Hôpital militaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un hôpital
Cet article est une ébauche concernant un hôpital.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Les vieux bâtiments du Val-de-Grâce, à Paris.

Un hôpital militaire est un hôpital tenu par une armée et dont la vocation première est de soigner les soldats et anciens soldats.

Belgique[modifier | modifier le code]

Côte d'Ivoire[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

En France, les hôpitaux de la Marine et les hôpitaux de l'Armée ont été regroupés sous la dénomination d'hôpitaux d'instruction des armées (HIA), ils dépendent du Service de santé des armées.

Anciens hôpitaux militaires[modifier | modifier le code]

L’hôpital militaire de Ris-Orangis en 1916.

Des hôpitaux militaires français ont aussi été établis dans les possessions ou colonies françaises (Alger, Dakar, Djibouti, Indochine (Saigon), Tananarive, Papeete…) et en Allemagne : Bühl Fribourg, Trèves, Donaueschingen. Exemple : Hôpital militaire Grall, 14 rue La Grandière à Saigon.

Hôpitaux militaires actuels[modifier | modifier le code]

Dans les années 2010, il existe en France neuf hôpitaux d'instruction des armées :

Les armées françaises disposent également d'une structure sanitaire quasiment comparable à un hôpital à Djibouti : le groupement médico-chirurgical de Bouffard.

Par ailleurs, depuis juillet 2009, une structure hospitalière militaire multinationale fonctionne près de Kaboul en Afghanistan, avec un équipement et une direction relevant du Service de santé des armées françaises[5].

Il faut noter que les hôpitaux militaires ne sont plus réservés aux militaires et aux patients liés aux activités militaires, il accueillent maintenant tous les assurés sociaux civils. Les hôpitaux militaires des armées sont dotés en 2009 d'un budget total de 800 millions qui est très insuffisant et qui se traduit par un déficit de 281 millions d’euros[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article du Républicain Lorrain du 27 janvier 2012.
  2. Site d'Étienne Biellmann.
  3. Lyautey sur le site eurocorps.wifeo.com
  4. http://www.robertpicque.fr/
  5. http://www.defense.gouv.fr/ema/operations_exterieures/afghanistan/breves_et_photos/04_08_09_afghanistan_un_nouvel_hopital_de_la_fias_a_kaboul_video
  6. http://www.biensur-sante.com/tout_frais_du_jour.php?pg=1&id=341