Camille Pascal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Camille Pascal
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Conseiller d'État
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique
Distinctions
Chevalier des Palmes académiques (d)
Chevalier de l'ordre national du MériteVoir et modifier les données sur Wikidata

Camille Pascal, né le à Montpellier (Hérault), est un auteur, historien et une personnalité de l'audiovisuel français[1]. Après avoir été secrétaire général du groupe France Télévisions et, parallèlement à ces fonctions, directeur de la communication[2], il fut conseiller à la présidence de la République française entre le 6 janvier 2011 et mai 2012 (fin du mandat de Nicolas Sarkozy). Il collabore à l'hebdomadaire Valeurs actuelles[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et études[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille des Cévennes (de Montpellier[4]), il est le petit-fils de Georges et Lucie Pascal qui furent décorés de la médaille de Juste parmi les nations à titre posthume, en 1994[5],[6]. Après une khâgne au lycée La Bruyère de Versailles, Camille Pascal obtient une licence d'histoire à l'université de Nanterre La Défense et poursuit avec une maîtrise et un DEA d'histoire moderne à l'université de Paris I Panthéon Sorbonne. Il est agrégé d'histoire, mais n'achève jamais sa thèse sur la bourgeoisie parisienne aux XVIIe et XVIIIe siècles[5],[7].

Carrière d'historien et dans l'audiovisuel[modifier | modifier le code]

Parallèlement à sa carrière dans l'enseignement, il prend part à la vie politique en assurant en 1995 le secrétariat général des États généraux de l'université au sein du cabinet de François Bayrou, alors ministre de l'Éducation nationale[8].

En 1997, il est nommé professeur agrégé (PRAG) à l'EHESS et rejoint le centre de recherche historique[5]. Il est également un proche de Philippe Douste-Blazy qu'il accompagne dans son parcours politique[8].

En 2001, Dominique Baudis, alors président du Conseil supérieur de l'audiovisuel, le nomme directeur de cabinet[1].

À la demande de Roch-Olivier Maistre, conseiller du président de la République Jacques Chirac, il écrit le discours prononcé par ce dernier le 30 novembre 2002 pour le transfer des cendres d'Alexandre Dumas au Panthéon[9].

En , en dépit d'un avis défavorable (initialement favorable) de la Commission de déontologie, Camille Pascal est nommé directeur général adjoint chargé du développement et de la diversification à France Télévisions[10]. Il est à l'origine d'un partenariat entre France 2 et Google[réf. nécessaire] pendant l'élection présidentielle de 2007, ainsi que du premier service de télévision de rattrapage accessible depuis n'importe quel terminal[11].

En , Camille Pascal devient secrétaire général du groupe audiovisuel public[12], ce qui lui vaudra de collaborer à la réforme de l'audiovisuel public[13]. À compter de , il prend également en charge la direction de la communication du groupe[2]. À l'automne 2008, il est chargé de l'organisation de la couverture du voyage pontifical français de Benoît XVI pour France Télévisions[14].

Conseiller auprès du président de la République[modifier | modifier le code]

Le 6 janvier 2011, il est nommé conseiller à la présidence de la République française plus particulièrement chargé des médias[15] ; il est également l'une des plumes du président, avec Henri Guaino[16]. Il raconte cette expérience dans le livre Scènes de la vie quotidienne a l'Élysée, sorti en 2012.

Le 3 mai 2012, il est nommé conseiller d'État[17].

En avril 2014, il est mis en examen par le juge Van Ruymbeke pour favoritisme dans le cadre de l'affaire Bygmalion[18].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le mari de la romancière Caroline Pascal.

Il est père de deux filles et d'un fils qu'il mentionne dans ses essais, ce dernier l'ayant accompagné une journée à l'Élysée[19].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Participations à des ouvrages collectifs
Pour Foreseen, Observatoire International des Tendances Sociologiques :
Monographie
Essai

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Camille Pascal », Who's Who in France, édition 2008.
  2. a et b « Camille Pascal, responsable de la communication de France Télévisions », dans la lettre d'information du magazine Stratégies, 5 novembre 2008.
  3. ww.valeursactuelles.com/historique/camille-pascal
  4. Camille Pascal, Scènes de vie quotidienne à l'Élysée, Plon, 2012, page 134.
  5. a, b et c « Biographie », sur le site personnel de Camille Pascal.
  6. Camille Pascal, Scènes de vie quotidienne à l'Élysée, Plon, 2012, page 57.
  7. Aucune référence dans le Sudoc ni dans le fichier des thèses
  8. a et b « Camille Pascal - Louis XV et Marie-Louise O’Murphy », sur Sauramps.com.
  9. Camille Pascal, Scènes de vie quotidienne à l'Élysée, Plon, 2012, page 31.
  10. « Camille Pascal arrive à France Télévisions », dans la lettre d'information du magazine Stratégies, 21 février 2006.
  11. « France Télévisions à la carte grâce à Orange », Le Figaro, 3 juillet 2007.
  12. « Les dirigeants du groupe », France Télévisions, 2008.
  13. [PDF] « Commission pour la nouvelle télévision publique », rapport de méthode, SCAM, 16 avril 2008.
  14. Camille Pascal, Scènes de vie quotidienne à l'Élysée, Plon, 2012, page 104.
  15. Arrêté du 4 juin 2011
  16. Raphaël Stainville, « Camille Pascal - La révélation », Le Figaro Magazine, semaine du 19 novembre 2011, page 46.
  17. « Nicolas Sarkozy nomme Camille Pascal au Conseil d'État » sur www.acteurspublics.com
  18. http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/medias/actu/0203458730244-patrick-de-carolis-mis-en-examen-pour-recel-de-favoritisme-aupres-de-france-televisions-666461.php
  19. Camille Pascal, Scènes de vie quotidienne à l'Élysée, Plon, 2012, page 244.
  20. Camille Pascal, Les derniers mondains, Plon, (ISBN 978-2-259-22780-3)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]