Henri Pinta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pinta.
Henri Pinta
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Henri Louis Marius Pinta
Nationalité
Activité
Distinction

Henri Louis Marius Pinta, né le à Marseille et mort le à Paris[1], est un peintre français, spécialisé dans la peinture religieuse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Serment de Brutus après la mort de Lucrèce (1884), Paris, École nationale supérieure des beaux-arts.

Henri Pinta est l'élève d'Alexandre Cabanel et Jules Lefebvre à l'École des beaux-arts de Paris. Lauréat du prix de Rome de peinture en 1884 pour son tableau Le Serment de Brutus après la mort de Lucrèce, Pinta est surtout connu pour ses compositions religieuses. De 1885 à 1888, il est pensionnaire à la villa Médicis à Rome, pendant le deuxième directorat d’Ernest Hébert[2].

En 1885, pour son envoi à Paris pour l'exposition des travaux des pensionnaires, Pinta avait choisi un sujet étrange, pour ne pas dire hérétique, Le Christ pleurant sur l’inutilité de son sacrifice, dans lequel le Christ était représenté sous les traits d’un personnage qui n’avait rien de divin. L'année suivante, il proposa une Sainte Marthe, d’une composition ingénieuse, qui fut toutefois l'objet de quelques critiques en raison des ajustements « trop coquets » des personnages et de la négligence avec laquelle il avait traité la pécheresse repentie. En 1887, il avait fourni une assez bonne copie de La Messe de Bolsena, peinte par Raphaël pour la chambre d'Héliodore au Vatican (1512-1514), mais son Tobie et l’ange n'échappa pas à la critique, semblant constituer surtout une étude de paysage. En 1888, L'Aurore, le tableau peint lors de sa 4e et dernière année à l'Académie, eut droit à peu près à tous les reproches. On le trouva vulgaire, d’un dessin médiocre, d’un coloris faible avec ces teintes blafardes à la mode (à la Puvis de Chavannes sans doute).

En 1886, Henri Pinta peint un portrait de Claude Debussy, pensionnaire en même temps que lui à la villa Médicis. Il fut aussi l'ami durant de nombreuses années d'un autre peintre marseillais, Alexandre Jean-Baptiste Brun.

Henri Pinta réalisa, avec le concours des ateliers Champigneulle, les vitraux de la basilique du Sacré-Cœur de Marseille, construite dans les années 1920-1930. Il est également l'auteur de cartons de mosaïques. En 1933, il commence l'élaboration des cartons de la grande mosaïque de 120 m2, réalisés également par les ateliers Champigneulle, qui sera mise en place en 1941 au-dessus du chœur de la basilique du Sacré-Cœur de Marseille.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Vitraux de l'église Saint-Vaast de Béthune (1930).

Salons[modifier | modifier le code]

  • Salon des artistes français :
    • 1887 : Sainte-Marthe et la Tarasque ;
    • 1911 : Partie de piquet à l'hospice Condé ;
    • 1920 : Portrait de monseigneur Alexandre Le Roy (1854-1938), missionnaire et explorateur en Afrique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de décès no 1586 (vue 20/31) de Henri Louis Marius Pinta du registre des décès coté 7D 220 du 7e arrondissement de Paris, en ligne sur le site web des archives de Paris.
  2. Les informations qui suivent, concernant les envois de Pinta pour l'exposition des pensionnaires, proviennent de Correspondance des directeurs de L’Académie de France à Rome, tome treizième - 2e directorat d’Ernest Hébert (1885-1890), éditée par François Fossier.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Suzanne Arzoumanian-Soulé, Henri Pinta (Marseille 1856-Paris 1944) : Vie et œuvre, mémoire de maîtrise, Aix-en-Provence, 2002.

Liens externes[modifier | modifier le code]