La Wantzenau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Wantzenau
Berges de l'Ill.
Berges de l'Ill.
Blason de La Wantzenau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Strasbourg-Campagne
Canton Brumath
Intercommunalité Communauté urbaine de Strasbourg
Maire
Mandat
Patrick Depyl
2014-2020
Code postal 67610
Code commune 67519
Démographie
Gentilé Wantzenauviens, Wantzenauviennes
Population
municipale
5 837 hab. (2011)
Densité 230 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 32″ N 7° 49′ 45″ E / 48.6589, 7.829248° 39′ 32″ Nord 7° 49′ 45″ Est / 48.6589, 7.8292  
Altitude Min. 128 m – Max. 135 m
Superficie 25,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
La Wantzenau

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
La Wantzenau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Wantzenau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Wantzenau
Liens
Site web www.la-wantzenau.fr

La Wantzenau (prononcé [lavãzəno ] en français, "La Wonzenöü" en alsacien), est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace. Ses habitants sont nommés Wantzenauvien(ne)s.

En 2009, La Wantzenau a obtenu trois fleurs au concours des villes et villages fleuris[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Ville d'environ 5 900 habitants située à 12 km au nord de la ville de Strasbourg. Le paysage est typique du Ried et de très belles promenades à pied, à cheval ou à vélo sont accessibles le long de l'Ill et du Rhin. Le ban communal de La Wantzenau est, après celui de Strasbourg, le plus grand de la communauté urbaine de Strasbourg. Il s'étend sur 2 539 ha dominés aux trois quarts par les forêts et les cultures.
Située sur l'axe ferroviaire Strasbourg-Lauterbourg (la gare est située au nord-ouest de la commune), la Wantzenau est une étape sur la Véloroute Rhin EV 15 (1 320 km) qui relie la source du Rhin, située à Andermatt en Suisse, à son embouchure à Rotterdam.
La production d'hydroélectricité et les aménagements du Rhin qui en ont résulté se sont traduits par un assèchement de la forêt rhénane. Dans le cadre du programme LIFE, le Herrengrundgiessen ainsi que le Breuschkopfgiessen ont été remis en eau.
La station d'épuration des eaux de la CUS est dans la commune. Les eaux épurées sont directement rejetées dans le Rhin [Note 1],[Note 2],[Note 3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vendenheim Hœrdt, Weyersheim Kilstett, Gambsheim, Rose des vents
Reichstett N Rheinbischofsheim (Allemagne)
O    La Wantzenau    E
S
Souffelweyersheim,

Hœnheim, Strasbourg

Leutesheim (Allemagne) Honau (Allemagne), Diersheim (Allemagne)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom signifie « pré Wanzo », « die Au » pouvant se traduire par « pré (ou prairie) humide ». C'est un suffixe germanique plutôt courant de part et d’autre du Rhin, notamment en plaine. On le retrouve dans le mot anglais island [2], qui signifie île, et est apparenté au latin aqua eau. Pour franciser le toponyme, on l'a tout simplement traduit. Le suffixe étant du genre féminin, l'article défini féminin français a tout simplement été ajouté.
Quant à Wanzo, il s'agit tout simplement du nom du propriétaire. D'ailleurs, la lettre T s'étant ajoutée par la suite (par imitation, le groupe « TZ » étant courant en alsacien), on ne la prononce pas.
Selon une autre hypothèse, il s'agit de Saint Wendelin [3], originaire de Hochfelden. Par attraction paronymique de l'allemand Wanze punaise, on aboutit au nom actuel.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1939, les combats devenant trop menaçants, les habitants des villages se situant à proximité de la frontière allemande ont pour ordre d'évacuer. Cet ordre concerne plus de 170 villages dont La Wantzenau.

Dans un premier temps, après avoir rassemblé quelques affaires, les Wantzenauviens sont dirigés vers la commune de Marlenheim. L'accès y est difficile tellement les routes sont encombrées. Mais la situation reste très conflictuelle. Après quelques jours d'attente, un train de bestiaux conduit les Wantzenauviens vers « l'intérieur » vers une destination qui leur est totalement inconnue. À l'arrivée de ce « convoi », ils découvrent Saint-Yrieix. Les Wantzenauviens sont soulagés de retrouver la lumière suite à ce long trajet entassés les uns sur les autres. Pourtant, une nouvelle difficulté : un problème de compréhension. À cette époque, les Wantzenauviens parlent majoritairement l'alsacien, il leur est donc difficile de se faire comprendre, mais l'hospitalité et la générosité des Arédiens font rapidement disparaître cette difficulté. Les Wantzenauviens resteront à Saint-Yrieix pendant près d'un an. Ainsi, depuis cette époque, et pour perpétuer l'amitié instaurée, un échange d'habitants entre les deux communes s'effectue tous les deux ans.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de La Wantzenau

Les armes de La Wantzenau se blasonnent ainsi :
« D'azur à Saint Wendelin tenant de sa dextre un livre et de sa senestre une houlette en barre, un chien mouvant à dextre derrière le saint et un agneau contourné mouvant à senestre, le tout d'or sur une terrasse du même. »[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 837 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 4],[Note 5].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 670 1 455 1 757 2 282 2 400 2 325 2 384 2 343 2 501
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
2 419 2 432 2 459 2 362 2 302 2 333 2 335 2 345 2 392
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 436 2 555 2 570 2 467 2 588 2 654 2 693 2 758 2 934
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
3 016 3 726 4 216 4 084 4 394 5 462 5 809 5 859 5 837
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Logo monument classe.svg L'église paroissiale Saint-Wendelin[modifier | modifier le code]

Avant sa construction, La Wantzenau dépendait de l'abbaye de Honau, sa première chapelle remonterait au milieu du XVe siècle. Elle devient paroisse en 1468-1469. Elle fut d'abord dédiée à St-Michel, puis à St-Wendelin depuis le XVIIe siècle. L'église actuelle fut construite en 1826 d'après le projet de 1824 de l'architecte Reiner, elle fut par la suite détruite par un incendie en 1961 et restaurée par l'architecte Andres[8].

Autres[modifier | modifier le code]

  • Logo monument classe.svg (2001) Le Moulin à huile (la grange qui l'abrite est datée de 1764)[9].
  • Le Christ en croix du stade Saint-Paul qui a été construit en 1851.
  • La statue de la Vierge Marie qui est un lieu de pèlerinage durant le mois de mai.
  • La gravière de la Wantzenau.
  • L'Espace Jean-Claude-Klein, centre sportif, qui est le nom d'un ancien maire.
  • Le Fil d'Eau, salle polyvalente. Elle est le lieu de concerts, de fêtes, de célébrations de mariage.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Spécialité[modifier | modifier le code]

Les poussins de La Wantzenau sont appréciés dans la région. Ils sont élevés pendant 6 semaines au grains mélangés de lait caillé. Ils font la renommée des restaurants de la région[10]. La matelote de poissons, La Wantzenau étant connue pour être un ancien village de pêcheurs.
Les foies gras [11].


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Graebling (1950-), Ambassadeur de France en Guinée Conakry.
  • Albert Zimmer (12 juil.1922 - Strasbourg, 23 nov.1944),Soldat de Leclerc à la seconde guerre mondiale.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Schweitzer, La Toponymie alsacienne, éditions Jean-Paul Gisserot, 2001, 123 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En cas de très fortes pluies, il n'est pas à exclure qu'une partie des eaux usées soient rejetées sans traitement dans le fleuve, pour éviter l'engorgement de la station. Cette dernière est équipée d'un détecteur de radioactivité.
  2. Au contraire de l'assainissement, l’adduction d'eau ne relève pas du domaine de compétence de la communauté urbaine de Strasbourg. Kilstett et la Wantzenau exploitent en commun le château d'eau de La Wantzenau, au pied duquel des pompes puisent directement l'eau de la nappe phréatique.
  3. Depuis peu les réseaux d'adduction d'eau de la Wantzenau-Kilstett d'une part, et de Gambsheim d'autre part, sont interconnectés.
  4. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  5. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]