Timișoara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Timișoara
ROU TM Timisoara CoA1.png
Timisoara collage.jpg
Nom local
(ro) TimișoaraVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Județ
Partie de
Chef-lieu
Timișoara (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Capitale de
Superficie
130,5 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
89 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Timisoara in Romania.png
Démographie
Population
319 279 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
2 446,6 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Municipalité de Roumanie (en), Chef-lieu de județ (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Chef de l'exécutif
Contient la localité
Timișoara (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages
Histoire
Origine du nom
Identifiants
Code postal
300001–300789Voir et modifier les données sur Wikidata
Indicatif téléphonique
56Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Temeswar, 1685. Dans Wagner, Delineatio Provinciæ Pannoniæ, Augsbourg, 1685.

Timișoara (prononcé en roumain : /ti.mi.ˈʃo̯a.ra/ Écouter ; en allemand : Temeswar, ou anciennement Temeschburg ou Temeschwar[1], en hongrois : Temesvár /ˈtɛ.mɛ.ʃvaːr/ Écouter[1], en serbo-croate : Темишвар/Temišvar[2], en bulgare du Banat (en) Timišvár, en turc : Temeşvar) est une ville de l'Ouest de la Roumanie, dans la région du Banat, județ de Timiș, comptant 319 279 habitants en 2011.

Réputée dès la deuxième moitié du XVIIIe siècle pour l’esprit mercantiliste de ses habitants puis pour le développement de son industrie, Timișoara est une ville multiculturelle avec des minorités influentes, essentiellement des Allemands (Souabes ou « Schwaben »), des Hongrois, des Serbes et des Roms mais aussi des Italiens, des Bulgares et des Croates ou encore des Tchèques et des Slovaques. Elle a bénéficié pendant les dernières décennies de régime communiste du statut de principal point de contact avec « le monde libre », ce qui lui a conféré en outre une plus grande ouverture au reste du monde[3].

Le territoire municipal couvre 136 km2 (le județ de Timiș comptant 8 697 km2). De type continental, le climat est marqué par une légère influence méditerranéenne qui tempère les rigueurs hivernales.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville vient de la rivière Timiș dont les eaux arrivaient, dans un passé lointain, depuis les monts Semenic jusqu'à la ville mais ne coule plus aujourd'hui qu'à la proximité. C'est la Bega, canalisée depuis 1728, qui parcourt la localité.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1019, Timișoara est mentionnée pour la première fois dans des documents écrits par l'empereur byzantin Basile II (tous les historiens ne s'accordent pas sur cette identification).

Pour l'essentiel, voir l'histoire du banat de Temesvar.

L'an 1552 marque le début de l'occupation ottomane qui prit fin en 1716 avec le succès du siège mené par le prince Eugène de Savoye. Son influence modernisatrice valut rapidement à la ville le surnom de Mica Vienă (Petite Vienne).

La première usine de tabac de Roumanie fut créée à Timișoara. Ville industrielle et centre administratif, elle devient le 12 novembre 1884 la première ville d'Europe dont les rues sont éclairées à l'électricité[évasif] (731 lampes)[4],[5],[6], et l'une des premières villes dotées d'un tramway électrique (en 1899)[6] et l'une des premières de Roumanie à être dotée d'un chemin de fer (la reliant à Baziaș (en) sur le Danube).

Elle fut rattachée à la Roumanie en 1918. Comme toute la Roumanie, Timișoara a subi les régimes dictatoriaux carliste, fasciste et communiste de à , mais connaît à nouveau la démocratie depuis 1990.

Insurrection de 1989[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Révolution roumaine de 1989.

Le , une insurrection populaire débute à Timișoara contre le régime communiste de Nicolae Ceaușescu. La ville est ainsi la première à se rebeller contre le pouvoir. Un ordre d'évacuation administrative du pasteur calviniste László Tőkés est donné à la police, surveillé par la police secrète, la Securitate, en réaction duquel sa maison est entourée par des membres de son Église, le 15 décembre. Le 16 décembre, des centaines de citoyens de toutes les religions et croyances, majoritairement roumaines orthodoxes, décident d'exprimer leur désaccord avec les méthodes du régime communiste. Vers 17 heures, les premiers slogans anticommunistes sont lancés : « Jos guvernul! Jos Securitatea! » (« À bas le gouvernement ! À bas la Securitate ! »), et le premier tram est bloqué par les manifestants. Le centre de la ville est entièrement occupé et Piața Maria (place de la Vierge) est bloquée. À 22 heures commence l'intervention en force de troupes USLA pour dégager le périmètre autour de la maison paroissiale, en dispersant les manifestants dans les rues voisines. Durant la nuit, les forces spéciales transportent le pasteur et sa famille avec une ambulance et deux camions en direction de Mineu, en Transylvanie. Les forces armées ouvrent le feu sur les manifestants et les agents de Miliţia et Securitate opèrent des centaines d'arrestations. À la suite de la reprise des émeutes, la répression continue le 18 décembre, notamment autour de la cathédrale orthodoxe place Victoria (centre ville), de la place de la Liberté, et des grands boulevards Calea Girocului, Calea Lipovei et Calea Buziasului, ou bien pont Decebal et place Trajan. Lundi matin, une rumeur, se répand dans la ville : environ 40 cadavres déposés dans la nuit de dimanche à la morgue, ont été transportés en deux camions frigorifiques après avoir été numérotés et photographiés, en quittant la ville avant l'aube. Mardi, le 19 décembre des comités dans les grandes entreprises décident l'arrêt complet du travail et des marches de solidarité avec les familles endeuillées et les personnes arrêtées. Les menaces de politiciens déplacés sur place n'ont aucun résultat. Mercredi, le 20 décembre, un comité des représentants est invité à présenter au Premier ministre communiste « la liste de doléances » dans l'établissement du conseil régional. Les revendications étant trouvées inacceptables, les représentants, après avoir annoncé l'impasse des négociations au balcon, demandent le regroupement de manifestants en face du palais de la culture (l'Opéra). L'armée reçoit de nouveau l'ordre d'ouvrir le feu sur les insurgés, mais certains officiers refusent d'obtempérer et se rangent du côté des manifestants. L'après-midi, un comité révolutionnaire s'installe à l'Opéra en déclamant du balcon les revendications de la population. Le 20 décembre, après quatre jours d'insurrection, Timișoara est déclarée première « ville libre » de Roumanie. Le Front démocratique roumain (ro) est constitué le soir.

Le 21 décembre une proclamation est lue en répétition par les représentants du Front démocratique roumain, en demandant, entre autres, l'abolition du régime et des élections libres. C'est la fin du régime qui tombe le 22 décembre.

Charnier de 1989, une falsification célèbre[modifier | modifier le code]

Les journalistes[7] rapportèrent qu'il y aurait eu 1 104 tués et 3 352 blessés pendant l'insurrection, en opposition avec le nombre réel de 93 morts à la fin de celle-ci. Les images de cadavres dont l'origine véritable avait été cachée furent abondamment diffusées dans le monde entier. Ce n'est qu'en février 1990 qu'il fut officiellement établi qu'il s'agissait là d'une intoxication. Le nom de Timișoara est dès lors resté associé aux manipulations dont les médias sont toujours susceptibles d'être à la fois les dupes et les relais[8]. Dès la première diffusion des images aux téléspectateurs il était visible, pour un observateur un tant soit peu attentif, que les corps déterrés portaient de nombreuses cicatrices de plaies recousues trahissant des interventions chirurgicales.

Économie[modifier | modifier le code]

Timișoara est un important centre économique depuis le XVIIIe siècle. En raison de la colonisation autrichienne, la diversité ethnique et religieuse et des lois novatrices ont entraîné un développement rapide de l'économie. En 1718 a été construit à Timișoara la brasserie Timișoreana, la première sur le territoire de ce qui est désormais la Roumanie.

Au cours de la révolution industrielle, de nombreuses innovations modernes ont été introduites. La ville fut la première de l'Empire austro-hongrois à avoir introduit l'éclairage de rue électrique. La rivière Bega a également été canalisée à la même époque devenant le premier canal navigable sur le territoire roumain actuel. De cette façon, Timișoara a noué des contacts avec le reste de l'Europe, et même avec le reste du monde à travers la mer Noire, conduisant au développement local du mercantilisme. À la fin du XIXe siècle, Timișoara est reliée au réseau de chemins de fer.

Timișoara a été la première ville du pays à accueillir des investissements étrangers après 1989, en particulier dans la haute technologie. En termes de niveau de vie, Timișoara occupe le quatrième rang à l'échelle nationale. Dans un article paru fin de 2005, le magazine français L'Expansion qualifie Timișoara de vitrine économique de la Roumanie et compare l'augmentation importante du nombre d'investissements étrangers comme une « deuxième révolution »

De nombreux investissements étrangers provenant de pays de l'Union européenne, en particulier de l'Allemagne et de l'Italie ont été réalisés. La ville compte une usine de fabrication de pneumatiques du groupe allemand Continental AG ouverte en 2000. Linde AG produit des gaz techniques, et une partie des moules de câblage pour BMW et Audi sont produits par la société Dräxlmaier. Des entreprises telles que FM Logistic, Nestlé, Procter & Gamble, Cora, L'Oréal, Sanofi Aventis et Groupe Rocher y sont implantés.

Économiquement, la ville a connu un fort essor, avec notamment des implantations d'entreprises italiennes, allemande comme Continental, Draxlmaier ou françaises, comme Valeo, ou encore Alcatel (l'un des premiers employeurs locaux, avec plus de 800 cadres, informaticiens en particulier).

En 2018, il est prévu que soit inauguré le plus grand complexe commercial et de bureaux du pays, Openville.

Politique[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.
La préfecture du județ de Timiș.

Timișoara est une ville ancrée à droite, qui la gouverne sans discontinuer depuis 1992, date des premières élections libres. Le maire actuel est Nicolae Robu, issu de ce parti. Le conseil local est composé de 27 conseillers.

Liste des maires successifs[9]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1990 1992 Borha Liviu PNL  
1992 1996 Viorel Oancea (ro) PAC (ro)  
1996 2012 Gheorghe Ciuhandu (ro) CDR, puis PNȚCD  
2012 En cours Nicolae Robu PNL  
Élections municipales de 2016[10]
Parti Sièges Statut
Parti national libéral (PNL) 12
Parti social-démocrate (PSD) 9
Parti Mouvement populaire 2
Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR) 2
Alliance des libéraux et démocrates (ALDE) 1
Indépendant 1

Démographie[modifier | modifier le code]

Timișoara compte 336 089 habitants (statistiques de 2006, contre 317 660 lors du recensement de 2002). La croissance annuelle moyenne est de +1,5 %. 14,2 % de la population a 15 ans ou moins. 4 % ont plus de 75 ans.

La répartition entre les cultes reflète plus ou moins la composition multiculturelle. Lors du recensement de 2002, environ 80 % des habitants se déclarent orthodoxes et 10 % catholiques romains, la ville compte encore plus de 4 000 gréco-catholiques. Les diverses églises néo-protestantes (pentecôtistes, baptistes…) ont notoirement progressé en influence tandis que la communauté juive, très importante avant l'instauration du régime communiste, s'étiole fortement et ne peut plus entretenir les trois synagogues de la ville (dont la grande synagogue de Timișoara).

Dynamique de la population de la municipalité et composition ethnique :

Recensement[11] Composition ethnique
Année Population Roumains Allemands Hongrois Serbes Juifs Roms Slovaques Bulgares Ukrainiens Autres
1850 20 590 3 807 11 715 2 346 1 770 1 867 ? ? ? ? ?
1880 38 702 5 188 21 121 7 745 2 487 ? ? 416 ? 29 1 716
1890 45 948 5 594 24 973 11 100 2 363 ? ? 332 ? 27 1 559
1900 60 551 6 312 30 892 19 162 2 730 ? - 288 ? 13 1 154
1920 86 850 16 047 32 097 27 189 ? 8 307 - ? ? ? 3 210
1930 102 390 25 207 33 162 31 773 2 237 7 264 379 652 279 56 1 381
1941 125 052 46 466 37 611 24 891 ? ? ? ? ? ? 16 084
1956 142 257 75 855 24 326 29 968 3 065 6 700 122 575 280 56 1 310
1966 174 243 109 100 25 058 31 016 4 188 2 590 120 490 475 71 1 135
1977 269 353 191 742 28 429 36 724 6 776 1 629 1 109 404 942 299 1 299
1992 334 115 274 511 13 206 31 785 7 748 549 2 668 675 1 314 756 903
2002[12] 317 660 271 677 7 142 24 287 6 311 367 3 062 570 1 218 762 2 264
2011[13] 319 279 259 754 4 193 15 564 4 843 176 2 145 385 859 556 30 804

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

Timisoara est l'un des centres culturels et artistiques les plus dynamiques de Roumanie.

La vie culturelle est marquée par le multiculturalisme, la vitalité de diverses associations communautaires, l'influence des universités dont celle de l'Ouest (la musicologie et les arts plastiques sont enseignés à l'UVT), la présence de groupes musicaux renommés, de maisons d'édition, etc.

Le Centre culturel français et le Deutsches Kulturezentrum Temeswar contribuent fortement au calendrier culturel local en organisant de nombreuses manifestations, parfois conjointement. Les saisons culturelles sont ponctuées par de nombreux festivals.

En 2021 Timișoara sera capitale européenne de la culture.

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

En termes d'architecture, la ville hérite d'un vaste patrimoine de monuments historiques (environ 14 500 bâtiments), le nombre le plus élevé de tout le pays. En effet, l'ensemble du complexe de bâtiments dans le centre, du quartier Fabric et du quartier Iosefin sont considérés comme monuments historiques. Ceci est le résultat d'une longue tradition de planification urbaine moderne, qui a commencé au XVIIIe siècle, avec l'arrivée des Autrichiens. Le centre, ayant remplacé l'ancienne forteresse, celui-ci a été rénové avec des places et des rues droites. L'influence baroque était viennoise, ce qui justifie le surnom de Timișoara « la petite Vienne ».

Le musée des Beaux-Arts.

À la fin du XIXe siècle, la structure urbaine de la ville subit un vaste processus de modernisation. Les anciens bastions militaires sont démolis et remplacés par des boulevards et des nouveaux quartiers. En 1904, la Ville créé le poste d'architecte en chef décerné à László Székely. Il apporte une contribution décisive à la refonte de la zone centrale et de l'introduction du style Art nouveau, la sécession et le paysage urbain éclectique de la ville. Les différents palais de la place de la Victoire et de la place de l'Union sont représentatifs de ces styles architecturaux.

Le Centre et Iosefin ont conservé des empreintes de la diversité ethnique de la ville avec des influences de l'allemandes, hongroises et serbes. Les bâtiments ne dépassent pas trois étages et sont souvent de couleurs vives. Les quartiers tels que Mehala, Iosefin ou Freidorf ont conservé des caractéristiques typiques des villages traditionnels de Souabes du Banat : de grandes maisons avec façade sur rue, fleuries et entourés d'espaces verts.

La dernière influence architecturale sur la vieille ville est introduite avec le rattachement de Timisoara au royaume de Roumanie en 1918. Le meilleur exemple en est la cathédrale métropolitaine, exemple de l'architecture roumaine traditionnelle qui est actuellement le plus grand bâtiment de Timisoara, avec une hauteur de 90,5 m. Dans la période entre les deux guerres, de nouveaux quartiers de villas sont construits autour du centre, où l'influence est Art déco, Brâncovenesc ou style classique français.

La ville possède de nombreux parcs et espaces verts qui longent le canal de la Bega. La ville est surnommée pour cette raison la « Cité des roses », tout particulièrement pour sa roseraie, créée en 1928, qui abrite près de 1 200 variétés de roses.

En 2018, sera inauguré à Timisoara un complexe de bureaux et de centre commerciaux Openville et possédera la plus haute tour de Roumanie (155 m et 27 étages).

Parmi les édifices notables, peuvent être cités :

Éducation[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Lycées[modifier | modifier le code]

  • Le lycée germanophone Nikolaus Lenau, créé en 1870 et dont est issu la lauréate du prix Nobel Herta Müller, est fréquenté par des élèves issus des diverses communautés linguistiques du Banat.
  • Le lycée Jean-Louis Calderon est créé en 1990. Il porte le nom d'un journaliste français mort en mission pour la Cinquième chaîne française pendant la révolution de 1989 à Bucarest.
  • Le lycée Shakespeare dispense des cours en anglais. Des cours sont aussi assurés en hongrois ou serbe dans divers établissements et l'ITT (Institut intercultural Timișoara) favorise l'intégration des élèves roms dans les écoles.
  • L'hébreu fut aussi longtemps langue d'enseignement dans la ville du fait de l'importance de la communauté hébraïque avant les déportations des régimes fasciste puis communiste.

Universités[modifier | modifier le code]

L'université Politehnica Timișoara, rectorat.

Les principales universités sont :

Il y a d'autres universités privées, dont l'université Mihai Eminesco et l'université chrétienne Dimitrie Cantemir, ayant une filiale locale.

Personnalités liées à Timișoara[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Les réseaux de tramways et trolleybus.

La ville dispose d'un réseau de transports urbains exploité par la Regia Autonomă de Transport Timișoara (RATT). Il comprend des lignes de tramways, de trolleybus et d'autobus. Depuis les années 1990, le réseau s'équipe de véhicules d'occasion provenant d'Allemagne (Brême, Karlsruhe, Munich) pour les tramways, de Belgique (Bruxelles), de France (Mulhouse), et d'Autriche (Salzbourg) pour les autobus, et d'Allemagne (Eberswalde, Weimar, Esslingen), d'Autriche (Salzbourg), de Suisse (Winterthur) et de France (Lyon) pour les trolleybus.

Près d'une dizaine de compagnies de taxis et des indépendants se partagent le marché local.

L'aéroport international Traian-Vuia est desservi par de nombreuses compagnies aériennes classiques et sert de plaque tournante pour les vols de la compagnie scandinavo-moldave Carpatair. Les compagnies aériennes low cost (à bas prix), déjà présentes dans les aéroports voisins d'Arad et Cluj. En 2009, la compagnie hongroise Wizz Air dessert l'aéroport Traian-Vuia depuis ceux de Beauvais, Luton, Dortmund et de plusieurs aéroports espagnols ou italiens. En 2016, Ryanair, la plus grande compagnie aérienne low-cost en Europe, y ouvre sa première base opérationnelle roumaine. Un avion est alloué à ses sept nouvelles bases et les itinéraires sont : Londres - Stansted, tous les jours, Berlin, Düsseldorf et Francfort chaque quinzaine, Bruxelles, trois fois par semaine, Milan cinq vol par semaine en novembre et Bucarest 12 vols par semaine ; soit 33 vols par semaine[14]. Plusieurs autocaristes assurent des liaisons régulières nationales et internationales ou permettent de rejoindre les aéroports de Budapest ou Belgrade. La Compagnie des chemins de fer assure plusieurs liaisons par jour avec Budapest (puis Vienne et d'autres villes) et une desserte quotidienne de Belgrade.

Aux alentours[modifier | modifier le code]

Les alentours de la ville sont renommés en raison de la présence d'anciens volcans et de parcs naturels et réserves (faune, flore) protégées comprenant notamment des lacs et des marais.

Le site le plus réputé est celui de l'arboretum du parc Bazoș (situé à Bazoșul Nou, proche de la localité de Bazoșu Vechi, à 18 km à l'est de la ville). Sa forêt de chênes, implantée voici plus de 150 ans, abrite aussi plus de 800 autres essences (à l'origine, en 1909, l'arboretum fut constitué par des apports provenant de celui de l'université Harvard, et le parc, propriété de la famille Ambrózy, fut acquis en 1934 par l'Office roumain des forêts). Son statut de réserve naturelle protégée lui fut conféré en 1954.

La réserve ornithologique Mlaștinile Satchinez se situe près du lac et de la localité de Stachinez (distante de 25 km au nord-ouest de Timișoara). Dénommée aussi Delta Banatului, cette réserve, d'une superficie de plus de 240 hectares, est baignée par la rivière Apa Mare (la « grande eau »).

Le site paléontologique fossilifère de Rădmănești se situe à proximité de la commune de Bara (environ 70 km de Timișoara).

Le département du Timis comprend au total 14 sites naturels préservés bénéficiant du classement en réserves.

La grotte des monts Poiana Rusca, proche du village de Românesti, est réputée pour les concerts de musique classique qu'y organise l'association spéléologique Speotimis depuis 1984.

Les complexes de balnéothérapie de Buziaș et de Calacea contribuent aussi à l'attractivité touristique de la ville, de même que les vignobles et caves du Recaș. La maison romano-britannique Cramele Recaș, qui produit des vins issus des cépages sauvignon blanc, merlot, chardonnay, riesling et pinot gris principalement, est l'une des principales animatrices du festival des vins de Timișoara.

Proche de la frontière hongroise, le village de Sânnicolau Mare abrite la maison natale du musicien et compositeur d'origine hongroise Béla Bartók qui popularisa la musique du Banat. Cette maison a été transformée en musée.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Timișoara est jumelée avec[15] :

Timișoara entretient également des accords de partenariat avec :

Photos de la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) Gerhard Hochstrasser, Historische und Philologische Untersuchung des Ortsnames Temeschburg - Temesvár - Timișoara, Eurobit, , p. 7.
  2. Sorin Forțiu, Falsele denumiri ale orașului Timișoara.
  3. Vincent Veschambre et Nicolae Popa, « Dynamiques économiques et renouvellement urbain en Roumanie : l’exemple de la ville de Timişoara », Revue Géographique de l'Est, vol. 49, no 1,‎ (lire en ligne)
  4. http://www.wonderful-romania.com/index.php/component/k2/item/48-timisoara-the-first-european-city-public-street-lighted.
  5. http://www.timisoara2021.ro/en/history-of-timisoara/
  6. a et b http://www.primariatm.ro/timisoara/index.php?meniuId=15&viewCat=134&viewItem=363.
  7. Jean-Marie Charon, Le Journalisme, Milan, , 63 p. (ISBN 978-2-7459-2598-5), p. 50.
  8. « Timișoara représente le point extrême de ce procès, qui mérite de donner son nom au nouveau cours de la politique mondiale. Une police secrète, qui avait conspiré contre soi-même pour renverser le vieux régime à spectacle concentré, et une télévision, qui mettait à nu sans fausse pudeur la fonction politique réelle des médias, ont réussi à accomplir ce que même le nazisme n’avait osé imaginer — faire coïncider en un seul événement monstrueux Auschwitz et l’incendie du Reichstag. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, des cadavres à peine enterrés ou alignés sur les tables des morgues, ont été exhumés en vitesse et torturés pour simuler devant les caméras le génocide qui devait légitimer le nouveau régime. Ce que le monde entier voyait en direct sur les écrans de télévision comme la vérité vraie, était une falsification, authentifiée cependant par le système mondial des médias. Ainsi le vrai et le faux devinrent-ils ici indiscernables à travers le prisme médiatique. Timișoara est, en ce sens, l’Auschwitz de l’âge du spectacle : et de même qu’il a été dit qu’après Auschwitz, il est impossible d’écrire et de penser comme avant, de même après Timișoara, il ne sera plus possible de regarder un écran de télévision de la même manière. » Giorgio Agamben, postface à l'édition italienne en un volume de La Société du spectacle et des Commentaires sur la société du spectacle de Guy Debord[1].
  9. (ro) « Primarii Municipiului Timișoara », sur primariatm.ro (consulté le 2 mai 2016).
  10. (ro) « Rezultate finale 5 iunie 2016 », sur www.2016bec.ro (consulté le 12 juin 2016).
  11. Ethnic items of Timiș County par E. Varga (hu).
  12. (ro) « Structura Etno-demografică a României », sur www.edrc.ro (consulté le 6 mars 2017).
  13. (ro) « Tab8. Populația stabilă după etnie – județe, municipii, orașe, comune », sur recensamantromania.ro.
  14. (ro) « Ryanair si-a deschis baza de la Timisoara! Oferta speciala: 100.000 bilete cu preturi de la 4,99 euro », sur debanat.ro, (consulté le 26 septembre 2016).
  15. Orașe înfrățite.

Pages liées[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :