-1124 du 20 décembre 1996 relatif à l'organisation et au régime administratif et financier de l'École polytechnique
  83. Décret no 2013-233 du 21 mars 2013 modifiant le décret no 96-1124 du 20 décembre 1996 relatif à l'organisation et au régime administratif et financier de l'École polytechnique
  84. (Fourcy 1987, p. 212)
  85. Claudine Billoux, « Le fonds « Prieur de la Côte d'Or » ou les tribulations d'un « Trésor »… Archivistique - Quelques acquisitions récentes de pièces d'archives par la SABIX et la Bibliothèque de l'École polytechnique », Bulletin de la Sabix Lire en ligne, 8 | 1991, mis en ligne le 09 mai 2011, consulté le 26 mars 2013.
  86. Emmanuel Grison, « Les premières attaques contre l'École polytechnique (1796-1799). La défense de l'École par Prieur de la Côte d'Or et Guyton de Morveau », Bulletin de la Sabix Lire en ligne, 8 | 1991, mis en ligne le 09 mai 2011, consulté le 26 mars 2013.
  87. Campagne de l'X - Accueil campagne de levée de fonds, sur le site de la Campagne pour l'École polytechnique.
  88. a, b, c et d Contrat d'objectifs et de performance 2012-2016, sur le site de l'École.
  89. Classement des écoles d'ingénieurs 2013, sur le site de l'Usine nouvelle.
  90. a, b, c et d L'X sert-elle vraiment à quelque chose?, article de François Garçon du 18 octobre 2011 sur le site du Nouvel Observateur.
  91. a et b Polytechnique, grande école en quête de nouvelles armes | La-Croix.com, article du 25 juillet 2012 sur le site du journal La Croix
  92. a, b et c Gestion de l'École polytechnique, 8 pages, 17 février 2012, sur le site de la Cour des comptes.
  93. Décret no 70-323 du 13 avril 1970 relatif au remboursement des frais de scolarité par certains élèves de l'école polytechnique., sur Legifrance
  94. Frais de scolarité à Polytechnique : vers un remboursement (presque) généralisé, article du 2 avril 2012 sur EducPros.
  95. Polytechnique veut rétablir la « pantoufle », article du 4 juillet 2013 sur Le grand amphi.
  96. Les Départements de l'École Polytechnique, sur le site de l'École.
  97. Décret du 10 octobre 1937 instituant le titre d'ingénieur diplômé de l'École Polytechnique, sur le site de l'École.
  98. Décret no 2001-622 du 12 juillet 2001 relatif à la formation des élèves de l'École polytechnique
  99. a, b et c (Callot et al. 2004, L'École polytechnique sur la montagne Sainte-Geneviève)
  100. a et b Jean-Charles Geslot, Victor Duruy: Historien et ministre (1811-1894), Presses Univ. Septentrion,‎ 2009, 424 p. (ISBN 2757401033), p. 140
  101. a, b et c (Belhoste, Dahan Dalmedico et Picon 1994, L'économie à l'École polytechnique)
  102. a et b Charles C. Gillispie, « L'École Polytechnique », Bulletin de la Sabix [En ligne], 42 | 2008, mis en ligne le 27 août 2009, consulté le 03 mars 2013. URL : http://sabix.revues.org/117
  103. a, b et c (Callot et al. 2004, Évolution de l'enseignement à l'X)
  104. (Shinn 1980, p. 45)
  105. (Lesourne 1994, p. 94)
  106. (Lesourne 1994, p. 54)
  107. École Polytechnique - Le cycle polytechnicien, sur le site de l'École.
  108. a, b, c, d, e et f Livret des formations à finalité professionnelle, sur le site de l'École.
  109. Département Humanités et Sciences Sociales, sur le site de l'École.
  110. Langues enseignées, sur le site de l'École.
  111. Département Langues et Cultures - Français langue étrangère, sur le site de l'École.
  112. LIVRET D'ACCUEIL, sur le site de l'École.
  113. a et b [PDF] L'encadrement militaire direct, sur le site de l'École
  114. a et b Arrêté du 14 août 2001 relatif à la formation militaire et à la formation à l'exercice des responsabilités des élèves français de l'École polytechnique prévues à l'article 2 du décret no 2000-900 du 14 septembre 2000 fixant certaines dispositions d'ordre statutaire applicables aux élèves français de l'École polytechnique
  115. Textes officiels, sur le site de l'École.
  116. Un pas de plus pour l'intégration des élèves étrangers, sur le site de l'École.
  117. a et b Le stage de formation humaine, sur le site de l'École.
  118. Jean Novacq, « Les polytechniciens et le service national », La Jaune et la Rouge, no 529,‎ novembre 1997 (lire en ligne)
  119. Formations de 4e année, sur le site de l'École.
  120. Décret no 2012-1029 du 5 septembre 2012 - Article 5
  121. Définition : corpsard, dictionnaire Larousse.
  122. Les accros du cumul, article du 22 mars 2004 sur le site de L'Express
  123. Orientation 4 A - Spécialisations X-HEC, sur le site de l'École.
  124. a et b Lancement du double diplôme École Polytechnique / HEC Paris, article du 11 avril 2012 sur le site d'HEC Paris
  125. Graduateschool - Nos Masters, sur le site de l'École.
  126. Master - Présentation, sur le site de l'École.
  127. Les Masters ParisTech, sur le site de l'École.
  128. a et b Les Laboratoires de l'École Polytechnique, sur le site de l'École.
  129. a et b Rapport d'activité scientifique 2010
  130. Prix de thèse, sur le site de l'École.
  131. Prix de thèse ParisTech, sur le site de ParisTech
  132. [Évaluation de l'école doctorale de l'École Polytechnique], juillet 2009, sur le site de l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur.
  133. [Liste des projets d'Écoles Doctorales au 29 mars 2013], sur le site de l'Université Paris-Saclay.
  134. L'X premier établissement français à rejoindre Coursera, actualité du 22 février 2013 sur le site de l'École.
  135. À la rentrée, tout le monde pourra devenir (un peu) polytechnicien, article du 1er mars 2013 sur le site du journal Le Point.
  136. Qui sommes-nous ?, sur le site du Collège de Polytechnique
  137. Stanford Ignite - Polytechnique, sur le site de la Stanford Graduate School of Business.
  138. Hélène Tron, « Chimie et laboratoires à l'École polytechnique du Palais-Bourbon (1794-1805) », Bulletin de la Sabix En ligne, 15 | 1996, mis en ligne le 02 janvier 2012, consulté le 31 décembre 2012.
  139. a et b (Belhoste, Dahan Dalmedico et Picon 1994, Le renouveau de la recherche à l'École polytechnique)
  140. (Lesourne 1994, p. 24)
  141. Le Figaro - Formation : Polytechnique défend l'excellence des écoles d'ingénieurs, article du 17 octobre 2010 sur le site du journal Le Figaro
  142. Palmarès 2012 : les plus importants contrats de recherche, article du 6 avril 2012 sur le site d'Industrie et Technologies
  143. Palmarès 2012 : les écoles les mieux dotées en doctorants, article du 6 avril 2012 sur le site d'Industrie et Technologies
  144. École Polytechnique - Le stage de recherche, sur le site de l'École.
  145. a et b Projet scientifique, sur le site de l'École.
  146. a et b Projet de développement du Centre de recherche, dossier de presse du 30 juin 2011 sur le site de l'Université Paris-Saclay.
  147. Des médecins dans les laboratoires de l'École : appel à candidature, actualité du 13 mars 2013 sur le site de l'École.
  148. 5 nouveaux Labex à Saclay, actualité du 5 février 2012 sur le site de l'École.
  149. X:: Par année de publication, publications sur la plateforme HAL.
  150. HAL - Polytechnique :: Accueil, portail des publications scientifiques en libre accès de l'École polytechnique
  151. Les Éditions de l'École Polytechnique
  152. FlashX : archives, sur le site de l'École.
  153. Numérisation du Journal de l'École polytechnique, sur le site de l'École.
  154. a et b (en) École Polytechnique, sur le site du classement de Shanghai.
  155. (en) CWTS Leiden Ranking 2013 - Ranking
  156. (en) Alma Mater Index: Global Executives 2013, sur le site de Times Higher Education.
  157. (en) École Polytechnique Rankings, sur le site du classement de Quacquarelli Symonds.
  158. (en) World University Rankings - World University Rankingsss - 2013-14 - École Polytechnique, sur le site du classement du magazine Times Higher Education
  159. Écoles d'ingénieurs - Le palmarès Grandes écoles 2013, sur le site de Challenges.
  160. Classement 2013 des écoles d'ingénieurs par note globale, sur le site de L'Usine nouvelle.
  161. Écoles d'ingénieurs : le palmarès 2012 - Analyses complètes IT, sur le site d'Industrie et Technologies.
  162. L'X toujours en tête du classement l'Étudiant, sur le site de l'École.
  163. Marion Guillou : « À Polytechnique, les salaires que nous proposons aux professeurs ne sont plus concurrentiels » | La-Croix.com, article du 25 juillet 2012 sur le site de La Croix
  164. Les Chaires d'enseignement et de recherche, sur le site de l'École.
  165. Fonctionnement des chaires, sur le site de l'École.
  166. Comité de Liaison Entreprises-X, sur le site de la Fondation de l'École polytechnique.
  167. Tables Rondes, sur le site de la Fondation de l'École polytechnique.
  168. Visites métiers en entreprises, sur le site de l'École.
  169. Stages élèves, sur le site de la Fondation de l'École polytechnique.
  170. Projet Scientifique Collectif, sur le site de la Fondation de l'École polytechnique.
  171. Forum des Entreprises, sur le site de la Fondation de l'École polytechnique.
  172. Accueil, site du X-Forum.
  173. Entreprises, sur le site de l'École.
  174. a et b Comment être Polytechnicien, entrepreneur et innovateur, article du 3 mai 2013 sur Media Paris-Saclay.
  175. X-Création, sur le site de la Fondation de l'École polytechnique.
  176. La fondation pour les créateurs d'entreprises, sur le site de la Fondation de l'École polytechnique.
  177. XMP BADGE, Les Business Angels des Grandes Écoles
  178. a, b et c Enquête premier emploi 2013, sur le site de l'École.
  179. XProjets, site officiel.
  180. Les conventions CIFRE, sur le site de l'École.
  181. L'École Polytechnique forme-t-elle efficacement à l'innovation ?, article du 5 octobre 2011 sur L'Usine nouvelle.
  182. Discours du Premier ministre, François Fillon, prononcé à l'École polytechnique, Palaiseau, le samedi 17 décembre 2009.
  183. (Lesourne 1994, p. 142)
  184. Relations internationales, sur le site de l'École.
  185. Un double diplôme avec Columbia, article du 11 juin 2012 sur le site de l'École.
  186. (en) Master's Exchange Program Agreement Signed with École Polytechnique, actualité du 7 mai 2013 sur le site de Caltech.
  187. Cycle ingénieur : stages et formations à l'étranger, sur le site de l'École.
  188. a et b École Polytechnique - Développer l'attractivité internationale, sur le site de l'École.
  189. Établissements partenaires, sur le site de l'École.
  190. 2006 à nos jours avec Jean-Louis Martin, sur le site de l'IOGS
  191. ENSTA ParisTech 2012, sur le site de l'ENSTA ParisTech
  192. Réunion d'information École polytechnique 27 mars 2013, sur le site de l'École.
  193. Révision simplifiée (fin 2012), sur le site de la ville de Palaiseau
  194. Locations pour évènements, sur le site de l'École.
  195. Découvrir la bibliothèque, sur le site de l'École.
  196. Services et vie pratique, sur le site de l'École.
  197. Maison d'Hôtes, sur le site de l'École.
  198. Extension des capacités du Magnan, sur le site de l'École.
  199. Les autres services, sur le site de l'École.
  200. Sport, sur le site de l'École.
  201. « Se rendre sur le campus », sur le site de l'École.
  202. Plan du réseau Trans'Essonne, sur le site d'Albatrans.
  203. « Réseau Bus - Les Cars d'Orsay », sur le site de Veolia Transdev.
  204. KeyLib Autopartage - Voitures en libre-service, site officiel.
  205. La ligne 18 à Paris-Saclay, sur le site media-paris-saclay.fr.
  206. Palaiseau, sur le site de la Société du Grand Paris
  207. Transports : la future desserte du plateau, sur le site de l'École.
  208. a et b Bruno Belhoste, « Anatomie d'un concours : L'organisation de l'examen d'admission à l'École polytechnique de la révolution à nos jours », Histoire de l'éducation, Paris, no 92,‎ 2002 (lire en ligne)
  209. a, b, c, d, e et f Nombre de places, sur le site de l'École.
  210. Arrêté du 13 mars 1997 relatif aux conditions d'admission à l'École polytechnique par la voie du concours d'admission en première année à l'École normale supérieure de Cachan (concours PSI)
  211. Décision du 2 décembre 1997 fixant le nombre d'élèves à admettre à l'École polytechnique en 1998
  212. Arrêté du 18 mars 1999 relatif aux différentes filières du concours d'admission à l'École polytechnique
  213. Arrêté du 22 mars 1999 relatif aux conditions d'admission à l'École polytechnique par la filière Physique et technologie (PT)
  214. Arrêté du 1er mars 2011 portant création de banques d'épreuves écrites communes aux concours d'admission à l'École polytechnique et aux écoles normales supérieures par les filières mathématiques et physique (MP) et physique et chimie (PC)
  215. Site Admissions et Concours - Filière universitaire : conditions d'admission, sur le site de l'École.
  216. Concours Cycle Polytechnicien, sur le site de l'École.
  217. Site Admissions et Concours - Filière universitaire : conditions d'admission, sur le site de l'École.
  218. Graduateschool - Niveaux et conditions d'admission, sur le site de l'École.
  219. Graduateschool - Candidater au doctorat, sur le site de l'École.
  220. a et b Jacques Attali, Pour un modèle européen d'enseignement supérieur, Rapport - février 1998, 85 pages, lire en ligne
  221. Ces lycées qui monopolisent la fabrique des élites, Maryline Baumard, Le Monde, 13 octobre 2011
  222. C. P. Marielle, Répertoire de l'École impériale polytechnique : ou, Renseignements sur les élèves qui ont fait partie de l'institution depuis l'époque de sa création en 1794 jusqu'en 1853 inclusivement, avec plusieurs tableaux et résumés statistiques, suivi de la liste des élèves admis en 1854 et de l'indication des mutations survenues dans l'intérieur de l'école jusqu'au 25 septembre 1855, Mallet-Bachelier,‎ 1855, 289 p. (lire en ligne), p. 328
  223. a, b et c Anousheh Karvar, « L'École polytechnique et l'international : un bilan historique », Bulletin de la Sabix En ligne, 26 | 2000, mis en ligne le 05 novembre 2010, consulté le 31 décembre 2012.
  224. (Lévy et Pinet 1894, Constantes)
  225. « Annexe no 1 : Répartition géographique des élèves étrangers 1921-1985 », Bulletin de la Sabix En ligne, 26 | 2000, mis en ligne le 26 avril 2010, consulté le 31 décembre 2012.
  226. « Annexe no 2 : Tendance au retour dans le pays d'origine des élèves étrangers 1955-1985 », Bulletin de la Sabix En ligne, 26 | 2000, mis en ligne le 26 avril 2010, consulté le 31 décembre 2012.
  227. ANCIENS ELEVES WEB - Recherche simple, sur le site de l'École.
  228. a, b, c et d Émile Cheysson, Journal de la société statistique de Paris, t. 23,‎ 1882 (lire en ligne), chap. III, (« L'École polytechnique et les boursiers »), p. 333-334
  229. (Lévy et Pinet 1894, Caisse. - Cassiers.)
  230. Marie Christine Kessler, « Les grands corps de l'État », Presses de la FNSP, 1986, p. 56
  231. a et b Euriat Michel, Thélot Claude, « Le recrutement social de l'élite scolaire en France : Évolution des inégalités de 1950 à 1990 », 1995, Revue française de sociologie, vol. 36, num. 3, p. 403-438, lire en ligne
  232. Pierre Bourdieu, La Noblesse d'État. Grandes écoles et esprit de corps, Minuit, 1989 (avec Monique Saint Martin).
  233. a et b (Lesourne 1994, Une aristocratie des talents : l'École polytechnique et le modèle français d'organisation)
  234. a et b Diversité: la tactique Polytechnique, article du 22 avril 2010 sur le site de L'Express.
  235. [PDF] Communiqué de presse - Remise de 41 bourses X-Post bac à l'École polytechnique le 22 octobre 2012, sur le site de l'École.
  236. a, b et c L'égalité des chances à l'École Polytechnique, sur le site de l'École.
  237. 30% de boursiers dans les grandes écoles ? Le débat, article du 6 janvier 2010 sur le site de L'Express.
  238. Discours de Nicolas Sarkozy à l'École polytechnique le 17 décembre 2008, sur le site de l'APHEC
  239. Germain Sophie, fiche sur PubliMath.
  240. a, b et c Stevanovic Biljana, Mosconi Nicole. L'École Polytechnique Féminine : une mixité paradoxale. In: Revue française de pédagogie. Volume 150 no 1, 2005. p. 19-29. lire en ligne
  241. « 40e anniversaire de l'entrée des femmes à l'École polytechnique », La Jaune et la Rouge, no 673,‎ mars 2012 (lire en ligne)
  242. Histoire de l'EPF, sur le site du Comité d'étude sur les formations d'ingénieurs (CEFI)
  243. Yves Denéchère, Femmes et diplomatie : France, XXe siècle, Peter Lang, 2004, p. 184
  244. Promouvoir les ingénieures au féminin, sur le site de l'École.
  245. Polytechnique, Mines, Ponts, Telecom, Arts et Métiers, ENSAE et ENSTA au Féminin, site officiel.
  246. a, b et c (Callot et al. 2004, À Palaiseau)
  247. X'Doc, sur le site de l'École.
  248. AMIX presentation, sur le site de l'École.
  249. Site du CSX - Catalogue des sports, sur le site de l'École.
  250. Conditions d'accès, sur le site de l'École.
  251. Jumping International de l'X, site officiel.
  252. (en) Student Yachting World Cup Set To Start, sur le site de l'ISAF.
  253. Raid X-AREVA, site officiel.
  254. Challenge International d'Escrime de l'École Polytechnique, site officiel.
  255. Le Point Gamma, sur le site de l'École.
  256. Point Gamma, site officiel.
  257. X-Passion: Description, sur le Polytechnique.org.
  258. a, b et c (Callot et al. 2004, Petite histoire du bahutage)
  259. a et b Aurélien Nober, « La Khômiss, deux cents ans et résolument moderne », La Jaune et la Rouge, no 672,‎ février 2012 (lire en ligne)
  260. a et b (Callot et al. 2004, La Kommiss)
  261. a et b Serge Delwasse, « Pompon rouge et bonnet jaune », La Jaune et la Rouge, no 678,‎ octobre 2012 (lire en ligne)
  262. (Lévy et Pinet 1894, Unif)
  263. a et b Claudine Billoux et Marie-Christine Thooris, « Le Grand U dans tous ses états : l'uniforme de grande tenue des polytechniciens : 1794 - 2000 », Bulletin de la Sabix [En ligne], 21 | 1999, mis en ligne le 02 août 2012, consulté le 16 février 2013. URL : http://sabix.revues.org/887
  264. (Callot et al. 2004, Militarisation de l'École)
  265. Alain Dautriat, Sur les murs de Paris : Guide des plaques commémoratives, Éditions L'Inventaire,‎ 1999, 167 p. (ISBN 978-2-910-49020-1), p. 47
  266. « La Croix de guerre 1939-1945 à l'École Polytechnique », France-Illustration, le Monde illustré, Paris, no 217,‎ 10 décembre 1949, p. 30 (ISSN 0996-2336)
  267. (Lesourne 1994, p. 141)
  268. (Belhoste, Dahan Dalmedico et Picon 1994, Une figure contestée : l'officier-ingénieur (1920-1943))
  269. Finances : les petits génies français font profil bas, article du Point du 11 avril 2012.
  270. "Métiers de la finance : tapis rouge pour les ingénieurs !", dans Le Journal des Grandes Écoles" du 17 mai 2011 [1]
  271. "Des candidats en quête de sens", dans Le Figaro du 14/10/2007 [2]
  272. Amélie, élève ingénieur à Polytechnique, article du 29 octobre 2012 sur reussirmavie.net
  273. Un stage militaire pour les polytechniciens, extrait du journal télévisé de France 3 régions du 16 septembre 2009.
  274. Classement des écoles d'ingénieurs après bac + 2 2013 - Professionnel, sur le site de L'Étudiant.
  275. Jean-Marc Chabanas, « Les ingénieurs polytechniciens sont parmi les plus satisfaits », La Jaune et la Rouge, no 630,‎ décembre 2007 (lire en ligne)
  276. Loïc Le Pellec et Sébastien Roux, « Les salaires des ingénieurs diplômés en 2000 », Insee Première, no 812,‎ novembre 2001 (lire en ligne)
  277. Cauchy Augustin X1805, sur le site de l'École.
  278. Pierre-Louis LIONS, sur le site de l'École.
  279. Un prix Nobel au CER de l'École, sur le site de l'École.
  280. Qui êtes-vous monsieur Littré ?, article du Figaro
  281. Élisabeth Badinter, sur le site des éditions Fayard
  282. Alain FINKIELKRAUT, sur le site de l'École.
  283. Décret n°2000-497 du 5 juin 2000 fixant les dispositions applicables aux personnels enseignants de l'Ecole polytechnique.
  284. a, b, c, d et e Les polytechniciens illustres, sur le site de l'École.
  285. a, b et c (en) École Polytechnique, sur le site du classement de Quacquarelli Symonds.
  286. Les Polytechniciens à l'Institut, sur annales.org
  287. La Médaille Fields, site du CNRS.
  288. Conférence de M. François AUDOUZE « La Saga Hardy - Tortuaux » 2 mars 2010
  289. Association des anciens élèves et diplômés de l'École polytechnique - Annuaire 2011, sur le site de l'AX
  290. [PDF] Statuts de l'AX, sur le site de l'École.
  291. Jacques-Antoine Kosciusko-Morizet, La 'Mafia' polytechncienne, Seuil, coll. « Essais »,‎ 1er mai 1973, 192 p. (ISBN 978-2020021968)
  292. Victor Hugo, Actes et paroles - Avant l'exil, Émile Testard,‎ 1875 (1re éd. 1848) (lire en ligne), p. 133
  293. Victor Hugo, Quatrevingt-treize, Émile Testard,‎ 1874 (lire en ligne), p. 412
  294. Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues, Éditions du Boucher,‎ 2002 (1re éd. 1913) (lire en ligne), p. 42
  295. (Belhoste, Dahan Dalmedico et Picon 1994, p. 1)
  296. (Belhoste, Dahan Dalmedico et Picon 1994, p. 281-282 et 435)
  297. André Maurois, Les Silences du colonel Bramble, Hachette,‎ 1918 (lire en ligne), p. 180
  298. Yvan Audouard, Les Nouveaux Contes de ma Provence, Le pré aux Clercs,‎ 1987
  299. Albert Jacquard, Science et croyances, Albin Michel,‎ 1999, 2e éd. (1re éd. 1994), p. 70
  300. Nadège PULJAK (AFP), « Dans "Le Capital", Costa-Gavras engage son cinéma contre la finance », sur Google Actualités,‎ 14 novembre 2012 (consulté le 1er mars 2013)
  301. Stendhal, Clément Vauchelles, p. 14
  302. Stendhal du côté de la science: Préface d'Ernest Abravanel, p. 44
  303. (Callot et al. 2004, Le Code X)
  304. (Callot et al. 2004, Rénovations des bâtiments de l'École)
  305. Emmanuel Grison, « Claude Crozet (1789-1864) ou la carrière d'un polytechnicien aux États-Unis » Bulletin de la Sabix Lire en ligne, 6 | 1990, mis en ligne le 19 avril 2011, consulté le 04 mars 2013.
  306. BNQ-Revues anciennes - École polytechnique (Paris, France), sur le site de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Précédemment paru sous le titre : Histoire de l'École polytechnique : Ses légendes, ses traditions, sa gloire.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 3 juillet 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.