Championnat de France de basket-ball

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pro A.

Pro A

alt=Description de l'image Logo ProA.jpg.
Généralités
Sport basket-ball
Création 1921 (91 éditions)
Autre(s) nom(s) Excellence (1921-1949)
Nationale (1949-1963)
1re division (1963-1965)
Nationale 1 (1965-1987)
Nationale 1A (1987-1992)
Nationale A1 (1992-1993)
Organisateur(s) Ligue nationale de basket-ball
Catégorie 1re division
Périodicité annuelle
Lieu Drapeau de la France France
Participants 18
Statut des participants Professionnel
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Limoges CSP
Plus titré(s) ASVEL (17)
Limoges CSP (10)
Pau-Lacq-Orthez (9)
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la compétition en cours voir :
Championnat de France de basket-ball de Pro A 2014-2015

Le championnat de France de basket-ball, dénommé Pro A depuis 1993, est une compétition annuelle mettant aux prises les seize meilleurs clubs professionnels de basket-ball en France. Le premier titre de champion de France est décerné en 1921. Depuis 1987, c'est la Ligue nationale de basket-ball qui organise la compétition[1].

Au cours de sa longue histoire, le championnat de France a été marqué à plusieurs reprises par des cycles de domination de certains clubs. Dans l'ordre chronologique, on relève l'hégémonie du Foyer alsacien Mulhouse (1924-1931), puis celles de l'ASVEL Lyon-Villeurbanne (années 1950, 1960 et 1970), du Limoges CSP et de l'Élan béarnais Pau-Orthez (année 1980 et 1990). Depuis quelques saisons, le championnat de France se caractérise par une grande incertitude et une hiérarchie fluctuante puisque 10 clubs différents ont été sacrés entre 2004 et 2014.

Sa formule a beaucoup évolué au cours de l'histoire (voir ci-dessous historique). Actuellement, il se déroule en deux phases : une phase appelée saison régulière où chaque équipe s'affronte en match aller et retour et une phase finale de série éliminatoire appelée playoffs regroupant les huit meilleures équipes de la saison régulière, se jouant au meilleur des trois matchs en quart et demi-finales, puis au meilleur des cinq matchs en finale, depuis 2013. Les deux derniers sont relégués en Pro B et sont remplacés par l'équipe classée première de Pro B à l'issue de la saison régulière et par le vainqueur des playoffs de Pro B[1].

Le CSP Limoges est l'actuel tenant du titre. Le club le plus couronné de toute l'histoire sportive est l'ASVEL Lyon-Villeurbanne avec 17 titres cumulés.

Historique[modifier | modifier le code]

Ère amateur (1921-1987)[modifier | modifier le code]

Finale du championnat 1928 entre le Foyer Alsacien Mulhouse et Roubaix.

Le championnat de France de basket-ball se dispute déjà avant la Grande Guerre, mais la multiplication des fédérations rend la lecture des palmarès peu aisée. Il faut d’ailleurs attendre 1949 pour voir la mise en place du championnat moderne, même si un champion de France est officiellement désigné depuis 1921. Entre 1949 et 1956, le championnat est officiellement dénommé Prix Dubonnet, du nom de la marque de spiritueux qui parraine la compétition. Les équipes du championnat se concentrent alors essentiellement sur la région parisienne et comptent beaucoup de patronages. À la fin des années 1960, l'élite se développe dans d'autres régions françaises et se compose alors de plus en plus d'équipes de province. Le championnat change souvent de nom et de formule et son organisation demeure amateur durant de nombreuses années.

Ère professionnelle (depuis 1987)[modifier | modifier le code]

Logo de la LNB.

La création de la « Commission exécutive de haut-niveau » en 1985 doit permettre d'y remédier en instaurant une structure gérant les aspects sportifs et commerciaux du championnat. Le 27 juin 1987, le « Comité des Clubs de Haut Niveau » est ainsi créé, suivi dans la foulée de la mise en place d'un championnat professionnel à deux divisions de 16 clubs, la Nationale 1A et la Nationale 1B. Cet organisme devient quelques années plus tard, le 24 novembre 1990, la Ligue nationale de basket-ball (LNB)[2]. Lors de la saison 1992-1993, la Nationale 1A est rebaptisée Nationale A1. Ce nom ne perdure qu'une seule saison avant l'instauration, pour la saison 1993-1994, de l'appellation actuelle des championnats professionnels, la Pro A et la Pro B. En 2003, la Pro A passe de 16 à 18 clubs et ce durant trois saisons, avant de revenir à 16 clubs à compter de la saison 2006-2007, puis de nouveau à 18 clubs à partir de la saison 2014-2015.

Organisation du championnat[modifier | modifier le code]

Formule[modifier | modifier le code]

Match de Pro A au Palais des sports de Beaublanc à Limoges
Match de Pro A au Colisée de Chalon.

La formule retenue pour la désignation du champion de France de basket-ball et le nombre de clubs qui participent à la compétition ont changé à de très nombreuses reprises. Dans la plupart des éditions depuis 1949, le championnat se déroule en deux phases :

  • une phase appelée saison régulière où chaque équipe s'affronte en match aller et retour ;
  • une phase finale de série éliminatoire appelée playoffs regroupant les meilleures équipes de la saison régulière.

Depuis la saison 2006-2007 et le passage de l'élite de 18 à 16 clubs, le championnat se déroule de la façon suivante : Les seize équipes participant à la compétition s’affrontent en matches aller-retour, soit 30 matches de saison régulière. À l’issue des matchs aller, les équipes classées de 1 à 8 disputent la Leaders Cup. À la fin de la saison régulière, les équipes classées de 1 à 8 sont automatiquement qualifiées pour les quarts de finale des play-offs selon le schéma suivant :

  • le premier affronte le huitième (match 1)
  • le deuxième affronte le septième (match 2)
  • le troisième affronte le sixième (match 3)
  • le quatrième affronte le cinquième (match 4)

En demi-finales, le vainqueur du match 1 affronte le vainqueur du match 4 et le vainqueur du match 2 affronte le vainqueur du match 3. Chaque confrontation se dispute au meilleur des trois manches, c'est-à-dire que la première équipe à gagner deux matchs est qualifiée pour le tour suivant. Entre 2005 et 2012, les deux équipes victorieuses de ces demi-finales s’affrontent en finale sur une manche sèche au Paris-Bercy. Depuis 2013, la finale se déroule au meilleur des cinq manches. Le vainqueur de la finale est désigné champion de France[3].

À partir de la saison 2012-2013, le titre se joue en finale au meilleur des 5 matches : 2 matches chez le mieux classé, 2 matches chez le moins bien classé, et un éventuel cinquième match de nouveau chez le mieux classé[4].

Les clubs classés 15e et 16e à la fin de la saison régulière sont relégués en Pro B et sont remplacés par l'équipe classée première de Pro B à l'issue de la saison régulière et par le vainqueur des playoffs de Pro B. Si le club classé premier de la saison régulière est également champion, alors c'est l'équipe classée deuxième de Pro B qui monte en Pro A.

Alors que la LNB envisageait de revenir à un championnat comptant 18 clubs dès la saison 2013-2014, il reste finalement à 16 clubs, au moins pour cette saison. Le système d'invitation, à partir des candidatures reçues par la Ligue nationale de basket-ball et étudiées par une commission indépendante avec Serge Blanco à sa tête ne validant pas deux de celles-ci [5].

Finalement la saison 2014-2015 sera un championnat à 18 clubs. Les deux clubs accédant à la Pro A sont le Champagne Châlons Reims Basket et le SPO Rouen Basket[6].

Points au classement[modifier | modifier le code]

Depuis saison 1949-1950 et jusqu'à la saison 1987-1988, la victoire valait trois points, le match nul deux points et la défaite un point. La suppression du match nul lors de la saison 1988-1989 a entraîné l'instauration d'un nouveau barème. Une équipe marque deux points pour une victoire et un point pour une défaite lors de la saison régulière.

Match des champions[modifier | modifier le code]

Depuis 2005, le Match des champions oppose le champion de France en titre au vainqueur de la Coupe de France de la saison précédente. Dans le cas où un club a réalisé le doublé Championnat-Coupe, il est opposé au finaliste de la Coupe de France. Entre 2005 et 2008, le match est programmé lors de la première journée de Championnat Pro A. Depuis, il n'est plus intégré à la saison régulière et se déroule donc avant le coup d'envoi du championnat. Le vainqueur est récompensé par un trophée en forme de bouclier.

Saison Champion de France Vainqueur ou Finaliste de la Coupe de France Score
2005 Strasbourg IG BCM Gravelines Dunkerque 71 - 88
2006 Le Mans SB JDA Dijon 69 - 70
2007 Chorale de Roanne EB Pau-Orthez 74 - 79
2008 SLUC Nancy ASVEL 76 - 73
2009 ASVEL Le Mans SB 76 - 54
2010 Cholet Orléans 85 - 79 (a.p.)
2011 SLUC Nancy ES Chalon-sur-Saône 89 - 83
2012 ES Chalon-sur-Saône Limoges CSP 76 - 78
2013 JSF Nanterre Paris-Levallois 72 - 81
2014 Limoges CSP JSF Nanterre 54 - 70

All-Star Game & Leaders Cup[modifier | modifier le code]

Logo de la Leaders Cup en 2013.

La phase régulière du championnat est animée par deux évènements : le All-Star Game et la Leaders Cup.

Inauguré en 1987, le All-Star Game est un match de gala qui oppose depuis 1992 une sélection des meilleurs Français à une sélection des meilleurs étrangers du championnat. Depuis 2002, il est coorganisé par l'équipementier Nike et se déroule au Palais omnisports de Paris-Bercy, le dimanche entre Noël et Nouvel An. La manifestation, qui comporte également plusieurs concours (dunks, trois-points...) et diverses animations, est un grand succès populaire. Les sept dernières éditions se sont ainsi déroulées à guichets fermés[7].

Article détaillé : All-Star Game LNB.

Mise en place en 2003, la Semaine des As, devenue la Disneyland Paris Leaders Cup LNB en 2013, met aux prises les 8 premières équipes de Pro A à l’issue des matchs aller. Ce tournoi à élimination directe se déroule traditionnellement en février et, de par son format, favorise les surprises et les fins de matchs à suspens[8]. Il s'impose désormais comme le premier rendez-vous important de la saison pour les clubs. Le vainqueur gagne en effet un ticket en EuroChallenge, la troisième coupe européenne, pour la saison suivante.

Article détaillé : Leaders Cup de basket-ball.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Tableau d'honneur[modifier | modifier le code]

  • Palmarès des clubs champions de France de Pro A :
Équipes Titres Saisons
ASVEL Lyon-Villeurbanne 17 1949, 1950, 1952, 1955, 1956, 1957, 1964, 1966, 1968, 1969, 1971, 1972, 1975, 1977, 1981, 2002, 2009
Limoges CSP 10 1983, 1984, 1985, 1988, 1989, 1990, 1993, 1994, 2000, 2014
Élan Béarnais Pau-Orthez 9 1986, 1987, 1992, 1996, 1998, 1999, 2001, 2003, 2004
Foyer Alsacien Mulhouse 7 1924, 1925, 1926, 1928, 1929, 1930, 1931
Le Mans Sarthe Basket 4 1978, 1979, 1982, 2006
Paris Basket Racing 4 1951, 1953, 1954, 1997
Olympique d'Antibes 3 1970, 1991, 1995
Alsace de Bagnolet 3 1961, 1962, 1967
Paris Université Club 2 1947, 1963
Chorale Roanne Basket 2 1959, 2007
Stade français 2 1921, 1927
CAUFA Reims 2 1932, 1933
CA Mulhouse 2 1935, 1937
SCPO Paris 2 1936, 1938
FC Grenoble 2 1943, 1944
Étoile de Charleville-Mézières 2 1958, 1960
AS Berck 2 1973, 1974
ASPO Tours 2 1976, 1980
SLUC Nancy 2 2008, 2011
JSF Nanterre 1 2013
Élan Chalon 1 2012
Cholet 1 2010
SIG Strasbourg 1 2005
AS Denain Voltaire 1 1965
Stade Auto Lyon 1 1961
UA Marseille 1 1948
Championnet Sport 1 1945
Olympique Lillois 1 1934
EN Arras 1 1923
ICAM lille 1 1922

Bilan[modifier | modifier le code]

  • 31 équipes ont remporté au moins un titre de champion de France depuis la première édition du championnat en 1921. L'ASVEL Lyon-Villeurbanne est en tête du bilan avec 17 titres remportés. Le CSP Limoges est second avec 10 titres remportés et Pau-Orthez est troisième au classement avec 9 titres. Suit le FA Mulhouse avec 7 titres, dont 4 d'affilée entre 1928 et 1931, ce qui constitue le record de titres remportés consécutivement.

Joueurs[modifier | modifier le code]

Les plus titrés[modifier | modifier le code]

Le maillot de Richard Dacoury à Beaublanc.
  • Liste des joueurs ayant obtenu le plus de titres de champion de France :
Joueur Club(s) Titres
Richard Dacoury Limoges (8), Paris (1) 9
Alain Gilles Villeurbanne 8
Frédéric Fauthoux Pau-Orthez 7
Didier Gadou Pau-Orthez 7
Henri Grange Villeurbanne 7
Jean-Michel Sénégal Villeurbanne (2), Tours (2), Limoges (3) 7
André Buffière Lyon (1), Marseille (1), Villeurbanne (4) 6
Laurent Foirest Antibes (2), Pau-Orthez (3), Villeurbanne (1) 6
Raymond Sahy Villeurbanne 6

Récompenses individuelles[modifier | modifier le code]

Laurent Sciarra deux fois MVP français de Pro A.

Les titres de meilleur joueur (MVP) français et étranger, et de meilleur espoir sont remis depuis 1983 par le mensuel Maxi-Basket. La distinction de meilleur entraîneur est décernée depuis 1986 par le syndicat des coachs de basket (SCB) lors de la soirées des trophées LNB.

Entre 1994 et 2005, le quotidien L'Équipe procède également à son élection des meilleurs joueurs français et étrangers du championnat. Les résultats de ce scrutin figurent aussi au palmarès officiel de la LNB[9], ce qui explique que certaines saisons présentent deux lauréats.

MVP Français[modifier | modifier le code]

  • Liste des joueurs français ayant obtenu le plus de titres de MVP :
Joueur Club(s) Titres de MVP Saisons
Antoine Rigaudeau Cholet (4), Pau-Orthez (1) 5 1991, 1992, 1993, 1994, 1996
Stéphane Ostrowski Limoges 4 1986, 1988, 1989, 1990
Cyril Julian Nancy 3 2002, 2006, 2007
Jim Bilba ASVEL 3 1997[10], 1998, 2001
Yann Bonato Paris, Limoges 2 1995, 1997
Laurent Foirest Pau-Orthez 2 1999, 2004
Laurent Sciarra Paris, Gravelines 2 2003[10], 2005

MVP étranger[modifier | modifier le code]

  • Liste des joueurs ayant obtenu le plus de titres de MVP étranger :
Joueur Club(s) Titres de MVP Saisons
Don Collins Limoges 3 1988, 1989, 1990
Ed Murphy Limoges 3 1983, 1984, 1985
Michael Brooks Limoges 2 1991, 1992
Delaney Rudd ASVEL 2 1996, 1997
Michael Young Limoges 2 1993, 1994

Joueurs célèbres ou marquants[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Entraîneurs célèbres ou marquants de l'histoire du Championnat de France :

Rivalités et supporters[modifier | modifier le code]

La première rivalité du championnat de France oppose dans les années 1920 et 1930 le Foyer Alsacien Mulhouse et le Cercle athlétique mulhousien, deux clubs issus de la même ville. Le Foyer Alsacien remporte 7 titres entre 1924 et 1931, tandis que le Cercle athlétique est champion de France en 1935 et 1937. Dans les années 1950 et 1960, ce sont les derbys de la région Rhône-Alpes entre l'ASVEL et la Chorale de Roanne qui animent le championnat.

Le Palais des sports de Beaublanc est l'un des symboles de la rivalité entre le CSP et l'Élan béarnais.

Mais c'est dans les années 1980 que naît la plus grosse rivalité de l'histoire du basket français : le CSP Limoges contre l'Élan béarnais Orthez. Leurs affrontements durant les années 1980 et 1990 constituent les rencontres les plus populaires et prestigieuses du basket hexagonal. Elles sont disputées dans un climat passionnel, si bien que plusieurs bagarres émaillent les débats, notamment lors de la finale 1987 disputée à la Moutète d'Orthez, où les joueurs "confondent basket et pastèques", selon l'expression du journaliste Richard Diot[11]. Le titre se joue régulièrement entre ces deux formations qui, à l'époque, alimentent en grande partie l'effectif de l'équipe de France. Cette rivalité dynamise le championnat et lui donne un regain d'intérêt tout en en devenant l'un de ses premiers évènements médiatiques. Stéphane Ostrowski déclare à ce propos : « il y avait cette opposition qui était très forte parce que les joueurs étaient identifiés à leur club. Nous, on défendait nos couleurs et notre club même si ça peut paraître désuet comme principe. [...] On était tous très impliqués dans l’histoire de nos clubs respectifs. Il y avait vraiment un environnement très favorable à cette rivalité ». Celle-ci s'est peu à peu atténuée durant les années 2000, pour laisser place à une lutte entre l'ASVEL et Pau-Orthez, avant de retrouver de sa vigueur lors de la saison 2009-2010, les deux équipes se retrouvant à la lutte pour le titre de Pro B[12].

LogoC'Bulls.jpg

Parmi les autres rivalités du championnat de France, on peut également citer le derby de l'Est entre le SLUC Nancy et la SIG Strasbourg[13], le derby bourguignon entre Élan sportif chalonnais et la JDA Dijon ou encore l'opposition plus récente entre Limoges et Poitiers. La plupart des clubs de Pro A possèdent un ou plusieurs kops de supporters qui animent les rencontres : l'"Élan Passion" à Chalon, les "C'Bulls" à Cholet, les "Irréductibes" à Gravelines, les "Eagles" les "Ultras green" et les "Phénix" à Limoges, les "Félins" au Mans, les "Cougars" à Nancy, les "Magic Sup" à Orléans, les "Peones" à Pau, les "Pictagoules" à Poitiers, Roanne 1937 à Roanne, les "Blue Sharks" à Toulon ou encore les "Dragons" à Vichy. Certains clubs de supporters sont réunis au sein de l'Union nationale des clubs de supporters de basket (UNCSB)[14].

Affluences[modifier | modifier le code]

L'Élan béarnais Pau-Lacq-Orthez présente la meilleure affluence moyenne pour la saison 2013-2014 avec 5 255 spectateurs par match.

Le record d'affluence moyenne est détenu par l'Élan Béarnais Pau-Orthez (saison 1994-1995) avec 6 347 spectateurs en moyenne[15].

  • Statistiques de fréquentation de la Pro A en phase régulière :
Saison Matches joués Affluence totale Taux de remplissage (%) Moyenne
1997-1998 240 782 640 - 3 261[16]
1998-1999 240 720 960 - 3 004[16]
1999-2000 240 802 320 - 3 343[16]
2000-2001 240 830 400 - 3 460[16]
2001-2002 240 823 553 - 3 425[17]
2002-2003 240 812 876 - 3 374[17]
2003-2004 306 997 981 75 3 261[18]
2004-2005 306 963 551 73 3 149[19]
2005-2006 306 964 529 - 3 152[20]
2006-2007 306 1 036 214 - 3 386[20]
2007-2008 240 840 854 76,7 3 504[21]
2008-2009 240 855 579 83 3 565[22]
2009-2010 240 803 280 82 3 347[23]
2010-2011 240 884 437 80 3 685[24]
2011-2012 240 886 320 - 3 693[25]
2012-2013 240 904 560 83 3 769[26]
2013-2014 240 - 81 3 881[27]

Économie[modifier | modifier le code]

Budgets des clubs[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2010-11, le budget prévisionnel moyen d'un club de Pro A s'établit à 3,94 millions d'euros, en légère augmentation par rapport à la saison 2009-10 (3,7 M€)[28]. Grâce notamment à l'investissemnt de Tony Parker, l'ASVEL Lyon-Villeurbanne présente le plus gros budget prévisionnel (5,99 M€), devant Cholet Basket (5,26 M€) et Orléans (5,05 M€). Le Hyères Toulon Var Basket présente le plus petit budget du championnat (2,11 M€).

Ali Traore en 2008 avec l'ASVEL.

Dans ce domaine, la Pro A est le troisième championnat de France, loin derrière la Ligue 1 de football et le Top 14 de rugby, dont les clubs présentent un budget moyen de 14,6 M€ en 2009-10[29].

Salaires des joueurs[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2009-10, le salaire moyen d'un joueur de Pro A s'établit aux alentours de 10 000 € bruts mensuels. Un joueur étranger perçoit en moyenne 11 888 € bruts mensuels, tandis qu'un joueur français perçoit en moyenne 7 498 € bruts mensuels[30]. Dans ce domaine, les rémunérations des joueurs de Pro A sont comparables à celles des joueurs du Top 14 de rugby, qui présente un salaire moyen de 10 300 € en 2007[31], mais restent loin derrière celles des footballeurs de Ligue 1.

Pour la saison 2009-10, le joueur le mieux rémunéré de Pro A est l'intérieur américain Curtis Borchardt (ASVEL), avec un salaire annuel de 520 000 €, tandis que le joueur français le mieux rémunéré est son coéquipier Ali Traore (ASVEL), avec un salaire annuel de 250 000 euros[32].

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Canal+ Sport (2013).svg

Les matchs de Pro A sont actuellement diffusés par Sport+ et Canal+ Sport. Ces chaînes diffusent chacune un match lors de chaque journée de championnat, la Semaine des As en intégralité et le All-Star Game. La finale est diffusé sur Canal+. Le groupe Canal+ a conservé les droits de retransmission de 2009 à 2013 pour un coût d'environ 4 millions d'euros par saison[33]. En avril 2012, les droits sont conservés par le groupe Canal+ pour 4 années supplémentaires jusqu'en 2017[34],[35]. En 2012-2013, deux matchs sont retransmis sur Sport+, un le vendredi soir et un le lundi soir précédé par le magazine Lundi Basket. À compter de la saison 2013-2014, deux matchs sont toujours retransmis lors de chaque journée : le lundi soir sur Sport+, toujours précédé par le magazine Lundi Basket et le mardi soir désormais sur Canal+ Sport[36]. La Pro A est aussi couverte par les journaux sportifs, les sites spécialisés et les pages sports des quotidiens régionaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b LNB : organisation et staff sur lnb.fr
  2. Le basket en France Chronologie
  3. Présentation de la saison
  4. Réforme des championnats professionnels
  5. La LNB ne délivrera pas de wild-card cette année ! sur BasketInfo.com
  6. « La Pro A à 18 clubs avec Châlons-Reims et Rouen », L'Équipe,‎ 8 juin 2014 (consulté le 8 juin 2014).
  7. 7e All-Star Game à guichets fermés Communiqué de la LNB (2009)
  8. SDA 2009 : La place pour une surprise ? Article de sport365.fr
  9. LNB News numéro 59 (p.3)
  10. a et b Referendum L'Equipe
  11. La Saga de l'Elan Béarnais La Moutète (vidéo)
  12. Limoges-Pau, sommet de la nostalgie sur rmc.fr
  13. Le derby de l'Est, déjà Site du SLUC Nancy
  14. [1] Site de l'UNCSB
  15. Maxi-Basket no 151, avril 1996, p.  13
  16. a, b, c et d Livre blanc du basket français (juillet 2004) p. 39
  17. a et b [2] Rapport d'activité de la LNB 2002-03
  18. [3] Rapport d'activité de la LNB 2003-04
  19. [4] Rapport d'activité de la LNB 2004-05
  20. a et b [5] Rapport DNCCG 2006-07
  21. [6] Rapport d'activité de la LNB 2007-08
  22. [7] Rapport d'activité de la LNB 2008-09
  23. Affluences en baisse sur sport24.com
  24. « Analyse du résultat d'exploitation de la Pro A (p.22) », sur lnb.fr,‎ juillet 2011
  25. « Pro A : Une affluence record », sur francebleu.fr,‎ 11 juin 2012
  26. « Limoges meilleure affluence d’une saison de Pro A record », sur catch-and-shoot.com,‎ 22 juillet 2013
  27. « L'Elan béarnais meilleure affluence de Pro A », sur catch-and-shoot.com,‎ 24 juillet 2014
  28. Les budgets de Pro A
  29. Budgets des clubs du Top 14
  30. Combien gagnent-ils ?
  31. Article de sportweek.fr
  32. Les dessous de la Pro A
  33. Le groupe Canal+ diffuse la Pro A jusqu'en 2013
  34. Droits TV : La Pro A diffusée par le groupe Canal+ jusqu'en 2017
  35. Le basket pro signe avec Canal+ et Sport+ pour 4 ans de plus
  36. Officiel : Les matches de Pro A sur Canal+ Sport le mardi soir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Bosc, Une histoire du basket français - 3 volumes, Ed. AFEB, 2004 (ISBN 2-0019-9001-4)
  • Pierre-Marie Descamps, Étienne Labrunie, Mathieu Barberousse, Gérard Bosc, La grande histoire du Basket français, Ed. L'Equipe, 2007 (ISBN 2-9155-3556-6)
  • Fabien Archambault, Loïc Artiaga, Pierre-Yves Frey, L'aventure des grands hommes : Études sur l'histoire du basket-ball, Ed. Presses Universitaires de Limoges et du Limousin, 2003 (ISBN 2-8428-7280-9[à vérifier : ISBN invalide])

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]