Tarn (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tarn.
Tarn
Image illustrative de l'article Tarn (département)
Tarn (département)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Création du département
Chef-lieu
(Préfecture)
Albi
Sous-préfectures Castres
Président du
conseil départemental
Thierry Carcenac (PS)
Code Insee 81
Code ISO 3166-2 FR-81
Démographie
Gentilé Tarnais
Population 381 872 hab. (2014[1])
Densité 66 hab./km2
Géographie
Superficie 5 758 km2
Subdivisions
Arrondissements 2
Circonscriptions législatives 3
Cantons 23
Intercommunalités 19[note 1].
Communes 323

Le Tarn (prononcé [taːʁ ] ou [taʁn ]) est un département français de la région Midi-Pyrénées, traversé par la rivière Tarn qui lui a donné son nom. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 81. Le département fait partie de l'Académie de Toulouse sur le plan scolaire et dépend de la Cour d'appel de Toulouse sur le plan judiciaire.

Les habitants sont nommés les Tarnais et Tarnaises. La préfecture est Albi, et l'unique sous-préfecture est Castres.

Le département actuel résulte d'une longue histoire qui a précédé sa création en 1790. Sa géographie repose sur une forte opposition est-ouest. Une dualité se retrouve dans la démographie et l'économie, mais dans le sens nord-sud. Département le plus industriel de Midi-Pyrénées après la Haute-Garonne, il conserve une part agricole riche qui participe à la renommée de la cuisine tarnaise. Le tourisme contribue pour une part importante au développement économique du département.

Parmi les nombreux Tarnais qui ont laissé une marque dans l'histoire, on trouve les explorateurs Lapérouse et Jean-Louis Étienne, les sportifs Yannick Jauzion et Laurent Jalabert, les politiques Jean Jaurès et Émile Combes ou les militaires maréchal Soult et Séré de Rivières.

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du Tarn.

Le département a été créé à la Révolution française, le en application de la loi du , à partir d'une partie de la province du Languedoc. Ses limites reposent sur celles des anciens diocèses d'Albi, Castres et Lavaur. Il reprend une partie de l'ancienne vicomté d'Albigeois mais aussi des portions orientales du comté de Toulouse.

Toutefois, l'histoire du territoire circonscrit aux limites du Tarn est beaucoup plus ancienne.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

photo d'une grosse pierre plantée dans le sol. Sa surface gravée révèle une silhouette humaine stylisée : la tête réduite au contour du menton, les bras sont terminés de mains allongées et une ceinture à mi-hauteur entoure la pierre.
Statue-menhir à Murat-sur-Vèbre.

Les vestiges humains les plus anciens datent de 500 000 ans près du confluent entre Tarn et Agout[2]. Bien des siècles plus tard, des vestiges des néandertaliens montrent leur intérêt pour le silex de la vallée de la Vère[2]. L'arrivée d'Homo sapiens sapiens se produit il y a environ 35 000 ans[3].

Au paléolithique apparaissent les premières traces d'art rupestre à Penne et au néolithique, de nombreux menhirs sont érigés autour de Lacaune en continuité avec ceux élevés dans le Rouergue. Le défrichage et l'établissement de premiers villages permanents leur sont contemporains[2].

Des fouilles archéologiques dans le quartier du Castelviel à Albi, ont mis au jour un ancien oppidum[4]. D'autre ont été repérés à Montans, Berniquaut[5] ou dans la forêt de Grésigne.

Au IVe siècle av. J.-C., l'arrivée des Rutènes, peuple celte, sur une aire qui représente approximativement les actuels départements de l'Aveyron et du Tarn, s'accompagne d'un développement de l'agriculture, et de l'exploitation de mines de fer et cuivre. Leur capitale, Segodunum est l'actuelle Rodez, dans l'Aveyron. L'artisanat est aussi mis en place, la métallurgie : outillage en fer, bijoux en or et bronze et la poterie notamment à Montans. Les Volques Tectosages occupent aussi une partie du Tarn actuel, la frontière avec les Rutènes restant mal connue et peut être un peu fluctuante au fil des siècles[e 1].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Au moment de la guerre des Gaules, les Rutènes s'allient aux Arvernes pour combattre Jules César. Après Alésia, le territoire est annexé à la Gaule aquitaine et ses occupants n'interviennent pas dans les derniers soubresauts qui conduisent au siège d'Uxellodunum.

Durant cette période, la région reste essentiellement rurale avec le développement de villas, majoritairement situées dans la plaine des rivières Tarn et Agout. Albi est une petite bourgade sortie des limites de l'oppidum celte et Castres un village d'artisans. Seul Montans offre une densité digne d'être considérée comme une ville mais aucune agglomération tarnaise ne comporte les éléments habituels d'une ville romaine : thermes et amphithéâtre[e 2]. Le développement de la poterie sigillée date du premier siècle de notre ère. Le travail des métaux s'intensifie sur les sites déjà connus des Celtes. Les échanges se développent, sur la rivière Tarn entre Montans et Tolosa ou Burdigala, sur les voies romaines vers Tolosa, Divona Cadurcorum, (Cahors) Segodunum ou Baeterrae. (Béziers) Le vignoble de Gaillac prend son essor à cette époque[e 3].

La toponymie en « ac » est un suffixe celte qui signifie la propriété. Ainsi, Marssac est la propriété d'un Martius ou Cahuzac celle d'un Caïus[e 4].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Croisade des Albigeois.
photo couleur d'arcs romans portés par des colonnettes jumelées. À travers les ouvertures, on distingue le jardin du cloître de type médiéval et d'autres arcades.
Cloitre saint-Salvy à Albi.

Le Tarn est inclus dans le royaume Wisigoth de Toulouse. Des traces de leur mode de vie ont été retrouvées : sépultures ou bijoux [e 5]. Leur présence est attestée par la toponymie à finale en « ens » : Rabastens, Brens, Giroussens[e 6]... La région est annexée par les Francs après la bataille de Vouillé ; la christianisation les accompagne. Des incursions viking et sarrazines sèment la terreur. À la relative stabilité à l'époque de Charlemagne succède le début de la féodalité. Seuls les monastères sont des havres de paix et leur rôle dans la renaissance de villes est capital : Castres, Sorèze, Gaillac[e 7]... L'art roman vient mettre en valeur les édifices religieux : Église Notre-Dame-de-l'Annonciation de Roumanou, Église Saint-Michel de Lescure-d'Albigeois, Prieuré de Burlats[e 8]...

Une civilisation occitane s'établit sous la coupe des Comtes de Toulouse. L'aristocratie se fait mécène des troubadours, promeut l'amour courtois et adhère progressivement au catharisme, suivie par une partie du peuple. Cet engouement pour la nouvelle croyance provient, d'une part de l'incompétence et du faste du haut-clergé languedocien et d'autre part, de l'opposition entre la noblesse locale et le pouvoir considérable des prélats. Le terme d'« albigeois », donné aux hérétiques par la papauté pourrait provenir du concile de Lombers, un débat théologique tenu en 1165 ; ayant eu lieu en Albigeois, le nom serait resté»[note 2].

La croisade des Albigeois initiée par le pape Innocent III oppose des armées du nord de la France aidées de contingents étrangers, aux seigneurs occitans. Le comte de Toulouse Raymond VI (VIII[note 3]) possède l'Albigeois dans son comté, mais son vassal, le Vicomte Raymond-Roger Trencavel en est le seigneur. Rapidement emprisonné à Carcassonne, Trencavel meurt, laissant ses terres à Simon IV de Montfort nommé chef de la croisade. Le siège de Lavaur et la bataille de Montgey sont les principaux combats menés dans le Tarn. La mise au bûcher de 2 hérétiques à Castres en 1209 marque le début des exécutions et la prise de Lavaur entraine la mort de 400 cathares, le plus grand bûcher de la croisade. Plusieurs villages entre les rivières Tarn et Aveyron sont rasés par les croisés lors de leurs raids : Saint-Marcel, le Carla dans l'actuelle commune de Castelnau-de-Lévis[6], La Gardelle sur la commune de Villeneuve-sur-Vère[7]...

photo couleur de maisons à colombage avec avancée sur couvert au rez-de-chaussée. La place est ombragée par des platanes.
Arcades de la bastide de Briatexte.

Après 10 ans de lutte, les languedociens semblent avoir gagné la guerre, mais le pays est exsangue et le roi de France succède à Amaury VI de Montfort, fils de Simon IV. La guerre reprend et Raymond VII (IX[note 4]) ne peut lutter. Il se soumet au roi Louis IX et signe le traité de Meaux-Paris. L'Albigeois dépend alors directement du domaine royal, administré par des familles de croisés comme celle de la maison de Lévis. Ils donneront leur nom à Castelnau-de-Lévis et Labastide-de-Lévis. La lutte contre le catharisme est confiée à l'inquisition. Le pays se relève lentement de ses ruines et la construction de bastides permet de loger des personnes chassées de villages rasés, puis d'absorber la hausse de la démographie. Cordes-sur-Ciel, Castelnau-de-Montmiral, Lisle-sur-Tarn, Pampelonne, Réalmont, Briatexte, Valence-d'Albigeois... datent du XIIIe siècle. Cet urbanisme rationnel fondé sur des impôts allégés, permet un essor de l'artisanat et du commerce. À Albi, les évêques entament la construction de la formidable cathédrale Sainte-Cécile et d'un imposant palais épiscopal, le palais de la Berbie, symboles de la puissance retrouvée de l'Église catholique romaine. C'est de cette époque que date le début de l'usage de la brique foraine[8].

A partir du XVe siècle, la culture du pastel enrichit le pays de Cocagne dans le triangle Albi-Toulouse-Carcassonne. Une bourgeoisie du pastel fait construire de somptueux hôtels et tout le pays profite de cette manne financière. Son déclin est dû à la culture de l'indigo moins cher en région tropicale. Le château de Magrin conserve un séchoir à pastel et un musée dédié à la plante tinctoriale bleue y est implanté[9].

Période moderne[modifier | modifier le code]

photo couleur d'un intérieur de cathédrale. Les murs peints de couleurs vives tranchent avec la blancheur et les dentelles de pierre du jubé qui coupe le volume transversalement.
Cathédrale d'Albi : peintures et jubé, des ajouts de la Renaissance.

À partir de la Renaissance, on peut réellement parler de renaissance albigeoise, tant l'urbanisme de la ville a été profondément marqué. Les évêques d'Albi Louis Ier et Louis II d'Amboise, riches et familiers de la cour du roi, ont transformé la cathédrale d'Albi : un baldaquin en pierre a été ajouté sur l'entrée et un jubé a permis de séparer les croyants du chapitre de chanoines. Le palais de la Berbie a perdu une partie de ses défenses au profit du confort : la place d'arme est devenue jardin et le donjon a été amputé d'une tour. L'aile orientale voit s'ouvrir des fenêtres sur la ville. À cette époque, la bourgeoisie du pastel se fait construire de beaux hôtels particuliers à Albi, Gaillac.

Peu après, la Réforme protestante marque profondément le département. Albi reste ancrée au catholicisme alors que Castres est sensible au protestantisme. Des combats et massacres ont lieu avant que la paix ne revienne avec la signature de l'Édit de Nantes. Le sud du Tarn en sort transformé, les protestants ayant systématiquement détruit les édifices religieux antérieurs : églises, cloîtres, monastères, crucifix...

Des épidémies de peste et de famines ponctuent les époques jusqu'au règne de Louis XV : Jean-Louis Biget a comptabilisé près de 50 épisodes tragiques en 300 ans, une moyenne d'une calamité tous les sept ans. Il faudra attendre le XVIIIe siècle pour retrouver une population équivalente à celle du XIVe siècle[10].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Pendant la révolution française, le département d'Albigeois créé en 1790 est rapidement renommé Tarn en référence à la rivière principale qui le traverse. En vertu de la loi du 28 pluviôse an V, les départements de l'Hérault et du Tarn ont échangé le canton d'Anglès qui faisait partie du diocèse de Saint-Pons, et le canton de Saint-Gervais-sur-Mare qui faisait partie du diocèse de Castres. Castres en est la préfecture jusqu'en 1795. À cette date, la tiédeur révolutionnaire convainc les décideurs de confier la préfecture à Albi. En dépit de plusieurs demandes de Castres pour récupérer la prééminence administrative, la décision restera.

photo noir et blanc d'ouvriers penchés sur des escabeaux sur lesquels sont étendues des peaux de mouton. Ils raclent la laine pour rendre le cuir glabre.
Délainage à Mazamet.

Le département fournit quatre bataillons de volontaires nationaux pour défendre les frontières. Les guerres révolutionnaires et napoléoniennes permettent de rapides montées en grade. Quelques tarnais se distinguent : Jean-de-Dieu Soult devient maréchal d'Empire. Jean Joseph Ange d'Hautpoul, militaire royal, épouse la révolution et meurt à la bataille d'Eylau avec le grade de général. Les trois frères Delga de Gaillac, soldats de la révolution devenus officiers meurent, deux à la bataille de Wagram, le troisième durant la retraite de Russie.

Sur le plan économique, l'exploitation du charbon de Carmaux, d'abord artisanale, s'intensifie à partir de la concession accordée par Louis XV à Gabriel de Solages. Il crée la compagnie minière de Carmaux et une verrerie ; il alimente en charbon la Société des Hauts-Fourneaux, forges et aciéries du Saut-du-Tarn à Saint-Juéry. Face au coût du transport vers Bordeaux, il privilégie un usage local et l'exportation de produits manufacturés plus rémunérateurs. L'arrivée du chemin de fer fera décoller l'exploitation minière. Dans le sud du département, les protestants plus instruits créent une bourgeoisie industrieuse qui met en valeur les atouts locaux. La laine de l'élevage local montagnard devient une matière première textile importante. Le travail des peaux et du cuir se développe grâce à l'énergie des moulins installés le long des rivières. Mazamet se spécialise dans le délainage des peaux, Castres dans le textile et Graulhet dans le travail du cuir.

Photo noir et blanc du buste d'un homme barbu portant manteau, veston et cravate.
Jean Jaurès.

Sur le plan politique, l'opposition classique entre la classe ouvrière et la bourgeoisie est représentée par la carrière politique de Jean Jaurès, né à Castres et député socialiste des mineurs Carmaux. Dans le sud, cette opposition prend un caractère plus original : la bourgeoisie protestante est acquise aux idées de la Révolution qui lui a donné la liberté de culte et les ouvriers catholiques sont fortement influencés par le clergé dont une partie fut réfractaire. À la fin du XIXe siècle les patrons votent majoritairement républicain à gauche et les ouvriers conservateurs à droite.

La Première Guerre mondiale est un événement tragique. Le nombre de soldats morts au front marque l'époque. Castres subit une explosion dans la manufacture d'explosifs de Mélou en 1917. Elle fera 4 morts et 21 blessés, et le quartier est sinistré[11].

photo couleur d'une pierre de granite brute dressée. Un plaque de granite polie porte un texte.
Mémorial de la Résistance à Lacaune.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le Tarn est soumis au régime de Vichy. En 1942, la zone sud est envahie par les occupants allemands. Cet événement et la réquisition des jeunes pour le service du travail obligatoire alimente la résistance tarnaise en recrues. Les maquis de Vabre, de la montagne Noire ou de la Grésigne ont fortement compliqué la tâche des occupants. En 1944, il fait partie des départements libérés par les forces françaises de l'intérieur : la libération de Carmaux, grâce à des maquis venus en renfort, est le siège de durs combats. Une fois la bataille gagnée, les opérations seront plus facile et la garnison de Castres se rend sans combattre. Après huit jours de batailles rangées et de d'actes de guerilla, 92 maquisards et 14 civils sont tués contre 165 dans les forces d'occupation[12].

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Blason[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« D’or au chef-pal de gueules chargé d'une croix clêchée, vidée et pommetée de douze pièces d’or »

Le blason du Tarn reprend les couleurs du Languedoc auquel il appartenait avant la Révolution, gueules à croix occitane d'or. La couleur rouge prend la forme d'un « T » majuscule.

Drapeau[modifier | modifier le code]

TarnFlag.gif Le drapeau du Tarn reprend les mêmes couleurs que celles du blason.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie du Tarn.
Carte du département du Tarn.

Le Tarn fait partie de la région Midi-Pyrénées. Il est limitrophe des départements de l'Aveyron, de l'Hérault, de l'Aude, de la Haute-Garonne et de Tarn-et-Garonne. La principale rivière est le Tarn.

Relief[modifier | modifier le code]

La partie sud-est du département est la plus élevée : le point culminant est le puech de Montgrand sur la commune de Lacaune avec 1 267 m. Au sud, la Montagne Noire présente une ligne continue qui sépare le Tarn de l'Aude dont le pic de Nore de 1 211 m. Le relief descend régulièrement vers Saint-Sulpice, point le plus bas à 95 m. Le relief prend la forme d'un amphithéâtre ouvert vers l'ouest.

Géologie[modifier | modifier le code]

photo couleur de cristaux à l'apparence ce parallélépipèdes à face carrés de teintes vert-jaune et violet.
Fluorine de la mine de Peyrebrune à Réalmont.
Article détaillé : Géologie du Tarn.

Le département est coupé en deux unités géologiques appartenant au Massif central et au bassin aquitain.

Le massif Central est représenté par les monts de Lacaune et la montagne Noire séparés par un fossé d'effondrement où coule le Thoré. Le ségala tarnais d'altitude plus faible a une histoire commune. Ces zones viennent de sédiments du paléozoïque plissés à la naissance du massif Central lors de l'orogénèse hercynienne. Après érosion lors du mésozoïque, l'orogénèse alpine rajeunit le vieux massif, lui restituant un relief plus élevé. Ces épisodes de plissements et cassures ont donné des schistes, grès et gneiss, parsemés de quelques plutons granitiques. Le plus grand a donné le massif du Sidobre entre Castres et Lacaune.

La partie ouest appartient au bassin aquitain. Ce sont des roches sédimentaires détritiques issues du démantèlement du relief de l'est par l'érosion : molasses et argiles à graviers.

Les vallées creusées par les rivières sont encaissées dans la partie est dure, et plus larges avec des terrasses dans les coteaux molassiques. Ces dernières sont constituées d'argiles, limons, sables et graviers.

Le sous-sol a été exploité durant de nombreux siècles, du minerai de fer d'Alban à la houille de Carmaux. L'exploitation réduite à la fluorine dont le Tarn représentait 90 % de la production française a cessé en 2005[13]. Des carrières ont longtemps été exploitées localement pour la construction : pierre de taille, ardoise et argile pour brique et tuiles. Les matériaux de construction récents utilisent le sable et le gravier extraits de carrières par concassage et de gisements dans les terrasses alluviales.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Photo couleur d'un pont à deux arches se reflétant dans une rivière. Il est situé dans un village verdoyant.
Pont vieux de Brassac sur l'Agout.

La quasi totalité du département fait partie du bassin de la Garonne, à l'exception de quelques ruisseaux descendant vers la Méditerranée[c 1]. La ligne de partage des eaux suit la crête de la montagne Noire et des monts de Lacaune. Le relief de l'ouest du département est un véritable château d'eau avec plus de 1 500 mm et ponctuellement jusqu'à 2 100 mm. La saison arrosée va de décembre à avril et le débit des rivières suit la même durée, la masse neigeuse stockée étant très faible et de courte durée. Les mois secs vont de juin à août et correspondent à une baisse du débit des rivières. L'étiage est sévère sur les petits cours d'eau mais plus lissé dans les rivières en aval[14].

La principale rivière est le Tarn. Il draine une grande partie du département avec son affluent majeur, l'Agout. Ce dernier, né dans les monts de Lacaune, reçoit les eaux du Thoré et du Sor rive gauche, et celles du Dadou, rive droite.

Ces cours d'eau ont vu les redoutables crues comme celle des inondations de mars 1930 dans le Tarn[15] écrêtées par des barrages. Outre leur rôle régulateur du débit, ils constituent des réserves d'eau pour l'adduction d'eau potable, d'eau pour l'irrigation, la production d'électricité et sont souvent aménagés pour l'accueil de bases nautiques : Barrage de la Raviège et sur l'Agout, barrage du Laouzas sur la Vèbre, barrage des Cammazes sur le Sor, Barrages de Rassisse (ou Razisse) et la Bancalié sur le Dadou, barrage des Saints-Payres sur l'Arn, barrage de la Roucarié et Lac de Fonbonne sur le Céret. Le plus ancien est le barrage de Saint-Ferréol qui partage ses rives avec la Haute-Garonne, construit par Pierre-Paul Riquet pour assurer l'approvisionnement en eau du canal du Midi. Depuis 1997, le barrage est inscrit au titre des monuments historiques[16] et fait partie des grands Sites de Midi-Pyrénées. Le projet du barrage de Sivens sur le Tescou a été très médiatisé par les affrontements juridiques et physiques entre partisans et adversaires.

Au nord du département deux rivières se jettent dans l'Aveyron, ce sont la Vère et le Cérou.

Climat[modifier | modifier le code]

Photo couleur de pâturages clos de barbelés et arbres sous la neige. Le ciel est gris uniforme.
Paysage enneigé à Montirat le 20 janvier 2013.
Article détaillé : Climat du Tarn.

Le Tarn possède 3 types de climats distincts dont la limite est floue et progressive.

Le climat océanique dégradé concerne le nord-ouest du département. Les hivers sont doux et pluvieux et les étés chauds avec une tendance orageuse. L'Autan amène une influence méditerranéenne par un effet de foehn. Il est violent dans la région de Castres, plus modéré au nord où ses effets sont favorables à la maturité du raisin du vignoble gaillacois. Il souffle en moyenne 60 jours par an.

Le climat continental dégradé (ou montagnard) affecte la partie sud-est du département. Il est influencé par la proximité du Massif Central. C'est là qu'il neige le plus sur le Tarn, et qu'il fait le plus froid l'hiver. Des épisodes méditerranéens peuvent affecter le sud-est entre Mazamet et Labastide-Rouairoux. Un gradient de température négatif continu va de Lavaur à Lacaune[c 2].

Le climat méditerranéen dégradé concerne le nord-est du département avec un important ensoleillement (Albi, 2 450 heures) et des températures relativement douces toute l'année.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie du Tarn.

En 2012, la population tarnaise était de 378 947 habitants[17], contre 377 700 habitants en 2011 et 365 000 en 2006. En 2011, la densité était de 66 habitants/km2 et 67 % des Tarnais vivaient en ville[18].

Entre 1990 et 1999, les communes de l'est du département se sont dépeuplées, comme les bassins de Carmaux et Castres-Mazamet, alors que l'ouest était en croissance, en particulier le croissant Lavaur-Gaillac-Albi[c 3]. Cette évolution se poursuit dans les mêmes tendances avec la dynamique des bassins d'emploi. La densité est très hétérogène, allant de 5 habitants par km2 dans des petites communes du sud-est, dans la montagne, à plus de 200 habitants/km2 dans 16 communes des aires urbaines d'Albi et Castres-Mazamet. Le solde migratoire compense le bilan négatif entre naissances et décès[e 9].

           Évolution de la population  [modifier]
1791 1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846
- 270 908 296 228 313 713 327 655 335 844 346 614 351 795 360 679
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
363 073 354 832 353 633 355 513 352 718 359 232 359 223 358 757 346 739
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
339 369 332 093 330 533 324 090 295 588 301 717 302 994 297 871 298 117
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
308 197 319 560 332 011 338 024 339 345 342 723 343 402 365 335 377 675
2012 - - - - - - - -
378 947 - - - - - - - -
Les données proposées pour les années antérieures à 2004 sont établies à périmètre géographique identique, dans la géographie communale en vigueur au 8 mars 1999.
(Sources : Insee, Population totale du département depuis sa création jusqu'en 1962[19] puis population sans doubles comptes à partir de 1962[20] puis population municipale à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les habitants du Tarn sont les Tarnais et les Tarnaises. Les deux principales agglomérations sont Albi et Castres.

Démographie des deux principaux centres urbains[18].
Communes Population 2011 Population 2006 Superficie Densité (km2) Aire urbaine 2011 Emplois sur le bassin
Albi 49 100 48 700 45 1 098 97 200 63 300
Castres 42 200 43 100 98 430 67 600 46 100

En 2007, les autres villes de plus de 10 000 habitants étaient Gaillac, 12 900, Graulhet, 12 000, Carmaux, 10 300, Mazamet, 10 100 et Lavaur, 10 000[22].

Environnement[modifier | modifier le code]

Sites natura 2000[modifier | modifier le code]

Le Tarn possède quatre sites classés natura 2000. Ces zones sont concernées par une gestion extensive de l'agriculture avec des pratiques préservant l'environnement, l'information des usagers des sites sur leur fragilité et la conciliation des activités économiques et l'accès aux promeneurs.

Causse de Caucalières-Labruguière[modifier | modifier le code]

Le site est établi sur 1 993 ha sur le causse de Labruguières. Il couvre un paysage de type méditerranéen installé sur un sous-sol calcaire à faible rétention en eau et falaises abruptes. La végétation naturelle comprend une alternance de pelouses sèches, de lande à buis et genévriers et de bois de chênes verts. Des zones agricoles extensives sont constituées de pâturages, prairies de fauche sèches et prairies humides[23].

Montagne noire occidentale[modifier | modifier le code]

photo couleur d'une plante à tige unique, petites feuilles longues lancéolées et fleur jaune tournée vers le bas, à pétales révolutés révélant des étamines longues et vertes à anthères rouges.
Lys des Pyrénées.

Le site comprend deux zones de 876 ha et 1 030 ha. Il comporte des falaises qui délimitent plusieurs biotopes très différents liés à des influences climatiques diverses : pelouse sèche, forêt de hêtres, cavités dans la roche...

Le site abrite plusieurs espèces de chiroptères et le lys des Pyrénées, un des rares sites où le trouver hors des Pyrénées[24].

Vallée du Gijou[modifier | modifier le code]

Le site s'étend sur 3 019 ha étalés sur 44 km de berges du Gijou entre Lacaune et Vabre. Il comporte une série de prairies humides, bois de rive, falaise, bocage. C'est la seule rivière des monts de Lacaune sur laquelle ne soit pas construit un barrage. La faune locale comporte la loutre, la lamproie de planer, l' écrevisse à pattes blanches et trois espèces de chiroptères. La rivière fait partie des sites pouvant accueillir un lâcher de saumons[25].

Forêt de Grésigne et environs[modifier | modifier le code]

Le site de 27 701 ha est à cheval sur les départements du Tarn et du Tarn-et-Garonne. Il est principalement occupé par la forêt domaniale de Grésigne composée majoritairement de chênes sessiles. Ce massif forestier abrite plusieurs espèces protégées d'oiseaux faucon pèlerin, hibou grand duc, circaète Jean-le-Blanc, aigle botté, bondrée apivore, milan noir, milan royal, busard Saint-Martin engoulevent d’Europe, alouette lulu, pie-grièche écorcheur et pic mar. Un inventaire réalisé en 1992 a recensé 2 375 espèces de coléoptères, classant la Grésigne au troisième rang européen après Fontainebleau et Białowieża.

Le maintien de ces espèces passe par la préservation de leur biotope, notamment la présence d'espaces ouverts au sein de la forêt. Ces espaces, autrefois liés au pastoralisme, doivent être maintenus en dépit de la baisse de l'élevage local[26][27].

Basse vallée du Lignon[modifier | modifier le code]

Le Lignon nait dans le Massif du Sidobre où il a creusé une vallée encaissée après une cassure dans le granite. Le site occupe 56 ha ; il se caractérise par sa forêt de forte pente d'arbres feuillus qui abrite une faune protégée et un milieu ouvert agricole bocager où se succèdent prairies, lande et pelouse pionnière[28].

Tourbières du Margnès[modifier | modifier le code]

Le site, situé en moyenne montagne dans les monts de Lacaune, occupe 1 787 ha et englobe 237 ha de tourbière et milieu humide entourée de la forêt naturelle de bois de hêtre. Une partie du site est exploitée extensivement par des éleveurs : prairies naturelles, pelouses, landes[29].

Gorges de l'Aveyron, causses proches et vallée de la Vère[modifier | modifier le code]

Ce site occupe 11 660 ha à cheval sur les départements du Tarn et du Tarn-et-Garonne. C'est une région de causses entre les vallées de l'Aveyron et de la Vère. Il est caractérisé par sa richesse en éléments patrimoniaux et habitat d'espèces rares, en particulier 19 espèces de chauve-souris qui utilisent les grottes et cavités[30].

Vallée de l'Arn[modifier | modifier le code]

Le site de  ha comprend les rives de la rivière Arn, de sa source au barrage des saints-Peyres sur 30 km, à cheval entre les départements du Tarn et de l'Hérault. Il abrite une population rare de moules perlières favorisée par la pureté et la propreté des eaux ; ce biotope en fait une des plus importantes population reproductrice française[31].

Faune[modifier | modifier le code]

La faune sauvage est variée en fonction des espaces naturels ou modifiés par l'homme. Les animaux les plus connus sont ceux qui servent de gibier : sangliers, cerfs, chevreuils, lièvres...

À Albi, des silures sont devenus célèbres depuis que des scientifiques sont venus étudier leur méthode de chasse au pigeon que les poissons gobent au bord de l'eau[32]. Dans la même ville, des faucons pèlerins ont élu domicile sur les toits de la cathédrale. La mairie d'Albi a fait installer des caméras et un blog leur est dédié pour suivre les nichées[33].

Flore[modifier | modifier le code]

Les espaces boisés naturels majeurs sont ceux de la forêt domaniale de Grésigne, la forêt de Sivens, la forêt de la Montagne noire et celle des Monts de Lacaune. Ailleurs, quelques bois signalent des espaces incultes ou les rives des cours d'eau.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie du Tarn.

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Agriculture du Tarn.

La place de l'agriculture dans le Tarn est importante. La partie montagneuse est dédiée à l'élevage : les sols riches et l'eau abondante permettent une bonne pousse de l'herbe qui supporte mieux le climat plus froid que les grandes cultures. Le ségala, ancien fournisseur de bovins de travail, ets une terre de tradition d'élevage bovin, laitier et boucher. Les monts de <lacaune ont donné leur nom à la brebis lacaune dont le lait sert à élaborer le fromage de roquefort.

La partie occidentale du département est cultivée pour produire des céréales (blé, triticale, maïs), des oléagineux (colza, tournesol) et des protéagineux. (luzerne, soja) A Gaillac, le vignoble bimillénaire occupait 3 923 ha en 2008[34].

Structure des exploitations[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

La forêt représente 172 000 ha, soit 28,4 % de la surface totale[35].

En 2013, le département était placé en deuxième place régionale pour l'élevage, derrière l'Aveyron au niveau de la population bovine (152 000 bovins dont 20 500 vaches laitières et 56 400 vaches allaitantes et de la population ovine. (317 500 ovins dont 204 000 brebis[36]) Les vaches produisent 1 250 000 hl de lait, les brebis 265 000 et les chèvres 71 000[37].

La production céréalière, toujours en 2013, occupait 100 000 ha pour une production de 5,3 millions de quintaux de blé dur, blé tendre, orge et maïs. Les oléagineux produisaient 795 000 quintaux sur 38 000 ha (colza, tournesol) 800 ha étaient consacrés aux protéagineux et 16 700 ha aux prairies naturelles et cultivées[38].

En 2012, 5 % des exploitations étaient certifiées en agriculture biologique, représentant 3,6 % de la surface agricole utile[39].

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

L'industrie du Tarn est née du développement industriel XVIIIe siècle au deuxième tiers du XXe siècle : charbon de Carmaux, sidérurgie à Saint-Juéry, délainage à Mazamet, textile à Castres ou mégisserie à Graulhet. Ces secteurs ont subit réorganisation des filières, délocalisations et fermetures. Le Tarn a du créer de nouvelles activités et recomposer une industrie propère.

La verrerie ouvrière d'Albi est l'héritière d'une longue tradition verrière du Tarn[40] alors que les laboratoires Pierre Fabre sont un groupe pharmaceutique et cosmétique datant seulement d'une cinquantaine d'année[41].

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

Les services et le commerce ont permis le développement des deux pôles Albi-Carmaux et Castres-Mazamet.

Immobilier[modifier | modifier le code]

Le prix de l'immobilier a beaucoup augmenté dans le Tarn entre 1999 et 2007, passant d'un indice 100 à un indice 250. En 2009, cet indice était de 220, 240 en 2011 et environ 225 en 2015.

Situation de l'immobilier en 2015[18].
Communes Prix Appartement (m²) Prix maison (m²) Revenu annuel moyen Résidence principale (%) Résidence secondaire (%) Logement inoccupé (%)
Albi[42] 1 690 € 1 570 € 23 170 € 88 2 10
Castres[43] 1 240 € 1 280 € 23 140 € 88 2 10
Gaillac[44] 1 320 € 1 490 € 22 480 € 88 2 10
Graulhet[45] 835 € 1 130 € 21 430 € 86 2 12
Carmaux[46] NC 1 200 € 20 450 € 86 1 13
Mazamet[47] 920 € 1 060 € 20 560 € 79 6 15
Lavaur[48] 1 425 € 1 590 € 24 210 € 92 2 6
Lacaune[49] 1 065 € 1 010 € 24 510 € 72 17 11
Réalmont[50] NC 1 320 € 22 415 € 88 3 9
Puylaurens[51] 1 120 € 1 370 € 22 415 € 81 8 11
Cordes-sur-Ciel[52] 997 € 1 410 € 22 415 € 67 20 13
Rabastens[53] 1 640 € 1 640 € 26 720 € 87 3 10
Alban[54] NC 1 090 € 22 415 € 84 8 8
Valence-d'Albigeois[55] NC 1 250 € 22 415 € 83 4 14

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme dans le Tarn.

Le tourisme est un axe de développement important. Même sans accès à la mer ni à la montagne, le tourisme culturel côtoie le tourisme vert et sportif, permettant une bonne répartition de l'accueil dans le département entre hôtellerie et camping. L'accueil à la ferme est également important, permettant de mettre en valeur la cuisine tarnaise et la vente de ses produits[56].

La cité épiscopale d'Albi appartient au Patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2010 et Cordes-sur-Ciel a été élu village préféré des Français en 2014[57]. Par ailleurs, quatre village adhèrent à l'association des plus beaux villages de France : Castelnau-de-Montmiral, Lautrec, Monestiés et Puycelsi[58].

Les zones vertes naturelles permettent le développement du tourisme vert et sportif. Le département offre 4 800 km de chemins de randonnées dont 650 km de grande randonnées et grandes randonnées de pays[59].

Le sud-est du département appartient au parc naturel régional du Haut-Languedoc. L'aire délimitée englobe des zones vertes ou arides sauvages. Les villages offrent produits régionaux et activités aux visiteurs: culturelles, découverte du milieu naturel ou sportives[60].

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture dans le Tarn.

Langue régionale[modifier | modifier le code]

photo couleur d'un groupe musical en plein air devant une église. Les instruments sont une cabrette, une clarinette, un graïle et des percussions.
La Talvera.
Article détaillé : Occitan.

Le Tarn est situé au cœur de l'Occitanie. Le languedocien est une variante dialectale de l'occitan. Même si le nombre de locuteurs a beaucoup baissé, un effort de maintient avait été entrepris dans les années 1930 : le parler paysan a laissé la place à un renouveau culturel après la Seconde Guerre mondiale. L'occitan s'est enrichi d'un institut d'études occitanes qui a codifié la grammaire et unifié le vocabulaire issu d'un parler aux accents multiples. Depuis le début du XXIe siècle, des panneaux bilingues aux entrées d'agglomération sont apparus, et des cours sont dispensés[a 1]. Le régionalisme occitan est stimulé par radio albigés, albigeois en français, radio locale associative[61]. À Cordes-sur-Ciel, l'association Cordae et le groupe la Talvera, œuvrent en commun. Les concerts en occitan des débuts en 1981 se sont enrichis d'un travail de recherche et de diffusion sur les anciens poètes et chansonniers de langue occitane, la création poétique et musicale, la connaissance de la musique ancienne et des instruments qui lui sont associés et la formation pour faire vivre cette culture au-delà des générations[62].

La culture occitane dans le Tarn doit aussi à d'autres personnages marquants (liste non exhaustive) : Daniel Loddo, membre de la Talvera, Louisa Paulin, poétesse réalmontaise, Georges Blanc, écrivain-philosophe-traducteur français-occitan, Auger Galhard, poète rabastinois du XVIe siècle, Mathieu Blouin, rapporteur des guerres de Religion en Languedoc, Historio vertadieiro de las causos pus memourablos fachos a la vilo de Gailhac en Albigés duran lous troubles de Franso (histoire véritable des causes les plus mémorables arrivées en la ville de Gaillac en Albigeois durant les troubles de France)...

La loi Deixonne de 1951 sur l'enseignement des langues et dialectes locaux à l'école est nommée du nom du député du Tarn Maurice Deixonne qui l'a portée.

Le nationalisme occitan est un mouvement politique qui vise à obtenir l'autonomie de l'Occitanie, voire son indépendance. Ce mouvement est marginal dans la population tarnaise : en 2014, lors des élections européennes, la liste « Occitanie, pour une Europe des peuples. (Occitània, per una Europa des pòbles) » a recueilli 0,02 % des suffrages[63].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine tarnaise.
Photo couleur d'une tresse d'ail à gousses blanches nuancées de rose-violet.
Ail rose de Lautrec, produit phare du Tarn.

Le Tarn est à cheval entre les cuisines languedocienne et gasconne.

La partie orientale du département, terre montagneuse d'élevage, est lié à la charcuterie. Le jambon de Lacaune en est le fleuron, utilisé en cuisine dans de nombreuses recettes. À ses côtés, le galabard, boudin à la viande, le foie salé ou le melsat, sorte de boudin blanc, sont des spécialités locales ; cette région utilise souvent le jambon ou les lardons pour graisser marmite et poêle à frire. Le veau d'Aveyron et du Ségala[64] et l'agneau fermier des pays d'oc[65] sont des produits labellisés. La partie occidentale est le domaine des céréales et de l'élevage volailler qui lui est associé. Poulets et canards sont fréquents et la graisse de canard a une place importante en cuisine. Le Tarn appartient à la délimitation IGP du canard à foie gras du sud-ouest. Les légumes frais sont très utilisés dans la cuisine estivale. L'hiver, les plats mêlant viande et légumes sont courant, dont le cassoulet local ou le févoulet, son cousin à base de fèves.

Les vins locaux bénéficient des AOC Gaillac et Gaillac-premières-côtes, mais aussi des IGP Côtes-du-tarn et comté tolosan ; le vignoble produit des vins des trois couleurs (blanc, rosé et rouge) des vins secs ou doux et liquoreux et des vins effervescents. L'autre produit phare connu bien au-delà des limites du département est l'ail rose de Lautrec[66].

Les fromages sont principalement des fromages de chèvre de type cabécou et le roquefort. Ce dernier, s'il est exclusivement affiné dans les caves de Roquefort-sur-Soulzon, n'en est pas moins un fromage partiellement tarnais au vu du nombre de producteurs de lait de brebis et de la race lacaune exclusivement utilisée pour son élaboration[67].

La pâtisserie départementale comprend des desserts qui dérivent de pâte à pain parfumée ou feuilletée au beurre, tels le poumpet ou la croustade aux pommes ou au raisins secs. Des petits gâteaux comme le janot[68] et la gimblette d'Albi, les croquants de Cordes ou les curbelets[69] accompagnent café ou vin blanc en fin de repas.

Yves Thuriès est un des cuisiniers tarnais le plus connu. Deux fois élu meilleur ouvrier de France dans les catégories pâtisserie-confiserie et glaces-sorbets-crèmes glacées en 1976, il a créé une chocolaterie[70] et le musée des arts du sucre et du chocolat de Cordes-sur-Ciel[71].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

La riche histoire du Tarn lui permet de conserver un patrimoine bâti important. Deux sites sont inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO : la cité épiscopale d'Albi et l'église Notre-Dame-du-Bourg de Rabastens au titre des Chemins de Compostelle en France.

L'architecture ancienne se réparti en trois grands ensembles : la brique foraine, la pierre calcaire blanche et la pierre grise schisteuse ou granitique. La première domine dans la vallée du Tarn et secondairement dans celle de l'Agout. Elle donne des villes rouges à toiture en tuile canal de même origine et couleur. Dans les campagnes, la brique en terre crue, moins chère, est encore visible sur des constructions agricoles annexes. La pierre blanche domine les coteaux molassiques de l'ouest du département. Elle se taille bien pour encadrer les ouvertures et sert à orner les encadrements sur les maisons et églises en brique. La couverture est de tuile canal. Ponctuellement, la présence de grès rougeâtre permet de bâtir aussi, Cordes-sur-Ciel et Réalmont en sont des exemples. La partie orientale du Tarn est en pierre grise. Proche de la région de l'argile, les toitures sont en tuiles, mais dans les Monts de Lacaune, l'ardoise donne une unité grise. Le granite permet des encadrements d'ouverture de grande taille et solides.

De nombreuses habitations de ville anciennes sont à colombage dans toutes les zones. Elles témoignent d'une époque où le bois était le matériau le plus abordable.

Jules Hardouin-Mansart, architecte, et André Le Nôtre, jardinier du roi, ont dessiné le palais épiscopal[72] et les jardins de l'Évêché[73] de Castres. Jean-François Mariès est connu pour avoir écrit une lettre demandant l'abandon de la démolition de la cathédrale d'Albi décidé sous la Révolution[74], puis pour avoir initié des travaux d'aménagement du vieil Albi[75]. Pierre Amalric, Albigeois d'adoption, a été mécène de la préservation du centre ancien d'Albi et initiateur de l'association pour la sauvegarde du vieil Alby[76]. Charles Portal a fait un gros travail d'historien et de préservation du patrimoine bâti de Cordes-sur-Ciel. Il est à l'initiative de la création de l'association des amis du vieux Cordes et du musée qui porte son nom[77].

Littérature[modifier | modifier le code]

Gravure noir et blanc du buste d'un jeune homme qui ferme les yeux. Le haut de ses vêtements trahit la mode de la première partie du XIXe siècle.
Maurice de Guérin.

Outre les écrivains de langue occitane, le Tarn a vu naître des plumes de langue française. Au XVIIe siècle, l'académie de Castres, puis début XVIIIe siècle au salon littéraire de l'écrivain Antoinette de Salvan de Saliès, les auteurs contemporains sont lus, commentés et stimulent les plus hardis à proposer leurs textes[e 10]. Joseph Vaissète né à Gaillac, participe à la rédaction de la monumentale histoire générale de Languedoc.

Maurice de Guérin, poète et écrivain, a laissé quelques œuvres méconnues pourtant louées par Charles-Augustin Sainte-Beuve ou George Sand. Sa sœur, Eugénie, a laissé un journal et sa correspondance avec son frère. Des érudits tarnais incluent Balzac, dont le père, Bernard-François Balssa, était natif de la vallée du Viaur[e 11]. Marcel Marchandeau est un poète gaillacois. Henri Pascal de Rochegude, homme de lettres, a légué son château à la ville d'Albi avec sa bibliothèque. Michel Folco est un écrivain contemporain.

Les bibliothèques sont nombreuses. Initialement reliées par la bibliothèque départementale permettant de mutualiser les collections, elles ont été reprises par les intercommunalités sous le vocable de médiathèque, ajoutant presse et outils vidéo à l'édition papier classique.

Peinture et sculpture[modifier | modifier le code]

Raymond Lafage, dessinateur et graveur, est né à Lisle-sur-Tarn où un musée lui est consacré. Henri de Toulouse-Lautrec a son musée au palais de la Berbie d'Albi. Marcel Briguiboul est l'initiateur du musée Goya de Castres. Jules Cavaillès appartient au mouvement des peintres de la réalité poétique.

De nombreuses sculptures ornent places, rond-point et square, mettant à l'honneur la gloire locale. Casimir Ferrer est un artiste contemporain dont de nombreuses œuvres ornent les villes du Tarn. Le musée des beaux-arts de Gaillac présente une collection de peintures d'artistes locaux : Firmin Salabert, élève d'Ingres, Raymond Tournon (père) et ses fils Georges et Raymond[78].

Musique[modifier | modifier le code]

Musiciens[modifier | modifier le code]

Daniel Loddo et la Talvera militent en musique pour la conservation du patrimoine occitan. Claire des délinquante, duo féminin d'accordéon burlesque est albigeoise.

François Sudre, professeur de musique du XIXe siècle a créé la méthode solresol. Pierre Boussaguet est un contrebassiste de jazz[79].

Festivals[modifier | modifier le code]

Festival Pause Guitare à Albi, Été de Vaour, Musique des Lumières à Sorèze, Summer Festival à Blaye-les-Mines...

Cinéma et théâtre[modifier | modifier le code]

Éric Carrière (humoriste), membre du duo Les Chevaliers du Fiel est né à Gaillac.

Sciences[modifier | modifier le code]

photo couleur d'un bâtiment allongé ressemblant à une grange. Il est appuyé à une tour carrée ceinturée d'une galerie en bois.
Château de Castelfranc.

Guillaume de Nautonier de Castelfranc est un astronome et géographe protestant. Il a construit un observatoire astronomique dans son château de Castelfranc.

De nombreux médecins tarnais ont marqué leur époque. Un des plus anciens connus est Barthélémy Cabrol[80], chirurgien de Henri IV, puis Pierre Borel au XVIIe siècle. Au XIXe siècle, Philippe Pinel a jeté les bases de la psychiatrie et l'hôpital de Lavaur porte son nom. À la même époque, Antoine Portal, médecin de Louis XVIII, impulsa la création de l'académie de médecine. Au cours du XXe siècle, Pierre Amalric a été un ophtalmologue de réputation mondiale, faisant progresser sa science grâce entre autres à des congrès organisés à Albi. Il a aussi œuvré à la préservation de la vielle ville d'Albi. Toujours dans les métiers de la santé, Pierre Fabre, pharmacien castrais a créé les Laboratoires Pierre Fabre, entreprise de pharmacie et cosmétique.

L'expédition de Lapérouse partie en 1786, avait une mission scientifique d'exploration. Elle emmenait des botanistes et zoologistes chargés de noter les êtres vivants rencontrés et devait reconnaître les limites des côtes de l'Océan Pacifique et des archipels qui l'occupent. Jean-François de Lapérouse était leur chef, choisi pour ses qualités humaines et son expérience de la navigation. Paul de Viviès est un météorologue qui mena en 1949, une expédition dans les terres australes et antarctiques françaises, notamment sur l'île Amsterdam où une base scientifique porte son nom. Jean-Louis Étienne, médecin et aventurier, est un explorateur des régions désertiques et un scientifique préoccupé d'environnement. Il a mené des expéditions entre 1986 et 2010.

À partir des débuts de l'aviation, mécaniciens et pilotes explorent les airs. Deux tarnais firent partie des débuts de l'aéropostale : Gaston Vedel, aviateur[81] ou Louis Cavaillès, mécanicien[82].

Cultes[modifier | modifier le code]

Catholique[modifier | modifier le code]

L'Église catholique dans le Tarn comporte trois cathédrales à Albi, Castres et Lavaur, issues de l'ancienne organisation à trois diocèses. Seule celle d'Albi est le siège de l'archidiocèse du Tarn. De nombreuses église représentent les paroisses. Chaque commune a au moins la sienne.

Joseph Vaissète, moine né à Gaillac, est connu pour sa participation à la rédaction du monumental ouvrage Histoire générale de Languedoc. Émilie de Vialar a fondé les sœurs de Saint-Joseph-de-l'Apparition, Victor-Félix Bernadou fut cardinal et Antoine Gaubil missionnaire.

Protestants[modifier | modifier le code]

Historiquement, le sud du département est un bastion du protestantisme. Cette implantation de longue date se présente sous la forme de la présence de temple dans de nombreuses communes, même petites. Les églises évangéliques[83], réformée.

Quelques protestants tarnais sont passés à la postérité. Guillaume de Nautonier de Castelfranc est un pasteur et astronome. Jean de Ligonier, protestant castrais, a fui les persécutions à 20 ans. Accueilli en Angleterre, il est devenu officier de son armée. Les affaires Calas et Sirven, portées par Voltaire, ont défrayé la chronique des années 1760-1765, obligeant la justice à plus de retenue contre les protestants.

Quelques pasteurs du XIXe siècle ont marqué l'histoire ou la philosophie de leurs écrits en plus de leur ministère : Daniel Moziman[84], Camille Rabaud ou Héliodore Jospin.

Musulman[modifier | modifier le code]

Cette religion récente dans le Tarn est essentiellement liée à l'immigration de travailleurs issus de l'Afrique du nord au XXe siècle. Des mosquées et lieux de prière sont implantés dans les villes d'Albi, Aussillon, Castres, Gaillac, Graulhet, Labruguière, Lavaur, Mazamet et Saint-Juéry[85].

Israélite[modifier | modifier le code]

Il n'a a pas de synagogue dans le Tarn, les plus proches étant à Toulouse et Montauban[86].

Autres[modifier | modifier le code]

Le sport[modifier | modifier le code]

Rugby à XV[modifier | modifier le code]

Photo couleur d'une équipe en bleu et blanc sous les confettis.
Équipe du Castres Olympique, vainqueur du Top 14 en 2013 avec le bouclier de Brennus.

Le Tarn appartient à la terre d'ovalie. Plusieurs clubs ont marqué son histoire et le rugby professionnel est bien présent.

Le Castres olympique a gagné le championnat de France à 4 reprise en 1949, 1950, 1993 et 2013. L'équipe joue au stade Pierre-Antoine.

L'autre club champion de France est l' US Carmaux en 1951[87].

D'autres clubs tarnais ont marqué leur époque. Le sporting club graulhetois, le sporting club albigeois, l'union athlétique gaillacoise, le sporting club mazamétain ou le Association sportive vauréenne.

La liste non exhaustive de joueurs nés dans le Tarn et ayant porté le maillot de l'Équipe de France de rugby à XV montre que le département est une terre de formation de grands joueurs : Daniel Revallier, (14 sélections)Yannick Jauzion. (73) D'autres, nés ailleurs ont marqué leur carrière de leur passage dans le Tarn : Lucien Mias, (29 sélections) Guy Laporte, (16) Ugo Mola (12). Enfin, Gaillac à donné le nom de Bernard Laporte au stade Laborie en 2003.

Rugby à XIII[modifier | modifier le code]

Le club Albi Rugby League XIII a remplacé au Racing Club albigeois XIII en 2008 ; ce club possède 5 titres de Champion de France, en 1938, 1956, 1958, 1962 et 1977 et un titre en champion de France élite 2 en 1991. Le Racing Club Lescure-Arthès XIII a été champion en élite 2 en 1991. Réalmont XIII, Marssac rugby XIII, Racing club Valdériès XIII, XIII Saint-Pierrais sont d'autres clubs départementaux.

Football[modifier | modifier le code]

L'ASPTT féminines dispute le Championnat de France de première division pour la première fois. Ce club a connu une brève heure de gloire lorsque Stephanie Roche, joueuse d'Albi, a vu un de ses but arriver en deuxième place du Prix Puskás de la FIFA 2014 du plus beau but mondial.

Castres Football Club et Union sportive d'Albi sont les plus grands clubs masculins en termes de licenciés. Le district du Tarn possède 19 écoles de football labellisées FFF[88].

Claude Puel, joueur de Castres et de l'AS Monaco et entraîneur de clubs de ligue 1 est natif de Castres[89].

Autres sports collectifs[modifier | modifier le code]

Albi Volley-Ball - USSPA, Castres Volley-Ball

Athlétisme[modifier | modifier le code]

photo couleur d'un terrain gazonné ceint d'une piste ocre avec deux tribunes aux sièges jaunes.
Stadium municipal d'Albi avec son terrain de rugby et sa piste d'athlétisme.

La piste d'athlétisme d'Albi accueille régulièrement des compétitions de haut niveau. Le Championnat de France 2011 a notamment vu Christophe Lemaitre battre le Record de France du 100 mètres en 9,92 s[90] le 29 juillet 2011. En 2012, le DécaNation a permis au public albigeois de voir quelques médaillés se mesurer une semaine après les Jeux olympiques de Londres de 2012, notamment Renaud Lavillenie ou Justin Gatlin[91].

Le Marathon d'Albi ou la Ronde givrée du Sidobre sont des compétitions de plein air sur route.

Cyclisme[modifier | modifier le code]

photo couleur d'un sportif à maillot rose marqué ONCE. les mêmes remarques s'appliquent au bandeau tour de tête.
Laurent Jalabert.

Le relief varié du Tarn offre des routes variées pour la pratique du cyclisme, mais le département ne possède pas de vélodrome.

Le cyclisme de route a donné quelques grands champions comme Jacques Esclassan, Laurent Jalabert ou Nicolas Jalabert. Le développement d'autre formes de cyclisme comme le cross ou la descente permet de varier les compétitions.

Autres sports individuels[modifier | modifier le code]

Le judo et le tennis sont des sport bien représentés et l'équitation est bien répartie dans tout le département, entre centre équestres ou tourisme équestre.

Sports de plein air[modifier | modifier le code]

Sports mécaniques[modifier | modifier le code]

Le circuit des Planques, entre Albi et Saint-Juéry, a accueilli 17 grands prix de 1933 à 1955. L'actuel Circuit d'Albi du Séquestre l'a remplacé en 1959, le premier étant trop dangereux.

Les rallye Val d'Agout, rallye du Sidobre et rallye des Côtes du Tarn font partie de la coupe de France des rallyes.

Transports[modifier | modifier le code]

Routier[modifier | modifier le code]

Réseau[modifier | modifier le code]

Le réseau routier était de 11 000 km en 1992 réparti en 40 km d'autoroute, 105 de routes nationales, 4 130 km de routes départementales et 7 600 km de voies communales[98].

L'artère principale du département est l'axe Toulouse-Lyon via la A68 (et la RN88 entièrement en 2x2 voies dans le département) desservant Saint-Sulpice, Gaillac, Albi et Carmaux. Depuis les années 1990, le pôle Castres-Mazamet constate le développement économique du nord du département grâce à cette autoroute et se sent écarté. Un projet d'axe A68-Puylaurens-Castres se met en place. Après 20 ans d'évolution du projet, de recherche de financement, de choix du parcours et de consultations[99], en 2015, le dossier est bouclé. Seule l'enquête publique reste à venir avant le début des travaux[100], même si les détracteurs soutenus par des candidats aux élections départementales continuent à mobiliser contre le projet[101].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le Conseil général a favorisé la réalisation d'un transport d'autobus public départemental, nommé Tarnbus[102]. Pour réduire le nombre de véhicules sur les grands axes, des aires de covoiturage ont été mises en place, en particulier aux bretelles d'accès de l'A68[103].

Ferroviaire[modifier | modifier le code]

Photo couleur d'une gare ocre à toiture d'ardoise et zinc vue de la passerelle qui surplombe les voie. À quai un autorail bleu et gris va partir. Les feux rouges indiquent que le sens de circulation est Albi-Toulouse.
X 73500 en gare de Gaillac

Historique[modifier | modifier le code]

Lors de leur construction, le Tarn était séparé entre la compagnie d'Orléans et la compagnie du Midi. Cet état de fait explique la présence de deux gares dans une ville de la taille d'Albi.

De la ligne de Castelnaudary à Rodez, il ne reste que la portion Albi-Rodez. La plateforme de la portion Albi-Laboutarié-Castres comporte une voie verte pour les bicyclettes. La ligne de Castres à Bédarieux a été réduite à la section Castres-Mazamet. La ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac.

Lignes en 2014[modifier | modifier le code]

La longueur du réseau tarnais était de 206 kilomètres en 2013[104]. Les trains circulant dans le Tarn sont essentiellement des TER Midi-Pyrénées[105]. Ils roulent sur une ligne en Y. La branche commune va de Toulouse à Saint Sulpice ; des travaux y ont été menés entre 2011 et 2013 pour doubler partiellement la voie[106]. De là, la branche sud rejoint Lavaur, Vielmur, Castres, Mazamet. La branche nord passe par Rabastens, Lisle-sur-Tarn, Gaillac, Tessonnière, Marssac, Albi et Carmaux ; la ligne se prolonge vers l'Aveyron et Rodez. À Tessonnières se rattache une ligne qui va vers Capdenac. Une liaison grande ligne qui dessert le Tarn nord via le réseau intercités (Ligne Albi-Carmaux-Rodez-Capdenac-Figeac-Paris) est localement appelé le « train de Jaurès » : c'est un descendant du train que prenait le député de Carmaux pour aller siéger à Paris.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Les anciens X 2800 ont disparu au cours des années 2000. Le plus ancien matériel concerne les couplages X 2100-XR 6000 dont l'amortissement est entamé ou des rames réversibles régionales tractées, elles aussi en voie de disparition. Le matériel moderne concerne les autorails X 73500 et automotrices X 72500, autorails grande capacité et Régiolis.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Photo couleur d'une halte rurale en brique sur ossature métallique.
Arrêt de Moulin-Mages

Le Chemin de fer touristique du Tarn, disponible seulement le dimanche, est une attraction touristique davantage qu'une offre de transport public. Il circule entre Saint-Lieux-lès-Lavaur et le Jardin des Martels, sur un vestige de voie de feu les chemins de fer départementaux du Tarn.

La ligne Albi-Laboutarié-Castres, déferrée, a été remplacée par une voie verte destinée aux randonneurs non motorisés[107]. L'ancienne ligne à voie métrique Castres-Lacaune a été déferrée en 1962 et la plateforme partiellement récupérée pour élargir des routes qui la longeaient. Il subsiste aujourd'hui des ponts et arrêts.

Trois réseaux de trains miniatures sont ouverts à la visite. Ils sont gérés sous le régime associatif : le rail miniature castrais[108], le train miniature gaillacois[109] et le petit train de la Portanelle à Gaillac[110].

Aérien[modifier | modifier le code]

Le seul aéroport commercial tarnais est celui de Castres-Mazamet. Il propose trois vols dans chaque sens vers et en provenance de Paris-Orly du lundi au vendredi et un vol dans chaque sens le dimanche à la date du 4 mars 2015[111].

L'ancien aéroport d'Albi a été fermé au trafic commercial régulier en 1995. En 2003, un audit financé par la chambre de commerce et d'industrie, le conseil général et mairie d'Albi a démontré la nécessité de rallonger la piste de 400 mètres. Ce coût prohibitif a fait envisager la fermeture[112]. Un comité de défense a été monté, mettant en avant la pérennité d'un site centenaire. En 2010, des élus locaux ont rétorqué que le coût de fonctionnement est élevé pour une structure morte avec l'arrêt des vols réguliers. Les idées de valorisation du site sont nombreuses et les 40 hectares du site sont convoités[113].

Fluvial[modifier | modifier le code]

Photo couleur d'une gabarre remplie de touristes. La rivière est verte et la ville en arrière plan en bruques rouges.
Une gabarre touristique à Albi s'apprête à passer sous le Pont vieux vers l'aval.

Depuis l'époque gallo-romaine, le Tarn a relié l'Albigeois à Bordeaux. Soumises aux caprices des eaux du Tarn, les gabarres descendaient vin et céréales de Gaillac vers la Garonne, avec des ports à Lisle-sur-Tarn et Rabastens. Des chaussées et écluses ont été construites a ces emplacements pour ralentir les crues, mais des querelles existaient en période d'étiage entre meuniers et bateleurs sur l'usage de l'eau stockée. Au cours du XIXe siècle, des projets de canal ou d'aménagement du lit de la rivière ont permis d'envisager de rallonger la navigation jusqu'à Albi, voire au saut du Tarn. Ces projets couteux tardent à être se mettre en place et l'arrivée du chemin de fer à Albi en 1854 ruine les espoirs des bateliers. En 1926, le Tarn est déclassé des voies navigables françaises et les éléments présents sur le quai Saint-Jacques de Gaillac sont emportés par la crue des 2 et 3 mars 1930.

Ce passé révolu laisse des lieux de promenade au bord de l'eau avec les quais de Gaillac, Lisle-sur-Tarn et Rabastens, des restes de chemins de halage et des écluses[114].

Entre Albi et Aiguelèze (base nautique sur le Tarn sur la commune de Rivières) circule une gabarre l'été. Elle permet de découvrir les berges du Tarn depuis la rivière avec sites naturels, pont de Marssac et berges du Tarn à Albi, inclues dans le classement au patrimoine mondial de la cité épiscopale[115]. À Castres, le coche d'eau « Le Miredames » fait découvrir le centre ville de Castres et la zone verte du parc de Gourjade[116].

Politique[modifier | modifier le code]

Élus locaux[modifier | modifier le code]

Conseillers départementaux[modifier | modifier le code]

Le conseil général du Tarn, reposait sur 46 conseillers issus chacun de leur canton. Depuis les élections départementales de 2015, le nombre de cantons a été ramené à 23, chacun élisant un binôme homme-femme pour le conseil départemental[117]. Le président de l'assemblée départementale est Thierry Carcenac[118].

Députés[modifier | modifier le code]

Les députés du Tarn ont longtemps été au nombre de 4. Le redécoupage opéré pour les élections législatives de 2012 a créé trois circonscriptions[119].

Sports dans le Tarn
Sport Nombre de clubs Nombre de licenciés
Athlétisme[92] 20 2 136
Cyclisme[93] 13
Judo[94] 40 2 766
Karaté[95] 25
Rugby à XV 37
Tennis[96] 51 5 762
Tennis de table[97] 11
Circonscription Député Appartenance politique Suppléant(e)
Première circonscription du Tarn M. Philippe Folliot Union des démocrates et indépendants - UC Mme Gisèle Dedieu
Deuxième circonscription du Tarn M. Jacques Valax PS Mme Claire Fita
Troisième circonscription du Tarn Mme Linda Gourjade PS M. Christian Cayla

Sénateurs[modifier | modifier le code]

Les sénateurs sénateurs du Tarn sont Thierry Carcenac[118] et Philippe Bonnecarrère[120] pour la période 2014-2021.

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Second tour des élections présidentielles dans le Tarn.
Année Candidat Parti Pourcentage Candidat Parti Pourcentage
2002[121] Jacques Chirac Union pour un mouvement populaire 82,21 Jean-Marie Le Pen Front national (parti français) 17,79
2007[122] Ségolène Royal Parti socialiste 50,71 Nicolas Sarkozy Union pour un mouvement populaire 49,29
2012[123] François Hollande Parti socialiste 55,55 Nicolas Sarkozy Union pour un mouvement populaire 44, 45

Quelques personnages politiques emblématiques[modifier | modifier le code]

Ces personnages ont été choisis arbitrairement pour avoir eu un rôle hors du département autre que député ou sénateur.

Marc David Lasource fut représentant du Tarn durant la Révolution à l'assemblée législative avant de mourir guillotiné en 1794[124]. Jean Jaurès, député de Carmaux, fut un grand orateur socialiste entre la fin du XIXe siècle et 1914, ardent combattant pour la paix[125]. À la même époque, Émile Combes, président du conseil et ministre de la IIIe République, a laissé dans la mémoire collective la loi de séparation des Églises et de l'État[126].

Augustin Malroux, député-maire de Blaye-les-Mines, a fait partie des 80 parlementaires qui votèrent contre les pleins pouvoirs à Pétain ; il entra dans la Résistance dès 1940 et mourut en déportation en 1945 à Bergen-Belsen[127]. Georges Spénale, né à Carcassonne mais tarnais d'adoption, a été directeur de cabinet de la France d'outremer sous la quatrième République et président du Parlement européen[128]. Jacques Limouzy fut maire de Castres et secrétaire d'État à plusieurs reprises entre 1969 et 1981[129]. Paul Quilès, né en Algérie mais tarnais d'adoption, a occupé plusieurs ministères sous la présidence de François Mitterrand : ministre de l'Intérieur, ministre des transports, ministre de la Défense, ministre des postes et télécommunications ou ministre du Logement. Il est maire de Cordes-sur-Ciel depuis 1995[130].

Administration[modifier | modifier le code]

Générale[modifier | modifier le code]

Préfecture Albi, sous-préfecture Castres.

Justice[modifier | modifier le code]

Le Tarn possède deux tribunaux de grande instance et deux tribunaux d'instance, à Albi[131] et Castres[132]. Ces deux villes possèdent aussi un conseil de prudhommes et un tribunal de commerce. La justice départementale dépend de la cour d'appel de Toulouse.

Éducation[modifier | modifier le code]

Le département fait partie de l'Académie de Toulouse. Il comptait, en 2014, 322 écoles primaires, 281 publiques et 19 écoles privées[133] pour 35 318 élèves[134], 31 collèges publics et 11 privés, 17 lycées généraux et professionnels publics et 13 privés[135] pour 29 701 élèves[136].

Les sites d'enseignement supérieur d'Albi et Castres appartiennent au Centre universitaire Jean-François-Champollion. Ce pôle d'enseignement supérieur a été créé en 2002 sur les sites d'Albi, Castres, Figeac et Rodez. Le site d'Albi occupe l'ancienne caserne Lapérouse et accueille 2 700 étudiants, proposant 4 filières générales : sciences-technologie-santé, droit-économie-gestion, arts-lettres-langues et sciences humaines-sociales[137]. Celui de Castres comporte une école d'ingénieurs informatiques et système d'information pour la santé[138].

Militaire[modifier | modifier le code]

Régiments[modifier | modifier le code]

Le 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine est stationné à Castres depuis 1962. Ses faits d'armes sont nombreux, en particulier lors d'opérations extérieures. Il a perdu huit de ses hommes lors de l'Embuscade d'Uzbin en Afghanistan, le 18 août 2008.

Albi a accueilli 4 régiments successifs dont le dernier est le 7e régiment parachutiste de commandement et de soutien dissous en 1992. Son casernement est devenu un bâtiment universitaire appartenant à l'université Champollion.

Militaires tarnais[modifier | modifier le code]

Peinture d'un officier d'Empire. Debout, il porte une culotte blanche, un manteau bleu sombre et une ceinture large dorée tenant le fourreau de l'épée.Il teint d'une main une longue vue et de l'autre un bicorne richement doré.
Maréchal Soult.

Imbert de Salles faisait partie de la garnison qui a défendu le château de Montségur durant le siège de 1243-1244.

John Jean-Louis de Ligonier est un Castrais protestant réfugié en Angleterre où il devint Field marshal.

Jean-François de Galaup de Lapérouse et Henri Pascal de Rochegude ont été officiers de marine sous Louis XV et Louis XVI.

Jean-de-Dieu Soult est le soldat tarnais de la Révolution le plus connu, devenu maréchal d'Empire. Jean Joseph Ange d'Hautpoul, général d'Empire est mort à Eylau, comme les trois frères Delga, morts à Wagram pour deux d'entre eux et le troisième durant la retraite de Russie. Certains de leurs contemporains ont survécu : Jules-Antoine Paulin, finit directeur des fortifications de Paris et Emmanuel de Las Cases a accompagné Napoléon Ier à Sainte-Hélène et recueilli les mémoires de l'empereur dans son ouvrage Le Mémorial de Sainte-Hélène.

Les soldats du XIXe siècle les plus connus sont Raymond Adolphe Séré de Rivières, concepteur du réseau de fortification dit système Séré de Rivières, Benjamin Jaurès, officier de marine combattant durant la guerre de 1870-71 ou Louis-Casimir Teyssier défenseur de Bitche en 1870-71.

Le général Salan a porté l'uniforme entre 1917 et 1959. Il est un des participants au putsch d'Alger. Paul Aussaresses, parachutiste de la libération de la France aux guerres de décolonisation, a défrayé la chronique en 2000, en assumant son recours à la torture durant la guerre d'Algérie[139].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dix-sept communes appartiennent à des intercommunalités dont le siège est extérieur au département.
  2. Pour l'anecdote, les Albigeois citadins d'Albi, n'ont que peu adhéré à la nouvelle religion, bien tenus en main par leurs évêques successifs
  3. Selon la généalogie traditionnelle des comtes de Toulouse faite par les Bénédictins dans l’Histoire générale de Languedoc, il serait Raymond VI, mais des études critiques ont établi que deux comtes du prénom de Raymond avaient été omis. Il serait donc Raymond VIII : voir Christian Settipani, La Noblesse du Midi Carolingien, Oxford, Linacre College, Unit for Prosopographical Research, coll. « Occasional Publications / 5 »,‎ , 388 p. (ISBN 1-900934-04-3), p. 28-35.
  4. Selon la généalogie traditionnelle des comtes de Toulouse faite par les Bénédictins dans l’Histoire générale de Languedoc, il serait Raymond VII, mais des études critiques ont établi que deux comtes du prénom de Raymond avaient été omis. Il serait donc Raymond IX : voir Christian Settipani, La Noblesse du Midi Carolingien, Oxford, Linacre College, Unit for Prosopographical Research, coll. « Occasional Publications / 5 »,‎ , 388 p. (ISBN 1-900934-04-3), p. 28-35.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « France départements », Insee,‎ .
  2. a, b et c « Histoire du département du Tarn », site « tarn.fr » (consulté le 2 mars 2015)
  3. collectif sous la direction de Michel Demelin et Alain Zambeaux, Le Tarn, encyclopédie illustrée, Privat,‎ , 303 p. (ISBN 2-7089-5832-1), p. 19
  4. E. G., « Sur l'oppidum du Castelviel », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  5. « L'oppidum de Bernicaud », Site « ville-soreze.fr » de la ville de Sorèze (consulté le 2 mars 2015)
  6. « L'histoire de Castelnau de Lévis », Site « mairie-castelnaudelevis.com » (consulté le 31 mars 2015)
  7. « Villeneuve-sur-Vère : chapelle Notre-Dame de la Gardelle », Site « catholique-tarn.cef.fr » de l'église catholique du Tarn (consulté le 31 mars 2015)
  8. collectif, sous la direction de Jean-Louis Biget, Histoire d'Albi, Toulouse, Privat,‎ , 360 p. (ISBN 2-7089-8327-X), p. 124
  9. « Château musée de Magrin », Site « pastel-chateau-musee.com » (consulté le 11 mars 2015)
  10. Jean-Louis Biget, Histoire d'Albi, Privat,‎ , 356 p. (ISBN 2708982168)
  11. Yves Bénazech, « Bientôt soixante-dix ans : l’explosion du dépôt de munitions de Castres. », Revue du Tarn, no 127,‎ , p. 443-452 (ISSN 0763-868 X)
  12. Norbert Delpon, « Comment le Tarn s'est libéré », La Dépêche du Midi,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne)
  13. Jérôme Schrepf, « Les mines de fluorine vivent leurs dernières heures. », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  14. François Gadelle, « Les régimes hydrologiques naturels ou influencés, dans l'extrème sud du massif Central », Revue de géologie alpine, no 74,‎ , p. 99-109 (lire en ligne)
  15. Maurice Pardé, « Les inondations désastreuses de mars 1930 », Annales de géographie, no 39,‎ , p. 244-248 (lire en ligne)
  16. « Notice no PA31000008 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Population : Tarn », Site « insee.fr » de l'Institut national de la statistique et des études économiques
  18. a, b et c « L'essentiel sur Midi-Pyrénées », Site « insee.fr » de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 13 mars 2015)
  19. Structure de la population du département de 1968 à l'année de la dernière population légale connue
  20. Structure de la population du département de 1968 à l'année de la dernière population légale connue
  21. Fiches Insee - Populations légales du département pour les années 2006, 2012
  22. « Département du Tarn », Site « cartesfrance.fr » (consulté le 13 mars 2015)
  23. « Causse de Caucalières-Labruguières », Site « tarn.n2000.fr » de la chambre d'agriculture du Tarn (consulté le 29 avril 2015)
  24. « Montagne noire occidentale », Site « tarn.n2000.fr » de la chambre d'agriculture du Tarn (consulté le 29 avril 2015)
  25. « Vallée du Gijou », Site « tarn.n2000.fr » de la chambre d'agriculture du Tarn (consulté le 29 avril 2015)
  26. « Forêt de Grésigne et environs », Site « tarn.n2000.fr » de la chambre d'agriculture du Tarn (consulté le 29 avril 2015)
  27. « Forêt de Grésigne », Site « tarn.n2000.fr » de la chambre d'agriculture du Tarn (consulté le 20 avril 2015)
  28. « Basse vallée du Lignon », Site « tarn.n2000.fr » de la chambre d'agriculture du Tarn (consulté le 30 avril 2015)
  29. « Tourbières du Margnès », Site « tarn.n2000.fr » de la chambre d'agriculture du Tarn (consulté le 30 avril 2015)
  30. « Gorges de l'Aveyron, causses proches et vallée de la Vère », Site « tarn.n2000.fr » de la chambre d'agriculture du Tarn (consulté le 30 avril 2015)
  31. « Vallée de l'Arn », Site « tarn.n2000.fr » de la chambre d'agriculture du Tarn (consulté le 30 avril 2015)
  32. « Dans le Tarn, d’étonnants poissons se mettent à chasser… le pigeon. », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  33. « Le blog des faucons pèlerins d'Albi », Site « fauconpelerin.mairie-albi.fr » (consulté le 28 avril 2015)
  34. Collectif, Le guide hachette des vins 2010, Hachette,‎ (ISBN 978-2-01-237514-7), p. 855
  35. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées inventaire.
  36. « Cheptel en 2013 », Site « insee.fr » de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 13 mars 2015)
  37. « Productions de lait en 2013 », Site « insee.fr » de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 13 mars 2015)
  38. « Productions végétales principales en 2013 », Site « insee.fr » de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 13 mars 2015)
  39. « Production agriculture biologique en 2012 », Site « insee.fr » de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 13 mars 2015)
  40. Fanny Doumayrou, « À la verrerie, l’esprit de Jaurès souffle encore sous Saint-Gobain », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  41. « Histoire », Site officiel des laboratoires Pierre Fabre (consulté le 15 avril 2015)
  42. « Prix immobilier Albi », Site « meilleursagents.com » (consulté le 17 mars 2015)
  43. « Prix immobilier Castres », Site « meilleursagents.com » (consulté le 17 mars 2015)
  44. « Prix immobilier Gaillac », Site « meilleursagents.com » (consulté le 17 mars 2015)
  45. « Prix immobilier Graulhet », Site « meilleursagents.com » (consulté le 17 mars 2015)
  46. « Prix immobilier Carmaux », Site « meilleursagents.com » (consulté le 17 mars 2015)
  47. « Prix immobilier Mazamet », Site « meilleursagents.com » (consulté le 17 mars 2015)
  48. « Prix immobilier Lavaur », Site « meilleursagents.com » (consulté le 17 mars 2015)
  49. « Prix immobilier Lacaune », Site « meilleursagents.com » (consulté le 17 mars 2015)
  50. « Prix immobilier Réalmont », Site « meilleursagents.com » (consulté le 17 mars 2015)
  51. « Prix immobilier Puylaurens », Site « meilleursagents.com » (consulté le 19 mars 2015)
  52. « Prix immobilier Cordes-sur-Ciel », Site « meilleursagents.com » (consulté le 19 mars 2015)
  53. « Prix immobilier Rabastens », Site « meilleursagents.com » (consulté le 19 mars 2015)
  54. « Prix immobilier Alban », Site « meilleursagents.com » (consulté le 19 mars 2015)
  55. « Prix immobilier Valence-d'Albigeois », Site « meilleursagents.com » (consulté le 19 mars 2015)
  56. « Goutez notre nature dans le Tarn », Site « bienvenue-a-la-ferme-tarn.com » (consulté le 27 avril 2015)
  57. « Cordes-sur-Ciel élu « village préféré des Français » », Site « midipyrenees.fr » du Conseil régional Midi-Pyrénées,‎ (consulté le 17 mars 2015)
  58. « Les plus beaux villages de France », Site « les-plus-beaux-villages-de-france.org » (consulté le 17 mars 2015)
  59. « Le Tarn, terre de randonnée », Site « randonnee-tarn.com » (consulté le 27 avril 2015)
  60. « Parc naturel régional du haut-Languedoc », Site « parc-haut-languedoc.fr » (consulté le 27 avril 2015)
  61. « Radio Albigés », Site « radioalbiges.jimdo.com » (consulté le 16 mars 2015)
  62. « Cordae la talvera », Site « talvera.org » (consulté le 16 mars 2015)
  63. « Résultats des élections européennes 2014 », Site « interieur.gouv.fr » du ministère de l'Intérieur (consulté le 30 avril 2015)
  64. « Veau d'Aveyron et du Ségala », Site « irva.asso.fr » (consulté le 16 mars 2015)
  65. « Agneau fermier des pays d'oc », Site « agneaufermierdespaysdoc.com » (consulté le 16 mars 2015)
  66. GC, « La cuisine tarnaise ça existe », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  67. « Décret du 22 janvier 2001 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Roquefort » », Site « legifrance.gouv.fr », le service public de la diffusion du droit,‎ (consulté le 28 avril 2015)
  68. « Les janots », Site « albi-tourisme.fr » de l'Office de tourisme d'Albi (consulté le 16 mars 2015)
  69. « Les Curbelets », Site « tarn-web.com », le meilleur du sud-ouest : tourisme et gastronomie (consulté le 28 avril 2015)
  70. « Les chocolats Yves Thuriès », Site officiel de la chocolaterie (consulté le 28 avril 2015)
  71. « Musée des arts du sucre et du chocolat », Site officiel du musée (consulté le 28 avril 2015)
  72. « Notice no PA00095519 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  73. « Notice no PA00095670 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  74. « Albi durant les [[:Modèle:S-2]] », Site de la cité épiscopale d'Albi (consulté le 28 avril 2015)
  75. « Albi dans la première moitié du XIXe siècle », Site de la cité épiscopale d'Albi (consulté le 28 avril 2015)
  76. Jean Roques, « Le docteur Amalric était un homme hors du commun », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  77. « Charles Portal, fondateur de la Société des Amis du Vieux Cordes en 1904 », Site de l'association des amis du vieux Cordes,‎ (consulté le 28 avril 2015)
  78. « Musée des beaux-arts de Gaillac », Site « musees-midi-pyrenees.fr » (consulté le 28 avril 2015)
  79. « Pierre Boussaguet, le site officiel », Site « boussaguet.biz » (consulté le 28 avril 2015)
  80. « Barthélémy Cabrol », Page culturelle, personnalité marquante du site « ville-gaillac.fr » (consulté le 28 avril 2015)
  81. « Gaston Vedel », Site « ordredelaliberation.fr » (consulté le 12 avril 2012)
  82. Jean-Pierre Gaubert, Cavaillès, compagnon de Mermoz, Loubatières,‎ (ISBN 9782862664064)
  83. « Liste des églises évangéliques dans le département du Tarn. », Site « eglises.org » (consulté le 24 mars 2015)
  84. Jean-Didier Combes, Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme Français : Les Protestants du consistoire de Viane-Lacaune (Tarn), vol. CXXVII,‎
  85. « Mosquées Tarn », Site « trouvetamosquee.fr » (consulté le 24 mars 2015)
  86. « Synagogue Midi-Pyrénées », Site « alloj.fr » (consulté le 24 mars 2015)
  87. « Historique de l'Union Sportive Carmauxsine », Site « u.s.carmaux.free.fr » du club (consulté le 6 mars 2015)
  88. « District du Tarn de football », Site « foottarn.fff.fr » de la fédération française de football (consulté le 10 avril 2015)
  89. « Claude Puel », Site « footballdatabase.eu », un site de statistiques du football (consulté le 28 avril 2015)
  90. « Christophe Lemaitre », Site « lequipe.fr » (consulté le 15 avril 2015)
  91. Florian Gaudin-Winer, « DécaNation 2012 : Lavillenie et les Bleus fêtés à Albi », Site « athle.fr » de la fédération française d'athlétisme,‎ (consulté le 15 avril 2015)
  92. « Comité du Tarn d'athlétisme », Site « cd81.athle.com »
  93. « Comité départemental cyclisme Tarn », Site « club.quomodo.com » de la fédération française de cyclisme,‎ (consulté le 17 avril 2015)
  94. « Les clubs tarnais : liste des clubs du Comité du Tarn de Judo », Site « comitetarnjudo.e-monsite.com »,‎ (consulté le 17 avril 2015)
  95. « Comité départemental de karaté du Tarn et sports associés », Site « cdkda81.fr » (consulté le 17 avril 2015)
  96. « Comité départemental de tennis du Tarn », Site « comite.fft.fr » de la fédération française de tennis (consulté le 17 avril 2015)
  97. « Comité départemental de tennis de table », Site « cd81tennisdetable.fr » (consulté le 17 avril 2015)
  98. « Réseau routier au 1er janvier 2013 », Site « insee.fr » de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 13 mars 2015)
  99. « L'historique du projet », Site « autoroute-castres-toulouse.midi-pyrenees.gouv.fr » (consulté le 13 avril 2015)
  100. « Autoroute Castres-Toulouse : tout est calé. », La Dépêche du Midi,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne)
  101. « Castres-Toulouse, non à l'autoroute. Collectif RN 126 » (consulté le 27 avril 2015)
  102. « Un réseau de transport collectif attractif », Site « tarn.fr » du conseil départemental du Tarn (consulté le 13 avril 2015)
  103. « Aires de covoiturage », Site « tarn.fr » du conseil départemental du Tarn (consulté le 13 avril 2015)
  104. « Infrastructure ferroviaire régionale au 1er janvier 2013 », Site « insee.fr » de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 13 mars 2015)
  105. http://www.ter-sncf.com/Regions/midi_pyrenees/Fr/Default.aspx
  106. « Le renouvellement de la ligne Saint-Sulpice - Tessonnières », Site « planrail.fr » du chantier de rénovation des voies ferrées initié par le Conseil régional Midi-Pyrénées (consulté le 13 avril 2015)
  107. « Voie verte Albi-Castres », Site « randonnee-tarn.com » (consulté le 27 avril 2015)
  108. « Rail miniature Castrais », Site « trainminiature.free.fr » de l'association (consulté le 27 avril 2015)
  109. « Train miniature gaillacois », Site « train-miniature-gaillacois.fr » (consulté le 27 avril 2015)
  110. « Le petit train de la Portanelle », Site « trainportanelle.unblog.fr » (consulté le 27 avril 2015)
  111. « Horaires », Site « castres-mazamet.aeroport.fr » (consulté le 4 mars 2015)
  112. « -Aéroport d'Albi-Le Séquestre : une fermeture pure et simple n'est pas exclue... », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  113. « Albi. Faut-il conserver l'aéroport? », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  114. « La navigation sur le Tarn », Site « syndicat-riviere-tarn.fr » du syndicat Mixte de Rivière Tarn. (consulté le 4 mars 2015)
  115. « En gabarre sur le Tarn », Site « albi-croisieres.com » (consulté le 4 mars 2015)
  116. « Coche d'eau le Miredames », Site « tourisme-tarn.com » (consulté le 4 mars 2015)
  117. « Élections départementales de mars 2015 », Site « tarn.gouv.fr » des services de la préfecture du Tarn,‎ (consulté le 12 avril 2015)
  118. a et b « M. Thierry Carcenac », Site « senat.fr » du Sénat,‎ (consulté le 12 avril 2015)
  119. « Nouveau découpage des circonscriptions législatives », Site « tarn.gouv.fr » des services de la préfecture du Tarn,‎ (consulté le 12 avril 2015)
  120. « M. Philippe Bonnecarrère », Site « senat.fr » du Sénat,‎ (consulté le 12 avril 2015)
  121. « Résultats de l'élection présidentielle 2002 », Site « interieur.gouv.fr » du ministère de l'intérieur (consulté le 30 avril 2015)
  122. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », Site « interieur.gouv.fr » du ministère de l'intérieur (consulté le 30 avril 2015)
  123. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », Site « interieur.gouv.fr » du ministère de l'intérieur (consulté le 30 avril 2015)
  124. Camille Rabaud, Lasource, Député à la Législative et à la Convention (1763-1793) : (Ouvrage couronné par l'Académie Française), Paris, Fischbacher,‎ , 352 p. (lire en ligne)
  125. Vincent Peillon, Jean Jaurès et la religion du socialisme, Grasset,‎ , 279 p. (ISBN 2246603919)
  126. Gabriel Merle, Émile Combes, Fayard,‎ , 664 p. (ISBN 2213593868)
  127. « Portrait du mois, Augustin Malroux, instituteur et résistant. », Site « tarn-loisirs.com » des loisirs et de la culture dans le Tarn,‎ (consulté le 12 avril 2015)
  128. « Spénale, Georges (1913-1983) », Site « bnf.fr » de la Bibliothèque nationale de France,‎ (consulté le 12 avril 2015)
  129. « Jacques Limouzy, neuf fois député du Tarn », Site « vivreaupays.pro » (consulté le 12 avril 2015)
  130. « Quilès, Paul (1942-....) », Site « catalogue.bnf.fr » de la bibliothèque nationale de France,‎ (consulté le 12 avril 2015)
  131. « L'arrondissement judiciaire d'Albi », Site « ca-toulouse.justice.fr », site de la cour d'assise de la Haute-Garonne et les juridictions du ressort (consulté le 22 mars 2015)
  132. « L'arrondissement judiciaire de Castres », Site « ca-toulouse.justice.fr », site de la cour d'assise de la Haute-Garonne et les juridictions du ressort (consulté le 22 mars 2015)
  133. « Midi-Pyrénées, établissements scolaires du premier degré en 2013-2014 », Site « insee.fr » de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 25 avril 2015)
  134. « Midi-Pyrénées, effectifs scolarisés du premier degré en 2013-2014 », Site « insee.fr » de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 25 avril 2015)
  135. « Midi-Pyrénées, établissements scolaires du second degré en 2013-2014 », Site « insee.fr » de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 25 avril 2015)
  136. « Midi-Pyrénées, effectifs scolarisés du second degré en 2013-2014 », Site « insee.fr » de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 25 avril 2015)
  137. « Campus d'Albi », Site « univ-jfc.fr » du Centre universitaire Jean-François-Champollion (consulté le 25 avril 2015)
  138. « Campus de Castres », Site « univ-jfc.fr » du Centre universitaire Jean-François-Champollion (consulté le 25 avril 2015)
  139. Florence Beaugé, « Paul Aussaresses : « Je me suis résolu à la torture... J'ai moi-même procédé à des exécutions sommaires... » », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. p. 4
  1. p. 10
  2. p. 11
  3. p. 12
  • H. Bru, C. Bou, R. Cubaynes et G. Martignac, L'albigeois, terre d'histoire et de tourisme, Imprimerie coopérative du sud-ouest,‎ , 220 p.
  1. p. 25
  2. p. 31-33
  3. p. 38-42
  4. p. 37
  5. p. 45-
  6. p. 44-49
  7. p. 52-53
  8. p. 59-64
  9. p. 13
  10. p. 106
  11. p. 179-180

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]