Haïti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Tahiti.

Haïti, en forme longue la République d’Haïti, en créole haïtien Ayiti et Repiblik Dayiti, est un pays des Grandes Antilles occupant le tiers occidental de l’île d’Hispaniola (soit 27 750 km2 environ). Sa capitale est Port-au-Prince et son point culminant est le pic la Selle avec 2 680 mètres d’altitude.

La révolte des esclaves de Saint-Domingue est à l’origine de la création de la République d’Haïti qui devient en 1804 la première république indépendante de population majoritairement noire après l’abandon forcé de l’île par l’armée de Napoléon Bonaparte. Haïti est aussi le seul pays francophone indépendant des Caraïbes.

Haïti est un pays en voie de développement, il a d'ailleurs le plus faible IDH et PIB par habitant du continent américain.

Après avoir été une des premières destinations de la Caraïbe dans les années 1950, 1960 et 1970 et avoir raté la transition démocratique après la chute des Duvalier (François Duvalier dit "papa doc", Jean-Claude Duvalier dit "bébé doc") ; Haiti surnommé « La Perle des Antilles » fait l'expérience d'une démocratie renaissante et tente de s’organiser et de se reconstruire après le violent séisme de 2010 qui a dévasté un tiers de son territoire[2],[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Noms de l'île de Saint-Domingue.

Chez les Taïnos, Ayiti signifierait selon les versions : « terre des hautes montagnes »[4] ou « la montagne dans la mer »[5], ou « âpre terre »[6].

Lorsque les flibustiers français — qui ont d'abord envahi l'île de la Tortue au nord — migrent vers la partie occidentale de l'île d'Hispaniola, ils francisent en Saint-Domingue, le nom de Santo Domingo, qui est celui de la capitale de l'île fondée par les Espagnols au sud-est de celle-ci.

De 1630 à 1664, ce nom reste informel jusqu'à ce que Colbert incorpore la « colonie de Saint-Domingue » à la Compagnie des Indes occidentales. Le nom de Saint-Domingue sera confirmé par les traités de Ryswick (1697) et de Bâle (1795) pour désigner la partie occidentale (pars occidentalis) qui, durant cette période coloniale française, est aussi surnommée la « perle des Antilles ».

Le 1er janvier 1804, en déclarant l'indépendance du pays, Dessalines lui redonne le nom taino d'origine, Haïti-Bohio-Quisqueya, en honneur à ce peuple amérindien.

En créole, le pays est appelé Ayiti.

Géographie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Géographie d'Haïti et Villes d'Haïti.
Carte topographique d'Haïti

Le territoire d'Haïti est principalement constitué par la partie occidentale de l'île d'Haiti que l'on nomme également « Terre haute ou montagneuse », à laquelle vient s'ajouter un certain nombre d'autres îles et archipels tels que :

L'île de la Navasse est considérée comme étant une Îles mineures éloignées des États-Unis, mais est néanmoins revendiquée par Haïti.

Le relief de la « Terre montagneuse » est généralement constitué de montagnes escarpées avec de petites plaines côtières et des vallées. Comme pour l'île entière, celui de la République d'Haïti est formé de deux bandes montagneuses principales séparée par la Plaine du Cul-de-Sac : l'une au Nord, où s'élèvent la chaîne du Haut-Piton, le massif des Montagnes Noires et la chaîne des Matheux ; l'autre au Sud, constituée par le massif du pic la Selle et le massif de la Hotte.

Malgré la déforestation à grande échelle sur l'ensemble du territoire national, Haïti possède encore des zones boisées qui s'étendent sur le pays voisin qu'est la République dominicaine. Ainsi ces deux États partagent la forêt de pins de l'île d'Hispaniola qui couvre encore une partie du massif du Pic la Selle et du massif de la Hotte.

La partie centrale et l'Est forment un grand plateau d'altitude. Le principal fleuve haïtien est l'Artibonite.

Haïti (comme le reste de l'île d'Hispaniola) se trouve dans une zone sismiquement active, entre deux plaques tectoniques : la plaque nord-américaine au nord et la plaque caraïbe au sud, rendent le pays particulièrement vulnérable aux tremblements de terre. Celui du 12 janvier 2010, se révéla être le plus grand séisme jamais enregistré dans ce pays, dévastant notamment la région de la capitale Port-au-Prince, faisant plus de 200 000 morts, et des millions de sans abris.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est tropical. La saison des pluies s'étend d'avril à juin puis d'octobre à novembre. La saison des ouragans s’étend du mois de juin jusqu’à la fin du mois de novembre.

Le pays subit régulièrement des précipitations importantes et des ouragans. L'ouragan Jeanne qui a ravagé Haïti en septembre 2004 s'est soldé par un bilan provisoire de plus de 1 160 morts et 1 250 disparus. Les effets de la tempête aggravent les conditions de vie déjà difficiles de ce pays : 170 000 personnes manquent de quoi manger et boire, et les bananiers ont été en grande partie détruits par le cyclone, alors que le pays avait déjà souffert des pluies diluviennes en mai 2004 qui avaient entraîné le décès de 1 220 personnes.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Surnommée autrefois la « perle des Antilles », Haïti bénéficie d'un climat tropical, d'une température moyenne de 30 degrés Celsius et d'environ 364 jours de soleil par an[réf. nécessaire]. Le tourisme à Haïti est à la fois culturel, avec des forts, dont la citadelle La Ferrière et le palais de Sans-Souçi et des villes comme Labadie ainsi que naturel, avec les plages d'eau turquoise de Jacmel.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d’habitants.
Article détaillé : Démographie d'Haïti.

En 1790, la population de la colonie, alors nommée Saint-Domingue, s’élevait à environ 500 000 personnes dont 38 360 Européens et 28 370 Africains et hommes de couleur libres, aux côtés de 433 270 personnes ayant le statut d’esclave.

Dans les années 1880, elle comprenait environ 570 000 habitants.

La population d'Haïti est estimée à 10 413 211 habitants en 2012[7] dont plus de 43,6 % seraient citadins[8]. La grande majorité de la population est de religion chrétienne.

Dans les années 2000, la plus grande agglomération est la capitale Port-au-Prince avec près de 2 300 000 habitants (est. 2009), suivie du Cap-Haïtien avec 250 000 habitants environ.

80 à 85 % de la population haïtienne est d'ascendance africaine tandis que les 15 à 20 % restants sont issus de métissage (la plus grande proportion se trouvant dans le sud de l'ile) ou sont d'origine européenne (française, italienne, allemande, polonaise, portugaise, espagnole). Une proportion de population d'origine arabe, arménienne, juive ou encore indienne (de l'Inde) et asiatique est aussi constatée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Histoire d'Haïti et Histoire de Saint-Domingue.

Des origines à 1804[modifier | modifier le code]

Les peuples de culture Arawak, Caraïbes et Taïnos occupent l’île avant l’arrivée des Espagnols. Christophe Colomb, débarquant le 5 décembre 1492 la nomme Hispaniola alors que les indigènes la nommaient de trois façons : Ayiti, Quisqueya et Bohio. On estime qu’environ 100 000 indigènes peuplaient l’île d'Hispaniola à la fin du XVe siècle.

Les Espagnols exploitent l’île pour son or. Les Amérindiens refusant de travailler dans les mines sont massacrés et réduits en esclavage ; les rares personnes qui réussissent à s’échapper trouvent refuge dans les montagnes et sont marginalisées et fortement paupérisées. Les maladies infectieuses arrivées avec les Européens font des ravages ; les mauvais traitements, la dénutrition et la baisse de natalité font le reste : la population indigène est exterminée en quelques décennies.

Les Espagnols font alors venir d’Afrique des esclaves noirs déportés. En 1517, Charles Quint autorise la traite des esclaves, qu’il interdira dès la décennie suivante, mais sans succès, pas plus qu’ensuite le pape Paul III.

La partie ouest d’Hispaniola, dépourvue de minerai, est vite négligée par les colons espagnols qui la laissent vide. Des boucaniers français s’y installent, malgré plusieurs expéditions militaires espagnoles. Au XVIIe siècle, sous l’autorité du cardinal de Richelieu, l’installation française s’institutionnalise. L’île de la Tortue, au nord ouest d’Hispaniola, devient le siège de la flibuste. Ces aventuriers gagnent peu à peu la « Grande terre » : en 1654, ils créent la première ville de la future Saint-Domingue : Petit-Goâve. Le premier gouverneur de la colonie est Bertrand d’Ogeron, nommé en 1665. Sachant se faire accepter des flibustiers, il organise la colonisation par la venue de Français qui s’engagent à travailler trois ans avant de devenir propriétaires de terres (on les appelait les « 36 mois »). Il favorise la plantation de tabac. Ainsi, il sédentarise une population de boucaniers et de flibustiers peu portée à accepter l’autorité royale jusqu’aux années 1660. Bertrand d’Orgeron attire aussi des colons de Martinique et de Guadeloupe.

Mais en 1670-1690 intervient la crise du tabac et un grand nombre de places furent abandonnées. Les rangs de la flibuste grossissent, les pillages, comme ceux de Vera Cruz en 1683 ou de Campêche en 1686, se multiplient et Jean-Baptiste Colbert, ministre de la Marine, ramene l’ordre en prenant un grand nombre de mesures. Il transfère le gouvernement à Port-de-Paix en 1676. Il encourage la création de plantations d’indigo et de canne à sucre. Le premier moulin à sucre est créé en 1685. Enfin, il réglemente l'esclavage en préparant le Code noir (qui sera promulgué en 1685, après sa mort). L'ensemble des ces actions permet l'essor économique de la colonie.

À la suite du traité de Ryswick de 1697 et à l'accession au trône d'Espagne d'un petit-fils de Louis XIV, les Espagnols renoncent à contester la souveraineté de la France sur le tiers occidental de l'île. La France officialise le nom de Saint-Domingue, pour cette partie. C’est alors que viennent de France de nombreux colons qui développent les plantations ou travaillent dans celles-ci. De 1713 à 1787, 30 000 Français viennent grossir le nombre des colons présents dans la partie Ouest de l’île.

Les guerres éclatent en Europe et se prolongent sur les mers jusqu’aux Antilles et aux Caraïbes. En 1756, le commerce est paralysé. Un grand nombre de colons et leurs familles quittent Saint-Domingue pour la Louisiane, où ils s’installent dans des Postes établis par la France et administrés par des militaires.

Vers 1790, Saint-Domingue est la colonie française la plus riche de toute l'Amérique grâce aux profits immenses de l'industrie sucrière et de celle de l’indigo générés par le travail des esclaves. Des dizaines de milliers d'Africains avaient été amenés comme esclaves pour faire fonctionner ces industries. Leur sort est juridiquement encadré par le code noir, mais, dans les faits, ils subissent des traitements souvent pires que ceux dudit code. Leur nombre (400 000) est dix fois plus élevé que celui des blancs.

1804 : la révolution d'indépendance[modifier | modifier le code]

Toussaint Louverture

La Révolution française entraîne de graves bouleversements sociaux dans les petites Antilles comme à Saint-Domingue. Le plus important est la révolte des esclaves qui aboutit en 1793 à l’abolition de l'esclavage par les commissaires civils Sonthonax et Polverel, décision avalisée et généralisée à l’ensemble des colonies françaises par la Convention six mois plus tard (première abolition de l'esclavage le 16 pluviose an II, donc le 4 février 1794).

Toussaint Louverture, nommé gouverneur général à vie de Saint-Domingue par la France, après avoir rétabli la paix, chassa les Espagnols et les Anglais qui menaçaient la colonie, rétablit la prospérité par des mesures audacieuses. La promulgation d’une constitution autonomiste provoque une réaction de la France : Napoléon Bonaparte, sous l’influence des Créoles (Français – et Espagnols – nés sur l’une des îles des Antilles, plus tard en Louisiane aussi) et des négociants, envoie une expédition de 30 000 hommes sous les ordres de son beau-frère le général Leclerc avec pour mission de démettre Louverture et rétablir l'esclavage. Mais, après quelques victoires, l’arrestation (faux rendez-vous diplomatique, avec promesse de Bonaparte de sauf-conduit, non respectée[9]) et la déportation de Toussaint Louverture arrêté le 7 juin 1802, les troupes françaises, décimées par la fièvre jaune, commandées par Rochambeau, sont battues à la bataille de Vertières par Jean-Jacques Dessalines, qui a rejoint l'insurrection (et avec l'aide des Anglais qui combattent les soldats français et soutiennent les combats des esclaves, et qui voulaient se venger de l'aide française aux insurgés américains).

Au terme d’une double bataille, la Déclaration d’indépendance[10] du pays est proclamée le 1er janvier 1804. Le nom de Haïti (ancien nom de l'île du temps des Indiens Caraïbes) est donné au pays. Haïti est le premier pays au monde issu d'une révolte d'esclaves.

De 1804 à 1990[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Massacres de 1804 en Haïti.

Dessalines est proclamé gouverneur à vie par ses troupes. L’histoire rapporte qu’il exécuta la plupart des quelque 10 000 Blancs restés sur l’île et gouverna en despote. Il est assassiné à son tour le 17 octobre 1806 par des mulâtres. Le pays se divise alors en deux, un royaume au nord commandé par le noir Henri Christophe et une république au sud avec le mulâtre Alexandre Pétion.

En 1822, le président Jean Pierre Boyer réunifie les deux parties Nord et Sud et conquiert la partie est de l'île, colonie espagnole.

Le président Pétion initie des négociations pour la reconnaissance d’Haïti en 1814. Elles durent jusqu’en 1824. Le 11 juillet 1825, le roi de France Charles X promulgue une ordonnance reconnaissant l’indépendance du pays contre une indemnité de 150 millions de francs-or (la somme sera ramenée par Louis-Philippe Ier en 1838 à 90 millions de francs).

Le 27 février 1844, malgré les attaques incessantes de la part des Haïtiens, la République dominicaine se déclare à nouveau indépendante. L'occupation de la partie espagnole de l'île d'Hispaniola pendant 22 ans par les Haïtiens — qui y commettent exactions et abus de pouvoir à répétition — a ainsi laissé un fort mauvais souvenir aux Dominicains.

Une longue succession de coups d’État suit le départ de Jean Pierre Boyer. Le président Louis Pierrot, qui reste moins d'un an au pouvoir, rétablit en 1846 la mémoire de l'empereur Jean-Jacques Dessalines. Le pouvoir ne cesse d’être contesté par des factions de l’armée, les élites mulâtre et noires, et la classe marchande, désormais composée majoritairement d’étrangers (Allemands, Américains, Français et Anglais). Le pays s’appauvrit, peu de chefs d’État se préoccupent de son développement. Dès que le pouvoir se fragilise, des révoltes armées se déclenchent, entretenues par les candidats à la succession.

En 1847, Faustin Soulouque est élu président de la République : il transforme le pays en empire d'Haïti le 25 août 1849 et devient Faustin Ier. Despote, il fuit le pays à la suite d'un soulèvement populaire en 1859.

Au début du XXe siècle, le pays est en état d’insurrection quasi permanente. Cet état de fait favorise l’invasion de l’île par les troupes du président Wilson en 1915 pour contrer l’influence de l’Empire allemand et rétablir l'ordre après la mort du président Guillaume Sam aux mains d'un peuple en furie. Les États-Unis occupent l’île de 1915 à 1934, assainissent les finances publiques, créent une armée enfin digne de ce nom, construisent des écoles, des routes, etc. Après le départ des Américains, l’instabilité politique (entre militaires mulâtres et populistes noirs) reprend, et ne s’achève qu’à partir de 1957 avec l'élection de Duvalier, dont le régime basé sur le principe du pouvoir au plus grand nombre durera jusqu’en 1986. Partisan de la lutte contre les mulâtres qui contrôlent l'armée et qui ont précédemment renversé le noiriste Dumarsais Estimé, François Duvalier, le père (alias « Papa Doc »), assied son pouvoir personnel sur la délation et alimente la terreur à l’aide de ses partisans surnommés tontons macoutes, véritables escadrons de la mort. La dictature des Duvalier est responsable de nombreuses tueries, de massacres d’opposants et de civils, tel celui de la ville de Jérémie, connu sous le nom « Vêpres jérémiennes » en 1964. De nombreux Haïtiens s'exilent, notamment aux États-Unis et au Canada, ou certains, partisans du pouvoir aux plus capables et qui avaient jusque-là monopolisé le pouvoir politique et militaire se posent en victimes du régime Duvalier. En 1986, son fils Jean-Claude (alias « Baby Doc ») doit quitter le pays, qui connaît alors une véritable descente aux enfers alors que la démocratie espérée par tous ne se concrétise pas.

Haïti depuis 1990[modifier | modifier le code]

Élection d’Aristide (1990-1994)[modifier | modifier le code]

Jean-Bertrand Aristide remporte les élections de décembre 1990. Cette consultation marquée par une forte participation, a été boycottée par les duvaliéristes[11]. Ceux-ci considèrent que l'élection de J.-B. Aristide a été un véritable « coup d'État électoral ». Son mandat débute le 7 février 1991, mais un coup d’État mené par Raoul Cédras et des militaires (soutenus par l'oligarchie marchande) l'oblige en septembre à s’exiler aux États-Unis. Pendant trois ans, les milices (que d'aucuns estiment soutenues par les États-Unis[12],[13],[14],[15],[16]) intimident la population et assassinent les meneurs syndicaux et les militants qui avaient constitué la base de la résistance aux Duvalier et l’appui à l’élection d'Aristide. La plus importante de ces forces paramilitaires, le FRAPH, avait été fondé par un supposé pion de la CIA[17],[18], Emmanuel Constant.

Retour d'Aristide au pouvoir (1994-1996)[modifier | modifier le code]

En 1994, Aristide est rétabli au pouvoir par l'administration de Bill Clinton, lors de l’opération « Rétablir la démocratie »[19] à la condition de renoncer à récupérer les années perdues lors de l’intermède militaire et de se plier à un programme néolibéral[20],[21],[22], surnommé « plan de la mort » par les Haïtiens[23]. Il s’agissait en partie du programme[24] de son opposant lors des dernières élections, un ancien fonctionnaire de la Banque mondiale, Marc Bazin[25]. Son retour fut par ailleurs marqué par le démantèlement de l'armée, corrompue, prévaricatrice et vecteur d'instabilité politique.

Premier mandat de Préval (1996-2001)[modifier | modifier le code]

Aristide quitte la présidence en 1996 et René Préval lui succède. Malgré son appartenance à Lavalas, le parti d'Aristide, il n'est soutenu que du bout des lèvres par l'ancien président. Il applique immédiatement le plan américain[26], ce qui provoque un véritable tollé dans l'île.

Second mandat d'Aristide et règne des chimères (2000-2004)[modifier | modifier le code]

Mission intérimaire de l'ONU en 2004

Aristide est réélu en 2000, avec une abstention estimée à 90 % par l’ONU[27]. Après plusieurs mois de pressions exercées par la communauté internationale, plus particulièrement par la France (avec l'intervention de Régis Debray et Véronique de Villepin-Albanel) et les États-Unis, Aristide est obligé, lors de la révolte populaire du 29 février 2004, de quitter le pays avec un commando des forces spéciales des États-Unis[28]. Boniface Alexandre, président de la Cour de cassation, assure ensuite le pouvoir par intérim.

Second mandat de Préval (2006- 2011 )[modifier | modifier le code]

En février 2006, à la suite d'élections marquées par des incertitudes sur le décompte des bulletins de vote, et grâce à l'appui de manifestations populaires, René Préval est élu.

Depuis le 14 mai 2011, le nouveau président de la république de Haïti est Michel Martelly.

Séisme de 2010[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Séisme de 2010 à Haïti.

Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre de magnitude 7,3 sur l’échelle de Richter frappe l’ouest d’Haïti et notamment sa capitale, Port-au-Prince. Il est suivi de plus d’une centaine de répliques. Il s'agit du séisme le plus important et le plus meurtrier de l’histoire d’Haïti, allant jusqu’à désorganiser totalement le fonctionnement de l’État, à l’image de l’effondrement de plusieurs bâtiments publics comme le palais présidentiel qui entraîna la mort de plusieurs cadres du gouvernement. Le président Préval et son Premier ministre Jean-Max Bellerive y échappent de peu. De plus, des milliers de détenus alors incarcérés à la prison de Port-au-Prince se sont échappés, à la suite de l’effondrement de celle-ci, fragilisant encore plus une situation sécuritaire déjà précaire.

La Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) fut également dévastée par l’écroulement de son quartier général à Port-au-Prince : plus de 150 casques bleus dont le chef de mission Hédi Annabi et son adjoint sont morts ou portés disparus. Le bilan de ce cataclysme sismique s’élève, au 24 février 2010, à plus de 300 000 morts, 300 000 blessés et 1 000 000 de sans-abri. Mais le général Ken Keen, qui dirige la force spéciale américaine en Haïti, a évoqué celui de 150 000 à 200 000 morts comme « hypothèse de travail ». Barack Obama parle « de la plus grande catastrophe humanitaire qu’aient eu à gérer les États-Unis d'Amérique ». Les États-Unis y ont dépêché sur place 16 000 militaires, l’Union européenne 1 500[29].

Étant donné qu’il sera impossible de déblayer tous les gravats à courte échéance, les autorités haïtiennes envisagent de reconstruire plusieurs quartiers de Port-au-Prince aux alentours de la capitale haïtienne.

Le 20 janvier 2010, à six heures (heure locale), une réplique de magnitude 6,1 sur l’échelle de Richter, ressentie à soixante kilomètres à l’ouest de la capitale en ruine, frappe à nouveau le pays.

Le 22 janvier 2010, un effort « mondial » (mobilisant notamment le Canada, les États-Unis et la France) est consenti afin de recueillir plus d’un milliard de dollars dans un fonds d’aide.

Le 16 février 2010, le coût de reconstruction de la capitale haïtienne et de ses environs est estimé entre huit et quatorze milliards de dollars.

Épidémie de choléra[modifier | modifier le code]

En octobre 2010, dans des circonstances peu claires, une épidémie de choléra a éclaté. Elle a démarré le long d'un affluent du fleuve Artibonite[30], la rivière Meye, et a rapidement atteint toutes les zones en aval le long de l'Artibonite ; un rapport amène à penser que la souche microbienne aurait été importée lors de l'arrivée de soldats népalais de l'ONU[31].

En décembre 2011, le ministère haïtien de la Santé et de la Population dénombrait plus de 6 500 morts dues à cette épidémie de choléra. Alors que l'épidémie n'avait pas encore été arrêtée, à la mi-mai 2012, ce même ministère décomptait plus de 540 000 cas de contagions parmi lesquels 7 000 décès[32].

Politique[modifier | modifier le code]

Haïti est une république démocratique indivisible, souveraine, indépendante, coopératiste, libre et sociale. Le droit de vote est accordé à tous les citoyens âgés de dix-huit ans et plus.

Pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Le pouvoir exécutif est exercé par le président de la République, le premier ministre et son cabinet, le pouvoir exécutif a pour rôle de faire exécuter et respecter les lois.

Le président est le chef de l'armée, il veille aussi à la bonne marche des institutions de l'État, l'actuel président est Michel Martelly.

Le chef du gouvernement est le Premier ministre, il conduit la politique de la nation par la vision du président, nomme et révoque les fonctionnaires de l’État. L'actuel premier ministre est Laurent Salvador Lamothe depuis le 16 mai 2012. Le président ne peut être mis à pied que par une mise en accusation par la chambre des députés et le Sénat qui l'érige en haute cour de justice. Le Premier ministre ne peut pas être révoqué par le président de la République, mais peut être interpellé par l'une des deux chambres et renvoyé après un vote de censure.

Pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Le pouvoir législatif est exercé par l'Assemblée nationale constituée par deux chambres : le Sénat et la Chambre des députés qui sont indépendants. Le parlement vote le budget de la république et déclare la guerre, le Sénat approuve la nomination du chef de la police, du commandant en chef de l'armée, les ambassadeurs et suggère au président une liste des personnages qui doivent faire partie de la cour de Cassation et en une seule chambre, ils désignent 3 noms pour les représenter au conseil électoral, trois (3) noms au Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire et à la cour Constitutionnelle. L'actuel president du Sénat, qui est aussi de facto le président de l'Assemblée nationale est Dieusel Desras Simon.

Pouvoir judiciaire[modifier | modifier le code]

Le pouvoir judiciaire est exercé par une Cour de Cassation, les Cours d'Appel, les tribunaux de première instance, les tribunaux de paix et les tribunaux spéciaux. La plus haute instance juridique du pays est la Cour de Cassation et suivant la publication de la nouvelle constitution amendée sous le président Rene Preval, Haïti se voit dotée d'une Cour Constitutionnelle chargée d'assurer la constitutionnalité des lois. Elle est garante de la constitutionnalité de la loi, des règlements et des actes administratifs du Pouvoir Exécutif. Ses décisions ne sont susceptibles d'aucun recours. Le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire est aussi créé pour renforcer la neutralité de la justice et joue son rôle administratif au sein du pouvoir judiciaire[33].

Subdivisions territoriales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Départements d'Haïti.

Haïti est divisée en 10 départements, 42 arrondissements, 140 communes et 570 sections communales.

Chacune de ces divisions dispose d'un numéro d'identification délivré par l'Ihsi.

  • Le département est la plus grande division territoriale. Le code département va de 01 à 10.

Chaque département est administré par un Conseil de trois (3) membres élus pour quatre (4) ans par l'Assemblée départementale. L'exécutif nomme un délégué départemental, chargé d'administrer les différents ministères déconcentrés et qui travaille de concert avec l'assemblée départementale.

  • L'arrondissement est le deuxième niveau administratif.
  • La commune a l'autonomie administrative et financière. Chaque Commune de la République est administrée par un Conseil de trois (3) membres élus au suffrage universel dénommé Conseil Municipal. Le code commune va de 0111 à 1032.
  • La section communale est la plus petite entité administrative et dérive des communes. Elle dispose d'un CASEC et d'une ASEC. Le code section communale va de 0111-01 à 1032-02.

La capitale d'Haïti est Port-au-Prince, c'est la plus grande ville du pays. La métropole du Nord ou encore Cap-Haïtien est la seconde ville du pays. De par son rang d'ancienne capitale notamment sous la colonie française, de son architecture puis aussi de par son rôle dans les combats pour l'indépendance, elle demeure comme un emblème de l'histoire haïtienne.

Il existe aussi ce qui est couramment appelé le « onzième département », représentant les quelque deux millions d’Haïtiens vivant à l’extérieur du pays : la diaspora haïtienne.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie d'Haïti.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2010). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Handicaps[modifier | modifier le code]

Commerce de subsistance dans un camp de réfugiés après le seïsme de 2010.

75 % des Haïtiens vivent en dessous du seuil de pauvreté et 50 % sont dans la pauvreté la plus totale, ce qui fait du pays le plus pauvre du continent américain. Plus d'un Haïtien sur trois est sous-alimenté, soit un million huit cent mille personnes, selon un rapport du conseil national de la sécurité alimentaire (CNSA) haïtien, ce qui cause plusieurs conflits pour s'approprier de la nourriture. Le taux de chômage atteint plus de 40,6 % de la population active en 2010[34].

De plus, Haïti souffre d’une inflation élevée et d’un manque d’investissement à cause de l’insécurité, des infrastructures limitées et d'un manque de confiance. Le gouvernement dépend de l’aide internationale pour financer les 2/3 de son budget.

Les transferts d’argent venant de la diaspora haïtienne demeurent néanmoins une importante source de devises pour le pays, puisqu’ils représentent un quart du produit intérieur brut et deux fois la valeur des exportations. Pour les transferts d'argent vers l'extérieur, un prélèvement de 1,5 dollars américains est fait selon un arrêté présidentiel pour appuyer le programme de scolarité gratuite créé par le président de la République, son Excellence Monsieur Michel Martelly.

Par ailleurs, Haïti reste un pays vulnérable aux catastrophes naturelles. En 2008, quatre cyclones ont ravagé le pays et ont causé d’énormes dégâts matériels aux infrastructures routières et au secteur agricole, et le séisme de 2010 a ravagé le pays.

La déforestation accélérée est également un frein au développement économique, provoquant l’érosion, l’appauvrissement et l’éboulement des terres, notamment lors des pluies torrentielles.

Secteurs économiques[modifier | modifier le code]

Les principales ressources naturelles d’Haïti sont la bauxite, le cuivre, le carbonate de calcium, pierre à chaux, l’or, la marne et l’hydroélectricité. Cependant, les ressources minérales sont limitées à de petits gisements. Seule la bauxite a été exploitée commercialement à une échelle significative[35].

Cependant, c’est l’agriculture qui emploie l'essentiel de la main-d'œuvre avec plus des deux tiers de la population en âge de travailler. Les exploitations agricoles sont, avant tout, des fermes de subsistance, de dimensions restreintes, où le café, le cacao, le sisal, le coton, les mangues constituent les principales exportations. L’explosion démographique et le manque de compétitivité par rapport aux produits importés ont affaibli considérablement ce secteur, dont la production se trouve de plus en plus destinée au marché intérieur avec des produits tels le maïs, le riz, les fruits.

La capitale, Port-au-Prince, concentre la majorité des activités industrielles du pays : les principales productions y sont les composants électroniques, le textile et les balles de baseball.

Les principaux partenaires commerciaux de la république d'Haïti sont les États-Unis à 85,2 %, le Canada à 2,2 %, la France à 1,5 %, l’Allemagne à 1 %, et la République Dominicaine.

Aides au développement[modifier | modifier le code]

En octobre 2008, le congrès américain a voté la loi HOPE II (HOPE pour Hemispheric Opportunity through Partnership Encouragement : « opportunité hémisphérique par l’encouragement aux partenariats », sachant que "hope" signifie "espoir" en anglais), pour permettre aux produits manufacturiers, particulièrement le textile d’avoir accès sans tarif douanier au marché américain.

Les programmes sociaux établis par le gouvernement sont limités, en dépit d’une nette augmentation en 2009. Certaines agences offrent des pensions de retraite et des allocations pour les accidents du travail. L’accès aux emprunts est faible, 2 % du crédit du système bancaire finance le secteur agricole et le développement rural.

Haïti reçoit également des aides multiformes venant de l’intérieur de son propre pays. Plusieurs associations, institutions et fondations participent à la reconstruction du pays et à son développement. Parmi ces organismes, la Fondation pour le développement du tourisme alternatif en Haïti (FONDTAH), qui élabore le développement d’un tourisme alternatif adapté aux conditions du pays. La FONDTAH participe avec la Société d’exploitation du Parc naturel Quisqueya de Fond parisien (SODEPA), l’Association des artistes et artisans de la Croix-des-Bouquets (ADDAC), l’Association pour le développement de Bas-Boën (ADEBABO), le ministère de l’agriculture et celui de l’environnement, au développement du village de réfugiés du cataclysme dans la section communale de Fonds-Parisien située sur la commune de Ganthier dans la Province de l'Ouest d’Haïti[36].

D’autres organismes et associations contribuent au développement du pays et à l’aide multiforme, notamment depuis le tremblement de terre de 2010. Parmi ces organismes, il y a des institutions haïtiennes parmi lesquelles l’Institut de technologie et d’animation, le Collectif du Financement Populaire (KOFIP), le Conseil national de financement populaire ; ainsi que des associations françaises telles que Handicap international, Aide et action, sans oublier l’action de l’Unicef et celle du Programme alimentaire mondial.

Dette[modifier | modifier le code]

Le 17 avril 1825, le roi de France Charles X concède « l’indépendance pleine et entière » à l’ex-colonie d’esclaves française moyennant une somme de 150 millions de francs-or (la somme sera ramenée en 1838 à 90 millions de francs). Cette somme sera obtenue par la contraction d’une dette qui ne sera remboursée en totalité qu’en 1972[37].

Dans les années 1880, les finances publiques sont dans un extrême désordre vu l'instabilité politique persistante. Le revenu est évalué à 21,5 millions de francs et les dépenses au double de cette somme. La dette publique s'élève alors à 12 millions de piastres fortes (1 piastre valant 5 francs) dont 308 000 piastres pour le solde de la dette française (1 540 000 francs)[38].

Le 7 avril 2003, le président Jean-Bertrand Aristide a réclamé officiellement à la France près de 21,7 milliards de dollars en « restitution et réparation » de la dette.

Parallèlement une dette extérieure totale de 1,2 milliard de dollars « s’est construite sur la dette de l’indépendance », notamment sous « la dictature des Duvalier entre 1957 et 1986, (qui) a ravagé et fortement endetté le pays », indique encore le Comité pour l'annulation de la dette du tiers monde (CADTM)[39]. Cette association estime que le régime des Duvalier est responsable à lui seul de 550 millions de dollars de la dette extérieure du pays.

Le 24 décembre 2003, le CADTM a réclamé l’annulation de la dette qualifiée d’« illégitime et odieuse » de Haïti, à la veille du bicentenaire de l’indépendance de la République caraïbe.

Sans nier une dette de la France à l’égard de leur pays, l’opposition et les intellectuels de la diaspora refusent de s’associer à une demande émanant d’un régime aussi corrompu et peu démocratique que celui du président Aristide[40].

En 2009, à la suite de l’Initiative pays pauvres très endettés, 1,2 milliard de dollars de dette ont été annulés par la Banque mondiale et le FMI[41]. Début 2010, la dette extérieure est évaluée par Oxfam international à 890 millions de dollars soit 734 millions d’euros[42].

Taux d'équipement des ménages[modifier | modifier le code]

Accès aux services sociaux de base

En 2007, le pays présentait un déficit important en services sociaux de base : éducation, eau, santé, assainissement.

Sur cinq niveaux d'accès, classés de « moins faible » à « extrêmement faible », à peine 2 communes sur les 133 que compte le pays, bénéficiaient en 2002 d’un niveau d’accès « moins faible » (c'est-à-dire le niveau le plus élevé) pour leurs administrés. 14 d'entre elles étaient qualifiées de « moyennement faible », 51 de « faible », 37 de « faible » et 14 de « extrêmement faible »[43].

Besoin en eau potable

En 2007, les taux de couverture de ces besoins sont estimés à 54 % à Port-au-Prince, 46 % dans les villes secondaires, 48 % en milieu rural. Cependant, les systèmes d’eau potable installés en milieu rural, et mis en place dans les années 1980 se dégradent faute d’entretien[43].

Communication

Elle est très peu développée mais en 2008, 428 personnes sur 1000 disposent d'un téléphone mobile, tandis que 300 personnes ont accès à internet et le nombre de postes de télévision est d'environ une soixantaine dans la capitale et les autres villes[44].

Éducation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système éducatif d'Haïti.

Langues[modifier | modifier le code]

Langues officielles[modifier | modifier le code]

Haïti possède deux langues officielles :

  • Le créole haïtien, créole à base lexicale française, est plus administré que les autres pays qui parlent un créole car il possède une grammaire avec des règles. Le parlement vient de voter (en 2013) une loi portant le règlement et le rôle direct de l'Académie de la langue créole car cette dernière a été créée depuis la nouvelle constitution amendée.

Tous les Haïtiens parlent le créole comme leur première langue tandis qu'une minorité d'entre eux, soit 40 %, maîtrise couramment le français appris au cours de leur scolarité ou qu'ils peuvent entendre à la radio et à la télévision et lire dans la presse[45].

Haïti et la Francophonie[modifier | modifier le code]

Haïti fait partie de la Francophonie et en est membre depuis la création de l'Organisation internationale de la francophonie. Haïti est également membre de l'Assemblée parlementaire de la francophonie.

Sur le plan international, l’entrée d’Haïti à l’Union panaméricaine, l’actuelle OEA (Organisation des États américains), a permis au français de devenir l’une des langues officielles de travail de cet organisme ; et lors de la fameuse conférence de Bretton Woods, où l’utilisation du français comme langue de travail à l’Organisation des Nations unies naissante ne fut décidée que par une voix de majorité, Haïti avait voté en faveur de cette décision[46].

Haïti fut membre fondateur de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), lors de la création de celle-ci le 20 mars 1970.

Dans chaque chef-lieu de département, il existe une Alliance française. Dans la plupart des cas, les locaux sont offerts par la municipalité et des bénévoles haïtiens collaborent au rayonnement culturel de l’Alliance.

Malgré une influence croissante de l’anglais découlant de la proximité géographique avec les États-Unis, la francophonie reste dynamique et vivace.

En décembre 2010, Max Jean-Louis, un jeune haïtien, alors âgé de 20 ans, est élu administrateur du prestigieux Centre de la Francophonie des Amériques, situé à Québec[47].

Les villes haïtiennes de Cap-Haïtien, Pétionville, Carrefour et Port-au-Prince sont membres de l'Association internationale des maires francophones[48],[49].

Autres langues et diaspora[modifier | modifier le code]

En raison de la diaspora haïtienne installée en République dominicaine, aux États-Unis (notamment à Miami et à New York) et aussi de la forte présence de Brésiliens (MINUSTAH et missionnaires) dans le pays, un certain nombre d'Haïtiens savent s'exprimer couramment en espagnol, en anglais ou en portugais.
Une autre partie de cette diaspora s'est dirigée vers les pays ou régions francophones comme la France et les départements français d'Amérique, le Canada (au Québec et notamment à Montréal), la Belgique et la Suisse.

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture d'Haïti.
Festivals
Musées
Littérature
Art

Fêtes et jours fériés[modifier | modifier le code]

Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local
1er janvier Jour de l'indépendance Jour de l'an
2 janvier Jour des Aïeux
12 janvier Commémoration du tremblement de terre qui a dévasté Port-au-Prince, Léogâne, Jacmel; une partie des Départements de l'Ouest et du Sud-Est d'Haiti (Jacmel).(Jour Férié)
7 février (tous les cinq ans) Investiture du Président élu
7 avril Mémoire de Toussaint Louverture, précurseur de l'indépendance
1er mai Jour de l'Agriculture et du Travail
18 mai Fête du Drapeau et de l'Université
27 juin Notre-Dame du Perpétuel Secours, patronne d'Haïti
15 août Notre-Dame de l'Assomption
17 octobre Mémoire de Jean-Jacques Dessalines, père de la Nation
1er novembre Tous les Saints
2 novembre Commémoration des Fidèles défunts Fête des morts
18 novembre Bataille de Vertières, dernière bataille de la guerre de l'indépendance
25 décembre Nativité de Jésus-Christ La Noël

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Religion en Haïti.

Codes[modifier | modifier le code]

Haïti a pour codes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article 4 de la Constitution de la République d’Haïti : « La devise nationale est : liberté, égalité, fraternité ».
  2. "La descente aux enfers de la perle des Antilles" - Libération - 14 janvier 2010 "(...) «perle des Antilles», le surnom que lui donnèrent les colons français de l’Ancien Régime puis, quelques siècles plus tard, dans les années 60, les opérateurs de tourisme. (...) "
  3. Saint-Domingue/Haïti : histoire, géographie, enseignement (collèges, lycée professionnel - Nadine Baggioni-Lopez (professeure agrégée d’histoire-géographie) - Lettres Histoire Géographie - académie de Lyon)
  4. Articles Saint-Domingue, Hispaniola et Haïti du Dictionnaire universel d'histoire et de géographie par Marie-Nicolas Bouillet, édition de 1878, disponible sur le site de gallica
  5. Le Petit Robert des noms propres – Édition 2007.
  6. Dictionnaire des noms de lieux – Louis Deroy et Marianne Mulon (Le Robert, 1994) (ISBN 285036195X)
  7. IHSI - Statistiques Démographiques et Sociales
  8. [PDF] Population totale, par sexe et population de 18 ans et plus estimées en 2009, au niveau des différentes unités géographiques sur le site de l’Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI)
  9. Le repos du monde (9), sur le site rts.ch - consulté le 24 octobre 2012
  10. (en) « Déclaration d’indépendance » [PDF], sur nationalarchives.gov.uk, National Archives.
  11. Haïti : Le président, sur le site Bibliomonde.com - consulté le 24 octobre 2012
  12. Miami Herald, 1er août 2001.
  13. St Petersburg Times, Floride, 1er septembre 2002.
  14. Juan Gonzalez, New York Daily News, 24 février 2004.
  15. Miami New Times, 26 février 2004.
  16. (en) « Haiti’s Nightmare: The Cocaine Coup & The CIA Connection », sur globalresearch.ca, Global Research.
  17. (en) Human Rights Watch World Report 1997 - Haiti, Human Rights Watch, 1997
  18. Emmanuel Constant confirma dans l’émission "60 Minutes" de la CBS, en 1995, que la CIA le payait environ 700 dollars par mois et qu’il avait créé le FRAPH.
  19. (en) Invasion, Intervention, "Intervasion": A Concise History of the U.S. Army in Operation Uphold Democracy Walter E. Kretchik, U.S. Army Command and General Staff College Press, 1998
  20. Ashley Smith, « Comment ils ont ruiné Haïti », CATDM.
  21. « Pourquoi les US doivent des milliards à Haïti ».
  22. « interview de Jean Lavalasse », Michel Collon.
  23. Ashley Smith, « Annual Fundraising Appeal », sur counterpunch.org, Counterpunch.
  24. Noam Chomsky, « US-Haiti : Noam Chomsky », sur chomsky.info,‎ 9 mars 2004.
  25. Nommé premier ministre par la junte putschiste en 1992, Marc Bazin fut auparavant ministre des Finances sous Jean-Claude Duvalier en 1983. Il avait recueilli 14 % des voix aux élections de 1990. Cet homme était considéré par la gauche nationaliste comme le « favori » de Washington, et accusé d'avoir été également recommandé par le FMI en 1983 (Mining Annual Review, juin 1983).
  26. Lire la fiche de Préval / En 1995, un rapport de l’USAID expliquait que le « commerce par les exportations et la politique d’investissements » que Washington imposait allait « inexorablement faire pression sur les riziculteurs nationaux » et les références bibliographiques en bas de page
  27. Haïti - MINUSTAH - Historique
  28. [PDF] Les médias en difficulté dans la crise en Haïti ; La revanche du téléphone portable au pays de l'oralité, Bruno Olliver, Ministère français des affaires étrangères.
  29. Les moyens de l’UE prennent le relais des moyens US à Haïti, Bruxelles2, 22 février 2010.
  30. Amélie Baron, « Questions autour de l’origine de l’épidémie de choléra en Haïti », RFI,‎ 25 octobre 2010 (consulté le 21 novembre 2010).
  31. Haïti : le choléra viendrait bien de l'ONU et des soldats népalais, sur le site rue89.com du 9 décembre 2010
  32. Haïti se retrouve sans aides pour affronter le choléra, dans L'Osservatore Romano le 27/05/2012, [lire en ligne]
  33. Le nouvelliste Haïti, Amendement Constitution 1987.
  34. Taux de chômage : 27 % (officiel, mais deux tiers des Haïtiens touchés par le chômage ou le sous-emploi), sur le site diplomatie.gouv.fr
  35. Vers une nouvelle législation sur l’exploitation minière en Haiti, sur le site radiokiskeya.com du 18 mai 2012
  36. La FONDTAH et l’éco-tourisme à Fonds-Parisien
  37. « N’effaçons pas la dette française envers Haïti », sur liberation (consulté le 16 juillet 2010)
  38. Nouveau Dictionnaire encyclopédique universel illustré, Jules Trousset, 1886-1891, tome 3, p. 214.
  39. « Haïti : le CADTM réclame l’annulation d’une dette "illégitime et odieuse" », sur CADTM (consulté le 2 mars 2010)
  40. « Données économiques », sur Biblio monde (consulté le 2 mars 2010)
  41. Haïti reçoit 1,2 milliard de dollars américains pour l’allégement de sa dette, Banque mondiale, 30 juin 2009.
  42. Haïti : les “pays amis” doivent s’entendre pour effacer la dette (Oxfam), Le Monde, 25 janvier 2010.
  43. a et b [PDF]Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (2008-10)
  44. « Haiti statistiques », sur statistiques-mondiales.com, Statistiques mondiales.
  45. À ce propos, voir l'essai Prétendus Créolismes : le couteau dans l'igname, Jean-Robert Léonidas, Cidihca, Montréal 1995
  46. « Haïti et la Francophonie », sur dhdi.free.fr, DHDI.
  47. « Haïti - Culture : Un haïtien élu au Centre de la francophonie des Amériques », sur haitilibre.com, Haïti libre.
  48. [asso.aimf.fr non trouvé le 24 octobre 2012], sur le site asso.aimf.fr
  49. Francophonie (institutions de la), sur le site agora-2.org/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

(langue d'Haïti) Créole Haïtien

(langue d'Haïti) Français

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Deléage, Haïti en 1886 vu par un français : notes de voyage, Paris, E. Dentu,‎ 1887, 394 p. (lire en ligne)
  • Laurent Dubois, Les Vengeurs du Nouveau Monde. Histoire de la Révolution haïtienne, trad. de l’anglais par Th. Van Ruymbeke, Rennes, Les Perséides, 2005 (ISBN 978-2-915596-13-7).
  • Georges Anglade, Chronique d’une espérance. L’hebdo de Georges Anglade (2007-2008), Port-au-Prince, L’Imprimeur II, Collection Livres en folie, 2008.
  • André-Marcel d'Ans, Haïti. Paysage et Société, Paris, Éditions Karthala, 1987.
  • Gérard Barthélemy et Christian Girault (dir.), La République haïtienne. État des lieux et perspectives, Paris, Karthala / Adec, 1993.
  • Paul Butel, Histoire des Antilles françaises XVIIe ‑ XXe siècle, Perrin 2002 (ISBN 2-262-01540-6)
  • Jacques Cauna, Au temps des isles à sucre. Histoire d’une plantation de Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, Karthala, 1987.
  • Robert Cornevin, Haïti, Paris, Presses Universitaires de France, 1982, 2e édition, 1993.
  • Charles Frostin, Les révoltes blanches à Saint-Domingue aux XVIIe et XVIIIe siècles, Presses Universitaires de Rennes, 2008.
  • Laënnec Hurbon, Comprendre Haïti. Essai sur l’État, la nation, la culture, Paris, Éditions Karthala, 1987.
  • Laënnec Hurbon, Culture et dictature en Haïti, Paris, L’Harmattan, 1979.
  • (en) Michel S. Laguerre, The Military and Society in Haiti, London, MacMillan, 1993.
  • Guy Lasserre, Paul Moral, Pierre Usselman (dir.), Atlas d’Haïti, Université de Bordeaux 3, Centre d’études de géographie tropicale, 1985.
  • Antoine Métral, Histoire de l’expédition des Français à Saint-Domingue, Paris, Éditions Karthala, 1985.
  • Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle Saint-Domingue, Philadelphie, Paris, Hambourg, 1797-1798 (réédition, 3 volumes, Paris, Société française d’histoire d’outre-mer, 1984).
  • Jack Claude Nezat, The Nezat And Allied Families 1630-2007, Lulu 2007, (ISBN 978-2-9528339-2-9 et 978-0-615-15001-7)
  • Roger Riou, « Adieu la tortue ».
  • Lyonel Trouillot, « Yanvalou Pour Charlie » - XXe siècle.
  • Jean-Robert Léonidas, Prétendus Créolismes: le couteau dans l'igname, Cidihca, Montréal 1995.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]