Le Rendez-vous des quais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Rendez-vous des quais
Réalisation Paul Carpita
Acteurs principaux

André Abrias
Jeanine Moretti / Roger Manunta

Sociétés de production Réalisations Cinématographiques de Marseille
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 75 minutes
Sortie 1955

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Rendez-vous des quais est un film français réalisé par Paul Carpita entre 1950-1953. Après une première présentation en 1955 frappée d’interdiction, le film fera une sortie apaisée en 1990.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au début des années 1950, à Marseille, deux jeunes amoureux, Robert et Marcelle, désireux de se marier, cherchent vainement un logement car ils sont encore hébergés par leurs parents respectifs. Robert est docker tandis que Marcelle est ouvrière en biscuiterie. Robert, en refusant de se rallier au groupement syndicaliste de son frère, va devenir la proie d’un manipulateur. Ce dernier, en lui promettant un logement, va l’entraîner aux limites de la compromission lorsque dockers et ouvriers se mettent en grève pour manifester contre la guerre en Indochine.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • « André Maufray » était un pseudonyme pris par André Abrias lors du tournage du film entre 1950 et 1953. Ce film étant interdit dans le contexte de la guerre d'Indochine, il avait préféré prendre ce pseudonyme par crainte de problèmes ultérieurs qu'il aurait pu rencontrer dans sa carrière d'instituteur.
  • Après son interdiction en 1955, ce film, que l’on avait cru perdu[1], fera une nouvelle sortie en 1990.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Martino - Le Rendez-vous des quais : Un film de Paul Carpita et ses histoires, Éditions de Haute-Provence, Collection Le Cinéma D'ici, 1996, (ISBN 2-84326-000-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « dans les caves du ministère de l'intérieur ou d'une compagnie républicaine de sécurité » (Daniel Sauvaget, Un film mort-né et ressuscité, La Revue du cinéma, n° 455, décembre 1989, p. 67)

Liens externes[modifier | modifier le code]