JR (artiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le ton de cet article ou de cette section est trop élogieux, voire hagiographique. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre ou discutez-en.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir JR.
JR
JR (artist).jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (33 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jean RenéVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
JRVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Photographe, artiviste, artiste contemporain, réalisateurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web
Distinction
Prix TED (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

JR, né Jean René à Paris le [1], est un artiste contemporain français. Grâce à la technique du collage photographique il expose librement sur les murs du monde entier, attirant ainsi l’attention de ceux qui ne fréquentent pas les musées habituellement. Son travail mêle l’art, l’action, traite d’engagement, de liberté, d’identité et de limite.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine juive tunisienne[2],[3], JR a grandi à Montfermeil et a passé beaucoup de temps sur les marchés, où ses parents avaient un stand aux puces de Clignancourt. Il a étudié au lycée Stanislas[4] avant de commencer sa carrière dans le graffiti à l'adolescence. Son pseudonyme représente les initiales de son nom (Jean René) et fait référence à J. R. Ewing, le personnage principal de la série américaine, Dallas. Il déclare que sa religion est le zoroastrisme[5], ironiquement pour souligner son attachement au multiculturalisme. Sa compagne s’appelle Latifa Cohen-Durand[5].

JR se définit comme un « artiviste urbain »[6]. Après avoir été exposées dans les villes mêmes dont sont originaires les sujets de JR, les images voyagent de New York à Berlin, d'Amsterdam à Paris[7],[8]. Il est représenté par le galeriste Emmanuel Perrotin en France (rue de Turenne, à Paris), Hong Kong et New York, par Magda Danysz en Chine et par Simon Studer Art en Suisse. Lors de certaines expositions, il offre aux visiteurs leur portrait en poster grâce à une cabine photographique géante.

Il emploie une quinzaine de personnes et partage son temps de travail entre un studio à Paris et un autre à New York. Il est très actif sur les réseaux sociaux, notamment Facebook et Instagram[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir trouvé un appareil-photo dans le métro parisien en 2001, il parcourt l’Europe[9] à la rencontre de ceux qui s’expriment sur les murs et les façades qui structurent les villes[10]. Observant les gens qu’il rencontre et écoutant leur message, il colle leurs portraits dans les rues, les sous sols et sur les toits de Paris.

  • En 2004, JR réalise l'exposition Toit et moi, associé avec l’artiste Prune Nourry. Les sculptures de celle-ci étaient positionnées sur les toits parisiens puis photographiées par JR[11].
  • De 2004 à 2006, il réalise Portrait d’une génération, des portraits de jeunes de banlieue qu’il expose, en très grand format, sur les murs de la Cité des Bosquets de Montfermeil[2], [12]. Ce projet illégal devient officiel lorsque la mairie de Paris affiche les photos de JR sur ses bâtiments[13]. Dès ces premiers projets, l'artiste affirme vouloir amener l'art dans la rue : « Je possède la plus grande galerie d’art au monde : les murs du monde entier. J’attire ainsi l’attention de ceux qui ne fréquentent pas les musées habituellement[14]. »
  • En 2005, il participe au long-métrage de Kim Chapiron (KourtrajméSheitan, avec Vincent Cassel, comme photographe de plateau et rencontre Shepard Fairey, Blu, ZevsBlek le Rat, Influenza, The London Police entre autres, pour réaliser un reportage sur les activistes urbains internationaux.
  • Au cours de l’année 2007, avec Marco[15] il réalise Face 2 Face, « la plus grande expo photo illégale jamais créée »[16]. JR affiche d’immenses portraits d’Israéliens et de Palestiniens face à face dans huit villes palestiniennes et israéliennes et de part et d’autre de la barrière de sécurité. Dès son retour à Paris, il colle de nouveau ces portraits dans la capitale. Pour JR, cette action artistique est avant tout un projet humain : « Les héros du projet sont tous ceux qui, des deux côtés du mur, m'ont autorisé à coller sur leur maison »[17].
  • En 2008, pour rendre hommage à celles qui occupent un rôle essentiel dans les sociétés, mais qui sont les principales victimes des guerres, des crimes, des viols ou des fanatismes politiques et religieux, JR a recouvert l’extérieur de la favela Morro da Providência, à Rio de Janeiro, d’immenses photos de visages et de regards de femmes. « C’est un projet fait de bric et de broc, comme la favela elle-même. On s’est adapté à l’environnement dans cet univers où les toits des maisons sont en plastique et les revolvers des enfants en acier. On s’est débrouillé malgré les rues en pentes, les maisons chancelantes, les câbles électriques imprévisibles et les échanges de tirs qui traversent parfois plusieurs maisons », dit JR. Jusqu’en 2010, l’artiste poursuit ce projet à travers le monde (Sierra Leone, Liberia, Kenya, Inde, Cambodge)[18]. JR décide de faire de ce projet un film documentaire intitulé WOMEN ARE HEROES. En 2010, le film est sélectionné par la Semaine de la Critique, en association avec la Sélection Officielle du Festival de Cannes et concourt pour la Caméra d'or. Le projet WOMEN ARE HEROES a contribué à l’obtention du TED Prize que JR recevra en 2011[19]. En 2014, un regard de femme est collé sur un porte-conteneur au Havre, et voyage jusqu’en Malaisie.
  • En 2008, JR met en place le projet The Wrinkles of the City qui vise à révéler l’histoire et la mémoire d’un pays à travers les rides des habitants de plusieurs pays. L’artiste choisit des villes ayant connu des bouleversements telles que Carthagène en Espagne, Shanghai, La Havane, Los Angeles, Berlin ou Istanbul. En 2012, accompagné du peintre José Parla, JR amène Wrinkles of the City à travers La Havane[20].
  • En septembre 2010, sur invitation du Festival images[21] (Vevey - Suisse), JR débute le projet Unframed. Pour la première fois de son parcours artistique, JR n'utilise pas ses propres images mais celles de la grande Histoire de la photographie. Après avoir obtenu l’autorisation des différents ayant droit, JR agrandit des photos de Robert Capa, Man Ray, Gilles Caron ou Helen Levitt et les applique sur des façades des bâtiments de Baden-Baden, Marseille, São Paulo, Grottaglie en Italie et Washington DC. En août 2014, JR est invité à travailler sur la partie abandonnée d'Ellis Island. Cette île, à côté de la Statue de la Liberté, est symbolique - le point d'entrée aux États-Unis de 12 millions d'immigrants, entre 1892 et 1954. Sur la partie sud de l'île, l'hôpital qui recevait les nouveaux arrivants malades est abandonné depuis 1954. JR a exploré les archives d'Ellis Island et créé une vingtaine de collages dans ces bâtiments si chargés d'histoires[22].
  • Le 2 mars 2011, lors de la Conférence TED à Long Beach, en Californie, JR a appelé à la création d'un projet d'art global - Inside Out Project (IOP) - inspiré par ses collages de rue grand format, le concept du projet est de donner à chacun la possibilité de partager avec le monde son portrait et un message. Inside Out offre aux particuliers et groupes du monde entier un nouveau moyen de faire passer un message. Ce projet est pour lui une manière "de rendre hommage à ceux qui ont eu la volonté et le courage de changer le monde et d’affirmer encore que la grande histoire est faite des petites"[5]. N'importe qui peut participer, et est mis au défi d'utiliser des portraits pour partager les histoires de personnes de leurs communautés. Leurs actions sont documentées, archivées et exposées en ligne sur le site insideoutproject.net. Plus de 300 000 posters ont été envoyés dans plus de 129 pays depuis mars 2011. Les Cabines Photographiques Inside Out apportent le projet dans la rue - et permettent au public de participer instantanément et gratuitement. Des dizaines de milliers de portraits ont été imprimés dans ces Cabines Photographiques situées partout dans le monde, dans des endroits tels que le Centre Pompidou (Paris), à Londres et Amsterdam, au Japon, à Dallas ainsi qu’aux Rencontres de la Photographie à (Arles), plusieurs villes en Israël et en Palestine, à Abu Dhabi,  à la Galerie Perrotin (Paris)[23]. En juin 2014, il recouvre de 4 000 visages la nef et la bâche abritant le Panthéon à Paris durant ses travaux de réfection[24] (il n'a pas touché d'argent pour cette œuvre, son budget lui servant uniquement à payer ses équipes ; il n'est rémunéré que par son travail en galerie).
  • En avril 2014, JR présente la Première des « Bosquets », le ballet qu’il a créé en collaboration avec le New York City Ballet, sur une musique originale de Woodkid, avec le danseur Lil Buck. Pour ses débuts en tant que chorégraphe, JR réunit 42 danseurs sur scène. En s'appuyant sur la représentation du ballet, JR réalise un court métrage[25] qui nous immerge au sein de la communauté des Bosquets à Montfermeil, un endroit où l’art, l’agitation sociale et le pouvoir de l’image s’entremêlent[26]. Sur une musique de Pharrell Williams, Hans Zimmer et Woodkid, JR montre comment le désir d’exister dans ces quartiers peut combattre la précarité et créer du beau où l'on ne l'attend plus[non neutre].
  • En 2015, JR signe le film ELLIS, hommage consacré aux immigrants passés par Ellis Island[27]. Ce court-métrage écrit par Eric Roth, a pour unique acteur Robert De Niro, la musique étant quant à elle signée par Woodkid et jouée par Nils Frahms[28]. Ce court-métrage de fiction fait appel à notre mémoire collective. Ellis Island fut la porte d'entrée des États-Unis pour des millions d'immigrants, un purgatoire, à l'ombre de la Statue de la Liberté, où des milliers d'hommes, de femmes, d'enfants, ont attendu leur sort. ELLIS raconte l'histoire de ces immigrants qui ont construit l’Amérique tout en soulevant la question de ceux qui cherchent les mêmes opportunités aujourd'hui aux États-Unis et dans le reste du monde[29].
  • En décembre 2015, JR réalise une projection vidéo projetée sur l’Assemblée nationale de Paris en collaboration avec le cinéaste Darren Aronofsky, et projetée sur l’Assemblée nationale. Ce projet, intitulé The Standing March, prenait sens en révélant une foule de gens qui interpellaient les politiques de manière solidaire, au moment de la COP21 en décembre dernier, au moment où les manifestations et les regroupements étaient interdits suite aux attentats terroristes du 13 novembre[5].
  • JR débute l'année 2016 avec son exposition-atelier « Vous êtes ici » à la Galerie des enfants du Centre Pompidou. Cette œuvre participative permet aux plus jeunes de devenir des colleurs d'un jour. Ensemble, les enfants participent à la création d'une ville à leur échelle, aux couleurs des pays traversés par JR et des photographies qui en témoignent. D'image en image, le visiteur se promène entre ces architectures, se retrouvant tantôt au Kenya, tantôt à Shanghai ou à Paris[30].
  • À partir du 25 mai 2016, JR est l'invité du Louvre pour une installation, de type anamorphose, sur l'un de ses symboles, la Pyramide du Louvre[31].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Critiques positives[modifier | modifier le code]

Le 1er octobre 2009, dans le journal Le Monde, Martine Valo décrit son travail comme « révélateur d'humanité »[32].

En octobre 2009, Fabrice Bousteau le présente comme « celui que l'on nomme déjà le Cartier-Bresson du XXIe siècle »[33].

Le 15 juillet 2010, lors d'une émission de radio à San Diego en Californie, l'artiste Shepard Fairey affirme : « JR est actuellement l'artiste de rue le plus ambitieux »[34].

Le galeriste français Emmanuel Perrotin : « Un jour, roulant à vive allure sur une autoroute à Shanghai, j’ai été impressionné de reconnaître une gigantesque photographie de JR, très loin dans le paysage, sur un château d'eau. Qu'un artiste aussi jeune marque de son empreinte artistique les villes à travers le monde me fascine. Et lorsque je l'ai rencontré, nous avons aussitôt décidé de travailler ensemble. J'admire son énergie, sa capacité de réunir les gens »[2].

Le 13 août 2015, le journaliste Jesse McCarthy qualifie JR de “jeune artiste français et humaniste imperturbable qui se fait connaître par le surnom “JR” et qui a émergé ces dernières années comme l’une des figures les plus ambitieuses du monde de l’art[35].”

Critiques négatives[modifier | modifier le code]

En mars 2014, dans les Inrockuptibles, Jean-Max Colard qualifie son installation au Panthéon de démagogique[36]. Le même magazine l'accuse également de « transformer la pratique sauvage et rebelle du graffiti et de l'affichage en un art légal, pompier et officiel ». JR répond à ces critiques en notant que « le symbole n'est pas le même suivant l'endroit où tu te trouves. En Tunisie, des jeunes ont remplacé les photos de Ben Ali par leur portrait, c'est un acte politique. En Russie, des gens sont allés en prison pour avoir collé leur portrait aux murs »[2].

En avril 2014, Fanny Erlandis pour Slate juge que son projet Not A Bug Spalt est « Ultra-démago »[37].

À l'été 2015, son projet au titre évocateur AV et JR deux artistes en goguette va soulever incompréhension et critiques acerbes. Le projet, porté par des artistes reconnus, fait appel à la générosité publique d'une plateforme de financement participatif — type de financement plutôt réservé pour le lancement de nouveaux artistes. Les medias qualifient le projet et sa démarche, au mieux de candide et maladroite, au pire de condescendante et démagogique[38],[39].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Le 20 octobre 2010, JR se voit décerner le prix TED, pour l'année 2011 pour lequel il reçoit une bourse de 100 000 dollars assortie d'un « Vœu pour changer le monde » ; il utilise cet argent pour créer Inside Out, un site Internet qui permet de faire imprimer et de recevoir des collages de leur portrait, que les personnes intéressées doivent elles-mêmes installer : fin 2015, 300 000 personnes issues de 120 pays l'ont expérimenté[2]. En 2013 JR se vit attribuer le prix de l'UNESCO et l'ordre des architectes.

Le film Faces, réalisé par Gérard Maximin sur le projet Face2Face de JR et Marco est plusieurs fois primé.

Projets[modifier | modifier le code]

  • Expo 2 Rue : Avec ce projet, l'artiste de rue JR commence à coller des photocopies de ses photographies sur les murs, en utilisant les rues comme une galerie ouverte à tout le monde.
  • 28 Millimètres[40]: « J’aimerais amener l’art dans des endroits improbables, créer avec les communautés des projets tellement grands qu’ils forcent le questionnement. Tenter dans les zones de tensions comme le Moyen Orient ou le Brésil qui sont fortement médiatisées, de créer des images qui offrent d’autres points de vue que celles, réductrices, des médias globalisés. »[33]
  • Portrait d'une génération : Le projet Portrait d'une génération constitue la première étape du projet 28 Millimètres. À la suite d'une première exposition sauvage sur les murs de la Cité des Bosquets, JR s'installe en plein cœur de ce quartier et de la cité voisine de la Forestière à Clichy-sous-Bois[41], épicentres des émeutes de 2005 dans les banlieues françaises[41],[42].
  • Face2Face : Le projet Face2Face[43],[44] est un projet artistique participatif pour dépasser les clichés et les préjugés. Des hommes et des femmes Israéliens et Palestiniens, exerçant le même métier, acceptent ainsi de pleurer de rire, de crier ou de grimacer devant l'objectif de JR. Les 41 portraits réalisés sont collés face à face, dans des formats monumentaux des deux côtés du mur de séparation et dans plusieurs villes alentour. Le film Faces réalisé par Gérard Maximin sur l’action menée au Moyen-Orient par JR et Marco obtient par la suite de nombreux prix.
  • Inside out : le projet Inside Out a été créé lorsque JR se voit décerner le prix TED, pour l'année 2011 pour lequel il reçoit une bourse de 100 000 dollars assortie d'un « vœu pour changer le monde » ; il utilise cet argent pour créer Inside Out, un site Internet qui permet de faire imprimer et de recevoir des collages de leur portrait, que les personnes intéressées doivent elles-mêmes installer : fin 2015, 300 000 personnes issues de 120 pays l'ont expérimenté.
Récompenses du film Faces
Festivals Lieux Pays Récompenses
IDFA Amsterdam Pays-Bas Sélection Joris Ivens
FIFDH Genève Suisse Récompense Spéciale du Jury
Open Doek Festival Turnhout Belgique Récompense du film Documentaire
Internatinal Festival of Muslim Films Kazan Russie Récompense du film Documentaire
Festival Européen 4 Écrans Paris France 5 Nominations
FFDPM - Human Rights Festival Montréal Canada Prix du Festival
CMCA - Film Méditerranéen Marseille France Récompense Art et Culture
CMCA - Film Méditerranéen Marseille France Récompense TV5 Monde
SCAM Paris France Étoile de la SCAM
  • Women are Heroes: JR a voulu rendre hommage à celles qui occupent un rôle essentiel dans les sociétés, les femmes, qui sont souvent les cibles de conflits, victimes de guerre, de crimes, de viols ou de fanatismes politiques et religieux[5]. Il présente ces femmes qui côtoient parfois la mort, qui passent du rire aux larmes, des femmes généreuses qui n'ont rien et qui le partagent, qui portent un passé douloureux et l'envie de construire un avenir heureux. En cherchant ce qui est commun dans leur regard, JR tente de se rapprocher de ce qui est universel : l’humain[45]. Ce projet lui permet de tenir la promesse qu'il a faite à ces femmes : faire voyager leur histoire[45],[46], leurs redonner une place et montrer au monde qu'elles existent. Il réalise un long métrage[47] constitué d’images de la production des photos, l'installation de ces portraits de femmes dans les espaces urbains et la réaction des habitants, pris pour la sélection officielle du Festival de Cannes 2010[48], représenté au cours de la Semaine de la critique, en compétition pour la Caméra d’or[49].
  • The Wrinkles of The City (Les sillons de la ville) : il photographie et colle des portraits, sur les murs de plusieurs villes, de ses habitants les plus âgés, qui incarnent la mémoire de la ville, marquée par les cicatrices de l'histoire, son expansion économique et les mutations socioculturelles[50]. En 2008, à Carthagène en Espagne. En 2010-2011, le projet « The Wrinkles of the city » (Les sillons de la ville) s'étend à Shanghai, en Chine, dans le cadre de la Biennale d'art contemporain au Musée des Beaux Arts. Puis à Los Angeles, aux États-Unis, à La Havane à Cuba (2012), Berlin en Allemagne (2013), et Istanbul en Turquie (2015).
  • Unframed: En septembre 2014, sur invitation du festival Images de Vevey en Suisse, JR n'utilise pas ses propres photographies mais des séries tirées des collections du musée de l'Élysée de Lausanne. Après avoir obtenu les droits des différents ayants droit, JR agrandit des photos de Robert Capa, Man Ray, Gilles Caron ou Helen Levitt et les applique sur des façades de bâtiments de la ville. La démarche mêle réinterprétation et recontextualisation d'icônes de l'histoire de la photographie. Il installe un minaret de 50 mètres de haut collé sur la tour en béton de l'ancien moulin, et ceci une année après l'acceptation de l'initiative populaire « Contre la construction de minarets ». Les citoyens veveysans avaient refusé l'initiative à plus de 57,5 % (participation : 48,5 %)[51]. Le festival Images est spécialisé dans la photographie monumentale en plein air.
  • Inside Out: Le 2 mars 2011, JR fait un discours à Long Beach à la conférence du TED Prize dont il a reçu « Un vœu pour changer le monde », qui lui donne la possibilité d'imaginer et de mettre en place un projet artistique à grande échelle[52] Les photographies numériques mises en ligne sur le site insideout, seront imprimées en format affiche et renvoyées aux participants de ce projet pour qu’ils les collent et les exposent dans leur propre communauté[53].
  • Artocratie en Tunisie: En référence à ses origines, JR, accompagné de six photographes tunisiens a parcouru la Tunisie post-révolutionnaire pour en recueillir 100 portraits noir et blanc et les afficher dans l'espace public. À la place de ces portraits, depuis plus de 50 ans, n'avait été exposé que le portrait du président Ben Ali. Cependant, dans certaines villes, les portraits ainsi affichés dans l'espace public ont été décollés et déchirés par la population[54].
  • AV et JR deux artistes en goguette est un projet en coopération avec Agnès Varda financé grâce à la plateforme de financement participatif KissKissBankBank dont l'objectif annoncé est de prendre en photo les gens du Lubéron et d'afficher les portraits sur les murs des petits villages. L'appel à la générosité des gens pour le financement de ce projet a été critiqué, notamment dans Libération[55],[56],[38].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2003
    • La Loge, Paris
  • 2004
    • The Arcade, Manhattan, New-York
  • 2005
    • Les Muses, Paris
    • Montanashop, Barcelone
    • CircleCulture, Berlin
  • 2006
    • Wuppertal, Allemagne
    • 11 Spring, Manhattan, New York
    • Murs de l'Espace des Blancs Manteaux, Paris
    • Parvis de l'Hôtel de Ville, Paris
    • Murs de la Maison Européenne de la Photographie, Paris
  • 2007
    • Artcurial, Paris, France
    • Biennale de Venise, Arsenal, Italie
    • Foam - Musée de la Photographie, Amsterdam, Pays-Bas
    • Rencontres d'Arles, Photographie, Arles, France
    • Artitud, Berlin, Allemagne
  • 2008
    • Tate Modern, Londres
    • Bruxelles, Belgique
    • Cartagena, Espagne
    • Rath Museum, Genève
    • 28 MM à Lazarides Gallery, Londres
  • 2009
    • Paris, Île Saint-Louis, France, Pavillon de l'Arsenal, Mairie du 4e[57]
    • Arles, France, les Rencontres de la photographie
    • Rio de Janeiro, Brésil, Casa França Brazil
  • 2010
    • Shanghaï, Chine, Biennale d’Art Contemporain
    • Shanghaï, Chine, Galerie Magda Danysz
    • Vevey, Suisse, Festival Images
    • San Diego, États-Unis, MCASD, Musée d’Art Contemporain
    • Los Angeles, États-Unis, Pop up Gallery, Downtown
    • Düsseldorf, Allemagne, Galerie Springmann
    • Festival de Cannes, 18 mai – Projection du film Women are Heroes
    • Istanbul, Turquie, Festival Images
    • Rillieux-la-Pape, France, Cripss
  • 2011
  • 2012
    • Festival Images, Vevey, Suisse
    • Galerie Emmanuel Perrotin, Hong Kong
  • 2013
    • Lille, France, Happy Birthday 25 ans Galerie Perrotin au Tri Postal
    • Lazarides Rathbone, Londres
    • Unseen Photo Fair, Amsterdam
    • Contemporary Arts Center, Cincinnati
    • Bryce Arts Center, New York
    • La Friche Belle de Mai, Marseille
    • Springmann Gallery, Berlin
    • Musée Watari-Um, Tokyo
  • 2014
  • 2015
    • HOCA, Hong Kong
    • Galerie Emmanuel Perrotin, Hong Kong
    • CAC, Malaga
    • Galerie Emmanuel Perrotin, Paris
    • Tri Postal, Lille
    • Nuit Blanche, Toronto
  • 2016
    • « Vous êtes ici », exposition-atelier à la Galerie des enfants, Centre Pompidou, Paris, France
    • « 24 heures au musée du Louvre », programmation dans l’auditorium et dans le musée, installation sur la Pyramide, musée du Louvre, Paris, France

Livres et films[modifier | modifier le code]

Livres:

  • Carnet de Rue, Édition Free Presse, 2004
  • Portrait d'une Génération, Éditions Alternatives, 2005
  • Face 2 Face, Éditions Alternatives, 2007
  • Outsiders, Art by People, compiled by Steve Lazarides, Éditions Century, 2008
  • JR / 28 Millimeters, a journey through JR's 28 mm projects, Éditions Lazarides Gallery, Londres, 2008
  • Los Surcos de la Ciudad, Drago, 2008
  • JR, Éditions Pyramyd, 2009
  • 28 Millimètres, Women are Heroes by JR, Éditions Alternatives, 2009
  • Qu’est ce que la photographie, Beaux Arts / TTM Éditions, 2009
  • 60 Innovators Shaping our Creative Future », Éditions Thames & Huston, 2009
  • Beyond the Street : « The 100 Leading Figures in Urban Art », Éditions Gestalten, 2010
  • Design&Designer, Éditions Pyramyd, no 075, 2010
  • Hors Série #4 Trois Couleurs, Numéro Spécial JR, Édité par MK2, 2010
  • 28 Millimètres, Women are Heroes by JR, Éditions Alternatives, 2e Édition, 2010
  • Wrinkles of the City - Shanghai, Drag, 2010
  • Artocratie en Tunisie, JR + Marco Berrebi, Éditions Alternatives, 2011
  • Wrinkles of the City - La Havana, JR + José Parlá, Damiani & Standard Press, 2012
  • Wrinkles of the City - Los Angeles, JR + Louise Berrebi, Drago, 2013
  • Instaphotographers 2014, JR et 49 autres photographes instagrameurs. Jérémy Leclerc, 2014
  • Wrinkles of the City, Gallimard, coll. « Arts urbains - Alternatives », 2015
  • Dans l’objectif de JR. Pour les 11-15 ans, publié par Pyramides Éditions, 2015
  • JR: Can Art Change the World?, Phaidon, 2015

Films:

  • The Standing March, COP 21 Project, JR and Darren Aronofsky, Paris, France
  • Ellis, 2015, réalisé par JR, écrit par Éric Roth, avec Robert de Niro
  • Les Bosquets, 2015, réalisé par JR « Rivages », 2014, réalisé par Guillaume Cagniard
  • Wrinkles of the City - Havana, Cuba, 2013, réalisé par JR et Jose Parla
  • Inside Out, the people’s art project, 2013, réalisé par Alastair Siddons, première diffusion sur HBO
  • Women are Heroes, 2011, réalisé par JR, semaine de la Critique au Festival de Cannes, 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France
  2. a, b, c, d, e et f Sarah Dahan, « JR, toujours un déclic d'avance », GQ no 81, novembre 2014, pages 74-76.
  3. Sylvain Charbit, « L’artiste parisien JR secoue Toronto », Le Métropolitain,‎ (lire en ligne)
  4. Morgane Giuliani, « Qui est JR, le mystérieux artiste qui a fait "disparaître" la pyramide du Louvre ? », RTL, 26 mai 2016.
  5. a, b, c, d et e Entretien avec Hugo Vitrani, « JR au Louvre », Presse Louvre,‎ (lire en ligne)
  6. Propos extraits de l'essai Avis à la population ! rédigé par Christian Caujolle et publié dans l'ouvrage Women are Heroes paru aux éditions Alternatives en 2009 (ISBN 9782862276137).
  7. Article « L'île Saint-Louis nous regarde » publié dans Libération le 24 octobre 2009 (Article complet).
  8. Propos expliqués lors d'une interview de l'artiste au journal de 13 heures sur France 2, le 6 août 2007 (Interview complète).
  9. Voir sur krissweblog.com.
  10. Propos extraits de l'ouvrage Carnet de rue, publié aux éditions Free Presse, 2005 (ISBN 2915573018).
  11. Gaëlle Rolin, Les filles sacrées de Prune Nourry Le Figaro Madame, 20 janvier 2011
  12. « JR sort un bestof de ses projets au 28 mm », le Monde de la Photo,‎ (consulté en benjamin favier)
  13. Propos extraits d'une interview de l'artiste sur France 2 au journal de 13 h 00 le 6 août 2007 (vidéo complète).
  14. Propos de l’artiste extraits de “Dans l’objectif de JR, Le projet 28 millimètres publié aux éditions Pyramid.
  15. Marc Berrebi, dit « Marco », contribue en collaboration avec JR, à la réalisation du projet Face2Face au Moyen-Orient (Entretien avec Marco).
  16. Propos extraits de l'ouvrage Face2Face publié aux éditions Alternatives en 2007 (ISBN 9782862275277).
  17. Propos extraits de l'article « JR s'affiche à Paris » publié dans L'Express le 15 novembre 2007 (article complet).
  18. Propos extraits d'un reportage fait au sujet du travail de l'artiste dans la favela Morro da Providencia à Rio de Janeiro au Brésil. Diffusée sur TV5, le 25 septembre 2008 (Reportage complet archive).
  19. Propos recueillis sur le site officiel du projet: http://womenareheroes-lefilm.com/site_womenareheroes/
  20. Propos extraits de l’article “JR et Jose Parla présentent leur nouveau film Wrinkles of the City à La Havane” publié sur le site www.actuphoto.com. [réf. insuffisante]
  21.  archive
  22. (en) Propos extraits de l’article “Shadows return to Ellis Island” publié dans le New York Times le 24 septembre 2014: [archive]
  23. Propos recueillis sur le site officiel de l’artiste : http://www.jr-art.net/fr/jr. [réf. insuffisante]
  24. Propos extraits de l’article « JR fait entrer 4 000 anonymes au Panthéon » publié dans Le Monde le 3 juin 2014. http://www.lemonde.fr/culture/video/2014/06/03/jr-fait-entrer-4-000-anonymes-au-pantheon_4431375_3246.html
  25. Propos extraits de l’article « Après New York et l'Élysée, Les Bosquets de JR projeté à Clichy-sous-Bois » publié dans Le Parisien le 8 septembre 2015. archive
  26. Voir sur son site officiel archive.
  27. « Festival Spotlight: JR’s “Ellis” » archive, sur The New Yorker, 15 septembre 2015(consulté le 6 novembre 2015).
  28. Jean-Sébastien Stehli, « Robert De Niro et JR à Ellis Island » archive, sur Madame Figaro, 7 avril 2015 (consulté le 6 novembre 2015)
  29. Propos extraits de l’ouvrage Can Art Change the World? publié aux éditions Phaidon.
  30. « Vous êtes ici », sur www.centrepompidou.fr (consulté le 28 avril 2016)
  31. « JR au Louvre | Louvre », sur presse.louvre.fr (consulté le 28 avril 2016)
  32. Propos extraits de l'article « JR : les femmes vues du ciel », publié dans Le Monde, le 1er octobre 2009 (Article complet).
  33. a et b Fabrice Bousteau, « Entretien avec JR », Beaux Arts Magazine,‎ (ISSN 0757-2271)
  34. « I think at this point JR is the most ambitious street artist working » Propos extrait d'une interview sur KPBS, la radio de San Diego avec JR, Shepard Fairey et Pedro Alonzo pour l'exposition du Musée d'art Contemporain de San Diego (MCASDinterview complète), le 15 juillet 2010).
  35. “a young French artist and unabashed humanitarian who goes by the moniker 'JR', and who has emerged in recent years as one of the most ambitious figures in the world of art.”, Jesse McCarthy, The Work of Art in the Age of Spectacular Reproduction, le 13 août 2015.
  36. JR, ton univers impitoyable, Les Inrockuptibles
  37. Fanny Arlandis, Drone et photo d'enfant: le nouveau projet ultra-démago de l'artiste JR, Slate, 8 avril 2014.
  38. a et b Emmanuelle Jardonnet, « De JR à Francis Lalanne, quand le recours au crowdfunding passe mal », Le Monde,‎ (consulté le 14 mai 2016)
  39. Mathieu Deslandes, « Les grandes vacances (à vos frais) de JR et Varda », Rue89,‎ (consulté le 14 mai 2016)
  40. Propos extraits de l'essai Dans la tradition du portrait, rédigé par Françoise Docquiert et publié dans l'ouvrage Women are Heroes, paru aux éditions Alternatives en 2009 (ISBN 9782862276137).
  41. a et b Propos extraits de l'ouvrage Portrait d'une génération publié en 2006 aux éditions Alternatives (ISBN 2862275026).
  42. 28 millimètres – Portraits d’une Génération (2006).
  43. 28 millimètres – Face2Face, Israelis and Palestinians – Portraits of twins brothers (2007).
  44. Affichage sauvage, propos extraits de l'article « Photo-Sniper » paru dans le numéro Spécial à coller de Libération le samedi 17 novembre 2007 (no 8252) (article complet)
  45. a et b Propos extraits de l'ouvrage Women are Heroes publié aux éditions Alternatives en 2009 (ISBN 9782862276137).
  46. 28 millimètres – Women are Heroes (2008).
  47. Extrait du film Women are Heroes (2010).
  48. Liste des Longs métrages en compétition pour la Caméra d'or (Cannes 2010).
  49. Première mondiale du film Women are Heroes (Semaine de la critique, Cannes 2010).
  50. [vidéo] Propos extrait d'une interview des habitants de Carthagène ayant participé au projet Los surcos de la ciudad en 2008 (vidéo du projet).
  51. Votation(s) fédérale(s) - 29 novembre 2009 Procès-verbal communal, objet : Minarets, Ville de Vevey.
  52. http://www.tedprize.org/jr-2011-ted-prize-winner/
  53. texte provenant de la conférence du TED Prize le 2 mars 2011 à Long Beach, Los Angeles, États-Unis, http://www.clarkmagazine.com/news/ted-prize-le-voeu-de-jr/
  54. raouia kheder, « Dans les rues de Tunisie, gué-guerre entre colleurs d'affiches et censeurs après le passage de JR », Street Press,‎ (consulté le 23 décembre 2015)
  55. Rédaction Libération, « Varda et JR comptent sur votre générosité pour partir en goguette », Libération,‎ (consulté le 14 mai 2016)
  56. Marilou Duponchel, « Agnès Varda revient au cinéma avec JR », Les Inrocks,‎ (consulté le 14 mai 2016)
  57. Vidéo : Expo Paris 2009

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Vidéos des actions[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]