Cornillon-Confoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cornillon (homonymie).
Cornillon-Confoux
Mairie de Cornillon-Confoux
Mairie de Cornillon-Confoux
Blason de Cornillon-Confoux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Canton Berre-l'Étang
Intercommunalité Syndicat d'agglomération nouvelle Ouest Provence
Maire
Mandat
Daniel Gagnon
2014-2020
Code postal 13250
Code commune 13029
Démographie
Gentilé Cornillonnaise, Cornillonnais
Population
municipale
1 348 hab. (2012)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 33′ 48″ N 5° 04′ 20″ E / 43.5633333333, 5.0722222222243° 33′ 48″ Nord 5° 04′ 20″ Est / 43.5633333333, 5.07222222222  
Altitude 110 m (min. : 21 m) (max. : 190 m)
Superficie 14,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Cornillon-Confoux

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Cornillon-Confoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cornillon-Confoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cornillon-Confoux
Liens
Site web www.cornillonconfoux.fr

Cornillon-Confoux est une commune française, située dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Elle appartient au Syndicat d'agglomération nouvelle Ouest Provence.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès et transport[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de Cornillon-Confoux

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Cornillon-Confoux et ses communes limitrophes

Légende

Relief[modifier | modifier le code]

Cornillon-Confoux est situé sous la chaîne de la Fare qui s'étire d'ouest en est entre le pays de Salon-de-Provence et l'étang de Berre. La chaîne se prolonge vers l'est le long de la vallée de l'Arc jusqu’à la plaine d'Eguilles.

Sismicité et risques naturels[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la periode 1971-2000  :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 10,9 12,3 15,3 17,5 22,0 25,8 29,4 29,0 25,0 19,9 14,2 11,6 19,4
Températures moyennes (°C) 6,1 7,2 9,7 12,0 16,1 19,8 22,9 22,7 19,2 14,7 9,6 7,0 13,9
Températures minimales (°C) 1,2 2,0 4,0 6,4 10,1 13,7 16,4 16,3 13,3 9,5 4,9 2,4 8,4
Précipitations (hauteur en mm) 59 47 44 63 52 31 16 37 64 98 58 54 623,4
Source: Météo France[1] / Station de Salon de Provence

Histoire[modifier | modifier le code]

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Dès le néolithique final différentes peuplades pastorales et agricoles sur le site de la commune. Une allée des Sarcophages à côté du cimetière contient des tombes du Ie siècle. La voie Aurélienne conduit aux carrières et à la couronne d'oppida celto-ligures (oppidum de Constantine)[2] qui témoigne d’une occupation ancienne[3]. Les derniers celto-ligures, dominés par les Grecs de Massalia, s'allièrent aux Romains.

Après maintes invasions, le territoire de Cornillon devient propriété des comtes de Provence avant d'être rattaché à l’archevêché d’Arles. Le nom Cornellum apparaît au Xe siècle. Au XIe siècle, l’arrivée des moines de Montmajour permit au village de prospérer: Les marais furent asséchés et l'agriculture se développa. L'église actuelle fut construite vers 1100, et était connue sous le nom de Sainte-Marie de Cornillon. Au XVe siècle, elle prit le nom de Saint-Vincent, martyr espagnol du IVe siècle[4].

Elle fut agrandie au XIXe siècle, et tournée vers l'ouest. Autre particularité, est dressée juste à côté de l'église une statue d'une vierge enceinte datant de 1865, de la république de la Marianne qui orne la fontaine et La victoire d'Ikaria, statue en bronze offerte par le sculpteur polonais Igor MITORAJ en 2007. En 1852 fut construit le Beffroi (17 mètres). Le tremblement de terre de 1909 causa divers dommages (destruction du tympan de l'église).

C'est officiellement par le décret du 18 novembre 1919 que la commune a été autorisée a joindre le nom de Confoux à celui de Cornillon.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Cornillon-Confoux

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

De sable, à une femme d'argent tenant de sa main dextre un croissant du même, ayant sa main senestre fermée, à la réserve de l'index et posée au milieu de l'estomac, l'index vers la pointe.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1923 1945 Célestin Gros ... ...
1945 1964 Arnould de Jessé ... ...
1964 1965 Charles Liotard ... ...
1965 1977 Bruno Carsignol ... ...
1965 1977 Bruno Carsignol ... ...
1977 1983 Claude Pellat ... ...
1983 1988 Jean-Pierre Van Acker ... ...
1988 2001 Jacques d'Haillecourt ... ...
mars 2001 en cours Daniel Gagnon Sans étiquette Vice-président d'Ouest Provence
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Cornillonnais.

En 2012, la commune comptait 1 348 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
566 514 534 620 614 648 621 673 631
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
617 598 612 565 495 455 408 354 377
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
364 338 324 273 292 328 338 326 388
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
411 562 810 980 1 060 1 167 1 304 1 327 1 348
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Igor Mitoraj - Victoire d’Ikaria

Sur la place de l'Église, la Victoire d’Ikaria, une sculpture d'Igor Mitoraj a été inaugurée fin 2007. Elle est à côté de la Vierge Marie (symbole de la pureté), et de Marianne symbole de la République.

Les apiers (mur d'abeille), unique en son genre, long de 60 m et constitué de 56 niches (certainement 200 à l'origine), et les nombreuses bories, restanques et autres abris de pierres sèches.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]