Rousset (Bouches-du-Rhône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rousset
Rousset (Bouches-du-Rhône)
L'église de l'Immaculée-Conception.
Blason de Rousset
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Intercommunalité Métropole d'Aix-Marseille-Provence
Maire
Mandat
Jean-Louis Canal
2020-2026
Code postal 13790
Code commune 13087
Démographie
Gentilé Roussetains
Population
municipale
4 881 hab. (2018 en augmentation de 5,06 % par rapport à 2013)
Densité 250 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 50″ nord, 5° 37′ 19″ est
Altitude 224 m
Min. 196 m
Max. 480 m
Superficie 19,50 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Marseille - Aix-en-Provence
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Trets
Législatives Quatorzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Rousset
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Rousset
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rousset
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rousset
Liens
Site web rousset-fr.com

Rousset est une commune française située dans le département des Bouches-du-Rhône, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La montagne Sainte-Victoire.

Rousset est située à 16 km d'Aix-en-Provence et à 46 km de Marseille.

Entourée des communes de Trets, Châteauneuf-le-Rouge, Fuveau, Peynier, Saint-Antonin-sur-Bayon et Puyloubier, la commune est adossée sur les contreforts du plateau du Cengle, le long du flanc sud de la montagne Sainte-Victoire.

Le village domine un paysage de vignes et d'oliviers qui s'étend jusqu'au bord de l'Arc, mais également la zone industrielle dont il est séparé par l'autoroute A8.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la RN 7 et par l'autoroute A8, l'échangeur le plus proche de celle-ci se trouvant à 4 km sur la commune de Châteauneuf-le-Rouge.

Deux lignes de bus la desservent, la ligne Aix-en-Provence-Trets et la ligne Marseille-Trets.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par deux cours d'eau, l'Arc et un de ses affluents, l'Aigue-vive qui prend sa source dans la partie est de la Sainte-Victoire.

Climat[modifier | modifier le code]

Rousset est l'une des rares villes à avoir un micro-climat. La ville, se trouvant sur une colline au pied de la Sainte-Victoire, laisse l'air froid s'écouler et protège donc le village des fortes gelées. Les étés sont chauds et secs mais très supportables car le mercure dépasse rarement les 36 °C, les hivers y sont doux et secs. Les pluies se répartissent de septembre à mai mais surtout en octobre et novembre. Rousset compte plus de 300 jours de soleil par an.

La ville est protégée du mistral grâce à la Sainte-Victoire qui fait office de barrière.

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la périodeModèle 1971-2000 :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 11,2 12,6 15,3 17,7 22,2 26,1 29,5 29,2 25,3 20,3 14,7 12,0 19,7
Températures moyennes (°C) 7,1 8,3 10,7 13,1 17,4 21,1 24,1 24,0 20,4 16,0 10,8 8,1 15.1
Températures minimales (°C) 3,0 3,9 6,0 8,5 12,6 16,0 18,7 18,7 15,5 11,6 6,8 4,1 10,5
Précipitations (hauteur en mm) 54 44 40 58 41 25 13 31 61 85 51 52 554,5
Source: Météo France[1] / Station de Marignane

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Rousset dérive de Rossetun, Roscetum ou Roset, en raison de la couleur de la terre constituée de marnes rouges[1].

Rousset est également appelé Rousset-en-Provence ou Rousset-sur-Arc. [Lesquelles ?]D'autres sources indiquent que l'origine du mon Rousset serait simplement le nom "rosae", les fleurs figurant sur le blason.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rousset est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Marseille-Aix-en-Provence, une agglomération inter-départementale regroupant 50 communes[5] et 1 596 326 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Marseille-Aix-en-Provence est la troisième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris et Lyon[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Marseille - Aix-en-Provence, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (71,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (71,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (30,3 %), cultures permanentes (29,1 %), terres arables (12 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (10,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (9,4 %), zones urbanisées (5,8 %), forêts (3,2 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Après l'occupation du site d'Aix-en-Provence par les Romains, des hameaux s'installent le long de la Via Aurelia.

Au Moyen Âge, les hameaux se regroupent derrière des murailles surplombés par un château dont il n'existe plus que les fondations aujourd'hui. Des églises et chapelles sont édifiées.

À partir du IXe siècle, le lieu appartient à l'abbaye Saint-Victor de Marseille et aux vicomtes de Marseille. C'est en 1050 qu'apparaît la première mention écrite de Rousset dans le cartulaire de l'abbaye Saint-Victor de Marseille.

Pendant la guerre de l’Union d'Aix, qui commence après la mort de la reine Jeanne, le seigneur de Rousset est partisan de Marie de Blois et engage des mercenaires bretons. En 1385, les mercenaires prennent le pouvoir et chassent le seigneur du château. En 1386, les troupes de l’Union d’Aix font le siège du château et s’en emparent[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Voici ci-dessous la répartition des sièges au sein du conseil municipal de Rousset :

Groupe Président Effectif Statut
PS Jean-Louis Canal 27 majorité

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Julien Jouvencel[13] PCF-FTPF Cultivateur
Les données manquantes sont à compléter.
[14] en cours Jean-Louis Canal PS Rédacteur retraité
Conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur (2004 → 2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2018, la commune comptait 4 881 habitants[Note 3], en augmentation de 5,06 % par rapport à 2013 (Bouches-du-Rhône : +2,07 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
436560573672874711827805808
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8959819911 109853777730693684
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
668683713862705721701763736
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
8451 1911 5592 0782 9423 6174 0254 3934 730
2018 - - - - - - - -
4 881--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est équipée de deux crèches Les Frimousses pour les bébés de 3 à 12 mois et Trampoline, pour les enfants de 9 mois à 6 ans, d'une école maternelle, d'une école primaire groupe scolaire Albert-Jouly et aussi d'un collège Jean Zay. Le lycée le plus proche est le lycée Émile-Zola situé à Aix-en-Provence.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Présentation de la saison culturelle
  • les Feux de la Saint-Jean,
  • la fête de la Musique en juin,
  • la fête votive de la Saint-Privat,
  • Fête Nationale,
  • Soirées à thème avec ou sans repas à la salle des fêtes,
  • Concert Rock sous les platanes,
  • Concert Country sous les platanes,
  • Concert D.J. sous les platanes,
  • Marché des Produits du Monde,
  • Illuminations de Noël,
  • Fête des Voisins.

Santé[modifier | modifier le code]

La ville a, à sa disposition :

  • 4 médecins
  • 1 pharmacie
  • 1 dentiste
  • 1 laboratoire d'analyses de biologie médicale

ainsi que des kinésithérapeutes, ostéopathe, pédicure podologue, psychologue et psychothérapeute.

Sports[modifier | modifier le code]

Rousset est riche en clubs et associations sportives. On peut y pratiquer les arts martiaux, l'athlétisme, le basket, la pétanque, la chasse, la course à pied. Mais encore, la danse, l'enduro, l'expression corporelle, le football, la natation, la pêche, la randonnée, le sport mécanique, le tennis, le tennis de table, le tir à l'arc, le vélo et la photographie.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La production agricole est dominée par la viticulture.

Avec une production annuelle de 28 000 hectolitres sur 560 ha de vignes, les 250 viticulteurs proposent des vins rosés et rouges d'appellation d'origine contrôlée, des cuvées spéciales, des vins de pays et des vins de table.

Industrie[modifier | modifier le code]

La zone industrielle de Rousset a fêté ses 50 ans en 2011. Elle compte plus de 130 entreprises implantées sur 210 hectares. La seule commune de Rousset compte plus de 7 000 emplois ; avec Peynier et Fuveau, les deux communes mitoyennes sur lesquelles s'étend aussi la zone industrielle, on compte plus de 200 entreprises et environ 8 000 emplois.

  • STMicroelectronics constitue la pierre angulaire de l’activité de la zone ; d’autres activités comme le photovoltaïque, la santé, le métal, le maritime, le bois, les matériaux, l’environnement, ou encore la logistique (Lidl)et le service constituent l’écosystème industriel de Rousset et de la Haute Vallée de l’Arc.
  • L'usine SPS (Smart Packaging Systems), aujourd'hui filiale de INGroupe (ex-Imprimerie Nationale), emploie environ 200 p. dans les composants électroniques de sécurité[21].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

La commune a été récompensée par deux fleurs au concours des villes et villages fleuris 2007[22].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Gisements paléontologiques[modifier | modifier le code]

En 1930, un agriculteur trouve dans son champ des fragments de coquilles d'œufs fossilisés. Les recherches faites révèlent un riche gisement d'œufs fossiles datant du crétacé supérieur comportant des milliers de débris de coquilles mais également des œufs entiers regroupés en pontes. Un espace de 106 ha, d'un accès réservé aux chercheurs, a été classé en réserve naturelle.

Domaine de Favary[modifier | modifier le code]

Domaine donné par Geoffroi, vicomte de Marseille et d'Anjou en 1050 à l'abbaye Saint-Victor de Marseille.

On peut y voir une borne milliaire de la voie Aurélienne, dite pierre d’Antonin et datée de 146. Celle-ci a été trouvée en 1889 déjà retaillée, en creusant les fondations d'un lavoir. Son inscription indique la distance de 7 milles avec la cité antique Aquae Sextiae, actuelle Aix-en-Provence[23].

La chapelle Saint-Privat[modifier | modifier le code]

L'existence de cette chapelle est attestée depuis 1079. Construite sur des vestiges romains, elle est détruite par les Sarrasins, la chapelle actuelle date du XIIe siècle.

Sa façade, surmontée d'un campenard, est de style art roman avec un portail en plein cintre au-dessus duquel se trouve un oculus. À l'intérieur de la chapelle, une voûte en berceau plein cintre court jusqu'à l'abside. À côté de l'autel se trouvent deux ex-voto, dont un est daté de 1866.

Coopérative vinicole[modifier | modifier le code]

Située au quartier Saint-Joseph, la coopérative vinicole a été construite en 1919 par l'entrepreneur Mistre sur les plans de l'architecte Collomp.

Certaines parties du bâtiment ont été inscrites à l'inventaire général du patrimoine culturel : l'entrepôt agricole, le cuvelage, le pont bascule, le bureau et le logement[24].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le moulin de Rousset.
  • Église de l'Immaculée-Conception XIXe siècle : haute façade encadrée de deux tours-clocher.
  • Église Sainte-Marie romane, ancienne église paroissiale, au cimetière. Église détruite par la municipalité dans les années 2000, la veille des Journées Européennes du Patrimoine.
  • Chapelles rurales romanes Saint-Pierre-de-Favaric (privée) et Saint-Privat.
  • Chapelle du Calvaire (privée). XIXe siècle, construite par l'abbé Meissonnier, restaurée de 1995 à 2004. Vitraux de 2002, représentant la Genèse création Reine Colin atelier Dominique Imbert.
  • Oratoires de Saint-Privat et de Saint-Marc.
  • Le moulin.

La ville a été marquée par un homme : Paul Borde . C'était un agriculteur qui vendit un de ses champs pour en faire le place du village où se trouve la mairie aujourd’hui.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean Joseph Hippolyte Romain Ferrat, dit "Sextius" (1822-1882).

Sculpteur issu d'une famille des artisans de la pierre, il fréquente l'école de dessin d'Aix-en-Provence, puis les Beaux-arts de Paris. Élève de James Pradier auquel il était attaché, il est introduit dans les salons auprès de Gustave Flaubert, Louise Colet, Victor Hugo

Il est l'auteur de plus de cinq cents œuvres, dont la statue de Paul Borde sur la place du village et la statue de la Vierge de l'église de Rousset. Quelques-unes de ses œuvres sont au musée Granet, salle de sculpture du XIXe siècle et au musée Arbaud, dont la magnifique "Chute d'Icare" (1855) et son portrait peint par Julienne, « bel homme » comme le disait Flaubert. D'autres œuvres sont présentes dans la ville d'Aix-en-Provence, à Marseille et dans toute la région : Calas, Gardanne, Saint-Pons à Gémenos...

Félibre, il a sculpté le buste de Mistral pour la première de « Mireille ». Son ouvrage « Visite à la Ville d'Aix de Phidias le moderne et de Sextius un de ses élèves » est consultable à la bibliothèque Méjanes. Il s'éteint à l'hôpital d'Aix, sans argent mais en ayant bien vécu. Il est enterré au cimetière Saint-Pierre à Aix-en-Provence, allée 3, aux côtés de son frère Charles.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Rousset

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

« D'or à un rosier de sinople, fleuri de roses de gueules »[25].


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://france.meteofrance.com/france/climat_france?48043.path=climatstationn%252F13054001
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Marseille-Aix-en-Provence », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Noël Coulet, « La désolation des églises de Provence », Provence historique, volume 23, no 23, 1956, p. 45.
  13. Notice JOUVENCEL Julien par Antoine Olivesi, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010
  14. « Le Maire de Rousset », sur Mairie de Rousset (consulté le )
  15. Rousset est jumelée avec Kirkop, sur l'île de Malte
  16. Rousset est jumelée avec Larciano, en Toscane
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. « Comment IN Groupe apporte son savoir-faire à la civic tech », sur La Tribune (consulté le ).
  22. Site villes et villages fleuris
  23. Cf. Corpus Inscriptionum Latinarum [17]. Miliaria Imperii Romani. Pars secunda, Miliaria provinciarum Narbonensis Galliarum Germaniarum, éd. par Gerold Walser, Berlin, New York, Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften, 1986, inscr. 52 p. 17 (ISBN 978-3-11-004592-5) (partiellement en ligne).
    Voir aussi CIL 17-02, 00052 (texte et illustrations), Regnum Francorum Online (cartographie approximative) et Notice no ARR93_20071301852ZA, base Mémoire, ministère français de la Culture (illustration).
  24. « Coopérative vinicole des Côtes de Provence », notice no IA13001102, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. Bernard Falque de Bezaure Grand armorial de Provence, les communes des Bouches-du-Rhône, tome Ed. Provençalement votre, 2000, page 303