Var (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Var.

Var
Blason de Var
Var (département)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Drapeau de Provence-Alpes-Côte d'Azur Provence-Alpes-Côte d'Azur
Création du département (229 ans)
Chef-lieu
(Préfecture)
Toulon
Sous-préfectures Brignoles
Draguignan
Président du
conseil départemental
Marc Giraud (LR)
Préfet Jean-Luc Videlaine
Code Insee 83
Code ISO 3166-2 FR-83
Démographie
Gentilé Varois(e)
Population 1 058 740 hab. (2017)
Densité 177 hab./km2
Géographie
Superficie 5 973 km2
Subdivisions
Arrondissements 3
Circonscriptions législatives 8
Cantons 23
Intercommunalités 12
Communes 153

Le Var [vaʁ] est un département français de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui doit son nom au fleuve côtier qui constituait jadis la limite orientale du département mais ne l'arrose plus aujourd'hui. C'est le seul département français à avoir eu dans l'histoire quatre chefs-lieux différents : Brignoles, Grasse, Draguignan et enfin Toulon. Actuellement, le chef-lieu du département est Toulon, tandis que Draguignan et Brignoles ne sont plus que des sous-préfectures, tout comme Grasse, aujourd'hui sous-préfecture des Alpes-Maritimes. Les habitants du Var sont appelés les Varois. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 83.

Nom[modifier | modifier le code]

Le département du Var tire son nom du fleuve Var qui constituait autrefois sa limite orientale, avant le rattachement du comté de Nice à la France et l'incorporation de l'arrondissement de Grasse au sein du nouveau département des Alpes-Maritimes. Depuis, le département porte le nom d'un cours d'eau qui ne coule pas sur son territoire, cas unique en France.

Plusieurs projets de changement de nom du département furent proposés, sans résultats. Parmi ceux-ci figurait celui de rebaptiser le Var département de l'Argens, du nom du principal fleuve traversant le département, d'ouest en est. Mais, pour l'heure, le département conserve le nom sous lequel il est connu, notamment à l'extérieur du territoire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hyères, ville médiévale (Chapelle Saint-Blaise)

Le Var fait partie de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Il est limitrophe des départements des Bouches-du-Rhône à l'ouest, de Vaucluse (sur quelques centaines de mètres à peine), des Alpes-de-Haute-Provence au nord, des Alpes-Maritimes à l'est, et est baigné par la mer Méditerranée au sud.

Le département du Var est formé à partir du Comté de Provence et constitue une superficie de 6 032 km2 avec 432 km de littoral (îles incluses) et de plus de 26 communes littorales[1]. Il est découpé en neuf districts.

Il s'étendait jusqu’au fleuve du même nom, lequel formait frontière entre la France et le Comté de Nice. Mais à la suite du rattachement de ce dernier à la France, l'adjonction en 1860 de l'arrondissement de Grasse aux Alpes-Maritimes nouvellement créées a modifié la géographie administrative du département, le fleuve Var ne coulant plus désormais dans le département qui porte son nom, mais uniquement dans ceux des Alpes-de-Haute-Provence et des Alpes-Maritimes. Le département du Var est ainsi le seul département français qui tient son nom d'un élément géographique situé hors de ses limites.

Le Var est un département dont 58,3 % de la superficie est boisée soit 351 706 ha, pour un taux moyen de 39,4 % pour la région Provence – Alpes - Côte d’Azur[2]. C'est donc un taux de boisement du département très supérieur à la moyenne nationale 25,4 %, presque au même niveau que les Landes (61,7 %)[3]. Le Var possède un relief varié avec deux parties géologiquement différentes: la partie calcaire sur tout l'ouest d'un axe Toulon-Draguignan, et une partie cristalline à l'est. 14 % de la superficie est utilisée par l'agriculture soit 83 000 ha[4].

Les principaux massifs sont :

  • les Maures (point culminant à 780 mètres) et l’Estérel (point culminant à 618 mètres) qui sont de sol cristallin.
  • À l’ouest du département se trouve le massif de la Sainte-Baume (point culminant 1 147 m).
  • Au nord-est du département, la montagne de Lachens (1 715 m) est le point culminant du département.
  • Les plans au nord du département dont le Plan de Canjuers s’élèvent graduellement de 500 à 1 000 mètres. Au sud et à l’ouest d'autres plateaux comme celui du Siou Blanc au nord de Toulon, sont à une moyenne de 400 à 800 mètres d'altitude.
  • Le massif des Bessillons, au nord-ouest du département, sur les communes de Pontevès et Fox-Amphoux (point culminant 813 m).

Climat[modifier | modifier le code]

Plage de la Courtade à Porquerolles

Avec un climat méditerranéen, le Var est habitué aux fortes chaleurs, cependant en 2003 lors de la canicule et en juillet/août 2005, les pics de chaleurs ont été tels que de nombreux feux se sont déclarés, emportant notamment une grande partie de la végétation du Massif des Maures. La Garde-Freinet et le Plan-de-la-Tour ont été très sévèrement touchés. Si certains feux furent accidentels, d'autres mises à feu furent volontaires en plusieurs endroits de la région.

Toulon est statistiquement la ville de France métropolitaine la plus ensoleillée[réf. nécessaire].

Les fortes précipitations d'automne amènent à des inondations, régulièrement dévastatrices. Entre 1983 et 2003, 743 communes du département (sur plus de 900) ont été concernées par au moins un arrêté de catastrophe naturelle. Ces inondations sont dues aux caractéristiques climatiques de la région, qui favorisent des pluies rares mais de très forte intensité, donnant lieu à des crues soudaines et brutales. Ces phénomènes provoquent de dégâts importants en raison de la forte urbanisation des zones inondables, suscitée par la pression foncière, très importante[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le département a été créé à la Révolution française, le (décret du 26 février 1790) en application de la loi du , à partir d'une partie de la province de Provence.

Son chef-lieu, d'abord fixé à Toulon, fut déplacé pour punir les Toulonnais d'avoir livré leur ville aux Britanniques en 1793. Grasse devint alors chef-lieu, remplacée à son tour par Brignoles en 1795 puis Draguignan en 1797.

Le département suivit les progrès de la Révolution française avec intérêt, comme en témoigne le nombre de sociétés populaires, 115 en 1794[6]. De la même façon, 96 % des prêtres acceptent de prêter serment à la constitution civile du clergé[7].

À partir de 1795, une administration centrale est instaurée dans chaque département, de même qu'une administration locale dans chaque canton.

En 1800, Napoléon Bonaparte réforme en profondeur l'organisation de l'État. L'administration du département est confiée au préfet.

Après la victoire des coalisés à la bataille de Waterloo (18 juin 1815), le département est occupé par les troupes autrichiennes de juin 1815 à novembre 1818 (voir occupation de la France à la fin du Premier Empire).

Le département est très à gauche sous la Deuxième République. Lorsque le président Louis-Napoléon Bonaparte fait son coup d’État, le 2 décembre 1851, le département se soulève, avant que les troupes insurgées soient dispersées par l’armée. Le chemin de fer parvient à Toulon en 1859. Lors de la création des Alpes-Maritimes en 1860, après l'annexion à la France du comté de Nice, le Var est amputé de sa partie la plus orientale, qui constitua l'arrondissement de Grasse dans le nouveau département. À la suite de cette modification, le Var ne coule plus aujourd'hui dans le département auquel il a donné son nom.

En 1884, le choléra endeuille Toulon. À cette occasion, Georges Clemenceau, médecin, se fait connaître comme « l'homme qui affronte l'épidémie ». Alors député de la Seine, il plaide la cause du Var à la Chambre. Apparemment adopté par les Varois, il sera leur député de 1888 à 1893 puis sénateur de 1902 à 1920.

Au XXe siècle, la guerre de 1914-1918 stimule la production industrielle intéressant la défense nationale, mais elle frappe notamment les industries alimentaires.

Le département est occupé par l’Italie fasciste de novembre 1942 à septembre 1943[8]. En 1942, l'armée allemande envahit la zone sud, et occupe le département du Var en 1944. Le 15 août de cette année, dans la nuit, des commandos français débarquent au Cap Nègre, au Trayas, à Saint-Tropez, à Sainte-Maxime ou encore à Saint-Raphaël (voir débarquement de Provence). La flotte revient à Toulon le 13 septembre.

Finalement, Toulon redevient préfecture du département par décret du 4 décembre 1974. Le conseil général suit plus tard[Quand ?].

Le Var a été une terre d'accueil pour les rapatriés d'Algérie (environ 100 000). Les séquelles de la lutte pour l’Algérie française et l'abandon dramatique des Harkis, voire leur renvoi en Algérie où leurs conditions lamentables d'accueil, ou plus récemment les insultes à leur égard du président de la région Languedoc-Roussillon[9] ,[10] ont cependant laissé des traces sur la vie politique locale[11].

Le Var est aujourd'hui un territoire en plein développement, tant sur le plan économique que démographique, en partie grâce à son cadre de vie et sa vocation touristique.

Économie[modifier | modifier le code]

La principale source de revenus est le tourisme.

Le Var s'engage depuis quelques années dans une nouvelle voie, la terre cultivée est exclusivement consacrée aux productions suivantes : fleurs, fruits, primeurs, vin et huile d'olive. Il développe d'autre part des investissements liés aux énergies renouvelables, notamment dans le photovoltaïque comme le site pilote de Cotignac[12].

Le département possède deux centres économiques. Le premier est situé dans la région de Toulon, où se trouve une grande industrie compétitive. L'autre centre économique se situe à Fréjus-Saint-Raphaël, spécialisé dans les services (immobilier, finances, gestions de fortunes…) et dans les hautes technologies (avec notamment le siège français du fabricant de casques GPA).

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants du Var se nomment les Varois.

En 2017, le département comptait 1 058 740 habitants[Note 1], en augmentation de 3,63 % par rapport à 2012 (France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1791 1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846
-271 703283 296--321 686323 404328 010-
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
357 967371 820315 526308 550293 757295 763288 577283 689288 336
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
309 179326 384324 638330 755322 945347 932377 104398 662370 688
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
413 012469 557555 926626 093708 331815 449898 441985 0991 012 735
2016 2017 - - - - - - -
1 055 8211 058 740-------
(Sources : SPLAF - population totale du département depuis sa création jusqu'en 1962[13] − puis base Insee − population sans doubles comptes de 1968 à 2006[14] puis population municipale à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

La répartition de la population, sur le territoire départemental, n'est pas uniforme. En effet, la zone urbaine de Toulon, concentre une grande partie de la population. Le Var comprend quatre villes de plus de 50 000 habitants et sept villes de plus de 30 000 habitants.

Le Var est le département de Provence-Alpes-Côte d’Azur comptant la plus grande proportion de personnes âgées de soixante ans et plus, à savoir plus de 30 % de la population du département (contre 27 % au niveau régional et 24 % au niveau national)[16]. Par ailleurs, les aînés de 75 ans et plus représentent près de 12 % de la population varoise (environ 120 000 personnes au ).

Communes les plus peuplées[modifier | modifier le code]

Liste des 15 communes les plus peuplées du département
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Modifier
Toulon 83137 Métropole Toulon Provence Méditerranée 42,84 171 953 (2017) 4 014 modifier les donnéesmodifier les données
La Seyne-sur-Mer 83126 Métropole Toulon Provence Méditerranée 22,17 63 936 (2017) 2 884 modifier les donnéesmodifier les données
Hyères 83069 Métropole Toulon Provence Méditerranée 132,38 55 588 (2017) 420 modifier les donnéesmodifier les données
Fréjus 83061 CA Var Estérel Méditerranée 102,27 52 672 (2017) 515 modifier les donnéesmodifier les données
Draguignan 83050 CA dracénoise 53,75 39 340 (2017) 732 modifier les donnéesmodifier les données
Saint-Raphaël 83118 CA Var Estérel Méditerranée 89,59 35 042 (2017) 391 modifier les donnéesmodifier les données
Six-Fours-les-Plages 83129 Métropole Toulon Provence Méditerranée 26,58 32 829 (2017) 1 235 modifier les donnéesmodifier les données
La Garde 83062 Métropole Toulon Provence Méditerranée 15,54 25 126 (2017) 1 617 modifier les donnéesmodifier les données
La Valette-du-Var 83144 Métropole Toulon Provence Méditerranée 15,50 23 884 (2017) 1 541 modifier les donnéesmodifier les données
La Crau 83047 Métropole Toulon Provence Méditerranée 37,87 18 288 (2017) 483 modifier les donnéesmodifier les données
Brignoles 83023 CA de la Provence Verte 70,53 17 179 (2017) 244 modifier les donnéesmodifier les données
Sanary-sur-Mer 83123 CA Sud Sainte Baume 19,23 16 605 (2017) 863 modifier les donnéesmodifier les données
Saint-Maximin-la-Sainte-Baume 83116 CA de la Provence Verte 64,13 16 433 (2017) 256 modifier les donnéesmodifier les données
Sainte-Maxime 83115 CC du Golfe de Saint-Tropez 81,61 13 968 (2017) 171 modifier les donnéesmodifier les données
Roquebrune-sur-Argens 83107 CA Var Estérel Méditerranée 106,10 14 251 (2017) 134 modifier les donnéesmodifier les données

Principales aires urbaines[modifier | modifier le code]

Arrondissements[modifier | modifier le code]

Liste des arrondissements du département du Var au
Nom Code
Insee
Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Modifier
Arrondissement de Brignoles 833 2 260,20 182 227 (2017) 81 modifier les données
Arrondissement de Draguignan 831 2 416,50 305 697 (2017) 127 modifier les données
Arrondissement de Toulon 832 1 295,80 570 816 (2017) 441 modifier les données
Var 83 5 973,00 1 058 740 (2017) 177 modifier les données

Culture[modifier | modifier le code]

  • Les Médiévales, chaque été à Brignoles ;
  • Festival de théâtre de Ramatuelle, initié par Jean-Claude Brialy ;
  • Festival Les Voix du Gaou à Six-Fours-les-Plages (1997-2015);
  • Festival de la télévision et le Festival de piano de Saint-Tropez ;
  • Festival de la bande dessinée de Roquebrune-sur-Argens ;
  • Festival de la bande dessinée de Solliès-Ville ;
  • Festival de théâtre In Situ de Carqueiranne ;
  • Festival international de piano Musique à la Cour (Solliès-Pont) au mois d'août ;
  • La Pastorale de Tourtour, mise en scène du texte d'Yvan Audouard La Pastorale des santons de Provence, montée, jouée et chantée par les habitants de Tourtour ;
  • La fête de l'olivier à Ollioules le premier week-end d'octobre ;
  • La fête de la figue à Solliès-Pont le dernier week-end d'août ;
  • Festival de musique du monde à Néoules, association Chemins pluriels ;
  • La fête du St Hermentaire (ou Corso Fleuri) à Draguignan. Tous les ans pour fêter la victoire de la bataille entre Saint Hermentaire et le Dragon, la cité du Dragon organise le Corso Fleuri fin mai. Le corso fleuri est un défilé de chars décorés de fleurs de papiers que ce soit l'après-midi (vers 16 h) ou en soirée (vers 20 h, suivi d'un feu d'artifice). En période de corso, la ville organise une fête foraine qui dure une semaine.
  • Le Festival du château à Solliès-Pont : Le Festival accueille des artistes musicaux et des humoristes chaque année début juillet.
  • La fête de la courge à Rians.
  • La fête du miel des Arcs-Sur-Argens ;
  • La fête de Sainte-Maxime au mois de Mai.

Cultes[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le Var (comme la plupart des départements de la côte méditerranéenne) est une importante destination touristique, notamment en période estivale (tourisme balnéaire)[18]. On peut en particulier y visiter les caves et les vignobles de Bandol, voir les villages perchés du pays de Fayence (Montauroux, Fayence, Callian, Seillans, Tourrettes, Saint-Paul-en-Forêt, Mons, Tanneron), faire une randonnée dans le massif de l'Esterel, de la planche à voile sur la presqu'île de Giens, ou prendre un bateau pour l'île de Porquerolles ou le parc naturel sous-marin de l'île de Port-Cros. La plage de Cavalaire-sur-Mer est également la plus longue plage de sable de la côte. La ville de Saint-Tropez est aussi située dans le Var. Le nord du département, dit le Haut-Var, présente également un intérêt avec ses villages perchés dans les collines, les sites majestueux des gorges du Verdon et du lac de Sainte-Croix, ou bien le lac de Saint-Cassien. Le département comprend plusieurs villes disposant d'un patrimoine architectural et historique remarquable : Fréjus, Draguignan, notamment.

Les résidences secondaires[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population du , 26,5 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes du Var dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % des logements totaux.

Transports[modifier | modifier le code]

Varlib est le service de transport en commun par bus du département du Var. Il permet de se déplacer dans tout le département pour trois euros[19].

La Régie mixte des transports toulonnais (RMTT) gère le réseau Mistral, un réseau de transports en commun réparti dans l'aire urbaine de Toulon sur plusieurs communes : Toulon, La Seyne/Mer, Hyères , Six-Fours, Ollioules , le Pradet, Carqueiranne , La Crau, Le Revest les Eaux...

Routiers[modifier | modifier le code]

Le département est desservi par trois autoroutes : l'autoroute A8 (Aix-en-Provence – frontière italienne) qui traverse le centre du département d'est en ouest, l'autoroute A57 qui relie Le Cannet-des-Maures à Toulon et l'autoroute A50 qui relie Toulon à Marseille. Ces trois autoroutes sont gérées par le réseau Escota et Vinci Autoroutes .

Sur une grande partie de son parcours, l'autoroute A8 longe la nationale 7, qui est un axe très emprunté.

L'autoroute A570 relie l'A57 à Hyères, cette portion est gratuite (non concédée).

La RD98 (ancienne nationale 98) relie l'agglomération toulonnaise au Golfe de Saint-Tropez.

Politique[modifier | modifier le code]

Josette Pons, députée de la sixième circonscription du Var jusqu'en 2017 et Horace Lanfranchi, président du conseil général du Var jusqu'en 2015.

Administration[modifier | modifier le code]

Blason du Var
Liste des présidents successifs du conseil général du Var
Période Identité Étiquette Qualité
1956 1985 Edouard Soldani PS Sénateur, maire de Draguignan
1985 1994 Maurice Arreckx UDF Sénateur, maire de Toulon
1994 2002 Hubert Falco UMP Sénateur, maire de Toulon
2002 2015 Horace Lanfranchi UMP Enseignant, conseiller général
2015 En cours Marc Giraud UMP Ancien conseiller général, ancien maire de Carqueiranne

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La mer pour horizon, Revue du Conseil départemental du Var, n°4 Hiver 2017-2018, pp. 38-39
  2. Inventaire forestier du département du Var (lien périmé) [PDF]
  3. Inventaire forestier du département des Landes (lien périmé) [PDF]
  4. Atlas du paysage du Var
  5. « Dossier Départemental sur les Risques Majeurs dans le Var : Les risques naturels », Service Interministériel de défense et de protection Civiles de la Préfecture du Var et de la Direction Départementale de l’Équipement du Var, (consulté le 1er décembre 2014).
  6. Albert Ceccarelli, La Révolution à l’Isle sur la Sorgue et en Vaucluse, Éditions Scriba, 1989 (ISBN 2-86736-018-8), p. 27
  7. Albert Ceccarelli, La Révolution…, p. 30
  8. Stéphane Simonnet, Claire Levasseur (cartogr.) et Guillaume Balavoine (cartogr.) (préf. Olivier Wieviorka), Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944- 8 mai 1945 : des débarquements aux villes libérées, Paris, éd. Autrement, coll. « Atlas-Mémoire », (1re éd. 1994), 79 p. (ISBN 978-2-746-70495-4 et 2-746-70495-1, OCLC 417826733, notice BnF no FRBNF39169074), p.  60
  9. Harkis: Frêche condamné - L'Express/Reuters, 25 janvier 2007
  10. On a dénommé « harkis » tous les Algériens musulmans soutenant le rattachement de l’Algérie à la République française durant la guerre d’Algérie
  11. Des politiques sous influence nostalgérique - le Ravi, 19 mars 2012
  12. Le domaine viticole de Nestuby s'équipe de 800 m2 de toits solaires - Rachida Boughriet, Actu-Environnement.com, 13 octobre 2008
  13. Site sur la Population et les Limites Administratives de la France - fiche historique du département
  14. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  15. Fiches Insee - Populations légales du département pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017
  16. Les maisons de retraite dans le Var - MediPages, 11 février 2014
  17. diocèse catholique de Fréjus-Toulon
  18. (fr+en) Guide du Var
  19. Tarification : Le billet unitaire - Varlib

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]