Mamadou Niang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Niang.
Mamadou Niang
Mamadou Niang 2011 (1).jpg
Niang sous le maillot d'Al-Sadd
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Qatar Al-Sadd SC
Numéro 53
Biographie
Nationalité Sénégal Sénégal
Naissance 13 octobre 1979 (1979-10-13) (34 ans)
Lieu Matam (Sénégal)
Taille 1,8 m (5 11)
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1997-1998 Drapeau : France Le Havre AC
1998-1999 Drapeau : France RC Saint-André-les-Vergers
Parcours amateur
Saisons Club
1999-2001 Drapeau : France ES Troyes B 35 (19) [1]
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1999-2003 Drapeau : France ES Troyes 65 (10)
2003-2003 Drapeau : France FC Metz 15 (6)
2003-2005 Drapeau : France RC Strasbourg 63 (25)
2005-2010 Drapeau : France Marseille 217 (100)
2010-2011 Drapeau : Turquie Fenerbahçe 33 (15)
2011- Drapeau : Qatar Al-Sadd SC 29 (10)
2013 Drapeau : Turquie Beşiktaş 10 (3)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
2002-2012 Drapeau : Sénégal Sénégal 55 (20)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Mamadou Niang est un joueur de football sénégalais né le 13 octobre 1979 à Matam (Sénégal). Il évolue au poste d'attaquant et joue actuellement à Besiktas JK en prêt. International sénégalais, il a disputé la Coupe d'Afrique des nations en 2004, 2006, 2008 et 2012.

Effectuant la quasi-totalité de sa carrière professionnelle en France, il s'est principalement distingué à l'Olympique de Marseille entre 2005 et 2010. Capitaine du club marseillais lors de la saison 2009-2010, il termine meilleur buteur de Ligue 1 lors de cette même saison et participe grandement au doublé Championnat - Coupe de la Ligue.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Mamadou Niang quitte le Sénégal pour la France et plus précisément la ville du Havre, à l'âge de 1 an[2]. Il grandit dans la cité de Caucriauville au Havre. Grâce notamment à Carlos Lopez alors entraîneur du HAC, Niang intègre le centre de formation du Havre[2]. Cependant, quelques mois après, Carlos Lopez rejoint Troyes et Niang ne parvient pas à s'adapter aux exigences du nouvel entraîneur.

Après presque un an sans jouer et donc à court de compétition, Niang est recontacté par Carlos Lopez. D'un commun accord avec ce dernier, Niang décide de passer un an en DHR, à Saint-André-les-Vergers, afin de « reprendre goût au football »[2] et éventuellement plus tard, de rejoindre Lopez à Troyes[2].

ES Troyes AC (2000 - janvier 2003)[modifier | modifier le code]

Satisfait de l'état d'esprit affiché par Niang, Carlos Lopez convainc Alain Perrin, alors entraîneur de l'ESTAC, de relancer et d'intégrer au groupe le Sénégalais. Il joue son premier match en Division 1 face à l'Olympique de Marseille le et fait quelques apparitions dans l'équipe première en début de saison, mais peine à s'imposer. Le , il inscrit son premier but en Division 1 face à Metz. Au total, il joue 10 matchs de championnat, à chaque fois en rentrant en cours de jeu et inscrit 2 buts dans la saison. Troyes termine le championnat à la 7e place et se qualifie ainsi pour la Coupe Intertoto

Lors de la saison suivante, il parvient à obtenir davantage de temps de jeu et connaît ses premières titularisations. Il dispute ses premières rencontres européennes par l'intermédiaire de la Coupe Intertoto, compétition remportée par Troyes et donnant accès à la Coupe UEFA à laquelle il prendra part lors de 2 matchs. En championnat, il dispute 17 matchs et marque à 3 reprises. Troyes finit pour la deuxième fois consécutive à la 7e place et se qualifie une nouvelle fois pour la Coupe Intertoto.

Durant la saison 2002-2003, Niang inscrit son premier but dans une compétition européenne lors du deuxième tour de la Coupe Intertoto, le , face au Corelaine FC. En championnat, il est désormais titulaire sur le front de l'attaque troyenne (11 titularisations lors des 12 premières journées) mais ses prestations irrégulières et une certaine maladresse devant le but vont lui coûter sa place. Il est alors fréquemment utilisé comme remplaçant. Lors de cette première partie de saison, il dispute 20 matchs de championnat et inscrit 3 buts. Afin de lui proposer un temps de jeu plus important et ainsi le relancer, Niang est prêté jusqu'à la fin de la saison au Football Club de Metz alors en Ligue 2 et entraîné par Jean Fernandez.

FC Metz (janvier 2003 - juin 2003)[modifier | modifier le code]

D'abord remplaçant lors de ses deux premières apparitions sous le maillot messin, il inscrit son premier but sous ses nouvelles couleurs lors de sa première titularisation, le , face à Clermont. Associé à Emmanuel Adebayor, Niang va se révéler au grand public lors de ces cinq mois en terres lorraines. Il participera activement à la remontée du club lorrain en Ligue 1 en inscrivant 5 buts en 12 rencontres de championnat. Il parvient également en demi-finale de la Coupe de la Ligue où il s'incline face au FC Sochaux 3 à 2 après prolongations malgré un but inscrit. Durant cette même période, Troyes termine à la dernière place du championnat et est donc relégué en Ligue 2. Niang, désireux de retrouver la Ligue 1 après ces mois passés dans la division inférieure, ne se voit pas lutter une nouvelle année pour la montée et décide de quitter le club mosellan. Malgré les demandes de Jean Fernandez pour conserver le joueur, Niang signe a Strasbourg.

RC Strasbourg (2003 - 2005)[modifier | modifier le code]

Recruté pour être associé à Danijel Ljuboja à la pointe de l'attaque, il s'affirme un peu plus en Ligue 1, notamment par ses qualités athlétiques et sa percussion balle au pied. Buteur le face à Guingamp, lors de son premier match avec Strasbourg, il inscrit 8 buts en 15 matchs lors de la première partie de saison. Niang est alors sélectionné pour disputer la Coupe d'Afrique des nations 2004. Durant cette période, Danijel Ljuboja est transféré au Paris SG. Sa deuxième partie de saison est moins prolifique, la cause au départ du serbe avec qui il formait un duo efficace et également une blessure le tenant éloigné des terrains pendant presque deux mois. Pour sa première saison sous le maillot alsacien, Niang inscrit 9 buts en 23 matchs de championnat.

Lors de la saison suivante, le RC Strasbourg enregistre l'arrivée de Mickaël Pagis en renfort de l'attaque alsacienne. Sa complémentarité avec Niang va immédiatement se révéler efficace : Pagis étant chargé de décrocher et Niang de partir en profondeur[3]. Les deux joueurs inscrivent 27 buts à eux deux en championnat. À titre personnel, Niang inscrit 15 buts en 38 matchs toutes compétitions confondues. Il remporte son premier titre sous le maillot alsacien après la victoire de Strasbourg en finale de Coupe de la Ligue face au SM Caen sur le score de 2-1, Niang inscrit d'ailleurs le premier but du match. Courtisé par plusieurs clubs dont Lille[4], West Ham[5] et Marseille, Niang privilégie la piste olympienne et son nouvel entraîneur Jean Fernandez avec qui il a déjà évolué au FC Metz et dont il est la priorité[5].

Olympique de Marseille (2005 - 2010)[modifier | modifier le code]

Le , Niang signe un contrat de 4 ans en faveur de l'Olympique de Marseille pour la somme de 7 millions d'euros plus des primes additionnelles et un pourcentage sur la revente du joueur[4]. Il inscrit son premier but avec l'Olympique de Marseille le lors du troisième tour de la Coupe Intertoto face aux Young Boys de Berne (victoire 3-2). Ses premiers mois dans la cité phocéenne sont assez difficiles, la faute à une trop grande maladresse devant le but[6] mais sa grande activité et sa combativité en font un titulaire régulier (24 titularisations en 28 matchs de championnat). Généralement placé sur l'aile gauche de l'attaque, il termine meilleur buteur du club avec 10 buts inscrits en championnat. Il atteint également la finale de la Coupe de France face au Paris SG mais l'OM s'incline sur le score de 2-1. Marseille termine le championnat à la 5e place, qualificative pour la Coupe UEFA.

Lors de la saison 2006-2007, malgré le départ de Jean Fernandez remplacé par Albert Emon, il s'inscrit comme l'un des cadres de l'équipe marseillaise. Jouant sur l'aile gauche ou à la pointe de l'attaque voire parfois sur le côté droit, il termine une nouvelle fois meilleur buteur olympien en inscrivant 12 buts en championnat et 18 toutes compétitions confondues. Il est également le deuxième meilleur passeur décisif du club derrière Franck Ribéry. L'Olympique de Marseille termine le championnat à la deuxième place (meilleure performance depuis la saison 1998-1999) et se qualifie pour la Ligue des Champions ce qui ne lui était plus arrivé depuis 4 ans. Niang et l'OM arrivent une nouvelle fois en finale de Coupe de France mais comme la saison précédente échouent à la dernière marche, cette fois-ci face à Sochaux lors de la séance de tirs au but (2-2, 4 tab 5).

Niang devient un élément essentiel du club marseillais et se voit promu capitaine lors de la saison 2009-2010

La saison suivante, il inscrit le premier but de sa carrière en Ligue des Champions, le 24 octobre 2007, face au FC Porto (1-1). Au total, il marque 23 buts toutes compétitions confondues, battant ainsi son record de buts et termine deuxième buteur du championnat avec 18 réalisations en 29 matchs (à deux unités du Lyonnais Karim Benzema). Cette saison pleine pour l'attaquant marseillais est récompensée en mai par sa présence dans l'équipe type de Ligue 1 et une nomination au trophée UNFP pour le titre de « meilleur joueur de l'année », titre finalement décerné à Karim Benzema. Malgré un début de saison difficile qui se traduit par le remplacement d'Albert Emon par Erik Gerets, l'OM finit le championnat à la 3e place. Niang prolonge son contrat jusqu'en 2012.

Durant la saison suivante, lors de la rencontre du tour préliminaire de la Ligue des Champions face à Brann Bergen, Mamadou Niang inscrit son premier doublé dans cette compétition. Après le départ de Djibril Cissé en début de saison, il devient pour la première fois le véritable attaquant de pointe du club marseillais. Le , lors de la rencontre face à l'OGC Nice, il est victime d’une fracture de l’orteil droit qui le tient éloigné des terrains 10 semaines. Malgré cette absence, il termine une nouvelle fois meilleur buteur du club, inscrivant 13 buts en championnat et 7 en coupes d'Europe. De plus en plus influent au sein du club, il est courtisé par de nombreux clubs tels que le FC Séville, Arsenal, Manchester City ou encore Everton[7]. Annoncé partant, notamment après le départ d'Erik Gerets, il décide finalement de rester et prolonge son contrat jusqu'en 2014, cette prolongation étant assortie d'une revalorisation salariale[8].

Lors de la saison 2009-2010, Mamadou Niang est promu capitaine après le départ de Lorik Cana à Sunderland durant l'intersaison. Après un bon début de saison (7 buts en 14 matchs de championnat), il se blesse à l'épaule lors de la réception du Real Madrid, le , à la suite d'un contact avec Iker Casillas et est éloigné un mois des terrains[9]. Le , il inscrit le premier triplé de sa carrière en club lors de la victoire 3-1 de l'OM face à Nancy. Le 27 mars, il remporte son premier trophée sous le maillot marseillais en battant Bordeaux en finale de la Coupe de la Ligue sur le score de 3-1. Le au Stade Vélodrome, il contribue à offrir le titre de Champion de France à l'OM en inscrivant le second but face au Stade rennais dans un match qui lui assure le titre de champion de France. Lors de la dernière journée, face à Grenoble, Niang inscrit son 100e but en Ligue 1 qui coïncide également avec son 100e but sous le maillot marseillais. Au total, il inscrit 18 buts en championnat et décroche le titre de meilleur buteur du championnat pour la première fois de sa carrière. Il est une nouvelle fois récompensé en mai par sa présence dans l'équipe type de Ligue 1 et une nomination au trophée UNFP pour le titre de « meilleur joueur de l'année », titre décerné à Lisandro López.

Désireux de quitter l'Olympique de Marseille après cinq saisons passées au club, Niang affirme début août sa volonté de rejoindre Fenerbahçe malgré l'élimination du club stambouliote au 3e tour préliminaire de la Ligue des champions[10]. D'abord déclaré « intransférable »[11] par Jean-Claude Dassier, le président de l'Olympique de Marseille ; le club phocéen finit par accepter l'offre de Fenerbahçe et annonce le , le départ de Mamadou Niang pour le club turc[12].

Il est le 8e meilleur buteur de l'histoire de l'Olympique de Marseille[13].

Fenerbahçe (2010-2011)[modifier | modifier le code]

Le , Mamadou Niang signe un contrat de 4 ans avec le club stambouliote, son transfert avoisinerait les 8 millions d'euros. Il touche un salaire mensuel brut de 480 000 euros[14] contre 316 000 euros à Marseille[15]. Le , il marque ses premiers buts sous le maillot turc en signant un doublé face à Manisaspor lors de la 3e journée. Malgré une première moitié de saison difficile pour Fenerbahçe, Niang s'adapte bien à ce nouveau championnat puisqu'il inscrit 9 buts lors des matchs allers dont notamment un triplé contre Kasımpaşa. Durant la deuxième moitié de saison, Fenerbahçe réalise une série impressionnante (16 victoires, 1 nul) qui lui permet de finir champion devant Trabzonspor. Il s'agit du 18e titre national, un record depuis la création de la Süper Lig. Avec au total 15 buts en 29 matchs, Niang termine troisième meilleur buteur du championnat, derrière son coéquipier Alex de Souza (28 buts) et Burak Yılmaz (19 buts). Il quitte le club en septembre 2011 à la suite d'une affaire de matchs truqués qui incite le club turc à se débarrasser de la plupart de ses joueurs les mieux payés.

Al-Sadd (depuis 2011)[modifier | modifier le code]

Lors de l'intersaison, le Sénégalais est transféré au club qatarien d'Al-Sadd pour un montant de 7,5 million d'euros[16],[17]. Le 5 novembre 2011, l'ancien marseillais remporte la Ligue des Champions asiatique 2011 aux côtés de l'ancien lensois Nadir Belhadj et de l'ancien lyonnais Kader Keita. Les Qataris battent les Coréens du Chonbuk Hyundai Motors aux tirs aux buts (2-2ap; 4-2tab). Cette victoire leur permet de participer à la Coupe du monde des clubs 2011. Au cours de cette compétition, ils sont éliminés en demi-finale par le FC Barcelone (0-4) mais finissent à la troisième place après leur victoire contre le club japonais de Kashiwa Reysol (0-0, 5 tirs au but à 3). Le 17 mars 2012, Mamadou Niang inscrit ses deux premiers buts dans le championnat qatari face au Qatar Sports Club. Au total, il marquera quatre buts en 13 matchs. Al-Sadd termine à la quatrième place du championnat.

L'année suivante, Al-Sadd recrute l'attaquant espagnol Raúl González pour épauler Niang. Le Sénégalais réalise un début de saison convaincant en inscrivant trois buts lors des deux premières journées. Auteur de 4 buts en 9 matchs, il est prêté au club turc de Besiktas lors du mercato.

Beşiktaş JK (2013)[modifier | modifier le code]

Le 31 janvier 2013, Niang est prêté au club du Beşiktaş JK. Il inscrit son premier but et délivre sa première passe décisive pour les Aigles noirs à l'occasion du derby stambouliote remporté face à son ancien club, Fenerbahçe.

Équipe du Sénégal (depuis 2002)[modifier | modifier le code]

Convoqué par Bruno Metsu, Mamadou Niang dispute son premier match avec la sélection sénégalaise et inscrit par la même occasion son premier but sous le maillot des Lions de la Téranga le contre la Bolivie. Il n'est cependant pas retenu quelques mois plus tard dans la liste des 23 joueurs sélectionnés pour disputer la Coupe du monde 2002. Le Sénégal parvient jusqu'en quarts de finale, éliminé par la Turquie lors des prolongations (1-0).

En 2004, il dispute pour la première fois de sa carrière une Coupe d'Afrique des nations. Lors de cette compétition, il inscrit 2 buts en 4 matchs et est éliminé en quarts de finale face au pays hôte et futur vainqueur, la Tunisie.

Lors des éliminatoires pour la Coupe du monde 2006, Niang et le Sénégal terminent à la 2e place de leur groupe. Par conséquent, ils ne se qualifient pas pour le mondial mais obtiennent leur ticket pour la CAN 2006.

Durant la CAN 2006 disputée en Égypte, le Sénégal parvient jusqu'en demi-finale mais s'incline, malgré un but de Niang, face à l'Égypte (1-2), là encore futur vainqueur de la compétition. En petite finale, ils perdent 1-0 face au Nigeria. Au total, Niang inscrit 2 buts en 5 matchs durant la compétition.

Lors des qualifications pour la CAN 2008, le Niang inscrit le premier triplé de sa carrière en sélection nationale face à la Tanzanie. Le Sénégal termine premier du groupe et permet à Niang de jouer sa troisième Coupe d'Afrique des nations consécutive.

La CAN 2008 se déroulant en Ghana est une grande désillusion pour Niang. Il n'inscrit pas le moindre but en 3 matchs et le Sénégal est éliminé dès le premier tour de la compétition sans gagner un seul match.

Pour dénoncer les manquements dans le fonctionnement de l'Équipe du Sénégal et les différents conflits internes, Mamadou Niang (et son futur coéquipier olympien Souleymane Diawara) décident de prendre du recul par rapport à la sélection. L'absence du marseillais suscite de vives polémiques en plein milieu des éliminatoires de la CAN 2010 et du Mondial 2010[18]. Niang ne prend d'ailleurs part à aucune rencontre lors de ces matchs de qualifications. Le Sénégal échoue dès le deuxième tour des qualifications en terminant à la 3e place de son groupe et par conséquent ne se qualifie ni pour la CAN 2010, ni pour la Coupe du monde 2010.

De retour en sélection après une longue absence, Niang retrouve immédiatement le chemin des filets face à l'Angola (1-1), le .

Au cours des qualifications pour la CAN 2012, Niang est promu capitaine et s'impose comme le leader de l'attaque sénégalaise en inscrivant 5 buts lors des deux premières journées.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

       

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques détaillées par saison[modifier | modifier le code]

Saison Club Pays Championnat Coupes nationales Coupes Continentales Sélection Drapeau : Sénégal Sénégal
2000 - 2001 ES Troyes AC Drapeau : France Ligue 1 10 matchs / 2 buts 4 matchs / 1 but - -
2001 - 2002 ES Troyes AC Drapeau : France Ligue 1 17 matchs / 3 buts 2 matchs 4 + 2 matchs (C4 + C3) 2 matchs / 1 but
2002 - 2003 ES Troyes AC Drapeau : France Ligue 1 20 matchs / 3 buts 1 match 5 matchs / 1 but (C4) 1 match / 1 but
FC Metz Drapeau : France Ligue 2 13 matchs / 5 buts 3 matchs / 1 but - -
2003 - 2004 RC Strasbourg Drapeau : France Ligue 1 23 matchs / 9 buts 2 matchs / 1 but - 8 matchs / 2 buts
2004 - 2005 RC Strasbourg Drapeau : France Ligue 1 33 matchs / 12 buts 5 matchs / 3 buts - 8 matchs / 2 buts
2005 - 2006 Olympique de Marseille Drapeau : France Ligue 1 28 matchs / 10 buts 4 matchs / 2 buts 6 + 8 matchs / 4 + 1 buts (C4 + C3) 9 matchs / 2 buts
2006 - 2007 Olympique de Marseille Drapeau : France Ligue 1 37 matchs / 12 buts 8 matchs / 3 buts 2 + 4 matchs / 1 + 2 buts (C4 + C3) 3 matchs / 4 buts
2007 - 2008 Olympique de Marseille Drapeau : France Ligue 1 29 matchs / 18 buts 2 matchs / 1 but 6 + 4 matchs / 2 + 2 buts (C1 + C3) 9 matchs / 1 but
2008 - 2009 Olympique de Marseille Drapeau : France Ligue 1 27 matchs / 13 buts 1 match 7 + 6 matchs / 5 + 2 buts (C1 + C3) -
2009 - 2010 Olympique de Marseille Drapeau : France Ligue 1 32 matchs / 18 buts 5 matchs / 1 but 6 + 3 matchs / 1 + 2 buts (C1 + C3) 3 matchs / 2 buts
2010 - 2011 Olympique de Marseille Drapeau : France Ligue 1 2 matchs - - 1 match
Fenerbahçe Drapeau : Turquie Süper Lig 29 matchs / 15 buts 2 matchs 2 matchs (C3) 4 matchs / 5 buts
2011 - 2012 Al-Sadd SC Drapeau : Qatar Qatar Stars League 13 matchs / 4 buts - 4 + 3 matchs / 3 + 0 buts (AFC 1 + CMC) 5 matchs
2012 - 2013 Al-Sadd SC Drapeau : Qatar Qatar Stars League 9 matchs / 4 buts

Dernière mise à jour le 22 octobre 2012

Buts internationaux[modifier | modifier le code]

Date Lieu Adversaire Résultat Compétition
1. Stade Léopold Sédar Senghor, Dakar, Sénégal Drapeau : Bolivie Bolivie 2-1 Match amical
2. First National Bank Stadium, Johannesburg, Afrique du Sud Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud 1-1 Nelson Mandela Challenge
3. Stade du 15-Octobre, Bizerte, Tunisie Drapeau : Kenya Kenya 3-0 CAN 2004
4. Stade du 15-Octobre, Bizerte, Tunisie Drapeau : Kenya Kenya 3-0 CAN 2004
5. Stade de Bon Rencontre, Toulon, France Drapeau : Algérie Algérie 2-1 Match amical
6. Stade Léopold Sédar Senghor, Dakar, Sénégal Drapeau : Togo Togo 2-2 Qualifications Coupe du Monde 2006
7. Stade d'Alexandrie, Alexandrie, Égypte Drapeau : Guinée Guinée 3-2 CAN 2006
8. Stade international du Caire, Le Caire, Égypte Drapeau : Égypte Égypte 1-2 CAN 2006
9. Stade de la Vallée du Cher, Tours, France Drapeau : Côte d'Ivoire Côte d’Ivoire 1-0 Match amical
10. Stade Léopold Sédar Senghor, Dakar, Sénégal Drapeau : Tanzanie Tanzanie 4-0 Qualifications CAN 2008
11. Stade Léopold Sédar Senghor, Dakar, Sénégal Drapeau : Tanzanie Tanzanie 4-0 Qualifications CAN 2008
12. Stade Léopold Sédar Senghor, Dakar, Sénégal Drapeau : Tanzanie Tanzanie 4-0 Qualifications CAN 2008
13. Stade Robert-Diochon, Rouen, France Drapeau : Guinée Guinée 3-1 Match amical
14. Estádio Algarve, Faro, Portugal Drapeau : Angola Angola 1-1 Match amical
15. Stade Panthessaliko, Volos, Grèce Drapeau : Grèce Grèce 2-0 Match amical
16. Stade de la Kenya, Lubumbashi, Congo Drapeau : République démocratique du Congo Rép. dém. du Congo 4-2 Qualifications CAN 2012
17. Stade de la Kenya, Lubumbashi, Congo Drapeau : République démocratique du Congo Rép. dém. du Congo 4-2 Qualifications CAN 2012
18. Stade de la Kenya, Lubumbashi, Congo Drapeau : République démocratique du Congo Rép. dém. du Congo 4-2 Qualifications CAN 2012
19. Stade Léopold Sédar Senghor, Dakar, Sénégal Maurice (pays) Maurice 7-0 Qualifications CAN 2012
20. Stade Léopold Sédar Senghor, Dakar, Sénégal Maurice (pays) Maurice 7-0 Qualifications CAN 2012

NB : Les scores sont affichés sans tenir compte du sens conventionnel en cas de match à l'extérieur (Sénégal-Adversaire)

Divers[modifier | modifier le code]

  • Il apparait dans le clip de Mik d'Elite feat. Soprano - « Le petit marseillais », dans celui de Sefyu - « Senegalo Ruskov », en compagnie de son ancien coéquipier à l'OM, Samir Nasri et dernièrement dans le clip d'El Matador « Shrab » avec Souleymane Diawara.
  • À la fin de la saison 2009-2010, il est à l'origine d'une polémique à la suite de la diffusion de vidéos tournées à la sortie d'un entraînement de l'OM. Après qu'un supporter a frappé sa Ferrari, Mamadou Niang en sort, et semble lui donner une gifle. Le club décide de ne pas le sanctionner, Niang émettant un communiqué d'excuses.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Niang
  2. a, b, c et d « En Voiture » de André Fournel (OMTV)
  3. http://www.maxifoot.fr/football/article-2101.htm
  4. a et b http://www.racingstub.com/page.php?page=joueurArticles&id=123
  5. a et b http://www.lequipe.fr/Football/20050630_204727Dev.html
  6. http://www.omplanete.com/olympiquedemarseille/joueur181.html
  7. http://www.omplanete.com/3658/niang-prepare-t-il-sa-sortie.html
  8. http://www.senegalcelebrites.com/mamadou-niang-fidele-a-l-om-394.html
  9. http://top-news.fr/marseille-real-madrid-niang-blesse/
  10. http://www.lephoceen.fr/depeches-OM/niang-confirme-son-futur-depart-20709
  11. http://www.mercato365.com/infos-clubs/marseille/article_440170_OM-Niang-intransferable-selon-Dassier.shtml
  12. http://www.om.net/fr/Saison/101005/Actualites/48101/Le_depart_de_Niang_pour_Fenerbahce_est_officiel
  13. http://www.omstatsclub.com/acteur.php?acteur=418
  14. http://www.en24heures.com/senegal/niang-en-route-vers-fenerbahce/2010/08/15/21830
  15. http://www.pubfoot.com/blog/2010/03/finance-football-top-20-des-salaires-de-la-ligue-1/
  16. (en) « Fenerbahce president held in custody over match-fixing allegations », The Guardian, 10 juillet 2011.
  17. (en) « Fenerbahce Match-Fixing Scandal: Four More Detained For Interrogation », The Huffington Post, 29 juillet 2011.
  18. http://fr.allafrica.com/stories/200908280599.html
  19. « Trophée Joueur du mois », Sport Palmarès.eu.
  20. Vidéo du but de l'année 2010
  21. « Le Soulier d'Or pour Niang », sur www.lefigaro.fr,‎ 26 novembre 2009-consulté le=10 décembre 2009

Annexes[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • DVD, Les Légendes de l'OM, 2011, Éditions France Télévisions Distribution
    • Mamadou Niang, capitaine victoire, film de Vincent Desombre, 27 minutes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :