Pierre Chambon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chambon.

Pierre Chambon

Naissance 7 février 1931 (83 ans)
Mulhouse (France)
Nationalité Drapeau : France française
Champs Biologie moléculaire
Institutions Université de Strasbourg, IGBMC et Institut national de la santé et de la recherche médicale
Diplôme Université de Strasbourg
Renommé pour Travaux sur les récepteurs nucléaires
Distinctions Médaille d'or du CNRS (1979)
Prix Lasker (2004)
Prix Gairdner (2010)

Pierre Chambon, né le 7 février 1931 à Mulhouse, est un médecin, biochimiste et généticien français, professeur émérite de la faculté de médecine de l'université de Strasbourg. Il a fondé et dirigé l'Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire jusqu'en 2002.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Chambon fait ses études à la faculté de médecine de l'université de Strasbourg où il obtient sa thèse de médecine en 1958. Il est le fondateur et ancien directeur de l'Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (IGBMC) de Strasbourg[1] et également membre fondateur, avec Jean-Pierre Ebel, de l'École supérieure de biotechnologie Strasbourg (ESBS). Il est membre de l'Académie des sciences, fut professeur de la chaire de « Génétique moléculaire » au Collège de France de 1993 à 2003 et a été directeur de l'Institut clinique de la souris (ICS).

Il a été nommé membre senior de l'Institut universitaire de France en 1991 pour une durée de cinq ans[2]. Pierre Chambon fait partie des rares scientifiques français à avoir été élu à la National Academy of Sciences aux États-Unis en 1985.

Parmi ses nombreuses distinctions honorifiques et prix pour ses recherches, il a obtenu en 1979 la médaille d'or du CNRS[3], les très prestigieux prix Lasker en recherche médicale fondamentale (2004) et prix Gairdner (2010), pour la découverte d'une famille de récepteurs nucléaires liant des hormones, des vitamines ainsi que d'autres molécules impliquées dans la signalisation cellulaire. Il est souvent présenté comme l'un des seuls biologistes français susceptibles, à l'heure actuelle, de recevoir le prix Nobel de physiologie ou médecine[4].

Domaines de recherche[modifier | modifier le code]

L'apport scientifique majeur de Pierre Chambon est lié à ses études sur les récepteurs nucléaires dont il a été l'un des grands pionniers notamment avec le clonage et la description des mécanismes d'action des récepteurs des stéroïdes et en particulier du récepteur de la progestérone. À l'IGBMC, il a initié et encadré les thèmes de recherche suivants.

Plus largement, il a travaillé et travaille sur :

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]