Louis III d'Anjou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louis III d'Anjou
Illustration.
Louis III, duc d'Anjou.
Enluminure sur parchemin, Armorial de Gilles Le Bouvier, dit Berry, héraut d'armes du roi Charles VII, ms. 4985, fo 19 vo, XVe siècle, BnF[1],[2].
Titre
Duc d'Anjou
Comte de Provence et de Forcalquier
Roi titulaire de Naples

(17 ans, 6 mois et 14 jours)
Prédécesseur Louis II
Successeur René Ier
Duc de Calabre
Prédécesseur Louis II d'Anjou
Successeur René d'Anjou
Biographie
Dynastie Valois-Anjou
Date de naissance
Lieu de naissance Angers
Date de décès (à 31 ans)
Lieu de décès Cosenza
Père Louis II d'Anjou
Mère Yolande d'Aragon
Conjoint Marguerite de Savoie

Louis III d'Anjou

Louis III (1403-1434) est un roi titulaire de Naples, d'Aragon, de Sicile et de Jérusalem, duc d'Anjou, de Touraine et de Calabre, comte de Provence et du Maine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du duc Louis II d'Anjou et de Yolande d'Aragon, il est investi roi de Naples par le pape Martin V le .

Malgré une alliance avec Milan et Venise, ainsi qu'un rapprochement tardif avec la reine Jeanne II de Naples (qui l'adopte en 1423), il ne peut assurer son pouvoir au royaume de Naples où intervient maintenant le roi d'Aragon Alphonse le Magnanime qui porte la guerre jusqu'en Provence.

En 1424, il épouse Isabelle de Bretagne en application d'un traité passé à Angers le , rompu ensuite par le père d'Isabelle Jean V de Bretagne, duc de Bretagne.

Il épouse ensuite, en 1432, Marguerite, fille du duc Amédée VIII de Savoie et de Marie de Bourgogne, mais n'a pas d'enfants.

La deuxième maison d'Anjou à régner sur la Provence est très profondément tournée vers la France : Louis III d'Anjou abandonne les projets de conquête en Italie, et part combattre les Anglais aux côtés du roi de France en 1426. Il figure parmi les compagnons de Jeanne d'Arc et assiste au sacre de Reims en 1429[3].

Il meurt de la malaria le en Calabre, à Cosenza.

Son frère René d'Anjou succède dans ses titres et droits de roi titulaire de Sicile et de Jérusalem, comte de Provence.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Le Bouvier (dit le héraut Berry), Armorial de France, Angleterre, Écosse, Allemagne, Italie et autres puissances, composé vers 1450 par Gilles Le Bouvier dit Berry, premier roi d'armes de Charles VII, roi de France : texte complet, publié pour la première fois d'après le manuscrit original / précédé d'une notice sur la vie et les ouvrages de l'auteur… par M. Vallet de Viriville, Paris, Bachelin-Deflorenne, , XII-232 p. (présentation en ligne, lire en ligne), p. 44.
  2. Gilles Le Bouvier (dit le héraut Berry), Armorial de Gilles Le Bouvier : Héraut Berry : publié par Emmanuel de Boos, d'après le manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale de France (ms fr 4985), Paris, Éditions du Léopard d'or, coll. « Documents d'héraldique médiévale » (no 7), , 277 p. (ISBN 2-86377-120-5), p. 81.
  3. Roger Duchêne, Et la Provence devint française, Paris : Mazarine, 1982. (ISBN 2-86374-088-1), p. 70.

Articles connexes[modifier | modifier le code]