Jean-Claude Gaudin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaudin.

Jean-Claude Gaudin
Illustration.
Jean-Claude Gaudin en 2016.
Fonctions
Maire de Marseille
En fonction depuis le
(23 ans, 3 mois et 27 jours)
Élection
Réélection

Prédécesseur Robert Vigouroux
Président de la Métropole d'Aix-
Marseille-Provence

(2 ans, 5 mois et 20 jours)
Prédécesseur Lui-même (indirectement)
Successeur Martine Vassal

(3 mois et 24 jours)
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Lui-même (indirectement)
Vice-président du Sénat

(2 ans, 11 mois et 21 jours)
Président Gérard Larcher

(12 ans, 5 mois et 22 jours)
Président Christian Poncelet
Gérard Larcher
Sénateur français

(18 ans et 11 mois)
Élection 27 septembre 1998
Circonscription Bouches-du-Rhône
Successeur Anne-Marie Bertrand

(6 ans, 2 mois et 5 jours)
Élection 24 septembre 1989
Circonscription Bouches-du-Rhône
Président du groupe UMP au Sénat

(3 ans, 6 mois et 23 jours)
Prédécesseur Gérard Longuet
Successeur Bruno Retailleau
Vice-président de l'UMP[N 1]

(4 ans, 5 mois et 27 jours)
Président Alain Juppé
Nicolas Sarkozy
Ministre de l'Aménagement du territoire,
de la Ville et de l'Intégration

(1 an, 6 mois et 26 jours)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Alain Juppé II
Prédécesseur Bernard Pons
Successeur Dominique Voynet
Président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur

(12 ans et 2 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Michel Pezet
Successeur Michel Vauzelle
Président du groupe UDF
à l'Assemblée nationale

(8 ans et 3 mois)
Prédécesseur Roger Chinaud
Successeur Charles Millon
Député français

(11 ans, 6 mois et 30 jours)
Circonscription 2e des Bouches-du-Rhône (1978-1986)
Bouches-du-Rhône (1986-1988)
2e des Bouches-du-Rhône (1986-1988)
Prédécesseur Charles-Émile Loo
Successeur Jean-François Mattei
Biographie
Date de naissance (79 ans)
Lieu de naissance Marseille (Bouches-du-Rhône)
Nationalité française
Parti politique CNIP
FNRI
UDF-PR
UMP
LR
Profession Professeur d'histoire-géographie

Jean-Claude Gaudin Jean-Claude Gaudin
Maires de Marseille
Présidents du conseil
régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur

Jean-Claude Gaudin, né le à Marseille, est un homme politique français.

Implanté dans les Bouches-du-Rhône, il est président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) de 1986 à 1998, maire de Marseille depuis 1995 et président de la métropole d'Aix-Marseille-Provence entre 2015 et 2018.

Il est député de 1978 à 1989, sénateur entre 1989 et 2017 et à plusieurs reprises vice-président du Sénat. De 1995 à 1997, il est ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ville et de l'Intégration dans le second gouvernement Juppé.

Sur le plan partisan, il appartient à plusieurs partis de centre droit, notamment l’UDF, dont il préside un temps le groupe à l'Assemblée nationale. Dans les années 1980, il conclut une alliance avec le Front national pour prendre la présidence de la région PACA. Par la suite, il est vice-président de l'UMP et président du groupe UMP au Sénat.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Gaudin naît le à Marseille[1]. Il est le fils d'un père artisan-maçon et membre du MRP, et d'une mère travaillant dans les corderies[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Professeur d'histoire-géographie[2], il enseigne pendant plus de 15 ans au collège et lycée Saint-Joseph-les-Maristes à Marseille. Il participe très jeune à la vie politique.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

En 1965, il est élu du Centre national des indépendants et paysans sur la liste socialo-centriste menée par Gaston Defferre, contre la liste gaulliste UNR. Il est alors le benjamin du conseil municipal de Marseille. Réélu en 1971, Jean-Claude Gaudin est conseiller municipal délégué à la police administrative et à la protection civile et préside la commission extra-municipale de l'urbanisme.

Jean-Claude Gaudin adhère, en 1973, aux Républicains indépendants et participe, l'année suivante, à la campagne présidentielle de Valéry Giscard d'Estaing[2].

Aux élections cantonales de 1982, il enlève au premier tour le 12e canton de Marseille, avec 72,8 % des suffrages exprimés.

Député[modifier | modifier le code]

Candidat UDF en 1978 dans la 2e circonscription des Bouches-du-Rhône, il bat le député sortant, le socialiste Charles-Émile Loo, avec 53,7 % des suffrages exprimés.

Jean-Claude Gaudin est réélu député en 1981, 1986 et 1988. Il préside le groupe UDF à l'Assemblée nationale de 1981 à 1989, date de son élection comme sénateur.

Président de la région PACA[modifier | modifier le code]

En 1986, Jean-Claude Gaudin conduit dans les Bouches-du-Rhône les listes UDF aux législatives et aux régionales. À l’issue du scrutin régional, la droite obtient 47 sièges, la gauche 45 et le Front national 25 sièges. Le , avec l’appui du parti d’extrême droite, il devient président du premier conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur élu au suffrage universel direct. La gauche perd ainsi la tête du conseil régional, qu'elle détenait depuis sa création, en 1974[3],[2].

Jean-Claude Gaudin considérant que la priorité est de battre la gauche, il dirige le conseil régional avec le Front national, qui se voit attribuer trois vice-présidences et la présidence de quatre commissions[3]. Au cours de son premier mandat à la tête du conseil régional, une dizaine de conseillers FN sont débauchés par la droite, ce qui renforce sa majorité[3]. En 1986-1987, Jean-Claude Gaudin est proche de la rédaction de Minute, alors dirigée par Patrick Buisson[4].

En 1988, après la dissolution de l'Assemblée nationale, Jean-Claude Gaudin passe dans les Bouches-du-Rhône des accords de désistement réciproques — négociés par Patrick Buisson — avec le Front national[5],[6]. En 1991, les partis de droite condamnent officiellement toute alliance avec le FN, qu’elle soit nationale ou locale. Considérant que sa décision de s’allier localement avec l’extrême droite en 1986 est responsable de son échec aux élections municipales de 1989 à Marseille, Jean-Claude Gaudin ira même jusqu'à soutenir, au second tour des élections législatives de 1993, le communiste Guy Hermier face au candidat du Front national.

À la tête de la région, il conduit notamment une politique de construction et de réhabilitation des lycées de la région. Le renouvellement du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1992 provoque une élection particulièrement médiatisée : Jean-Claude Gaudin affronte Bernard Tapie et Jean-Marie Le Pen. Il est réélu président du conseil régional le sans avoir besoin des suffrages du Front national.

À l’issue des élections régionales de 1998, la droite obtient le même nombre d’élus que le Front national[7]. Alors que plusieurs conseillers de droite menés par Christian Estrosi se montrent favorable à une nouvelle alliance entre la droite et le FN échoue à se former pour empêcher l'élection de Michel Vauzelle à la présidence du conseil régional, la tentative de rapprochement entre les deux camps échoue sous la pression d’élus comme François Léotard[3],[7]. Jean-Claude Gaudin se tient en retrait et quitte la tête de la région le [3],[7].

Sénateur[modifier | modifier le code]

En septembre 1989, il est élu sénateur dans le département des Bouches-du-Rhône. En septembre 1995, les sénateurs Républicains et Indépendants l'élisent président de leur groupe au Sénat.

Le 21 septembre 2008, il est réélu sénateur dans les Bouches-du-Rhône à la tête d'une liste renouvelée, rajeunie et féminisée qui conserve ses trois sièges. Le 7 octobre suivant, il est élu pour la 4e fois vice-président du Sénat, fonction à laquelle il renonce le 8 mars 2011, à la suite de son élection à la présidence du groupe UMP du Sénat, en remplacement de Gérard Longuet, devenu ministre. Il est reconduit dans cette fonction, le 27 septembre 2011, à l'issue du renouvellement triennal par moitié de la Haute-Assemblée qui voit la droite perdre la majorité au Sénat.

Il vote contre la loi ouvrant le mariage aux homosexuels en 2013, mais soutient l’année suivante l'organisation de l'Europride à Marseille et critique les réactions homophobes qui ponctuent sa décision[2].

En septembre 2014, il est réélu au Sénat. Le 7 octobre, il devient 1er vice-président de la Haute Assemblée. En septembre 2015, il décline la proposition du président du Sénat, Gérard Larcher, de siéger au Conseil constitutionnel, préférant continuer à se consacrer à Marseille et à la mise en place de la métropole d'Aix-Marseille-Provence.

En raison de l'interdiction du cumul des mandats, il démissionne de son mandat de sénateur le 22 septembre 2017.

Il est cité dans une affaire de détournement de fonds publics au sein du groupe UMP au Sénat[8].

Ministre[modifier | modifier le code]

Le , Jean-Claude Gaudin devient ministre de l'Aménagement du Territoire, de la Ville et de l'Intégration. Par la loi du relative à la mise en œuvre du pacte de relance pour la ville, il crée les Zones urbaines sensibles (ZUS), formalisant juridiquement la notion de « quartiers en difficulté ». En juin 1997, avec la dissolution de l'Assemblée nationale, il cesse ses fonctions ministérielles.

Maire de Marseille[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 1983 à Marseille, il conduit la liste de l'opposition contre Gaston Defferre, alors ministre de l'Intérieur. Il est battu par Gaston Defferre, bien que celui-ci obtienne 2 497 voix de moins que lui. En tant que ministre de l'Intérieur, Gaston Defferre venait de modifier le mode de scrutin dans les villes de Paris, Lyon et Marseille : l'élection se fait dans chaque arrondissement pour les deux premières villes, et Marseille bénéficiait d'un découpage en secteurs adapté au maire sortant. Ce découpage a été modifié après sa mort. Jean-Claude Gaudin se présente une nouvelle fois à la mairie de Marseille en 1989, mais il échoue face à Robert Vigouroux.

En 1995, Jean-Claude Gaudin devient maire de Marseille après avoir conduit une liste d'union UDF-RPR. Le responsable départemental du RPR, Renaud Muselier, devient premier adjoint au maire.

Jean-Claude Gaudin retrouve son poste de sénateur après les élections de 1998, après avoir quitté le gouvernement, et prend la charge de vice-président du Sénat, le 6 octobre. Il quitte alors l'UDF pour devenir vice-président de Démocratie libérale, le parti d'Alain Madelin[9].

Le , il devient président de la nouvelle communauté urbaine Marseille Provence Métropole, qui compte 18 communes et 980 000 habitants. En 2001, il est réélu maire de Marseille. Il préside l'Association des communautés urbaines de France de 2002 à 2003.

La liste qu'il conduit l'emporte pour la troisième fois consécutive, en 2008, en arrivant, avec 50,42 % des voix au second tour, devant le socialiste Jean-Noël Guérini (47,75 %) et le Front national (1,83 %) ; la droite perd le premier secteur de la ville (où Patrick Mennucci bat Jean Roatta) et la majorité de Jean-Claude Gaudin se trouve ainsi réduite à 51 sièges au lieu de 61. Le 17 avril suivant, Renaud Muselier est battu par le socialiste Eugène Caselli lors de l'élection à la présidence de la Communauté urbaine ; étant le maire de la ville-centre, Jean-Claude Gaudin en devient vice-président à partir du .

Jean-Claude Gaudin à Arles pour l'ouverture de Marseille Provence 2013.

En novembre 2013, Jean-Claude Gaudin annonce sa candidature pour l'élection municipale de 2014. Il fait valoir son bilan, soulignant que Marseille compte 13 % de chômeurs, contre 21 % en 1995, que 6 000 logements sont construits chaque année contre 1 500 en 1995, ou encore qu'il y a environ un million de croisiéristes, contre quelque 80 000 en 1995 ; il se félicite aussi de la construction du musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, inauguré la même année. Ses opposants lui reprochent toutefois d'avoir sous-estimé les violences des quartiers nord, des retards dans les projets de transport et de propreté, ainsi que d'avoir changé d'avis sur l'ouverture d'un casino à Marseille ou encore sur la privatisation du stade Vélodrome[2]. Un temps données battues, les listes de Jean-Claude Gaudin l'emportent dans six des huit secteurs de Marseille, recueillant 43 % contre 29 % pour celles du socialiste Patrick Mennucci et 25 % pour le candidat FN Stéphane Ravier. Ce score lui permet d’être élu maire de Marseille pour un quatrième mandat.

Il contribue à l’installation de la critiquée métropole d'Aix-Marseille-Provence, dont il devient président le . Cette élection étant contestée devant les tribunaux par les opposants à la mise en place de l'intercommunalité, il démissionne pour être réélu président le . Il quitte la présidence de la métropole en , invoquant son âge et l’intention du gouvernement de fusionner les métropoles et départements[10],[11]. Il apporte son soutien à Martine Vassal, qui lui succède[12].

En juin 2017, il annonce qu'il ne se représentera pas à la mairie de Marseille lors des élections municipales de 2020[13].

Cadre de l’UMP[modifier | modifier le code]

Après avoir participé à la fondation de l'Union pour la majorité présidentielle (UMP, rebaptisée « Union pour un mouvement populaire »), il en devient le vice-président lors du congrès qui a lieu la même année et est l'un des premiers dirigeants de la majorité à soutenir Nicolas Sarkozy dans la course à l'élection présidentielle de 2007, ce dès 2004[14].

Du au , Jean-Claude Gaudin préside l'UMP à la suite de la démission d'Alain Juppé, inculpé dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris.

Tout en demeurant membre de l'équipe dirigeante de l'UMP, Jean-Claude Gaudin devient, le 24 janvier 2009, à la demande du président de la République, président du Comité de liaison de la majorité présidentielle. Ce comité regroupe l'ensemble des formations politiques qui concourent à la majorité présidentielle de Nicolas Sarkozy.

À l'occasion du congrès de l'Union pour un mouvement populaire de 2012, il soutient la candidature de Jean-François Copé. En janvier 2013, dans le cadre de la direction « partagée » mise en place à la suite de l'accord entre Jean-François Copé et François Fillon, il devient à nouveau vice-président de l'UMP avec cinq autres personnalités du parti, en plus du vice-président délégué Luc Chatel.

Il soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle de la droite et du centre de 2016[15]. Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, scrutin lors duquel est élu le président du parti[16].

Détail des fonctions et mandats[modifier | modifier le code]

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

Fonctions parlementaires[modifier | modifier le code]

À l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Au Sénat[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Comment ils défont la France : deux ans de lois socialistes, Paris, Albatros, 1983 (notice BnF no FRBNF34764941).
  • Une passion nommée Marseille, Paris, Albin Michel, 1983 (ISBN 2-226-01682-1).
  • La Gauche à l'imparfait, Paris, France-Empire, 1985 (ISBN 2-7048-0460-5).

Décorations[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Docteur honoris causa de l'université de médecine d'Erevan (Arménie)
  • Membre de l'Académie des Sciences, Lettres et Arts de Marseille (Classe des Beaux-Arts)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Président par intérim en 2004 et en 2007

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean-Claude Gaudin », sur whoswho.fr, .
  2. a b c d e f et g Ariane Chemin, « L'ogre Gaudin », M, le magazine du Monde, semaine du 28 septembre 2013, p. 55-61.
  3. a b c d et e https://fresques.ina.fr/reperes-mediterraneens/fiche-media/Repmed00475/election-du-president-du-conseil-regional.html
  4. Tancrède Ramonet (réal.), Patrick Buisson, le mauvais génie, France 3, 27 octobre 2016.
  5. Hélène Bekmezian, « Droite : trente ans d'hésitations face au FN », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. Ariane Chemin et Vanessa Schneider, Le Mauvais Génie, Paris, Fayard, , 305 p. (ISBN 978-2-213-68664-6, lire en ligne).
  7. a b et c https://www.laprovence.com/article/histoire/3687404/archives-video%C2%A0-23-mars-1998-michel-vauzelle-elu-dans-la-tempete.html
  8. « 117 sénateurs sont soupçonnés d'avoir détourné 8 millions d'euros », lepoint.fr, 13 octobre 2017.
  9. Page de Gaudin
  10. http://www.lepoint.fr/politique/jean-claude-gaudin-annonce-sa-demission-de-la-presidence-de-la-metropole-aix-marseille-provence-04-09-2018-2248196_20.php
  11. http://www.liberation.fr/france/2018/09/04/jean-claude-gaudin-je-ne-veux-pas-donner-le-spectacle-de-gaudin-qui-s-accroche_1676557
  12. https://www.laprovence.com/actu/en-direct/5159385/martine-vassal-elue-presidente-de-la-metropole-aix-marseille-provence-a-la-majorite-absolue-des-le-premie
  13. « Mairie de Marseille: Jean-Claude Gaudin ne se représentera pas en 2020 », France Soir,‎ (lire en ligne)
  14. « Gaudin se lâche », Le Point, no 1995, 9 décembre 2010, p. 58.
  15. Ludovic Vigogne, « Primaire à droite: la liste des premiers soutiens parlementaires », lopinion.fr, 20 avril 2016.
  16. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », lopinion.fr, 11 octobre 2017.
  17. « Décret du 13 juillet 2018 portant promotion et nomination », sur legiondhonneur.fr (consulté le 14 juillet 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Un maire, une ville, 2003 (documentaire dans le cadre de la série intitulée « Un maire, une ville » produite et diffusée par France 5, réal. Michèle Reiser).
  • David Aussillou et Laurent Grolée, Jean-Claude Gaudin, une vie pour Marseille, Monaco, Le Rocher, coll. « Biographie », 2008 (ISBN 978-2-268-06350-8).
  • En entendant Gaudin, 2012 (documentaire de 52 min. dans le cadre de l'émission Grands moments de la télé de France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur diffusé en 2012 et réal. par Jean-Louis André).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]