Traité de Ryswick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le château du Nieuwburg et ses jardins pendant les négociations du traité. Gravure de Jan van Vianen.

Les traités de Ryswick signés les 20-21 septembre 1697 à Ryswick, ville hollandaise des faubourgs de La Haye, mirent fin à la guerre de la Ligue d'Augsbourg entre Louis XIV et la Grande Alliance.

Les négociations traînaient en longueur. Louis XIV fit un ultimatum aux coalisés. La paix devait être signée avant le 20 septembre. Un délai supplémentaire était accordé à l'Empereur Léopold Ier. La France signa trois premiers traités le 20 septembre avec respectivement les Provinces-Unies, l'Angleterre et l'Espagne, puis un second avec le Saint-Empire romain germanique, le 30 octobre. Louis XIV accepta de reconnaître Guillaume III d'Orange-Nassau comme roi d'Angleterre sous le nom de Guillaume III.

Louis XIV acceptait aussi de rendre la plus grande partie des Pays-Bas espagnols à Charles II d'Espagne. Le calcul du roi de France était de ménager l'opinion espagnole, afin de préparer la succession d'Espagne. De la même façon, la Catalogne et Barcelone étaient restituées. Les Provinces-Unies signèrent des accords commerciaux avec la France et obtinrent le droit d'entretenir des garnisons dans certaines forteresses des Pays-Bas espagnols.

Les vrais perdants de Ryswick étaient le duc de Lorraine et l'empereur Léopold. Louis XIV quittait le Duché de Lorraine, mais celui-ci devait rester neutre et le royaume de France annexait définitivement la Sarre et quelques places-fortes stratégique telle Phalsbourg. En Allemagne, Louis XIV annexait définitivement à la France les quatre cinquièmes de l'Alsace (Strasbourg, villes de la Décapole, Basse-Alsace), alors que l'accord de Ratisbonne (1684) en avait initialement prévu la rétrocession à l'Allemagne pour 1704. En outre, la France obtenait une compensation financière pour ses droits sur le Palatinat.

De l’autre côté de l’Atlantique, l’Espagne dut reconnaître l'occupation par la France de l’ouest de Saint-Domingue (pars occidentalis), île située dans les Antilles. Cela permit à la France de devenir le premier producteur mondial de sucre dès les années 1740, le sucre étant une denrée fort chère et exportable. Louis XIV renforçait ainsi les intérêts des négociants français, situés notamment à Bordeaux, Nantes et Lorient, et préoccupés par le commerce atlantique.

Sur les autres projets Wikimedia :


Arts[modifier | modifier le code]

La « fontaine Boucherat », à Paris, comporte une inscription remerciant Louis XIV pour la paix qu'il vient de signer à Ryswick.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Jean Dumont de Carlscroon, Mémoires politiques pour servir à la parfaite intelligence de l'histoire de la paix de Ryswick, La Haye, chez François L'Honoré et Etienne Foulque,‎ 1699, 4 tomes p. (lire en ligne).