Strasbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Strasbourg (homonymie).
Strasbourg
De haut en bas, de gauche à droite : Gare Centrale ; Cathédrale Notre-Dame et la vieille ville ; Ponts couverts médiévaux près du barrage Vauban ; Palais Rohan ; Petite France ; Palais du Rhin ; quartier de l'Esplanade ; Siège du Parlement européen ; vue de la ville
Gare de Strasbourg Exterior, Alsace, France - Diliff.jpg
Strasbourg Cathedral.jpg Absolute ponts couverts 02.jpg
Strasbourg Palais Rohan depuis le quai des Bateliers.jpg Absolute Petite France 02.jpg Straßburger Kaiserpalast (heute Palais du Rhin).jpg
Absolute Esplanade 02.JPG Kiefer Europaparlament, Strasbourg, Frankreich (13465339734).jpg
Panorama de Strasbourg depuis le parking Wodli.jpg
Blason de Strasbourg
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace (préfecture)
Département Bas-Rhin (préfecture)
Arrondissement Strasbourg-Ville (chef-lieu)
Canton Chef-lieu de dix cantons :
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
Intercommunalité Communauté urbaine de Strasbourg
Maire
Mandat
Roland Ries
2014-2020
Code postal 67000, 67100, 67200
Code commune 67482
Démographie
Gentilé Strasbourgeois, Strasbourgeoise
Population
municipale
272 222 hab. (2011)
Densité 3 478 hab./km2
Population
aire urbaine
761 042 hab. (2010[1], partie française)
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 05″ N 7° 45′ 02″ E / 48.58476, 7.75057648° 35′ 05″ Nord 7° 45′ 02″ Est / 48.58476, 7.750576  
Altitude Min. 132 m – Max. 151 m
Superficie 78,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alsace

Voir sur la carte administrative d'Alsace
City locator 14.svg
Strasbourg

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Strasbourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Strasbourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Strasbourg
Liens
Site web www.strasbourg.eu

Ville libre de Strasbourg
Reichsstadt Straßburg (de)

12621681

Blason
d'argent à la bande de gueules
Informations générales
Statut République
Capitale Strasbourg
Histoire et événements
IIIe siècle av. J.-C. ville celte Argentorate
12 av. J.-C. Fondation romaine d'Argentoratum
VIIIe siècle Strasbourg passe sous contrôle mérovingien
9231262 rattachement au Saint-Empire
1262 Strasbourg devient indépendante de son évêque
1681 Strasbourg est annexé par la France
1697 le Saint-Empire reconnait l'annexion

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Strasbourg (prononcé [stʁa.zbuʁ ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter ; Strossburi [ ʃtrosburi ] en alsacien et Straßburg en allemand) est une ville située dans l'est de la France, sur la rive gauche du Rhin. C'est le chef-lieu de la région Alsace et du département du Bas-Rhin. La ville est le siège de multiples institutions européennes et internationales, notamment le Conseil de l'Europe depuis 1949, le Parlement européen depuis 1952 (siège officiel depuis 1992), la Cour européenne des droits de l'homme au sein du Palais de Droits de l'Homme depuis 1998, le Médiateur européen, et encore le siège de la chaîne de télévision européenne ARTE. À ce titre, elle est fréquemment qualifiée de « capitale européenne » ou encore de « capitale parlementaire de l'Europe ». Ses habitants sont appelés les Strasbourgeois.

Par sa population, Strasbourg intra-muros est la première commune du Grand Est français et la septième de France[2]. Son aire urbaine est la neuvième de France, comptant 761 042 habitants en 2010 dans sa partie française. Elle est l'un des principaux pôles économiques du nord-est et se distingue par un secteur secondaire très diversifié et un secteur tertiaire essentiellement tourné vers les activités financières, la recherche et le conseil aux entreprises[3]. L'économie strasbourgeoise est également marquée par l'implantation de deux pôles de compétitivité, l'un consacré aux sciences de la vie, biotechnologies et à la pharmacie, l'autre aux véhicules du futur[4].

Ville frontière avec l'Allemagne, Strasbourg a été marquée par les différentes administrations germaniques et françaises. Son histoire, riche et tourmentée, a laissé un patrimoine architectural remarquable. Son centre-ville, situé sur la Grande Île, est entièrement classé patrimoine mondial de l'humanité par l’Unesco depuis 1988 et comprend notamment la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg et le quartier de la Petite France[5].

Strasbourg est également devenue le symbole de la réconciliation franco-allemande et plus généralement de l’Union européenne. La ville s’est progressivement spécialisée dans les fonctions politiques, culturelles, et institutionnelles. Elle est ainsi l’une des seules villes avec Genève, Montréal ou New York, à être le siège d'organisations internationales sans être capitale d’un pays[6]. Strasbourg est une ville de congrès internationaux, la deuxième de France après Paris[7].

La présence de plusieurs établissements nationaux renommés, comme le théâtre national, la bibliothèque nationale et universitaire et l’opéra national du Rhin en fait un centre culturel important.

Strasbourg est aussi une grande ville étudiante, son université, ses grandes écoles (Cuej, ENA, Sciences Po Strasbourg, EM Strasbourg, INSA de Strasbourg, International Space University, son nouveau CNRS etc.) et son hôpital universitaire forment un pôle universitaire majeur tourné vers l’internationale avec plus de 20 % d'étudiants étrangers et plus de cent nationalités représentées[8]. L'université qui a accueilli 18 prix Nobel dans ses murs, a été lauréate de nombreux appels d'offres dans le cadre des investissements d'avenir, visant à en faire un pôle d'excellence dans l'enseignement supérieur et la recherche au niveau mondial[9],[10].

Sommaire

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le premier nom de la ville fut en celtique *Argantorati > Argentorate, romanisé en Argentoratum (Argentoraton IIe siècle), même nom qu'Argentré (Mayenne, Argentrato IXe siècle). L’étymologie de ce terme est discutée, certains y voyant un lien avec la Grande déesse celte, dont Argantia est un des épithètes et qui est identifiée avec la lune. L’acception la plus courante[11] voudrait que la racine celtique *arganto- (argent, luisant) renvoie à la couleur et la brillance argentée d'un cours d'eau (cf. l’Argens, l'Arc, etc.), en l'occurrence de l'Ill (Ainos en gaulois). Cette hypothèse est renforcée par l’ancien nom de Horbourg (Argentovaria), commune également située sur l’Ill, dont l'élément ver / var désigne précisément un cours d'eau en indo-européen.

-rate de *rāti désigne une levée de terre ou une fortification (cf. vieil irlandais ráith / ráth, fortin, fortification). Cette hypothèse affirme donc qu'Argentoratum est l'enceinte sur l'Argenta, in extenso la cité de la rivière, du fleuve. Ce nom était alors en parfaite cohérence avec la perception de ce lieu frontière, situé à proximité du Rhin, partie intégrante du réseau de camps défendant le limes nord de l’empire romain.

Puis, à la suite de son intégration dans l'entité germanique, cette ville n'était plus frontalière, mais au cœur du réseau des cités allemandes. Sa perception n’était dès lors plus sur un axe fluvial et orienté nord-sud, mais routière et sur un axe est-ouest. Strasbourg était en effet au niveau d’un des rares ponts permettant de franchir le Rhin et de ce fait placée sur une route majeure est-ouest. Son nom évolua alors en Straßburg, le château (die Burg, bâtiment fortifié [Note 1] , [Note 2]) sur la route (die Straße), issu de Stratiburg nom antérieur à la mutation consonantique haut-allemande mentionné pour la première fois au VIe siècle par saint Grégoire[12].

La commune est appelée Strassburg ou Straßburg[13] en allemand et Strossburi[14] en alsacien.

Article détaillé : Bourg.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Quais de la Krutenau, vus depuis le palais des Rohan (180°)

Localisation[modifier | modifier le code]

Position de Strasbourg par rapport aux grandes villes européennes
Strasbourg vue par le satellite SPOT

Excentrée par rapport au reste de la France, dont la plaine d'Alsace représente l'extrême façade nord-est, Strasbourg occupe en revanche une position centrale en Europe occidentale, sur une importante voie de passage nord-sud. Il faut en effet la replacer dans l'entité plus vaste dont elle fait partie de la vallée du Rhin supérieur qui, de Bâle à Mayence, forme un couloir naturel.

À la limite de l'Europe atlantique et de l'Europe continentale, elle communique au sud par les vallées de la Saône et du Rhône avec l'Europe méditerranéenne et s'ouvre au nord, au-delà des massifs hercyniens allemands, sur les grandes plaines de l'Europe du Nord jusqu'à la vallée de la Ruhr. À vol d'oiseau, Strasbourg se trouve ainsi à égale distance (environ 750 kilomètres) de la Baltique et du littoral atlantique. Elle se situe aussi à égale distance (environ 500 kilomètres) de la Méditerranée, de la mer du Nord et de l'Adriatique.

Forêt-Noire depuis Strasbourg
Le Hornisgrinde (Forêt-Noire) vu depuis Strasbourg

Strasbourg est distante de 136 kilomètres de Stuttgart, de 184 kilomètres de Zurich, de 192 kilomètres de Luxembourg, de 208 kilomètres de Francfort-sur-le-Main, de 876 kilomètres de Toulouse, de 406 kilomètres de Bruxelles et de 397 kilomètres de Paris (distance orthodromique)[15],[16]. La ville est par ailleurs située à 40 kilomètres du massif des Vosges à l'ouest, à une trentaine de la Forêt-Noire à l'est et à 170 kilomètres du massif du Jura.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Oberhausbergen Bischheim
Schiltigheim
La Wantzenau Rose des vents
Eckbolsheim N Kehl (Allemagne)
O    Strasbourg    E
S
Lingolsheim
Ostwald
Illkirch-Graffenstaden
Eschau
Kehl

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Bas-Rhin.
Chasse-neige municipal en hiver
Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Strasbourg[17] 1 693 665 30 29 56
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Brest 1 492 1 109 9 11 74

Le climat qui règne à Strasbourg est de type climat océanique dégradé (Cfb selon la classification de Köppen) avec une assez grande amplitude de température. Ainsi, les hivers connaissent des précipitations neigeuses assez fréquentes tandis que certaines journées d'été peuvent être chaudes, lourdes et étouffantes. Située dans une cuvette entre deux massifs montagneux (les Vosges et la Forêt-Noire) la ville est peu exposée aux vents, ce qui permet ainsi aux températures de fortement augmenter durant la journée. De même, les précipitations sont relativement faibles et irrégulières comparées aux autres régions françaises grâce à la protection naturelle contre les vents d'ouest dominants que constituent les Vosges (effet de foehn). La ville est souvent sujette à de violents orages. Avec 29 jours d'orage par an, c'est une des villes de France les plus orageuses.

À Strasbourg, les températures nocturnes et matinales sont souvent fraiches mais augmentent très rapidement durant la journée. Ainsi, entre le matin et l'après midi, il y a souvent une amplitude de températures non regligeable (entre 10 et 15°).

L'absence de vent, les températures élevées en été ainsi que la situation géographique favorisent logiquement l'apparition de pics de pollution et d'orages[18].

Le 9 juin 2014, Strasbourg a connu une importante chaleur. Ainsi, le mercure a atteint les 37°C à la station météo de l'aéroport d'Entzheim, battant ainsi l'ancien record de chaleur de 35,2°C du 30 juin 1950 et égalisant avec le record de chaleur du 27 juin 1947, également à 37°C. La station météo de l'Observatoire a, quant à elle, relevée une température de 38,3°C ce même jour (en centre-ville) battant ainsi l'ancien record établit aussi en 1947 à 37,8°C à la station de l'Observatoire.

Relevé météorologique de Strasbourg-Entzheim période 1981 2010 ; Records depuis 1923
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,8 −0,6 2,5 5,2 9,8 12,8 14,5 14,1 10,6 7,1 2,8 0,3 6,6
Température moyenne (°C) 1,9 2,9 7 10,5 15 18,1 20,1 19,8 15,8 11,2 5,8 2,8 10,94
Température maximale moyenne (°C) 4,5 6,4 11,4 15,7 20,2 23,4 25,7 25,4 21 15,3 8,8 5,2 15,3
Record de froid (°C) −23,6 −22,3 −16,7 −5,6 −2,4 1,1 4,9 4,8 −1,3 −7,6 −10,8 −23,4 −23,6
Record de chaleur (°C) 17,5 21,1 25,7 30 33,4 37 37,4 38,5 33,4 29,1 22,1 18,3 38,5
Nombre de jours avec gel 16,4 15,1 9 2,2 0,1 0 0 0 0 1,7 7,5 13,8 65,8
Ensoleillement (h) 58,1 83,8 134,8 180 202,5 223,8 228,6 219,6 164,5 98,7 55,3 43,1 1 692,7
Précipitations (mm) 32,2 34,5 42,8 45,9 81,9 71,6 72,7 61,4 63,5 61,5 47 50 664,6
Nombre de jours avec précipitations 8,4 8,1 9,1 9,2 11,5 10,8 9,9 10,2 8,6 9,5 9,3 9,8 114,9
Humidité relative (%) 86 82 76 72 73 74 72 76 80 85 86 86 79
Nombre de jours avec neige 7,8 6,7 4 1,5 0,1 0 0 0 0 0 3,4 6,3 29,8
Nombre de jours d'orage 0,1 0,2 0,5 1,5 5 6,1 6,2 5,5 2,7 0,5 0,2 0,2 28,7
Nombre de jours avec brouillard 9,1 5,7 3,4 1,9 2 1,4 1 2,6 6,7 12,4 10 8,8 65
Source : climatdestrasbourg.fr


Site[modifier | modifier le code]

Les quais de l’Ill dans le quartier de la Petite France

Située à une altitude moyenne de 140 mètres au-dessus du niveau de la mer[19], Strasbourg est caractérisée par un relief relativement plat. Ainsi au centre-ville, on ne perçoit que de très légères ondulations du terrain, culminant notamment à proximité de la cathédrale et à la croisée de la Grand-Rue et de la rue du Fossé-des-Tanneurs, correspondant aux zones d'habitation les plus anciennes, établies à l'origine sur une butte émergeant des marais environnants. La ville est construite sur l'Ill ainsi que le long de la rive gauche du Rhin. L'Ill est la colonne vertébrale de la ville, reliée au Rhin par des anciens bras désormais canalisés (le Canal de jonction et différents bassins d'usage portuaire). Plusieurs affluents traversent les différents quartiers de la ville : la Bruche et le canal de la Bruche à la Montagne Verte et à Koenigshoffen, l'Aar aux Contades et au Wacken, le Rhin Tortu et le Ziegelwasser (anciens bras du Rhin) à la Meinau, au Neuhof et au Neudorf, le canal de la Marne au Rhin au nord. Ainsi Strasbourg est constituée de plusieurs îles dont l'ellipse insulaire du centre historique, l'île aux Épis, l'île du Rohrschollen et le Port du Rhin.

La ville est par ailleurs située sur l'une des plus grandes réserves d'eau potable d'Europe (près de 35 milliards de m3)[20]. La densité importante de l'hydrographie cumulée à l'affleurement de la nappe phréatique contribue à rendre le secteur très sensible aux inondations. C'est pourquoi la plupart des extensions urbaines de la ville puis de l'agglomération se sont faites au moyen de remblais importants (notamment pour la construction du quartier allemand), accompagnées du comblement ou de la canalisation des multiples bras d'eau, réduisant d'autant les surfaces d'épandage et augmentant la rapidité et le débit des eaux en cas de crue.

Strasbourg est aujourd'hui confrontée à un risque d'inondation important dans certains quartiers (Montagne Verte au sud-ouest et Robertsau au nord) qui pèse sur les projets d'extension urbaine et de densification de l'habitat.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Tissu urbain[modifier | modifier le code]

Le centre historique de Strasbourg, qui occupe la grande île, se caractérise par des rues étroites typiquement médiévales, notamment autour de la cathédrale Notre-Dame et dans le quartier de la Petite France. Au nord, le vaste quartier allemand construit entre 1870 et 1914 s'étend de la gare aux portes de l'Allemagne. Il est irrigué par de larges avenues rectilignes qui débouchent sur des zones moins denses, notamment sur le quartier des XV dont les premières constructions remontent au début du XXe siècle. Le sud-est est occupé par le quartier de la Krutenau, l'un des plus anciens de la ville. Un peu plus à l'est se trouve le quartier de l'Esplanade. Construit à partir des années 1960 pour faire face à la poussée démographique, ce quartier est essentiellement composé de grands immeubles (plus de dix étages) ce qui en fait le plus dense de Strasbourg. Au sud, les habitations de densité moyenne prédominent, comme dans le quartier de Neudorf. Les habitations les plus récentes sont réparties dans l'agglomération, mais aussi au sein de la commune, notamment dans les quartiers sud et sud-est de la ville Danube, Rives de l'Étoile et Porte de France. Dans les quartiers ouest et sud-ouest, on retrouve la plupart des logements HLM de la ville Cronenbourg, Hautepierre, Koenigshoffen, Montagne Verte et Elsau. Afin d'améliorer les dessertes du Port Autonome de Strasbourg (PAS) situées dans le secteur de l'île aux Épis, une requalification de la RN4 est en cours. Elle doit permettre à terme de désengorger le trafic des poids lourds sur cet axe majeur et ainsi contribuer à créer une nouvelle centralité transfrontalière en désenclavant le quartier du Port du Rhin. L'objectif principal étant de paysager l'entrée en France depuis l'Allemagne autour du symbole de la frontière et encourager une plus grande mobilité sur l'axe Est-Ouest, en sus de l'axe Nord-Sud. Strasbourg doit reconquérir les berges du Rhin en comblant sur cet axe les vides successifs provoqués par les dépendances et les friches industrielles. De l'habitat plus dense devrait donc apparaître, et connecter durablement Strasbourg aux franges du Rhin.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Les 15 quartiers de Strasbourg

Strasbourg est composée de 15 quartiers[21]. Ces 15 quartiers ont vu le jour en 2013 après que la ville décida d'affiner le découpage des quartiers, qui comportait au départ 10 quartiers calqués sur les cantons de la ville, formant des regroupements de plusieurs véritables quartiers.

  1. Bourse - Esplanade - Krutenau ;
  2. Centre-ville ;
  3. Gare - Tribunal ;
  4. Orangerie - Conseil des XV ;
  5. Cronenbourg ;
  6. Hautepierre, Poteries ;
  7. Koenigshoffen ;
  8. Montagne Verte ;
  9. Elsau ;
  10. Meinau ;
  11. Neudorf - Musau,
  12. Port du Rhin ;
  13. Neuhof 1 ;
  14. Neuhof 2 comprenant le Stockfeld et la Ganzau ;
  15. Robertsau - Wacken (dont le quartier européen).

Architecture[modifier | modifier le code]

Façade d'immeuble
Façades typiques du quartier allemand

L'architecture est une spécificité intéressante de la ville, car elle est profondément biculturelle. Le centre historique regroupe de nombreuses maisons à colombages, notamment dans le quartier de la Petite France, aux abords de l'hôpital civil (quartier du Finkwiller) et de la cathédrale. Ces maisons ont été construites pour la plupart entre le XVIe et le XVIIIe siècle ; les plus emblématiques sont la maison Kammerzell et la maison des tanneurs. D'autres courants architecturaux sont représentés par certains bâtiments remarquables : la Renaissance avec la Chambre de Commerce et d'industrie et le Classicisme avec le Palais des Rohan et l'Aubette. À partir de l'arrivée de Louis XIV, Strasbourg reprend certains codes architecturaux français, notamment la construction d'hôtels particuliers : la Cour de Honau (actuelle mairie, place Broglie), l'hôtel de Deux-Ponts, le palais épiscopal, l'hôtel de Klinglin (actuelle résidence du préfet).

Le grès rose des Vosges est l'une des pierres les plus utilisées, du fait de sa proximité géographique. On le retrouve donc sur de nombreux monuments, et notamment sur la cathédrale. La couleur de cette pierre est cependant très variable. Ainsi, l'église Saint-Paul utilise un grès pâle, tandis que l'aubette présente une teinte très marquée. Le grès des Vosges est cependant une pierre très friable qui nécessite une attention régulière.

Entre 1870 et 1914, le quartier allemand, dit de la Neustadt (nouvelle ville en allemand) est construit. Il forme un ensemble homogène à prédominance résidentielle et au style typiquement germanique (wilhelmien). Les architectes allemands reprennent de nombreux codes esthétiques : néo-renaissance pour le palais du Rhin (ancien palais impérial), néo-gothique pour l'Hôtel des Postes, néo-classique pour le campus universitaire ; on note aussi la présence d'immeubles Art nouveau (notamment allée de la Robertsau, à l'intersection des rues Foch et Castelnau ou encore le palais des Fêtes) qui font de Strasbourg l'un des centres de cette architecture (Jugendstil allemand). Strasbourg est aussi la seule ville avec Metz qui a gardé une trace de l'architecture monumentale allemande du XIXe siècle à travers la place de la République (Palais du Rhin, Préfecture, Trésorerie Générale, Bibliothèque Nationale et Universitaire et Théâtre National). Les immeubles résidentiels utilisent généralement la pierre de taille (pour le rez-de-chaussée et les ornements) associée à la brique (rouge ou ocre, pour le reste de la façade). Le grès rose est lui aussi couramment utilisé pour certaines parties.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logements[modifier | modifier le code]

En 2005, la commune de Strasbourg comptait 135 340 logements. Par rapport à 1999, le nombre de logements a augmenté de 1,9 % alors que le nombre de ménages a grimpé de 6,8 % sur cette même période[22]. Néanmoins, Strasbourg compte plus de 9 % de logements vacants[23].

Selon le recensement complet de 1999, la ville compte 87,9 % de résidences principales contre seulement 0,4 % de résidences secondaires[24]. Les logements individuels représentent 6,6 % du parc immobilier, ce qui est très faible comparé à des villes comme Bordeaux (26,9 %) ou Nantes (23,4 %) mais supérieur à Lyon (3,3 %). La ville se caractérise aussi par l'importance des logements anciens puisque 35,5 % d'entre eux ont été construits avant 1949. En revanche, les logements construits après 1990 ne représentent que 8,9 % du parc. Enfin, les logements strasbourgeois sont essentiellement de grande taille avec 38,3 % de 4 pièces et plus.

Entre 1999 et 2005, la part des propriétaires a légèrement augmenté en passant de 24 % à 26 %, mais reste relativement faible. La part des locataires s’établit à 71 %.

Les logements sociaux représentent environ 22 % des logements. Parmi les 30 507 logements sociaux que compte la ville, 3,4 % d’entre eux sont vacants. Ces logements sont essentiellement des 3 pièces (37,6 %) et des 4 pièces (31,0 %). On dénombre en revanche peu de petits appartements (studios et 1 pièce)[25].

Projets[modifier | modifier le code]

Le nouveau quartier Fronts du Neudorf articulé autour du centre commercial Rivétoile de l'UGC Ciné-Cité Étoile et de la Médiathèque Malraux.

Le développement de la ville s'appuie sur plusieurs grands projets urbains, notamment :

  • Fronts du Neudorf et Deux-Rives

Depuis les années 1990 la ville envisage la requalification des anciennes zones portuaires situées aux abords de la place de l’Étoile.

Lancé en 2011, le projet d'aménagement urbain "Deux-Rives" consiste à urbaniser l'axe Strasbourg-Kehl soit environ 7km du Heyritz jusqu'au Port du Rhin. Selon la municipalité, cela devrait permettre d'ouvrir Strasbourg « à 360° »[26]. Il s'agit d'un projet urbain de grande ampleur concernant près de 250 hectares et visant à la construction de 9 000 logements. L'opération sera articulée autour de l’extension de la ligne D du tramway de Strasbourg vers le centre-ville de Kehl qui sera inaugurée en 2015, cela entraînera la construction d'un nouveau pont sur le Rhin (cofinancé par l'Allemagne)[27]. Dans ce projet, on trouve notamment l'aménagement du Heyritz, la construction de l'écoquartier Danube ou la requalification du quartier du Port-du-Rhin avec le lancement d'un concours d'urbanisme pour les anciennes emprises douanières de Kehl et Strasbourg[28]. La réalisation est échelonnée de 2012 à 2025.

La presqu'île Malraux ou se trouvait l'ancien Armement Seegmuller constitue le cœur du projet Deux-Rives. Celui-ci comprend, entre autres, la construction de trois tours de 55 mètres de haut dont la réalisation a été confié à Anne Demians fin 2012 - les travaux sont prévus de 2014 à 2018[29] - la réhabilitation d'un ancien bâtiment portuaire [30], la réhabilitation de la tour Seegmuller en cité internationale étudiante à l'horizon 2015[31] et l'aménagement de l'espace urbain.

En 2014 plusieurs projets ont déjà été réalisés: la création du parc du Heyritz, le réaménagement de la place de l’Étoile et de la route du Rhin, la construction de la cité de la musique et de la danse, le centre commercial Rivétoile, la médiathèque André Malraux ainsi que le cinéma multiplex UGC Ciné Cité Strasbourg Étoile.

  • Wacken-Europe

Le projet comprend le déplacement du parc des expositions, la rénovation et l'agrandissement du Palais des Congrès mais principalement la réalisation d'un quartier d'affaires à la place de l'actuel parc des expositions[27]. L'extension et restructuration du Palais de la Musique et des Congrès seront achevées pour fin 2014 et le nouveau Parc des expositions sera réalisé de 2014 à 2016[32]. Quant au quartier d'affaires, à proximité directe du Parlement européen, il était planifié pour être réalisé en deux phases, la première réalisée par Bouygues à partir de 2013 avec 65 000 m2 de bureaux (dont 30 000 destinés aux institutions européennes), 11 000 m2 d'hôtels, 17 000 m2 de logements et 3 700 m2 de commerces et services[33] et une seconde phase de plus de 150 000 m2 de bureaux à partir de 2017[34]. Finalement, la municipalité revient sur son projet et présente une nouvelle version du projet fin 2012. Cette nouvelle version prévoit 56 000 m2 de bureaux, hôtels et commerces, 14 000 m2 de logements et 30 000 m2 de réserves pour les institutions européennes[35]. Le début du chantier est prévu pour 2015, la municipalité prévoit de répartir le projet entre plusieurs promoteurs.

  • Gare basse

Le projet d'aménagement de la gare basse de Strasbourg) se tient à un horizon plus lointain ; 2025, car c'est le délai que la SNCF et RFF estiment nécessaire pour déplacer toutes les installations ferroviaires de cette partie de la gare. À cette échéance, la ville souhaite aménager ce secteur pour permettre l'ouverture à 360° de la gare. Un quartier d'affaires prendra place sur ces emprises, en lien direct avec la LGV Rhin-Rhône et la LGV Est[36]. Toutefois, en 2014, ce projet est au point mort[37].

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Le pavillon Joséphine (vue arrière) dans le parc de l'Orangerie.

Le nord-est et le sud-est de la commune sont couverts de vastes forêts : la forêt de la Robertsau (493 hectares) et la forêt du Neuhof (797 hectares)[38]. Elles sont les vestiges de l'ancienne luxuriante forêt rhénane qui occupait tout le lit majeur du Rhin, fleuve tumultueux et sauvage jusqu'au XIXe siècle. Cette forêt présentait une vitalité et une richesse en espèces remarquables, abritant une avifaune très diversifiée. Si l'endiguement et les aménagements successifs du fleuve l'ont fortement réduite, elle conserve son caractère de zone humide, abrite la réserve naturelle de l'île du Rohrschollen et demeure un terrain d'élection pour la LPO. En outre, le programme « Rhin vivant » dans le cadre du projet LIFE Nature conservation et restauration des habitats naturels de la bande rhénane a été lancé avec l’objectif de restaurer les écosystèmes rhénans.

Par ailleurs, la ville compte 324 hectares de parcs et de jardins[38] dont le plus réputé est le parc de l'Orangerie composé à l'anglaise. Situé face au Palais de l'Europe, il comporte des attractions telles qu'un zoo, une mini-ferme, un élevage de cigognes et s'agrémente d'un lac avec une cascade romantique ainsi que d'un pavillon construit en 1804 en l'honneur de l'impératrice Joséphine. Il couvre une superficie de 26 hectares. Le jardin botanique possède quant à lui des origines très anciennes. Initialement créé en 1619 puis transformé en cimetière en 1870 après le siège de la ville par les Allemands, le jardin actuel a été inauguré en 1884 pour les étudiants de la faculté de médecine et de pharmacie. Il regroupe 6 000 espèces réparties sur une petite surface de 3,5 hectares[39].

Très original puisque situé sur les vestiges de la citadelle de Vauban construite en 1681 à l'Esplanade, le parc de la Citadelle s'étend sur 12,5 hectares. Plus conventionnel, le parc du Contades créé au XVIIIe siècle par le maréchal de Contades est d'abord une promenade arborée extérieure à la ville. Aujourd'hui, il fait partie intégrante de la Neustadt et couvre 7,9 hectares.

De nombreuses places de la Neustadt comportent un jardin central, caractéristique typiquement germanique.

Situé à la Robertsau, aux abords de la forêt, le parc de Pourtalès est un espace de 24 hectares entourant le château du même nom qui abrite notamment une galerie de sculptures contemporaines. Une grande partie des berges est également aménagée, notamment dans le centre, à la Montagne Verte, à la Robertsau et à la Meinau.

En 1995 fut inauguré le Parc des Poteries, au centre d'un nouveau quartier à l'Ouest de Strasbourg. Ce parc, unique par sa conception très contemporaine, donna son nom à cet ensemble résidentiel pour devenir le quartier des Poteries.

Le jardin des deux rives, est quant à lui un parc transfrontalier aménagé de part et d'autre du Rhin, en partie sur la commune de Kehl. Sa superficie de 55 hectares en fait le plus grand de la ville. Les deux rives du Rhin sont reliées par la passerelle piétonne Mimram.

En 2003, la place de l'étoile a été réaménagée pour devenir un parc. Non loin de là, le nouveau Parc du Heyritz a été inauguré en 2014.

Strasbourg est la première ville en France à soutenir un projet de jardin partagé en permaculture sur 80 ares dans le quartier de Koenigshoffen[40],[41].

Strasbourg a été récompensée par deux fleurs au palmarès 2007 du concours des villes et villages fleuris[42].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Strasbourg

Les armes de Strasbourg se blasonnent ainsi : « D'argent à la bande de gueules le champ diapré »

Les armes de Strasbourg sont le résultat d'une inversion des couleurs du blason de l'évêque de Strasbourg (bande de gueule sur argent) à l'issue de la révolte des bourgeois de la ville au Moyen Âge qui ont pris leur indépendance face à la tutelle de l'évêque. Celui-ci conserva néanmoins son pouvoir sur la campagne environnante. Le même phénomène s'est observé à Bâle, expliquant ainsi l'actuelle inversion des couleurs des blasons des cantons de Bâle-Ville et Bâle-Campagne.

Cependant le blasonnement est apparemment sujet à discussion. Outre l'interprétation graphique ci-contre, on rencontre au moins deux blasonnements différents :

D'argent à la bande de gueules (le champ diapré). (Grand Larousse encyclopédique en 10 volumes)
D'azur, à une Notre-Dame de carnation assise sur un trône d'or et sous un pavillon de même, tenant de la main dextre un sceptre d'or, et sur le bras sénestre l'enfant Jésus : auprès de la Vierge est un écusson d'argent, chargé d'une bande de gueules. (Malte-Brun, La France illustrée, 1884)
Armes de Strasbourg avec ornements

Les Grandes Armes de Strasbourg se composent du blason bandé et de certains ajouts à l'extérieur. Le Musée historique de Strasbourg ainsi que d'autres bâtiments historiques en conservent des exemples, sur pierre ou sur vitraux, dont l'emploi remonte au XIIIe siècle. Il sert officiellement pour la première fois de décor sur une charte municipale de 1399, où est venue se joindre, en 1919, la Légion d’honneur. Si les ornements extérieurs font appel à l'ancienne condition de ville libre du Saint-Empire romain germanique, le champ diapré n'est qu'un élément décoratif[43].

Les Grandes Armes de Strasbourg ont servi de décoration à des fins officielles, comme pour les médailles de l'Exposition de la ville[44], timbres postaux et documents officiels jusque dans les années 1980, quand la corporation municipale décida de faire usage d'un logo.

Blason de Strasbourg sous le Premier Empire

Les armes de Strasbourg sous le Premier Empire se blasonnent ainsi : « D'azur diapré d'or à la bande d'argent, au chef de gueules chargé de trois abeilles d'or »

Pendant le Premier Empire, Strasbourg fut au nombre des bonnes villes et autorisée à ce titre à demander des armoiries au nouveau pouvoir. Elles devenaient : D'azur diapré d'or à la bande d'argent, au chef de gueules chargé de trois abeilles d'or, qui est des bonnes villes de l'Empire.

Devise : argentoratum, ce qui signifie « Strasbourg »

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

fontaine avec des arches rappelant un aqueduc
Fontaine de Janus, réalisée par Tomi Ungerer pour les 2000 ans de la ville en 1988

Les premières traces d’occupation humaine à Strasbourg et ses alentours remontent à –600 000[45] et de nombreux objets du néolithique, de l’âge de bronze et de fer ont été retrouvés lors de fouilles archéologiques. Mais c’est des environs de 1300 av. J.-C. que date l’installation durable de peuples protoceltes. Vers la fin du IIIe siècle av. J.-C. le site est devenu une bourgade celte du nom d’Argentorate, dotée d’un sanctuaire et d’un marché. Grâce à d’importants travaux d’assèchement, les maisons sur pilotis cèdent leur place à des habitations bâties sur la terre ferme[46]. Les Romains arrivent en Alsace en 58 av. J.-C. et s’installent sur le site de Strasbourg. En 12 av. J.-C. La ville devient un camp militaire fortifié positionné sur le limes du Rhin faisant partie des forts de Drusus. Au fil du temps, la ville va prendre de l’importance. Promue colonie militaire, Argentorate est déjà un carrefour commercial important et aux alentours de l’an 20 la population est estimée à près de 10 000 habitants, armée romaine incluse[47]. La ville reste néanmoins essentiellement militaire et donc totalement dépendante de cette activité. Au cours des IIe et IIIe siècles, avec l’agrandissement de l’Empire romain, Argentoratum va servir de base de repli pour les troupes romaines installées en Germanie. Mais en 260, les légions quittent la Germanie et Strasbourg redevient une ville frontière[48].

En 355, la ville est saccagée par les Alamans. Julien reconquiert la ville en 357 après une victoire décisive sur les Alamans lors de la bataille de Strasbourg. Mais en 406 les Germains envahissent à nouveau la Gaule puis en 451, la ville est complètement détruite par Attila[49].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Ville épiscopale en développement[modifier | modifier le code]

Elle est restaurée sous le nom de Strateburgum en 496 par les Francs qui favorisent le développement de la ville, après la conversion de Clovis au christianisme. En effet, Argentorate est l’une des rares villes de la région à être le siège d'un évêque, véritable gouverneur de l’époque[50]. En cette période de paix, la ville se développe à nouveau. Dès le VIe siècle, sous l’impulsion de l’évêque Arbogast de Strasbourg, une première cathédrale et un couvent sont édifiés[51].

Grand sceau des bourgeois de Strasbourg, 1201

Sous l’ère mérovingienne, Strasbourg devient ville royale mais reste de taille très modeste. Au VIIIe siècle, la ville compte 1 500 habitants. Les activités sont essentiellement agricoles mais on exporte déjà du vin, du blé et du bois de chêne vers l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Angleterre et la Scandinavie. En 842, la ville accueille Charles le Chauve et Louis le Germanique qui s’allient contre leur frère Lothaire pour le partage de l’Empire légué par leur grand-père Charlemagne et prononcent les Serments de Strasbourg, le plus ancien texte rédigé en langue romane (ancêtre du français, entre autres) et en langue tudesque (ancêtre de l’allemand)[52]. En 843, le traité de Verdun attribue Strasbourg à Lothaire. Mais peu après sa mort, en 870, la ville revient à la Louis le Germanique. En 962, Otton le Grand fonde le Saint-Empire romain germanique et Strasbourg va connaître une période d’expansion : au cours du XIIe siècle une nouvelle enceinte fortifiée et un hôpital voient le jour tandis que la construction de l'actuelle cathédrale débute[53]. En seulement deux siècles, la ville passe de 3 000 à 10 000 habitants et devient l’une des plus grandes villes du Saint-Empire.

L'enceinte fortifiée est agrandie aux XIIe et XIIIe siècles et le système défensif des ponts couverts édifié. Les quatre tours actuelles faisaient partie des remparts (qui comptaient 80 tours) et étaient reliées par des ponts couverts d'une toiture en bois, disparue au XVIIIe siècle. Elles abritaient les corps de garde mais servaient aussi de prison. En 1201, Philippe de Souabe élève Strasbourg au rang de ville libre. Peu après, en 1220, naît le conseil municipal. Il est alors chargé de fonctions jusque-là attribuées au clergé, notamment l’administration et la justice. La bourgeoisie acquiert une autonomie remarquable vis-à-vis du pouvoir épiscopal. Mais en 1260, Walter de Geroldseck est élu évêque de Strasbourg et exige qu’on lui restitue les pleins pouvoirs. Très vite, une guerre éclate entre les Strasbourgeois et l’armée épiscopale. En 1262, le prélat est vaincu à la bataille de Hausbergen, par les troupes strasbourgeoises, bien aidées par Rodolphe Ier du Saint-Empire[54].

Strasbourg tombe alors entre les mains des plus grandes familles nobles de Strasbourg dont les rivalités incessantes, ainsi que leur mépris des bourgeois, finissent par agacer et en 1332 une guerre civile éclate. Le pouvoir revient alors à la classe marchande. Au milieu du XIVe siècle, la peste envahit toute l’Europe et atteint Strasbourg. Comme dans de nombreuses villes, les juifs sont accusés d’avoir empoisonné les puits. Le 14 février 1349 près de 2 000 juifs sont brûlés vifs[55],[56].

Strasbourg, ville libre impériale[modifier | modifier le code]

Vue de Strasbourg en 1493
Vue de Strasbourg en 1644

Affranchie du pouvoir épiscopal, Strasbourg est reconnue ville libre (au sein de l'empire) par Charles IV. En cette période de trouble politique, la cité va cependant accroître sa notoriété et de nombreux édifices y seront construits. Le commerce fluvial se développe sous l'égide de la corporation des bateliers, chargée de taxer les marchandises[57]. À la fin du XIVe siècle, un nouvel agrandissement de la ville est entrepris. Toute la cité se transforme en un véritable chantier d'églises et de couvents, fondés par des moines ou des familles nobles. De cet ensemble demeurent le cloître de l'église Sainte-Madeleine et celui de Saint-Pierre-le-Jeune. En 1439, après quatre siècles de construction, la flèche de la cathédrale Notre-Dame est achevée. Elle est alors le monument le plus haut de la chrétienté et symbolise la puissance de la ville. Cinq ans plus tard, en 1444, Strasbourg compte 26 000 habitants - dont 10 000 réfugiés de la guerre de Cent Ans qui vivent extra muros[58] - et peut lever, à tout moment, une armée de 4 500 hommes[55]. Son enceinte fortifiée et son impressionnant dispositif d’artillerie en font une place fortifiée de tout premier plan. La ville est à son apogée[59].

S’ensuit au début du XVe siècle une période de conflits qui oppose les bourgeois strasbourgeois gouvernant la ville, à la noblesse alsacienne. Ville bancaire par excellence, Strasbourg est en effet une ville riche qui suscite la convoitise. La vie intellectuelle est marquée au XVe siècle par la révolution de l'imprimerie. Né à Mayence et installé à Strasbourg depuis 1434, Johannes Gensfleisch, dit Johannes Gutenberg conçoit l’imprimerie à caractères mobiles. On note cependant que Gutenberg est retourné à Mayence entre 1444 et 1448 ce qui fait qu’on ignore exactement où a été finalisée cette invention majeure. Toujours est-il que Strasbourg devient très vite un des grands centres de l'imprimerie, puisque dès la fin du XVe siècle la ville compte une dizaine d’ateliers d’imprimerie, notamment la prestigieuse officine des Grüninger. De fait, Strasbourg va attirer nombre d’intellectuels et d’artistes. Sculpteurs, architectes, orfèvres, peintres, horlogers, la ville excelle dans de nombreux domaines[60].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Berceau de l'humanisme et bastion de la Réforme[modifier | modifier le code]

Frontispice d'une Relation de 1609

Le développement de l'imprimerie favorise le courant humaniste qui fait jour à Strasbourg et qui va préparer l'avènement de la réforme protestante. En effet, l’humanisme et la Réforme sont les faits marquants de l'époque et Strasbourg est une des premières villes qui appelle au changement. Dès 1519, les thèses de Martin Luther sont affichées aux portes de la cathédrale et les dirigeants de la ville, notamment Jacques Sturm, sont favorables à ce changement. La ville adopte la Réforme en 1525 et devient protestante en 1532 avec l’adhésion à la Confession d'Augsbourg. Strasbourg est alors l’un des principaux bastions de la Réforme protestante, ce qui va largement contribuer à son rayonnement.

Plan de la ville en 1572

La ville devient une terre d’accueil pour les huguenots, ces protestants chassés de France pour leur croyance. Parmi eux, notamment Jean Calvin qui s’installera plus tard à Genève. Cependant, devenue ville protestante, Strasbourg ne sera pas autorisée à créer sa propre université. La ville propose déjà de nombreux enseignements, notamment en médecine et en théologie depuis 1538 grâce au gymnase de Jean Sturm, mais ceux-ci ne donnent pas lieu à un grade universitaire reconnu[61].

Une période de conflits[modifier | modifier le code]

Dans les années 1530, l’empereur Charles Quint, catholique, entre en guerre contre les princes protestants et leurs alliés et les vainc en 1547 à la bataille de Muehlberg. Strasbourg va alors conclure plusieurs alliances, notamment avec Zurich. Mais en 1592, après d’interminables délibérations, la cathédrale est partagée en deux avec l’élection de deux évêques : un catholique et un protestant. Commence alors la longue et ridicule guerre des évêques qui va plonger la ville dans d’importantes difficultés financières. Ce conflit qui durera jusqu’en 1604 se soldera par la victoire des catholiques et Charles de Lorraine deviendra le seul et unique évêque de la ville. En 1605, l'éditeur Johann Carolus commença à Strasbourg à produire la première gazette hebdomadaire du monde au nom de « Relation aller Fürnemmen und gedenckwürdigen Historien » (« Communication de toutes histoires importantes et mémorables »).

Dans toute l’Europe, la tension monte entre les protestants et les catholiques et en 1618, la guerre de Trente Ans éclate. Strasbourg, à l’abri dans ses fortifications modernisées par Daniel Specklin, n’intervient pas dans le conflit[62].

À l’issue de la guerre en 1648, par les traités de Westphalie, une partie de l’Alsace (les possessions des Habsbourg) est rattachée à la France, mais Strasbourg demeure ville libre impériale. Épargnée par la guerre, la ville est néanmoins isolée, financièrement affaiblie, et n’a rien à attendre de l’Empire germanique vaincu. Le 28 septembre 1681, la ville est assiégée par une armée de 30 000 hommes sous le commandement de Louis XIV et deux jours plus tard, après de rapides négociations, Strasbourg accepte la reddition[63].

Strasbourg, une ville du royaume de France[modifier | modifier le code]

La Maison Kammerzell, de type Renaissance rhénane

Un accord est passé entre Louis XIV et Strasbourg visant à préserver les libertés essentielles de la cité, sur les plans politique, administratif et religieux. Par contre, elle est privée de son artillerie et de ses milices et doit accepter l'installation d'une troupe de garnison. De surcroît, un prêteur royal doit veiller à ce qu’aucune décision ne soit préjudiciable aux intérêts du roi.

Si la ville a changé de nationalité, elle reste une ville frontière et un point de passage important pour rejoindre l’empire germanique. De fait, Louis XV séjournera à Strasbourg durant la guerre de Succession d'Autriche. La société aristocratique se développe et de nombreux hôtels particuliers voient le jour. Si l’allemand reste la langue courante, Strasbourg accueille de nombreux immigrants : entre 1681 et 1697, la ville passe de 22 000 à 26 500 habitants. Par ailleurs, Strasbourg abrite environ 6 000 soldats français, basés pour la plupart à la citadelle de Vauban dont les travaux ont débuté dès 1682[64].

Au niveau religieux, la ville prend un tournant important. En 1704, un prince de la famille Rohan devient évêque de la ville. La famille conservera le pouvoir épiscopal jusqu’en 1790 et fera construire le fameux palais des Rohan de Strasbourg, situé tout près de la cathédrale, sur les rives de l’Ill. Durant toute cette période, le catholicisme va se développer même si les protestants restent majoritaires[65]. En 1716, peu après la mort de Louis XIV, des sociétés françaises de colonisation de l'Amérique décident de faire un vaste appel à l'émigration alsacienne, en particulier strasbourgeoise. Des publicités attirent en Louisiane des Alsaciens, qui fondent la ville Des Allemands (Louisiane).

Assoupie depuis l’annexion de Strasbourg à la France, l’université de Strasbourg retrouve peu à peu son éclat d’antan et entre 1721 et 1755 la ville va accueillir plus de 4 000 étudiants. L’université est déjà internationale : les étudiants étrangers viennent généralement d’Allemagne, de Scandinavie ou des Pays-Bas, mais aussi de Grande-Bretagne et de Russie. Certains d’entre eux sont devenus célèbres, comme Goethe qui y fit des études de droit. Le rayonnement universitaire de Strasbourg est important et certains enseignements comme le droit et la médecine sont très réputés[66].

Chant pour l'armée du Rhin[modifier | modifier le code]

Mise à sac de l’hôtel de ville de Strasbourg, le 20 juillet 1789

Lorsque le 14 juillet 1789 la Bastille tombe aux mains des révolutionnaires, la population strasbourgeoise se soulève. Le 21 juillet, l’hôtel de ville est saccagé. Le calme revient très vite jusqu’en 1792, date à laquelle la France entre en guerre contre la Prusse et l’Autriche. Le 26 avril, le jeune Rouget de l’Isle compose à la demande du maire de Strasbourg, Un chant pour l’armée du Rhin sans se douter qu’il deviendra un symbole de la Révolution française en devenant la Marseillaise[67]. Cette même année, François Christophe Kellermann, natif de Strasbourg est nommé à la tête de l'armée de la Moselle, avec laquelle il remporte la bataille de Valmy, arrêtant les troupes ennemies à Verdun et Longwy et sauve la France. Il sera par la suite nommé Duc de Valmy par Napoléon en 1808 en souvenir de son rôle historique.

Statue du général Kléber, l'un des officiers français le plus connu, trônant à Strasbourg

C'est également à cette époque que Jean-Baptiste Kléber, natif lui aussi de Strasbourg commence à s'illustrer dans de nombreuses batailles pour la défense de la jeune république française. Lors de la déclaration de guerre de 1792, Kléber s'engage dans l'armée du Rhin et s'illustre dans la défense de la forteresse Mayence assiégée en 1793 Il mourut assassiné au Caire, durant les expéditions napoléonienne. Sa statue trône au centre de la place Kléber, l'ancienne place d'Armes au cœur de la cité. Sa statue, est l'œuvre de Philippe Grass de 1840.

En 1797, l’armée française prend plusieurs villes allemandes, notamment Kehl et Offenbourg. Strasbourg est hors de danger, mais la révolution a profondément désorganisé la ville. Deux ans plus tard, Napoléon Bonaparte prend le pouvoir et plusieurs institutions voient le jour : la préfecture, la bourse de commerce en 1801, la chambre de commerce en 1802. Un nouveau pont sur le Rhin est construit et les routes sont rénovées. Autant d’évolutions qui vont favoriser les activités commerciales de la ville. Strasbourg redevient un carrefour commercial important ; on vend notamment du tabac, du vin, du coton et des épices[68].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Révolution industrielle[modifier | modifier le code]

Plan-relief de Strasbourg au milieu du XIXe siècle.
Plan de Strasbourg en 1870

À la fin du XVIIIe siècle, la ville est engoncée dans ses murailles, et d’importants travaux débutent au début du XIXe siècle. C'est le début de la révolution industrielle. De nouveaux canaux vont être construits, reliant la Marne et le Rhône au Rhin. En 1841 est ouverte la ligne de Strasbourg (Koenigshoffen) à Bâle (Saint-Louis) par la Compagnie du chemin de fer de Strasbourg à Bâle. La ligne de chemin de fer reliant Paris à Strasbourg est inaugurée en 1847, et le télégraphe électrique cinq ans plus tard. Néanmoins, la ville reste essentiellement tournée vers le commerce et la finance, contrairement à Mulhouse dont l’industrie connaît un véritable essor[69]. À partir de 1853, le français devient la seule et unique langue d’enseignement, mais l’allemand et l’alsacien restent les langues les plus utilisées au quotidien[70].

Strasbourg, capitale du Reichsland d'Alsace-Lorraine[modifier | modifier le code]

Carte de Straßburg en 1888
Strasbourg vers 1890.
La place Kléber, vers 1900

La ville est prospère, mais en juillet 1870, une nouvelle guerre éclate. Dès le mois d’août, les Prussiens, sous le commandement du général August von Werder, envahissent l’Alsace et assiègent Strasbourg. La ville est mal préparée et son enceinte fortifiée du XVIIe siècle n’est pas adaptée aux tirs de l’artillerie moderne[71].

Le 28 septembre 1870, après plus d’un mois de bombardements, Strasbourg capitule. Après la fin de la guerre en 1871, l’Alsace-Lorraine est rattachée à l’Allemagne, par le traité de Francfort, et Strasbourg devient capitale du Reichsland d’Alsace-Lorraine[72]. Les Strasbourgeois sortent traumatisés de cette guerre, et le rattachement de la ville à l’Allemagne est très mal vécu[73].

Mais Strasbourg retrouve rapidement la prospérité, grâce notamment à la volonté du gouvernement qui souhaite faire de la ville une vitrine du savoir-faire allemand. Un vaste plan d’urbanisation est mis en place, la Neustadt voit le jour. Celui-ci s’organise selon deux axes, l’avenue de la paix et l’avenue des Vosges, prolongée par l’avenue de la Forêt-Noire. La place impériale (aujourd’hui place de la République) constitue alors le nouveau centre névralgique de la ville, regroupant l’hôtel des postes, le palais impérial, la bibliothèque universitaire et, un peu plus loin, le Palais universitaire. Une nouvelle gare est édifiée, ainsi que plusieurs églises, notamment l’église Saint-Paul. La ville s’agrandit considérablement et se modernise jusqu’à la Première Guerre mondiale[74].

À partir de 1870, l’industrie va ainsi connaître un développement rapide, principalement dans les secteurs alimentaire (brasseries, conserverie) et mécanique. Ces nouvelles activités sont bien relayées par un réseau de tramway étendu (électrifié en 1894) et le nouveau port autonome, construit hors de la ville. Parallèlement, les activités bancaires s’intensifient, notamment depuis la création de la banque mutualiste du Crédit mutuel[75]. Entre 1871 et 1914, la ville va gagner près de 100 000 habitants et la vie culturelle se développe. La Première Guerre mondiale va cependant mettre un terme à cette prospérité. Contrairement au conflit de 1870, Strasbourg est bien préparée à la guerre.

Période trouble[modifier | modifier le code]

Dès le début du conflit, les manifestations francophones sont interdites. Rudolf Schwander, maire de la ville, va cependant œuvrer de sorte à ce que la population ne soit pas touchée par la faim et à l’issue de la guerre, Strasbourg sort relativement indemne. Par le traité de Versailles, l'Alsace-Moselle est rendue à la France. Le changement de nationalité se fait sinon dans la violence, du moins dans la brutalité : les Allemands sont expulsés de la ville et certains monuments impériaux sont détruits, notamment la statue de Guillaume Ier. Le bilan démographique est plus lourd. Aux Allemands chassés de la ville ou partis de leur plein gré s’ajoutent 3 000 Strasbourgeois morts au combat sous l’uniforme allemand. Durant les années 1930, la croissance démographique va reprendre avec l’arrivée de juifs d’Europe centrale qui fuient la montée rapide de l’antisémitisme[76].

La ville retrouve une certaine prospérité et le trafic fluvial augmente considérablement malgré une conjoncture économique peu favorable, due à la crise des années 1930. Le port autonome ainsi que le réseau de chemin de fer vont favoriser le développement de l’industrie et en 1932, une nouvelle bourse de commerce est édifiée[77].

La synagogue, avant sa destruction par les nazis en 1940

Le traumatisme[modifier | modifier le code]

Mais une nouvelle guerre se dessine. Dès le 2 septembre 1939, le gouvernement français fait évacuer de la ville 120 000 personnes. Après l'armistice du 22 juin 1940, l’Alsace est annexée de fait par l’Allemagne et subit une politique de germanisation et de nazification sous l’impulsion de Robert Wagner. Lorsqu’en juillet les premiers réfugiés reviennent à Strasbourg, seuls les habitants d’origine alsacienne sont acceptés. Les juifs sont refoulés et la synagogue est incendiée. Les rues retrouvent leurs noms en allemand, la langue française est interdite et les vies associative et religieuse disparaissent.[réf. nécessaire]

Dès septembre 1940, Marcel Weinum, âgé de 16 ans, organise un réseau de résistance constitué de 25 garçons de 14 à 16 ans et spécialisé dans la propagande, le sabotage et le renseignement appelé La main noire. À la suite d'un attentat contre le Gauleiter Robert Wagner, les membres du groupe sont tous arrêtés et dix d'entre eux sont jugés par un tribunal spécial. Marcel Weinum est condamné à mort et décapité à Stuttgart le 14 avril 1942.

La plaque commémorative apposée sur la façade du Collège épiscopal Saint-Étienne à Strasbourg

À partir de 1942, l’embrigadement est obligatoire et les jeunes d’Alsace et de Moselle sont enrôlés de force dans l’armée allemande. Les malgré-nous sont envoyés sur le front russe et très peu d’entre eux reviendront[78].

Dès 1943, la ville est bombardée par les forces alliées. En 1944, plusieurs édifices sont touchés, notamment le Palais des Rohan, l’Ancienne Douane et la cathédrale. Cependant, Strasbourg est reconquise assez facilement, de par la rapidité de l'offensive menée par le général Leclerc, et de par la reddition tout aussi rapide du général Vaterrodt. Le 23 novembre, le drapeau français est hissé au sommet de la cathédrale.

En 1947, lors d’un discours à Strasbourg, le général de Gaulle annonce la création du Rassemblement du peuple français. Jusqu’en 1962, la droite gaulliste domine la scène politique, dont l’une des figures les plus emblématiques est Pierre Pflimlin[79].

Strasbourg, ville symbole[modifier | modifier le code]

En 1949, Strasbourg se voit attribuer les premières institutions européennes, notamment le Conseil de l'Europe. À ce titre, le ministre britannique des Affaires étrangères, Ernest Bevin a déclaré « Nous cherchions un centre qui puisse convenir aux nations européennes et devenir un symbole de l'unité de l'Europe. Le choix de Strasbourg m'a paru évident. Cette grande cité avait été témoin de la stupidité du genre humain qui essayait de régler les affaires par la guerre, la cruauté et la destruction ». Un an plus tard, Strasbourg accueille la Cour européenne des droits de l'homme. Puis, en 1952, la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA). En 1969, l'Institut des Droits de l'Homme. En 1972, le Centre européen de la jeunesse. En 1979, le Parlement européen est élu pour la première fois au suffrage universel et son maintien à Strasbourg confirmé. En 1966, la communauté urbaine de Strasbourg (CUS) est créée. Elle regroupe 27 communes et est l’une des quatre premières communautés urbaines de France avec Lyon, Lille et Bordeaux. Son objectif est d’optimiser la gestion des différentes communes. Cette même année, le pont de l’Europe est construit et relie Strasbourg à Kehl. Durant les années 1970, le port autonome va se développer et le charbon va progressivement laisser place à des marchandises à plus forte valeur ajoutée (pétrole, produits chimiques)[80].

En 1970, l’université de Strasbourg est scindée en trois : après la Seconde Guerre mondiale, de grands projets urbains sont mis à pied d’œuvre. Les édifices historiques sont restaurés et le quartier de l’Esplanade est construit. Les logements sociaux se multiplient, notamment dans les quartiers de Neuhof et de Hautepierre[81].

Disparu depuis 1960, le tramway strasbourgeois réapparaît en 1994 et connaît un vif succès. La dernière extension, qui s’achève en novembre 2010, fait du réseau strasbourgeois le plus grand de France, la quasi-totalité de la ville est accessible en tram qui se divise en six lignes (A, B, C, D, E, F) La ligne F est la dernière construite, achevée en 2010, elle relie le quartier de l'Elsau à la place d'Islande, située dans l'Esplanade. Des extensions sont prévues pour s'approcher encore plus de la frontière allemande. L'arrivée du TGV Est en 2007 place Strasbourg à 2h20 de Paris et renforce la position centrale de la ville au sein de l'Europe.

En 1967, le Conseil de l'Europe donnait à la ville de Strasbourg le Prix de l'Europe[82].

Actuellement, Strasbourg mise beaucoup sur la coopération transfrontalière. La convention relative à la création de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau a été paraphée en 2005. Son objectif est double : développer les échanges entre Strasbourg et l'Allemagne d'une part, et d'autre part franchir une nouvelle étape dans la construction de l'Europe en posant les jalons de ce qui pourrait être une métropole binationale de près d'un million d'habitants[83]. L'accord de 2005 vise en effet à développer des projets communs dans les principaux domaines (transports, urbanisme, éducation, santé, emploi, environnement). L'Eurodistrict regroupe notamment les villes de Strasbourg, Kehl, Offenbourg, Lahr et Achern[84]. Un arrêté préfectoral paru le 1er février 2010 rend officiel l'Eurodistrict dans sa forme de groupement européen de coopération territoriale (CEGT)[85]. Pour des raisons de rationalisation et d'internationalisation, le 1er janvier 2009 marque la fusion des trois universités strasbourgeoises : Louis-Pasteur pour les sciences, Robert-Schumann pour le droit, et Marc-Bloch pour les lettres. L'université de Strasbourg redevient ainsi un établissement unique tel qu'il avait été fondé au XVIe siècle[86].

Strasbourg, capitale européenne[modifier | modifier le code]

En changeant quatre fois de nationalité en 75 ans (entre 1870 et 1945), Strasbourg est devenue la ville symbole de la réconciliation franco-allemande et, plus globalement, de l’unité européenne. Strasbourg est considérée comme capitale européenne du fait de la présence de nombreuses institutions de l'Union européenne mais également de l'Europe continentale, au même titre que Bruxelles, Luxembourg et Francfort-sur-le-Main. Par ailleurs, Strasbourg est la deuxième ville diplomatique française avec 1 ambassade, 41 consulats[87], 47 représentations permanentes d'États membres auprès du Conseil de l'Europe[88], ainsi qu'une centaine d'ONG à caractère international. Strasbourg est par ailleurs la seule ville française siège d’institutions européennes et une des rares villes avec New York et Genève à accueillir des institutions internationales sans être la capitale d'un État.

Strasbourg est, depuis 1920 et en conséquence du Traité de Versailles, le siège de la première institution intergouvernementale jamais créée, la Commission centrale pour la navigation du Rhin. Cette commission avait été instituée à la suite du traité de Vienne, en 1816, et siégeait auparavant à Mannheim. Elle regroupe cinq pays : la France, l’Allemagne, la Suisse, la Belgique et les Pays-Bas.

Institutions européennes[modifier | modifier le code]

Conseil de l’Europe[modifier | modifier le code]

Le palais de l'Europe, œuvre de l'architecte Henry Bernard, abrite le Conseil de l'Europe.

Créé en 1949, le Conseil de l’Europe a pour objectif la défense des droits de l’homme, la mise en valeur de l’identité culturelle de l’Europe, la recherche de solutions aux problèmes de société (notamment la discrimination, le terrorisme, la bioéthique…), le développement de la stabilité démocratique. Cette institution regroupe 47 États. Le budget 2007 du Conseil de l’Europe est de 197 millions d’euros[89].

Strasbourg regroupe d'autres administrations européennes comme le Secrétariat général du Conseil de l'Europe dont le rôle est d'assurer la préparation et le bon fonctionnement de ses travaux. Il conserve également les actes et archives du Conseil. La ville abrite le Comité des ministres du Conseil de l'Europe qui est l'instance décisionnelle du Conseil de l'Europe[90] et les 47 missions diplomatiques auprès du Conseil de l'Europe.

L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, dont la première session date du 5 mai 1949, est la plus ancienne assemblée pluraliste internationale. Elle se réunit quatre fois par an en sessions plénières au palais de l'Europe à Strasbourg afin d'examiner les rapports et les projets relatifs à l'actualité européenne[91]. Elle est ainsi un organe décisionnel, l'assemblée devant être consultée sur tous les traités internationaux émanant du Conseil de l'Europe.

Parlement européen[modifier | modifier le code]

C’est l’organe parlementaire de l’Union européenne. Il regroupe 736 députés, depuis les élections de juin 2009, élus par les citoyens européens[92]. Il joue un rôle essentiel dans l'élaboration de la législation, notamment sur la protection de l'environnement, le droit du consommateur, le transport et la lutte contre les discriminations.

Lors du Conseil européen d'Édimbourg, les 11 et 12 décembre 1992, les gouvernements des États membres sont parvenus à un accord sur les sièges des institutions, aux termes duquel :

Cette décision a suscité des critiques de la part de certains députés partisans du siège bruxellois. Cependant la Cour de justice (arrêt du 1er octobre 1997 - C 345/95) a confirmé qu'elle fixe bien le siège du Parlement conformément à l'art. 289 CE. Le contenu de cette décision a été inclus dans le traité d'Amsterdam sous forme d'un protocole annexé aux traités communautaires, ce que le Parlement européen a regretté. Le calendrier des sessions est fixé chaque année par le Parlement sur proposition de la Conférence des présidents. Le 24 octobre 2006, le Parlement a officialisé l'achat de l'ensemble de ses bâtiments strasbourgeois, scellant par là son ancrage dans la ville[93].

Cour européenne des droits de l’homme[modifier | modifier le code]

Créée en 1959, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) est située dans le palais des Droits de l'Homme depuis 1998[94],[95]. Cette cour est un organe juridictionnel rattaché au Conseil de l'Europe qui est chargé de traiter les requêtes relatives à la violation de la Convention européenne des droits de l'homme.

La CEDH, vue depuis le Parlement européen

Autres institutions et organismes européens[modifier | modifier le code]

La Pharmacopée européenne

Strasbourg accueille d'autres institutions ou organismes européens :

Principaux écueils[modifier | modifier le code]

Le contrat triennal instauré en 1980 sous l’impulsion de Pierre Pflimlin, a pour objectif d’accroître le rayonnement de la ville en finançant d’importants projets culturels, éducatifs ou d'infrastructures. Le contrat actuel, qui arrivera a échéance en 2011, pèse 244,5 millions d’euros[96]. 110,4 millions d'euros sont destinés à améliorer l'accessibilité de la ville (accélération des projets de ligne à grande vitesse, financement du déficit de certaines lignes aériennes notamment), 61,8 millions sont destinés à l'enseignement supérieur, la recherche et l'éducation et 72,1 millions sont consacrés au renforcement culturel de Strasbourg. La participation de l'État s'élève au total à 117,5 millions d'euros[97].

Depuis l’arrivée du TGV Est en juin 2007 l'accessibilité de la ville s'est améliorée, et devrait être complétée en 2011 d’une ligne en direction de Lyon. Strasbourg sera aussi reliée à Stuttgart, Munich et Zurich par l’ICE, le train à grande vitesse allemand, une fois que sera notamment achevée la reconstruction du pont ferroviaire sur le Rhin, à l'horizon 2010. Achevé en 2002, le pont Pierre-Pflimlin est tout un symbole puisque depuis le XIIe siècle, seuls huit ponts reliant la France à l’Allemagne ont été construits. Si l’idée d’un nouveau pont reliant les deux pays à hauteur de Strasbourg remonte aux années 1950, ce n’est qu’en 1996 que le projet a pris sa forme définitive[98]. Ce pont est un instrument économique important : il améliore sensiblement l’accessibilité de la ville depuis l’Allemagne, assurant une meilleure desserte du port autonome de Strasbourg et de l’aéroport de Strasbourg Entzheim.

Initiatives franco-allemandes[modifier | modifier le code]

La Passerelle Mimram du jardin des Deux Rives vue du côté allemand

Strasbourg est au centre de nombreuses initiatives franco-allemandes. Aménagé en 2004, le jardin des deux rives est un parc situé le long du Rhin. Il relie la France à la ville allemande de Kehl par une passerelle piétonne, la passerelle Mimram.

Autre initiative: le Forum franco-allemand créé en 1998, qui est à la fois un salon de recrutement et un salon de l’étudiant. Organisé tous les ans à l’automne par l’Université franco-allemande, le Forum a lieu à Strasbourg pendant deux jours. Son objectif est de réunir sous un même toit lycéens, étudiants et doctorants, entreprises, établissements d’enseignement supérieur français et allemands, ainsi que toutes les institutions engagés dans le rapprochement franco-allemand, afin de favoriser la prise d’information et les contacts en vue d’une formation binationale, d’un stage ou d’une embauche[99].

Lancé en 2007, le programme Gemeinsam mehr Chancen - Avancer ensemble vise quant à lui à intensifier les échanges scolaires franco-allemands.

La municipalité projette par ailleurs la construction d'une piscine franco-allemande, située sur la rive française du Rhin. Les rives du fleuve constituent en effet une zone vaste à fort potentiel, mais qui a été délaissée jusqu'au milieu des années 1990.

En 2010 est lancé un projet transfrontalier d´expérimentation de 100 véhicules hybrides rechargeables entre Strasbourg, Offenbourg et Karlsruhe[100].

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Strasbourg.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Strasbourg vue du Wacken avec, au premier plan, la cité Ungemach

En 2011, la commune de Strasbourg comptait 272 222 habitants répartis sur 78,26 km2, ce qui fait de la ville la plus peuplée du Bas-Rhin et d'Alsace[101], et la 7e de France[102]. La ville se caractérise par une faible densité de population, à peu près équivalente à celle de Toulouse et presque trois fois moindre que celle de Grenoble. Entre 1990 et 1999, le taux de croissance annuel moyen était de 0,5 %. Ce taux est légèrement plus faible entre 1999 et 2008, avec 0,3 % par an.

Strasbourg est par ailleurs l'une des premières villes de France à avoir fusionné la majeure partie de son administration avec celle de la communauté urbaine, fusion motivée en 1966 par un souci d'efficacité et d'économie budgétaire et qui a donné naissance à la Communauté urbaine de Strasbourg (CUS). Sur ses 306 km2, elle comptait 468 727 habitants en 2008[103].

L'unité urbaine de Strasbourg, c'est-à-dire l'agglomération au sens de l'Insee, comptait dans sa partie française 450 091 habitants au recensement de 2010[1].

L'aire urbaine de la ville a été évaluée en 2010 à 759 868 habitants sans la partie allemande, dans la nouvelle délimitation de 2010, ce qui en fait la 9e aire urbaine de France[1],[104]. Avec une augmentation moyenne de 0,6 % par an entre 1999 et 2008, la croissance de la population de l'aire urbaine de Strasbourg est l'une des plus rapides du nord-est de la France. En 2005 la CUS a créé l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau, en partenariat avec les villes françaises et allemandes (notamment Kehl, Offenburg, Lahr et Achern). Il regroupe à ce jour 868 000 habitants et sera amené à remplacer la CUS à plus long terme[105].

Structure de la population[modifier | modifier le code]

Strasbourg est une ville jeune puisque les moins de 20 ans représentent 25,1 % de la population[106]. 46,2 % des Strasbourgeois ont moins de 30 ans. De fait, les petits ménages (une ou deux personnes) sont largement majoritaires puisqu'ils représentent 65,3 % des ménages[107]. Par ailleurs, même si l'écart tend à se résorber, l'espérance de vie en Alsace est légèrement inférieure à la moyenne nationale, et plus particulièrement celle des femmes[108].

Immigration[modifier | modifier le code]

La ville est également très cosmopolite, multiculturelle et hétéroclite puisqu'elle compte 51 625 immigrés en 2008 soit 19 % de sa population (dont 6 % nés en Europe et 13 % nés hors d'Europe)[109]. Elle se place donc loin devant les moyennes nationale (8,5 %) et régionale (10,5 %) et se classe en 2e juste derrière Paris (20 %) parmi les villes françaises ayant plus de 200 000 habitants. Les immigrés non européens sont principalement d'origine maghrébine (28,4 %), turque (12,9 %) et d'Afrique noire (12,5 %)[110]. Les nouveaux immigrants originaires d'Europe méditerranéenne et d'Algérie sont de moins en moins nombreux (les Italiens étaient majoritaires dans les années 1960). Depuis les années 2000, la majorité des immigrés viennent de Turquie, d'Allemagne et du Maroc. Enfin, la répartition des immigrés est très disparate. Ils représentent près de 40 % dans le quartier du Polygone, contre 3,6 % dans le quartier des Contades.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Strasbourg est le chef-lieu de la région Alsace et du département du Bas-Rhin. Elle est en outre le siège de l'académie de Strasbourg et de l'archidiocèse de Strasbourg. En 2010, la commune de Strasbourg a été récompensée par le label « Ville Internet @@@[111] ».

Vie politique[modifier | modifier le code]

Hôtel de Hanau, l'hôtel de ville de Strasbourg depuis 1806
Réunion du conseil municipal de Strasbourg le 21 janvier 2013.

Le conseil municipal strasbourgeois compte, en plus du maire et de son délégué, 49 conseillers municipaux et 14 adjoints au maire[112]. À la suite des élections municipales de mars 2008, Roland Ries (PS) devient maire de Strasbourg et succède à Fabienne Keller (UMP). Roland Ries avait déjà occupé cette fonction entre 1997 et 2000 à la suite de la nomination de Catherine Trautmann (PS) au sein du gouvernement Jospin.

Globalement, la gauche et la droite républicaines sont les deux forces politiques majeures à Strasbourg, le centre (Mouvement démocrate, UDF) et les Verts devancent habituellement le Front National et Alsace d'abord dans les urnes. Historiquement, Strasbourg n'a pas d'ancrage politique particulier au sein d'une région qui est pourtant traditionnellement de droite. Avant la seconde guerre mondiale, la ville était majoritairement de gauche, voire d'extrême-gauche avec l'élection de Charles Hueber en 1929. En 1935, la droite prend la tête de la ville avec Charles Frey, qui sera réélu à la fin du conflit, en 1945. Après le long mandat de Pierre Pflimlin qui dirigea la ville entre 1959 et 1983, les forces politiques se sont équilibrées.

Lors des élections présidentielles de 2007, le candidat Nicolas Sarkozy a remporté 51,08 % des suffrages contre 48,92 % pour la candidate socialiste Ségolène Royal. Quelques semaines plus tard, lors des élections législatives, le seul député PS d'Alsace est réélu dans la première circonscription (centre de Strasbourg) avec plus de 56 % des voix.

François Hollande est arrivé en tête lors des premier et second tours des élections présidentielles de 2012, avec 54,7 % des voix au second tour[113].

Lors des élections législatives de la même année, la première circonscription du Bas-Rhin, entièrement localisée sur Strasbourg, a vu Armand Jung (PS) remporter le scrutin[114]. La deuxième, située sur certains cantons de la ville et la commune voisine d'Illkirch-Graffenstaden, a vu remporter Philippe Bies (PS)[115]. En revanche, c'est un candidat UMP, André Schneider, qui a remporté les élections dans la troisième circonscription[116] (quartiers nord de Strasbourg et quelques communes voisines).

Jacques Bigot (PS), maire d'Illkirch-Graffenstaden est le président de la Communauté urbaine de Strasbourg (CUS) depuis avril 2008.

Article détaillé : Liste des maires de Strasbourg.
Maires récents de la ville de Strasbourg
Période Identité Étiquette Qualité
2008 Roland Ries PS Enseignant, Consultant en Transports publics
2001 2008 Fabienne Keller UDF (2001-2002),
UMP (2002-2008)
Fonctionnaire
2000 2001 Catherine Trautmann PS Théologienne [117]
1997 2000 Roland Ries PS Enseignant
1989 1997 Catherine Trautmann PS Spécialiste de langue et littérature copte
1983 1989 Marcel Rudloff UDF-CDS Avocat
1959 1983 Pierre Pflimlin MRP/CD/ UDF-CDS Avocat
1955 1959 Charles Émile Altorffer RPF Pasteur
1945 1955 Charles Frey RPF Journaliste
1941 1944 Robert Ernst Oberstadtkommissar puis Oberbürgermeister -
1940 1941 Theodor Ellgering Stadtkommissar -
1935 1940 Charles Frey PRD Journaliste
1929 1935 Charles Hueber PCF
(exclu en 1934)
Ouvrier
1919 1929 Jacques Peirotes SFIO Typographe
1906 1918 Rudolf Schwander - Fonctionnaire (nommé)
1886 1906 Otto Back Libéral Fonctionnaire (nommé)
1880 1886 Georges Stempel - Fonctionnaire (nommé)
1873 1880 Otto Back Libéral Fonctionnaire (nommé)
1871 1873 Ernest Lauth Protestataire Banquier
1871 1871 Jules Klein - Adjoint faisant fonction
1870 1871 Émile Kuss Républicain Professeur de médecine, journaliste

Cantons de Strasbourg[modifier | modifier le code]

Plan de la CUS.

Strasbourg est divisée en 10 cantons[118] :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Strasbourg est jumelée avec les villes suivantes:

La commune entretient des coopérations avec les villes suivantes :

La Ville a aussi conclu des accords de coopération avec[120] :

Finances publiques et fiscalité[modifier | modifier le code]

La capacité d'autofinancement de la commune de Strasbourg reste élevée en 2010 grâce à l'augmentation des recettes d'investissement (+37,8 millions d'euros) ainsi qu'à la baisse des dépenses (-69,1 millions d'euros).

En 2010, la dette représentait 4,7 % du buget de fonctionnement de la communauté urbaine de Strasbourg, ce qui reste faible[122]. En revanche, la dette a tendance à augmenter du fait d'importants projets d'investissement (1 milliard d'euros sur la période 2011-2014). Les dépenses d'investissement étant sensiblement supérieures aux recettes, la capacité de désendettement de la communauté urbaine pourrait passer de 2,3 ans actuellement à environ 8,0 ans.

Le budget pour l'année 2009 est d'environ 340 millions d'euros pour le fonctionnement et de 103 millions pour l'investissement. Le buget de la communauté urbaine de Strasbourg est de 696 millions d'euros pour le fonctionnement et de 179 millions pour l'investissement[123].

Taux de fiscalité directe

Taxe 2003 2005
d'habitation 22,68 % 24,06 %
foncière sur le bâti 20,08 % 21,30 %
foncière sur le non-bâti 64,75 % 68,69 %
professionnelle 19,99 % 20,24 %
Sources des données : Site du ministère de l'Intérieur, Fiscalité locale[124] Taxes en pourcentage de la valeur locative cadastrale.

Santé[modifier | modifier le code]

Ambulance SMUR à Strasbourg.

Les Hôpitaux universitaires de Strasbourg comptent sept établissements publics à Strasbourg et dans sa banlieue[125] qui emploient 11 046 salariés pour un total de 2 540 lits. 83,0 % des patients sont d'origine Bas-Rhinoise. Les principaux sites sont l'Hôpital Civil (hôpital pavillonnaire d'une capacité de 889 lits et existant depuis 1398), l'hôpital de Hautepierre (1 021 lits) et l'hôpital de la Robertsau (395 lits)[126]. En avril 2008 a été mis en service le Nouvel Hôpital Civil (NHC) d'une capacité de 715 lits et places, il tend à moderniser la prise en charge médicale offerte par les Hôpitaux universitaires de Strasbourg ; plus grand chantier hospitalier de France, le NHC a été conçu par l'architecte Claude Vasconi. Le budget 2006 des hôpitaux universitaires de Strasbourg est de 688 millions d'euros et 5,12 millions d'euros sont consacrés à la recherche et à l'innovation[126].

Le Centre Paul Strauss, créé en 1923, est spécialisé dans la lutte contre le cancer[127].

Strasbourg dispose aussi d'un Institut Universitaire de Réadaptation, le centre Clémenceau[128].

La ville compte également plusieurs cliniques privées: la clinique Adassa, la clinique Sainte-Anne, la clinique Sainte-Barbe, la Clinique des Diaconesses, la clinique Sainte-Odile, la clinique de l'Orangerie et la clinique de la Toussaint.

Outre la tradition hospitalière strasbourgeoise existant depuis le XIVe siècle, les hôpitaux universitaires de Strasbourg font partie des pionniers de la télé-chirurgie. En 2001, lors de l'opération Lindbergh dont le nom fais référence à l'aviateur Charles Lindbergh, le chirurgien Jacques Marescaux opère depuis New York une patiente située à Strasbourg. La création du pôle de compétitivité Alsace Biovalley dédié aux sciences de la vie et de la santé favorise les synergies entre les hôpitaux de Strasbourg et les entreprises impliquées dans le secteur de la santé. Le pôle est constitué de plus de 400 entreprises et 60 laboratoires publics. Il a permis depuis sa création en 2005, de généré en Alsace la création de plus de 2 200 emplois directs et indirects et la création de 46 entreprises, tout en labellisant plus de 63 projets de recherche-développement impliquant des entreprises et des laboratoires publics[129]. Ce pôle de compétitivité à vocation mondiale est implanté au cœur de la Biovalley. Cet équivalent de la « Silicon Valley » dans le domaine de la chimie, de la biologie et des technologies médicales regroupe les régions frontalières du Rhin Supérieur que sont l'Alsace, le Bade-Wurtemberg en Allemagne et la région de Bâle en Suisse[130]. Strasbourg compte également plusieurs centres de recherche et organismes spécialisés dans la santé, comme l'institut de recherche contre les cancers de l'appareil digestif (IRCAD), l’institut de Pharmacologie Clinique Roche. (IPCR), l'institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM, dont Strasbourg gère le quart nord-est de la France) et l'institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (IGBMC, fondé par le généticien Pierre Chambon).

Sécurité[modifier | modifier le code]

Voiture de la police municipale de Strasbourg.

Le taux de criminalité à Strasbourg est de 78,18 actes pour 1 000 habitants en 2009 et est donc sensiblement supérieur à la moyenne nationale (56,39 ‰). Nonobstant, la ville se place dans la moyenne basse des grandes villes françaises, à mi-chemin Nice (109,12 ‰) et Orléans (66,37 ‰)[131]. On compte un policier pour 398 habitants en 2011[132].

Le taux d'élucidation des crimes et délits est de 27,21 % soit légèrement sous la moyenne nationale (28,76 %) mais dans le peloton de tête des grandes villes de France. Au cours du mandat de Fabienne Keller, les caméras de vidéosurveillance se sont multipliées. Ce dispositif donne lieu à des controverses[réf. nécessaire].

Le nouvel Hôtel de Police situé route de l'Hôpital, derrière le centre administratif de la CUS, a été inauguré en 2002. Il remplace l'ancien commissariat central qui se trouvait rue de la Nuée Bleue et qui a définitivement fermé en 2009. D'autres bureaux de police existent à la gare (hall sud), à Koenigshoffen et à l'Esplanade.

Une Compagnie républicaine de sécurité (n°37) est installée à la Robertsau.

La Gendarmerie nationale dispose aussi de deux casernes dans le quartier de la gare.

Enfin avec 158 policiers (en 2012)[133], la Police municipale de Strasbourg est l'une des plus importantes de France[134]. Ces derniers sont dotés de motos, vélos, scooters et de voitures. Le bureau de la Police municipale est situé au 32 rue du 22 Novembre.

A noter également la présence de la Direction régionale des Douanes et droits indirects qui occupe l'Hôtel des Douanes au n°11 avenue de la Liberté.

Économie[modifier | modifier le code]

Repères[modifier | modifier le code]

La CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin

Strasbourg est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de Strasbourg et du Bas-Rhin. Elle gère l’aéroport international de Strasbourg-Entzheim. Elle est également le siège de la Chambre régionale de commerce et d'industrie d'Alsace et de la Chambre de métiers d'Alsace.

Grâce à son emplacement géographique, Strasbourg a toujours été un lieu de passage pour les biens et les personnes. Au centre de l’Europe, la ville se situe au carrefour d’un axe nord-sud historiquement très utilisé et d’un axe est-ouest. Son emplacement sur le Rhin favorise les échanges par voie fluviale. Comme toute grande ville, le secteur d’activité prédominant est le secteur tertiaire, bien que l’industrie représente encore une part non négligeable des emplois, notamment dans les communes alentour. Strasbourg accueille plusieurs grands sièges sociaux, notamment LIDL-France, Wienerberger France, le Crédit mutuel, Steelcase et les Brasseries Kronenbourg. La ville possède également deux pôles de compétitivité, le premier Alsace Biovalley à vocation mondiale, consacré aux biotechnologies et à la santé, le second, à vocation nationale, consacré aux véhicules du futur[135]. Ces pôles favorisent l'implantation d'entreprises des secteurs automobile et pharmaceutique.

Strasbourg est classée 3e ville française préférée des entrepreneurs derrière Lyon et Lille[136].

En 2006, la commune de Strasbourg comptait 159 557 actifs dont voici la répartition :

Répartition des emplois par secteur[137]

Strasbourg France
Tertiaire 87,3 % 71,5 %
Industrie 9,4 % 18,3 %
Construction 3,0 % 6,1 %
Agriculture 0,2 % 4,1 %
Sources des données : Insee

La CUS (Communauté urbaine de Strasbourg) comptait environ 212 000 actifs dont voici la répartition :

Répartition des emplois par branche d'activité[138]

Branche d'activité Emplois Part
Éducation et santé 41 500 19,6 %
Services aux entreprises 34 100 16,1 %
Commerce 32 000 15,1 %
Industrie 31 000 14,6 %
Administration 26 700 12,6 %
Transport 12 700 6,0 %
Finance 10 300 4,8 %
Construction 9 500 4,5 %
Autre 14 200 6,7 %
Sources des données : CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin

Le taux de chômage a Strasbourg est, comme dans beaucoup de grandes villes françaises, supérieur à la moyenne nationale. Mais cela n'a pas toujours été le cas. Pendant longtemps, la ville s'est distinguée par un taux de chômage remarquablement faible, bien aidée par un secteur secondaire dynamique. Cependant, le recul des activités industrielles en France a progressivement réduit l'écart entre les moyennes strasbourgeoise, française[139] et régionale. La ville est en outre la 8e ville la plus inégalitaire de France, avec un coefficient de Gini de 0,445[140].

Évolution du taux de chômage

Année 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Strasbourg[141] 7,8 % 8,6 % 9,1 % 9,3 % 8,3 % 7,7 % 9,6 % 9,8 % 9,5 %
Sources des données : Insee

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

L'Ancienne Douane, (Käufhüss), bâtiment représentant le commerce médiéval de la ville (reconstruction XXe siècle)

Les activités industrielles à Strasbourg ont pour particularité d'être totalement diversifiées[7]. Elles représentent 14,6 % des emplois. Sur les 3 000 entreprises industrielles, plus de 30 % sont à capitaux étrangers, notamment allemands et américains. Les trois principaux secteurs sont l’automobile (General Motors, Delphi Corporation, Johnson Controls), l’industrie pharmaceutique (Lilly, Octapharma, Prestwick Chemical, Carex, Boiron) et l’agroalimentaire (les brasseries Fischer et Kronenbourg).

Depuis les années 1990, la création du pôle de compétitivité Alsace Biovalley a apporté de nombreux emplois dans l’industrie pharmaceutique. Outre les emplois de recherche créés par les laboratoires universitaires, avec la création de nouveaux centres de recherche comme l’institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire[142] ou l’institut clinique de la souris[143] sur le campus d'Illkirch, un certain nombre de multinationales se sont implantées à Strasbourg ou dans sa périphérie. Le point d’orgue de ce développement a été le transfert du siège social d’Aventis à Strasbourg en 2002, mais le rachat de la société par Sanofi-Synthélabo en 2004 a retransféré le siège social du nouveau groupe à Paris.

Le port autonome de Strasbourg et la facilité de transport des marchandises sur le Rhin ont joué un rôle important dans le développement économique de la ville. Avec 8,8 millions de tonnes marchandises en trafic fluvial en 2007[144], il est le deuxième port fluvial de France après le port de Paris. Aujourd'hui, certains des espaces du port autonome sont des friches industrielles ; les anciens bassins situés près du centre-ville sont ou vont être rapidement revalorisés. Il reste des aciéries de part et d’autre du Rhin, celles du côté français avaient tendance à péricliter avant la remontée du prix de l’acier dans les années 2000 ; celles du côté allemand (groupe BSW - Badische Stahlwerke) se sont muées en micro-aciéries très rentables, embauchant alors beaucoup de travailleurs frontaliers.

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

Commerce[modifier | modifier le code]

L'activité commerciale représente plus de 30 000 emplois à Strasbourg. Deux énormes zones commerciales concentrent l'essentiel de l’activité commerciale : celle de la Vigie au sud et celle de Vendenheim au nord. Le centre-ville rassemble des boutiques de luxe ainsi que la Place des Halles, centre commercial abritant près de 120 boutiques et 8 restaurants. Au Neudorf, un nouveau centre commercial baptisé Rivétoile a ouvert ses portes en octobre 2008.

Finance[modifier | modifier le code]

Strasbourg est l’une des premières places financière et bancaire de France[145] et jouit d'une spécificité importante dans ce domaine. La ville compte plusieurs sièges sociaux de banques (notamment : le Crédit mutuel, le CIC Est, la Banque populaire d’Alsace, la Caisse d’épargne d’Alsace, le Crédit agricole Alsace-Vosges, le Crédit lyonnais Alsace-Lorraine, le Centre Financier de la Banque postale, le Crédit foncier et communal d'Alsace et de Lorraine), cinq salles de marchés et de nombreux établissements étrangers (UBS, Barclays, HSBC, Legal & General, Monte dei Paschi di Siena, etc.). Strasbourg s'est également doté en 1979 du premier World Trade Center de France[146]. Les activités financières emploient plus de 15 000 personnes sur Strasbourg, secteur immobilier inclus[147]. En 2009, la ville a lancée des études concernant deux quartiers d'affaires. Le premier se situerait au Wacken, et le second : au niveau de la Gare Basse, qui va faire l'objet d'une urbanisation d'ici à 2020.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le grand sapin de Noël, Place Kléber en 2010 avec le village de Noël à ses pieds
Passants dans la rue des Grandes Arcades, près de la place Kléber

Le tourisme est une activité importante pour l'Alsace. Le secteur y emploie près de 25 000 personnes dont 8 300 sur Strasbourg[148]. L'arrivée du TGV Est a permis d'enrayer la baisse des activités touristiques qui touchait la région depuis 2004[149]. En revanche, la part des touristes étrangers continue de baisser : ils représentaient 32 % en 2007 contre 38 % en 2004[150]. Par ailleurs, les touristes étrangers sont davantage présents l'été (environ 44 % des touristes) que l'hiver (environ 26 %). Chaque année, depuis 1570, le célèbre marché de Noël (ou Christkindelsmärik) ouvert pendant le mois de décembre, draine un nombre considérable de visiteurs, les capacités hôtelières de la ville et de toute la région faisant le plein à cette période. Malheureusement, ces capacités d’accueil sont sous-utilisées le reste de l’année avec un taux d'occupation moyen des chambres de 54,7 % contre 60,4 % pour la France[151]. Située à la jonction des EuroVéloroutes EV5 (Via Francigena - de Londres à Rome/Brindisi) et EV15 (Véloroute Rhin de la source du Rhin à Rotterdam), Strasbourg, par ailleurs première ville cyclable de France, est visitée par de nombreux cyclistes de Pâques à fin octobre.

Restauration[modifier | modifier le code]

La restauration est très développée à Strasbourg, notamment dans la vieille ville. On y trouve principalement des restaurants, nommés winstubs ou bierstubs, proposant des spécialités alsaciennes. Certains restaurants sont distingués par la toque Gault et Millau, ainsi que par les étoiles et fourchettes Michelin. En plus de restaurants traditionnels français (brasseries) et restaurants gastronomiques, la cuisine du monde est très représentée, avec de nombreux restaurants italiens, asiatiques, ainsi que les pays du Moyen-Orient (dont de nombreux Döner Kebab).

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Strasbourg en images.

Le centre historique, la Grande Île (ou ellipse insulaire), a été classé patrimoine mondial par l’UNESCO en 1988[5]. Strasbourg est également labellisée ville d'art et d'histoire par le ministère de la Culture. Si les vestiges de la ville romaine ont quasiment disparu, Strasbourg conserve en revanche un patrimoine architectural remarquable qui s'étend du Moyen Âge à aujourd'hui.

Les ponts couverts du XIIIe siècle vus du barrage Vauban. En arrière-plan, la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg.

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

L’ancienne Commanderie Saint-Jean. XVe siècle

Strasbourg abrite de nombreux témoins du Moyen Âge et de la Renaissance, notamment en son centre historique. Parmi les plus anciens vestiges de la ville, les ponts couverts, construits au XIIIe siècle avaient pour rôle de protéger l'accès fluvial. Le système défensif est revu à plusieurs reprises jusqu'à la fin du XVIe siècle. Les tours visibles encore aujourd'hui sont les dernières des 90 que comptaient les défenses de la ville jusqu'au XIXe siècle[152]. Le barrage Vauban est la suite logique du système défensif des ponts couverts. Écluse fortifiée construite à partir de 1685 par Vauban, ce barrage vise à renforcer les défenses de la ville. Il pouvait servir à inonder l'accès sud de la ville afin de ralentir (voire de stopper) la progression ennemie.

Strasbourg compte aussi de nombreuses maisons à colombages. La Maison Kammerzell est sans doute l'une des plus emblématiques. Construite au XVe siècle, elle prendra son aspect actuel en 1589 à la suite d'importants travaux. Cette maison se distingue par sa structure originale : un premier niveau en pierres, puis trois niveaux en bois de type Renaissance rhénane, et enfin trois niveaux de combles[153]. Les ornements extrêmement nombreux et détaillés évoquent l'Antiquité, les cinq sens, le travail des hommes. On retrouve d'autres maisons à colombages dans le quartier de la Petite France. Miraculeusement épargné par les guerres, ce quartier implanté sur l'Ill offre un véritable panorama de la Renaissance rhénane. Les maisons les plus remarquables sont la maison des tanneurs (construite en 1572 et retouchée au début du XVIIe siècle par son propriétaire) et la maison Haderer.

Édifiée en 1358 le long de l'Ill, l'Ancienne Douane est l'un des rares témoins du commerce médiéval de la ville. Détruite par les bombardements de 1944, elle a été restaurée en 1956 et accueille aujourd'hui un restaurant traditionnel ainsi que des expositions temporaires[154]. Toujours le long de l'Ill se trouve l'ancienne boucherie. Construit entre 1586 et 1588, l'édifice en forme de « U » se caractérise par la sobriété de son architecture. Il n'abandonne sa fonction initiale qu'en 1859 et abrite aujourd'hui le musée historique[155].

La place du marché aux cochons de lait

Situé au sud du centre historique, l'Hôpital civil (Strasbourg)hôpital civil est édifié à la fin du XIVe siècle. En 1716, un incendie le détruit partiellement. La construction d'un nouvel hôpital (encore visible aujourd'hui) commence dès 1717 sous le contrôle de l'architecte Rodolphe Mollinger. Ses immenses toitures abritent trois étages de greniers. L'édifice est agrandi en 1741[156]. Parmi les rares éléments ayant subsisté à l'incendie du XVIIIe siècle, la cave historique est sans doute le plus remarquable. Construite entre 1393 et 1395, elle est utilisée pour élever le vin servi aux malades. Cette cave abrite notamment un vin blanc de 1472. Ce nectar de plus de 500 ans n'a été servi qu'à trois reprises : en 1576, en 1716 ainsi qu'en 1944 aux libérateurs de la ville[157].

Sur la place Gutenberg, l'un des plus anciens sites de Strasbourg, se trouve le Neubau qui abrite la chambre de commerce et d'industrie. Construit à partir de 1582 sous l'impulsion d'entrepreneurs suisses, le bâtiment est représentatif du style Renaissance. Il fit notamment office d'hôtel de ville. Il a été agrandi en 1867 dans le respect du style originel[158],[159].

L'hôtellerie du Corbeau est un autre lieu intéressant. Fermée au XIXe siècle, elle a reçu des hôtes illustres tels que Frédéric le Grand, Jean-Jacques Rousseau ou encore Alexandre Dumas. Le lycée Fustel-de-Coulanges (anciennement collège royal, lycée impérial et école centrale sous la République), jouxtant la cathédrale, a d'abord été le petit séminaire pour les Jésuites après sa construction en 1685. Mais le lieu est surtout connu pour avoir abrité la première imprimerie de Strasbourg, dans la maison dite zum Thiergarten[160].

XVIIIe et XIXe siècles[modifier | modifier le code]

Strasbourg abrite plusieurs témoins de cette époque. L'Aubette, dessinée par l'architecte Jacques François Blondel est édifiée entre 1765 et 1778 dans un style néo-classique sur la place Kléber. Ce bâtiment qui utilise un grès rose très coloré, sert dans un premier temps de corps de garde. Endommagé en 1870, il abrite par la suite le conservatoire de musique. Ce bâtiment est, avec la place du Marché Gayot construite en 1769, la seule réalisation issue du plan d'embellissement Blondel qui prévoyait une restructuration complète de la Place Kléber. Un important projet de restauration a été achevé 2010. L'Aubette abrite désormais une galerie commerçante[161].

Le palais des Rohan est lui aussi remarquable. Il est notamment l'un des rares édifices de l'époque à utiliser un grès clair et non rose. Cet ancien palais épiscopal est construit entre 1728 et 1741 par l'architecte royal Robert de Cotte[162]. Sa façade est ornée de nombreuses sculptures que l'on doit à Robert le Lorrain, de personnages religieux ou mythiques[163]. Il accueille aujourd'hui trois musées : le musée archéologique, le musée des beaux-arts et le musée des arts décoratifs. Près de la place Broglie, on retrouve l'Hôtel de Klinglin, imaginé par Jean-Pierre Pflug et construit entre 1731 et 1736 à la demande de François Joseph de Klinglin alors prêteur royal de la ville. Il accueille un temps la préfecture du Bas-Rhin, c'est aujourd'hui la résidence du préfet. Détruit en 1870 pendant le siège de Strasbourg, il est rapidement restauré[164]. Juste à côté, le bâtiment de l'Opéra (où joue l'Opéra national du Rhin), est édifié entre 1804 et 1821 par l'architecte Villot. Il est partiellement détruit en 1870 à la suite de bombardements allemands. Lors de sa restauration en 1888, la façade arrière est enrichie d'un avant-corps circulaire[165]. Toujours aux abords de la place Broglie se trouve l'Hôtel de Hanau, imaginé par Joseph Massol et achevé en 1736. Sa construction est financée par Régnier III de Hanau-Lichtenberg qui meurt avant la fin des travaux. Le bâtiment devient hôtel de ville en 1806. Aujourd'hui, il est principalement utilisé pour les célébrations de mariage[166].

Dans le quartier de la Robertsau, le château de Pourtalès est un monument remarquable. Construit au XVIIIe siècle, il a été remanié à plusieurs reprises au cours du XIXe siècle puis au début du XXe siècle. Les pavillons sont agrandis, un parc à l'anglaise est aménagé, un nouveau corps de bâtiment voit le jour. Ce château est aujourd'hui la propriété d'une université américaine, la Schiller International University[167].

Architecture impériale allemande[modifier | modifier le code]

Le Palais universitaire
La bibliothèque nationale et universitaire
Carte postale montrant partiellement et en perspective la gare de Strasbourg, un imposant bâtiment de style wilhelmien, avec son entrée par la partie centrale et son aile droite. Ses façades, librement inspirées du style Renaissance, s'ouvrent par de grandes baies vitrées. Devant l'auvent de la gare stationnemnt plusieurs personnes et chevaux attelés ou montés. Les impressions en allemand Strassburg et Zentralbahnhoff figurent au-dessus de la gare parmi d'autres mots manuscrits.
La gare de Strasbourg au début du XXe siècle.

On prétend qu'après les destructions massives de la Seconde Guerre mondiale, où les grandes villes allemandes furent rasées par les bombardements alliés, c'est à Strasbourg qu'on peut admirer les plus beaux exemples de l'architecture wilhelmienne. Notamment dans le vaste quartier bâti par les allemands, la Neustadt (nouvelle ville en allemand) dont le point central est la Kaiserplatz (place impériale) devenue la place de la République. C'est pourquoi récemment un projet de la communauté urbaine et de la région Alsace prévoit de proposer la Neustadt au patrimoine mondial de l'UNESCO[168].

On retrouve en effet sur la place de la République plusieurs bâtiments caractéristiques comme le palais du Rhin, ancien palais impérial construit entre 1883 et 1888 par l'architecte Hermann Eggert dans le plus pur style germanique. Édifié pour accueillir l'empereur lors de ses visites à Strasbourg, il marque le rattachement de la ville à l'Allemagne, et s'inscrit dans un programme de rénovation urbaine de grande ampleur. Il abrite depuis 1920 la Commission centrale pour la navigation du Rhin. L'actuel Théâtre national de Strasbourg, dû aux architectes Hartel et Neckelmann, est un autre bâtiment important. Construit entre 1888 et 1899, il accueille dans un premier temps les sessions de la Délégation régionale. En 1911, il devient le Parlement d'Alsace-Lorraine jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale[169]. Rattaché depuis 1972 au Ministère de la culture, il est le premier théâtre national implanté en province[170].

On doit aussi à ces deux architectes la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg de style néo-renaissance, inaugurée en 1895. Elle est aujourd'hui, avec ses trois millions d'ouvrages, la deuxième bibliothèque de France[171].

Strasbourg abrite d'autres bâtiments publics remarquables construits à la même époque, comme la préfecture (ancien ministère d'Alsace-Lorraine), édifiée en 1911, mais aussi, l'hôtel des Postes dessiné par l'architecte Von Rechenberg dans un style néo-gothique. Édifié entre 1896 et 1899 par l'administration des Postes, ce bâtiment a été partiellement détruit en 1944. Lors de sa reconstruction, on utilisa du grès rose. Aujourd'hui encore il est utilisé par La Poste[172]. Les bains municipaux imaginés par Fritz Beblo, construits de 1905 à 1908 s'éloigne des standards d'alors, avec son imposante façade rouge et son style néo-roman[173]. Le Palais de Justice, dû à Skjöld Neckelmann et construit entre 1894 et 1897 est aussi un témoin intéressant de l'époque. À l'instar de la plupart des édifices publiques construits sous l'ère allemande, ce palais utilise un grès gris clair[174].

Plusieurs bâtiments affectés à l'enseignement font également partie du patrimoine strasbourgeois, notamment le Palais universitaire « Kaiser-Wilhelms-Universität Strassburg » édifié en 1884 sous le contrôle du jeune et talentueux Otto Warth. Il accueille aujourd'hui encore certaines filières universitaires (histoire, archéologie, histoire de l'art, arts plastiques, théologie)[175] et est considéré comme l'un des plus beaux monuments construits sous l'ère allemande. Le Lycée international des Pontonniers est un ex-lycée de jeunes filles inauguré en 1904 qui rompt clairement avec les tendances néo-renaissance allemandes[176].

La Neustadt offre également d'autres bâtiments publics à l'architecture caractéristique comme la gare centrale, inaugurée en 1883. Celle-ci est l'un des premiers édifices entrepris après le rattachement de l'Alsace à l'Allemagne. La façade du bâtiment n'a quasiment pas été retouchée, elle est aujourd'hui surmontée d'une grande verrière. Le bâtiment de la « Gallia » (« Germania » à sa construction) achevé en 1885 est également typique de la ville et de l'époque. Il a d'abord abrité une compagnie d'assurances. Depuis les années 1920, il est le siège d'associations étudiantes (aujourd'hui le CROUS et l’Association fédérative générale des étudiants de Strasbourg)[177]. On doit la caserne Stirn à l'architecte Von Lilienstern. Construit entre 1884 et 1897, cet édifice est très moderne à l'époque. Il couvre une superficie de 4 hectares et peut accueillir trois bataillons d'infanterie[178]. Après la guerre de 1870, Strasbourg devient en effet une base importante de l'armée allemande.

Enfin, la ville offre quelques beaux exemples d'ensembles architecturaux Jugendstil, comme le 22, rue du général Castelnau (architectes F. Lütke et H. Backes), la villa Schützenberger, au 76, allée de la Robertsau (architectes : Berninger & Krafft) ou encore l'hôtel Brion, 22, rue Sleidan (architecte : Auguste Brion).

Citons aussi la capitainerie du Port du Rhin de style néo-gothique avec son haut beffroi.

Architecture contemporaine[modifier | modifier le code]

La tour Valentin-Sorg, emblématique des transformations des années 70 et la Cathédrale Notre-Dame.

Strasbourg possède également de nombreux monuments plus contemporains comme le monument aux morts de Strasbourg, œuvre symbolique situé dans une région qui fut tantôt allemande et tantôt française au gré de l'Histoire. Situé place de la République et inauguré en 1936 par le président de la République Albert Lebrun, il porte comme seule inscription « À nos morts » sans mentionner la patrie pour laquelle les soldats sont tombés. La sculpture représente une mère (symbolisant la ville de Strasbourg) tenant sur ses genoux ses deux enfants mourants, l'un allemand et l'autre français. Ils se sont combattus et devant la mort enfin ils se rapprochent. La sculpture a été réalisée par Léon-Ernest Drivier. C'est un des rares Monuments aux morts pacifistes français.

La ville compte aussi quelques beaux exemples du style art déco: secteur Halles/rue du Travail, angle avenue des Vosges/rue Oberlin ou encore le Parc des Expositions au Wacken.

Plusieurs bâtiments modernes se trouvent dans le quartier européen. Ainsi, la ville abrite le palais de l'Europe dessiné par l'architecte Henry Bernard et inauguré en 1977. Il abrite le Conseil de l'Europe. Le palais des Droits de l'Homme dû à Richard Rogers accueille également depuis 1998 la Cour européenne des droits de l'homme. Le bâtiment épouse le cours de l'Ill, d'où sa forme en arc de cercle. Enfin, le parlement européen que l'on doit au cabinet Architecture Studio est un autre bâtiment remarquable. Inauguré en 1999, il fait suite au sommet d'Édimbourg qui, en 1992, fixe définitivement le siège du parlement européen à Strasbourg[179]. Sa surface totale est de 220 000 m2 pour 60 mètres de hauteur[180].

L'architecture contemporaine est également marquée par des édifices à vocation culturelle comme le musée d'Art moderne et contemporain dû à l'architecte Adrien Fainsilber. Inauguré en 1998 il est situé à proximité du barrage Vauban et fait face à l'hôtel du Département (1989) dont l'architecture rappelle celle d'un paquebot. Plus récemment, le Zénith de Strasbourg, imaginé par Massimiliano Fuksas a été achevé en 2008 après deux ans de travaux. D'autres bâtiments culturels sont intéressants comme la Cité de la musique et de la danse, qui, depuis son inauguration en 2006, est occupée par le pôle des écoles de musique de Strasbourg et principalement par le Conservatoire à rayonnement régional de Strasbourg. Enfin, la maison de la Radio-Télévision, inaugurée en 1961[181] et aujourd'hui siège de France 3 Alsace est un édifice qui abrite une mosaïque de 25 mètres de long imaginée par Jean Lurçat et intitulée La Création du monde[182]. Dans le domaine éducatif, on citera l'Escarpe, de l'université Robert-Schuman que l'on doit aux architectes Knecht et Schweitzer et surtout le Pôle européen de gestion et d'économie qui loge dans une ancienne manutention en brique rouge subtilement modernisée.

L'hôtel de la Région imaginé par le cabinet Chaix et Morel et construit entre 2002 et 2004 dans le quartier du Wacken est également intéressant. Plus controversée, l'immense verrière de 125 mètres de long et de 23 mètres de haut conçue par Jean-Marie Duthilleul recouvre la façade de la gare historique depuis l'arrivée du TGV-Est en 2007.

Côté urbanisme, la Cité-jardin du Stockfeld et la cité ouvrière Ungemach ont été construites au début du XXe siècle selon un concept d'intégration d'un lotissement de logements sociaux dans des espaces verts. La passerelle Mimram, du nom de son architecte Marc Mimram est également une œuvre importante de l'urbanisme de strasbourgeois. Située dans le jardin des Deux Rives et exclusivement piétonne, elle relie Strasbourg à la ville allemande de Kehl. Sa fonction, essentiellement symbolique, traduit la volonté de rapprocher les deux rives du Rhin et donc les deux pays.

L'ancien Armement Seegmuller donnant sur le bassin d'Austerlitz, près de la place de l’Étoile, est un témoignage remarquable de l'architecture portuaire et industrielle des années 1930, les anciennes grues de manutention ont même été conservées. Le site est actuellement en pleine réhabilitation (médiathèque, logements, commerces, résidence étudiante), la ville veut en faire le cœur d'un vaste projet d'urbanisme reliant le quartier du Heyritz jusqu'au Port du Rhin.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

Théâtres et salles de spectacle[modifier | modifier le code]

Le Taps Scala à Neudorf.

Le Théâtre national de Strasbourg (TNS), est l'un des hauts-lieux culturels de Strasbourg. C'est le seul théâtre national de France ne se trouvant pas à Paris. Descendant du Centre dramatique de l'Est, il obtient son statut de Théâtre national en 1968[183]. Idéalement implanté aux abords de la place de la République, il propose entre 15 et 20 pièces par saison. La programmation laisse une place importante aux œuvres européennes, souvent méconnues du public français. Premier établissement national décentralisé, le TNS est également membre de l'Union des théâtres de l'Europe dont l'objectif est de développer une action culturelle commune.

Strasbourg abrite d'autres structures, comme le TJP, fondé en 1974 par André Pomarat, et qui est spécialisé dans les arts de la marionnette. Aujourd'hui centre dramatique national, ce théâtre accueille environ 60 000 spectateurs par an[184]. Autre scène de qualité, Le Maillon est un théâtre à la programmation particulièrement contemporaine. Essentiellement basé au Wacken (deux salles : 600 et 150 places)[185] cette institution culturelle dispose aussi d'une salle (en travaux) à Hautepierre - son siège historique. Les scènes du TAPS (Théâtre Actuel et Public de Strasbourg), que l'on retrouve sur le site de la Laiterie (TAPS Gare) et dans le quartier de Neudorf (TAPS Scala) sont gérées par la direction des affaires culturelles de la ville. Pôle Sud, scène conventionnée pour la musique et la danse, se situe dans le quartier de la Meinau. Ce lieu peut accueillir 320 spectateurs[186].

Le Hall des Chars est un lieu interdisciplinaire géré par l'association La Friche Laiterie et consacré aux arts vivants. Il propose au public de découvrir la scène émergente du Grand-Est, sur ses trois espaces.

Le café-théâtre et l'humour sont représentés par le Kafteur ainsi que le Camionneur, tous deux situés dans le quartier de la gare. Le Cube noir du CREPS, à Koenigshoffen, est davantage tourné vers le théâtre amateur.

L'activité théâtrale de Strasbourg est aussi orientée vers les traditions régionales, avec la Choucrouterie, cabaret de Roger Siffer. Ce petit théâtre de 80 places accueille 20 000 spectateurs chaque année et propose des spectacles humoristiques sur le thème de l'Alsace[187]. Le théâtre alsacien de Strasbourg, créé en 1898 est lui aussi essentiellement réservé aux metteurs en scène épris de théâtre dialectal[188].

Musique[modifier | modifier le code]

L'Opéra national du Rhin est né de la fusion des opéras municipaux de Colmar, Mulhouse et Strasbourg. Il a obtenu le statut d'opéra national en 1997 et propose plus de 130 représentations par an avec la collaboration de l'orchestre philharmonique de Strasbourg[189]. Fondé en 1855, ce dernier est composé de 110 musiciens et donne plus de 30 concerts par an à Strasbourg. L'orchestre se produit également à l'étranger et a obtenu plusieurs récompenses nationales et internationales[190]. La Cité de la musique et de la danse, consacré à la musique classique et contemporaine organise régulièrement des concerts. Son Festival de musique de Strasbourg, le plus ancien de France, y est organisé depuis 1932.

Les musiques d'aujourd'hui sont également très diffusées grâce à La Laiterie - salle des musiques actuelles. Ce lieu inauguré en 1994 sur une friche industrielle est devenu, malgré sa taille modeste (deux salles : 1 000 et 300 places), un lieu renommé avec 200 concerts et 100 000 spectateurs par an[191],[192]. Sa programmation est très éclectique. Strasbourg abrite d'autres petites salles, comme le Pôle Sud qui est essentiellement consacré au jazz et à la danse. Le Molodoï, centre autonome jeune crée en 1988, est pour sa part essentiellement tourné vers les musiques alternatives (hip-hop, punk, hardcore)[193]. Le centre culturel de Neudorf possède une salle de 700 places et accueille spectacles de danse, concerts et meetings politiques. La salle est également équipée d'un bar et offre occasionnellement des services banquet[194].

La ville compte aussi trois grandes structures. Le palais de la Musique et des Congrès qui s'étend sur 50 000 m2 et abrite notamment deux auditoriums (de 2 000 et 1 100 places), accueille des concerts de musique classique. Il s'y déroule environ 350 manifestations pour 320 000 participants chaque année[195],[196]. Le Rhenus est l'une des plus vastes salles de concerts de la ville. Ce hall peut accueillir 8 000 spectateurs et couvre 10 932 m2. Il n'est néanmoins pas adapté aux concerts, sa vocation première étant d'accueillir des manifestations sportives et des expositions temporaires[197]. D'où la construction du Zénith Europe à Eckbolsheim. Inauguré en janvier 2008, sa capacité maximale est de 12 000 spectateurs ce qui en fait le plus grand de France[198].

Dans un domaine plus éducatif, Les Percussions de Strasbourg, sont un groupe instrumental créée en 1962 par six percussionnistes et qui se produit régulièrement dans le cadre de manifestations musicales. Les percussions de Strasbourg proposent aussi des cours, des stages et des interventions scolaires[199].

Orgues[modifier | modifier le code]

Strasbourg est également réputée pour la quantité et la variété de ses orgues baroques, néo-classiques, romantiques, germaniques, modernes et éclectiques, dont beaucoup sont classés monument historique. La présence d'organistes réputés comme Marie Joseph Erb, Albert Schweitzer et Helmut Walcha a contribué au renom des instruments de la ville et a favorisé la restauration des plus anciens de ceux-ci. Plusieurs dynasties de facteurs d'orgues sont représentés dans les églises mais aussi les salles de concert (Palais des Fêtes, ancien Conservatoire, Cité de la musique et de la danse) de Strasbourg : les Silbermann, André et Jean-André, (église Saint-Thomas, église Saint-Guillaume, église Saint-Pierre-le-Jeune protestante, église Sainte-Aurélie) ; les Schwenkedel, Georges et Curt (église Saint-Jean) ; les Walther ; les Roethinger, Edmond-Alexandre et Max (église Sainte Madeleine, église Saint-Pierre-le-Vieux catholique) ; les Kern, Alfred, Gaston et Daniel (cathédrale Notre-Dame). D'autres grands noms de la facture d’orgues incluent Joseph Merklin (Temple Neuf, chœur de la cathédrale Notre-Dame) et Eberhard Friedrich Walcker (église Saint-Pierre-le-Vieux protestante)[200].

Événements culturels[modifier | modifier le code]

Musiques classiques et contemporaines[modifier | modifier le code]

Strasbourg accueille plusieurs festivals musicaux. Le plus ancien d'entre eux est le Festival de musique de Strasbourg. Créé en 1932 par la Société des amis de la musique de Strasbourg, il est consacré à la musique classique et à l'art lyrique[201].

On doit aussi à cette société le Festival de jazz de Strasbourg, créé en 1987[202]. Le festival Jazzdor réunit lui aussi les passionné de musique jazz. Fondé en 1986, il organise environ 40 concerts à Strasbourg. Le festival produits également des concerts en Allemagne ; à Offenbourg depuis 2002 et à Berlin depuis 2007 avec son édition berlinoise jazzdor berlin[203]. Le Festival Musica, ou Festival international des musiques d'aujourd'hui, créé en 1982, réunit plus de 20 000 spectateurs chaque année. En 2007 58 compositeurs ont proposé une centaine d'œuvres contemporaines[204].

Les musiques actuelles sont représentées essentiellement par Le Festival des Artefacts, créé au début des années 1990. Il se déroule sur plusieurs jours au mois d'avril, au Zénith Europe et à La Laiterie[205]. Au mois de juin se déroule dans divers lieux de l'agglomération, le festival electro-groove et cultures urbaines Contre-Temps. La musique électronique est représentée par les Nuits électroniques de l'Ososphère, qui se déroulent chaque année en septembre à La Laiterie, à la Friche Laiterie et au Molodoï[206]. Enfin l'un des événements de la rentrée culturelle strasbourgeoise, est le festival des Nuits Européennes, investissant la communauté urbaine de Strasbourg en collaborant avec ses institutions culturelles et ses lieux de vie nocturne dans un dialogue constant avec les grandes cités européennes[207].

Danse et théâtre[modifier | modifier le code]

Strasbourg accueille plusieurs festivals de danse et de théâtre, dont le festival Nouvelles Strasbourg Danse au mois de mai, qui investit les salles les plus importantes de la ville ainsi que les places et les rues; mais également au mois de juin le festival de théâtre Premières durant lequel de jeunes metteurs en scènes européens présentent leurs premièrs travaux.

La ville possède également une importante structure polyvalente : le parc des expositions du Wacken, qui regroupe quatre halls d'une superficie de 5 200 à 6 000 m2 pour un total 22 000 m2. Il accueille notamment la Foire européenne (1 100 exposants et 220 000 visiteurs par an) et le salon des vignerons indépendants[208],[209]. Strasbourg organise également la foire européenne d'art contemporain St-art. Créé en 1995, cet évènement accueille 30 000 visiteurs annuels et met l'accent sur l'ouverture européenne puisque près de 50 % des 95 galeries sont d'origine européenne[210].

Littérature et livre[modifier | modifier le code]

Depuis 2005 ont lieu chaque année en mars les Rencontres Européennes de Littérature à Strasbourg[211], organisées par l'Association Capitale Européenne des Littératures (ACEL)[212] en partenariat avec l'Université de Strasbourg. C'est notamment dans le cadre de ces Rencontres que sont remis le Prix européen de littérature, le Prix de littérature francophone Jean Arp et le Prix du patrimoine Nathan Katz. Le but de ces Rencontres est de promouvoir, en collaboration avec l'ensemble des acteurs culturels locaux, nationaux et européens, la place de Strasbourg en tant que capitale européenne des littératures et de mettre en valeur, dans une perspective largement ouverte sur l'espace européen comme sur l'espace francophone, le très riche patrimoine littéraire de l'Alsace, qui reste largement encore à découvrir.

En septembre 2008, Strasbourg a accueilli la première édition de la manifestation consacrée au 9e art, StrasBULLES.

Cinéma[modifier | modifier le code]
Le Cinema Odyssée à Strasbourg

En matière de cinéma, l'association des Films du Spectre organise depuis 2006, le Spectre Film Festival, un événement annuel, se déroulant en septembre et consacré au cinéma de genre science-fiction, horreur et fantastique.

Musées[modifier | modifier le code]

L'ancienne boucherie, actuel musée historique

Depuis les années 1990, l'offre culturelle s'est développée et diversifiée. D'abord avec le Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg (MAMCS), inauguré en 1998 et qui expose sur ses 5 500 m2 des œuvres contemporaines de 1870 à nos jours[213]. Puis avec la réouverture du musée historique, situé dans le bâtiment de l'ancienne boucherie. L'édifice de 1586 nécessitait en effet d'importants travaux de stabilisation. Ce musée est essentiellement axé sur l'histoire urbaine, militaire et économique de la ville. On y découvre notamment une maquette à l'échelle 1/600e de Strasbourg en 1727[214].

La culture alsacienne est représentée par le Musée alsacien, des arts et traditions populaires. On y découvre notamment la vie rurale alsacienne entre 1750 et 1860 à travers des objets de toutes sortes : mobilier, jouets, documents, couverts et autres ustensiles[215]. Le musée des Arts décoratifs, situé dans l'enceinte du palais des Rohan nous fait également découvrir l'artisanat strasbourgeois du XVIIe siècle sous toutes ses coutures, ainsi que les appartements du palais[216]. Le Palais des Rohan abrite aussi le Musée archéologique, qui propose une importante collection d'objets anciens (de -600 000 à 800 ans après J.C.) découverts en Alsace et le musée des beaux-arts, qui retrace l'histoire de la peinture en Europe. Ce musée propose entre autres de nombreuses œuvres italiennes dont la plus ancienne, de Sandro Botticelli, est datée de 1485[217]. Le cabinet des estampes et dessins, fondé en 1890, abrite quant à lui environ 200 000 œuvres dont les plus anciennes datent du XVe siècle[218].

Non loin de là, face à la cathédrale de Strasbourg, le musée de l'Œuvre Notre-Dame déploie une riche collection d'œuvres anciennes, bien souvent à caractère religieux. On y retrouve notamment l'un des plus anciens vitraux de France[219], la tête romane de Wissembourg de 1060, ainsi que la statuaire du XIIIe siècle de la Cathédrale[220].

Plus ludique, le musée zoologique, rattaché à l'université Louis-Pasteur, propose une collection impressionnante d'animaux, parfois rarissimes. Le musée abrite aussi une collection gigantesque d'un million d'insectes[221]. Le musée de minéralogie, lui aussi universitaire, abrite plus de 30 000 minéraux. S'y trouve notamment la deuxième collection de météorites en France (450 échantillons)[222]. L'Observatoire astronomique avec son Planétarium est un autre lieu intéressant. Sous sa coupole se cache la troisième lunette astronomique de France après celles de Meudon et de Nice. Le Planétarium propose de nombreuses séances destinées à la découverte de l'Univers[223].

Ouvert en 2005, le Vaisseau est un espace de découverte scientifique destiné aux enfants. Il propose au public jeune d'apprendre tout en s'amusant[224].

Inauguré en novembre 2007, le nouveau musée Tomi Ungerer - Centre international de l'Illustration présente la collection Tomi Ungerer, donation de l'artiste à sa ville natale. Il est désormais installé à la villa Greiner, à deux pas du centre historique. Ce musée possède un fonds de 8 000 dessins originaux et 6 000 jouets anciens[225].

Dans un registre plus surprenant le musée de la Coop, installé dans les locaux historiques de l'entreprise au Port du Rhin, permet de découvrir l'histoire de la fameuse coopérative alsacienne[226][227]. Un musée du parachustisme est présent à l'aérodrome de Strasbourg-Neuhof[228].

Enfin un Musée Vodou a ouvert en janvier 2014 dans l'ancien château d'eau de la gare.

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Médiathèque de Neudorf.

La Bibliothèque nationale et universitaire (BNUS) est, avec sa collection de 3 millions de volumes la deuxième bibliothèque de France. Elle a été fondée à la suite des bombardements de 1870 qui ont détruit l'ancien édifice et les 400 000 ouvrages qu'il abritait[229]. Reconstruite sous l'ère allemande, la bibliothèque obtiendra son statut de bibliothèque nationale en 1926[230]. Selon les chiffres de 2006, elle compte 16 488 lecteurs inscrits dont 64 % d'étudiants. La BNUS fait acquisition de 25 000 nouveaux ouvrages chaque année et se modernise profondément (bornes Wi-Fi, mise en ligne de documents)[231]. Les domaines favorisés par la BNUS sont l'Europe, l'Allemagne, l'Alsace, l'Antiquité et la religion[232].

La bibliothèque municipale de Strasbourg (BMS), moins élitiste, propose un fonds de 600 000 documents, dont 120 000 destinés au jeune public et 75 000 CD audio[233]. Bibliothèque de proximité, la BMS compte neuf succursales réparties dans la ville. Elle accueille également des rencontres, des conférences et des ateliers pour enfants. Enfin, la bibliothèque propose le service Bibliobus, un bus équipé comme une bibliothèque et qui s'arrête à certaines heures près des établissements scolaires.

La ville abrite dix médiathèques[234]. La plus importante est la médiathèque André Malraux, située près du Centre Administratif et du centre commercial Rivétoile, il s'agit d'une bibliothèque de la communauté urbaine, elle fait donc partie du réseau des Médiathèques de la Ville et Communauté Urbaine de Strasbourg. Elle regroupe 160 000 documents en accès libre ainsi que 200 000 livres anciens[235].

Incunables[modifier | modifier le code]
Codex Guta-Sintram. Manuscrit sur parchemin, 1154. Ouvrage écrit par la nonne Guta von Schwarzenthann (à droite) et illustré par le moine Sintram von Marbach (à gauche). Il a appartenu aux chanoinesses du monastère de Schwartzenthann (Haut-Rhin).
– Coll. Bibliothèque du Grand Séminaire de Strasbourg.

En tant qu’un des premiers centres européens de l’imprimerie (Jean Mentel et autres), Strasbourg s’est longtemps enorgueilli d’une très importante collection d’incunables. Celle-ci cependant fut presque totalement anéantie à la suite du bombardement de la bibliothèque et des archives municipales, en 1870. D’importants efforts de reconstitution des fonds menés à partir de 1872 sous les auspices notamment de Rodolphe Reuss font que Strasbourg peut aujourd'hui se vanter à nouveau de posséder un nombre considérable d’incunables dans ses bibliothèques, nombre réparti comme suit : Bibliothèque nationale et universitaire, env. 2 300[236] ; Médiathèque de la ville et de la communauté urbaine de Strasbourg, 349[237] ; Bibliothèque du Grand Séminaire de Strasbourg, 237[238] ; Médiathèque protestante, 66[239] et Bibliothèque alsatique du Crédit mutuel, 5[240].

Strasbourg dans la culture française[modifier | modifier le code]

Strasbourg dans la littérature[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle

Au XIXe siècle

  • Honoré de Balzac cite cette ville comme le lieu de naissance des grands banquiers comme Aldrigger ou Frédéric de Nucingen dans La Maison Nucingen, 1837[242], comme un havre de sérénité et d'espoir pour l'aristrocrate émigré qui revient enfin en France dans Le Lys dans la vallée, 1836[243], comme la rivale de Besançon et de Dijon dans Albert Savarus, 1842[244].
  • Victor Hugo a consacré à la métropole alsacienne une pagination limitée dans Le Rhin, gros ouvrage mis en forme en 1841, qu'il corrigea et augmenta par la suite en utilisant les notes prises au cours de deux voyages et en se documentant. Il n'évoqua guère que « le Munster, véritablement une merveille » et Saint-Thomas, où le tombeau du maréchal de Saxe lui parut « une grande machine d'opéra en marbre, dans le maigre style de Jean-Baptiste Pigalle ». À défaut de s'attarder dans la ville, dont il ne décrit aucunement la vie, il la découvrit presque du ciel : « Je n'aurais eu garde de manquer la plus haute flèche du monde (...). C'est une chose admirable de circuler dans cette monstrueuse masse de pierre toute pénétrée d'air et de lumière, évidée comme un joujou de Dieppe, lanterne aussi bien que pyramide, qui vibre et qui palpite à tous les souffles du vent (...). D'où j'étais, la vue est admirable. On a Strasbourg sous ses pieds, vieille ville à pignons dentelés et à grands toits chargés de lucarnes, coupée de tours et d'églises, aussi pittoresque qu'aucune ville de Flandre. L'Ill et le Rhin, deux jolies rivières, égaient ce sombre amas d'édifices de leurs flaques d'eau claires et vertes. (Le Rhin, Bueb et Reumaux éditeur, 1980) »
  • Gérard de Nerval évoque Strasbourg dans La Lorely.
  • Hippolyte Taine dans ses Carnets de Voyage.
  • Stendhal dans Mémoires d'un touriste et Le Rouge et le noir
  • Goethe dans Poésie et Vérité
  • Théophile Gautier dans Loin de Paris
  • Le chroniqueur Alfred Delvau tint le journal du voyage qu'il fit en 1865 avec Alphonse Daudet. Ils avaient pris le train : « Nous roulons vers Strasbourg à la vitesse qu'on connaît aux trains express. Cette vitesse est brutale. (Du pont des Arts au pont de Kehl, collection Duo, éditions le Grand Miroir, 2005). »
Strasbourg au cinéma[modifier | modifier le code]

En 2008, l'intrigue de Dans la ville de Sylvia de José Luis Guerín se déroule à Strasbourg. En 2011, Philippe Claudel filme une grande partie des scènes de Tous les soleils au centre ville de Strasbourg et sur les quais.

Tourné en 1967 à Strasbourg, le premier épisode de L'Homme du Picardie se déroule dans le centre ville et sur le Port du Rhin. Ce feuilleton télévisé francais réalisé par Jacques Ertaud a été diffusé à partir du 16 décembre 1968 sur la première chaîne de l'ORTF.

L'intrigue de Sherlock Holmes : Jeu d'ombres de Guy Ritchie (2011) débute par un attentat à Strasbourg sur le parvis de la cathédrale.

Médias[modifier | modifier le code]

Chaines de télévision[modifier | modifier le code]
Le siège d'Arte France

Strasbourg est le siège de la chaîne culturelle franco-allemande Arte depuis 1991 et de France 3 Alsace, qui diffuse notamment un journal en dialecte alsacien, le Rund Um. La ville abrite également Alsace20, chaîne locale privée (groupe Dernières Nouvelles d'Alsace). En 2008, StrasTV.com, la première web-tv française fut créée à Strasbourg. Par ailleurs, Strasbourg accueille l'antenne MEDIA Strasbourg, succursale d'information et d'assistance technique du programme MEDIA de l'Union européenne, ainsi que l'Observatoire européen de l'audiovisuel. La ville concentre l'essentiel des activités audiovisuelles de la région. Le secteur emploie en effet plus de 1 000 personnes à Strasbourg sur les 1 355 en Alsace[245].

Radios[modifier | modifier le code]

Plusieurs radios sont installées à Strasbourg en plus des stations nationales[246]. Les plus renommées sont :

Presse écrite[modifier | modifier le code]

La presse locale est quant à elle dominée par le quotidien régional Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA), fondé en 1877 et dont le siège est à Strasbourg. Ce quotidien fait partie du groupe Est Bourgogne Rhône Alpes. Son tirage quotidien d'environ 200 000 exemplaires fait qu'il devance aisément l'autre journal régional L'Alsace implanté à Mulhouse[248].

Les quotidiens gratuits Métro et 20 minutes (qui offre une édition locale) sont diffusés depuis 2005. Le petit format hebdomadaire wik-Strasbourg (anciennement Repères) diffusé gratuitement sur papier et sur internet rapporte les programmations cinéma et culturelle de l'agglomération. Est également diffusé gratuitement dans les cafés et cinémas le mensuel CUT, revue de cinéma, placée sous le parrainage de Gustave Kervern.

Début 2012, le paysage des médias locaux a également vu l'arrivée d'un nouveau média en ligne spécialisé dans l'information locale, Rue89 Strasbourg.

La municipalité édite deux mensuels officiels gratuits et distribués dans les boites aux lettres : Strasbourg Magazine et CUS Magazine.

Cinémas[modifier | modifier le code]

L'agglomération de Strasbourg compte 50 salles dans six cinémas. Le centre de la ville est investi par les petits cinémas indépendants à vocation culturelle, notamment l'Odyssée[249]. Ce petit cinéma situé dans les locaux d'un ancien théâtre cinématographique de 1913 propose par ailleurs une bibliothèque consacrée au cinéma (6 000 revues, 2 500 photographies). Strasbourg abrite en son centre deux autres cinémas d'art et d'essai, le Star (4 salles) et le Star Saint-Exupéry (5 salles, appelé Star Saint-Ex). Le Pathé Vox (6 salles) a une offre plus généraliste.

Enfin, on retrouve aux alentours deux multiplexes : l'UGC Ciné Cité Strasbourg, plus grand complexe UGC d'Europe (22 salles, 5 400 places, un écran de 23,5 mètres) situé dans le quartier de l'Étoile à Neudorf et un multiplexe Pathé (12 salles, 2750 places) situé dans la commune périphérique de Brumath à une quinzaine de kilomètres au nord de Strasbourg.

L'arrivée des multiplexes de cinéma a entraîné le déclin des salles en centre-ville, plus particulièrement dans la rue du Vieux Marché aux Vins : le Pathé Club a fermé ses portes en 1999, le Méliès en 2000, et enfin l'ancien UGC Capitole situé rue du 22 novembre en 2003. On trouvait également avant cela un cinéma dans le quartier du Neudorf, Le Scala, aujourd'hui reconverti en théâtre.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gastronomie alsacienne.

La ville s'enorgueillissait de deux restaurants triplement étoilés (macarons Michelin) au début des années 1980. Le Crocodile perdit une étoile, puis une seconde en changeant de mains (départ d’Émile Jung, qui vendit le très réputé restaurant de la petite rue de l'Outre à Philippe Bohrer) ; le Buerehiesel, de son côté, fit l'objet d'un reclassement au guide rouge quand Antoine Westermann annonça officiellement son départ pour Paris, son fils Éric devenant chef et seul responsable.

Six restaurants strasbourgeois sont signalés par un macaron au Guide Michelin en 2013 : Le Buerehiesel avec Éric Westermann, Au Crocodile avec Philippe Bohrer, La Casserole avec Éric Girardin, Umami avec René Fieger, La Cambuse avec Babette Lefebvre et Gavroche avec Benoît Fuchs[250],[251].

Strasbourg rivalisa un certain temps avec Lyon, avec laquelle elle était souvent comparée dans les chroniques gastronomiques, mais est maintenant considérablement distancée dans le « Guide Rouge » (ni deux, ni trois "étoiles" Michelin en 2013).

Antoine Westermann, qui conserva les trois macarons du Buerehiesel tant qu'il fut présent, a rénové et dirige Drouant, à Paris (où il a créé deux « restaurants-bistrots », l'un Île Saint-Louis, l'autre rue Lepic). Ayant « renoncé aux étoiles Michelin » pour cause départ d'Alsace, il a laissé l'établissement à son fils Eric. Celui-ci, qui avait été formé avec lui et dans de grandes maisons, a préservé le cachet de l'établissement proche du quartier européen, voulu dorénavant plus convivial et plus accessible (magnifique terrasse d'été, cuisine très élaborée, mais avec des produits moins coûteux, vins beaucoup plus abordables). Ce restaurant quasi-emblématique, installé dans une ancienne ferme, remontée au parc de l'Orangerie, a récupéré un macaron rapidement. « Cuisine très fine et sûre, ancrée dans la région », précise le Michelin.

Intérieur du Winstub « Aux Armes de Strasbourg », plus connue sous le vocable alsacien de Stadtwappe.
Intérieur de la Winstub Chez Yvonne .

Strasbourg fut longtemps célèbre pour ses winstubs, « bistrots à vins (d'Alsace) » typés et conviviaux auxquels une clientèle locale était très attachée. Cela notamment grâce à la présence constante de patrons au comportement familier, de personnages tels qu'Yvonne Haller, dont l'accueil marqua longuement un établissement de caractère, toujours existant, mais moins « personnalisé » : Chez Yvonne, dont le nom alsacien est S'Burjerstuewel. Le Clou, d'ancienne notoriété, le Coin des Pucelles, le Fink'Stuebel et quelques autres établissements perpétuent la tradition, bien que les étrangers à la ville y fussent souvent beaucoup plus nombreux que les Strasbourgeois. Mais beaucoup d'affaires ont été reprises, sont gérées de façon autre par des propriétaires ou investisseurs ne participant pas au service, moins proches de la clientèle.

L’Ami Schutz, dans le secteur touristique des Ponts-Couverts, entretient une atmosphère winstub appréciée de sa clientèle peu locale, internationale… bien que son enseigne évoque la bière en perpétuant le nom d'une brasserie depuis un bon moment disparue (Schutzenberger) : l'endroit se flatta longtemps d'être une "bierstub". Terrasse et salles agréables, ambiance se voulant "alsacienne".

Au Pont du Corbeau, près du Musée alsacien, garde un répertoire terroir. et une clientèle strasbourgeoise.

Deux restaurants de renom sont installés dans des maisons historiques célèbres : la Maison Kammerzell, qui avait été reprise et a été cédée par Guy-Pierre Baumann (le créateur de la choucroute au poisson), à la fin des années 1960, et La Maison des Tanneurs, quasi institutionnelle (remaniée, cette demeure spectaculaire date pour l'essentiel de 1572) : François Lenhardt, qui reprit la maison après sa mère, fêta les 440 ans de l'édifice en 2012).

Ville de winstubs, ou prétendues telles, plus que de « brasseries alsaciennes », Strasbourg n'affiche pas spécialement la culture de la bière que l'on prête volontiers à la région. Kronenbourg, qui s'est implanté à Obernai, garde le nom du quartier de ses origines — où l'on ne brasse plus la bière — mais ne revendique guère son « alsacianité ». La disparition de l'affaire familiale Schutzenberger, l'une des grandes entreprises de Schiltigheim, entraîna la fermeture de la très contemporaine Brasserie Schutz, immédiatement proche de la place Kléber. De gros investissements avaient été faits par Schutzenberger au cœur de Strasbourg, pour ce vaste établissement aux multiples niveaux, aménagé par Jean Nouvel, mais il ne connut pas le succès et demeure fermé depuis des années. Les restaurants-brasseries existants ne se différencient pas de ceux d'autres régions.

Pratique du dialecte alsacien[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Alsacien.
Signalisation bilingue du centre historique de la ville

L'alsacien est le nom donné aux variantes dialectales de l'allemand pratiquées en Alsace. Ces dialectes sont l'alémanique (du sud de la région jusque vers Haguenau) et un peu le francique (vers Wissembourg et la Moselle). Le parler strasbourgeois, bien qu'étant de l'alémanique, se différencie de ses alentours par une forte influence du francique qui marque son vocabulaire. En France, l'alsacien est la deuxième langue régionale après l'occitan[252], connu par quelque 39 % de la population de la région (beaucoup moins dans les villes, notamment Strasbourg). Comme pour toutes les langues non établies, l’orthographe n’est pas fixée, car la prononciation, en particulier, varie, ou variait, d’un secteur à l’autre, voire d’un village à l’autre… et même d'un quartier à l'autre. Les différences phonologiques, et dans une moindre mesure morphologiques, entre les parlers du nord au sud de l'Alsace sont importantes. Une méthode comme orthal tente de remédier à cet état des choses. De nombreux mots français ont été intégrés et ont enrichi le lexique alsacien au fil du temps. À l'heure actuelle, le dialecte est de moins en moins parlé à Strasbourg, surtout par les jeunes générations. A contrario, il est pratiqué encore par de nombreuses personnes d'un certain âge. Quelques expressions se perpétuent dans le langage courant, certains mots restent usuels (notamment sur les cartes des winstubs).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Rouget de Lisle chantant la Marseillaise, à Strasbourg
Ettore Bugatti & Émile Mathis, plaque rue de la Nuée Bleue à Strasbourg.

Plusieurs personnalités sont nées à Strasbourg, tels le général Jean-Baptiste Kléber et Gustave Doré. Le dessinateur, illustrateur et auteur Tomi Ungerer. l'ancienne maire de la ville et ministre de la culture Catherine Trautmann, l'écrivain Éliette Abécassis et l'acteur Claude Rich sont également d'origine strasbourgeoise.

La ville a accueilli des personnages historiques, comme Johannes Gutenberg qui y résida plus de dix ans. Il y conçut en partie l'impression à caractères mobiles[253]. De nombreux humanistes et propagateurs de la Réforme s'installèrent à Strasbourg, notamment Didier Érasme et Jean Calvin. Après le passage de Goethe qui suivit des études de droit et y élabora sa pensée, Strasbourg accueille Rouget de Lisle qui composera la Marseillaise.

Le XIXe siècle vit passer d'autres personnalités, comme Victor Hugo, celui-ci brièvement et ne s'intéressant qu'à « la munster » (la cathédrale), Louis Pasteur et Albert Schweitzer.

L'industriel Émile Mathis (1880-1956) est un Strasbourgeois qui a créé la marque de constructeur automobile Mathis en association avec Ettore Bugatti.

Les illustrateurs Boulet, John Howe et Marjane Satrapi furent élèves de l'École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg.

Le compositeur Jean-Louis Agobet et le rappeur et compositeur Abd al Malik ont également vécu à Strasbourg.

La deuxième moitié du XXe siècle restera marquée par Pierre Pflimlin et Germain Muller, le premier pour avoir défendu la cause alsacienne et strasbourgeoise tout au long de sa vie politique, le second pour avoir réconcilié les Alsaciens avec leur passé récent.

Plusieurs groupes de la scène musicale française actuelle, comme le Weepers Circus ou LéOparleur, sont basés à Strasbourg.

François Andrieux (1759 - 1833), avocat, poète et auteur dramatique y est né.

Marcel Marceau, dit le mime Marceau, acteur et mime français, naquit Marcel Mangel le 22 mars 1923 à Strasbourg.


Politique
Sciences 
  • Albert Schweitzer (1875-1965) théologien, philosophe et médecin, prix Nobel de la paix en 1952
  • Louis Néel (1904-2000), physicien, prix Nobel de physique en 1970
  • Jean-Marie Lehn (1939 - ), chimiste, prix Nobel de chimie en 1987
  • Jules Hoffmann (1941 - ), biologiste, prix Nobel de physiologie ou médecine 2011
  • Martin Karplus (1930 - ), chimiste, prix Nobel de chimie 2013
Art
Sport

Vie religieuse[modifier | modifier le code]

Autrefois, la ville méritait le surnom de « ville aux mille églises », avec ses nombreux couvents, congrégations, églises, temples et synagogues. Strasbourg fut d'ailleurs jusqu'au XVIIIe siècle un centre théologique important puisque les principaux acteurs de la Réforme y prêchèrent, notamment Calvin. Ainsi, Strasbourg possède toujours de nombreuses églises qui ont survécu aux guerres et aux destructions que la ville a subies.

Dans le département du Bas-Rhin, les dispositions juridiques de la loi du concordat de 1801 demeurent en application.

Catholicisme[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean
L’ancienne Commanderie Saint Jean.
  • Strasbourg, archevêché

Strasbourg est le siège d'un évêché depuis le IVe siècle. Depuis 1988, la ville a été élevée au rang d'archidiocèse; l'archevêque actuel étant Mgr Jean-Pierre Grallet. La faculté de théologie catholique dispense ses cours aux séminaristes et aux laïcs intéressés.

Article connexe : Archidiocèse de Strasbourg.
  • Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg

Strasbourg est connue notamment pour sa cathédrale. L'édifice se distingue aisément par sa couleur, due à l'utilisation de grès rose, et par sa tour unique. Les travaux commencent, en 1176, par le chœur, le transept et l'abside dans un style qui évoque le roman tardif. La construction de la façade ne débute qu'en 1276 dans un style clairement gothique qui s'apparente à la cathédrale Notre-Dame de Paris, avec notamment deux tours rectangulaires[254]. C'est au cours du XIVe siècle que la cathédrale va prendre progressivement son apparence définitive, avec l'arrivée de nouveaux architectes rhénans. Un beffroi est construit entre les deux tours, l'ensemble formant une immense façade rectangulaire. En 1439, la première tour est achevée[255]. Haute de 142 mètres, elle a fait de la cathédrale de Strasbourg l'édifice le plus haut de la chrétienté entre 1625 et 1847. La seconde ne fut jamais construite, même si plusieurs architectes ont dessiné les plans d'un tel projet au cours des XVe, XVIIe et XIXe siècles. Ces projets n'ont pas abouti d'une part pour des raisons financières mais aussi parce que l'édifice, construit sur un sol instable, risquait de s'effondrer[256].

La cathédrale de Strasbourg est aussi connue pour son horloge astronomique chef-d'œuvre de l'art et de la science, sa grande rosace de 12 mètres de diamètre et son rayon vert créé par le vitrail de Juda (patriarche) qui se manifeste aux équinoxes lorsque le soleil brille sur la ville. Aussi spectaculaire soit-il, ce rayon n'a pas cependant, selon André Heck, directeur de l'Observatoire astronomique de Strasbourg, de signification particulière : son origine est vraisemblablement accidentelle et très récente[257]. La cathédrale abrite en outre un impressionnant buffet d'orgue de 24 mètres de haut. La Fondation de l'Œuvre Notre-Dame suit et soigne l'édifice depuis 1246[258].

Protestantisme[modifier | modifier le code]

L'église réformée Saint-Paul

La ville se caractérise, de par son histoire, par une forte implantation protestante. Strasbourg possède donc une faculté de théologie protestante qui, à l'instar de la faculté catholique, est intégrée au système d'enseignement public (dû au statut particulier du droit local, maintenant le régime concordataire catholique qui bénéficie également avec des aménagements aux protestants et juifs d'Alsace).
L'unité d'enseignement de théologie protestante est également, depuis toujours, une formation privée pour les élites intellectuelles de la ville. Ainsi, Catherine Trautmann, ancien maire socialiste de la ville, y a fait ses études de premier cycle. La communauté a, pour autorité reconnue, le président de l'Église protestante (EPCAAL, EPRAL).

L'église Saint-Guillaume

L'église luthérienne Saint-Guillaume est, sans doute, la plus pittoresque de Strasbourg. Achevé en 1667, l'ouvrage se distingue en effet par une obliquité flagrante[263] et des vitraux pré-Renaissance. Cette église enferme également un exceptionnel tombeau à gisants du XIVe siècle exécuté par Woelflin de Rouffach. Le long de l'Ill, se dresse également L'église Saint-Nicolas, de style gothique. Sa construction commence en 1381 mais le clocher ne sera édifié qu'en 1585[264]. Cette église protestante présente des fresques médiévales. Albert Schweitzer y joua de l'orgue.
L'église Sainte-Aurélie abrite une nef baroque, un orgue d’André Silbermann et une horloge de Jean-Baptiste Schwilgué. Certains éléments de l'église originelle du XIIe siècle sont encore visibles aujourd'hui. Elle a cependant été remaniée à plusieurs reprises, notamment en 1765 (portail principal)[265]. Construite non loin du quartier de la Petite France, l'église Saint-Thomas, a été construite à la fin du XIIe siècle. Protestante depuis 1524, elle est d'un type architectural très particulier puisqu'il s'agit d'une église-halle à cinq nefs d'égale hauteur, s'opposant ainsi à la conception basilicale habituelle. Elle conserve dans son chœur le célèbre tombeau du Maréchal de Saxe, dont l'auteur est le sculpteur du XVIIIe siècle Jean-Baptiste Pigalle. Mozart et Albert Schweitzer ont joué sur son orgue Silbermann. L'église Saint-Pierre-le-Vieux, autre édifice religieux particulier, est constituée de deux édifices perpendiculaires : une église protestante et une église catholique. La partie protestante a été bâtie entre 1381 et 1428 où le simultaneum est imposé par Louis XIV en 1683. De nouveaux aménagements sont entrepris en 1867 avec la construction d'une église catholique séparée. D'autres travaux ont été effectués au début du XXe siècle[264]. L'église Saint-Pierre-le-Jeune protestante, abrite quant à elle un remarquable simultaneum (Le simultaneum est une réglementation instaurée par Louis XIV, qui permettait aux catholiques d'utiliser les églises protestantes : les catholiques et les protestants, luthérien ou réformé, utilisaient alternativement la même église, désormais appelée église simultanée ou mixte. Souvent présentée comme un modèle de tolérance, c'est une mesure de force à sens unique, imposée seulement dans les églises protestantes, afin de favoriser la pénétration catholique.), un cloître récemment rénové, des fresques du XIVe siècle et une sépulture mérovingienne du VIe siècle. L'édifice est commencé au milieu du XIIe siècle et sera remanié à plusieurs reprises. Devenue simultanée en 1681 sous ordre de Louis XIV, l'église est redevenu uniquement protestante en 1893[266].
Le Temple Neuf, édifié en 1260 par les dominicains, est devenue la première paroisse réformée. En effet, dès 1538 cette église devient le lieu de culte des protestants et Jean Calvin y prêchera entre 1538 et 1541[267]. L'édifice est malheureusement détruit lors du siège de Strasbourg, en 1870. Une nouvelle église est construite par l'architecte strasbourgeois Émile Salomon entre 1873 et 1876, dans un style néo-roman. Son clocher culmine à 60 mètres de hauteur[268]. L'église réformée, dite du Bouclier, a elle aussi adopté la Réforme au cours du XVIe siècle.
D'autres églises sont construites sous l'ère allemande, au sein des nouveaux quartiers qui voient le jour. La plus fameuse d'entre-elles est sans doute l'église Saint-Paul, anciennement Evangelische Garnisonskirche (église luthérienne de la garnison). Située avantageusement entre le Palais universitaire et la place de la République, elle est aujourd'hui vouée au culte réformé. Cette église aux proportions remarquables a été construite entre 1892 et 1897 dans un style néo-gothique par l'architecte Louis Muller. Ses flèches élancées, hautes de 76 mètres, en font l'église la plus haute de la ville. Le cœur comprend deux loges surélevées réservées à l'empereur et à l'impératrice[269],[270].

Orthodoxie[modifier | modifier le code]

Un certain nombre d'églises orthodoxes y sont représentées, notamment de rite byzantin : églises serbe, russe, bulgare, roumaine, grecque.

Une cathédrale orthodoxe russe sera prochainement construite dans le quartier des Quinze au bord du canal de la Marne au Rhin. Elle est destinée a remplacer l'actuelle Église orthodoxe de tous les saints de Strasbourg, installée dans un ancien garage près du boulevard Clemenceau, et sera coiffée d'un bulbe doré culminant à 42 mètres de hauteur. Les travaux ont débuté en 2014[271] [272].

Judaïsme[modifier | modifier le code]

La grande synagogue de la Paix.

Strasbourg compte une importante communauté juive avec environ 2 000 familles, dont 60 % d'Ashkénazes[273]. Environ 100 familles font partie de l'Union Juive Libérale de Strasbourg, branche du judaïsme réformé créée en 1992 et disposant de sa propre synagogue[274].

Les juifs furent pourtant bannis de Strasbourg durant plus de quatre siècles (de 1389 à 1789), époque où ils s'installèrent dans les villages et petites villes des environs. Au XIXe siècle, l'Alsace était la région où habitait le plus grand nombre de Français de confession hébraïque. La ville est dotée de plusieurs synagogues, dont la vaste Synagogue de la Paix, d'une clinique privée (la clinique Adassa), d'un hospice pour seniors (l'EHPAD/maison de retraite de la fondation Élisa, situé sur le territoire de Geispolsheim) ainsi que de plusieurs écoles et établissements secondaires (école Akiba, école Yehouda Halévi, l'ORT) gérés par la communauté juive, elle-même guidée par le grand rabbin M. René Gutman. Il existe plusieurs cimetières israélites : à Cronenbourg, 3 route d’Oberhausbergen, à Koenigshoffen, à l’angle de la rue de la Tour (no 29) et du Breuscheckweg, Adath Israël, 5 rue Jean-Pierre Clause à Cronenbourg.

Islam[modifier | modifier le code]

La grande mosquée de Strasbourg, inaugurée en septembre 2012.

La ville compte également trente cinq lieux de cultes musulmans, mosquées et salles de prière[275] sous l'égide de M. Mohamed Lathay, le président du culte musulman du Bas-Rhin.

Située dans le quartier du Heyritz, la grande mosquée de Strasbourg est ouverte au culte le 1er août 2011, lors du 1er jour du Ramadan 1432. Elle est la deuxième plus grande mosquée de France après celle d’Évry-Courcouronnes et sa capacité d’accueil est de 3 000 fidèles.

Elle est officiellement inaugurée le 27 septembre 2012 en présence du ministre français de l’intérieur et des cultes Manuel Valls, du grand rabbin de Strasbourg René Gutman, de Mgr Christian Kratz, évêque auxiliaire de Strasbourg et de M. Christian Krieger, président du Consistoire Réformé de Strasbourg[276].

Le premier cimetière musulman municipal de France a été inauguré à Strasbourg le 6 février 2012[277].

Bouddhisme[modifier | modifier le code]

Enfin, la ville a également de forts liens avec le bouddhisme. Ainsi, l'association France Tibet Libre et le Lycée international des Pontonniers ont-ils organisés la venue du dalaï-lama, dans les années 1980, et des échanges réguliers avec des moines bouddhistes sont maintenus.

Société théosophique[modifier | modifier le code]

Fondée à New York le 17 novembre 1875, par Helena Petrovna Blavatsky, ainsi que par le Colonel Henry Steel Olcott, William Quan Judge, Charles Sotheran, le Dr Seth Pancoast, George H. Felt et quelques autres, les quartiers généraux de la Société théosophique furent établis en Inde, d'abord à Varanasi puis à Adyar (près de Chennai). Elle compte alors parmi ses plus éminents membres Charles Leadbeater, Francesca Arundale, Annie Besant et Rudolf Steiner. Le Mahatma Mohandas Karamchand Gandhi confiait à son biographe Louis Fischer son admiration pour la théosophie : "La théosophie est la fraternité des hommes [...]. C'est l'hindouisme dans ce qu'il a de meilleur". Une statue du Mahatma Gandhi, œuvre du sculpteur indien Ram Sutar a été érigée en son honneur place de L'Étoile à Strasbourg le 2 octobre 2011 en présence du maire de la ville[278].

La Société théosophique se présente ainsi :

« La Société théosophique est une organisation internationale ayant pour but de :

  1. Former un noyau de la Fraternité Universelle de l'Humanité, sans distinction de race, credo, sexe, caste ou couleur ;
  2. Encourager l'étude comparée des religions, des philosophies et des sciences ;
  3. Étudier les lois inexpliquées de la nature et les pouvoirs latents dans l'homme.

Son siège mondial est à Adyar, Madras, Inde. »

Dès 1920 Strasbourg compte une section autonome (appelée "branche") fondée par Caroline Marthe North-Siegfried[279] (1866-1939): l'Association Philosophique et Humanitaire de la Bibliothèque Pythagore, qui a son siège actuel au 2 rue des Hallebardes à Strasbourg. Caroline Marthe North-Siegfried (1866-1939)[280], était la présidente[281] et fondatrice de la Croix-Rouge dans les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, présidente et fondatrice de la Société de Protection des Animaux à Strasbourg, présidente de l'Association des Dames Françaises[282], Officier de l'instruction publique, médaille de la Reconnaissance française (1920). Elle soutint activement des œuvres pour aveugles, la léproserie de la chartreuse de Valbonne [283], le Foyer de la jeune fille et l'Armée du Salut de Strasbourg. Elle fonda en 1920 la Bibliothèque Pythagore de Strasbourg, association philosophique et humanitaire, siège de la Société théosophique de Strasbourg. Elle repose au cimetière de Strasbourg-Cronenbourg et sa tombe est toujours fleurie. La loge de la Société théosophique de Strasbourg est actuellement peu active. La plupart de ses membres sont très âgés ou décédés. Seuls se poursuivent les activités régulières de la Bibliothèque Pythagore[284] de Strasbourg sous forme de conférences.

L'église catholique libérale (ECL), mouvement religieux d'inspiration théosophique est implantée sous forme de paroisse à Strasbourg. Son église Saint Raphaël[285] se situe à Illkirch-Graffenstaden. On y pratique une communion ouverte, à laquelle chacun qui le désire sincèrement, peut participer. Cérémonialiste, cette église se rattache à une tradition historique (messe de Saint Pie V en langue française). Son but est de combiner la forme catholique du culte avec son rituel et son mysticisme. Non dogmatique, l'ECL affirme être attachée à la liberté intellectuelle et de respect pour la conscience individuelle.

Franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Franc-maçonnerie à Strasbourg.

La Franc-Maçonnerie est d'implantation ancienne à Strasbourg, l'un des centres de l'humanisme rhénan. Elle s'appuie sur l'héritage de la « maçonnerie opérative », présente à Strasbourg dès le XIIIe siècle sous forme de loges appelées Hütten de compagnons tailleurs de pierre, les Steinmetzen. En atteste le Livre des frères comportant les ordonnances et règles de la loge de Strasbourg datant de 1563[286]. À la suite de l'achèvement de la cathédrale de Strasbourg et aux troubles engendrés par la guerre de Trente Ans, d'« opérative », la maçonnerie strasbourgeoise devient de plus en plus « spéculative » : on parle de Briefmaurer (maçons de diplôme) face aux Grüssmaurer (maçons de salut)[287]. Le rattachement de Strasbourg à la France en 1681 accélère cet état de choses et la loge-mère de Strasbourg perd son rôle dirigeant sur les autres guildes rhénanes dès 1707[288]. Le décret royal de 1731 interdisant les réunions compagnoniques, les maçons opératifs glissent vers la clandestinité et trouvent accueil dans les loges « spéculatives ». Dès le début du XVIIIe siècle, se mettent en place une multitude de loges maçonniques à Strasbourg[289].

On peut noter : la loge La Candeur, la Grande Loge Écossaise, la loge Saint-Louis d'Alsace (fondée en 1760), les loges La Modestie (fondée en 1763), L'Amitié (fondée en 1764), La triple Union de Sainte-Cécile (fondée en 1765) et de nombreuses autres loges, ainsi que la présence d'une branche des Illuminés de Bavière ou Illuminatenorden. Joseph Balsamo dit Cagliostro fonde et préside dès 1780 une loge maçonnique « égyptienne »[290] à Strasbourg, sous la protection et lettres patentes du cardinal de Rohan, prince-évêque de Strasbourg[291]. Une ancienne loge maçonnique située au 21 avenue de la Liberté était fréquentée par le Kronprinz Guillaume de Hohenzollern, fils de l'empereur Guillaume II d'Allemagne[292].

Quelques loges maçonniques Strasbourgeoises :

Cimetières[modifier | modifier le code]

La ville de Strasbourg dispose de treize cimetières. Le cimetière du Polygone, le cimetière israélite Adath Israel, le cimetière israélite de Cronenbourg, le cimetière israélite de Kœnigshoffen, la Nécropole militaire, le cimetière Musulman, le cimetière Nord, le cimetière Ouest, le cimetière Saint-Gall, le cimetière Saint-Urbain, le cimetière Saint-Louis, le cimetière Sainte-Hélène, et le cimetière Sud[296].

Transports[modifier | modifier le code]

Dès l'origine, Strasbourg doit son nom à sa position ­ « à la croisée des chemins ». Encore aujourd'hui, la ville bénéficie d'une situation géographique privilégiée qui en fait un important carrefour européen, à l'intersection de quelques-uns des principaux axes de communication du continent.

Transport urbain[modifier | modifier le code]

Rame du tramway à la station Homme de Fer

Le réseau moderne du tramway strasbourgeois, inauguré en 1994 et exploité par la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS), est aujourd'hui le plus étendu de France avec près de 70 stations et 60 kilomètres de lignes. Le maillage du réseau permet d'utiliser un tronçon pour plusieurs lignes. La capacité de transport est de 300 000 passagers par jour[297].

En novembre 2010, la ligne F est inaugurée. Fin 2013, la ligne A est prolongée jusqu'à proximité du Zénith de Strasbourg, au Parc des Sports de la ville; et la ligne D vers le parc des Poteries. En 2016, la ligne D atteindra la gare de Kehl en Allemagne et la ligne A le centre d'Illkirch avec un extension de service de la ligne ligne E jusqu'au Campus d'Illkirch.

Une ligne de BHNS reliant la Gare Centrale à l'Espace Européen de l'Entreprise à Schiltigheim est mise en service le 30 novembre 2013. Elle est complémentaire du réseau de tramway et prend la désignation de ligne G.

Un réseau de bus, également exploité par la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) dessert l'ensemble de l'agglomération strasbourgeoise. Avec ses 320 kilomètres de lignes[298], il offre un maillage dense sur l'ensemble du territoire de la CUS et poussant même jusqu’à la gare de Kehl en Allemagne. Réorganisé avec l'arrivée du tramway et autour de celui-ci, il compte aujourd'hui 30 lignes urbaines et 11 interurbaines. Les lignes de bus portent un numéro pour les distinguer des lignes de tram et du BHNS qui sont désignées par une lettre.

L'ensemble du réseau de la CTS (tram et bus) transporte 85 millions de voyageurs par an et parcourt 14,5 millions de kilomètres chaque année.

Réseau cyclable et location de vélos[modifier | modifier le code]

Station Vélhop.

Située à la jonction des deux EuroVelo routes EV5 et EV15, Strasbourg possède le premier réseau cyclable de France et l'un des plus importants d'Europe avec 536 kilomètres de bandes et pistes cyclables en 2011. Ce réseau se démarque par sa qualité, avec une signalétique forte, peu de pistes cyclables en bord de routes. Strasbourg est reliée à Rotterdam, au nord, et à Andermatt en Suisse, au sud, par la Véloroute Rhin (EuroVelo 15). Une jonction directe au réseau allemand s'effectue par la passerelle des deux rives empruntée par une piste européenne transfrontalière de près de 60 kilomètres de long qui relie Molsheim, sur la Route des Vins d'Alsace, à Offenbourg, étape du « Drei Täler Radweg » sur la Route des Vins badoise, en longeant le canal de la Bruche. Une autre piste revêtue de longueur similaire, partie intégrante de l'EV5 (Via Francigena de Londres à Rome/Brindisi), entre dans l'agglomération par le canal de la Marne au Rhin depuis la sortie du tunnel d'Arzviller à proximité du plan incliné de Saint-Louis-Arzviller via Saverne. À Strasbourg, l'EV5 croise l'EV15 (Véloroute Rhin) et quitte la capitale européenne vers l'ouest par le canal de la Bruche pour rejoindre la Véloroute du Vignoble d'Alsace à Soultz-les-Bains. Quant à l'EuroVelo 15, elle quitte la ville par le sud sur le chemin de halage du canal du Rhône au Rhin pour rejoindre la Suisse par Bâle.

La ville s'est dotée d'infrastructures adaptées et compte aujourd'hui plus de 7 700 arceaux[299]. Strasbourg compte également plusieurs parkings à vélos répartis en son centre. Le plus grand d'entre eux, couvert et sécurisé, est situé près de la gare et compte 850 places[300].

Inauguré le 23 septembre 2010, la Communauté Urbaine de Strasbourg propose un service de location de vélos, le Vélhop. Basé sur la technologie Smoove et géré par la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS), il permet de louer une bicyclette pour une courte (heure, journée) ou longue durée (semaine, mois, trimestre, année)[301]. Ne permettant pas de trajets occasionnels d'une station à une autre (« one way »), le Vélhop n'est pas un service de vélos en libre-service.

Enfin, la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB), qui fédère plus de 170 associations locales de promotion du vélo en tant que mode de transport au quotidien, s'est implantée à Strasbourg à sa création en 1980.

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Les principaux axes routiers.

Strasbourg se situe sur un axe est-ouest qui la relie d'une part à Paris via Reims et Nancy/Metz (autoroute A4/RN4) et d'autre part à Munich via Stuttgart (E52). La ville est également placée sur un axe nord-sud qui la relie d'une part au sud de la France via Lyon (autoroute A6, autoroute A7) et d'autre part à Francfort-sur-le-Main via Karlsruhe (E35). Strasbourg est par ailleurs reliée à l'Allemagne par deux ponts : le pont de l'Europe, situé à l'est de la ville et le pont Pierre-Pflimlin, situé dans l'agglomération sud et qui permet une meilleure desserte des villes d'Offenbourg et de Fribourg.

Du fait de la conception des autoroutes - comme étant à la fois des voies de transit et des voies de desserte des grandes agglomérations - qui prévalait dans les années 1970 et 1980, Strasbourg voit son agglomération traversée par des voies autoroutières portées aujourd'hui à deux fois trois voies (deux fois quatre voies sur un court tronçon prolongeant un tronçon surélevé condamné à rester en deux fois deux voies), et ce à moins d'un kilomètre du centre-ville. Il en résulte de fortes nuisances dans certains quartiers (Gare, Cronenbourg). L'autoroute A35, avec environ 170 000 véhicules/jour à hauteur de Cronenbourg[302], est en effet la plus saturée de France après le périphérique parisien. Entre 1990 et 2000, le trafic a en outre augmenté de 40 %[303].

D'où le projet de construction d'une nouvelle autoroute de deux fois deux voies (Autoroute A355), dite grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg qui est en cours de réalisation. Il a pour objectif de capter le trafic de transit nord-sud et de délester la rocade ouest. Il permettra une réduction de la pollution et des nuisances sonores à proximité de la ville. Le tracé prévoit de relier l'échangeur de Hœrdt au nord, à Innenheim au sud. L'ouverture est prévue fin 2017 pour un trafic envisagé de 40 000 véhicules par jour. Les estimations de la DDE (maître d'ouvrage) laissent cependant planer quelques doutes sur l'intérêt d'une telle infrastructure, puisqu'elle ne capterait qu'environ 10 % du trafic. Le projet a de nombreux opposants qui craignent un effet d´aspirateur du trafic nord-sud européen et un accroissement des nuisances[304].

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Strasbourg-Ville est le centre d'une importante étoile ferroviaire à cinq branches. Elle est la principale gare de l'agglomération. La ville possède deux autres haltes ferroviaires voyageurs dédiées au trafic TER, les gares de Strasbourg-Krimmeri-Meinau et de Strasbourg-Roethig.

Strasbourg est l'une des étapes de la « Magistrale européenne », principal axe ouest-est de l'Europe, de Paris à Budapest (soit le trajet de l'ancien Orient-Express). La première étape reliant Paris-Est à Strasbourg par la LGV Est européenne a été mise en service le 10 juin 2007, ramenant le temps de trajet vers Paris de 4 heures à 2 heures 20. Les travaux de la seconde phase entre Baudrecourt et Vendenheim ont commencé en juillet 2010 pour un achèvement en mars 2016. Le temps de parcours entre Paris et Strasbourg sera alors de 1 heure 50[305]. L'ouverture du TGV Rhin-Rhône permet de la placer sur un deuxième axe à grande vitesse entre mer du Nord et Méditerranée[306].

Le trafic de la gare de Strasbourg est d'environ 35 000 passagers par jour en 2006[138] mais l'arrivée des TGV Est et Rhin-Rhône portent ce chiffre à 60 000 passagers en 2012[307]. La gare est prévue pour accueillir 50 TGV par jour.

Les autres gares de l'agglomération sont les gares de Mundolsheim, Vendenheim, Schiltigheim (fret uniquement), Bischheim, Hoenheim, La Wantzenau, Lingolsheim, Entzheim-Aéroport, Graffenstaden, Geispolsheim et Fegersheim-Lipsheim. Par ailleurs, l'agglomération strasbourgeoise, par l'intermédiaire de la gare de Kehl, se situe également sur l'un des principaux axes nord-sud, de Hambourg à Milan via Francfort et Bâle.

Strasbourg dispose aussi d'une importante gare de triage, la gare de Hausbergen, et de trois gares destinées au trafic des marchandises, les gares de Strasbourg-Cronenbourg, Strasbourg-Neudorf et Strasbourg-Port-du-Rhin.

Trafic fluvial[modifier | modifier le code]

Bateau-promenade Batorama sur l’Ill, devant le Palais Rohan.

Strasbourg a été fondée sur l'Ill et les activités batelières y ont toujours été très importantes vu la densité du réseau hydrographique. Aujourd'hui on compte plus de 705 000 visiteurs annuels sur les bateaux-promenades de Batorama, le service touristique du Port autonome de Strasbourg. La ville accueille chaque année près de 155 000 visiteurs grâce au tourisme fluvial.

La ville possède également d'importantes installations portuaires sur le Rhin, qui constitue la première voie navigable d'Europe et le premier fleuve commercial du monde. En 1920, le siège de la Commission centrale pour la Navigation du Rhin (voir supra, « autres institutions européennes ») fut transféré de Mannheim à Strasbourg et logée dans l'ancien palais impérial, rebaptisé palais du Rhin. Le port autonome de Strasbourg est le deuxième port fluvial de France et le quatrième d'Europe (après Duisbourg, Paris et Liège) avec en 2010 9,22 millions de tonnes de fret fluvial, 360 938 conteneurs, 2,1 millions de tonnes de fret ferroviaire et environ 18 millions de tonnes de fret routier[308].

Trafic aérien[modifier | modifier le code]

Jet Air France sur le tarmac de l'aéroport de Strasbourg

L'aéroport international de Strasbourg, situé à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de la ville, à Entzheim, est le 17e de France par le nombre de passagers en 2009. Son trafic s'était stabilisé depuis 1996, oscillant autour de 2 millions de passagers annuels (avec un pic à 2,2 millions en 1999)[309]. L'arrivée du TGV Est a provoqué une baisse de 14,8 % du trafic, le nombre de passagers s'établissant à 1,73 million sur l'année 2007[310]. L'aéroport de Strasbourg souffre également de la proximité des aéroports de Basel-Mulhouse-Freiburg (137 kilomètres), de Stuttgart (149 kilomètres) et de Francfort (175 kilomètres). Une cinquantaine de destinations sont desservies, essentiellement en Europe. En août 2009, afin de faciliter les déplacements des députés européens, le gouvernement français a durci les obligations de service public concernant les liaisons aériennes entre Strasbourg et 4 métropoles européennes (Amsterdam, Copenhague, Madrid et Prague) : ces modifications qui imposent des fréquences, des horaires et des capacités adaptés aux sessions du Parlement européen doivent intervenir en mars 2010[311]. La gare TER de l'aéroport de Strasbourg Entzheim permet de relier ce dernier à la gare centrale de la capitale européenne en une dizaine de minutes, à la fréquence d'un train tous les quarts d'heure en période de pointe. Pour les vols long-courrier, un service de bus réguliers effectue la liaison avec l'aéroport de Francfort, qui est l'un des principaux hubs européens avec plus de 300 destinations autour du monde.

L'aéroport de Karlsruhe Baden-Baden, situé à une soixantaine de kilomètres de Strasbourg et accessible en voiture en moins de trois quarts d'heure, fait office d'aéroport low cost avec des lignes régulières vers de nombreuses destinations dont plusieurs capitales européennes comme Londres, Berlin, ou encore Vilnius. Cet aéroport est desservi principalement par les compagnies Ryanair et Air Berlin.

L'aéroport souffre de plus en plus de la concurrence des aéroports voisins ainsi que de celle du TGV Est. Son trafic est ainsi toujours en baisse en 2008 avec 1 330 000 passagers, et 1 109 378 passagers en 2009, alors que la capacité de son aérogare est de 3 000 000 de passagers par an. La faible surface disponible (270 ha), qui est la plus petite de tous les grands aéroports français, réduit les possibilités de développement. À ce jour, des dispositions prévoient une nouvelle marche vers le point d'équilibre de l'aéroport, soit 1 750 000 passagers par an, telles que l'implantation de 3 à 5 liaisons régulières low-cost, l'ouverture de lignes régulières estivales vers des destinations à fort potentiel telles que Rennes ou Montpellier, ainsi que le développement de vols charters/vacances. Ceci suppose une baisse des taxes d'aéroport pour atteindre la valeur de 10 à 12 € par passager au départ (valeur des principaux aéroports concurrents), contre 27 € aujourd'hui. Cette baisse des taxes nécessiterait l'intervention de l'État par des subventions, à l'instar des aéroports allemands où le Land responsable de l'aéroport prend en charge une partie des taxes aéroportuaires, notamment celles concernant la sécurité[312].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Enseignement primaire et secondaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lycées de Strasbourg.
Le lycée des Pontonniers

Pour l'année 2004-2005, la ville comptait 128 écoles maternelles (17 325 élèves), 116 écoles élémentaires (26 842 élèves) et 43 collèges (21 655 élèves). Strasbourg comptait aussi 18 731 lycéens répartis dans 38 établissements[313].

À la rentrée 2008, la première école européenne de France est inaugurée à Strasbourg, accueillant une école maternelle et les deux premières années du cycle primaire et secondaire ; elle est destinée en priorité aux enfants du personnel des institutions européennes siégeant à Strasbourg[314].

Le lycée Kléber, fondé en 1871 et reconstruit entre 1955 et 1959, est l'un des plus grands établissements publics d'Alsace. Il accueille chaque année plus de 2 000 élèves dont 900 étudiants en classes préparatoires. Le taux de réussite au baccalauréat oscille entre 90 % et 94 % suivant les années, dont 45 % de mentions[315]. Le lycée Kléber dispose de plus de 250 chambres d'étudiants individuelles.

Le lycée international des Pontonniers qui est une ancienne école de jeunes filles fondée en 1815, est le plus réputé. Il occupe un édifice du tout début du XXe siècle et propose un enseignement résolument tourné vers l'international et les activités artistiques (théâtre, histoire des arts). Son taux de réussite au baccalauréat était de 100 % en 2006[316] et de 99,6 % en 2007. Le lycée international est par ailleurs le dixième mieux coté de France[317].

Le lycée Fustel-de-Coulanges, situé en plein cœur de Strasbourg, jouxte la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg. C'est l'ancien Collège Royal de Jésuites construit en 1685 par Louis XIV quand la ville de Strasbourg est devenue française. C'est l'un des 39 lycées impériaux que Napoléon Ier crée en 1804. Il accueille des classes du second cycle, de la seconde à la terminale, ainsi que des classes préparatoires aux grandes écoles littéraires. Le lycée est d’ailleurs l’un des trois lycées de France préparant à l’École des chartes, sections classique et moderne.

Par ailleurs Strasbourg accueille le plus grand établissement privé protestant de France, le pôle Comenius, qui regroupe les classes de la première section de maternelle à la terminale. Cette école est le résultat de la fusion entre les lycées Gymnase Jean-Sturm et Lucie-Berger.

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Repères[modifier | modifier le code]

Avec plus de 53 000 étudiants en 2009[318], Strasbourg est une ville étudiante importante. Mais elle est surtout résolument tournée vers l'international. En effet, plus d'un étudiant sur cinq n'est pas de nationalité française (21 % des étudiants universitaires en 2008[8]), près de la moitié d'entre eux étant originaires d'Europe. Un tiers de ces étrangers vient d'Afrique. Au total, ce sont plus de cent nationalités qui sont représentées. 96 % des étudiants sont localisés à Strasbourg (75 % à elle seule) et Mulhouse. Viennent ensuite par ordre décroissant Illkirch, Colmar, Schiltigheim et Haguenau.

Les étudiants en Alsace sont majoritairement des filles : elles représentent 56 % des inscrits. Elles sont sur-représentées dans les langues (73 %), les lettres et arts (69 %) ou encore le droit et Sciences-Po (63 %). En revanche, dans les sciences dites « dures », elles n'y sont plus que 26 %. Près de 70 % des étudiants en Alsace ont obtenu leur bac dans la région.

Université[modifier | modifier le code]

Le Pôle européen de gestion et d'économie qui abrite la faculté de sciences économiques et l'école de management
Université de Strasbourg, faculté des Lettres
Article détaillé : Université de Strasbourg.

L’origine de l’université de Strasbourg[319] remonte à 1538, avec la création d’un gymnase protestant, transformé en académie en 1566 par l’empereur Maximilien II, puis en université luthérienne en 1621. Après le rattachement de Strasbourg à la France, Louis XIV transfère en 1702 dans la ville l’ancienne académie catholique de Molsheim, qui devient université épiscopale. La Révolution supprime les anciennes structures, d’obédience religieuse, et les remplace par deux écoles spécialisées : l’école de santé en 1794, qui deviendra école de médecine en 1802, et l’école d’accouchement en 1796. En 1803, Napoléon met sur pied un enseignement universitaire cohérent fondé sur des facultés et entretenu par l’État. L’université impériale perdurera jusqu’en 1870 et s’illustrera par des savants tels que Fustel de Coulanges, Louis Pasteur ou encore Charles Frédéric Gerhardt, inventeur de l’aspirine.

Après la défaite de 1870, l’Alsace et une partie de la Lorraine sont annexées à l’empire allemand. Un décret impérial de 1871 conduit à la création de la « Kaiser Wilhelm Universität » à Strasbourg. La volonté politique des gouvernements successifs, allemands et français, d'ancrer l'Alsace dans leurs espaces respectifs les conduit à investir Strasbourg en tant que pôle scientifique et universitaire. Dès la création de l'université allemande, un ensemble complet de nouveaux bâtiments sont érigés en quelques années et l'Université est dotée de 124 postes d'enseignants, dont 62 professeurs en chaire, alors que Berlin et Leipzig n’en comptent à l'époque que 102[réf. nécessaire]. Après 1918, la reconstitution d'une université française passe par la création de 150 postes de professeurs et de maîtres de conférences, ce qui fait de Strasbourg une université mieux dotée que la plupart des autres universités de province.

Ces enjeux ont particulièrement marqué, davantage que d'autres disciplines, les sciences sociales naissantes de l'époque[320]. La chaire de sociologie qui est occupée jusqu'en 1918 par Georg Simmel, un père fondateur de la discipline côté allemand, est maintenue après la guerre de sorte que, jusqu'en 1945, Strasbourg est la seule autre université en France, avec la Sorbonne, à bénéficier d'un enseignement de chaire professorale en sociologie. Le poste est occupé successivement par Maurice Halbwachs et Georges Gurvitch.

En 1970, l'université de Strasbourg est scindée en trois établissements, l'université Louis-Pasteur (ULP) - Strasbourg-I (sciences)[321] qui couvrait l'ensemble des domaines scientifiques, de la médecine aux sciences économiques en passant par la physique-chimie, l'université Marc-Bloch (UMB) - Strasbourg-II (nommée auparavant université des sciences humaines de Strasbourg, USHS)[322] dont les filières étaient essentiellement consacrées aux sciences humaines et sociales et l'université Robert-Schuman (URS) - Strasbourg-III (droit, sciences politiques, gestion)[323] qui était spécialisée dans les sciences politiques et juridiques. Dés les années 1990, les universités strasbourgeoises s'étaient regroupées au sein du pôle universitaire européen.

Le 1er janvier 2009, les trois entités ont fusionné pour constituer une université multidisciplinaire, l'université de Strasbourg. Elle fait partie des premières universités françaises à accéder à l'autonomie au 1er janvier 2009 et est aussi l'une des premières à se doter d'une fondation, la fondation Université de Strasbourg[324]. L'université est aujourd'hui avec près de 43 053 étudiants (dont 20,5 % d’étudiants étrangers), 2 672 enseignants et enseignants-chercheurs , 38 composantes (unités de formation et de recherche, facultés, écoles, instituts) et 76 unités de recherche[325] la seconde université française en termes d'étudiants et d'enseignants. Elle est aujourd'hui membre de plusieurs réseaux universitaires en Europe tel que la confédération européenne des universités du Rhin supérieur (réseau EUCOR), un réseau regroupant les universités de Bâle, Fribourg-en-Brisgau, Karlsruhe et Mulhouse, ou encore la ligue européenne des universités de recherche, regroupant de prestigieuses universités européennes et dont elle est l'un des membres fondateur. Elle fut parmi les trois premiers lauréats des initiatives d’excellence (IDEX) en 2011[326].

Autres établissements[modifier | modifier le code]

Vue sur les bâtiments de l'INSA de Strasbourg, boulevard de la Victoire.

La plus ancienne des grandes écoles d'ingénieurs de Strasbourg a été fondée en 1875. Il s'agit de l'INSA de Strasbourg (anciennement ENSAIS, École nationale supérieure des arts et industries de Strasbourg). C'est la plus importante de toutes les grandes écoles de Strasbourg avec ces 1300 élèves et ces 8 spécialités (du génie-civil à la plasturgie, en passant par le génie électrique). Elle est à l'origine du réseau Alsace Tech, qui regroupe les 9 grandes écoles d'ingénieurs d'Alsace. L’INSA de Strasbourg est également une des grandes école d'architecte en France. Elle est la seule école française à délivrer les deux diplômes et l’habilitation à exercer la maîtrise d’œuvre en son nom propre.

Créé en 1919, l'Institut européen d'études commerciales supérieures (IECS) est une école supérieure de commerce tournée vers l'international (cursus grande école de trois ans, dont un à l'étranger) et membre de la conférence des grandes écoles. L'IECS est à l'origine du réseau HERMES, projet coopératif basé sur le principe du double diplôme[327]. L'IECS publie par ailleurs le Strassbuch, guide gratuit des bonnes adresses de Strasbourg réactualisé chaque année[328]. L'IECS est devenue en 2007 l'École de Management Strasbourg en fusionnant avec l'IAE.

Au niveau du centre-ville, on compte aussi la présence de l'Institut supérieur européen de gestion Group. L'ISEG Group propose trois écoles en 5 ans : ISEG Marketing & Communication School, ISEG Business School et ISEG Finance School[329]. Concernant l'école ISEG Business School, la valeur ajoutée de l'école est Sports, santé et loisirs[330]. Le groupe se situe au sein d'un ancien hôtel particulier près de la place Broglie, en marge donc du Campus central de l'Esplanade.

L'ISEG et Epitech sont installés près de la place Broglie, dans l'Hôtel Livio.

Strasbourg abrite plusieurs autres écoles d'ingénieurs, membres de la Conférence des Grandes Écoles. La ville bénéficie par ailleurs d'une spécialisation dans les secteurs de la chimie, des biotechnologies et de l'environnement avec l'école européenne de chimie, polymères et matériaux[331] (ECPM), l'école nationale du génie de l'eau et de l'environnement de Strasbourg[332] (ENGEES), l'école supérieure de biotechnologie de Strasbourg[333] (ESBS) et l'École et observatoire des sciences de la Terre (EOST). Enfin, l'école nationale supérieure de physique de Strasbourg[334] (ENSPS), école associée de l'Institut Télécom[335] offre une formation généraliste dans les domaines des TIC, et de la physique. L'établissement propose 7 options à ses élèves ingénieurs: Acquisition et traitement des images, Génie logigiel, systèmes et réseaux, Ingénierie des systèmes, automatique et vision, Ingénierie et sciences physiques du vivant, Micro et nanoélectronique : du composant au système sur puce, Physique et modélisation, Physique et technologies photoniques, ainsi qu'un master, Master IRIV (Images, Robotique et Ingénierie pour le Vivant), proposé aux élèves ingénieurs et à tout autre élève ayant validé les acquis nécessaires dans les matières concernées. L'école ne compte pas moins de 7 laboratoires : LSIIT, InESS, SERTIT, LSP, IPCMS, IREPA LASER, IMFS. Un partenariat avec l'école supérieure des arts décoratifs de Strasbourg[336] (ESAD) existe également, et permet à certains élèves des deux écoles de travailler ensemble sur des projets communs.

Créée en 1921, l'École Hôtelière de Strasbourg connut plusieurs dénominations et changements depuis sa création. Elle est aujourd'hui installée aux portes de Strasbourg à Illkirch-Graffenstaden, s'appelle « Lycée des métiers de l'hôtellerie et du tourisme Alexandre Dumas »[337] et offre des formations à plusieurs niveaux (CAP cuisine et Service, BEP, BTH, BTS).

Depuis 1992, sous l'impulsion d'Édith Cresson, Strasbourg accueille les élèves de l'École nationale d'administration (ENA) qui y suivent l'intégralité de leur scolarité depuis 2004. La ville abrite d'autres établissements spécialisés dans les fonctions politiques et géopolitiques, notamment l'Institut d'études politiques de Strasbourg (« Sciences Po Strasbourg »), l'Institut national des études territoriales (INET)[338] et le Centre universitaire d'enseignement du journalisme (CUEJ). Enfin, Strasbourg accueille deux universités étrangères : l'université anglo-saxonne spécialisée dans le domaine spatial, l'International Space University[339] (ISU) et la Schiller International University.

Les arts graphiques sont représentés par l'école supérieure des arts décoratifs de Strasbourg[336] (ESAD) et l'Institut Supérieur des Arts Appliqués[340] (LISAA) et l'école nationale supérieure d'architecture de Strasbourg[341] (ENSAS). Enfin, l'école supérieure d'art dramatique, implantée au sein du Théâtre national de Strasbourg, assure une formation théâtrale de grande qualité[342].

Sports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sport à Strasbourg.

Généralités[modifier | modifier le code]

Avec plus de 73 300 licenciés (soit 26,9 % de la population) répartis dans 220 clubs, Strasbourg est une ville résolument tournée vers le sport et dotée d'un équipement de qualité. La ville abrite 27 stades (dont le stade de la Meinau), 46 gymnases, 9 piscines[343] et une patinoire de 1 500 places[344]. De plus en 2003 a été inauguré le Rhénus Sport, un hall à vocation sportive d'une capacité de 8 000 places (6 200 places assises)[345]. La plupart des sports sont représentés dans l'agglomération tandis que la proximité du massif des Vosges permet la pratique du ski en hiver. Le parc aquatique Océade se situait dans le parc du Rhin de 1986 à 1996[346].

Selon le classement du journal L'Équipe, Strasbourg est la sixième ville sportive de France. La part du budget des sports s'élève à 6,3 %, soit 111 euros par habitant[347]. La ville propose aux seniors des activités sportives gratuites.

Strasbourg a par ailleurs déposé sa candidature au Championnat d'Europe de football de 2016 mais à renoncé à accueillir cet événement.

Principaux clubs[modifier | modifier le code]

Le stade de la Meinau.

Strasbourg abrite plusieurs clubs de renommée nationale. En football d'abord, avec le Racing Club de Strasbourg. Ce club, fondé en 1906[348] est basé au Stade de la Meinau. En basketball, avec le club Strasbourg Illkirch-Graffenstaden Basket qui évolue en Pro A. En hockey sur glace, avec l'Étoile noire qui participe au championnat de Ligue Magnus, élite du hockey français. L'équipe évolue dans la nouvelle patinoire de l'Iceberg.

D'autres sports sont représentés au niveau national comme le handball avec l'équipe de la Robertsau, qui est l'unique représentant de la ville au niveau national après la rétrogradation financière du Racing Club. Les sports aquatiques sont bien représentés à Strasbourg grâce à une solide équipe de water polo évoluant en pro A et à des nageurs de niveau national, le tout sous le nom d'un même club: le Team Strasbourg[349]. En badminton, la ville est représentée par de nombreux clubs. L'ASPTT avec ses nombreux joueurs en équipe de France, évolue en première division Top 12 et a été sacré champion de France par équipes 2013. En rugby à XV, le Racing Club Strasbourg Rugby évolue en Fédérale 1 pour la saison 2010-11. Les Kangourous de Strasbourg représentent le football australien, un sport encore peu connu en France. En 2006, l'équipe a participé au championnat d'Allemagne et décroché la cinquième place. En 2009, les Kangourous prennent la deuxième place du premier championnat de France. Le CES (Cercle d'Échecs de Strasbourg) de la rue des Glacières, avec 15 coupes de France et 3 champions de France en individuel, est certainement l'un des clubs sportifs strasbourgeois le plus titré. L'handibasket est aussi présent au plus haut niveau national avec l'ASHPA Strasbourg.

Le football américain est également représenté avec le Minotaure qui évolue en Division 3 du championnat de France et se qualifie régulièrement pour les playoffs.

Événements sportifs[modifier | modifier le code]

Depuis 1987, Strasbourg accueille au mois de mai les Internationaux féminins de Strasbourg, ce tournoi de tennis est le deuxième du circuit féminin après l'Open de Paris. Également au mois de mai, la ville organise les Courses de Strasbourg-Europe au cours desquelles a lieu le semi-marathon dont le parcours traverse en partie la ville allemande voisine de Kehl. Enfin, Strasbourg est régulièrement traversée par le tour de France.

Garnison[modifier | modifier le code]

Prise d'armes du Corps européen sur la place Broglie.
Le Gouverneur Militaire de Strasbourg passe en revue les troupes.

De part sa situation géographique privilégiée Strasbourg a toujours été un site stratégique. Lors de l'annexion, les autorités allemandes y stationnent une importante garnison (tout comme à Metz). En 1895 la ville compte 135 608 habitants dont 15 493 militaires[350]. De nombreuses casernes sont construites, notamment dans le cadre de l'aménagement de la Neustadt, la plupart ont conservé leur affectation d'origine comme la vaste Manteuffel Kaserne actuel Quartier Stirn, la Illthor Kaserne actuelle Caserne Turenne, la Train Kasernement actuel Quartier Lecourbe, la Neue Feldartilleriekaserne au Neuhof actuel Quartier Lizé, la Flieger Bataillon Nr.4 Kaserne également au Neuhof[351] actuel Quartier Aubert de Vincelles (Caserne Guynemer jusqu'en 1953[352]) ou encore la Fuss-Artillerie Kaserne actuel Quartier Sénarmont et la St Margarethen Kaserne en partie reconstruite en tant que Caserne Ganeval (ces deux dernières sont aujourd'hui occupées par la Gendarmerie nationale). L'ancienne Manutention, Proviantamt, a elle été réhabilitée pour accueillir le Pôle européen de gestion et d'économie.

Strasbourg disposait également d'un hôpital militaire d'abord situé dans le quartier de la Krutenau, l'Hôpital militaire Gaujot, puis transféré dans le quartier du Neuhof en 1946 jusqu'à sa fermeture en 1996[353], l'Hôpital militaire Lyautey aujourd'hui rattaché aux Hôpitaux universitaires de Strasbourg.

Jusqu'à sa dissolution en 1994, la base aérienne 124 partageait ses infrastructures avec l'Aéroport de Strasbourg-Entzheim.

En 2014 la garnison de Strasbourg est composée des organismes suivants: le Centre de formation interarmées au renseignement (CFIAR), l'État-major du Corps Européen et son bataillon de soutien, la Base de défense de Strasbourg-Haguenau, l'Établissement du Génie de Strasbourg, le Bureau du Service National, un Centre information recrutement des forces armées, un Centre de Recrutement de la Légion étrangère ainsi que le Commandement de la Marine à Strasbourg (fermeture annoncée pour 2015[354]). Notons aussi la présence d'un Établissement public d'insertion de la Défense.

L'École militaire de Strasbourg (EMS) est dissoute en 1985. L'École interarmées du renseignement et des études linguistiques (devenue par la suite le CFIAR) s'est alors installée dans les anciens locaux de celle-ci au Quartier Stirn.

Le 1er régiment du génie, installé dans la commune voisine d'Illkirch était le régiment de tradition de la garnison de Strasbourg. Dissous en juin 2010, en même temps que la Brigade du Génie dont l’État-major était aussi situé à Strasbourg[355], le Quartier Leclerc qu'il occupait abrite aujourd'hui l’État-major de la 2e brigade blindée ainsi que le 291e Jägerbataillon de la Bundeswehr.

Strasbourg est l'une des sept villes françaises possédant un Gouverneur militaire, celui-ci réside dans l'Hôtel de Deux-Ponts place Broglie. Juste en face se trouve le Cercle Mixte de Garnison. Strasbourg est également l'une des dernières villes qui dispose d'un Maître Bottier et d'un Maître Tailleur.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Histoire
  • Collectif d’historiens sous la direction de Georges Livet et Francis Rapp : Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, quatre volumes (env. 2000 pages), 1982, (ISBN 2-7165-0041-X)
  • Centre national d'archéologie urbaine, Strasbourg, Association pour les fouilles archéologiques nationales, Paris, 1992, 285 p. (ISBN 2-906796-09-3) ;
  • Collectif, Strasbourg : fouilles archéologiques de la ligne B du tram, Musées de la ville de Strasbourg, Strasbourg, 2000, 74 p. (ISBN 2-901833-46-2) ;
  • Michel Bertrand, Histoire secrète de Strasbourg, Albin Michel, 1984, 326p. (ISBN 2-22602-0462) ;
  • Christian Lamboley, 40-45, Strasbourg bombardé, Contades, Strasbourg, 1988, 158 p. ;
  • Bastien Gissinger, Recherches sur le site fortifié de Strasbourg durant l'Antiquité tardive : le castrum d'Argentoratum, J. et E. Hedges, Oxford, 2002, 204 p. (ISBN 1-84171-303-1) ;
  • Benoît Jordan, Histoire de Strasbourg, Gisserot-Histoire, 2006, 128p. (ISBN 2-8774-7870-X) ;
  • Paul Greissler, La Classe politique dirigeante à Strasbourg (1650-1750), le Quai, Strasbourg, 1987, 302 p. (ISBN 2-903548-03-X) ;
  • Stéphane Jonas, Annelise Gérard, Marie-Noële Denis, François Weidmann, Strasbourg, capitale du Reichsland Alsace-Lorraine et sa nouvelle université. 1871-1918, Strasbourg, Oberlin, 1995 ;
  • Jean-Marie Mantz (dir.), Histoire de la médecine à Strasbourg, la Nuée bleue, Strasbourg, 1998, 799 p. (ISBN 2-7165-0219-6) ;
  • Jean Rahn, Martin Grunenwald, 50 ans d'histoire au Centre régional d'éducation populaire et de sport d'Alsace, Le Verger, Illkirch-Graffenstaden, 1996, 235 p. (ISBN 2-908367-63-7) ;
  • Revue des sciences sociales, no 40, 2008, « Strasbourg, carrefour des sociologies » ;
  • Jean-Louis Schlienger, André Braun, Le Mangeur alsacien : histoire de l'alimentation en Alsace de la Renaissance à l'annexion, la Nuée bleue, coll. « la Bibliothèque alsacienne », Strasbourg, 1990, 254 p. (ISBN 2-7165-0277-3) ;
  • Bernadette Schnitzler, -12 : aux origines de Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, Strasbourg, 1988, 184 p. ;
  • Eugène Seinguerlet, Histoire de Strasbourg, Dinali, Strasbourg, 1988, 78 p.
  • Régis J. Spiegel, Strasbourg romantique. Au siècle des peintres et des écrivains voyageurs, La Nuée Bleue, Strasbourg, 2010, 215 p.
  • Guy Trendel, Racontez-moi Strasbourg, la Nuée bleue, 2006, 411p. (ISBN 2-7165-0606-X)
Économie
  • Guy Trendel, Au pays de la Couronne d'Or : balades dans le vignoble de Strasbourg, Corpur, Strasbourg, 1998, 240 p. (ISBN 2-84208-028-9) ;
Patrimoine architectural
  • Suzanne Braun, Églises de Strasbourg, Oberlin, Strasbourg, 2002, 217 p. (ISBN 2-85369-237-X) ;
  • Lucie Maechel, Strasbourg, insolite et secret : deux mille ans de métamorphoses, J.-P. Gisserot, Paris, 1999, 126 p. (ISBN 2-87747-428-3) ;
  • Étienne Martin (dir.), Le Palais Rohan, Musée des arts décoratifs, Musées de Strasbourg, Strasbourg, 1998, 68 p. (ISBN 2-901833-41-1) ;
  • Roland Recht, Georges Foessel et Jean-Pierre Klein : Connaître Strasbourg, 1988, (ISBN 2-7032-0185-0)
  • Charles-Laurent Salch, Atlas des villes et villages fortifiés en France, Début du Ve siècle à la fin du XVe siècle, Strasbourg, Editions Publitotal,‎ 1er novembre 1987, 495 p.
    Strasbourg pp. 220 à 234, et 389, B.38.688.87
Urbanisme
  • Agence d'urbanisme pour l'agglomération strasbourgeoise, Le Projet urbain dans l'histoire de Strasbourg : colloque des 30 et 31 octobre 1981, Agence d'urbanisme pour l'agglomération strasbourgeoise, Strasbourg, 1981, 31 p. ;
  • Dominique Badariotti, Richard Kleinschmager, Léon Strauss, Géopolitique de Strasbourg : permanences, mutations et singularités de 1871 à nos jours, la Nuée bleue, coll. « la Bibliothèque alsacienne », Strasbourg, 1995, 260 p. (ISBN 2-7165-0362-1) ;
  • Jean-Jacques Blaesius, Pascale Gérard, Le tram de Strasbourg : un chantier et des hommes, la Nuée bleue, Strasbourg, 1994, 143 p. (ISBN 2-7165-0353-2) ;
  • Collectif, Strasbourg : panorama monumental et architectural des origines à 1914, Contades, coll. « Le Temps des cités », Strasbourg, 1984, 499 p. ;
  • Collectif, Strasbourg, urbanisme et architecture : des origines à nos jours, Oberlin, Strasbourg, & G. Klopp, Thionville, 1996, 297 p. (ISBN 2-85369-164-0) ;
  • Collectif, Strasbourg : chroniques d'urbanisme, L'Aube, La Tour d'Aigues, 1994, 261 p. (ISBN 2-87678-148-4) ;
  • Collectif, Atlas de la région de Strasbourg : réalités d'aujourd'hui, idées pour demain, la Nuée bleue, Strasbourg, 1996, 262 p. (ISBN 2-7165-0410-5) ;
  • Collectif, Strasbourg-Kehl am Rhein (1900-2000), Gallimard, coll. « Guides Gallimard », Paris, 1998, 93 p. ;
  • Communauté urbaine de Strasbourg, 2e projet d'agglomération, 2000-2010 : « construire ensemble un développement durable et solidaire » : document annexe à la délibération du Conseil de Communauté, 14 avril 2000, Communauté urbaine de Strasbourg, Direction études et prospective, Strasbourg, 2000, 123 p. ;
  • Denis Durand de Bousingen, L'hôpital de Strasbourg : une ville dans la ville, Le Verger, Illkirch-Graffenstaden & Hôpitaux universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 2003, 275 p. (ISBN 2-84574-036-0) ;
  • Jean-Pierre Klein, Strasbourg : urbanisme et architectures des origines à 1870, Musées de Strasbourg, Strasbourg, 1996 (1re éd. 1986), 297 p. (ISBN 2-85369-164-0) ;
  • Richard Kleinschmager, Strasbourg : une ambition européenne, Anthropos, coll. « Villes », Paris, 1997, 216 p. (ISBN 2-7178-3362-5) ;
  • Maurice Moszberger, Théodore Rieger, Léon Daul, Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, le Verger, Illkirch-Graffenstaden, 2002, 430 p. (ISBN 2-84574-023-9) ;
  • François Petrazoller, L'urbanisme à Strasbourg au XVIe siècle : la pierre et l'idée, Société savante d'Alsace, Strasbourg, 2002, 311 p. (ISBN 2-904920-29-3).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Plans et vues satellites[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bourg est un mot d'origine germanique qui signifie à l'origine fortification, place forte. Le mot allemand apparenté est Burg, tandis que le mot anglais apparenté est (en) borough. En allemand, un mot de la même famille est Berg, qui signifie montagne. Il faut ici savoir que les fortifications étaient le plus souvent situées en hauteur. En France, le sens a évolué vers la notion de gros village. Dans la toponymie alsacienne, mais aussi normande, au contraire du reste de la France, le mot a gardé sa signification originelle de fortification.
  2. En anglais, l'étymologie de (en) fort , d'origine latine via le français, remonte à une racine commune à bourg, qui renvoie à la notion de hauteur. En effet, souvent à un b germanique correspond un f latin (par exemple. anglais brother, français frère). Nous avons en l’occurrence bourg d'un côté, et fort (mais aussi force) de l'autre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Insee, « Commune de Strasbourg (67482), Unité urbaine 2010 de Strasbourg (partie française) (67701), Aire urbaine 2010 de Strasbourg (partie française) (009) », sur www.insee.fr, Insee (consulté le 26 mars 2013)
  2. Site du recensement de l’Insee, chiffres au 8 mars 2006.
  3. Site de Strasbourg, Le secteur tertiaire
  4. Site de Strasbourg, Pôles de compétitivité
  5. a et b Site internet de l'UNESCO
  6. Site de l'office de tourisme de Strasbourg et sa région
  7. a et b Étude comparative des villes européennes, pages 36 et 37. [PDF]
  8. a et b Les chiffres-clés des universités d'Alsace 2007-2008[PDF], sur le site de l'Université de Strasbourg. Consulté le 23 janvier 2013.
  9. Une identité forte, sur le site de l'Université de Strasbourg. Consulté le 23 janvier 2013.
  10. Investissements d'avenir, sur le site de l'Université de Strasbourg. Consulté le 23 janvier 2013.
  11. Émile Linckelheld, La Cité des Triboques, in Annuaire de la Société historique, littéraire et scientifique du Club vosgien, 1936
  12. Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, Maurice Moszberger & Théodore Rieger & Léon Daul, Le Verger Éditeur, p. 9
  13. Strassburg
  14. Strossburi
  15. Calcul de la distance entre Paris et Strasbourg sur www.lion1906.com
  16. www.ephemeride.com Calcul des distances orthodromiques
  17. Site de l'Internaute, Encyclopédie des villes
  18. Site de l'ASPA, indice ATMO et qualité de l'air en direct
  19. Site de l'IGN, Altitude de Strasbourg
  20. Le Point, no 1862, Strasbourg - La ville cultive sa nature
  21. Site de la ville de Strasbourg, Quartiers
  22. Site de l'Insee, Chiffres clés
  23. Site du gouvernement, le logement en Alsace
  24. Site de l'Insee, recensement de 1999 à Strasbourg
  25. Site de l'Insee, le logement en Alsace
  26. « Avec son projet des « Deux-Rives », Strasbourg veut se développer « à 360° » », sur www.lemoniteur.fr,‎ 21 septembre 2011
  27. a et b [PDF]« Strasbourg Deux Rives : la nouvelle ville », sur www.strasbourg.eu,‎ Septembre 2011
  28. Laurent Miguet, « Un quartier centré sur le Rhin entre Strasbourg et Kehl »,‎ 22 janvier 2013 (consulté le 28 janvier 2013)
  29. Laurent Miguet, « Trois tours signées Anne Demians à Strasbourg »,‎ 9 novembre 2012 (consulté le 12 novembre 2012)
  30. « Presqu’île Malraux Lancement des travaux des Docks D’ici trois ans… un nouveau quartier »,‎ 18 septembre 2012 (consulté le 12 novembre 2012)
  31. « dans le ventre de la tour »,‎ 25 aout 2012 (consulté le 12 novembre 2012)
  32. « Une nouvelle aile et un péristyle », sur www.dna.fr,‎ 29 juin 2011
  33. « Bouygues, Portzamparc et Mérat retenus pour le futur quartier d'affaires strasbourgeois », sur www.lemoniteur.fr,‎ 26 juillet 2011
  34. « Quartier d’affaires : première tranche pour Bouygues », sur www.dna.fr,‎ 9 juillet 2011
  35. T. C., « Le projet Wacken Europe remanié »,‎ 19 octobre 2012 (consulté le 12 novembre 2012)
  36. « Un futur quartier d'affaires dans une gare à 360° ? », sur www.dna.fr,‎ 9 mars 2010
  37. Marie Marty, « Pourquoi la gare de Strasbourg n'est pas (encore) ouverte à 360° », sur rue89strasbourg.com,‎ 9 janvier 2014 (consulté le 13 juillet 2014).
  38. a et b Espaces verts de Strasbourg
  39. Site Parcs et Jardins, jardin botanique de Strasbourg
  40. Site d'information Rue89: Vivre de sa cueillette à Strasbourg, bientôt possible
  41. Site de Brin de paille Alsace : association de Permaculture à Strasbourg chargée du projet : bdpalsace.dyndns.org
  42. Source : Villes et villages fleuris
  43. Bibliothèque alsatique
  44. Médaille d'argent Expo 1929
  45. Racontez-moi Strasbourg Guy Trendel, Édition La Nuée Bleue, p. 10
  46. Histoire secrète de Strasbourg, Michel Bertrand, Édition Albin Michel, p. 11 et p. 12
  47. Guy Trendel, op. cit., p. 10 et p. 17
  48. Histoire de Strasbourg, Benoît Jordan, Édition Gisserot, p. 12 et p. 13
  49. Michel Bertrand, op. cit., p. 18
  50. Michel Bertrand, op. cit., p. 14 et p. 19
  51. Guy Trendel, op. cit., p. 19, p. 21 et p. 33
  52. Michel Bertrand, op. cit., p. 20 et p. 21
  53. Benoît Jordan, op. cit., p. 18 et p. 21
  54. Michel Bertrand, op. cit., p. 22 et p. 23
  55. a et b Guy Trendel, op. cit., p. 22 et p. 24
  56. Benoît Jordan, op. cit., p. 32
  57. Guy Trendel, op. cit., p. 93 et p. 94
  58. Maurice Moszberger & Théodore Rieger & Léon Daul, op. cit., p. 22
  59. Benoît Jordan, op. cit., p. 30
  60. Benoît Jordan, op. cit., p. 41 et p. 47
  61. Benoît Jordan, op. cit., p. 59 et p. 60
  62. Benoît Jordan, op. cit., p. 58 et p. 61
  63. Michel Bertrand, op. cit., p. 200, p. 201 et p. 202
  64. Benoît Jordan, op. cit., p. 67 et p. 68
  65. Benoît Jordan, op. cit., p. 69 et p. 70
  66. Benoît Jordan, op. cit., p. 71
  67. Benoît Jordan, op. cit., p. 80 et p. 81
  68. Benoît Jordan, op. cit., p. 83 et p. 84
  69. Benoît Jordan, op. cit., p. 85, p. 89 et p. 90
  70. Benoît Jordan, op. cit., p. 91
  71. Benoît Jordan, op. cit., p. 99
  72. Benoît Jordan, op. cit., p. 93 et p. 94
  73. Benoît Jordan, op. cit., p. 97
  74. Benoît Jordan, op. cit., p. 105
  75. Benoît Jordan, op. cit., p. 106
  76. Benoît Jordan, op. cit., p. 111 et p. 112
  77. Benoît Jordan, op. cit., p. 115 et p. 116
  78. Benoît Jordan, op. cit., p. 119 et p. 120
  79. Benoît Jordan, op. cit.serot, p. 121 et p. 122
  80. Benoît Jordan, op. cit., p. 123 et p. 124
  81. Benoît Jordan, op. cit., p. 125
  82. assembly.coe.int
  83. Site de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau
  84. Site de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau, Cartographie
  85. Site de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau, Actualité
  86. Site Demain l'université de Strasbourg
  87. Liste des consulats de Strasbourg
  88. Liste des représentations permanentes auprès du Conseil de l'Europe
  89. Site du Conseil de l'Europe, Chiffres clés
  90. « À propos du comité des ministres », Conseil de l'Europe (consulté le 18-03-2008)
  91. [PDF] L'ACPE en bref
  92. Site du Parlement européen, chiffres clés
  93. Site de Strasbourg, vente des bâtiments du parlement
  94. Site de la Cour européenne des droits de l'homme, Historique
  95. « Informations sur palais des Droits de l’Homme », Cour européenne des droits de l'Homme (consulté le 18-03-2008)
  96. Le contrat Triennal 2009-2011
  97. Le contrat triennal 2009-2011, brochure PDF
  98. Site du Gouvernement, le pont Plimlin
  99. Site du Forum franco-allemand
  100. Le Maire de Strasbourg reçoit les clés de sa Prius hybride rechargeable
  101. « Les vingt communes les plus peuplées de la région au 1er janvier 2010 », sur Insee.fr,‎ 2010 (consulté le 21 septembre 2013)
  102. « Taille des communes les plus peuplées en 2010 », sur Insee.fr,‎ 2010 (consulté le 21 septembre 2013)
  103. Insee - Population de la communauté urbaine de Strasbourg en 2008, consulté le 20 octobre 2011
  104. Insee - Population de l'aire urbaine de Strasbourg en 2009, consulté le 20 octobre 2011
  105. Site de l'Euroditrict
  106. http://www.statistiques-locales.insee.fr/FICHES/DL/DEP/67/COM/DL_COM67482.pdf Insee, statistiques locales de Strasbourg
  107. Insee, statistiques locales de Strasbourg
  108. Site de l'Insee, l'espérance de vie en Alsace
  109. Commune : Strasbourg - 67482 IMG1A - Population par sexe, âge et situation quant à l'immigration
  110. Site de l'Insee, Où vivent les immigrés ?
  111. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 18/12/2009.
  112. Site de Strasbourg, présentation du conseil municipal
  113. « Strasbourg (67100 - Alsace) », Résultats de l'élection présidentielle 2012, sur lexpress.fr,‎ 2012 (consulté le 29 septembre 2013)
  114. « Bas-Rhin - 1ère circonscription », Résultats des élections législatives 2012, sur lexpress.fr,‎ 2012 (consulté le 10 décembre 2013)
  115. « Bas-Rhin - 2ème circonscription », Résultats des élections législatives 2012, sur lexpress.fr,‎ 2012 (consulté le 10 décembre 2013)
  116. « Bas-Rhin - 3ème circonscription », Résultats des élections législatives 2012, sur lexpress.fr,‎ 2012 (consulté le 10 décembre 2013)
  117. Biographie de Catherine Trautmann, Unesco, sur [1] (Consulté le 14/2/2013
  118. Site de l'Insee, cantons de Strasbourg
  119. Algérie Presse, 2 avril 2013
  120. site du Club de Strasbourg
  121. Strasbourg, « ville sœur » de Périgueux.
  122. [www.fitchratings.fr/getdocument.aspx?attid=1714 Site Fitch Rating, Finance publique internationale - Strasbourg]
  123. Site de Strasbourg, Chiffres clés
  124. Site du ministère de l'Intérieur, fiscalité locale
  125. Site des Hôpitaux universitaires de Strasbourg.
  126. a et b Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG (HUS) - Centre hospitalier universitaire de Strasbourg
  127. http://www.centre-paul-strauss.fr/
  128. http://www.ugecam-alsace.fr/etablissements/institut-universitaire-de-readaptation-clemenceau-iurc
  129. Actions du cluster sur le site du pôle de compétitivité Alsace Biovalley. Consulté le 23 janvier 2013
  130. Historique du cluster, sur le site du pôle de compétitivité Alsace Biovalley. Consulté le 23 janvier 2013
  131. Rapport de la documentation française sur la délinquance constatée, 2009 [PDF]
  132. « La Cour des comptes pointe le manque de policiers à Nice et Marseille »,‎ 7 juillet 2011
  133. « Strasbourg (67), 158 policiers municipaux au service des administrés »,‎ 2 décembre 2010 (consulté le 28 janvier 2013)
  134. « Une nouvelle unité de jour »,‎ 30 décembre 2012 (consulté le 28 janvier 2013)
  135. Site de l'Union pour Strasbourg, pôles de compétitivité
  136. Classement ECER - Banque Populaire 2010
  137. Site de l'Insee, Statistiques locales [PDF]
  138. a et b Site de la Chambre de Commerce et d'Industrie, Chiffres clés 2006 [PDF]
  139. Site de l'OREF Alsace, chiffres de la zone emploi de Strasbourg [PDF]
  140. Louis Maurin, « Les villes les plus inégalitaires de France », sur Observatoire des inégalités et Alternatives Economiques,‎ 2 novembre 2011 (consulté le 29 septembre 2013)
  141. Site de l'Insee, chômage par zone d'emploi
  142. Site de l'IGMC, Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire
  143. ICS, Institut clinique de la souris
  144. Site du port autonome de Strasbourg, activité 2007 [PDF]
  145. Site de la CUS, Investir à Strasbourg
  146. Site de la CUS, Investir à Strasbourg, Strasbourg intégrée dans l'internationalisation des échanges
  147. Site de la CCI de Lyon, chiffres clés des secteurs bancaires, financiers et immobiliers en France [PDF]
  148. Site de l'Insee, Tourisme en Alsace 2004 [PDF]
  149. Site de l'Insee, évolution des nuitées 2006-2007
  150. Site de l'Insee, tourisme et hôtellerie en Alsace
  151. Site de l'Insee, Tourisme en Alsace 2006 [PDF]
  152. Le Patrimoine des communes du Bas-Rhin, Édition Flohic, p. 1313
  153. Ibid., p. 1318
  154. Ibid., p. 1317
  155. Ibid., p. 1325
  156. Ibid., p. 1336
  157. Les 600 ans de la cave historique, Christelle Carrier, p. 2 et p. 3
  158. Le patrimoine des communes du Bas-Rhin, Édition Flohic, p. 1324
  159. Strasbourg insolite et secret, Lucie Maechel & Théodore Rieger, p. 47
  160. P.J. Fargès-Méricourt, Description de la ville de Strasbourg, Levrault, Strasbourg, 1840, p. 59
  161. Le Patrimoine des communes du Bas-Rhin, Édition Flohic, p. 1360
  162. P.J. Fargès-Méricourt, Description de la ville de Strasbourg, Levrault, Strasbourg, 1840, p. 57
  163. Lucie Meachel & Théodore Rieger, op. cit., p. 30
  164. Le Patrimoine des communes du Bas-Rhin, Édition Flohic, p. 1342
  165. Lucie Meachel & Théodore Rieger, op. cit., p. 56
  166. Le patrimoine des communes du Bas-Rhin, Édition Flohic, p. 1341
  167. Ibid., p. 1361
  168. Archi-Strasbourg.org : La Neustadt au Patrimoine Mondial de l'UNESCO ? consulté sur le site http://www.archi-strasbourg.org, le 10 mai 2011
  169. Site du TNS, Histoire du bâtiment
  170. Site du TNS, Histoire du théâtre de Strasbourg
  171. Site de la BNUS — Quelques chiffres
  172. Le Patrimoine des communes du Bas-Rhin, Édition Flohic, p. 1394
  173. Ibid., p. 1400
  174. a et b Ibid., p. 1393
  175. Ibid., p. 1377
  176. Ibid., p. 1398
  177. Ibid., p. 1382
  178. Ibid., p. 1385
  179. Ibid., p. 1421
  180. Site du parlement européen, chiffres
  181. Radio Strasbourg
  182. Ibid., p. 1416
  183. Site du TNS, Histoire du théâtre national de Strasbourg
  184. Site du Théâtre jeune public, Histoire du TJP
  185. Site internet du Maillon
  186. Site du Pôle Sud, Historique
  187. Site de la Choucrouterie, Descriptif
  188. Site du théâtre alsacien de Strasbourg, accueil
  189. Site de l'opéra national du Rhin, Histoire
  190. Site de l'orchestre philharmonique de Strasbourg, L'orchestre
  191. Site internet de la Laiterie
  192. Site internet Concert Live
  193. Site du Molodoï, Historique
  194. STRASBOURG-SALLES : location de salle, organisation de séminaires et d’événements professionnels
  195. Site de la CUS, Musique
  196. Site Strasbourg Meeting
  197. Site de Strasbourg, le Rhenus Sport
  198. Site du Zénith de Strasbourg, Informations techniques
  199. Site des percussions de Strasbourg, Présentation
  200. Répertoire complet des orgues de Strasbourg
  201. Site du festival de musique de Strasbourg, Présentation
  202. Site du festival
  203. Site Jazzdor
  204. Site du festival Musica
  205. Site du festival des Artefacts, Accueil
  206. Site des nuits électroniques de l'Ososphère, Accueil
  207. Site officiel des Nuits européennes de Strasbourg
  208. Site Strasbourg-meeting, le parc des expositions
  209. Site de la Foire européenne de Strasbourg
  210. Site de St-art, accueil et présentation
  211. Site officiel des Rencontres Européennes de Littérature à Strasbourg
  212. Présentation de l'Association Capitale Européenne des Littératures
  213. Site des musées de Strasbourg, MAMCS
  214. Site des musées de Strasbourg, Musée historique
  215. Site des musées de Strasbourg, Musée alsacien
  216. Site des musées de Strasbourg, Musée des Arts décoratifs
  217. Site des musées de Strasbourg, Musée des beaux Arts
  218. Site des musées de Strasbourg, Cabinet des estampes et des dessins
  219. Le patrimoine des communes du Bas-Rhin, Édition Flohic, p. 1305
  220. Site des musées de Strasbourg, musée de l'Œuvre Notre-Dame
  221. Site des musées de Strasbourg, musée zoologique
  222. Site du musée de minéralogie, Dossiers
  223. Site du planétarium de Strasbourg
  224. Site du Vaisseau, Historique
  225. Site des musées de Strasbourg, Centre Tomi Ungerer
  226. http://www.dna.fr/edition-de-strasbourg/2013/03/17/musee-coop-alsace-l-epicerie-des-souvenirs
  227. http://france3-regions.francetvinfo.fr/alsace/2014/09/21/la-memoire-de-la-coop-se-decouvre-au-port-du-rhin-555258.html
  228. http://www.alsace-para.com/index.php?page=le-centre-le-musee
  229. Lucie Maechel & Théodore Rieger, op. cit., p. 26
  230. Site de la BNUS, qui sommes nous ?
  231. Site de la BNUS, à propos
  232. Site de la BNUS, pôles d'excellence
  233. Site de la BMS, Accueil
  234. Médiathèques de Strasbourg
  235. Médiathèque André Malraux
  236. Les incunables
  237. Le fonds patrimonial des Bibliothèques de la Ville et de la Communauté Urbaine de Strasbourg
  238. Supplément au catalogue des incunables et livres du XVIe s. (jusqu'en 1530) de la bibliothèque du grand séminaire de Strasbourg
  239. La Médiathèque Protestante
  240. Bibliothèque Alsatique du Crédit Mutuel
  241. Texte intégral
  242. édition dite Furne, 1852, vol.XI, p. 10, 21, 24, 25, 28, 30
  243. Furne, vol.VII, p. 283
  244. Furne, vol.I, p. 428
  245. Site de l'Insee, les activités audiovisuelles en Alsace [PDF]
  246. Radio Strasbourg - Radio Alsace – Radio Inter-Alsace, années 1960
  247. Site de Radio Bienvenue Strasbourg
  248. Site des DNA, informations légales
  249. Site de l'Odyssée
  250. Michelin Restaurants, « Restaurants 1 étoile Michelin Strasbourg », sur restaurant.michelin.fr, Michelin (consulté le 29 avril 2013)
  251. Alvezio Buonasorte, « Gastronomie : Deux adresses du Bas-Rhin étoilées au Michelin », sur www.lalsace.fr, L'Alsace,‎ 19 février 2013 (consulté le 29 avril 2013)
  252. Site de l'Insee, langue alsacienne [PDF]
  253. L'histoire n'a conservé aucune trace des activités de Gutenberg entre 1444, date où il semble avoir quitté Strasbourg et 1448, date de son retour à Mayence
  254. Lucie Maechel & Théodore Rieger, op. cit., p. 15 et p. 16
  255. Le Patrimoine des communes du Bas-Rhin, Édition Flohic, p. 1298-1299
  256. Lucie Maechel & Théodore Rieger, op. cit., p. 19 et p. 20
  257. (en) [PDF] « Strasbourg green rays », A. Heck dans The Multinational History of Strasbourg Astronomical Observatory, 2005, p. 256
  258. Site internet de l'œuvre Notre-Dame
  259. Ibid., p. 1320
  260. Ibid., p. 1313
  261. Ibid., p. 1319
  262. Ibid., p. 1386
  263. Le patrimoine des communes du Bas-Rhin, Édition Flohic, p. 1314
  264. a et b Ibid., p. 1316
  265. Ibid., p. 1308
  266. Ibid., p. 1310
  267. Lucie Maechel & Théodore Rieger, op. cit., p. 25 et p. 26
  268. Le patrimoine des communes du Bas-Rhin, Édition Flohic, p. 1375
  269. Lucie Maechel & Théodore Rieger, op. cit., p. 103
  270. Le Patrimoine des communes du Bas-Rhin, Édition Flohic, p. 1392
  271. http://www.dna.fr/edition-de-strasbourg/2014/10/01/une-premiere-pierre-dans-l-allegresse
  272. http://ruhram.eu/fr/
  273. ARTE, Histoire du peuple juif
  274. [2]
  275. Annuaire musulman
  276. Découvrir l’Islam à l’occasion de l’inauguration de la Grande mosquée de Strasbourg sur le site rue89strasbourg.com.
  277. Chloé Woitier, « Le cimetière musulman de Strasbourg, un cas unique »,‎ 5 janvier 2012 (consulté le 29 janvier 2013)
  278. L'Alsace du 3 octobre 2011
  279. Marthe North Siegfried, mémoire de maîtrise d'Anne-Marie Rabcewicz, Université des Sciences Humaines de Strasbourg, septembre 1997
  280. Journal d'Alsace-Lorraine du 18 mai 1939
  281. L'Alsace du 13 mai 1939
  282. Dernièrs Novelles de Strasbourg du 1er octobre 1921
  283. Dernières Nouvelles d'Alsace du 4 février 1922
  284. Site officiel de la Bibliothèque Pythagore
  285. Site officiel de l'ECL de Strasbourg
  286. document retranscrit en 1968 dans une publication de la Grande Loge Nationale Française de Neuiily.
  287. Pierre Mariel, Cagliostro, Culture, Art, Loisir (CELT), sous la direction de Louis Pauwels, Paris 1973, page 20
  288. Édit de la Diète impériale de 1707.
  289. catalogue dressé par Alain le Bihan : Loges et chapitres de la Grande Loge et du Grand orient de France (2e moitié du XVIIIe s.).- Commission d'histoire économique et sociale de la Révolution française. Mémoires et Documents, XX.
  290. Pierre Mariel, Cagliostro, Culture, Art, Loisir (CELT), sous la direction de Louis Pauwels, Paris 1973, page 55.
  291. René Muller, Cagliostro à Strasbourg, Imprimerie Alsacienne-Lorraine, Strasbourg, 1912, pages 22 à 30
  292. Strasbourg magazine, no 249 de janvier-février 2014, page 38
  293. L'Alsace du 2 mars 2010
  294. Site officiel des musées de Strasbourg
  295. Site du judaïsme
  296. Bernadette Schnitzler, Strasbourg-Cronenbourg, cimetière Ouest, Guide des cimetières no 7 de la Ville de Strasbourg, Imprimerie de la CUS, 2012.
  297. Site de la Compagnie des transports strasbourgeois, Réseau 2008
  298. Site de la CUS, Chiffres clés 2005
  299. « Bilan 2008 de l'observatoire des déplacements » [PDF]
  300. Site de Strasbourg, le parc de la gare
  301. « Avec Vel'hop, Strasbourg monte en selle », sur mobilicites.com (consulté le 15 septembre 2011)
  302. Site du Grand Contournement Ouest, Informations sur le projet
  303. Site du Grand Contournement Ouest, vocation du GCO
  304. GCO Vendenheim
  305. Fabrice Amadeo, « Paris-Strasbourg en 1 h 50 d'ici à 2016 »,‎ 2 septembre 2009 (consulté le 11 décembre 2012)
  306. Adrien Dentz, « Le TGV Rhin-Rhône sur les rails : une nouvelle donne pour l’Alsace »,‎ 11 décembre 2011 (consulté le 11 décembre 2012)
  307. JEAN-NOËL CAUSSIL, « Monoprix fait station en gares »,‎ 26 janvier 2012 (consulté le 11 décembre 2012)
  308. Le port autonome de Strasbourg, chiffres 2010 [PDF]
  309. Site de l'ACNUSA, Aéroport Strasbourg-Entzheim
  310. Site de l'aéroport de Strasbourg-Entzheim, Statistiques
  311. Arrêtés du 14 août 2009 modifiant les obligations de service public sur les services aériens réguliers, Journal officiel du 19 aout 2009
  312. Site de l'aéroport de Strasbourg-Entzheim, livre blanc
  313. Site de la Communauté Urbaine de Strasbourg, chiffres clés 2005
  314. Plaquette de présentation de l'École européenne de Strasbourg (fichier pdf).
  315. Site du lycée Kléber
  316. Site du Lycée international des Pontonniers
  317. Site de l'Express, Palmarès 2007 des lycées français
  318. Site du gouvernement, Atlas 2009/2010 de l'enseignement supérieur
  319. Jonas S., Gérard A.-L., Denis M.-N., Weidmann Fr., Strasbourg, capitale du Reichsland Alsace-Lorraine et sa nouvelle université. 1871-1918, Strasbourg, Oberlin, 1995.
  320. Revue des sciences sociales, no 40, 2008, « Strasbourg, carrefour des sociologies ».
  321. ULP - Université Louis Pasteur Strasbourg I
  322. Université Marc-Bloch - Strasbourg 2
  323. Université Robert Schuman - Bienvenue sur le site web de l'Université Robert Schuman
  324. Fiche : la LRU et l'autonomie financière, les fondations consulté sur le site www.ferc-sup.cgt.fr, le 23 janvier 2013
  325. L’université en chiffres (2012), site de l’Université de Strasbourg, consulté sur le site www.unistra.fr le 23 janvier 2013
  326. [ARCHIVES] Communiqués : trois premières initiatives d'excellence sélectionnées dans le cadre de l'appel à projets Idex site du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.
  327. Site de l'IECS, Réseau HERMES
  328. Site de l'IECS
  329. Espace grandes écoles
  330. École de commerce ISEG : 7 écoles de commerce à Paris, Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes, Strasbourg, Toulouse
  331. ECPM - École de Chimie, Polymères, Matériaux de Strasbourg
  332. Votre profil
  333. école supérieure de biotechnologie de Strasbourg
  334. École nationale supérieure de physique de Strasbourg
  335. Institut Télécom
  336. a et b ESAD, école supérieure des arts décoratifs de Strasbourg
  337. Lycée des Métiers de l'Hôtellerie et du Tourisme Alexandre Dumas
  338. INET : Bienvenue sur le site du Institut national des études territoriales
  339. ISU - Home-Latest News
  340. LISAA - école supérieure des arts appliqués.
  341. Site officiel de l'École Nationale Supérieure d'Architecture de Strasbourg (ENSAS)
  342. école supérieure d'Art dramatique du Théâtre National de Strasbourg (TNS)
  343. « Les piscines de la CUS »
  344. site de l'internaute, équipements sportifs
  345. Union pour Strasbourg, Sport
  346. J.-J. Blaesius, « Le naufrage de l'Océade », Dernières Nouvelles d'Alsace, 29 juillet 2006 [lire en ligne]
  347. Site de l'équipe magazine, les villes les plus sportives 2006
  348. Racing club de Strasbourg
  349. « Team Strasbourg »
  350. Tableaux d'informations de l'église Saint-Maurice, ancienne église de garnison catholique.
  351. http://eurocorps.wifeo.com/adv-1919-1945.php
  352. http://eurocorps.wifeo.com/adv-1945-1969.php
  353. A la découverte des quartiers de Strasbourg, le Neuhof, ville de Strasbourg 2002-2010.
  354. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/10/15/01016-20141015ARTFIG00198-le-val-de-grace-va-perdres-ses-activites-medicales.php
  355. http://sitemap.dna.fr/articles/201006/25/adieu-strasbourg,strasbourg,000013832.php
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 25 avril 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.