Institut Paoli-Calmettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Institut Paoli-Calmettes
Image illustrative de l’article Institut Paoli-Calmettes
Institut Paoli-Calmettes - entrée principale
Présentation
Coordonnées 43° 15′ 44″ nord, 5° 24′ 38″ est
Pays France
Ville Marseille
Adresse 232 boulevard de Sainte-Marguerite 13009 Marseille
Fondation 1923
Site web http://www.institutpaolicalmettes.fr
Organisation
Type Centre régional de lutte contre le cancer
Services
Nombre de lits 228
Spécialité(s) Cancérologie
Géolocalisation sur la carte : Marseille/France
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

L'Institut Paoli-Calmettes (IPC) est un des 18 centres régionaux de lutte contre le cancer de France, et il se situe à Marseille depuis 1923[1].

Établissement de santé privé d'intérêt collectif (ESPIC) régi par le Code de la santé publique en tant que Centre régional de lutte contre le cancer, l'Institut assure des missions de niveau hospitalo-universitaire dans le domaine de la cancérologie et précisément la prise en charge globale de l'ensemble des pathologies cancéreuses pour la région PACA Ouest et la Corse. L'Institut Paoli-Calmettes est chargé, par la loi, d'une mission de service public en matière de cancérologie.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1923, par décret gouvernemental, un Institut pour l’étude du cancer et du radium ouvre à Marseille. En 1927, le centre est transféré à l'Hôpital Sainte-Marguerite. En 1947, il est reconnu d'utilité publique par décret. En 1969, le centre s'installe dans le bâtiment principal actuel. En 1974, le professeur Xavier Sérafino décide de lui donner le nom d’Institut Paoli-Calmettes. C'est un hommage au Professeur Jean Paoli, directeur Général (1952-1970) et à Irène Calmettes (Infirmière et surveillante générale engagée dans le traitement des cancers depuis 1927)[2],[3].

Chiffres 2018 [4][modifier | modifier le code]

  • Personnel : 1 400 salariés dont 222 praticiens
  • Accueil :
    • 252 lits d’hospitalisation complète dont 20 lits de réanimation/soins continus,
    • 80 chambres équipées de flux laminaires,
    • 51 places d’hôpital de jour médical,
    • 20 places d'hôpital de jour chirurgical,
    • 20 places d’HAD,
    • 14 606 admissions en hospitalisation complète,
    • 41 085 séjours en hôpital de jour,
    • 10 435 journées d’HAD
      • 43 400 patients pris en charge (file active)
      • 11 080 nouveaux patients pris en charge en hospitalisation ou en soins externes.

Plateaux techniques [4][modifier | modifier le code]

Bloc opératoire[modifier | modifier le code]

  • 12 salles de blocs opératoires dont 3 dédiées à l’endoscopie,
  • 2 robots chirurgicaux,
  • 1 dispositif de radiothérapie per opératoire.

Radiothérapie[modifier | modifier le code]

  • 4 accélérateurs,
  • 1 scanner de dosimétrie.

Imagerie[modifier | modifier le code]

  • 2 scanners,
  • 1 IRM,
  • 1 unité imagerie de la femme,
  • 1 bloc de radiologie interventionnelle,
  • 2 salle d’échographie,
  • 1 salle de radiologie conventionnelle.

Médecine nucléaire[modifier | modifier le code]

  • 2 Gamma caméras,
  • 1 TEP TDM.

Cytaphérèse[modifier | modifier le code]

  • 4 machines,

Biologie du cancer[modifier | modifier le code]

  • 1 Laboratoire de Biopathologie,
  • 1 Laboratoire d'oncogénétique (somatique et constitutionnelle).

Activité de recherche en 2018 [4][modifier | modifier le code]

Domaines de spécialité[modifier | modifier le code]

  • Onco-hématologie
  • Cancers du sein
  • Cancers digestifs
  • Cancers urologiques
  • Cancers gynécologiques

Ressources humaines[modifier | modifier le code]

  • 19 équipes de recherche soutenues par 14 plateformes technologiques de pointe,
  • 1 équipe de recherche en Sciences économiques & sociales de la santé & traitement de l’information médicale.

Plateformes de recherche clinique[modifier | modifier le code]

  • 1 département de recherche clinique et innovation,
  • 1 centre d’essais cliniques de phases précoces,
  • 1 centre de bio-statistique et de gestion des données,
  • 1 plateforme de développement de médicaments innovants,
  • 1 267 patients inclus dans des protocoles de recherche clinique.

Cancers pris en charge à l'Institut Paoli-Calmettes[modifier | modifier le code]

Au sein de l’Institut Paoli-Calmettes, les pathologies cancéreuses suivantes sont prises en charge :

  • cancers digestifs,
  • cancers endocriniens,
  • cancer du sein,
  • cancers gynécologiques,
  • cancers hématologiques,
  • cancers ORL,
  • cancers de la peau,
  • cancers thoraciques,
  • cancers urologiques,
  • sarcomes et autres tumeurs conjonctives[5].

Liste complète : https://www.institutpaolicalmettes.fr/cancers-pris-en-charge-par-ipc/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Histoire: Institut Paoli-Calmettes », sur www.institutpaolicalmettes.fr (consulté le )
  2. « Pionnier depuis plus de 85 ans », sur Institut Paoli-Calmettes (consulté le )
  3. Professeur Yves Baille, De l'Institut du cancer au Centre Paoli-Calmette (lire en ligne)
  4. a b et c « L'IPC en chiffres: Institut Paoli-Calmettes », sur www.institutpaolicalmettes.fr (consulté le )
  5. « > Institut Paoli-Calmettes (IPC) | Réseau Régional de Cancérologie OncoPaca-Corse », sur www.oncopaca.org (consulté le )
  6. « UNICANCER - Institut Paoli-Calmettes, Marseille (PACA) - Centre de lutte contre le cancer », sur www.unicancer.fr (consulté le )