1961

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1961 (MCMLXI en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour les autres significations, voir 1961 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Événements[modifier | modifier le code]

Monde[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

Guerre en Angola : reconquête de Beira Baixa
  • Ghana : « Discours de l’aube » de Kwame Nkrumah qui stigmatise la corruption de plusieurs cadres de son parti, le CPP.
  • Épidémie de choléra en Afrique de l’Est (1961-1979).
  • L’ONU forme un comité spécial d’enquête sur les territoires portugais d’Afrique.
  • Les habitants de l’empire colonial portugais accèdent à la citoyenneté portugaise.

Afrique du Nord[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

  • 3 janvier : rupture des relations diplomatiques entre les États-Unis et Cuba à la suite de l’expulsion de diplomates américains en poste à la Havane. Eisenhower transmet le dossier à Kennedy, qui donne le feu vert à l’invasion, à condition qu’aucune force nord-américaine ne soit impliquée.
  • 31 janvier : Jânio da Silva Quadros, (UDN), Président de la République au Brésil. Il doit affronter une situation économique délicate.
  • 23 février : Ernesto Guevara devient ministre de l'industrie à Cuba. Il élabore un plan de restructuration, dans l’idée de rompre la dépendance économique de Cuba à l’égard des exportations de sucre, de diversifier la production agricole et d’industrialiser le pays. La production de sucre tombe de 6,8 millions de tonnes en 1961 à 4,8 en 1963, privant le pays de précieuses devises. L’industrialisation est handicapée par l’embargo nord-américain.
  • 13 mars : le président Kennedy propose à l’Amérique latine une « Alliance pour le Progrès » afin de promouvoir conjointement le développement économique, engager des réformes structurelles, instaurer ou consolider la démocratie. Le lendemain, il demande au Congrès des États-Unis l’autorisation de créer un Fond interaméricain de progrès social.
  • 17 avril : dans la baie des Cochons, un millier d'opposants au régime castriste, bénéficiant de l'aide de la CIA, tentent un débarquement armé. L'opération se révèle un fiasco et à pour conséquence un rapprochement officiel de Fidel Castro avec l'Union soviétique. Le gouvernement des États-Unis décrète un blocus.
  • 25 avril[8] : création au Brésil d’une société nationale, Eletrobrás, pour contrôler la production et la distribution d’électricité.
  • 30 mai : assassinat de Trujillo en République dominicaine, ouvrant une période d’instabilité politique. Longtemps écarté du pouvoir, la bourgeoisie se rue sur les biens du dictateur déchu.
  • 16 - 20 avril : débarquement de la baie des Cochons. La tentative d’invasion de groupes d’exilés cubains anticastristes appuyés par les États-Unis est un véritable fiasco. Les attaquants sont attendus par les troupes de Castro et ne reçoivent aucune aide aérienne de la part des États-Unis. Castro triomphe. La veille de l’attaque, Fidel Castro a proclamé le caractère « socialiste » de la révolution cubaine et Khrouchtchev lui assure son soutien inconditionnel.
  • 1er mai : Cuba devient une République démocratique socialiste.
  • 5 - 17 août : conférence exceptionnelle du Conseil interaméricain économique et social de l’OEA à Punta del Este, en Uruguay. Après le fiasco de l’intervention à Cuba, Kennedy présente ses projets d'« Alliance pour le progrès ». Deux documents sont signés : le premier, la Déclaration des peuples d’Amérique, fixe un certain nombre d’objectifs généraux détaillés dans le second, la Charte de Punta del Este.
    • La rhétorique de l’Alliance pour le progrès concernant la démocratie ne sera guère suivie d’effet et sera même contre-productive. À l’opposée, l’assistance militaire fait des progrès considérable. Elle passe de 65 millions par an pour l’Amérique latine entre 1953 et 1961 à 172 millions pour les trois années de l’administration Kennedy. L’aide économique est singulièrement accrue, passant d’une moyenne annuelle de 204 millions de dollars sous la présidence d’Eisenhower à 1,3 milliard entre 1962 et 1965.
  • 23 août (Brésil) : le journaliste Carlos Lacerda dénonce à la télévision de São Paulo un coup d’État qu’aurait préparé le président Quadros. Le 24 août, il fait de même à la télévision de Rio.
  • 25 août : le Président brésilien Jânio Quadros renonce à la présidence et quitte Brasilia, laissant une lettre accusant les forces occultes et étrangères. Le vice-président João Marques Goulart, ancien ministre du Travail de Getúlio Vargas qui se trouvait en Chine, revient en hâte, et trouve un compromis avec l’armée : l’armée laisse Goulart accéder à la présidence, mais la Constitution est amendée. De présidentiel, le régime devient parlementaire. Goulart entre en fonction le 7 septembre.
  • 7 novembre : les militaires mettent un terme au quatrième mandat du dirigeant populiste Velasco en Équateur. Le vice-président Carlos Julio Arosemena lui succède. Il fait preuve de nationalisme et d’inclinaisons à gauche (fin en 1963).
  • 30 novembre : opération Mongoose de la CIA contre le gouvernement cubain.
  • 15 décembre[9] : une nouvelle modification de la Constitution brésilienne transfère une partie du pouvoir exécutif présidentiel vers le Premier ministre João Marques Goulart.
  • Décembre : Fidel Castro se déclare marxiste-léniniste.

Asie[modifier | modifier le code]

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • 11 avril : début du procès Adolf Eichmann en Israël.
  • 19 juin : le Koweït accède à l'indépendance après abrogation du traité de protectorat de 1899.
  • 1er juillet[18] : la Grande-Bretagne aide le Koweït face à une menace d’invasion des Irakiens[19].
  • Été : le gouvernement de la RAU est entièrement centralisé en Égypte.
  • 11 septembre : révolte kurde en Irak[20]. Qasim soutient les opposants au dirigeant kurde Barzani, qui réplique en prenant le maquis et demande l’autonomie du Kurdistan. En septembre, les organisations kurdes sont interdites et l’armée entame une répression contre les forces de Barzani. Devant la situation, les officiers kurdes de l’armée démissionnent et s’engagent auprès de Barzani. La guérilla kurde est efficace et l’armée irakienne ne parvient à contrôler que les principales agglomérations. Le régime de Qasim en sort affaiblit.
  • 28 septembre : l’armée syrienne s’empare du pouvoir. Nasser refuse une épreuve de force et rapatrie tous les Égyptiens présents en Syrie. La RAU est dissoute.
    • L’échec de la RAU amène Nasser à modifier sa politique. Son idéologie prend une orientation nettement socialiste. Il veut établir la justice sociale, l’égalité des chances et former un grand corps social unique sous l’autorité de l’État. Il accélère les nationalisations, dépossède les communautés étrangères (Syriens, Libanais, Grecs), détruit le capitalisme égyptien…
  • En septembre, Kennedy désigne un émissaire spécial au Moyen-Orient, Joseph Johnson, chargé d’étudier la question des réfugiés palestiniens sur la base des propositions de 1960. Nasser s’affirme favorable au plan américain. Washington se rapproche de Tel-Aviv, malgré la question de l’armement nucléaire israélien.
  • 15 décembre (Israël) : à Jérusalem, le nazi Adolf Eichmann est condamné à mort après un procès de 8 mois.
  • Nasser se rapproche du Mouvement national arabe de Georges Habache.
  • Le Qatar adhère à l’OPEP.
  • Électrification de l’Égypte (barrage).
  • L’essentiel de la production égyptienne se tourne vers le marché intérieur. Les exportations vers les autres pays arabes sont freinées. L’économie est soutenue par l’URSS (aides techniques et économique) et par les États-Unis, qui livrent des céréales.
  • Seconde réforme agraire en Égypte : le plafond de la superficie des propriétés est réduit à 42 ha. Les cultures sont réglementées par l’État et encadrées par des coopératives agricoles.

Europe[modifier | modifier le code]

4 juin : entrevue de Kennedy et Khrouchtchev
20 novembre : construction du Mur de Berlin
27 octobre : face à face entre chars soviétiques et américains à Checkpoint Charlie.

Fondations en 1961[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Fondation en 1961.

Chronologies thématiques en 1961[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'indiquer ici les chronologies thématiques, en 1961, qui ne figurent pas dans la palette du haut de cette page.

Naissances en 1961[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Naissances en 1961.

Décès en 1961[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décès en 1961.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'ultra-colonialisme portugais dans l'Angola et la révolution de 1961
  2. books.google.com
  3. books.google.com
  4. Chronologie Mali, Le Mali de Modibo Keita (1960-1968) - Clio - Voyage Culturel
  5. Aminata - Les Nouvelles de la Republique de Guinee - Guinée: Le vote du 28 septembre 195
  6. books.google.com
  7. Le panafricanisme syndical
  8. http://www.zonaeletrica.com.br/legislacao/leis/leis_esp/LEIS_3890.pdf
  9. CONSTITUIÇÃO DA REPÚBLICA FEDERATIVA DO BRASIL DE 5 DE DEZEMBRO 1988 – DOU DE 5/10/88
  10. a et b « Leaders Cambodia (Kingdom of Cambodia) », sur Zárate's Political Collections (ZPC)
  11. Official website of Tibetan Medical & Astro.Institute of H.H. The Dalai Lama
  12. a et b Chronologie politique et militaire du Laos
  13. Michael D. Shin, Lee Injae, Owen Miller, Park Jinhoon, Yi Hyun-Hae, Korean History in Maps, Cambridge University Press,‎ (ISBN 9781107098466, présentation en ligne)
  14. Résolutions de la Seizième session de l'Assemblée générale
  15. John Saltford, The United Nations and the Indonesian Takeover of West Papua, 1962-1969 : The Anatomy of Betrayal, Routledge,‎ (ISBN 9781135785970, présentation en ligne)
  16. books.google.com
  17. « The Dowry Prohibition Act, 1961 » (consulté le 24 décembre 2006)
  18. Isc - Cfhm - Ihcc
  19. 1962 : menaces sur le Koweït - Archives pour tous
  20. (Hérodote, Revue de géographie et de géopolitique) Le Kurdistan irakien
  21. Sieglinde Gstöhl, Reluctant Europeans: Norway, Sweden, and Switzerland in the Process of Integration (Lynne Rienner Publishers, 2002) p92
  22. USIA - Les Objectifs de politique étrangère - Août 1997 - Chronologie de la maîtrise des armements
  23. Thomas Taylor MacKie, Richard Rose, International Almanac of Electoral History, Springer,‎ (ISBN 9781349063215, présentation en ligne).
  24. Raymond L. Garthoff, A journey through the Cold War : a memoir of containment and coexistence, Brookings Institution Press,‎ (ISBN 9780815701019, présentation en ligne)
  25. Olivier Delorme, La Grèce et les Balkans, Gallimard (ISBN 9782072495366, présentation en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :