Huveaune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
l'Huveaune
L'Huveaune à Aubagne.
L'Huveaune à Aubagne.
Caractéristiques
Longueur 48,4 km [1]
Bassin 373 km2 [réf. nécessaire]
Bassin collecteur Massif de la Sainte-Baume
Débit moyen 0,857 m3/s (Roquevaire) [2]
Nombre de Strahler 3
Régime régime pluvial
Cours
Source grotte de la Castelette
· Localisation Nans-les-Pins
· Altitude 590 m
· Coordonnées 43° 20′ 39″ N, 5° 45′ 33″ E
Embouchure la Méditerranée
· Localisation Marseille
· Altitude 0 m
· Coordonnées 43° 15′ 35″ N, 5° 22′ 26″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Peyruis, Gastaude, Vède
· Rive droite Fenouilloux, Merlançon
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissements Brignoles, Marseille
Cantons Saint-Cyr-sur-Mer, Aubagne, Allauch, Marseille 11, Marseille 10
Régions traversées Provence-Alpes-Côte d'Azur
Principales localités Marseille, Aubagne

Sources : SANDRE:« Y44-0400 », Géoportail, Banque Hydro
L'Huveaune près de son embouchure à Marseille.

L'Huveaune est un fleuve côtier qui prend sa source dans le massif de la Sainte-Baume et se jette à Marseille dans la mer Méditerranée, en France. Les autoroutes A50, A501 et A52, ainsi que l'axe ferroviaire vers Toulon, suivent son cours à l'est de Marseille.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Il est attesté sous la forme Uvelne en l'an 985, d'une racine pré-latine obscure, peut-être * Ub-. Le nom en provençal est Evèuno, ou Vèuno.

L'Huveaune s'est appelé autrefois Ubelka en celto-ligure (la dévastatrice), puis la Veaune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Gours aux sources de l'Huveaune
Gours aux sources de l'Huveaune.

L'Huveaune prend sa source dans la grotte de Castelette[3], commune de Nans-les-Pins (Var), à 590 m d'altitude au fond d'un cirque pittoresque, sur le versant nord de la Sainte-Baume.

La longueur de son cours est de 48,4 km[1]. L'Huveaune draine un bassin de 373 km2[réf. nécessaire] couvrant la Sainte-Baume occidentale et une partie de la chaîne de l'Étoile, l'ubac du massif de Saint-Cyr, et le bassin marseillais.

Parmi ses affluents provenant de la Sainte-Baume, on notera le Peyruis à Saint-Zacharie, la Vede alimentée par d'abondantes sources dans le ravin des Encanaux, le Fauge provenant du parc de Saint-Pons près de Gémenos alimenté par une belle source, le ruisseau du Rioux venant de Saucette. Provenant de la chaîne de l'Étoile, le Merlançon rejoint l'Huveaune au Pont-de-Joux[1], et le Jarret, qui prend sa source tout au nord de la commune d'Allauch, rejoint le fleuve à Marseille dans le quartier de Sainte-Marguerite.

La haute vallée de l'Huveaune, en amont d'Aubagne, est encore relativement rurale, avec les villages de Saint-Zacharie, Auriol, Roquevaire et Pont-de-l'Étoile. La basse vallée de l'Huveaune est marquée par une forte urbanisation et une ancienne industrialisation, traversant Aubagne, La Penne-sur-Huveaune et les quartiers est et sud de Marseille.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans les deux départements des Bouches-du-Rhône et du Var, l'Huveaune traverse les sept communes[1] suivantes, de l'amont vers l'aval, de Nans-Les-Pins (source), Saint-Zacharie, Roquevaire, Auriol, Aubagne, La Penne-sur-Huveaune, Marseille (confluence).

Soit en termes de cantons, l'Huveaune prend source dans le canton de Saint-Cyr-sur-Mer, traverse les canton d'Aubagne et canton d'Allauch, canton de Marseille-11, conflue dans le canton de Marseille-10, le tout dans les arrondissement de Brignoles, et arrondissement de Marseille.

Toponyme[modifier | modifier le code]

L'Huveaune a donné son hydronyme à la commune de La Penne-sur-Huveaune.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

L'Huveaune traverse trois zone hydrographiques[1] pour une superficie totale de 198 km2[1]. Ce bassin versant est constitué à 55,83 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 38,19 % de « milieux artificialisés », à 5,62 % de « territoires agricoles », à 0,11 % de « surfaces en eau »[1].

Affluents[modifier | modifier le code]

L'Huveaune a sept affluents référencés par le Sandre[1] :

Donc le rang de Strahler de l'Huveaune est de trois.

Bien que répertorié par le Sandre comme coulant dans le bassin hydrographique de l'Huveaune[5], le Jarret, long de 16,4 km, qui arrose les communes de Allauch (source), Plan-de-Cuques et Marseille, et se jette dans l'Huveaune à Sainte-Marguerite, ne figure pas dans cette liste.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Deux stations hydrologiques ont été implantées sur le cours de l'Huveaune :

  • la station Y4414015, L'Huveaune à Saint-Zacharie, (Le Moulinc blanc) depuis 2006 pour un bassin versant de 55 km2 et à 245 m d'altitude[6] ;
  • la station Y4414030, L'Huveaune à Roquevaire, (2) depuis décembre 1900 pour un bassin versant de 165 km2 et à 150 m d'altitude[2].

L'Huveaune à Saint-Zacharie[modifier | modifier le code]

Débit moyen mensuel (en l/s)
Station hydrologique : Y4414015 - L'Huveaune à Saint-Zacharie pour un bassin versant de 55 km2 et à 245 m d'altitude[6]
(le 08-05-2015 - données calculées sur 9 ans de 2006 à 2015)
Source : Banque Hydro - MEDDE

L'Huveaune à Roquevaire[modifier | modifier le code]

Le module ou moyenne annuelle de son débit est à Roquevaire de 0,86 m3/s[2].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Y4414015 - L'Huveaune à Roquevaire (2) pour un bassin versant de 165 km2 et à 150 m d'altitude[2]
(le 08-05-2015 - données calculées sur 22 ans de 1994 à 2015)
Source : Banque Hydro - MEDDE

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3, ou débit minimal du cours d'eau enregistré pendant trois jours consécutifs sur un mois, en cas de quinquennale sèche s'établit à 0,086 m3/s, ce qui représente 10% du module[2].

Crues[modifier | modifier le code]

Sur cette courte période d'observation[note 1], le débit journalier maximal a été observé le pour 23,10 m3/s. Le débit instantané maximal a été observé le [note 2] avec 56,00 m3/s en même temps que la hauteur maximale instantanée de 261 mm soit 2,61 m[2].

Le QIX 10 est de 37 m3/s et le QIX 20 est de 44 m3/s, alors que les QIX 2 est de 19 m3/s et le QIX 5 de 30 m3/s[2].

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant de la rivière est de 165 millimètres annuellement, ce qui est seulement la moitié de la moyenne en France. Le débit spécifique (Qsp) atteint 5,2 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

L'aménagement de l'Huveaune[modifier | modifier le code]

L'Huveaune naturelle[modifier | modifier le code]

L'Huveaune est restée naturelle jusqu'à Aubagne, qu'elle traverse en souterrain. Plusieurs endroits pittoresques sont présents tout le long de son cours, comme à Saint-Zacharie (Var) où l'on peut trouver une vieille écluse et un pont en pierre datant de plusieurs centaines d'années.

Réduire la pollution[modifier | modifier le code]

L'Huveaune se jette dans la mer Méditerranée à Marseille. Le cours traditionnel le fait arriver sur les plages sud de la ville, à proximité du parc Borély et de l'hippodrome.

Depuis 1986[7], la majeure partie du cours d'eau est déviée car il polluait les plages de la ville situées à proximité de son embouchure. Ses eaux sont maintenant traitées puis rejetées dans la calanque de Cortiou. En cas de fortes précipitations, le trop-plein est évacué par l'ancien lit naturel.

Le petit fleuve, très pollué jusque dans les années 1980, a retrouvé une eau nettement plus propre ; il y vit 11 espèces de poissons différentes, et plusieurs espèces de canards, en particulier le colvert, sont revenues.

Lutte contre les crues et régulation du débit[modifier | modifier le code]

Les crues surviennent lors de fortes pluies sur le massif de la Sainte-Baume et le massif de l'Étoile, et aussi plus rarement de la fonte des neiges sur la Sainte-Baume. Le débit de l'Huveaune peut alors atteindre 30 m3/s à La Penne sur Huveaune et mesuré à Marseille 330 m3/s, comme en octobre 1892, novembre 1907, 140 m3/s en octobre 1973 et 1994...

La crue d'automne atteint jusqu'à 100 m3/s ; le débit inter-annuel moyen ou module vaut 2 m3/s à Marseille, mais peut descendre à l'étiage à moins de 0,1 m3/s[réf. nécessaire].

Une station hydrologique est implantée à Roquevaire[2]

L'Huveaune et les hommes[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les fouilles archéologiques ont montré que la consommation des escargots est attestée depuis au moins -8500 ans. C'est ce qu'a prouvé Max Escalon de Fonton dans la vallée de l'Huveaune. Lui et ses équipes ont en effet identifié deux espèces d'escargots consommés alors à part égale : l'Hélix nemoralis, gastéropode préférant les zones humides, et le Xerosecta cespitum, espèce qui ne se rencontre que sur les plateaux secs et le versant des collines[8].

Le rôle économique[modifier | modifier le code]

Une des dernières usines de la vallée de l'Huveaune, Rivoire et Carret, aujourd'hui fermée

Tout au long de sa vallée, l'Huveaune a permis depuis toujours une activité agricole, puis maraîchère pour Marseille. Elle le reste encore aujourd'hui en amont d'Aubagne.

Dès le Moyen Âge, elle alimente en eau certaines industries avec les premières faïenceries, la tuilerie et de nombreux moulins.

Puis, à partir du milieu du XIXe siècle, la vallée entre Aubagne et la mer s'industrialise avec de nombreuses industries, comme la chocolaterie (longtemps usine phare de Nestlé), les activités chimiques (Lafarge), la métallurgie (Coder, fabricant de remorques routières et ferroviaires). Au cours des vingt dernières années, elles ferment les unes après les autres. Ne subsistent ou se développent que des implantations de grandes surfaces commerciales, et plus récemment des activités tertiaires.

Aujourd'hui, la vallée de l'Huveaune est une zone de résidence avec le développement des lotissements et grands ensembles d'habitation entre Marseille et Aubagne. Elle est aussi la voie de dégagement de Marseille vers l'est du département et de la région : une voie importante de liaison avec l'autoroute A50 vers Toulon et Nice, le raccordement en cours de la rocade L2, et la voie ferrée qui relie Marseille à Toulon, Nice et la Côte d'Azur.

Croyances et traditions[modifier | modifier le code]

D'après une légende locale, elle serait alimentée par les larmes de sainte Marie-Madeleine pleurant sur son sort dans la grotte de la Sainte-Baume où elle vécut 33 années.

La vierge noire de Notre-Dame d'Huveaune est vénérée depuis le XVIe siècle à proximité de l'embouchure de l'Huveaune. Initialement dans le petit monastère Saint-Sauveur (détruit à la Révolution), elle est maintenant exposée dans la chapelle Notre-Dame d'Huveaune de l'église paroissiale Saint-Giniez de Marseille.

Au fil de l'Huveaune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 22 ans en 2015 pour une station implantée depuis 1900
  2. à 17h27

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Huveaune (Y44-0400) » (consulté le 27 mai 2014)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - L'Huveaune à Roquevaire (Y4414030) » (consulté le 27 mai 2014)
  3. « CDS 83 | Détails et topographie de Grotte de La Castelette », sur www.fichiertopo.fr (consulté le 27 août 2017)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Merlançon (Y4410560) » (consulté le 3 juin 2015)
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Jarret (Y4421020) » (consulté le 3 juin 2015)
  6. a et b Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - L'Huveaune à Saint-Zacharie, (Le Moulinc blanc) (Y4414015) » (consulté le 3 juin 2015)
  7. http://www.seram-marseille.fr/Presentation/Historique/En-savoir-plus
  8. Max Escalon de Fonton, Naissance d'une ville : Marseille, Aix-en-Provence, Édisud, 1979, p. 13 (ISBN 2857440502)