La Laiterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 34′ 33″ N 7° 43′ 52″ E / 48.575951, 7.731242 La Laiterie est un site culturel installé sur une ancienne friche industrielle du quartier de la Gare à Strasbourg.

Organisation[modifier | modifier le code]

L'appellation courante « La Laiterie » désigne la salle des musiques actuelles, une importante salle de concerts rock. Cependant La Laiterie ne se résume pas uniquement à celle-ci. C'est en fait un territoire relativement étendu regroupant plusieurs structures culturelles et bâtiments à vocation artistique :

  • la salle des musiques actuelles - lieu-phare du site - (divisée en deux parties : la grande salle et le Club) communément appelée "La Laiterie" et gérée par l'association Artefact-PRL.
  • le Hall des Chars, géré par l'association La Friche Laiterie, fédérant une cinquantaine d'artistes et de compagnies émergentes.
  • le Molodoï conduit par une association du milieu alternatif et au mode de fonctionnement original.
  • le siège administratif du Taps (Théâtre Actuel et Public Strasbourg) - direction Olivier Chapelet.
  • la salle de théâtre du Taps-Laiterie (ex-Taps Gare, ex-Théâtre des Lisières).
  • la Fabrique de théâtre, imposant bâtiment rassemblant les bureaux de compagnies de théâtre et de plusieurs festivals mais aussi maintes salles de répétition pour le théâtre et la danse, mis à disposition par la direction de la Culture de la ville de Strasbourg.
  • le bar «La Laiterie» (concession actuellement fermée)
  • la maison qui regroupait jadis les anciens bureaux de la Laiterie centrale de Strasbourg (ex-bureaux du Centre européen jeune création, actuellement inoccupés)
  • la cité des Arts, immeuble de logements pour étudiants construit lors de la réhabilitation du site.

La Laiterie n'est donc pas un « lieu unique » mais plutôt d'anciens locaux industriels réhabilités et s'étalant de part et d'autre de la rue du Hohwald, jusqu'à la rue du Ban de la Roche et la rue de la Broque, entre l'autoroute A35 et la voie ferrée menant de la Gare centrale vers l'Allemagne.

Événements[modifier | modifier le code]

Au mois de septembre, le site de la Laiterie accueillait jusqu'en 2009 Les Nuits électroniques de l'Ososphère. Initié par l'équipe de l'association Quatre 4.0, ce festival a pour vocation de nombreux artistes œuvrant dans le domaine des musiques électroniques, des arts visuels et du multimédia. Ce festival était le seul événement qui se déroulait sur l'intégralité du site. Chaque année, il faisait de la Laiterie un espace urbain à part dans la ville. Depuis d'autres événements marquants ont eu lieu : Giboul'Off initié par un collectif en parallèle des Giboulées de la Marionnette, Faites du Théâtre, quinzaine consacrée à la pratique du théâtre destinée à sensibiliser les enfants au spectacle vivant, Sans Titre (mais poétique) consacré à la poésie sonore au Hall des Chars, ou encore Paye ton Noël au Molodoï.

Histoire du site[modifier | modifier le code]

Jusqu'au début du XXe siècle, une petite brasserie était établie sur ces terrains situés au sud du quartier de la Gare.

C'est en 1915, alors que Strasbourg est encore ville allemande, qu'est fondée la Laiterie centrale sur le site actuel. Dans les nouveaux locaux, le personnel effectue la pasteurisation de tous les laits recueillis.

La chaufferie, dont la cheminée en briques est toujours visible, remplaça en 1960 celle bâtie en 1921.

L'activité laitière cesse en 1979 lorsque la Laiterie centrale de Strasbourg fusionne avec quatre coopératives régionales pour s'installer à Hœrdt dans des locaux plus adaptés, laissant le site strasbourgeois inoccupé. Certaines parties des bâtiments sont rapidement squattées par des artistes qui y installent leurs ateliers.

Lors de l'élection de Catherine Trautmann à la tête de la municipalité en 1989, une réflexion est engagée pour revaloriser l'intégralité du site laissé à l'abandon. Mandat est confié à la SERS (société d'équipement de la région de Strasbourg) de procéder à la requalification des bâtiments. Au total, 9000 m² sont disponibles. Le Centre Européen de la Jeune Création est créé en 1992 mais liquidé en octobre 2003. En 1994, la salle des musiques nouvelles ouvre ses portes au public. Subventionnée par la ville de Strasbourg, la CUS, le département du Bas-Rhin, la Région Alsace et le Ministère de la culture, elle est gérée par deux associations : Artefact PRL et Quatre 4.0. La même année, le CAJ-Moloidoï obtient la gestion d'une salle pouvant accueillir jusqu'à 800 personnes. En 2006, l'association La Friche Laiterie se voit confier le Hall des Chars ainsi que l'ancienne bibliothèque du Conservatoire national de Région.

Depuis avril 2008, une vingtaine d'artistes a investi un bâtiment de 2000 mètres carrés au 42 de la rue du Ban de la Roche, contigu au site de la Laiterie : la Semencerie - du nom de l'entreprise occupant précédemment les locaux : Nungesser Semences. Malgré la vétusté constatée, la bâtisse se révèle extrêmement propice à l'implantation d'ateliers et à l'organisation d'expositions. Début 2009, les plasticiens créent l'association «La Semencerie» et poursuivent la rénovation des lieux.

Accès[modifier | modifier le code]

Le site de la Laiterie est desservie par les lignes B et F du tramway de Strasbourg, station Laiterie ainsi que par les lignes de bus 2 et 15.

Liens externes[modifier | modifier le code]