Église protestante unie de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église protestante unie de France
Image illustrative de l’article Église protestante unie de France
Généralités
Courant calvinisme / réformé, luthéranisme, protestantisme libéral
Président Emmanuelle Seyboldt
Affiliation Communion mondiale d'Églises réformées et Fédération luthérienne mondiale
Fondation
Date 2013
Origine et évolution
Chiffres
Membres 270 000
Ministres 456
Temples 960
Divers
Site Web eglise-protestante-unie.fr

L’Église protestante unie de France est la principale Église protestante en France. Elle est issue de l'union de l'Église réformée de France et de l'Église évangélique luthérienne de France. Le premier synode national a eu lieu en mai 2013 à Lyon. Depuis 2017, l'EPUdF est présidée par la pasteure Emmanuelle Seyboldt.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, la Réforme protestante apparaît presque simultanément en plusieurs endroits d’Europe. En France, elle procède de deux sources intimement liées : humaniste avec le cénacle de Meaux ; luthérienne et calviniste avec des théologiens comme Guillaume Farel ou Martin Bucer, chacune des deux tendances étant représentée par sa propre Église pendant quelques siècles.

Le premier synode de celle qui deviendra l'Église réformée de France, de sensibilité calviniste, et qui rassemblera les principaux courants protestants historiques français, se tient à Lyon en 1559. L'Église évangélique luthérienne de France est créée à la suite de l'annexion de l'Alsace-Moselle en 1870, par la réunion des inspections ecclésiastiques de Paris et de Montbéliard.

Le processus d'union entre ces deux courants commence en 2007. En 2013, après l'approbation par les synodes régionaux, et le synode fondateur de Belfort, le 18 mai 2012, l'union des deux obédiences devient effective et donne naissance à l'Église protestante unie de France.

Origines du nom[modifier | modifier le code]

L'adjectif « unie » est utilisé pour signifier l'union de deux Églises séparées, mais également en référence à d'autres Églises protestantes qui sont entrées dans une dynamique de réunion, notamment l'Union des Églises protestantes d'Alsace et de Lorraine, l'Église protestante unie de Belgique, l'Union des Églises évangéliques en Allemagne, l'Église unie du Canada, Église unifiée d'Australie, Église unie du Christ aux États-Unis[1].

Textes doctrinaux et principes de foi[modifier | modifier le code]

Héritage doctrinal[modifier | modifier le code]

L'Église protestante unie partage avec la majorité des chrétiens la reconnaissance des grandes confessions de foi des premiers conciles, à savoir le symbole de Nicée-Constantinople, le symbole des apôtres et le symbole d'Athanase (Quicumque)[2].

Elle reconnaît également les grandes confessions de foi et textes doctrinaux de la Réforme, dans ses courants luthérien et réformé, ces textes faisant cependant référence de façon différente selon ses pasteurs, ses régions et ses Églises locales (ou paroisses) :

Elle adhère ainsi aux grands principes du protestantisme : la Bible seule, la grâce seule, la foi seule, à Dieu seul la gloire, l'Eglise toujours à réformer, et le sacerdoce universel.

Elle reconnaît également les déclarations de foi et textes d'accord oecuméniques adoptés par l'une ou l'autre des Eglises fondatrices avant l'union, ou adoptés depuis 2013 : Déclaration de foi de l'Eglise réformée de France (1938), Concorde de Leuenberg (1973), Déclaration de Belhar (1986), Accords de Reuilly (1999), Confession d'Accra (2004), Déclaration commune sur la doctrine de la justification (1999), Témoignage de Wittenberg (2017).

Expressions de foi contemporaines[modifier | modifier le code]

L'Église protestante unie exprime elle-même sa foi et son unité dans deux textes constitutifs : la Déclaration d'union[3] (2012) et la Déclaration de foi[4] (2017). Ce dernier texte commence par rappeler le message - central pour les protestants - de la grâce, ou amour gratuit de Dieu, puis la réalité d'une humanité marquée par le mal et le malheur. Vient alors un paragraphe à la tonalité existentielle :

« Nous croyons qu’en Jésus, le Christ crucifié et ressuscité, Dieu a pris sur lui le mal. Père de bonté et de compassion, il habite notre fragilité et brise ainsi la puissance de la mort. Il fait toutes choses nouvelles ! Par son Fils Jésus, nous devenons ses enfants. Il nous relève sans cesse : de la peur à la confiance, de la résignation à la résistance, du désespoir à l’espérance. L’Esprit saint nous rend libres et responsables par la promesse d’une vie plus forte que la mort. Il nous encourage à témoigner de l’amour de Dieu, en paroles et en actes. »

Avant de conclure sur sa façon de comprendre la nature de l'Église, la déclaration de foi prend aussi un tour plus éthique :

« Dieu se soucie de toutes ses créatures. Il nous appelle, avec d’autres artisans de justice et de paix, à entendre les détresses et à combattre les fléaux de toutes sortes : inquiétudes existentielles, ruptures sociales, haine de l’autre, discriminations, persécutions, violences, surexploitation de la planète, refus de toute limite. »

Organisation[modifier | modifier le code]

Les neuf régions de l'EPUdF

L’Église protestante unie de France est gouvernée selon le régime presbytérien-synodal : l'autorité est partagée entre des conseils presbytéraux (au plan local) et des assemblées régionales ou nationale annuelles (les synodes).

Chaque paroisse (ou "Église locale") a une structure d'association de loi 1905, et lors de son assemblée générale élit pour 4 ans un conseil presbytéral. Chaque conseil presbytéral nomme ensuite un délégué au synode de sa région, en plus du pasteur qui est délégué de droit.

Le synode régional ainsi composé élit un conseil régional, dont le président doit être un pasteur. Il élit également pour 4 ans des délégués au synode national, qui élit lui-même le conseil national[5],[6].

Pasteurs et ministres[modifier | modifier le code]

L'Église protestante unie reconnaît en son sein des « ministres », qui sont soit des pasteurs engagés généralement auprès d'une paroisse (ou Eglise locale), soit des ministres spécialisés : aumôniers, animateurs bibliques, animateurs de jeunesse, informateurs régionaux, évangélistes, animateurs de centres, enseignants en théologie, formateurs en catéchèse, animateurs universitaires[7].

La Faculté protestante de théologie de Paris

Les ministres doivent être titulaires d'un master en théologie dispensé par l'Institut protestant de théologie (Facultés de Paris ou de Montpellier), ou d'un diplôme théologique équivalent. Leur candidature doit être approuvée par la commission des ministères de l'Eglise protestante unie, au terme de deux années probatoires en situation de responsabilité : le proposanat[8].

La nomination d'un ministre à un poste doit obtenir l'accord conjoint du ministre et du conseil presbytéral (ou du conseil accompagnant le poste dans le cas d'un ministère spécialisé), et doit être confirmée par le conseil national et ratifiée par le synode national[9]. La démarche de nomination se fait normalement avec la médiation des présidents de conseils régionaux et du secrétaire général[10]. Les ministres ne sont pas tenus à demeurer dans une même région : il n'y a pas d'incardination.

Une évaluation du ministère a lieu tous les six ans, et peut donner lieu à la prolongation d'un nouveau mandat de six ans non renouvelable[11].

Les synodes nationaux et leurs décisions majeures[modifier | modifier le code]

Grand temple de Lyon - 1er synode national de l'EPUdF

Lyon (2013)[modifier | modifier le code]

Élection du premier président du conseil national[modifier | modifier le code]

Le pasteur Laurent Schlumberger, précédemment président du conseil national de l’Église réformée de France, devient le premier président du conseil national de l’Église protestante unie de France[12].

Adoption d'un texte sur la fin de vie[modifier | modifier le code]

À l'occasion de débats récurrents dans la société sur le sujet de la fin de vie et de son accompagnement, le synode publie un texte de réflexions intitulé "à propos de la fin de vie humaine". Ce texte rappelle la pluralité des voix dans le protestantisme, la diversité des façons de comprendre la dignité humaine, et l'importance d'une médecine qui accompagne. Il évalue les options légales en discussion, et pose la question : "refuser toute disposition légale qui permettrait d’entendre et de répondre à la demande d’assistance médicale pour terminer sa vie, ne serait-ce pas se détourner de notre prochain le plus démuni ?" Il revendique alors "une législation qui ne devrait pas être trop précise, mais suffisamment contraignante pour éviter les dérives, afin de permettre à chacun d'exercer sa responsabilité en conscience[13],[14]."

Avignon (2014)[modifier | modifier le code]

Mise en place dans l'Est d'une région unie luthérienne-réformée[modifier | modifier le code]

Si l'Église Protestante unie de France se définit comme "communion luthérienne et réformée", son organisation régionale reste marquée par les identités soit luthérienne, soit réformée, héritées des deux Eglises fondatrices. Le synode d'Avignon met en place une exception, la nouvelle région Est-Monbéliard, désormais unie dans la double confession[15].

Sète (2015)[modifier | modifier le code]

Bénédiction des couples de même sexe[modifier | modifier le code]

Le synode national adopte à 94 voix pour et 3 contre la possibilité, pour les pasteurs qui le souhaitent, de bénir les couples de même sexe (le mariage n'étant pas un sacrement pour les protestants)[16]. Cette décision fait l'objet d'une controverse et conduit à la création d'un courant interne opposé à cette possibilité, le courant des attestants [17],[18]. Elle fait également de nombreux remous au sein du protestantisme français[19].

Nancy (2016)[modifier | modifier le code]

Recommandation d'une nouvelle version du « Notre Père »[modifier | modifier le code]

Le synode recommande d’utiliser pour la sixième demande du Notre Père la nouvelle traduction « ne nous laisse pas entrer en tentation » adopté par l’Église catholique[20].

Lille (2017)[modifier | modifier le code]

Adoption d'une nouvelle Déclaration de foi[modifier | modifier le code]

Le synode adopte un texte exprimant la foi de l’Église protestante unie, en complément aux confessions de foi reconnues en son sein par les réformés et les luthériens[21],[4].

Élection d'une femme à la présidence du conseil national[modifier | modifier le code]

La pasteure Emmanuelle Seyboldt est élue au conseil national, qui l'élit ensuite comme présidente[22].

Lezay (2018)[modifier | modifier le code]

Un vœu sur l'accueil des réfugiés[modifier | modifier le code]

Le synode manifeste son inquiétude face à l'évolution permanente des lois et décrets tendant à réduire l'accueil des exilés, et déclare son opposition au principe d'une loi récente pénalisant certaines formes de solidarité et d'accueil aux migrants[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nom de l’Église » (consulté le 6 mars 2012)
  2. « Déclarations de foi et textes doctrinaux », sur eglise-protestante-unie.fr (consulté le 28 novembre 2018)
  3. « Déclaration d'union de l'EPUdF », sur eglise-protestante-unie-grenoble.fr (consulté le 28 novembre 2018)
  4. a et b « Comment l’Église protestante unie de France dit sa foi », sur reforme.net, (consulté le 28 novembre 2018)
  5. Jean-Daniel Roque, La grâce et l'ordre. Le régime presbytérien synodal, Lyon, Olivétan, , 280 p. (ISBN 9782354794293)
  6. Roger Mehl, Traité de sociologie du protestantisme, Neuchâtel (Suisse), Delachaux et Niestlé, , 291 p. (lire en ligne), p. 142
  7. « Pasteurs et postes spécialisés », sur eglise-protestante-unie.fr (consulté le 30 novembre 2018)
  8. « Commission des ministères », sur eglise-protestante-unie.fr (consulté le 30 novembre 2018)
  9. « Organisation de l'église », sur eretoile.org (consulté le 30 novembre 2018)
  10. « Equipe nationale d'animation », sur eglise-protestante-unie.fr (consulté le 30 novembre 2018)
  11. « Le fonctionnement institutionnel de l'Église unie de France », sur eglise-protestante-grasse-vence.org (consulté le 30 novembre 2018)
  12. «Les protestants doivent aller à la rencontre de leurs contemporains», sur lefigaro.fr, (consulté le 28 novembre 2018)
  13. « A propos de la "fin de vie humaine" », sur eglise-protestante-unie.fr (consulté le 28 novembre 2018)
  14. « Les protestants ne ferment aucune porte sur la fin de vie », sur la-croix.com, (consulté le 28 novembre 2018)
  15. « Mise en place de la région luthérienne-réformée « Est-Montbéliard » », sur unitedeschretiens.fr, (consulté le 28 novembre 2018)
  16. « L'Église protestante de France dit oui au mariage gay », lepoint.fr, 17 mai 2015.
  17. « Un courant des attestants voit le jour chez les protestants », La Croix, 16 juin 2015.
  18. « Les attestants, un nouveau courant dans l'EPUdF », Réforme, 21 janvier 2016.
  19. « Bénédiction des couples homosexuels, un an de débats chez les protestants », sur la-croix.com, (consulté le 28 novembre 2018)
  20. « "Notre Père" : les protestants optent pour la nouvelle traduction catholique », sur lepoint.fr, (consulté le 28 novembre 2018)
  21. « Luthériens et réformés: vers une nouvelle "déclaration de foi" et une première présidente », sur lepoint.fr, (consulté le 28 novembre 2018)
  22. Une femme nommée à la tête de l’Église protestante unie de France
  23. « Lezay, capitale de l’Eglise protestante », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 28 novembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif EPUdF, Choisir la confiance. L’Église protestante unie de France, Lyon : Olivétan, 2013, 128 p. Un livre publié par l’Église protestante unie pour retracer le parcours qui a conduit à sa création, et tracer des perspectives.
  • Collectif (Michel Bertrand éd.), Les protestants 500 ans après la Réforme, Lyon : Olivétan, 2017, 408 p. - Notamment Christian Albecker et Laurent Schlumberger, "Luthériens et réformés en France", p. 63-74
  • Jean Baubérot - Marianne Carbonnier-Burkard, Histoire des protestants. Une minorité en France (XVIè-XXIè siècle), Paris : Ellipses, 2016, 570 p. - Notamment p. 487-491
  • Élian Cuvillier - Charles Nicolas, Bénir les couples homosexuels ? Enjeux du débat entre protestants, Lyon : Olivétan, 2015, 193 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]