Crédit lyonnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

LCL

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de LCL

Création 6 juillet 1863
Dates clés 1945 nationalisation,
1993 quasi-faillite,
1999 privatisation,
2002 fusion avec Crédit agricole,
2005 lancement de LCL
Fondateurs Drapeau : France Henri Germain
Drapeau : France François Barthélemy Arlès-Dufour
Personnages clés Henri Germain
Slogan Demandez plus à votre banque
Siège social Drapeau de France 18, Rue de la République, 69002 Lyon (France)
Direction Drapeau : France Jean-Paul Chifflet (PCA)
Actionnaires Crédit agricole S.A.
Activité Banque
Société mère Crédit agricole S.A.
Site web www.lcl.com
Code banque (BIC) CRLY
Code établissement (IBAN) 30002
ISIN FR0011164904(CRLY)

Le Crédit lyonnais, connu sous le nom LCL depuis 2005, est une banque française fondée à Lyon en 1863 par François Barthélemy Arlès-Dufour et Henri Germain. Considérée comme l'un des trois piliers de l'industrie bancaire française, avec la BNP Paribas et la Société générale, elle est détenue par le Crédit agricole.

Sommaire

Historique[modifier | modifier le code]

Source de l'essentiel de ce paragraphe "Historique" [1]:

Création 1863 - 1882[modifier | modifier le code]

Une banque d'inspiration nouvelle[modifier | modifier le code]

C'est à Lyon qu'Henri Germain, fils de soyeux âgé de 39 ans, fonde le 6 juillet 1863 une banque à vocation locale mais d'inspiration nouvelle : le Crédit lyonnais. Ses associés sont des hommes d'affaires et soyeux lyonnais à l'instar de Henry Jaubert, de Joseph Bellon, mais également de Genevois, des saint-simoniens comme Arlès-Dufour, Enfantin, Talabot et Chevalier, des personnalités, tel Eugène II Schneider. Cette création est liée à la deuxième révolution bancaire du milieu du XIXe siècle, qui voit une nouvelle génération de banques d'inspiration saint-simonienne organiser la collecte systématique de l'épargne dormante du grand public et la drainer vers des emplois industriels ou vers le marché financier. Le Crédit Lyonnais a une croissance très rapide au cours de ses 20 premières années d'existence, son capital étant passé de 8 à 200 millions de francs, au cours d'une époque de fortes spéculations à la Bourse de Paris[2]. En 1880, alors que la banque n'existe que depuis 17 ans, elle accueille une "Bourse du soir" organisée par les coulissiers, dans le grand hall du Crédit Lyonnais[3], qui permet d'échanger des valeurs après la clôture.

Un axe stratégique : Londres, Paris, Lyon et Marseille[modifier | modifier le code]

Le passé bancaire et commercial de Lyon et le potentiel industriel de la région pouvaient assurer la prospérité locale de l'établissement. Le Crédit lyonnais prit cependant pied à Paris et à Marseille, en y implantant deux succursales dès 1865, année où il comptait déjà près de 10 000 déposants. La jeune banque traverse sans trop de séquelles les crises de 1866 et de 1870. Cette même année, le siège de Paris par les Prussiens pousse Henri Germain à ouvrir une succursale à Londres (Royaume-Uni), capitale financière mondiale. Le Crédit lyonnais commence également à développer un réseau d'agences dans la région lyonnaise afin de collecter au plus près ses ressources.

Une banque d'affaires aux succès durables[modifier | modifier le code]

Le Crédit lyonnais, établissement grand public se comporte aussi en banque d'affaires, en créant des entreprises ou en y prenant de fortes participations : si le lancement de l'usine de la Fuchsine à Lyon aboutit à un échec en 1870, le Crédit lyonnais compte de beaux et durables succès comme la création en 1879 de la Lyonnaise des eaux et de la Société foncière lyonnaise. Cette année-là, la banque prend aussi le contrôle de deux compagnies d'assurances ; le Crédit lyonnais se fait une place sur les marchés financiers en contribuant au placement de l'emprunt de libération du territoire en 1871, en émettant des emprunts pour les villes de Paris et de Lyon.

L'extension du réseau[modifier | modifier le code]

Le développement rapide du Crédit lyonnais lui permet d'abandonner en 1872 le statut de SARL pour celui de société anonyme, ce qui lui donne la possibilité d'augmenter notablement son capital ; dès 1878, il accède au rang de première banque française. Alors qu'il est encore absent de certaines grandes villes françaises, son réseau étranger compte déjà à cette époque les agences de Londres, Constantinople, Alexandrie, Genève, Madrid et bientôt Saint-Pétersbourg. En 1879, le Crédit lyonnais se lance à la conquête de la clientèle parisienne en créant 23 bureaux de quartier dans l'année. Puis vient le tour des autres régions françaises, à partir de 1880.

La « doctrine Germain » naît d'un krach[modifier | modifier le code]

L'expansion croissante du Crédit lyonnais connaît un coup d'arrêt en 1881-1882 avec le krach de l'Union générale dû à une spéculation boursière effrénée. Henri Germain sent venir la crise dès 1881 et s'attache à réduire les crédits et les immobilisations ; le Crédit lyonnais peut alors faire face aux demandes de retraits de ses clients. La « doctrine Germain » sur la liquidité et la sécurité des emplois tiendra longtemps lieu de règle de conduite à l'ensemble des banques de dépôts. Elle est fondée sur un principe : « les ressources à court terme ne peuvent financer des emplois à long terme ».

La 2e capitalisation française en 1900[modifier | modifier le code]

Durant la Belle Époque, porté par une expansion de l’actionnariat, le Crédit Lyonnais est la 2e capitalisation de la Bourse de Paris, qui compte 4 banques parmi les 6 premières entreprises cotées en termes de volumes.

Expansion 1882 - 1914[modifier | modifier le code]

Le siège central, boulevard des Italiens

Installation du siège central à Paris[modifier | modifier le code]

Malgré les difficultés de l'année 1882, la succursale de Paris est promue au rang de siège central, consacrant ainsi un déplacement du pouvoir de décision vers Paris. Elle peut désormais s'installer plus au large car l'hôtel dit des Italiens car installé sur le boulevard du même nom, commencé en 1876 sous la conduite de l'architecte Bouwens, est inauguré en 1883. À partir de 1880, une "Bourse du soir" est organisée par les coulissiers, dans le grand hall, de quatre heures à sept heures[3]

Article détaillé : siège central du Crédit lyonnais.

Un réseau d'agences de taille mondiale[modifier | modifier le code]

Dans sa logique de banque de dépôts, le Crédit lyonnais poursuit l'extension de son réseau national et international. De 1882 à 1900, le nombre total d'agences passe de 110 à 189. Il double encore entre 1900 et 1913. À l'étranger, outre ses précédentes implantations, la banque offre désormais ses services à Bruxelles, Moscou, Odessa, Smyrne, Lisbonne, Porto, Port-Saïd, au Caire, à Jérusalem, Barcelone, Valence, Séville et Saint-Sébastien.

Émissions et placements d'emprunts[modifier | modifier le code]

Le Crédit lyonnais déploie une grande activité dans les émissions et placements d'emprunts français et étrangers. Grâce à une balance des comptes excédentaire, cette exportation des capitaux fit de la France « le banquier du monde ». Le Crédit lyonnais, qui s'était interdit les participations industrielles, aidait les entreprises par le biais d'émissions d'obligations et surtout par l'escompte des effets de commerce, qui restait une activité majeure de l'établissement.

La première banque mondiale[modifier | modifier le code]

Source [1]:
Henri Germain décède en 1905, mais il a pu voir l'établissement qu'il a fondé devenir dès 1900 la première banque mondiale par le total du bilan ; le Crédit lyonnais tient toujours ce rang en 1913. Son siège central, symbole de cette puissance, est achevé cette année-là sous la conduite des architectes Félix Narjoux et Victor Laloux. L'entreprise compte alors 16 400 employés à travers le monde dont 13 900 en France.

L'entre-deux-guerres 1914 - 1945[modifier | modifier le code]

Les séquelles de la Grande Guerre[modifier | modifier le code]

Le déclenchement de la Première Guerre mondiale affecte bien évidemment le Crédit lyonnais : près de 8 000 employés sont mobilisés, de nombreux sièges sont fermés, la prorogation des échéances commerciales paralyse les échanges et environ 20 % des dépôts sont immédiatement retirés. La France et l'Europe sortent du conflit très affaiblies. Le Crédit lyonnais, qui a perdu 1 592 employés, retrouve des conditions d'exploitation bien différentes de l'avant-guerre.

Révolution et inflation[modifier | modifier le code]

Source [1]:
À la suite de la Révolution d'Octobre 1917, les agences russes ont été définitivement fermées en 1920 et la dette russe n'est plus reconnue par les Bolcheviks. Bientôt, la révolution nationaliste de Mustapha Kemal entraînera les agences turques dans le même tourbillon. En France, l'inflation ronge les ressources des rentiers, traditionnels clients du Crédit lyonnais.

De nouveaux concurrents[modifier | modifier le code]

Source [1]:
En France, le paysage bancaire de l'après-guerre change en parallèle des bouleversements politiques (les révolutions russes et turques, l'inflation…). De nouveaux concurrents apparaissent et l'État, par l'intermédiaire d'établissements publics ou du Trésor, devient un acteur important du système financier. Dans ce contexte difficile, le Crédit lyonnais perd momentanément sa première place française entre 1920 et 1929. Une grève vient encore assombrir le tableau en 1925.

La reconquête des places d'honneur[modifier | modifier le code]

Pour surmonter la mauvaise conjoncture des années 1920, le Crédit lyonnais a mis en route un patient processus de développement. Dès la fin de la première guerre mondiale, soucieux de diversifier ses emplois, il a élargi sa clientèle industrielle. Cela aboutit, d'une part, à des financements à court terme aux entreprises, d'autre part, à la création d'une filiale de crédit à moyen terme, l'UCINA, Union pour le crédit à l'industrie nationale, mise en place en 1919 en collaboration avec le Comptoir national d'escompte de Paris. D'un autre côté, une politique continue d'extension du réseau d'agences est menée, notamment sous l'impulsion du directeur général Édouard Escarra, afin d'augmenter les ressources de la banque. Le réseau atteint ainsi le nombre de 1 450 sièges permanents ou intermittents dans les années 1930, avant de se réduire un peu sous les effets de la crise économique. Grâce à cette série de mesures et à une forte activité du secteur titres, le Crédit lyonnais redevient la première banque française en 1929. Il passe relativement bien la grande crise des années 1930, alors que nombre de banques locales, voire nationales, font faillite.

En 1936, c'est la quatrième capitalisation boursière française, après la montée en puissance des sociétés industrielles françaises à la Bourse, alors que la banque était encore 3e en 1913.

Société Lyonn des eaux CP d'élect B. de France Crédit Lyonn EELM Air liquide Société générale Rhône-Poulenc Saint-Gobain Alais Froges Kuhlmann U d'élect Elect de Mar.
Capitali (mds de f)[4] 1,6 1,4 1,3 1 1 1 1 0,9 0,82 0,8 0,8 0,79 0,76

Sous l'Occupation[modifier | modifier le code]

Malgré les bombardements dont sont victimes certaines agences françaises et la distension des liens avec les agences étrangères, le Crédit lyonnais est globalement moins touché par la guerre qu'en 1914-1918. Ne pouvant employer l'argent de ses déposants dans des crédits, en raison d'une activité économique ralentie, la banque le place en bons du Trésor.

Le Crédit lyonnais avait des relations anciennes avec la Deutsche Bank[5]. Elle tire de la collaboration avec l'Allemagne nazie des profits difficiles à estimer[6]. En 1945, le Comité de confiscation des profits illicites l'estime à environ 150 millions de francs[7].

Selon les historiens Alain Plessis et Philippe Verheyde, « alors que la banque avait jusque-là pour principe de prendre la défense de tous ses clients, [...] la législation contre les Juifs organisant leur spoliation, les mesures que veulent imposer les Allemands à tous les ressortissants des pays « ennemis de l'Allemagne » […] pour les empêcher de disposer de leurs titres et les forcer à ouvrir les coffres qu'ils avaient loué à la banque, ont pesé sur la conduite de certains responsables de la banque »[8]. Une note du directeur général, Édouard Escarra, invite ainsi les cadres du Crédit lyonnais à « procéder à une révision attentive de tous vos comptes pour effectuer une discrimination entre les titulaires aryens et les non aryens »[9]. La marche à suivre est indiquée en trois temps : « 1°) on a déjà effectué un recensement des comptes juifs, 2°) il faut revoir la liste pour corriger les oublis, 3°) s'il y a doute, écrire au client pour qu'il envoie un certificat de non-appartenance à la race juive »[10].

Dans les années 1970, on trouvait encore dans les agences des documents d'ouverture de compte établis pendant la guerre et appelés "carton de signature"sur lesquels on pouvait lire la mention manuscrite "Je déclare être non-juif" avant la signature.[réf. nécessaire]

Cependant, quelques cadres bancaires liés au Crédit lyonnais refusent cette collaboration. C'est le cas d’Olivier Moreau-Néret, inspecteur des Finances[réf. souhaitée], entré au Crédit lyonnais comme secrétaire général en 1926 et devenu secrétaire général aux affaires économiques au ministère des Finances en juillet 1940 : il démissionne en juin 1941 parce qu'il n'accepte pas les positions prises vis-à-vis des Allemands pour les frais des troupes d’Occupation et sur les concessions d’ordre militaire faites par Vichy en Syrie. Il reviendra à la banque comme directeur général en 1949 puis en sera président en 1955[11].

En 1943 a lieu une importante augmentation de capital. Dans le domaine de la réglementation, un statut de la profession bancaire est promulgué en juin 1941 ; il est complété et amendé par la loi bancaire du 2 décembre 1945, qui sépare désormais nettement les banques de dépôts des banques d'affaires et encadre de près la distribution du crédit. La loi décide enfin de la nationalisation des quatre principaux établissements de crédit, dont le Crédit lyonnais.

Les Trente Glorieuses 1945 - 1966[modifier | modifier le code]

Les choix de la Reconstruction[modifier | modifier le code]

Malgré un cadre réglementaire contraignant (les créations d'agences sont contingentées), l'établissement poursuit une politique volontariste de conquête de parts de marché. Le revenu des opérations sur titres s'étant réduit proportionnellement de moitié par rapport à l'avant-guerre, le Crédit lyonnais a intensifié ses efforts en faveur de l'industrie, notamment dans le domaine des opérations avec l'étranger et de l'escompte. Des filiales comme SOFINEX, créée en 1963, permettent de prendre des participations dans le capital de certaines entreprises, activité que n'autorise pas le statut de banque de dépôts.

Innovation et ingénierie financière[modifier | modifier le code]

Dans le domaine de l'ingénierie financière, les innovations se succèdent : c'est à l'initiative d'Olivier Moreau-Néret, administrateur directeur général et spécialiste des valeurs mobilières qu'ont lieu pour le compte de Pechiney les premières émissions d'obligations convertibles en actions et d'obligations « participantes » dans les années 1950. En 1952, la création à l'agence centrale de Paris du service « Accrédités Bourse », spécialisé en gestion de patrimoine, est une première sur la place financière. Elle est l'œuvre de Maurice Schlogel, tout comme la SLIVAM (Société lyonnaise d'investissement en valeurs mobilières), créée en 1959, qui est la préfiguration des SICAV.

Nouveau départ du réseau international[modifier | modifier le code]

Sur le plan international, le réseau s'étend à partir de 1947 en Amérique latine (Brésil, Pérou, Venezuela) puis, de manière plus éphémère en raison des tensions diplomatiques, au Moyen-Orient. En Afrique, avec la décolonisation, les agences deviennent des banques associées.

Le siège européen de l'ONU et la banque en Suisse[modifier | modifier le code]

Ancienne agence historique du Crédit lyonnais à Genève reprise par le Crédit Agricole

Après la Seconde Guerre mondiale, le siège européen de l'ONU et de dizaines d'organisations internationales s'installe à Genève, ce qui sera profitable aux activités de banque du commerce international. Durant cette période, la Suisse est le pays le plus prospère du monde selon le FMI. Si aux débuts le Crédit lyonnais de Genève est en pertes, la banque fera, dès 1956, des bénéfices à la suite de la crise du canal de Suez au cours de laquelle les Nations unies confirment la légitimité égyptienne. Beaucoup de négociants en tissus, coton, oléagineux quittent alors l’Égypte et viennent à Genève. Ce développement des négociants ajouté au progrès des opérations en devises étrangères de swap a participé aux activités de banque du commerce international à Genève. Malgré le choc pétrolier de 1973 la banque continuera de s’y développer.

L'extension de la bancarisation 1966 - 1993[modifier | modifier le code]

Bancarisation massive de la société française[modifier | modifier le code]

À partir de 1966, l'État crée les conditions d'un nouveau cycle d'expansion et d'innovation dans les banques en rapprochant les activités de banque d'affaires et de banque de dépôts. D'autre part, l'autorisation préalable d'ouverture d'agences est supprimée. Pour accompagner le phénomène de bancarisation massive de la société française, le Crédit lyonnais accroît le nombre de ses agences qui passe de 828 en 1967 à 1 905 en 1974, alors que le nombre de ses collaborateurs passe de 29 000 à 47 000. La nomination de François Bloch-Lainé comme président en 1967 marque la vraie nationalisation de l'établissement. Le siège central est profondément rénové entre 1971 et 1974, des centres administratifs sont aménagés en province, tel celui de Bayeux.

Succès internationaux et tensions internes[modifier | modifier le code]

À partir de 1966, la banque s'internationalise de plus en plus ; l'UBAF (Union de banques arabes et françaises) est fondée en 1970, le club des Europartenaires (Crédit lyonnais, Commerzbank, Banco di Roma et Banco Hispano-Americano) se forme entre 1970 et 1973 ; le Crédit lyonnais qui obtient en 1971 le statut de succursale à New York, est la première banque occidentale à obtenir une représentation à Moscou en 1972 et ouvre une agence à Tokyo en 1976. Cette expansion, les nombreux recrutements et les mutations fréquentes sont créatrices de tensions et l'établissement est atteint plus longuement que ses confrères par la grève bancaire de 1974. Quelques années seront nécessaires pour en gommer totalement les effets et remettre le Crédit lyonnais sur les rails. Ce sera l'œuvre des présidents Jacques Chaine (1974-1976), tragiquement assassiné devant le siège central en 1976, Claude Pierre-Brossolette (1976-1982), et Jean Deflassieux (1982-1986).

Nationalisation totale en 1982[modifier | modifier le code]

Alors qu'à partir de 1973, une loi a ouvert partiellement le capital au personnel, la décennie 1980 commence avec la nationalisation complète des établissements bancaires, votée par l'assemblée le 13 février 1982.

Déréglementation et désintermédiation[modifier | modifier le code]

Après la victoire de la Gauche en France, le 10 mai 1981, les conditions de l'exploitation bancaire vont se modifier profondément ; la loi bancaire de 1984 qui suit l'échec financier du Programme Commun de la Gauche, tend à uniformiser le statut de tous les établissements de crédit. La déréglementation instaurée à partir de 1986 sur les marchés de capitaux a entraîné un phénomène de « désintermédiation » ; les banques ne sont plus le passage obligé pour les entreprises qui peuvent se financer librement sur les marchés de capitaux. Les métiers bancaires connaissent aussi une complexité croissante. Dans cet environnement extrêmement concurrentiel, le Crédit lyonnais adapte son dispositif commercial à chaque type de clientèle (particuliers, commerçants et artisans, entreprises) et sépare tâches commerciales et administratives. Les secteurs des marchés de capitaux et des financements d'actifs et de projets sont également étoffés et réorganisés.

De l'expansion à la crise[modifier | modifier le code]

La stratégie des présidents Jean-Maxime Lévêque (1986-1988) et Jean-Yves Haberer (1988-1993) vise le développement du réseau international et notamment européen. Elle se traduit notamment entre 1989 et 1992 par les acquisitions de la Chase Banque de Commerce en Belgique, du Credito Bergamasco et du Banco San Marco en Italie, de la Banca Jover, du Banco Comercial Español en Espagne, et surtout de la BFG Bank en Allemagne. D'un autre côté, d'importantes prises de participations dans le capital d'entreprises sont effectuées via les filiales Clinvest et Clindus. Cette stratégie agressive se révèle porteuse de gros risques, notamment du fait du retournement de la conjoncture économique en 1992. Les prises de participations industrielles pèsent sur le fonds de roulement de la banque tandis que le financement du secteur immobilier entraîne de lourdes pertes. Enfin, des investissements hasardeux comme celui de la Metro-Goldwyn-Mayer ainsi que des filiales mal contrôlées sont à l'origine de graves déboires tant en France qu'à l'étranger (SASEA).

La banque investit via ses filiales dans le capital de près de 1 600 entreprises. La valeur des participations industrielles passe de 9,7 milliards de francs en 1988 à 52 milliards en 1993. Son portefeuille immobilier atteint 100 milliards de francs et subit de plein fouet la crise de l'immobilier[12].

Affaire du Crédit lyonnais[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Affaire du Crédit lyonnais.
  • 1993 - Quasi-faillite notamment à cause d'investissements massifs (dont ceux faits par le truchement d'une filiale aux Pays-Bas) perdus dans la Metro-Goldwyn-Mayer. Un rapport parlementaire dénonce le système des avances et prêts à risques, notamment dans le domaine immobilier, qui anticipaient la plus-value envisagée sur ces opérations immobilières. L'affaire du Crédit lyonnais a mis en valeur certaines des causes financières de la crise du logement. Le montant des pertes (130 milliards de francs) en ont fait l'un des plus grands scandales financiers de l'histoire, au même titre que l'affaire du canal de Panama. Ce scandale a touché également plusieurs filiales du Crédit lyonnais (CLBN, Société de banque occidentale (SDBO), IBSA, Altus Finance).
  • 5 mai 1996 - Incendie du siège central parisien, le siège social étant à Lyon. Le Crédit lyonnais sauve toutefois ses activités de marché grâce à une salle de marché de secours prête à fonctionner. Sérieux doutes sur le caractère « accidentel » du sinistre, en particulier du fait des multiples foyers et de l'incendie dans un entrepôt du Havre d'une partie des archives d'IBSA survenu le 19 août 1997[13], [14].
  • 2005 - Le Consortium de réalisation (CDR), héritier du passif de la banque, accepte de payer 525 millions de dollars au département des Assurances de Californie pour mettre fin aux poursuites judiciaires dans le cadre de l'affaire Executive Life. Cette compagnie d'assurances américaine, au bord de la faillite, avait été rachetée dans les années 1990 par la MAAF grâce à un financement du Crédit lyonnais, mais la justice américaine considère que la mutuelle n'était qu'un prête-nom pour la banque, or, à cette époque, il était interdit pour une banque d'acquérir une compagnie d'assurance américaine.
  • Novembre 2013 : le gouvernement français annonce vouloir emprunter 4,5 milliards d'euros afin de solder les dettes du Crédit lyonnais. Le sauvetage de la banque aura coûté 14,7 milliards d'euros au total, soit selon le Parisien, « 812 € par contribuable imposé »[15],[16]

Privatisation[modifier | modifier le code]

  • 1999 : privatisation partielle après recapitalisation. Après avoir placé la moitié du capital en bourse, l'État conserve 20 % des parts du capital et met en place avec des investisseurs institutionnels entrant au capital un « Groupement d'actionnaires partenaires », qui de fait est un pacte d'actionnaires, pour assurer l'indépendance de la banque. Les plus gros actionnaires sont le Crédit agricole, Axa et Allianz, notamment via les AGF, aucun ne pouvant détenir plus de 10 % (cas du Crédit Agricole) du Crédit lyonnais sans l'autorisation du gouvernement.
  • 2003 : après un achat surprise par BNP Paribas de près de 17 % du capital du groupe, le groupe Crédit agricole SA se décide tardivement à prendre le contrôle du Crédit lyonnais. Jean Peyrelevade, PDG de la banque, manifestant sa préférence pour ce dernier, l'État cède au Crédit Agricole sa participation. La banque victorieuse fusionne la partie banque d'entreprise (BFI) avec Indosuez de la banque verte pour former Calyon et la société de gestion CLAM (société de gestion la plus récompensée d'Europe) avec CAAM.
  • 29 août 2005 : le Crédit lyonnais, précédemment siglé "CL", change ses identités de communication et visuelles (nouveau logo, nouveau slogan, nouvelle identité musicale…) et lance sa marque commerciale "LCL - Le Crédit Lyonnais"[17], couramment abrégée en LCL. La dénomination sociale de la banque reste officiellement Crédit lyonnais[18].

Identité de la marque[modifier | modifier le code]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • Le pouvoir de dire oui. (Début des années 1990.)
  • Votre banque vous doit des comptes. (1994.)
  • Nous vous devions une nouvelle banque.
  • Aujourd'hui, qui peut se passer d'une bonne banque ? (2003.)
  • Demandez plus à votre argent. (2005.)
  • Demandez plus à votre banque. (2012.)

Le Crédit lyonnais aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Après son rachat par le Crédit Agricole, le Crédit lyonnais s'est recentré sur le marché français. Aujourd'hui, les activités du Crédit lyonnais sont la banque des particuliers, la banque privée, la banque des professionnels, la banque des entreprises et de gestion de Fortune, et la banque en ligne e.LCL[19].

Le Crédit Lyonnais possède encore 5 filiales[20] : Interfimo (organisme de financement pour professionnels libéraux), la banque Thémis (financement des procédures collectives des entreprises), Angle Neuf (investissement dans l'immobilier neuf) et la BFC-AG (Banque Française Commerciale-Antilles Guyane) ; les autres filiales en France et à l'international ayant été intégrées au groupe Crédit Agricole.

En 2012, le Crédit lyonnais compte près de 20 900 collaborateurs répartis sur 2 065 sites dont plus 1 900 agences LCL sur l'ensemble du territoire pour 6 millions de clients particuliers, 320 000 clients professionnels et 27 000 clients entreprises et institutionnels[21],[22].

En septembre 2012, la banque, déjà engagée depuis longtemps dans des actions de mécénat, crée sa fondation d'entreprise : Fondation LCL[23].

Lors de la publication par le magazine Global Finance de son classement annuel des 50 banques les plus sûres du monde, le Crédit lyonnais n'apparaît plus alors que l'établissement était classé 27e l'année précédente[24].

Partenariats[modifier | modifier le code]

Partenariats d'image[modifier | modifier le code]

Depuis 1985, le Crédit lyonnais est partenaire de la Fédération française de judo.
Le Crédit lyonnais est également partenaire du maillot jaune des tours cyclistes français, et notamment du Tour de France, depuis 1981. Le vainqueur du tour est porteur du maillot siglé du logo de la banque depuis 1987.

Partenariat d'affaire[modifier | modifier le code]

LCL est partenaire de banques étrangères. Ces partenariats d'affaire se traduisent par des frais réduits pour les virements, retraits et autres transactions interbancaires.

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Les présidents du Crédit lyonnais[modifier | modifier le code]

  1. Henri Germain (1863-1905)
  2. Adrien Mazerat (1905-1907)
  3. Émile Béthenod (1907-1922)
  4. Georges Brincard (1922-1945)
  5. Édouard Escarra (1946)
  6. Louis Escallier (1946-1949)
  7. Édouard Escarra (1949-1955)
  8. Olivier Moreau-Néret (1955-1961)
  9. Marcel Wiriath (1961-1967)
  10. François Bloch-Lainé (1967-1974)
  11. Jacques Chaine (1974-1976), mort sous les balles d'un déséquilibré le 14 mai 1976
  12. Claude Pierre-Brossolette (1976-1982)
  13. Jean Deflassieux (1982-1986)
  14. Jean-Maxime Lévêque (1986-1989)
  15. Jean-Yves Haberer (1989-1993)
  16. Jean Peyrelevade (1993-2003)
  17. Jean Laurent (2003-2005)
  18. Georges Pauget (2005-2010), démissionnaire
  19. Jean-Paul Chifflet (2010-présent)

Les directeurs généraux du Crédit lyonnais[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Letourneur (1863-1882)
  2. Adrien Mazerat (1882-1905)
  3. Georges Brincard (1905-1922)
  4. Edmond Fabre-Luce (1905-1919)
  5. Eugène Lefebvre (1922-1926)
  6. Édouard Escarra (1926-1949)
  7. Robert Masson (1926-1946)
  8. Olivier Moreau-Néret (1949-1955)
  9. Marcel Wiriath (1955-1961)
  10. Marcel Cazes (1961-1967)
  11. Maurice Schlogel (1967-1972)
  12. Jean Saint-Geours (1969-1975)
  13. Jacques Roche (1974-1987)
  14. Bernard Thiolon (1985-1992)
  15. François Gille (1992-1994)
  16. Michel Renault (1992-1998)
  17. Pascal Lamy (1994-1999)
  18. Dominique Ferrero (1999-2003)
  19. Georges Pauget (2003-2005)
  20. Christian Duvillet (2005-2010)
  21. Yves Nanquette (2011-)

Employés célèbres[modifier | modifier le code]

Des questions touchant au fonctionnement de l'État[modifier | modifier le code]

À travers les affaires qui ont secoué la banque au cours des années 1990, se sont posées des questions touchant au fonctionnement de l'État français, notamment des relations consanguines entre ses sphères dirigeantes avec les élites étatiques supposées les contrôler.

Certains services de l'État, notamment l'Inspection des finances et le Trésor, ont été mis en cause dans leur rôle de surveillance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d http://www.lcl.com/fr/decouvrir-lcl/lcl-une-identite-forte/credit-lyonnais-histoire/histoire-lcl.jsp
  2. Colling 1949, p. 295
  3. a et b Colling 1949, p. 301
  4. "LE MARCHÉ BOURSIER ET LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES FRANÇAISES (1890-1939) Thèse de doctorat de Pierre-Cyrille HAUTCŒUR sous la direction de Christian de Boissieu (1994), page 50 [1]
  5. Alain Plessis et Philippe Verheyde et autres, Le Crédit lyonnais — 1863-1986 — Études historiques, Droz, 2002, p. 937. (ISBN :2600008071[à vérifier : ISBN invalide])
  6. Ibid.
  7. Ibid. p. 938.
  8. Alain Plessis et Philippe Verheyde et autres, Le Crédit lyonnais — 1863-1986 — Études historiques, Droz, 2002, p. 951.
  9. Ibid. p. 906.
  10. Ibid. p. 907.
  11. Selon Hubert Bonin, professeur d’histoire économique à l’Institut d’études politiques de Bordeaux, Peut-on imaginer des banquiers patriotes et résistants (1940-1944) ?, article en ligne : [2].
  12. Crédit Lyonnais : chronique d'un naufrage bancaire historique, Isabelle de Foucaud, lefigaro.fr, 10 novembre 2013
  13. Crédit Lyonnais: archives brûlantes et brûlées - Libération, 9 septembre 1997.
  14. Crédit lyonnais : les incendies étaient criminels - Le Point, no 1321, 25 janvier 2007
  15. L’État va emprunter 4,5 milliards d'euros pour éponger les dettes du Crédit Lyonnais, sudouest.fr, 10 novembre 2013.
  16. Crédit lyonnais, ou le symbole d’une élite de jean-foutre, Christophe Servan, bvoltaire.fr, 14 novembre 2013.
  17. Rapport annuel 2011, page 58 sur le site lcl.com
  18. Fiche d'identité sur le site lcl.com
  19. Les services bancaires LCL sur le site lcl.com
  20. Coordonnées des principales filiales de LCL sur le site lcl.com
  21. Site institutionnel lcl.com, données au 18 octobre 2012
  22. Rubrique "À propos de LCL" sur le site lcl.com
  23. Communiqué de presse sur le site lcl.com
  24. La Tribune, 21/08/12

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Bouvier, Naissance d'une banque : le Crédit lyonnais, Flammarion, 1968.
  • Jean Bouvier, Le Crédit lyonnais de 1863 à 1882 : les années de formation d'une banque de dépôt, Éditions de l'EHESS, 1999 (ISBN 2-7132-1278-2).
  • Alfred Colling, La Prodigieuse Histoire de la Bourse, Paris, Société d'éditions économiques et financières,‎ 1949
  • Alain Plessis et Philippe Verheyde et autres. Le Crédit lyonnais, 1863-1986 : études historiques, Droz, 2002. (ISBN 2600008071)
  • François d'Aubert, L'argent sale, Paris, Plon, 1993
  • Thierry Jean-Pierre. Le Crédit lyonnais, le casse du siècle, Fixot, 1999.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]