Pays-Bas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pays-Bas (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec la Hollande.

Royaume des Pays-Bas

Koninkrijk der Nederlanden (nl)

Drapeau
Drapeau des Pays-Bas
Blason
Armoiries des Pays-Bas
Description de cette image, également commentée ci-après

Territoire des Pays-Bas en Europe

Description de cette image, également commentée ci-après

Territoire des Pays-Bas caribéens

Devise nationale Je maintiendrai
Hymne national Wilhelmus
Administration
Forme de l'État Monarchie constitutionnelle
Roi Willem-Alexander
Ministre-président Mark Rutte
Langues officielles Néerlandais
Capitale Amsterdam[1],[2]

52° 22′ nord, 4° 53′ est

Géographie
Plus grande ville Amsterdam
Superficie totale 41 530 km2
(classé 135e)
Superficie en eau 18,41 %
Fuseau horaire UTC +1 (HEC); heure d’été : UTC+2 (HAEC); UTC-4 (Pays-Bas caribéens)
Histoire
Provinces-Unies 26 juillet 1581
République batave 19 janvier 1795
Royaume de Hollande 5 juin 1806
Royaume uni des Pays-Bas 16 mars 1815
Royaume des Pays-Bas 19 avril 1839
Démographie
Gentilé Néerlandais(e)
Population totale (novembre 2013) 16 828 996[3] hab.
(classé 59e)
Densité 405 hab./km2
Économie
IDH (2012) en augmentation 0,921[4] (très élevé) (4e)
Monnaie Euro[5],[6] (EUR​)
Divers
Code ISO 3166-1 NLD, NL​
Domaine Internet .nl[7]
Indicatif téléphonique +31[8]

Les Pays-Bas, en forme longue le Royaume des Pays-Bas, en néerlandais Nederland et Koninkrijk der Nederlanden, sont, à l'époque moderne, un État souverain formé de quatre territoires constitutifs : les Pays-Bas proprement-dit en Europe, ainsi que Bonaire, Saint-Eustache et Saba, de petites îles tropicales regroupées sous le nom de Pays-Bas caribéens, car situées dans les Caraïbes, où elles avoisinent les trois autres îles qui font partie du Royaume : Aruba, Curaçao et Saint-Martin.

Ensemble, toutes ces entités forment une monarchie constitutionnelle de près de dix-sept millions d'habitants dont la capitale, Amsterdam, est située sur le continent européen. En Europe, le pays est bordé par la Belgique au sud et l'Allemagne à l'est et possède une frontière terrestre avec la France grâce à l'île de Saint-Martin (Sint Maarten en néerlandais), située dans les Antilles. L'altitude moyenne du pays est très faible : un quart du territoire métropolitain est situé sous le niveau de la mer du Nord, qui le baigne à l'ouest et au nord. Les paysages néerlandais typiques sont d'ailleurs en grande partie constitués de polders protégés par des digues construites au fil de l'histoire du pays.

Jusqu'au XVIe siècle l'appellation Pays-Bas englobait non seulement le pays connu sous ce nom à l'époque contemporaine, mais aussi la Belgique et le futur département du Nord de la France et une partie de la Picardie. Ce pays se scinda à la suite des guerres contre le régime espagnol qui avait échu par filiation féodale à Charles Quint né à Gand, héritier des ducs de Bourgogne qui avaient recueilli l'héritage des divers pouvoirs provinciaux.

Cette situation, résultat de la guerre de quatre-vingts ans contre l'autorité espagnole, s'est marquée, sur les cartes par la naissance de la Belgica Regia[9] restée sous la tutelle des Habsbourg d'Espagne, tandis que le Nord devenait indépendant. Dans le langage courant, les Espagnols continuèrent longtemps à parler des Pays-Bas sous l'empire d'une revendication persistante sur l'ensemble des territoires des anciens Pays-Bas qui s'étendaient, à l'origine, du Zuyderzee à la Picardie.

À partir de leur indépendance les Pays-Bas du Nord connurent un véritable « siècle d'or » au XVIIe siècle, lorsqu'ils constituèrent un empire colonial dont les vestiges sont les territoires caribéens conservés aujourd'hui. En 1945 le pays signe avec la Belgique et le Grand-Duché de Luxembourg le traité économique d'union douanière du Benelux, négocié pendant la deuxième Guerre mondiale, par les gouvernements des trois pays en exil à Londres. En 1957, le pays est l'un des six fondateurs de l'Union européenne, et de la monnaie unique euro. En 2012, il est le quatrième pays le plus développé au monde selon le rapport annuel du Programme des Nations unies pour le développement (après la Norvège, l'Australie et les États-Unis).

Les nom de « Hollande » est souvent utilisé dans le langage courant, et de manière impropre, pour désigner les Pays-Bas dans leur ensemble. Cette appellation désigne une partie de l’Ouest des Pays-Bas.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les Pays-Bas européens en une seule image : pays plat, trafic dense, moulins, canaux, fleurs et polders.

À l'apogée du duché de Bourgogne (à la fin de la période médiévale), la partie nord des possessions ducales (dans ce qui est actuellement le territoire belge et néerlandais) était appelé « États de par-deçà » ou « Pays-Bas » pour les distinguer des « États de par-delà » (Bourgogne proprement dite et Franche-Comté). C'est l'origine du terme Pays-Bas qui sera donné au cours des siècles et sous différentes formes, à plusieurs pays sur ce territoire.

Article détaillé : Pays-Bas (toponymie).

Le nom du pays aurait pu faire allusion à son altitude peu élevée et par conséquence à sa lutte permanente contre les eaux, c'est une curieuse coïncidence tout à propos. Mais pour la Hollande la signification est bien pays creux. Une synecdoque (pars pro toto) courante (parfois pratiquée par les Néerlandais eux-mêmes) désigne les Pays-Bas du nom de Hollande, ainsi que les Néerlandais par les Hollandais (et même parfois la langue néerlandaise par le hollandais). La Hollande stricto sensu n'est qu'une des régions des Pays-Bas divisée en deux provinces (Hollande-Septentrionale et Hollande-Méridionale), abritant les grandes villes du pays (Amsterdam, La Haye, Rotterdam)[10], et le hollandais une catégorie de dialectes parlés dans ces provinces.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des Pays-Bas.

Préhistoire et protohistoire[modifier | modifier le code]

Les Pays-Bas ont été habités depuis la dernière période glaciaire.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Plusieurs peuplades habitaient le territoire actuel des Pays-Bas et de la Belgique. Outre les Belgae et les Frisons, les Francs et les Saxons, il y avait les Bataves[11], qui furent par la suite assimilés par les Francs saliens.

Jules César conquit les Pays-Bas autour de l'année 58 avant J.-C., ce qui en fit la frontière nordique de l'empire romain. Dans la Guerre des Gaules, Jules César ne fait aucune mention des Bataves[12]. La première référence aux Bataves remonte à l'an 12 avant J.-C.. Les Romains construisirent les premières villes et introduisirent, dans la région, l'écriture. La partie nord des Pays-Bas, qui était en dehors de l'Empire romain et où les Frisons vivaient, fut également fortement influencée par son puissant voisin méridional.

Des invasions au royaume des Francs[modifier | modifier le code]

La civilisation romaine céda la place aux peuples germaniques qui fusionnèrent avec les habitants pour former trois peuples : les Frisons le long de la côte, les Saxons dans l'Est et les Francs dans le Sud. La fin du royaume des Frisons survint en 734 à la bataille de Boarn, où les Frisons furent défaits par les Francs, qui conquirent la partie occidentale jusqu'à la Lauwers. Les Francs conquirent l'Est du Lauwers en 785, quand Charlemagne battit Widukind.

Saint-Empire romain germanique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saint-Empire romain germanique.
L'empire de Charlemagne après le Traité de Verdun de 843.

En 843, par le traité de Verdun, l'empire franc fut divisé en trois, la Francie occidentale (qui deviendra le royaume de France en 1205), la Francie médiane, du centre de l'Italie à la Frise, et la Francie orientale (communément nommée Germanie, noyau du futur Saint-Empire romain germanique). Le territoire des Pays-Bas actuels faisait partie de la Francie médiane, à l'exception de la rive gauche de l'Escaut (actuelle Flandre zélandaise). Celle-ci va rapidement disparaître : les terres néerlandaises contemporaines furent finalement annexées par l'Empire germanique (traités de Meerssen et de Ribemont). La plupart des Pays-Bas était occupée par le Viking jutes Rorik de Dorestad aux environs de 840 à 880. La suprématie des Vikings fut stoppée en 920 quand le roi Henri Ier de Germanie libéra Utrecht. Les Pays-Bas sont alors réintégrés dans le Saint-Empire entre les Xe et XIe siècles.

Une grande partie de l'ouest des Pays-Bas était à peine habitée entre la fin de la période romaine et autour de 1100. Vers 1000, les fermiers flamands et d'Utrecht commencèrent à acheter les terres marécageuses, à les assécher et à les cultiver. Ce processus se produisit rapidement et le territoire inhabité fut occupé en quelques générations. Des fermes indépendantes qui ne faisaient pas partie de villages étaient construites, ce qui était alors une chose unique en Europe. Avant cette période, la langue et la culture de la majeure partie des personnes qui habitaient dans l'actuelle région de Hollande étaient frisons, connu comme Frise occidentale (Westfriesland). La conquête de ces nouvelles terres progressant, la région devint la région de Hollande au XIIe siècle. Des villes surgissent et s'épanouissent, particulièrement dans le Comté de Flandre et dans le Duché de Brabant. Le Saint-Empire romain germanique ne pouvait pas maintenir l'unité politique. En plus de l'indépendance croissante des villes, les lois locales transformèrent les comtés et duchés en royaumes privés. Les divers États féodaux étaient dans un état de guerre presque continuel.

Des Pays-Bas bourguignons aux Pays-Bas espagnols[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Pays-Bas bourguignons et Pays-Bas espagnols.

Les provinces formant actuellement les Pays-Bas furent progressivement rassemblées, par mariage, achat ou conquête par les ducs de Bourgogne, qui contrôlent aussi, au sud, Anvers, première place boursière mondiale, plaque tournante entre l'Inde et l'Amérique. Cet ensemble passa par héritage à Charles Quint, descendant à la fois des ducs de Bourgogne et des Habsbourg. Marie de Bourgogne, la fille de Charles le Téméraire, avait épousé l'empereur Maximilien Ier. La Frise, l'Utrecht, le Groningue et les Ommelanden, Drenthe et la Gueldre sont rattachés progressivement au domaine des Habsbourg après des décennies de relations conflictuelles avec le duc de Gueldre. Sous le règne de Charles Quint, empereur du Saint-Empire romain germanique et roi d'Espagne, la région faisait partie des 17 provinces des Pays-Bas espagnols qui comprenait également la Belgique, le Nord-Pas-de-Calais actuel et une partie de la Picardie.

Provinces-Unies indépendantes[modifier | modifier le code]

Le pays en 1606.
Article détaillé : Provinces-Unies.

C'est en janvier 1579 que l'indépendance des Provinces-Unies est consacrée par l'Union d'Utrecht. La république ainsi créée comporte un ensemble de sept provinces (plus leurs dépendances) comportant chacune un parlement ainsi qu'un gouverneur. Ces provinces sont indépendantes les unes des autres, et peuvent lever les impôts ainsi que des armées séparément. La jeune république des Provinces-Unies ne sera reconnue qu'en 1596 par la France et en 1648 par l'Espagne. Dans le Sud des Provinces-Unies, le pays de la Généralité (comprend l'actuelle Zélande, Brabant-Septentrional) forme alors un glacis stratégique entre les Pays-Bas espagnols au sud, c'est-à-dire la Belgica Regia [13] (la future Belgique) et les Pays-Bas protestants et calvinistes au nord conduits par Amsterdam.

Le cas des Provinces-Unies à la fin du XVIe siècle est tout à fait particulier, puisque c'est le jeune stathouder Guillaume d'Orange qui va mener une véritable révolution partie de Bruxelles lors de l'exécution des chefs de la noblesse dressés contre le pouvoir espagnol. Il en résultera une guerre connue sous le nom de guerre de Quatre-Vingts Ans de 1568 à 1648, conduisant les Néerlandais à l'indépendance de la couronne d'Espagne. Dès lors, les Pays-Bas vont entrer dans la période du « Gouden Eeuw », un âge d'or caractérisé par la prospérité économique et culturelle de la république néerlandaise et par une urbanisation précoce doublée d'un essor démographique soutenu en Hollande et en Zélande.

République batave et royaume de Hollande[modifier | modifier le code]

Après avoir été transformé dans un premier temps en république batave, dans un deuxième en royaume de Hollande, puis intégré dans l'empire français sous Napoléon, un éphémère royaume unifié des Pays-Bas fut créé avec la Belgique en 1815 à la suite du Congrès de Vienne. Le duché de Luxembourg fut élevé au rang de grand-duché. Guillaume VI d'Orange, fils du stathouder Guillaume V des Provinces Unies, devient Guillaume Ier, roi des Pays-Bas et grand duc de Luxembourg. Guillaume reçoit le Luxembourg à titre personnel comme compensation pour la perte de ses territoires allemands (Nassau et Fulda).

Royaume des Pays-Bas[modifier | modifier le code]

ProvincesOfTheNetherlands.gif

Le royaume des Pays-Bas a été fondé lors du congrès de Vienne de 1815 sous le nom de « Royaume-Uni des Pays-Bas ». Il rassemblait alors les actuels territoires du Benelux ainsi que les colonies néerlandaises, dont la plus importante était les Indes orientales néerlandaises, actuelle Indonésie. Son premier roi fut Guillaume d'Orange-Nassau, un des vainqueurs de la bataille de Waterloo. Le royaume avait deux capitales : Amsterdam et Bruxelles. En 1830, la Belgique se souleva. Peuplée surtout de catholiques, elle supportait mal le règne du protestant Guillaume Ier, mais aussi sa politique d'imposition de la langue néerlandaise comme seule langue officielle. C'est la révolution belge de 1830 qui aboutit à la création du nouveau royaume de Belgique, qui intégrait également le Luxembourg. La convention de Zonhoven en 1833, met fin officiellement au conflit. Le grand duché resta intégré à la Belgique jusqu'en 1839, date à laquelle sa moitié orientale fut érigée en État indépendant, le grand-duché de Luxembourg, membre de la confédération germanique. Ce nouvel état et le royaume des Pays-Bas restèrent toutefois jusqu'en 1890 en union personnelle, c'est-à-dire partageant le même souverain. Le traité sur le tracé des frontières avec la Belgique date de 1843.

La Seconde Guerre mondiale qui vit l'effondrement de l'armée néerlandaise et le contrôle de ses colonies orientales par les Japonais, marqua le déclin de l'antique puissance commerciale néerlandaise. En 1945 l'indépendance de l'Indonésie fut proclamée par Sukarno soutenu par les Japonais qui avaient décrété l'indépendance du pays après l'avoir occupé en 1941. Il s'ensuivit un conflit de quatre ans au terme duquel les Pays-Bas furent conduits à reconnaître l'indépendance indonésienne. D'autre part, en 1948, les Pays-Bas approuvèrent le principe d'une autonomie des Antilles néerlandaises, autonomie qui fut proclamée en 1954 (État fédéral autonome des Antilles néerlandaises). Le royaume compte depuis cette date plusieurs entités autonomes égales en droit et comportant chacune une constitution propre. En 1962 la Nouvelle-Guinée néerlandaise, maintenue un temps sous la coupe néerlandaise, rejoint l'Indonésie et devient sa province de Nouvelle-Guinée occidentale ; ceci intervient après une tentative de débarquement indonésien pour garantir son rattachement et éviter une indépendance de ladite province, puis un passage provisoire sous l'égide de l'autorité exécutive temporaire des Nations unies. En 1975 la Guyane néerlandaise, actuel Suriname, prit son indépendance du royaume. L'île d'Aruba se détacha des Antilles néerlandaises en 1986 pour former la troisième entité du royaume. Le 10 octobre 2010, les Antilles néerlandaises sont finalement dissoutes, faisant de Curaçao et de Saint-Martin des États autonomes propres comme Aruba avant eux. Bonaire, Saba et Saint-Eustache, qui faisaient alors également partie des Antilles néerlandaises, intègrent le pays européen en tant que municipalités à caractère particulier sous le nom de Pays-Bas caribéens ou îles BES.

En 2013, le Royaume des Pays-Bas est donc constitué des entités autonomes suivantes : les Pays-Bas (y compris les Pays-Bas caribéens), Aruba, Curaçao et l'État de Saint-Martin.

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique aux Pays-Bas.

Chef de l’État[modifier | modifier le code]

Article connexe : Famille royale néerlandaise.
Willem-Alexander des Pays-Bas, roi des Pays-Bas depuis 2013.

Les Pays-Bas sont une monarchie constitutionnelle héréditaire depuis 1815, après avoir été une république entre 1581 et 1806, puis occupés par la France entre 1806 et 1815. La Constitution (Grondwet) a été adoptée en 1815. En 2015, sera célébré le bicentenaire de la démocratie néerlandaise. La famille royale est de confession protestante réformée. Hommes et femmes peuvent accéder au trône. Après les rois Guillaume Ier (1815-1840), Guillaume II (1840-1849) et Guillaume III (1849-1890), la régente Emma et les reines Wilhelmine (1898-1948), Juliana (1948-1980) et Beatrix (1980-2013), c'est depuis 2013 que le roi Willem-Alexander est le chef de l'État néerlandais. Après lui, le prochain souverain devrait être la princesse Catharina-Amalia, fille aînée du roi Willem-Alexander.

Constitutionnellement, le roi, ou la reine est le chef de l'État et a un rôle dans la formation du gouvernement et dans le processus législatif. La signature royale auprès de celle d'au moins un ministre est indispensable pour valider toute loi. Le roi est également ex officio président du Conseil d'État (Raad van State), un organe qui conseille le gouvernement sur chaque loi et qui est le tribunal suprême en matière de droit administratif. Depuis la reine Wilhelmine, celles qui lui ont succédé veillent à ne pas paraître montrer une faveur particulière envers l'un ou l'autre opinion politique. Pourtant, la monarchie joue un rôle central dans la formation d'un gouvernement après des élections générales ou une crise gouvernementale. Comme les gouvernements de coalition entre deux partis ou plus sont, la plupart du temps la règle, parce qu'aucun parti n'obtient plus la majorité absolue depuis longtemps, la nomination du premier ministre par le pouvoir royal a de l'influence sur la politique du gouvernement pour les années à venir. Autrefois, le pouvoir royal intervenait dans le choix des ministres proposé par le premier ministre. Mais, actuellement, le formateur une fois nommé, il dirige les négociations avec les partis politiques, après avoir consulté les leaders de tous les partis représentés au parlement. Lorsque les négociations sont terminées, le gouvernement est nommé sur la base de la formation bâtie par le premier ministre. Lorsqu'un gouvernement tombe, le premier ministre doit présenter sa démission.

Pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Mark Rutte, ministre-président des Pays-Bas depuis 2010.

Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement, qui est dirigé par le ministre-président. La seconde Chambre étant élue au scrutin proportionnel intégral, les Pays-Bas sont toujours dirigés par un gouvernement de coalition quoique cela ne soit pas une obligation constitutionnelle. Mais, depuis longtemps, le corps électoral n'accorde plus la majorité absolue à un parti pour lui permettre de gouverner seul. L'actuel ministre-président est le libéral Mark Rutte, qui dirige un gouvernement minoritaire entre le Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD) et l'Appel chrétien-démocrate (CDA). Bien que le ministre-président soit le premier représentant du pays à l'étranger, il est souvent accompagné du roi (ou de la reine) pour les questions diplomatiques, sécuritaires, ou encore environnementales.

Collectivités locales[modifier | modifier le code]

Le Royaume des Pays-Bas est composé de 12 provinces et de trois territoires insulaires dans les Antilles. Chaque province est gouvernée par un commissaire de la Reine nommé par le souverain et par un corps législatif (les États provinciaux) élu par le peuple. Comparativement aux provinces du Canada ou aux États des États-Unis, les provinces néerlandaises ne disposent pas de pouvoirs très étendus, bien que chacune d'entre elles possède son parlement local ; il s’agit de pouvoirs administratifs qui assurent la liaison entre l'État et les communes. En fait, l'essentiel des pouvoirs juridique, politique et financier est exercé par le gouvernement central, et non par les gouvernements provinciaux. Les municipalités, pour leur part, sont dirigées par un conseil élu par le peuple et un burgemeester (maire) nommé par le souverain. La ville d'Amsterdam reste la capitale politique et économique du pays, mais le siège du gouvernement est à La Haye.

Pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Les États généraux du Royaume des Pays-Bas, en néerlandais Staten-Generaal, sont le parlement des Pays-Bas. Ils comprennent deux chambres : La première, la seconde Chambre, est la chambre basse du parlement des Pays-Bas. Elle est élue pour quatre ans. Elle comprend 150 membres élus au suffrage universel direct, au scrutin proportionnel. Elle possède de prérogatives plus importantes que le sénat. C'est dans la seconde Chambre que se forment, et tombent, les coalitions de gouvernement. Les ministres sont également politiquement responsable devant celle-ci. Un ministre ou un gouvernement ne peut pas se maintenir sans le soutien d'une majorité à la Deuxième Chambre. La Deuxième Chambre possède trois fonctions principales qui incluent : contrôle du Gouvernement, colégislateur (avec le Gouvernement et la Première Chambre) et représentation de la population.

La première Chambre des États généraux est la chambre haute du parlement des Pays-Bas. Elle est élue pour quatre ans. Elle comprend soixante-quinze membres élus au suffrage universel indirect par les douze provinces du royaume. La dissolution de la seconde Chambre entraîne celle de la première Chambre. La Première Chambre dispose de moyens de contrôle de l'exécutif communs avec la Deuxième Chambre. Le rôle de la Chambre haute dans le vote de la loi est restreint par rapport à celui de la Chambre basse. Les projets de loi lui sont transmis après approbation par cette dernière. Elle ne peut pas amender le texte, mais seulement l'approuver ou le rejeter.

Institutions européennes et internationales[modifier | modifier le code]

Les Pays-Bas sont membres fondateurs de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), de l'Union européenne (UE) et de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Les Pays-Bas abritent le siège de nombreuses organisations internationales, notamment à caractère juridique :

Ils abritent également deux organisations européennes : Europol et Eurojust.

Géographie[modifier | modifier le code]

Terre au-dessus du niveau de la mer.

Les Pays-Bas sont un pays d'Europe situé entre l'Allemagne et la Belgique.

Emplacement 
Europe de l'Ouest. Les Pays-Bas sont délimités au nord et à l'ouest par la mer du Nord, au sud par la Belgique et à l'est par l'Allemagne.
Coordonnées géographiques 
52° 30′ N 5° 45′ E / 52.5, 5.75 ()
Surface
  • totale : 41 526 km2
  • terre : 33 883 km2
  • eau : 7 643 km2
Territoire maritime
Territoire sous le niveau de la mer 
le quart du territoire se situe sous le niveau de la mer et atteint même moins 6,76 mètres, record en Europe. Or, d'après les scientifiques, les terres de très basse altitude (en dessous de 10 mètres) pourraient être très vite affectées par la montée des océans. Le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur le climat) considère d'ailleurs le delta du Rhin comme l'un des plus vulnérables du monde.
Climat 
Tempéré océanique, été frais et hiver assez marqué.
Moulin à Workum.
Territoire 
Principalement littoral ou gagné sur la mer (polders), vallonné dans le sud-ouest.
Points culminants
Ressources naturelles 
Gaz naturel, pétrole, agriculture.

Inondations[modifier | modifier le code]

De mémoire d'hommes la lutte contre les eaux a toujours été présente, l'aspect du littoral néerlandais a été considérablement modifié en raison de catastrophes naturelles et de l'intervention humaine. Une perte de terre notable eut lieu avec la tempête de 1134, qui créa l'archipel de la Zélande dans le Sud-Ouest. Lors de plusieurs inondations mémorables dont celle de la Sainte-Lucie, la mer du Nord envahit la partie centrale du pays absorbant le lac Flevo pour former le Zuiderzee.

Oosterscheldekering, un barrage anti-tempête du plan Delta

En 1421, l'inondation de la Sainte-Élisabeth fit céder les digues à plusieurs endroits. Ces dernières n'étaient plus convenablement entretenues car le pays était alors en pleine guerre civile (rivalités entre les Hameçons et les Cabillauds). Cette inondation remplaça le polder nouvellement asséché par une véritable mer intérieure. Les terres submergées alors sont encore aujourd'hui sous les eaux. Le Parc national De Biesbosch en fait partie. Les parties qui ont été regagnées sur les eaux sont l'île de Dordrecht, l'île de Hoeksche Waard et une pointe au nord-ouest du Brabant-Septentrional.

Dans la nuit du 31 janvier au 1er février 1953, de nombreuses digues des provinces de Zélande, de Hollande-Méridionale et du Brabant-Septentrional n'ont pas résisté à la combinaison des grandes marées et d'une tempête venant du nord-ouest. Sur les îles et sur le continent, de vastes zones du pays furent complètement inondées. Pour éviter que de pareilles catastrophes se reproduisent, un ambitieux projet fut imaginé et mis en œuvre : le Plan Delta, entre 1950 et 1997, des barrages, des écluses, des digues, et des barrières pour contrer les montées subites d'eau furent construits dans le sud-ouest des Pays-Bas pour protéger de vastes zones de terre contre la mer.

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Depuis le 10 octobre 2010, le « royaume des Pays-Bas » (Koninkrijk der Nederlanden) est composé de :

Les autres îles ayant appartenu aux Antilles néerlandaises (Bonaire, Saba et Saint-Eustache) sont des communes à statut particulier mais intégrées aux Pays-Bas.

Provinces[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Provinces des Pays-Bas.
Carte des Pays-Bas.

La partie européenne du royaume (les Pays-Bas proprement dits) est composée de douze provinces.

Les douze provinces des Pays-Bas
Drapeau Province Capitale Superficie Population Densité
Flag Drenthe.svg Drenthe Assen 2 641 486 197 184
Flevolandflag.svg Flevoland Lelystad 1 417 374 424 264
Frisian flag.svg Frise Leeuwarden 3 341 642 209 192
Gelderland-Flag.svg Gueldre Arnhem 4 971 1 979 059 398
Flag Groningen.svg Groningue Groningue 2 333 573 614 246
NL-LimburgVlag.svg Limbourg Maastricht 2 150 1 127 805 525
North Brabant-Flag.svg Brabant Septentrional Bois-le-Duc 4 916 2 419 042 492
Flag North-Holland, Netherlands.svg Hollande-Septentrionale Haarlem 2 671 2 613 070 978
Flag of Overijssel.svg Overijssel Zwolle 3 325 1 116 374 336
Utrecht (province)-Flag.svg Utrecht Utrecht 1 385 1 190 604 860
Flag of Zeeland.svg Zélande Middelbourg 1 787 380 497 213
Flag Zuid-Holland.svg Hollande-Méridionale La Haye (Den Haag) 2 814 3 455 097 1228

Territoires d'outre-mer[modifier | modifier le code]

Le royaume des Pays-Bas comprend trois territoires insulaires dans les Antilles : Aruba, Curaçao et Saint-Martin. Les Antilles néerlandaises avaient annoncé vouloir réformer leur statut. Un référendum local aux Antilles a approuvé le changement qui a été inscrit et ratifié dans la constitution du Royaume. Les Antilles ont commencé leur réforme le 1er juillet 2007 : Saint-Martin et Curaçao ont obtenu transitoirement le statut de collectivités reconnues, avant de devenir en octobre 2010 des territoires autonomes dans le Royaume, comme Aruba.

Les autres îles des Antilles néerlandaises, Bonaire, Saba et Saint-Eustache (Pays-Bas caribéens) deviennent des municipalités des Pays-Bas à statut particulier. L'administration de ces trois îles est partagée entre l'Office national des Pays-Bas caribéens (en néerlandais Rijksdienst Caribisch Nederland) et l'administration locale.

Villes[modifier | modifier le code]

Densité aux Pays-Bas
Rang Ville Province Population
1 Amsterdam Hollande-Septentrionale 790 044
2 Rotterdam Hollande-Méridionale 617 347
3 La Haye Hollande-Méridionale 502 243
4 Utrecht Utrecht 316 277
5 Eindhoven Brabant-Septentrional 217 120
6 Tilburg Brabant-Septentrional 206 004
7 Almere Flevoland 195 016
8 Groningue Groningue 192 735
9 Bréda Brabant-Septentrional 175 565
10 Nimègue Gueldre 163 259
11 Apeldoorn Gueldre 159 108
12 Enschede Overijssel 154 753

Économie[modifier | modifier le code]

Le port de Rotterdam est le plus grand port d'Europe.

Les industries les plus importantes sont le secteur de l'agroalimentaire, de la chimie, du raffinage du pétrole, et des machines électriques. L'agriculture est très mécanisée et emploie à peine 4 % de la population active. Les Pays-Bas sont le deuxième pays exportateur [14] de produits agricoles du monde. La grande activité de l'agriculture néerlandaise reste l'élevage qui occupe près de la moitié des exploitations. En nombre d'exploitations, l'horticulture et le maraîchage occupent le deuxième rang. Le pays a connu l'une des premières bulles spéculatives : la tulipomanie.

La vente tolérée de cannabis via les coffee shops représente une rentrée d'argent non négligeable dans la mesure où de nombreux étrangers (issus principalement de la Belgique, la France et l'Allemagne) viennent faire leur petit achat car les lois de leurs pays respectifs ne leur permettent pas de s'en procurer légalement[15]. Les Pays-Bas sont un membre fondateur de l'Union européenne. Le florin a été remplacé par l'euro le 1er janvier 1999, et entrèrent en circulation le 1er janvier 2002. Le taux de chômage en 2005 est de 7,3 % de la population active[16].

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie des Pays-Bas.
Des Néerlandais fêtant le koninginnedag (fête de la Reine) à Amsterdam.

Au premier janvier 2012, les Pays-Bas comptaient 16 730 348 habitants, soit environ 75 000 habitants de plus qu'un an auparavant, une augmentation de 0,45 %. L'accroissement constaté depuis janvier de l'année précédente était dû à un solde naturel et à un solde migratoire positifs.

Longtemps dans le peloton de tête des pays ouest-européens pour l'importance de sa croissance démographique (après l'Islande, l'Irlande et le Portugal), la situation des Pays-Bas a radicalement changé et il semble que l'on s'achemine progressivement vers une stagnation du nombre d'habitants, surtout si l'immigration, intense au cours des deux dernières décennies du XXe siècle, cesse de soutenir une fécondité devenue aujourd'hui plus basse que par le passé. Avec plus de quatre cents habitants par kilomètre carré, les Pays-Bas font partie des pays les plus densément peuplés d'Europe.

Éducation[modifier | modifier le code]

Le système éducatif néerlandais[17] est plus libre[réf. insuffisante][18] que celui de ses voisins européens. Il est également particulièrement performant[19]. On trouve de nombreuses universités réputées, et notamment l'Université d'Utrecht. L'Anglais est appris dès la maternelle, et est suivi de près par l'Allemand, dès l'école secondaire.

Une grande partie des Néerlandais – surtout les jeunes – savent parler l'anglais en seconde langue, et cette langue est très présente dans l'administration, l'armée, et les forces de l'ordre (dont la police). Une grande partie des étrangers s'expriment dans cette langue sans difficultés de compréhension de la part de leurs interlocuteurs néerlandais.

Défense[modifier | modifier le code]

Les Pays-Bas sont membres de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN). L'armée néerlandaise comptait en 1995 : 70 000 hommes (43 200 dans l'armée de terre, 14 300 dans la marine et 12 500 dans l'aviation), dont une moitié environ d'appelés. Les dépenses engagées pour la défense du pays représentaient environ 2,1 % du produit intérieur brut (PIB), en 1995.

Culture[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Culture des Pays-Bas et Musique néerlandaise.

Fêtes en jours fériés[modifier | modifier le code]

Date

Nom français

Nom local

Remarques

1er janvier Jour de l'an Nieuwjaarsdag
Mars / avril Vendredi saint Goede Vrijdag Ce jour est laissé à la discrétion de l'employeur.
Mars / avril Pâques Pasen Le lundi de Pâques est chômé.
30 avril Jour de la reine Koninginnedag À l'origine, cette fête avait lieu le jour de l'anniversaire de la reine. Aujourd'hui, elle a lieu à une date fixe correspondant à l'anniversaire de la reine Juliana. Si le 30 avril tombe un dimanche, Koninginnedag est décalé au 29 avril.
4 mai Jour des morts Dodenherdenking Jour des morts de guerre. Ce jour n'est pas chômé.
5 mai Jour de la libération Bevrijdingsdag Commémoration de la capitulation allemande de la Seconde Guerre mondiale. Ce jour est chômé tous les cinq ans.
40 jours après Pâques Ascension Hemelvaartsdag
7 semaines après Pâques Pentecôte Pinksteren Le lundi de Pentecôte est chômé.
5 décembre Saint Nicolas Sinterklaas Sinterklaas n'est pas un jour férié, mais il est fêté la veille au soir (Pakjesavond) ; cette fête est largement célébrée.
25 et 26 décembre Noël Kerstmis
Quelques symboles de la culture néerlandaise.

Religion[modifier | modifier le code]

Selon les statistiques néerlandaises et sur une étude de 2005/06 [20], 42 % des Néerlandais se déclaraient sans religion, 29 % catholiques, 19 % protestants, 5 % musulmans et 5 % d'une autre religion.

Les Pays-Bas comptent cinquante mille musulmans alevis bektachi[21].

Littérature[modifier | modifier le code]

Les quatre écrivains néerlandais les plus connus sont sans doute Harry Mulisch, Willem Frederik Hermans, Gerard Reve et Hella Haasse. La découverte du ciel par Harry Mulisch, s'il n'est pas le roman le plus connu, il est par vote reconnu comme le meilleur roman néerlandais de tout temps.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Danse[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Parmi de nombreux genres musicaux, les Pays-Bas sont le berceau d'un genre de musique électronique actuellement connu sous les termes de hardcore et gabber. Ce style musical est né au début des années 1990 au Parkzicht, une boîte de nuit de Rotterdam. Il s'est par la suite étendu en Écosse et dans le nord de l'Europe entre 1994 et 1995[22] ; des singles notables tels que I Wanna Be a Hippy du groupe Technohead[23], ou Have You Ever Been Mellow du groupe Party Animals, qui ont atteint les classements musicaux néerlandais et européens ont contribué à la popularisation du genre. En parallèle, des festivals ou « events » comme Thunderdome, premier du genre créé en 1992, populariseront massivement le gabber au sein de la jeunesse néerlandaise, donnant naissance au mouvement gabber.

Initialement nommé hardcore house, le style des premiers temps possède un tempo rapide et des mélodies dites happy (« joyeuses »). Seulement, avec la crise et les controverses publiques et politiques qui ont engendré une importante baisse de popularité parmi l'audience à la fin des années 1990[24]. Par la suite, à compter de 2001, les compositions divergent, distinguant le early hardcore, conforme au modèle initial, du « gabber nustyle », rebaptisé mainstream hardcore, au son plus dark et au tempo moins rapide. Les deux genres sont confondus sous le terme de gabber.

Plusieurs célèbres DJ de musique électronique (house, trance…) sont de nationalité néerlandaise. Parmi eux, on peut citer Armin Van Buuren,Tiësto, Hardwell, Afrojack, Sander Van Doorn, Fedde Le Grand, Nicky Romero, Dyro, Dannic, Martin Garrix…

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le plus important festival de cinéma aux Pays-Bas est le Festival international du film de Rotterdam (IFFR). Ce festival, un des plus populaires en Europe ne juge que les deux premiers longs métrages d'un auteur. L'autre festival d'importance internationale est le Festival international du film documentaire d'Amsterdam (IDFA). Il est considéré comme le plus important festival de films documentaires au monde.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Environ onze millions de touristes se rendent chaque année aux Pays-Bas, généralement dans l'une des deux provinces de la Hollande (Méridionale ou Septentrionale), le reste du pays étant moins couru. Dix milliards d'euros sont dépensés chaque année par ces visiteurs en souvenirs et autres marchandises. Le tourisme est une source importante de revenus pour le pays. Les destinations les plus appréciées sont Amsterdam, Rotterdam et La Haye. Les gens se rendant aux Pays-Bas nourrissent généralement le désir de voir les canaux, les maisons avec le pignon en façade (comme à Amsterdam) et les célèbres moulins, s'ils ne s'y rendent pas pour des affaires (Rotterdam, Amsterdam et La Haye disposent de grands quartiers financiers, siège de nombreuses entreprises néerlandaises ou internationales). Ils sont là aussi pour déguster les bières et les fromages typiques du pays. La côte néerlandaise est visitée principalement par les habitants du pays, même s'il n'est pas impossible d'y croiser des étrangers. En sus du néerlandais, les habitants parlent également en grande majorité l'anglais, la plupart comprennent l'allemand, et se débrouillent en français, ce qui rend la communication aisée.

Le pays est également connu pour le tourisme de la drogue. En effet, les étrangers se rendent aux frontières, où ils achètent du cannabis dans les coffee shops, chose que les dirigeants voudraient bien faire cesser c'est-à-dire limiter ce droit aux Néerlandais ou fermer les coffee shops se situant aux frontières[25],[26] malgré l'apport conséquent de devises que procure au pays l'existence de ce commerce.

Gastronomie, cuisine et produits[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine néerlandaise.

Le petit déjeuner et le déjeuner néerlandais sont des repas à base de tranches de pain à tartiner avec du fromage, des tranches de viande froide, ou des gourmandises telles que la confiture, le rinse appelstroop (un sirop de pomme qui se tartine), le pindakaas (beurre d'arachide à tartiner), le hagelslag (des vermicelles au chocolat à saupoudrer sur une tartine beurrée). Le tout servi avec du lait, du thé, et/ou du café.

Pour le dîner, le plat principal est composé selon la « règle de trois » (1) d'une source de protéines (viande, œuf ou poisson), (2) d'un féculent (pommes de terre, riz ou pâtes) et (3) d'un ou plusieurs légumes verts. Surtout en hiver, le stamppot, une purée de légumes et de pommes de terre, accompagnée de viande, est très apprécié. Les frites, accompagnées d'une sauce mayonnaise, sont aussi très appréciées. De nombreux snackbars servent des frites, en plus des croquettes, des fricandelles, des soufflés au fromage et bien d'autres snacks chauds. Dans ces snackbars, mais aussi dans les gares il y a même des distributeurs automatiques de snacks chauds.

Le pays produit de nombreux fromages, comme le gouda, le leidse kaas (une forme de komijnekaas, fromage au cumin), l'edam, la mimolette ou encore le hollandse gatenkaas (dont le Leerdammer).

Beaucoup de spécialités néerlandaises sont méconnues internationalement. Assez célèbres sont les maatjes qui consistent en une dégustation de harengs marinés que l'on tient par la queue avant de les avaler. Les moules frites sont un plat typiquement néerlandais et belge (la plupart des moules vendues en Belgique viennent de Zélande). Les poissons comme la sole ou le haddock sont également très appréciés. Les Pays-Bas sont également un pays de bière, on y trouve l'une des sept fabriques de bières trappistes (La Trappe), les six autres se trouvant en Belgique. Les différentes bières sont Bavaria, Grolsch, Hertog Jan, Amstel, Amsterdam, Heineken, ou encore Dommelsch. Le jenever (genièvre) est un alcool typique des Pays-Bas, décliné en plusieurs parfums tel le cassis ; sur les marchés de Noël à côté des baraques servant du vin chaud, il y a aussi des baraques servant du genièvre chaud.

Les Pays-Bas ont une longue tradition de café, par exemple la marque Douwe Egberts est distribuée en Europe. Rarement bu noir, le café est soit servi noir avec de la crème servie séparément soit amélioré[27]. Le thé est aussi très apprécié des Néerlandais, en raison de circonstances historiques, et se déguste généralement avec le typique appelgebak (sorte de gâteau aux pommes avec de la cannelle) généralement servi avec de la crème chantilly.

Il existe de nombreuses pâtisseries dont la plus emblématique est sûrement le spéculoos, un petit biscuit croquant à la cannelle. Comme en Allemagne, la cannelle est très présente dans la pâtisserie néerlandaise, également beaucoup de petits gâteaux secs comme les bredele alsaciens. Une spécialité des Pays-Bas est la gaufrette au caramel, le stroopwafel, qui se fait partout dans le pays et que l'on peut déguster chaude sur les marchés.

Codes[modifier | modifier le code]

Les Pays-Bas ont pour codes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article 32 de la loi fondamentale
  2. Siège du gouvernement et de l'Assemblée nationale à La Haye
  3. Main indicators of the Netherlands, CBS, mars 2012
  4. Indicateurs internationaux de développement humain
  5. Avant 2002, la monnaie était le Florin néerlandais.
  6. Dollar américain pour les Pays-Bas caribéens
  7. .an, .bq pour les Pays-Bas caribéens, ainsi que .eu (partagé avec les autres pays de l’Union européenne).
  8. 599 pour les Pays-Bas caribéens
  9. Belgica Regia & Belgica Foederata, Joan Blaeu, P.C.J. van der Krogt, Ed. Taschen, 2006 (ISBN 978-3-8228-5103-6)
  10. Une explication erronée de cet abus de langage serait la fondation du royaume de Hollande en 1806 par Napoléon Ier qui succéda à la République batave. Le royaume de Hollande englobait alors une grande partie des Pays-Bas actuels et le nom Hollande désigna le pays dans son ensemble. En réalité, dès l'époque des Provinces-Unies, le terme était d'usage courant et Louis XIV combattait « les Hollandais ». Dans de nombreuses autres langues européennes et extra-européennes, le terme traduisant Hollande est le seul pour désigner l'ensemble des Pays-Bas.
  11. qui furent par la suite considérés, selon des vues nationalistes, comme les ancêtres des Néerlandais, comme le montre le choix du nom de la République batave
  12. L'allusion relevée dans le livre IV est « considérée comme apocryphe » (Christophe de Voogd, Hatier, p. 29)
  13. Belgica Regia & Belgica Foederata, Joan Blaeu, P. C. J. van der Krogt, Ed. Taschen, 2006 (ISBN 978-3-8228-5103-6);
  14. [1]
  15. Le cannabis rapporte deux milliards d'euros à l'agriculture néerlandaise, NRC Handelsblad.
  16. Le Monde, 15 septembre 2005, archive Web (lien payant).
  17. Système éducatif
  18. Le café pédagogique
  19. Office fédéral de la statistique Suisse (page 4)
  20. Du site web "Statistics Netherlands", www.cbs.nl.
  21. http://www.forum.nl/pdf/factbook-islam-en.pdf
  22. (en) Jeremy Gilbert et Edward Pearson, Dance music, culture and the politics of sound, Londres (Royaume-Uni),‎ 1999 (ISBN 0-415-17032-X, lire en ligne), p. 95
  23. (en) « A brief summary of Michael Wells' work to date Music & Sound », sur Dataflow (consulté le 9 janvier 2013)
  24. (en) « 28.11.1998: THUNDERDOME ‘98 FEC Expo Leeuwarden », sur Thunderdome (consulté le 28 décembre 2012)
  25. le parlement discutant le tourisme de la drogue
  26. politique néerlandaise de restriction de drugstourisme devant la cour de justice européen
  27. Les habitudes alimentaires des Néerlandais [2], Source : "Maison de la France"

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Pays-Bas.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]