Jardin botanique de Marseille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jardin botanique de Marseille
Image illustrative de l’article Jardin botanique de Marseille
La villa Rose, bâtiment remarquable du jardin.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Marseille
Quartier Borély
Superficie 1,2 ha
Histoire
Création
Caractéristiques
Type Jardin botanique
Essences 3 000 espèces et cultivars
Gestion
Lien Internet Site officiel
Localisation
Coordonnées 43° 15′ 36″ nord, 5° 23′ 03″ est

Le jardin botanique Édouard-Marie-Heckel. est le principal jardin botanique de Marseille. Il est situé sur le périmètre du parc Borély, dans le 8e arrondissement. Sa collection de végétaux compte environ 3000 espèces issues du monde entier, organisée en neuf jardins à thèmes[1]. Le site abrite plusieurs bâtiments remarquables tels que la Villa Rose et la serre tropicale, deux édifices datant du XIXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Marseille dispose d'un jardin botanique depuis le XVIIIe siècle. Installé près de l'abbaye Saint-Victor par le roi René, comte de Provence, il a été supplanté par un second jardin dans le quartier des Chartreux en 1802. L'aménagement de la voie ferrée Marseille - Toulon contraint à la destruction du site en 1856, au profit d'un nouveau jardin botanique situé sur la roseraie du Parc Borély. Jugé trop étroit, il est déplacé sur des terrains mitoyens du parc, achetés par la ville de Marseille. L'actuel jardin est finalement inauguré en 1918[1]. Il est baptisé en l'honneur du médecin et botaniste marseillais Édouard Marie Heckel.

Les jardins à thèmes[modifier | modifier le code]

  • le jardin chinois

Offert à Marseille par la ville de Shanghai en 2004 pour célébrer le jumelage entre les deux villes, le jardin chinois est composé d'un pavillon et d'un kiosque à l'architecture traditionnelle chinoise. L'espace s'articule autour d'un bassin peuplé de carpes Koï et de végétaux originaires de Chine[2].

  • le jardin japonais

Inauguré en 2011, le jardin japonais est le plus récent des espaces du jardin botanique de Marseille. Il célèbre les 50 ans du jumelage entre Marseille et la ville de Kobe. De style Chisen kai yu shiki (« jardin de promenade autour d'un étang » en japonais), il accueille en octobre de chaque année la fête de l'automne, organisée avec le consulat du Japon à Marseille[1].

  • la serre tropicale

Abandonnée en 2004 à la suite d'une panne de chaudière[3], la serre tropicale est un bâtiment remarquable du jardin botanique de Marseille. Elle a été construite en 1870 selon l'inspiration du pavillon Baltard. Composée de fer forgé et de verre, la serre a d'abord été édifiée sur le domaine de Montcalm dans le Gard, propriété de la famille de négociants en liqueurs Noilly-Prat. L'ancien salon d'hiver privatif a été transféré au jardin botanique de Marseille en 1982 après son achat par la mairie[3]. Aujourd'hui très dégradée, la structure doit être prochainement rénovée après avoir été sauvée de la démolition[4].

  • le jardin méditerranéen

Le long d'un cheminement décoré d'une cascade, d'un torrent, d'une mare et de restanques en pierre évoluent les végétaux traditionnels du bassin méditerranéen.

  • les plantes médicinales

Une collection de plantes au vertus thérapeutiques aménagée sur le principe d'un « jardin des simples », commun au Moyen Âge[1].

  • les plantes d'Afrique du Sud

Plus de 300 espèces d'Afrique du Sud y sont cultivées sous serre. Adaptées au climat méditerranéen, elles suivent cependant leur cycle d'origine en fleurissant durant l'hiver européen qui correspond à l'été dans l'hémisphère sud.

  • les plantes grimpantes

Une centaine de végétaux grimpants parmi les plus remarquables et provenant de différents continents poussent accrochées à des pergolas[1].

  • les plantes succulentes

Une serre de cactus, aloés, agaves et crassulas originaires d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud.

  • les plantes d'Australie et de Nouvelle-Zélande

En face de la serre tropicale, une petite collection d'arbres et arbustes d'Australie et de Nouvelle-Zélande.

  • le palmetum

Nichés sur un îlot de sable, une soixantaine d'espèces de palmiers cohabitent sans intervention de l'humain. Ils présentent ainsi un aspect sauvage, contrairement aux palmiers d'ornement[5].

  • la Villa Rose et son potager

Une bastide du XIXe siècle qui accueillera prochainement un centre de documentation. Son jardin est orné d'un potager présentant de nombreux végétaux comestibles des quatre coins du monde et notamment des Solanum ovigerum, une variété d'aubergine ayant l'aspect d'un œuf de poule. Un spécimen remarquable de Ginkgo Biloba y pousse également.

Accès[modifier | modifier le code]

Le jardin botanique de Marseille est accessible à tous et gratuit depuis l'été 2020. Son entrée est située à l'extrémité est du parc Borély, entre la roseraie et le château. Il est ouvert au public du mardi au dimanche de 10 h à 18 h. Depuis le printemps 2021, à la suite d'actes de dégradation, la ville a mis en place un système de réservation via internet afin de limiter et contrôler l'affluence. Il est obligatoire de s'inscrire pour accéder au jardin botanique. Le ticket d'entrée est gratuit, 100 places sont disponibles chaque jour. Tous les mercredis et samedis de 14 h 30 à 16 h 30, la ville de Marseille organise de visites guidées gratuites[1][source insuffisante].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Jardin botanique | Ville de Marseille », sur www.marseille.fr (consulté le )
  2. Dominique Milherou, « Jardin Botanique de Marseille », sur Tourisme Marseille // Carte Interactive & Blog de découverte de Marseille (consulté le )
  3. a et b David Coquille, « Marseille : une étude pour la restauration de la serre tropicale de Borély », sur www.lamarseillaise.fr (consulté le )
  4. David Coquille, « Marseille : le « jardin d’hiver » de Borély menacé de destruction », sur www.lamarseillaise.fr (consulté le )
  5. Ville de Marseille, Plaquette de présentation du jardin botanique.

Lien externe[modifier | modifier le code]