Marsatac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marsatac
Image illustrative de l'article Marsatac
logo du festival Marsatac

Genre Rock, musique électronique, musique africaine, hip-hop
Lieu Marseille et Nîmes Drapeau de la France France
Période Septembre
Capacité environ 25 000
Date de création 1999
Fondateurs Laurence Chansigaud, Béatrice Desgranges, Dro Kilndjian[1]
Structure-mère association Orane
Direction Béatrice Desgranges
Direction artistique Dro Kilndjian
Site web www.marsatac.com

Marsatac est un festival de musique électronique se déroulant à Marseille et à Nîmes (depuis 2012). Il était originellement consacré à la scène hip-hop marseillaise, puis s'est élargi au fur et à mesure des années à la scène hip-hop internationale, à l'electro, au rock et, pour l'édition 2008, aux musiques africaines. La première édition a eu lieu en 1999.

Depuis l'édition 2009 et l'indisponibilité du J4 pour l’accueillir, le festival connaît des problèmes pour trouver un lieu durable et susceptible d'accompagner sa croissance. La Mairie de Marseille a souvent été critiquée pour ne pas trouver de solution à ce problème[2]. Ainsi depuis l'édition de 2008 la fréquentation ne croît plus.

Lieu[modifier | modifier le code]

Certaines éditions ont eu lieu à l'Espace Julien, d'autres aux Docks des Suds et d'autres sur l'Esplanade du J4, tout près du fort Saint-Jean. Lors des éditions 2010 et 2011 le festival a lieu à la friche de la Belle de Mai. En 2012, pour la première fois, le festival se tient en deux villes différentes, Marseille et Nîmes, et à des dates différentes.

Historique[modifier | modifier le code]

1999[modifier | modifier le code]

3ème Œil, Faf la Rage, Don't Sleep DJs, Puissance Nord, Psy 4 de la Rime, Turntable Dragun'z, Fonky Family, Appolo 13, Carré Rouge, Da Mayor, Phonk Neg'z, La Uma

2000[modifier | modifier le code]

IV My People, Freeman, 3ème Œil, Sad Hill, Prodige Namor, K-Rhyme le Roi, Cheb A'ssa, Mafia Trece, Daddy Lord C, Bouga, Dujeous (en), KDD, Don't Sleep DJs, Guem Percussions, DJ Feadz, Cedri'x, Tutto Matto (en), Dax Riders, L'Atome Vs Nickoh DJ, Organic Audio

2001[modifier | modifier le code]

London Elektricity, DJ Vadim, Channel One Sound System, Mr Thing (en), J-Majik, Killa Kela (en), MC MC, Deejay Punk Roc, Le Lutin, DJ Dee Nasty, MC Youthman, MC Dynamax, Kafra (en), Sya Styles & DJ Majestic, Guem percussions, Raïner Truby, La Bijouterie, Touble Makers, Daddy Whitie, Tutto Matto (en), Bagatelle, Pablo Valentino

2002[modifier | modifier le code]

Cette édition se déroule sur l'archipel du Frioul à l'Hôpital Caroline. Une violente tempête oblige à rapatrier les 3 000 festivaliers et à arrêter le festival. Le lendemain, devant l'hostilité des riverains, le festival est annulé.

Pour cette édition tronquée, sont au programme Yvi Slan, Kaiser Söze, Matéo & Gantelmi, Daddy Whitie, Jerk House Connexion, Le Bijoutier & DJ Cab, Cedric Benoit, Big Buddha & David Walters, DJ Mehdi, Alif Tree, Chateau Flight, The Cinematic Orchestra, 4 Hero, Pablo Valentino, Norman Jay (en), Naab, DJ Morpheus, Ghetto Blaster (en), Zero DB, Adam F & MC MC.

2003[modifier | modifier le code]

logo Marsatac sur le fort St Jean (édition 2003)

L'édition est prévue au Palais Longchamp avant d'être déplacée quelques semaines avant, suite aux plaintes des riverains. La mairie de Marseille déplace alors le festival vers le J4, un vaste terrain en bord de mer et en centre-ville, à deux pas du Vieux-Port de Marseille.

Au programme, Matéo & Gantelmi & Alcaline, The Cinematic Orchestra, The Bays, 4 Hero, Le Peuple de l'Herbe, Roni Size, Loop, Shade of Soul, Dujeous (en) + Equilibrium, Breaking Bread (en), Buck 65, Pablo Valenti, Eric Rug, + MC Dynamax, Dee Nasty, DJ Paul, Shogun, Strut DJ's, Norman Jay (en), Tony Allen, Big Buddha & David Walters, Naab, Cedr'x, Clotaire K, Andrew Weatherall, Markus Nicolai, Thomas Br

2004[modifier | modifier le code]

Le festival change une nouvelle fois de lieu d'accueil et se retrouve aux Docks des Suds.

À l'affiche, on trouve Mocky, Overhead, Detroit Grand Pubahs (en), Tiefschwarz, Gravité Zéro, Kid Koala, Dub Pistols, Roots Manuva, The Herbaliser, Black Strobe, The Plump Djs...

2005[modifier | modifier le code]

Le 6 septembre 2005, deux semaines avant le premier concert, le Dock des Suds, qui devait accueillir les deux plus grosses soirées du festival, est détruit par un incendie. Marsatac est déplacé en catastrophe sur le J4, déjà utilisé en 2003[3],[4].

Cette édition accueille Motormark (en), Alex Smoke (en), Sébastien Schuller, Alif Tree et le collectif Compöse, Rona Hartner & DJ ClicK, Vibrion, Sage Francis, David Walters, Issa Bagayogo, Birdy Nam Nam, Laurent de Wilde, X-Ecutioners, The Herbaliser, Kid Koala, JoeyStarr & B.O.S.S crew, Psykick Lyrikah, Whitey, Riton (en), Kenny Larkin, The Film, Château Flight, dEUS, Agoria, Jack de Marseille...

2006[modifier | modifier le code]

Toujours sur le site du J4, cette édition accueille Bikini Machine - Bat for Lashes - Fink - Fujiya & Miyagi - Evil Nine (en) - Mogwai - Matthew Herbert - Two Lone Swordsmen - Peaches - The Rapture - Jahcoozi - Vitalic - The Hacker - John Lord Fonda - Danton Eeprom - Public Enemy - DJ Qbert - Amon Tobin - Sayag Jazz Machine ...

Le festival voit une augmentation significative du nombre de spectateurs avec 14 000 spectateurs[3].

2007[modifier | modifier le code]

Le festival se déroule principalement sur l'esplanade J4 mais aussi à l'abbaye Saint-Victor, le Cabaret aléatoire de la Friche de la Belle de Mai, l'Alhambra et la place de Lenche. Cette année-là, le festival attire 21 000 festivaliers sur deux week-ends[5].

On peut y voir: Pierre Henry - Mos Def - M.O.P. - Modeselektor - Thomas Schumacher - Architecture in Helsinki - The Divine Comedy - The Dead 60s - Kill The Young - Swayzak - Chromeo - The Young Gods - Simian Mobile Disco - Nathan Fake - Guns of Brixton - TY - The Procussions - Svinkels - DJ Kentaro...

2008[modifier | modifier le code]

scène Marsatac édition 2008

Le festival fête ses dix ans et pour l'occasion s'est élargi avec trois soirées, une carte blanche à Liverpool et une soirée avec l'Afrique en guest star. Marsatac se tient une nouvelle fois sur l'esplanade J4 et la fréquentation est record avec 27 000 spectateurs[6].

À l'affiche, Manu Dibango & Soul Makossa - Gilles Peterson - Hocus Pocus - Bauchklang - Benga (en) & Skream - Platinum Pied Pipers (en) - Saul Williams - Foreign Beggars - Looptroop Rockers (en) - DJ Netik - Think Twice - Polysics - Ebony Bones - The Willowz - James Holden - Laurent Garnier - The Notwist - Chloé - Minitel Rose - Boys Noize - Goose...

2009[modifier | modifier le code]

Festival Marsatac 2009

Les travaux de construction du MuCEM étant censés débuter en septembre 2009 sur le J4, Marsatac s'est vu refuser l'accès au site. Le souhait formulé dès 2008 de s'installer sur les plages du Prado pour l'édition 2009 n'a pas été validé par la Ville de Marseille, qui a proposé au festival un site non viabilisé, et sujet à de potentiels glissements de terrain[7]. Marsatac 2009 s'est finalement replié aux Docks des Suds[8] en louant le lieu[9]. Les travaux du MuCEM ont en réalité commencé le 30 novembre 2009[10], et un cirque et une fête foraine ont occupé les lieux sans être inquiétés entre fin septembre et début novembre. Le festival attire 24 500 spectateurs[11].

À l'affiche, Rachid Taha and friends - Speed Caravan - Aftershock (en) - DJ Krush - Krazy Baldhead - Bumcello - L'Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou invite les musiciens de Franz Ferdinand - Raekwon - The Mighty Underdogs (en) - Beat Torrent - Buraka Som Sistema - Nils Petter Molvær - Battant - Success - Jack de Marseille - Archive - Au Revoir Simone - Art Brut - Étienne de Crécy - Felix da Housecat - South Central...

2010[modifier | modifier le code]

Winter by Marsatac[modifier | modifier le code]

Une édition hivernale du festival voit le jour en février 2010 à l'Espace Julien[12]. Elle accueille Agoria, Zombie Nation, The Subs, Clara Moto, Sweet Alchemy, Surkin, Kavinsky, Gift of Gab (en), Little Dragon, Alif Tree.

Le festival[modifier | modifier le code]

Pour l'édition de septembre 2010, des discussions sont en cours quant à la localisation du festival. La ville de Marseille a d'abord proposé un terrain dans le 15e arrondissement[13] puis le site du Palais des Sports[14], tandis que les organisateurs soulignent que la capacité du palais des sports réduirait de moitié la fréquentation du festival par rapport aux années précédentes[15]. Des terrains sur le port autonome sont également proposés par la mairie, mais sans qu'il n'y ait eu de concertation avec les acteurs du Port (direction, CGT)[16]. L'équipe du festival se tourne alors vers le site de la Friche Belle de Mai[17]. Le , le festival est annoncé officiellement avec les premiers noms: Erol Alkan, Sage Francis, Beat Assailant et A Certain Ratio[18].

La programmation s'affine peu à peu[19] avec: Erol Alkan, Mr. Oizo, A-Trak, Talib Kweli, Antipop Consortium, Le Peuple de l'Herbe, Beat Assailant, M.A.N.D.Y. (en), A Certain Ratio, Sage Francis, Féfé, Tumi and the Volume, Aeroplane, The Qemists, Shaka Ponk, The Japanese Popstars, Daedelus, Danton Eeprom, The Killer Meters, Ghislain Poirier & MC Face T, Missill, Dr. Lektroluv, Iswhat?!, Cibelle, Beardyman, Misteur Valaire, Lexicon, Ezra & Los, Fedayi Pacha, Scratch Bandit Crew, Fowatile, Nasser, Paral-lel, Curry & Coco, Jamaica, Success, D.V.D, Humantronic, Blatta E Inesha, Naive New Beaters, Boogers, Mowgli, Dj Pfel, Djedjotronic...

Le festival attire 21 000 spectateurs[20].

2011[modifier | modifier le code]

Marsatac Calling[modifier | modifier le code]

La version hivernale du festival Winter fait place à Marsatac Calling, série de quatre concerts dans différents lieux de la ville de Marseille[21]. Les artistes invités sont Gentleman, Erol Alkan, Cold War Kids et Gonzales.

le festival[modifier | modifier le code]

Le festival conserve le même lieu que l'année précédente (le site de la Friche Belle de Mai) et se déroule du 29 septembre au 1er octobre 2011[22]. À l'affiche, Xzibit, Stupeflip, Chinese Man, Stupeflip, Kanka, Death in Vegas, The Death Set (en), Friendly Fires, Skip the Use, Anthony Joseph (en), Housse de Racket, Black Lips, Modeselektor, Yuksek, Mondkopf, Cascadeur, Psykick Lyrikah, The Dø, Theophilus London...

Chaque soir, le festival est à guichets fermés pour un total de 23 000 billets vendus[23]

2012[modifier | modifier le code]

le Zeppelin de Marsatac 2012 au Dock des Suds

En 2012, le festival se tient dans deux villes différentes: Nîmes et Marseille et avec deux programmations distinctes. Pour la ville de Marseille, c'est un retour au Dock des Suds du 27 au 29 septembre et pour la ville de Nîmes, c'est le tout nouveau complexe musical nîmois Paloma du 20 au 22 septembre[24].

À l’affiche, à Nîmes : Foreign Beggars, C2C, Electric Guest, Joris Delacroix, John Talabot (en), Citizens!, Murkage Cartel (en),, Fowatile, Set & Match, Skream & SGT Pokes, DJ Kentaro, Woodkid, Kap Bambino, Success, Para One, Von Pariahs, Total Warr, Jupiter, Busy P, SebastiAn, Breakbot, The Zombie Kids, Simian Mobile Disco, le Klub Des Loosers, Spoek Mathambo, Nguzunguzu, La Shark[25]...

À Marseille : Doom, A state of mind, El-P, Dafuniks, Epic Rain, Ghostpoet, Heymoonshaker, Noisia, Orelsan, Flux Pavilion, Spank Rock, Foreign Beggars, C2C, Madeon, Futtize (nl), Dope D.O.D. (en), Spoek Mathambo, Dilemn Live, Aucan, Murkage, Grems, 2manydjs, James Murphy, Don Rimini, Baxter Dury, Stuck in the sound, James Holden, Nathan Fake, Breakbot, Kap Bambino, Kas Product, Juveniles, Club Cheval, [25]...

Le Festival bat de nouveaux records avec une fréquentation (sur l'ensemble des deux villes) de 35 000 personnes[26].

2013[modifier | modifier le code]

La quinzième édition se déroulera également dans les deux villes de Marseille et de Nîmes, entre le 19 septembre et le 6 octobre 2013, dans le cadre notamment de Marseille-Provence Capitale européenne de la culture. Pour la ville de Nîmes ce sera une nouvelle fois au Paloma du 19 au 21 septembre et pour Marseille, en plus du Dock des Suds, le festival sera organisé dans 4 autres lieux, le Cinéma l'Alhambra, le Cinéma Les Variétés, l'église Saint-Cannat et Le Silo.

À l’affiche, à Nîmes : Vitalic, Laurent Garnier, Sexy Sushi, Boris Brejcha, Jon Hopkins, Juan Maclean (Dj Set), Thomas Azier, Troumaca, Dave Clarke, Bakermat, Joris Voorn, Aufgang, Juveniles, Fuck Buttons, Polysics, Madben, Carbon Airways, Maya Jane Coles, Rone, Kavinsky, Cassius, TÂCHES, Systema Solar, The Stepkids, Salut C'est Cool, Clear Soul Forces, Robert Delong[27]...

À l’affiche, à Marseille : Dj Oof, Mister Eleganz, Mother City Blues, Looking4galt, Mars Melody, Aufgang, Carl Craig, Tricky, The Black Angels, Fauve, Nevchehirlian, Husbands, Moderat, Vitalic, The Pharcyde, Magnetic Man, The Procussions, Carbon Airways, Stig Of The Dump, The Stepkids, Systema Solar, Akua Naru, Cape Town Effects, Symbiz Sound, Shangaan Electro, Set & Match, Burning House, St.Lô, Kavinsky, Busy P (Ed Banger Megamix), Squarepusher, Bonobo, Boris Brejcha, Nasser, Lindstrom, Breton, Sexy Sushi, Discodeine, Cashmere Cat, Zombie Zombie, Superpoze, Stubborn Heart, Gramme, JC Satan, Andromakers, Oniris, Anticlimax, Dissonant Nation, [27]...

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Dro Kilndjian: "Marsatac est un voyage au long cours" », sur L'Express,‎ 19 aout 2008
  2. « Les grands rendez-vous culturels de Marseille », sur Site officiel de la ville de Marseille
  3. a et b « Marsatac, festival groove en éveil », sur Libération,‎ 2 octobre 2006
  4. « Marsatac se défend bien », sur Libération,‎ 22 septembre 2005
  5. « newsletter octobre 2007 », sur marsatac.com
  6. « 10 BOUGIES : DES ARTISTES ET UN PUBLIC EN OR », sur marsatac.com
  7. « Marsatac, sans domicile fixe en septembre ? », sur La Provence,‎ 15 janvier 2009
  8. « Marsatac aux Docks des Suds, faute de mieux », sur Libération,‎ 26 septembre 2009
  9. « Le festival Marsatac désespère de trouver un site pour l'héberger à Marseille », sur Le Monde,‎ 20 fevrier 2010
  10. « Marseille : la première pierre du Mucem enfin posée », sur AFP,‎ 30 septembre 2009
  11. « MARSATAC, 11 ANS ET TOUT SON MORDANT ! », sur marsatac.com
  12. « WINTER BY MARSATAC # 1 », sur marsatac.com
  13. « A Marseille, les fêtes populaires cantonnées dans un terrain vague », sur La Provence,‎ 20 janvier 2010
  14. « La Ville propose un lieu pour le Festival Marsatac », sur Site officiel de la ville de Marseille
  15. « Marsatac, la farce continue… », sur Marsinfos,‎ 7 fevrier 2010
  16. « L'édition 2010 de Marsatac toujours pas sur orbite », sur 20 Minutes.fr,‎ 9 fevrier 2010
  17. « Marsatac se rapproche de la Friche », sur la marseillaise.fr,‎ 9 mars 2010
  18. annonce du festival 2010
  19. « MARSATAC 12° ÉDITION – LA PROGRAMMATION »
  20. LA 12ème EDITION DU FESTIVAL MARSATAC FAIT LE PLEIN
  21. Annonce de Marsatac Calling
  22. Marsatac 2011, la programmation définitive
  23. La French Touch 3.0 fait salle comble au festival Marsatac de Marseille, LeMonde.fr
  24. Marsatac 2012 rallume la mèche en septembre, Rencontre avec Béatrice Desgranges
  25. a et b « MARSATAC, 14° édition du 20 au 30 septembre 2012, Marseille et Nîmes »
  26. « Marsatac 2012 bat tous les records »
  27. a et b « Newsletter 2013 - N°4 », sur marsatac.com

Lien externe[modifier | modifier le code]