Métro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Metro.
Station de métro Clapham Common du métro de Londres
Quais de la station Shinjuku du métro de Tokyo (Japon).

Le métro (apocope de métropolitain, pour « chemin de fer métropolitain »), est un moyen de transport en commun urbain, souterrain le plus souvent, mais qui peut également reposer sur des infrastructures aériennes, et plus rarement au sol (qui est un terrain prédestiné au tram). Il s'apparente au chemin de fer.

Le plus grand réseau de métro par la longueur des voies et le nombre de stations est celui de New York. Par la longueur des lignes, les plus importants sont cependant ceux de Londres et de Shanghai[1]. Les métros les plus fréquentés dans le monde (nombre d'usagers quotidiens et annuels) sont ceux de Tokyo, Moscou et Séoul.

Définition[modifier | modifier le code]

En 1981, le Comité des Métropolitains de l’UITP définit « le chemin de fer métropolitain » comme « un chemin de fer conçu pour constituer un réseau permettant le transport d’un grand nombre de voyageurs à l’intérieur d’une zone urbaine au moyen de véhicules sur rails avec contrôle externe, dans un espace totalement ou partiellement en tunnel et entièrement réservé à cet usage. »

La définition nord-américaine du métro est plus synthétique : « c’est un transport public urbain de masse en mode guidé sur site propre intégral, sans croisement avec tout autre mode de transport ni accès piétonnier. »

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Premier métro électrique d’Europe continentale, à Budapest (Hongrie).

Aux débuts du métro, les véhicules sont tirés par des locomotives à vapeur, ce qui pose des problèmes de ventilation, notamment à l'intérieur des tunnels. Le problème est amplifié par le plan urbain de l’époque, riche en rues tortueuses et étroites, ce qui est d'autant plus vrai à Londres, qui est la première ville à obtenir un réseau. Toutefois, la ligne londonienne transporte 30 000 passagers dès le premier jour[2].

À la suite de Londres, quelques villes décident de créer des chemins de fer métropolitains comme Athènes dont la « ligne verte » est mise en service en 1869, ou Istanbul qui ouvre son tünel en 1875. Cependant, c'est en 1896 qu'est ouvert le métro de Budapest, la première véritable ligne de métro avec 11 stations. Il est bientôt suivi du métro de Vienne en 1898, année où commencent les travaux de celui de Paris.

Métro de Londres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Métro de Londres.

Le premier métro est le « Metropolitan Railway » de Londres, qui s'appelle aujourd'hui London Underground. Il est imaginé par Charles Pearson et inauguré le 10 janvier 1863[2] ; le premier tronçon fait 6,5 km de long (quatre miles). Il relie Farringdon Street à la Gare de Paddington et son tunnel est constitué d'une tranchée couverte. La construction du métro de Londres est décidée pour régler les énormes problèmes de circulation que connaissait la métropole à l’époque, avec ses 2 500 000 habitants sur 90 km2.

Malgré les difficultés techniques et les problèmes de confort, le métro connait un grand succès populaire, et le nombre de lignes augmente assez rapidement sur l'élan de la curiosité que l'invention suscite.

Toutes les lignes du métro de Londres sont électrifiées entre 1890 et 1900.

Métro de Paris[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Métro de Paris.

Le métro de Paris, dont la construction débute le 4 octobre 1898, est directement conçu à traction électrique. Il est adopté par Édouard Empain et emploie 2 000 ouvriers qui travaillent sans relâche. Paris voit sa première ligne mise en service pour l’exposition universelle de 1900, le 19 juillet, au terme de 17 mois de travaux sous la direction de Fulgence Bienvenüe, alors ingénieur des ponts et chaussées. La première ligne, qui relie la porte Maillot à la porte de Vincennes, connait un succès immédiat : au 31 décembre 1900, on estime que 16 000 000 de passagers ont pris le métro[2].

Le 10 août 1903, à cause d'un court-circuit, un incendie se déclenche ; 84 décès sont déplorés. À la suite de cet accident, des mesures de sécurité strictes sont prises[2].

Aujourd'hui, le métro parisien compte 16 lignes et 200 km de voies[2].

Essor[modifier | modifier le code]

En 1890 est inaugurée la première ligne électrique, à Londres, ce qui règle le problème de la vapeur, et donc de la ventilation.

En 1902, le métro de Berlin est inauguré.

Le 27 octobre 1904, c'est au tour de New York de présenter sa première ligne. Ce dernier compte aujourd'hui 28 lignes et 400 km de voies[2].

En 1913, le métro de Buenos Aires est le premier métro mis en service dans l'hémisphère sud et comporte six lignes. Le métro de São Paulo est le second inauguré dans l'hémisphère sud. Achevé en 1972, il comporte cinq lignes.

Le 30 décembre 1927 est inauguré le premier métro d'Asie, celui de Tokyo. La ligne de 2,2 km relie le quartier d'Ueno à celui d'Asakusa[2].

Le 27 avril 1935, le métro de Moscou est présenté ; la première ligne relie Sokolniki à Koultoury. Jusqu'en 1955, il est baptisé du nom de « Kaganovitch », en l'honneur de Lazare Kaganovitch, homme d'État soviétique. Depuis 1955, il porte le nom de « Lénine ».

De petites zones urbaines possèdent également un métro, comme Serfaus, en Autriche, qui dispose d'une ligne de 3,2 km : le Dorfbahn Serfaus, construit en 1985.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Technique[modifier | modifier le code]

Métro de Lille : premier métro automatique léger (VAL) au monde (1983)
Rame du métro automatique de Lausanne (Suisse), dernier métro mis en service.

Locomotive à vapeur[modifier | modifier le code]

Technique actuelle[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, des villes allemandes, ainsi que Bruxelles, Charleroi et Anvers, ont choisi de réaliser un métro léger ou un prémétro, en enterrant certaines sections de leurs lignes de tramway. C’est un mode hybride, le métro-tram. À Bruxelles, les lignes en question sont conçues dès le départ pour être transformées plus tard en métros lourds à peu de frais, d’où le terme pré-métro. En France, la ville de Rouen opte pour ce type de matériel en 1994.

En 2008, le métro de Lausanne, qui est une ville à forte pente, a été inauguré. Ce métro, majoritairement souterrain gravit des pentes à 12%. C’est un métro sur pneus automatique (sans conducteur) doté de freins d’urgence à patins magnétiques.

Certains métros sont construits pour résister à des froids intenses. C'est le cas de la ligne mise en service à Harbin, capitale de la province du Heilongjiang, fin 2012, conçue pour fonctionner jusqu'à -38 °C d'après son constructeur[3].

La plupart des métros roulent sur des rails classiques à écartement standard.

Métro sur pneumatiques[modifier | modifier le code]

Le métro sur pneumatiques est une technologie d’origine française, développée à partir des années 1950 par la RATP. Le premier système de métro entièrement sur pneus est celui de Montréal, construit en collaboration avec des ingénieurs français. Le métro de Mexico et celui de Santiago du Chili utilisent aussi cette technologie.

Automatisation[modifier | modifier le code]

La conduite de certains métros est automatisée à partir de la même époque. À partir du début des années 1980 apparaissent les métros entièrement automatiques, sans conducteur, à petit gabarit (VAL), à Lille (1983), Toulouse (1993) et à Rennes en 2002, ou à grand gabarit : le premier fut la ligne D à Lyon (1991), suivie de la ligne 14 à Paris en 1998. Les premiers métros automatiques japonais et les SkyTrains apparaissent également à cette époque.

Nombre de trajets annuels en métro[modifier | modifier le code]

Plus d'un milliard de trajets annuels[modifier | modifier le code]

Plus de 500 millions de trajets annuels[modifier | modifier le code]

Plus de 200 millions de trajets annuels[modifier | modifier le code]

Moins de 200 millions de trajets annuels[modifier | modifier le code]

Ancêtres du métro[modifier | modifier le code]

  • Funiculaire de Lyon : 1862 (si l'on s'en réfère à la définition du terme « métropolitain » donnée par différents dictionnaires de la langue française : « chemin de fer à traction électrique, partiellement ou totalement souterrain, qui dessert une grande agglomération urbaine » , Lyon peut se targuer d'avoir eu la première ligne de métropolitain au monde puisque la ligne de funiculaire de la rue Terme (qui répond à ces caractéristiques) fut ouverte 6 mois avant la première ligne du métro de Londres.
  • Métro de Londres : 10 janvier 1863 (il s'agissait d'un réseau de trains à vapeur en partie enfoui : la première ligne électrifiée et souterraine fut ouverte en 1890).
  • Métro de New York : 1868 (à l'origine, il s'agissait d'un métro léger, la première ligne de métro lourd y a été ouverte en 1904).
  • Métro d'Athènes : 1869 (il s'agissait d'une ligne de trains à vapeur en partie enfouie : la ligne fut électrifiée en 1904).
  • Tünel d'Istanbul : 1875 (il s'agit à l'origine d'un funiculaire souterrain marchant à la vapeur, il ne fut électrifié qu'en 1990).
  • Meyseyrail : 1886 (il s'agissait d'un réseau de trains en partie souterrain circulant dans l'agglomération de Liverpool).

Métro souterrain[modifier | modifier le code]

À partir de 1969, le nombre de villes possédant des lignes de métro explose, avec l'ouverture de réseaux dans des villes moins peuplées (Métro de Lyon : 1974 et Métro de Bruxelles en 1976, deux villes comptant environ 1 million d'habitants) et dans des pays moins développés (Métro de Pékin et Métro de Mexico : 1969) notamment des pays de l'hémisphère sud (ouverture du métro de Sao Paulo en 1974 : ce n'est alors que le second réseau de tout l'hémisphère Sud).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Shanghai now the world's longest metro »,‎ 4 mai 2010 (consulté le 4 mai 2010)
  2. a, b, c, d, e, f et g « Jour par Jour, Métro », sur linternaute.com (consulté le 7 avril 2013)
  3. « Chine : construction d'une rame de métro résistante au froid », sur french.peopledaily.com.cn,‎ 29 août 2012 (consulté le 29 août 2012)
  4. Keolis Lyon, « Chiffres fréquentation métro », sur http://www.lyon-en-lignes.org, Lyon en lignes,‎ 9 février 2013 (consulté le 27 mars 2013).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Christian Wolmar, The Subterranean Raiway. How the London Underground was built and how it changed the city forever, Atlantic Books, London, 2005
  • Article Sur le Métro de Lyon (En Français) - Wikipedia, Section Histoire. 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]