Jean de Florette (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean de Florette.

Jean de Florette
Auteur Marcel Pagnol
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Éditions de Provence
Date de parution 1963
Nombre de pages 403
Série L'Eau des collines I
Chronologie

Jean de Florette est le premier tome de L'Eau des collines, diptyque romanesque de Marcel Pagnol publié en 1963. Manon des sources en est la seconde partie. Le film Manon des sources et sa suite, Ugolin, ont été réalisés par Pagnol en 1952 : l'histoire fut donc mise sous forme de roman après le film.

Résumé[modifier | modifier le code]

César Soubeyran, dit « le Papet », et son neveu Ugolin sont deux paysans du village provençal des Bastides et convoitent la propriété d'un voisin car celui-ci a une source sur ses terres. Le voisin meurt et un couple avec sa fille hérite de ces terres.

Persuadés que la propriété va être vendue aux enchères, le Papet et Ugolin viennent boucher secrètement la source.

L'héritier, Jean Cadoret (dit « Jean de Florette » pour le prénom de sa mère), est bossu et veut s'installer comme paysan. Il ignore qu'il y a une source sur ses terres.

Par calcul, Ugolin établit des liens amicaux avec Jean, dont toutes les tentatives pour faire pousser des cultures et élever des lapins échouent.

Déterminé à trouver une source salvatrice, Jean de Florette utilise des explosifs pour accéder à un point d'eau qui se trouve sous la roche. Il se précipite juste après l'explosion qu'il a déclenchée sans libérer l'eau et meurt en recevant une retombée d'éclat dans le cou.

César et Ugolin rachètent la propriété à la veuve de Jean, et entreprennent la culture des œillets sur leurs nouvelles terres.

Incipit[modifier | modifier le code]

Les Bastides Blanches, c'était une paroisse de cent cinquante habitants, perchée sur la proue de l'un des derniers contreforts du massif de l'Étoile, à deux lieues d'Aubagne… Une route de terre y conduisait par une montée si abrupte que de loin elle paraissait verticale : mais du côté des collines il n'en sortait qu'un chemin muletier d'où partaient quelques sentiers qui menaient au ciel.

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

En 1986, Claude Berri réalise Jean de Florette avec Daniel Auteuil (Ugolin), Yves Montand (le Papet) et Gérard Depardieu (Jean Cadoret).

Lien externe[modifier | modifier le code]