Capitale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la signification du mot capitale au sens de ville dirigeant un pays. Pour les autres significations, voir Capitale (homonymie).
En rouge, les pays où la capitale n’est pas la plus grande ville.
  •      Pays dont la capitale est côtière
  •      Pays dont la capitale n'est pas côtière
  •      Pays non côtiers

Une capitale (du latin caput, capitis, tête) est une ville où siègent les pouvoirs, ou une ville ayant une prééminence dans un domaine social, culturel, économique ou sportif. Dans ce cas on parle aussi de métropole.

Le terme capitale seul désigne souvent la capitale d'un État, ville où siègent généralement les pouvoirs nationaux. Cependant, dans certains pays, la capitale constitutionnelle n’est pas le siège des institutions, notamment les Pays-Bas, dont la capitale est Amsterdam bien que toutes les institutions se trouvent à La Haye.

Dans certains pays constitués d'une fédération d'États, chacun d'eux a sa propre capitale et le pays a une capitale fédérale. Ainsi, aux États-Unis, Sacramento est la capitale de la Californie et Washington, D.C. la capitale fédérale, comme Québec est la capitale du Québec et Ottawa la capitale du Canada.

Dans de nombreux pays, notamment dans le monde anglo-saxon, la capitale politique est loin d'être la ville la plus peuplée. C'est le cas aux États-Unis tant au niveau fédéral que fédéré, mais aussi au Canada ou en Australie. Washington est ainsi bien plus petite que New York, Sacramento que San Francisco ou Los Angeles, Tallahassee que Miami, Bâton-Rouge que La Nouvelle-Orléans, Ottawa que Toronto ou Montréal, Canberra que Sydney. Certains parlent d'ailleurs à propos de ce phénomène de « capitales administratives » ou « capitales à l'américaine ».

Le terme chef-lieu est également employé dans certains pays pour désigner une capitale d'une subdivision administrative.

Origine des capitales[modifier | modifier le code]

Les anciens empires du Croissant Fertile peuvent être considérés comme les « inventeurs » de la capitale. En effet, ces premiers royaumes avaient besoin d'une administration nombreuse et centralisée pour diriger leur territoire. Le pouvoir politique s'est naturellement installé au même endroit, notamment car les fonctionnaires étaient avant tout chargés de collecter les impôts et de garder le trésor ainsi collecté. C'est ainsi que sont apparues les premières capitales : Ur, Babylone, etc.

Les rois étant associés de près au culte religieux, l'un des éléments fédérateurs de ces états puisque chacun avait son dieu tutélaire, les temples s'installèrent dans les capitales. Grâce à cette organisation centralisée, les empires grandirent, et la capitale se répandit de par le monde. Jérusalem à l'époque de Salomon reproduit le même schéma, puis les capitales chinoises successives et Rome.

Capitales externes à un territoire[modifier | modifier le code]

En de rares occasions, la capitale ne se trouve pas sur le territoire qu'elle administre. Notamment :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :