Châteauneuf-le-Rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Châteauneuf-le-Rouge
L'église Saint-Antoine
L'église Saint-Antoine
Blason de Châteauneuf-le-Rouge
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Canton Trets
Intercommunalité Communauté d'agglomération du pays d'Aix
Maire
Mandat
Michel Boulan
2008-2014
Code postal 13790
Code commune 13025
Démographie
Gentilé Nègreliense, Nègrelien
Population
municipale
2 109 hab. (2011)
Densité 160 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 29′ 26″ N 5° 34′ 14″ E / 43.4905555556, 5.57055555556 ()43° 29′ 26″ Nord 5° 34′ 14″ Est / 43.4905555556, 5.57055555556 ()  
Altitude 348 m (min. : 179 m) (max. : 511 m)
Superficie 13,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Châteauneuf-le-Rouge

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Châteauneuf-le-Rouge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteauneuf-le-Rouge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteauneuf-le-Rouge
Liens
Site web http://www.chateauneuf-le-rouge.fr

Châteauneuf-le-Rouge est une commune française, située dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Nègreliens car la commune, jusqu’au XVIIIe siècle, était communément dénommée Négrel ou Negreoux. Ce nom était celui d'une famille installée sur le territoire de la commune[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Châteauneuf-le-Rouge est situé a environ 14 kilomètres d’Aix-en-Provence, 40 kilomètres de Marseille, 40 kilomètres de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume dans le Var et 160 kilomètres de Nice.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

La surface de la commune est de 1305 hectares avec une altitude moyenne de 230 mètres. Deux barrières naturelles avec le plateau du Cengle et la rivière Arc délimitent un territoire de forme rectangulaire de 6 km par 2,5 km.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est méditerranéen : chaud l'été, ensoleillé et frais l'hiver, doux en demi-saison et surtout le printemps.

L'été est chaud et sec, l'hiver est sec. Aix-en-Provence, ville située à quelques kilomètres à l'ouest, compte 300 jours de soleil par an[2]. Les températures moyennes y oscillent de 5 °C en janvier à 22 °C en juillet. Il arrive qu'elles soient négatives en hiver (--8,5 °C et --12 °C aux Milles en février 2005 le record est de --17,4 °C le 01/02/1963.) et extrêmement élevées (>40 °C) l'été, car la ville est sur un bassin formé par l'Arc à une altitude plus basse par rapport aux alentours ; l'air chaud est encerclé et a plus de mal à s'échapper. En automne, des orages violents ont souvent lieu. Celui du touche particulièrement le pays d'Aix avec 80 mm de pluie, et celui de entraîne une inondation. On relève plus de 200 mm en deux heures, soit quatre mois de précipitations. La campagne y connaît des micro-climats variés, plus humides et ventés ou protégés selon les endroits[3].

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la période 1971-2000 :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 11,2 12,6 15,3 17,7 22,2 26,1 29,5 29,2 25,3 20,3 14,7 12,0 19,7
Températures moyennes (°C) 7,1 8,3 10,7 13,1 17,4 21,1 24,1 24,0 20,4 16,0 10,8 8,1 15.1
Températures minimales (°C) 3,0 3,9 6,0 8,5 12,6 16,0 18,7 18,7 15,5 11,6 6,8 4,1 10,5
Précipitations (hauteur en mm) 54 44 40 58 41 25 13 31 61 85 51 52 554,5
Source: Météo France[4] / Station de Marignane

Histoire[modifier | modifier le code]

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Les premières traces écrites du village datent du XIIe siècle, elles évoquent une chapelle Sainte-Marie, possession de l’abbaye Saint-Victor située à Marseille. Châteauneuf prend le nom de Châteauneuf-le-Rouge vers 1585, certainement à cause de la couleur rouge de son sol. C'est vers 1778 que l’appellation officielle Châteauneuf-le-Rouge devient la dénomination usuelle du village.

En 1358, les mercenaires d’Arnaud de Cervole, l’archiprêtre ravagent le terroir et détruisent le château. Les destructions furent telles que le village fut entièrement abandonné et la paroisse supprimée. Les destructions étaient encore visibles dans les années 1420[5].

Seigneurie des Arnaud et des Rodulfi au XVe siècle, puis des Riqueti et des Gérenton au XVIIe siècle[6]. Le roi érigea en marquisat la paroisse de Châteauneuf-le-Rouge en 1723 en faveur des Montaigu[7].

En 1986, le conseil municipal de Châteauneuf-le-Rouge décide d'acquérir le château et 13,5 hectares de terrains attenants.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Châteauneuf-le-Rouge

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

Coupé de gueules au pal d'or, et d'or à un bouc de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 ... Fernand Boulan UDF Doyen de la faculté de droit
en cours Michel Boulan[8] UMP Avocat et vice-président de la communauté d'agglomération du pays d'Aix
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 109 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
209 249 204 367 401 407 380 378 382
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
382 395 359 325 289 232 158 146 120
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
127 131 138 113 100 117 114 122 112
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
113 165 285 1 071 1 283 1 869 2 070 2 053 2 129
2011 - - - - - - - -
2 109 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10])
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu’à une époque récente l’activité économique était essentiellement agricole avec des cultures d'oliviers, de céréales et de vignes et des élevages d'ovins. La commune fait partie de la zone d'appellation Côtes-de-provence Sainte-Victoire.

Chaque année, le premier dimanche de juillet a lieu le festival de la gastronomie provençale[11] qui permet de découvrir les produits du terroir et les restaurateurs de la région[12].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

le monument aux morts

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

  • Le château (mairie),
  • Monument aux morts,
  • Sculpture de la Vierge (bronze face à la mairie),
  • Borne frontière romaine entre le pays d'Arles et le pays d'Aix.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Le musée Arteum (Artistes représentatifs des tendances et unités méridionales) est installé depuis 1990 dans les salles du château de l'hôtel de ville. Le musée présente une centaine d'œuvres réalisées par les artistes du Péano et du quai de Rive Neuve à Marseille pour les plus anciennes mais aussi des œuvres contemporaines d'artistes de la région[13]. Le musée présente de plus une reconstitution de l'atelier du peintre provençal Arsène Sari.
  • La bibliothèque-médiathèque Fernand-Boulan compte environ 1 400 adhérents. Elle est intégrée dans le château depuis son ouverture en 2001[14]. La bibliothèque fait partie du réseau de la bibliothèque départementale, les prêts sont gratuits.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de Chateauneuf Le Rouge
  2. Aix-en-Provence tourisme.
  3. Climat à Aix-en-Provence.
  4. http://france.meteofrance.com/france/climat_france?48043.path=climatstationn%252F13054001
  5. Noël Coulet, « La désolation des églises de Provence », Provence historique, volume 23, no 23, 1956, p. 45.
  6. Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, Principauté d'Orange, Comté de Nice, et Principauté de Monaco, par E. Baratier, G. Duby, E. Hildesheimer (Atlas Belfram, Paris, Armand Colin, 1969).
  7. Dictionnaire de la noblesse
  8. Résultat élections municipales de 2008
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  11. France 2 présente le festival de la gastronomie
  12. Le festival de la gastronomie
  13. Site officiel du musée d'art contemporain
  14. Présentation de la médiathèque Boulan

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :