Rognes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rognes
Rognes
La digue du moulin du Rossignol.
Blason de Rognes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Intercommunalité Métropole d'Aix-Marseille-Provence
Maire
Mandat
Jean-François Corno
2020-2026
Code postal 13840
Code commune 13082
Démographie
Gentilé Rognens, Rognennes, Rognenques
Population
municipale
4 706 hab. (2018 en augmentation de 0,43 % par rapport à 2013)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 52″ nord, 5° 20′ 48″ est
Altitude 324 m
Min. 160 m
Max. 501 m
Superficie 58,32 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Marseille - Aix-en-Provence
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pélissanne
Législatives Quinzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Rognes
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Rognes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rognes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rognes
Liens
Site web http://www.ville-rognes.fr/

Rognes est une commune des Bouches-du-Rhône, dans l'arrondissement d'Aix-en-Provence.

Elle est célèbre pour sa pierre, exploitée depuis l'Empire romain, et ses produits agricoles truffes et coteaux d’Aix-en-Provence.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le bourg chef-lieu de la commune est situé à 45 km de Marseille, 21 km d'Aix-en-Provence, 23 km de Salon-de-Provence, et 11 km de Cadenet au bord de la Durance. Il est à une altitude comprise entre 300 et 350 m d'altitude.

Le sud de la commune est traversée par la chaîne de la Trévaresse et son point culminant, quelques sommets entourent le bourg comme le Pié Fouquet (436 m), à 1 km à l'est, ou La Baume (355 m), à 500 m à l'ouest.

Le nord de la commune descend vers la vallée de la Durance, quelques kilomètres plus loin.

Climat[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la période 1971-2000 :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 10,9 12,3 15,3 17,5 22,0 25,8 29,4 29,0 25,0 19,9 14,2 11,6 19,4
Températures moyennes (°C) 6,1 7,2 9,7 12,0 16,1 19,8 22,9 22,7 19,2 14,7 9,6 7,0 13,9
Températures minimales (°C) 1,2 2,0 4,0 6,4 10,1 13,7 16,4 16,3 13,3 9,5 4,9 2,4 8,4
Précipitations (hauteur en mm) 59 47 44 63 52 31 16 37 64 98 58 54 623,4
Source: Météo France[1] / Station de Salon de Provence

Géologie[modifier | modifier le code]

Rognes compte l'unique volcan de Provence[2], daté de 17 millions d'années.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rognes est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Rognes, une unité urbaine monocommunale[6] de 4 735 habitants en 2017, constituant une ville isolée[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Marseille - Aix-en-Provence, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (54 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (58,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (37,3 %), zones agricoles hétérogènes (21,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (16,7 %), cultures permanentes (14,4 %), zones urbanisées (5,2 %), terres arables (3,6 %), prairies (0,6 %), eaux continentales[Note 3] (0,3 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site[Lequel ?] révèle des traces de peuplement depuis l'âge du fer. Des constructions apparaissent à l'ère gallo-romaine, le long de la colline du Foussa. Une partie d'entre elles sont de type troglodyte. Parallèlement, l'exploitation de la pierre de Rognes commence.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Déjà en 1315, Pierre d'Allamanon est chevalier, seigneur de Rognes, qualifié de "Pontens vir[13]". Il était le second fils et héritier de Ricavi d'Allamanon, seigneur de Rognes, Pierrevert et Vidauban, amiral de Provence, auquel il succède à ce poste jusqu'après 1348[14]. Il participa à la prise de Milazzo en tant qu'amiral de Provence. En 1359, son héritier universel, Bertrand lui succède comme seigneur de Rognes. Un autre de ses fils, Ricavi, était seigneur de Lambesc. Jacques de Ceva, noble originaire de Cadenet, possédait des terres à Rognes ; le , il acheta à Pierre d'Allamanon, pour 1000 florins d'or de Florence, la moitié des droits de la "nau" (« barque » en français) et du port de Cadenet. Carliste, il vit ses biens (dont les châteaux de Cadenet, Lauris et le Puget) confisqués par le sénéchal puis restitués à ses fils après sa mort[15].

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Le seigneur de Rognes, Rostaing Vincent fait hommage le à Louis II d'Anjou, fils mineur de Louis Ier[16] ; un autre co-seigneur, Jacques de Lamanon, s’était rallié dès 1385[17].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, Rognes appartient aux seigneurs d'Agoult. En 1597, Julie d'Agoult, dernière représentante de la famille, épouse Henri de Raphelis. Elle conserve ses seigneuries. Très rigide sur ses droits et privilèges, elle tente de faire interdire aux habitants d'apposer leurs armes sur les maisons et remparts. Les consuls de Rognes refusèrent énergiquement. Le sénéchal d'Aix-en-Provence donna raison aux consuls. Ceux-ci créèrent alors les armes de la ville, d'azur au verrou d'argent, avec la devise « Ferme bien, qui pouvant tout fermer, ne ferme rien. »

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Le , un séisme de magnitude 6,2 sur l'échelle de Richter, détruit la plus grande partie des maisons situées sur les flancs du Foussa. Seules quelques maisons et ruelles demeurent du vieux Rognes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le symbole de Rognes est le verrou et la devise : « Ferme bien qui pouvant tout fermer ne ferme rien. »

Armes de bled'land

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'or, à un loup ravissant d'azur, lampassé et armé de gueules.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1965 Henri Tassy    
1965 1967 Émilien Rabarin    
1967 mars 1983 Robert Verrier SFIO puis PS[réf. nécessaire]  
mars 1983 mars 1989 Jacques Parraud PS  
mars 1989 mars 2014 Jacky Pin RPR puis UMP  
mars 2014 En cours Jean-François Corno DVD[18] Cadre

Population et société[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
.
Vue de léglise.
.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[20].

En 2018, la commune comptait 4 706 habitants[Note 4], en augmentation de 0,43 % par rapport à 2013 (Bouches-du-Rhône : +2,07 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 9191 9601 9591 7681 6411 4791 5731 6771 561
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5381 5781 5151 4261 6171 3441 2881 2151 130
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1471 1561 1289181 0031 0159701 0461 017
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 1091 1831 4262 2163 4504 1944 5184 5624 606
2013 2018 - - - - - - -
4 6864 706-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Rognes est connu pour sa célèbre fête de la truffe et sa fête de la chèvre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

En sont originaires :

Y sont morts :

  • Le poète Jules Mougin, né à Marchiennes dans le Nord le , mort Rognes le .
  • L'écrivain français Pierre Bottero s'est tué dans un accident de moto dans un virage aux alentours de Rognes le à l'âge de 45 ans.

Fréquente la commune :

  • Le pilote Ari Vatanen y séjourne tout au long de l'année depuis 1990.

Économie[modifier | modifier le code]

Artisanat

  • Électricité

Agriculture

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Monuments laïques[modifier | modifier le code]

  • Mausolée gallo-romain des Domitii, notables d’Aquae Sextiae (Aix-en-Provence).

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

  • chapelle Saint-Denis, érigée en 1720 à la suite d'une épidémie de peste en remerciement à saint Denis, patron de la commune
  • chapelle romane Saint-Marcellin (XIIIe siècle)
  • église Notre-Dame-de-l'Assomption, bâtie en 1607

Galerie: la chapelle Saint-Denis[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://france.meteofrance.com/france/climat_france?48043.path=climatstationn%252F13103001
  2. L'unique volcan de Provence sur le site du Château Beaulieu, Rognes.
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Rognes », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. B1836F116
  14. Cortez, les grands officiers, p. 111
  15. Cortez, les grands officiers, p. 2342 et Coulet, Aix, t.I, p. 284
  16. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 408 (note 33).
  17. G. Xhayet, op. cit., p. 412 (note 56).
  18. « Résultats municipales 2020 à Rognes », sur lemonde.fr (consulté le ).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. [vidéo] Interview de Corine par Thierry Ardisson dans l'émission Les Terriens du samedi !, 2018. sur YouTube
  24. « Château (restes) », notice no PA00081413, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Château de Cabanes) », notice no PA00081414, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. Maurice Coquet, La région de Rognes, Tournefort et Beaulieu à travers l'histoire, Paris, Dominique Wapler éditeur, 1970, p. I-23, note 38 : « Ce nom de « borie », employé dans le Vaucluse, n'est pas usité dans la région de Rognes où ces constructions sont connues sous le nom de « cabanes ». »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie Taÿ, Monographie du village de Rognes, 1883.
  • Les Amis du Vieux Rognes, Rognes. Le Temps Retrouvé, Equinoxe, 1997.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]