La Mémoire dans la peau (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Mémoire dans la peau.
La Mémoire dans la peau
Titre original The Bourne Identity
Réalisation Doug Liman
Scénario Tony Gilroy
William Blake Herron
Acteurs principaux
Sociétés de production The Kennedy/Marshall Company
Universal Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la République tchèque République tchèque
Genre action
Durée 119 minutes
Sortie 2002

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Mémoire dans la peau (The Bourne Identity) est un film d'action américano-germano-tchèque réalisé par Doug Liman, sorti en 2002. Il est adapté du roman homonyme de Robert Ludlum. Il constitue le premier volet d'une série cinématographique basée sur le personnage de Jason Bourne.

Résumé du film[modifier | modifier le code]

Une nuit, dans la mer Méditerranée, au large de Marseille, un chalutier italien repêche un homme inconscient, atteint de deux balles dans le dos. Soigné à bord, l'inconnu se remet vite de ses blessures, mais se révèle totalement amnésique, incapable de se souvenir qui il est. Le seul indice dont il dispose est une capsule implantée chirurgicalement au niveau de sa hanche, une sorte de pointeur laser projetant un numéro de compte en banque, à Zurich. Arrivé à Zurich, il réalise qu'il parle couramment l'allemand et se découvre des aptitudes hors-normes au close combat après avoir désarmé et maîtrisé deux policiers qui tentaient de l'arrêter pour s'être endormi sur un banc dans un parc fermé la nuit.

Le lendemain, il se rend à la banque et trouve dans son coffre personnel une importante quantité d'argent sous des devises différentes, mais aussi une arme à feu et plusieurs passeports de différentes nationalités avec sa photo, dont un au nom de Jason Bourne, puis quitte les lieux en prenant le tout sauf l'arme. Un employé de la banque le remarque et prévient un groupe de la division des activités spéciales de la CIA, Treadstone. Poursuivi par des policiers, Bourne parvient à leur fausser compagnie et à se réfugier à l'ambassade américaine grâce à son passeport américain. Les gardes de l'ambassade tentent alors de l'arrêter, mais Bourne parvient à s'enfuir. Afin de se rendre à Paris où figure une adresse sur son permis de conduire, il s'approche d'une jeune Allemande paumée, Marie Kreutz, qu'il avait entraperçue dans l'ambassade, et lui propose 20 000 dollars si elle accepte de le conduire à Paris.

Pendant ce temps, au siège de la CIA, le chef de l'opération Treadstone, Alexander Conklin, révèle à son supérieur, le directeur adjoint Ward Abbott, que Bourne avait pour mission d'assassiner le dictateur africain Nykwana Wombosi, mais que cela a échoué. Pour rompre tout lien entre l'agence et Wombosi, Conklin charge plusieurs tueurs hautement qualifiés d'éliminer Bourne, tout en signalant la présence du fugitif aux autorités policières.

Bourne se rend dans son appartement à Paris en compagnie de Marie et apprend qu'un certain John Michael Kane, qui est en fait une de ses autres identités, serait mort deux semaines auparavant des suites d'un accident de voiture. Un premier tueur, Castel, prend l'appartement d'assaut et affronte Bourne, qui le neutralise après un combat. En fouillant le sac de Castel, Marie découvre, paniquée, des avis de recherche les concernant. Lorsqu'elle essaie de questionner Castel, Bourne tente de la calmer, mais ne peut empêcher Castel de se défenestrer sans rien dévoiler. Bourne n'a pas d'autre choix que de quitter les lieux sur le champ avec la jeune femme en état de choc.

Conklin fait alors appel à Nicolette Parsons, un agent de surveillance en planque à Paris, afin de localiser Bourne et Marie. Après une course-poursuite avec les policiers parisiens, ces deux derniers se cachent dans un petit hôtel. C'est à ce moment-là que naît une histoire d'amour entre eux. Après des recherches fructueuses concernant son passé, Jason tente de rencontrer Wombosi, mais l'ancien dictateur est abattu par le second tueur, le « Professeur ». À la lecture d'un article de journal sur la première tentative d'assassinat contre Wombosi sur son yacht en Méditerranée, Jason fait le lien et réalise que c'était lui l'assassin. Jason et Marie se réfugient alors dans la maison de campagne d'un ami de la jeune femme, où il vit avec ses deux enfants. C'est alors que Bourne décide de faire table rase du passé et renonce à renouer avec son ancienne vie.

Conklin parvient néanmoins à les pister et envoie le Professeur pour les tuer. Bourne crée une diversion et parvient à le blesser avec un fusil de chasse, puis l'interroge juste avant qu'il ne succombe à ses blessures. Il comprend alors que le Professeur et lui faisaient partie de la même unité. Afin de protéger Marie, Bourne insiste pour qu'elle s'en aille avec son ami et ses enfants, qui ne pouvaient plus habiter la maison. Ensuite, il contacte Conklin via le portable du Professeur et lui donne rendez-vous à Paris, sur un pont, plus tard dans la journée. Une fois sur place, Bourne remarque la présence d'hommes d'armées et annule le rendez-vous avec Conklin, mais parvient cependant à placer un mouchard sur la voiture d'un de ses hommes et parvient ainsi à les pister jusqu'à la planque de Treadstone à Paris. Bourne s'y introduit furtivement et met Conklin en joue.

Au cours de la discussion qui s'ensuit, certains souvenirs lui reviennent. Il se souvient d'avoir planifié l'élimination de Wombosi sur son yacht, et renoncé au tout dernier moment, n'osant l'abattre en présence de ses enfants. C'est alors qu'il essayait de fuir que les hommes de main de Wombosi l'ont repéré et qu'il est tombé par-dessus bord, blessé par balles, avant d'être repêché par les pêcheurs italiens. Bourne déclare alors à Conklin qu'il quitte Treadstone et lui fait comprendre qu'il n'hésiterait pas à le traquer au cas où il essaierait de le suivre. Bourne se trouve alors pris pour cible par plusieurs hommes armés, et parvient à quitter les lieux après les avoir tous abattus. Conklin est alors abattu par, Manheim, un troisième tueur sur ordre d'Abbott, afin d'effacer les traces pour arrêter Treadstone. Dans la scène suivante, Abbott fait son compte-rendu annuel au comité du Congrès, et parvient à se débarrasser à bon compte du dossier Treadstone en prétendant que le programme a été abandonné pour des raisons de rentabilité. Dans la dernière scène, Bourne rejoint Marie à Mykonos, où elle a ouvert une boutique de location de scooters avec l'argent qu'il lui avait donné.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légende : Version française (VF) sur Voxofilm[3] et Allodoublage[4]

Production[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Le film est librement adapté du roman La Mémoire dans la peau de Robert Ludlum, publié aux États-Unis en .

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Matt Damon s'entraînant pour le film aux côtés de l'entraîneur Michael Torchia[5],[6].

Le réalisateur Doug Liman avait approché un large éventail d'acteurs pour le rôle de Jason Bourne, parmi lesquels Russell Crowe, Matthew McConaughey, Brad Pitt et Sylvester Stallone, avant de finalement confier le rôle à Matt Damon. Liman a constaté que Damon a compris et accepté le fait que même si La Mémoire dans la peau aurait sa part d'action, l'accent est principalement mis sur le personnage et l'intrigue[7]. Matt Damon, qui n'avait jamais joué un tel rôle physiquement exigeant, a insisté pour réaliser lui-même un grand nombre de cascades. Avec l'aide du chorégraphe Nick Powell et l'entraîneur spécialisé en art martial Jeff Imada, il subit un entraînement intensif pour les cascades, le maniement des armes, la boxe et le arnis et a effectué un nombre important des cascades du film lui-même, y compris les scènes de close combat et l'escalade d'un immeuble[8].

Tournage[modifier | modifier le code]

Dès le début de tournage du film, les difficultés avec les studios, provoquées par les relations tendues entre le réalisateur et Universal Pictures, ont ralenti le développement[9]. Les cadres d'Universal étaient mécontents du rythme du film, mettant l'accent sur l'importance des petites séquences d'action et Liman se méfiait de la participation des studios dans la réalisation[10]. Un certain nombre de nouvelles prises de vues et les réécritures du scénario ont obligé de retarder la sortie du film, qui, prévu pour , sortira finalement neuf mois plus tard, en [9], prenant 8 millions de dollars sur le budget de production initial, qui était de 60 millions. Le scénariste Tony Gilroy télécopia les éléments du scénario réécrits pendant presque toute la durée du tournage[10]. Un point de discorde a également eu lieu à l'égard du script de Gilroy, concernant la scène de la ferme et la conclusion de La Mémoire dans la peau. Liman et Matt Damon insistèrent pour que la séquence de la ferme reste telle quelle après une réécriture voulue par Universal[9]. Les deux hommes ont fait valoir que si cette scène était modérée, elle aurait fait partie intégrante de la compréhension de la part du public concernant le personnage de Bourne ainsi que les thèmes centraux du film. La séquence de la ferme fut gardée à travers de nombreuses réécritures à partir du script d'origine avant son inclusion dans le résultat final[10].

Universal désirait faire tourner La Mémoire dans la peau à Montréal, au lieu de Paris, afin de réduire les coûts, Liman a objecté : « Mais rien à Montréal ne ressemble à Paris, ce n'est pas parce qu'ils parlent français qu'on va s'en contenter ! »[9] Il imposa l'utilisation d'une équipe de tournage de langue française, à la suite de la réaction négative du public-test pour le premier final du film à Paris, obligeant à tourner une nouvelle séquence de conclusion dans Paris[11].

En sus de Paris, le tournage s'est également déroulé à Prague, à Imperia, à Rome, à Mykonos et Zurich. Plusieurs scènes prévues pour Zurich ont été tournées à Prague.

Musique[modifier | modifier le code]

The Bourne Identity
Original Motion Picture Soundtrack
Bande originale de John Powell
Sortie
Durée 54:51
Genre musique de film
Compositeur John Powell
Label Varèse Sarabande
Critique

Albums de John Powell

Bandes originales de Jason Bourne

La musique du film est composée par John Powell. La chanson du générique de fin, Extreme Ways de Moby, n'apparait pas sur l'album.

Liste des titres
No Titre Durée
1. Main Titles 4:19
2. Bourne Gets Well 1:21
3. Treadstone Assassins 2:12
4. At the Bank 4:07
5. Bourne on Land 1:42
6. Escape From Embassy 3:13
7. The Drive to Paris 1:30
8. The Apartment 3:27
9. At the Hairdressers 1:31
10. Hotel Regina 2:12
11. The Investigation 1:40
12. Taxi Ride 3:43
13. At the Farmhouse 2:54
14. Jason Phones It In 3:05
15. On Bridge Number Nine 3:45
16. Jason's Theme 2:21
17. Mood Build 3:36
18. The Bourne Identity 5:58
19. Drum and Bass Remix 2:16

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Dès sa sortie en salles, La Mémoire dans la peau a rencontré un accueil favorable de la part des critiques dans les pays anglophones, Rotten Tomatoes lui attribuant 83 % d'avis positifs, sur la base de 183 commentaires et une note moyenne de 710[13] et Metacritic, un score de 68100, sur la base de trente-huit commentaires[14], mais également en France, où le site Allociné, sur la base de vingt-deux titres de presse, une note moyenne de 3.55[15].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Alt=Image de la Terre Mondial[1] 214 034 224 $
Drapeau des États-Unis États-Unis[1] 121 661 683 $ 23
Drapeau de la France France [16] 765 614 entrées 7

La Mémoire dans la peau a rencontré un succès commercial aux États-Unis : pour son premier week-end d'exploitation en salles, où il est distribué dans 2,638 salles, le long-métrage démarre à la seconde position du box-office, avec 27 118 640 $[1], pour une moyenne de 10,280 $ par salles[1], où il est devancé par Scooby-Doo, sorti le même jour[17], mais évolue avec une baisse de 44,4 % des bénéfices engrangées le week-end suivant, malgré cinq salles supplémentaires à le projeter, il chute à la quatrième position avec 15 078 315 $[1], soit une moyenne de 5,705 $ par salles et un cumul de 54 384 585 $[1]. Toutefois, la baisse des recettes se stabilise favorablement, puisque, malgré une chute de 25,7 % et vingt salles supplémentaires à le diffuser, pour son troisième week-end, le film se place à la cinquième position, avec 11 197 915 $, pour une moyenne de 4,205 $ par salles [1] et un total de 72 902 425 $ de recettes sur le territoire américain[1]. Le film arrive à atteindre le cap des 100 millions de dollars de recettes lors de son sixième week-end, malgré une évolution en baisse en termes des recettes, une chute dans le classement et des salles en moins[1]. En définitive, La Mémoire dans la peau totalise 121,6 millions de dollars de recettes en fin d'exploitation[1].

En France, La Mémoire dans la peau ne rencontre pas le même succès, bien qu'ayant réussi un bon démarrage pour sa première semaine à l'affiche, où il se classe en première position du box-office, avec 391 761 entrées, où il fut distribué dans 434 salles[16], dont 118 060 entrées à Paris[16]. Mais la semaine suivante, il ne parvient pas à garder le haut du podium, puisque avec une baisse de 52,6 % en termes d'entrées et malgré une combinaison de salles ayant augmenté (450), il chute de trois places et totalise 185 612 entrées, soit un cumul de 577 373 entrées[16]. Au bout de sept semaines à l'affiche, le film finit avec 765 614 entrées [16], résultat honorable mais en deçà des deux autres volets, qui ont atteint le million de spectateurs.

Saga Jason Bourne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jason Bourne.
  1. La Mémoire dans la peau (The Bourne Identity) de Doug Liman (2002)
  2. La Mort dans la peau (The Bourne Supremacy) de Paul Greengrass (2004)
  3. La Vengeance dans la peau (The Bourne Ultimatum) de Paul Greengrass (2007)
  4. Jason Bourne : L'Héritage (The Bourne Legacy) de Tony Gilroy (2012)
  5. Jason Bourne de Paul Greengrass (2016)

Fin alternative[modifier | modifier le code]

La version DVD « édition spéciale » parue en 2004 propose un début et une fin différentes. Cette alternative a été tournée à la demande des producteurs, qui craignaient une réaction négative du public vis-à-vis du regard négatif porté sur la CIA dans le film. La Mémoire dans la peau est en effet sorti peu après les attentats du 11 septembre 2001 et les opérations d'assassinat politique étaient un sujet sensible.

Les scénaristes ont donc imaginé une introduction et une fin qui faisaient paraître tout le film comme un grand flash-back, ramenant toutes ces activités jugées répréhensibles à une époque plus lointaine (3 ans plus tôt). À l'inverse, la fin du film se passant après les attentats du 11 septembre, il était ouvertement évoqué un changement de la politique américaine qui rendait ces activités tout à fait opportunes, apportant le pardon à Jason Bourne.

Les projections-tests n'ayant pas montré de problème quant au montage originel (celui vu en salles), ces scènes « de secours » ont finalement été jugées inutiles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) « Box-office de « The Bourne Identity » (La Mémoire dans la peau) », sur Box Office Mojo.com (consulté le 6 mai 2012).
  2. (en) Dates de sortie en salles de « La Mémoire dans la Peau » sur l’Internet Movie Database
  3. (fr) « Fiche du doublage français du film », sur Voxofilm.free.fr (consulté le 7 mai 2012).
  4. « Fiche du doublage français du film », sur Allodublage.com (consulté le 11 juillet 2012).
  5. http://ventre-plat-tip.blogspot.fr/2011/03/regime-et-exercice-matt-damon.html
  6. http://www.ifood.tv/blog/matt-damon-workout-and-diet-secrets
  7. (en) Denise Hanrahan, « Interview with Doug Liman », BBC.co.uk (consulté le 14 mars 2007)
  8. 'The Birth of the Bourne Identity' DVD Making of Documentary (2003).
  9. a, b, c et d Emilie Bablée, « (fr) « La Mémoire dans la peau » : c'était il y a dix ans ! », sur Cinemovies.fr, (consulté le 11 juillet 2012).
  10. a, b et c (en) Tom King, « Bourne to be Wild », Wall Street Journal (consulté le 12 mars 2007)
  11. (en) Jeffrey Wells, « Bourne on His Back », Reel.com (consulté le 12 mars 2007)
  12. (en) « John Powell - The Bourne Identity (Original Motion Picture Soundtrack) », sur AllMusic (consulté le 11 septembre 2015)
  13. (en) « The Bourne Identity », sur Rotten Tomatoes.com (consulté le 6 mai 2012).
  14. (en) « The Bourne Identity », sur Metacritic.com (consulté le 6 mai 2012).
  15. (fr) « La Mémoire dans la peau » : Critiques presse, sur Allociné.com (consulté le 6 mai 2012).
  16. a, b, c, d et e (fr) « Box-office de « La Mémoire dans la peau » », sur Jp's Box-office.com (consulté le 6 mai 2012).
  17. (en) « Box-office du week-end du 14 juin 2002 aux États-Unis », sur Box Office Mojo.com (consulté le 6 mai 2012).