Novgorod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Novgorod (homonymie).
Veliki Novgorod
Великий Новгород
Blason de Veliki Novgorod
Héraldique
Vue générale de Veliki Novgorod.
Vue générale de Veliki Novgorod.
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Nord-Ouest
District fédéral Nord-Ouest
Sujet fédéral Flag of Novgorod Oblast.svg Oblast de Novgorod
Maire Iouri Bobrychev
Code OKATO 49 401
Indicatif +7 8162
Démographie
Gentilé Novgorodien
Population 219 925 hab. (2013)
Densité 2 444 hab./km2
Géographie
Coordonnées 58° 31′ N 31° 17′ E / 58.517, 31.283 ()58° 31′ Nord 31° 17′ Est / 58.517, 31.283 ()  
Altitude 25 m
Superficie 9 000 ha = 90 km2
Fuseau horaire UTC+04:00 (MSK)
Heure de Moscou
Cours d'eau Volkhov
Divers
Statut Ville
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Russie

Voir sur la carte administrative de Russie
City locator 14.svg
Veliki Novgorod

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Novgorod

Voir sur la carte administrative de l'Oblast de Novgorod
City locator 14.svg
Veliki Novgorod

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte administrative de Russie européenne
City locator 14.svg
Veliki Novgorod

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte topographique de Russie européenne
City locator 14.svg
Veliki Novgorod
Liens
Site web www.adm.nov.ru
Sources
Liste des villes de Russie

Novgorod (en russe : Великий Новгород, Veliki Novgorod, « Novgorod la Grande »), est une ville historique du nord-ouest de la Russie et la capitale administrative de l'oblast de Novgorod. Sa population s'élevait à 219 925 habitants en 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

Novgorod est arrosée par la rivière Volkhov et se trouve à 6 km au nord du lac Ilmen, à 491 km au nord-ouest de Moscou et à 167 km au sud-est de Saint-Pétersbourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : République de Novgorod.

Plus ancienne cité russe, elle est mentionnée dans les chroniques à partir de l'an 859. Sa dénomination en varègue Holmgard (également Holmgarðr, Hólmgarður, Holmgaard, Holmegård) est ainsi attestée dans des sagas nordiques à une époque très reculée. Il est pourtant difficile de départager la réalité de ce qui a trait à la légende. Vraisemblablement, Holmgard fait référence uniquement à la partie sud-est de la forteresse actuelle, dont l'appellation contemporaine est Riourikovo Gorodichtche ; c'est là que Rurik, considéré comme le premier monarque de Russie, fonda sa principauté. Les données archéologiques suggèrent que la Gorodichtche, la résidence du kniaz (prince), date de la première moitié du IXe siècle, alors que la ville elle-même s'édifie progressivement à partir de la fin du IXe siècle, prenant conséquemment le nom de Novgorod, « la nouvelle cité ». Au milieu du Xe siècle, Novgorod est devenue une cité médiévale prospère située sur la route commerciale entre la mer Baltique et l'Empire byzantin.

Monument Millénaire de la Russie (1862).

En 882, l'héritier de Rurik, Oleg le Sage, transfère sa capitale à Kiev, capitale de la Rus kiévienne. Novgorod est alors la deuxième cité de l'État par son importance. Selon une coutume, le fils le plus âgé et héritier du monarque régnant à Kiev est envoyé à Novgorod pour gouverner et ce même s'il est mineur. S'il n'y a aucun descendant mâle, Novgorod est alors gouvernée par les Posadniks. Certains deviendront célèbres comme Gostomysl, Dobrynya, Konstantin, et Ostromir. Quatre rois Vikings — Olaf Ier de Norvège, Olaf II de Norvège, Magnus Ier de Norvège et Harald Haardraade — trouvèrent un refuge contre leurs ennemis à Novgorod.

De tous les princes, les Novgorodiens chérissent surtout la mémoire de Iaroslav le Sage. Ce dernier a promulgué les premières règles juridiques (incorporées plus tard dans le droit russe) et favorisé la construction de la cathédrale Sainte-Sophie. En signe de reconnaissance pour l'aide qui lui a été apportée par Novgorod pour défaire son frère aîné et obtenir le trône de Kiev, Iaroslav a attribué de nombreux privilèges à la ville. D'un autre côté, les Novgorodiens ont appelé leur place centrale Iaroslav.

Elle regagne son autonomie après le sac de celle-ci au XIIe siècle. Elle devient en effet en 1136 une république autonome gouvernée par l'assemblée des citadins, le vetché (en), qui élisait son kniaz (prince) ainsi qu'aux autres fonctions, y compris ecclésiastiques. Au XIIIe siècle, la ville est membre de la Ligue hanséatique.

À cette époque, Novgorod est menacée par l'avancée de nombreux peuples venus de l'ouest. D'après l'historien Nicholas Riasanovsky, entre 1142 et 1446, Novgorod doit combattre les Suédois 26 fois, les Chevaliers Porte-Glaive puis les Chevaliers Teutoniques 11 fois, les Lituaniens 14 fois et les Norvégiens 5 fois[1]. L'une des attaques les plus célèbres est celle des Chevaliers Teutoniques repoussée par le prince Alexandre Nevski lors de la bataille du lac Peïpous en 1242. Le commerce au cours du XIVe siècle contribue à la forte prospérité de la cité hanséatique. En 1478, elle est annexée au gouvernement de la Moscovie par Ivan III, prince de Moscou. Elle sombre ensuite dans un déclin croissant du fait non seulement de sa dépendance à l'égard de la principauté de Vladimir-Souzdal pour son approvisionnement en grains, mais aussi des massacres de milliers de citoyens perpétrés par les troupes d'Ivan le Terrible en 1570 (mais aussi du fait du déclin de la Hanse, alors que Novgorod était une des principales villes de la ligue hanséatique ).

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la ville succombe aux assauts de l'armée allemande le 15 août 1941. Ses édifices sont alors systématiquement détruits. L'Armée rouge libère la ville le 19 janvier 1944. Après la guerre, la ville a été progressivement restaurée. Ses monuments principaux ont été classés au patrimoine mondial de l'UNESCO.

En 1999, la ville a été officiellement rebaptisée Veliki Novgorod, retrouvant en partie son titre médiéval de « Seigneurie de Novgorod la grande » (Господин Великий Новгород). Cette décision fait suite à la confusion administrative induite par le changement de nom de la ville de Gorki, située sur la Volga, qui a retrouvé son ancien nom de Nijni Novgorod.

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[2]

Évolution démographique
1825 1833 1840 1856 1863 1867
5 445 8 634 16 781 12 758 17 665 16 722
1870 1885 1897* 1917 1920 1923*
17 093 23 980 25 736 28 807 24 831 27 709
1926* 1937* 1939* 1944 1959* 1970*
32 764 37 059 39 758 53 456 60 669 127 944
1979* 1989* 2002* 2010* 2012 2013
186 003 229 126 216 856 218 724 219 947 219 925


Patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments historiques de Novgorod et de ses environs *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Enceinte du Kremlin de Novgorod
Enceinte du Kremlin de Novgorod
Pays Drapeau de la Russie Russie
Subdivision Oblast de Novgorod
Type Culturel
Critères (ii) (iv) (vi)
Numéro
d’identification
604
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1992 (16e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Personnalités[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La cité de Novgorod est reliée à Moscou (531 km) et Saint-Pétersbourg (189 km) par l'autoroute fédérale M10. Il existe des liaisons en autocar à partir de Moscou, Saint-Pétersbourg et autres directions à destination de cette ville.

Le réseau ferroviaire relie la ville à Moscou (gare de Leningrad, par train de nuit), Saint-Pétersbourg (gare de Moscou et gare de Vitebsk, par trains régionaux), et les villes principales du nord-ouest de la Russie comme Pskov près de la frontière estonienne ou Mourmansk, plus au nord, sur la mer de Barents.

Les aéroports de la ville Iourievo et Kretchevitsi n'offrent plus de vols réguliers depuis le milieu des années 1990. L'aéroport international le plus proche est celui de Saint-Pétersbourg (aéroport international Pulkovo), situé à 180 km au nord de la cité.

Images de Novgorod[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) V. Boukine, Novgorod - Architecture, Monuments, Musées, Leningrad, Éditions Aurora, 1984.
  • (en) S. Franklin & J. Shepard, The Emergence of Rus' 750-1200, Londres-New York, Longman History of Russia, 1996.
  • (de) Carsten Goehrke, « Gross-Novgorod und Pskov », in Handbuch der Geschichte Russlands, t. 1, Stuttgart, Anton Hiersemann, 1981, pp. 431-472.
  • (ru) B. A. Kolcin, Drevnjaja Rus', gorod, zamok, selo [La Russie ancienne, ville, château, village], Moscou, Arkheologija SSSR, 1985.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :