Pélissanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pélissanne
Pélissanne
Le parc Maureau.
Blason de Pélissanne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Intercommunalité Métropole d'Aix-Marseille-Provence
Maire
Mandat
Pascal Montécot
2020-2026
Code postal 13330
Code commune 13069
Démographie
Gentilé Pélissannaise, Pélissannais
Population
municipale
10 404 hab. (2018 en augmentation de 6,57 % par rapport à 2013)
Densité 544 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 37′ 56″ nord, 5° 09′ 04″ est
Altitude 84 m
Min. 70 m
Max. 295 m
Superficie 19,11 km2
Unité urbaine Salon-de-Provence
(banlieue)
Aire d'attraction Marseille - Aix-en-Provence
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pélissanne
(bureau centralisateur)
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Pélissanne
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Pélissanne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pélissanne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pélissanne
Liens
Site web http://www.ville-pelissanne.fr

Pélissanne (Pelissano en provencal) est une commune française située dans le département des Bouches-du-Rhône, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle fait partie de la Métropole d'Aix-Marseille-Provence.

Ses habitants sont appelés les Pélissannais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Ce village est situé à 6 km de Salon-de-Provence, 26 km d'Aix-en-Provence et 55 km du centre-ville de Marseille.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

En voiture
En bus

La ligne no 8 du réseau Libébus, le réseau de transports urbains de l'Agglopole Provence[1]. La ligne no 14 du réseau Libébus faisant la liaison entre Salon-de-Provence et Lançon.

En train
En avion

Sismicité[modifier | modifier le code]

À la suite du décret du définissant le zonage sismique de la France, les Bouches-du-Rhône ont été découpés de la manière suivante[2] :

Faune et flore[modifier | modifier le code]

C'est dans le massif des Costes que l'on peut rencontrer la faune et la flore méditerranéenne. On y rencontre lapins, perdrix, passereaux, busards et même des aigles de Bonelli (espèce protégée). Le massif est parsemé de thym, romarin, orchidées (protégées sur la zone), chênes verts, pins d’Alep, genévriers et oliviers que l’on cultive pour produire une huile d’olive de qualité.

Climat[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la période 1981-2010 :

Relevé météorologique de Salon de Provence
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,1 1,6 4,1 6,8 10,6 14,3 16,4 16,8 13,5 10,2 5,3 2,2 8,7
Température maximale moyenne (°C) 11 12,4 15,7 18,4 22,8 26,9 30,2 29,7 25,3 20,6 14,6 11,4 20
Précipitations (mm) 51 35 36 57 49 26 11 33 78 85 66 51 580
Source : Météo France / Station de Salon de Provence (avril 2014)
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
11
1,1
51
 
 
 
12,4
1,6
35
 
 
 
15,7
4,1
36
 
 
 
18,4
6,8
57
 
 
 
22,8
10,6
49
 
 
 
26,9
14,3
26
 
 
 
30,2
16,4
11
 
 
 
29,7
16,8
33
 
 
 
25,3
13,5
78
 
 
 
20,6
10,2
85
 
 
 
14,6
5,3
66
 
 
 
11,4
2,2
51
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Pélissanne est traversée par la Touloubre d'est en ouest et le canal de Matheron, dérivation locale du canal de Craponne, du nord au sud. Le canal EDF longe la commune à l'ouest ; toutefois il ne fait partie de la commune que pour quelques mètres seulement.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pélissanne est une commune urbaine[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Salon-de-Provence, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[6] et 61 835 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Marseille - Aix-en-Provence, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (45,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (50,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (26 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (25,6 %), zones agricoles hétérogènes (22,9 %), cultures permanentes (16,4 %), terres arables (4,2 %), forêts (2,8 %), prairies (2,1 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Présentation du blason
Armes de Pélissanne

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur à un pélican d'or, au chef d'argent, chargé de trois flammes de gueules.

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Laurent.
Pélissanne.

Dès l’Antiquité, Pélissanne est une ville carrefour. Les fouilles archéologiques, autour de la chapelle Saint-Laurent, commencées dans les années soixante-dix ont permis la découverte de nombreux vestiges de la période néolithique. Des vestiges importants ont ainsi été mis au jour : une villa gallo-romaine datant du Ier siècle av. J.-C. ainsi que des fondations d'une église du Ve siècle et de sa nécropole. Les voies auréliennes des Côtes et de Redourtière relient alors Pélissanne aux grandes villes romaines.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Raymond Martini (?-av.1358) fut un notaire originaire d'Aix et de nombreuses fois clavaires. Lorsqu'il fut baile de Pélissanne ; il acheta le , les droits comtaux de cette localité avec Guillaume Maximi, de Barcelonnette[13].

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Le roi de France, Charles VI, intervient et envoie le sénéchal de Beaucaire, Enguerrand d’Eudin, auquel se rallie Guillaume-Roger de Turenne. Pélissanne, possession de ce dernier, se trouve donc neutre en début de guerre, et du côté angevin à la fin de la décennie[14].

La ville signe son rattachement au territoire français en 1483 lors de l'annexion par Louis XI de la Provence. Au XVIe siècle, l’agriculture connaît un nouvel essor grâce à la construction du canal de Craponne. De nouveaux moulins sont installés sur son cours et s’ajoutent aux moulins situés sur la Touloubre. Peu à peu, la vieille ville devient un quartier résidentiel avec de nombreux hôtels particuliers encore visibles aujourd’hui. Après la Révolution, l’artisanat se développe.

Le village est touché par le séisme de 1909 en Provence. Il fait référence à un séisme de magnitude 6,2 sur l'échelle de Richter qui s'est produit dans le Sud-Est de la France et qui toucha les villes de Salon-de-Provence, Vernègues, Lambesc, Saint-Cannat et Rognes dans le massif de la Trévaresse en Provence. C'est le tremblement de terre de magnitude la plus élevée enregistré à ce jour en France métropolitaine.

La commune de Pélissanne était défenderesse dans la célèbre affaire du canal de Craponne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires qui se sont succédé à la mairie de Pélissanne :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1973 Paul Cler    
1973 Jean-Marie Magnan PRG  
En cours Pascal Montécot LR Chef d'entreprise
Vice-président de la Métropole Aix-Marseille Provence, chargé du patrimoine, de la logistique et des moyens généraux
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Pélissanne est jumelée avec Drapeau de la Grèce Miliès (Grèce) depuis 2007.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

École chrétienne.
  • Maternelle : Roux-de-Brignoles, Enjouvènes, Jeanne-d'Arc et Plan-de-Clavel.
  • Élémentaire : Enjouvènes, Plan-de-Clavel, Jeanne-d'Arc, Yvette-Besson et Vincent-Garcin
  • Collège Roger-Carcassonne.

Sport et activités[modifier | modifier le code]

  • Football : un terrain en synthétique, une plaine sportive et un terrain stabilisé. Le club de la ville, l'US Pélican, joue en rouge et noir.
  • Tennis : 4 courts au tennis club pélissannais + 2 nouveaux réalisés en 2010
  • Activité plein-air de la Prouvenque : Skate-park, boulodrome, terrain de basket
  • Stade d'athlétisme
  • Salle Paul-Tacher : lieu de rencontres sportive de baske-tball, volley-ball, handball, danse
  • Salle Malacrida : salle des fêtes de Pélissanne reconvertie à maintes reprises en terrains de badminton, salle de danse
  • Salle des Sports : un dojo, une salle de boxe, une salle de fitness et un studio de danse
  • Espace jeunes : terrain de basket en plein-air

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Le Grand Marché se tient tous les dimanches avenue du Général-de-Gaulle, rue où est située "La Poste", et connait une très grande affluence.
  • Le Corso Fleuri a lieu chaque année depuis 1950 le dimanche des Rameaux et en nocturne le pour les fêtes populaires.
  • Le Raid Aventure Pélissanne ayant lieu chaque année au mois de mai depuis 2013 est une course d'obstacles organisée par l’association sportive le X-terra Aventure Pélissanne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Monuments laïques[modifier | modifier le code]

Parc Maureau.
Parc Maureau.
  • Le centre-ville historique : ancienne cité fortifiée.
  • Le beffroi est édifié en 1556 à l’emplacement du pont-levis qui commandait l'entrée du castrum. Lors de sa reconstruction en 1702, on le pare d’un magnifique dôme en fer forgé, œuvre du maître horloger Quintrand de Lambesc et quelques années plus tard d’un cadran solaire sur la façade sud.
  • La fontaine du Pélican a été inaugurée en 1770. Construit en pierre de Calissanne, son bassin en forme de trèfle entoure une colonne surmontée d'une sculpture représentant les armes de la ville. Elle est classée monument historique depuis 1942.
  • Le lavoir des Passadouïres XIXe siècle, construit en 1863 afin de dégager l'ancien lavoir de la place Cabardel devenu trop encombré. Le lavoir est remarquable par ses cinq bassins rectangulaires et son séchoir encore utilisé aujourd'hui.
  • Le moulin à huile des Costes.
  • Le canal de Craponne XVIe siècle.
  • Les ruines du château de la Penne.
  • Les voies romaines et pré-romaines.
  • La borne milliaire de Bidoussanne, Logo monument historique Inscrit MH (1941)[15].

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église de style dorique italien date de 1824. Elle est consacrée à saint Maurice et saint Jean Chrysostome.
    Le clocher quant à lui, date de 1625. Détruit lors du séisme de 1909 en Provence, sa reconstruction s'est achevée en 1913.
  • La chapelle des Pénitents gris.
  • La chapelle Saint-Laurent.

Espaces verts[modifier | modifier le code]

  • Le parc Maureau.
  • Le parc Saint-Martin.
  • Les bords de la Touloubre.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Le Musée archéologique municipal, est fermé depuis 2006 . Il situé dans l'ancien hôtel de ville, édifice inscrit en 1976 au titre de monument historique[16].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le massif des Costes est l'étendue de collines se situant sur les communes d'Alleins, Aurons, Lambesc, Pélissanne et Salon-de-Provence. Ses collines sont plus ou moins boisées, en fonction des nombreux incendies, laissant place à la garrigue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site Internet de Libébus.
  2. La sismicité des Bouches-du-Rhône
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de Salon-de-Provence », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 24 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. AD du 13, série B1593f.36v.
  14. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 407 et 413 (note 61).
  15. « Borne milliaire », notice no PA00081399, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Hôtel de ville (ancien) », notice no PA00081402, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Barrielle, Histoire de Pélissanne & sa région, chez l'auteur, Pélissanne, 1999 (ISBN 2-9514730-0-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :