Jessica Fox

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jessica Fox
Image illustrative de l’article Jessica Fox
Jessica Fox durant les championnats du monde de slalom 2019.
Contexte général
Sport Canoë, Slalom
Site officiel www.jessicafox.com.au
Biographie
Nom dans la langue maternelle Jessica Esther Fox
Nationalité sportive Drapeau de l'Australie Australie
Nationalité Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau de la France France
Naissance (28 ans)
Lieu de naissance Marseille (France)
Taille 1,66 m
Poids de forme 60 kg
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 1 1 2
Championnats du monde 11 5 2
Jeux olympiques de la jeunesse 1 0 0

Jessica Fox, née le à Marseille, est une kayakiste et céiste australo-française pratiquant le slalom. Elle est la fille de deux athlètes de haut niveau international en canoë-kayak slalom, la Française Myriam Jérusalmi et l'Anglais Richard Fox. Elle représente l'Australie sur la scène sportive mondiale et olympique.

Après une médaille d'argent et deux de bronze en kayak slalom aux Jeux olympiques depuis 2012, Jessica Fox devient le la première médaillée d'or du canoë slalom, lors des Jeux olympiques de Tokyo 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jessica Fox en 2016

Jessica Fox est la fille de Richard Fox et Myriam Fox-Jérusalmi, deux anciens champions du canoë-kayak slalom. Richard Fox fut cinq fois champion du monde en individuel pour le Royaume-Uni et Myriam Jérusalmi deux fois pour la France, titres qu'elle compléta par une médaille de bronze aux Jeux olympiques d'été de 1996[1],[2],[3],[4],[5],[6]. Sa sœur Noemie Fox pratique aussi le canoë-kayak à haut niveau.

Née à Marseille, elle est licenciée dès son troisième mois au club Marseille Mazargues Canoë Kayak (le MMCK). Elle vit depuis 1998 à Sydney[7] et s'entraîne sur le bassin artificiel des Jeux olympiques de l'an 2000.

Entraînée par sa mère depuis 2005, elle fait preuve d'une extraordinaire précocité en remportant les titres mondiaux juniors (16-17 ans) 2010 à Foix en Canoë Monoplace (C1) et Kayak Monoplace (K1) alors qu'elle n'est que cadette (14-15 ans), enchaînant sur la médaille d'or aux Jeux olympiques de la jeunesse 2010 en slalom d'obstacles K1 puis aboutissant sa saison par une médaille de bronze aux Championnats du monde sénior en C1 (terminant cinquième en K1).

Précurseure dans le domaine du canoë monoplace, ouvert aux femmes depuis 2009 seulement, elle y obtient ses meilleurs résultats dans la première partie de sa carrière sénior, profitant du manque de concurrence aguerri dans cette jeune discipline. Elle maintient cependant son activité en K1, à cette époque seule discipline ouverte aux femmes aux Jeux olympiques.

Elle obtient ainsi la médaille d'argent en slalom K1 aux Jeux olympiques d'été de 2012 de Londres le pour sa première participation aux Jeux, à seulement 18 ans.

Sur l'olympiade 2012-2016, elle obtient six médailles d'or aux championnats du monde, avec notamment un premier doublé doublé en 2013 (aux Championnats du monde de slalom 2013, elle remporte la médaille d'or en C1[8] et en C1 par équipe[9]) puis un doublé encore plus inédit canoë monoplace/kayak monoplace en 2014 aux Championnats du Monde de Deep Creek Lake. Au plus haut niveau international, combiner canoë monoplace et kayak monoplace restait rare avant l'avènement au plus haut niveau de Jessica, qui devient la première femme à réaliser cet exploit[10]

Bien que grande favorite des Jeux olympiques d'été de 2016, elle obtient finalement seulement la médaille de bronze en K1 slalom à de Rio de Janeiro le .

Sur l'olympiade 2016-2020, elle obtient quatre médailles d'or de plus aux championnats du monde, signant un nouveau doublé K1-C1 aux Championnats du monde de slalom 2018 à Rio et devenant à cette occasion la kayakiste (hommes et femmes confondus) la plus médaillée de l'histoire aux championnats du monde en dépassant les totaux acquis par son père[11].

Lors des Jeux olympiques de Tokyo 2020, Jessica Fox est engagée dans deux disciplines : le kayak slalom (K1) et le canoë slalom (C1), nouvellement introduit au programme féminin en remplacement du canoë biplace hommes (C2). En K1, elle termine médaillée de bronze de l'épreuve remportée par Ricarda Funk devant Maialen Chourraut[12]. Le 29 juillet, elle réalise le meilleur temps des demi-finales du C1, s'élance la dernière sur le parcours bouillonnant en finale et remporte sa première médaille d'or en améliorant encore son temps. Elle devance Mallory Franklin et Andrea Herzog. La fille de Myriam Jérusalmi et de Richard Fox est désormais quadruple médaillée olympique en trois éditions des Jeux[13].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques de la jeunesse[modifier | modifier le code]

Championnats du monde de slalom[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Australian Youth Olympic team profile, sports123.com, 12 septembre 2010.
  2. Sports123.com Women's Olympic K-1 slalom medalists, sports123.com, 12 septembre 2010.
  3. Sports123.com Men's world championships K-1 slalom medalists, sports123.com, 12 septembre 2010.
  4. Men's world championships K-1 team slalom medalists, sports123.com, 12 septembre 2010.
  5. Women's world championships K-1 slalom medalists, sports123.com, 12 septembre 2010.
  6. Women's world championships K-1 team slalom medalists, sports123.com, 12 septembre 2010.
  7. « Australia's silver Fox keeps it in the family », The Age, 3 août 2012.
  8. « Mondiaux-2013 - Exploit de Jessica Fox pour la première journée des finales », sur www.lematin.ch, (consulté le )
  9. (en) « Australian women canoeists won the golden medal in the Teams competition », sur canoeicf.com, (consulté le )
  10. (en) ICF Media, « Enjeux des JO 2016 pour Jessica Fox », sur canoeicf.com
  11. (en) ICFMedia, « Une parfaite Fox imbattable », sur canoeicf (consulté le )
  12. « Ricarda Funk championne olympique de K1 aux JO de Tokyo, Jessica Fox seulement en bronze », sur lequipe.fr, (consulté le )
  13. « Jessica Fox championne olympique en C1 aux JO de Tokyo, Marjorie Delassus 4e », L'Équipe,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]