1870

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1870 (MDCCCLXX en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour l'année -1870, voir -1870.

Années :
1867 1868 1869  1870  1871 1872 1873

Décennies :
1840 1850 1860  1870  1880 1890 1900
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Architecture Chemins de fer Droit Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Science Sociologie Sport Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Avril, Algérie : une expédition conduite dans le Sud-Oranais par le général de Wimpffen porte un sérieux coup à la rébellion.
  • 4 septembre : après l’instauration de la République à Paris, un comité-conseil se constitue à Alger, révoque le gouverneur général et le préfet et prend plusieurs mesures révolutionnaires. Le gouvernement de Tour réussit à limiter les débordements.
  • 7 octobre : début du règne de Seyyid Barghash ibn Saïd, sultan de Zanzibar.
  • 24 octobre : décrets du Gouvernement provisoire mettant notamment fin au gouvernement militaire en Algérie, pour le remplacer par une administration civile, et accordant la nationalité française aux Juifs d'Algérie, sous l'appellation de décret Crémieux. La très ancienne communauté juive d’Algérie se trouve séparée des musulmans et bientôt exposée à l’antisémitisme qui gagne les colons. Le décret Crémieux permet la promotion d’une communauté en majorité pauvre et augmente la population française d’Algérie de 37 000 nouveaux citoyens.


  • Lobengula (v. 1833-1894) s’empare du pouvoir au Matabélé après deux ans de guerre civile après la mort de son père Mosélékatsé, roi des Ndébélé (Zimbabwe).
  • Les Missions Rhénanes du Sud-Ouest africain créent une société commerciale chargée théoriquement d’assurer l’approvisionnement régulier des Namas et des Hereros, peuples nomades, souvent en guerre et menacés en permanence par la sécheresse et la famine. Des ressources nombreuses (ivoire, guano, cuivre, plumes d’autruche, bétail) attirent les marchands de Brême et de Hambourg. Vers 1875, les centres commerciaux de Windhoek et Grootfontein, se présentent comme de petites villes allemandes prospères.
  • Henry Morton Stanley part retrouver David Livingstone en Afrique centrale.
  • Le chef swahili Tippou Tib, marchand d’esclave, après avoir accumulé les victoires militaires depuis 1867, se proclame souverain de la région ouest du lac Tanganyika. En l’espace de vingt ans, ils se taille un empire d’environ 500 000 km2. Il l’organise dans le domaine politique, en nommant ou en confirmant dans leurs fonctions les chefs ; économique, en développant de grandes cités marchandes (Nyangwe, Kasongo, Kisangani), en construisant des routes et en encourageant des plantations esclavagistes ; religieux, en répandant l’islam. Vers l’ouest, ses caravanes vont au-delà du Lualaba, frontière théorique de ses États.
    • Tippou Tib et les autres marchands arabes utilisent pour servir leurs intérêts économiques et politiques le groupe des wangwana (« personnes libres », appelés « arabisés » par les Européens), engagés volontaires ou esclaves, qui pratiquent la langue swahili et l’islam. On leur confie la collecte de l’ivoire, l’achat et la capture d’esclaves, la gestion des domaines ruraux et le transport des marchandises vers Ujiji, Tabora ou Zanzibar. D’autres groupes sociaux liés au commerce se développent : les porteurs (pagazi), recrutés principalement parmi les Nyamwezi ; les chasseurs d’ivoire ; enfin les esclaves (washenzi, « barbares »), qui pourvoient à la subsistance des chasseurs, des trafiquants ou des porteurs.
  • Les Égyptiens de Raouf Pacha occupent la côte somalie de Zeilah au cap Guardafui.
  • Grande « famine des calebasses » et épidémies dans tout le Sahel.
  • Révolte du Baguirmi, vassal du Ouadaï (Tchad). La capitale Massenya est détruite et 35 000 Baguirminéens sont emmenés comme esclaves. Le mbang Mohammed abou-Dekkine réussit à s’enfuir. Pendant quatre ans, un de ses cousins dirige le Baguirmi, mais à la mort d’Ali, sultan du Ouadaï, Mohammed reprendra le pouvoir (1874-1884).
  • Des stations de charbonnages sont installées à Freetown, en Sierra Leone. La production est envoyée en Grande-Bretagne sur des bateaux à vapeur qui réduisent considérablement le temps de transport entre l’Afrique et l’Europe.
  • Le royaume de Louba (Zambie) est déchiré par une guerre de succession entre les cinq fils du roi Ilunga Kabale à la mort de leur père. L’un d’eux, Kasongo Kalombo, en sort victorieux, mais la puissance louba décline rapidement, car le souverain ne peut s’opposer à la pénétration des marchands arabes de la côte orientale et à celle des trafiquants nyamwezi[1].

Amérique[modifier | modifier le code]

  • 14 février - 27 avril : Revolución de Abril au Venezuela. Le président du parti de restauration Antonio Guzmán Blanco (1829-1899) s’empare du gouvernement au Venezuela, grâce à l’appui des libéraux dirigés par l’aristocratie de Caracas. Soutenu par le monde paysan pour s’être publiquement prononcé contre l’oligarchie, il finira par gouverner en faveur de l’oligarchie pendant dix-neuf ans de dictature (fin en 1888).
  • 13 juin : création de l’école normale de Paraná en Argentine pour former les maîtres d’école. Elle se reconvertira en vivier pour les futurs gouvernants.

Asie et Pacifique[modifier | modifier le code]

  • 21 juin : massacre d'Européens à Tianjin en Chine.
    • Des étrangers dont vingt français sont massacrés et mutilés par la foule chinoise. Le développement des activités missionnaires, notamment catholique, crée des tensions. La France menace d’entrer en guerre. Le massacre de T’ien-tsin marque la fin de la politique de coopération entre les occidentaux et l’empire Qing.


  • Une mission japonaise vient annoncer à Taiwon la naissance du nouveau pouvoir impérial. Le régent de Corée, favorable à l’ordre shogunal, refuse de recevoir les délégués japonais et d’établir des relations diplomatiques avec le nouveau régime.
  • Le shintô devient religion d’État au Japon.
  • Famine dans le Bihar (Inde).
  • Liaison télégraphique entre l’Inde et l’Angleterre.
  • Indonésie : une campagne des libéraux hollandais contre le système de cultures forcées (Cultuurstelsel) réussit à en faire disparaître les aspects les plus injustes. Une loi agraire interdit aux indigènes d’aliéner leurs terres héréditaires, les protégeant de la famine en leur assurant la terre indispensable aux cultures vivrières. Toutes les terres incultes sont la propriété du gouvernement et peuvent être remise à bail emphytéotique pour la durée maximale de 75 ans, ce qui permet l’implantation de colons et de sociétés.
    • La loi sur le sucre prévoit la disparition progressive de cette culture d’État entre 1878 et 1891.
    • Le café et le sucre représentent les trois quarts de la valeur totale des exportations.
  • Midhat Pasa place l’Irak sous administration ottomane directe. Cette décision concerne aussi les villes saintes du sud irakien. Midhat Pasa impose un gouverneur turc à Mossoul, auquel il confie le Kurdistan, chassant les derniers Jalili. Enfin les Yazidis, dynastes autonomes de Sinjar, relèvent désormais eux aussi de son autorité.
    • Midhat Pasa fonde un journal, crée un hôpital et des écoles, établit la sécurité sur les principales pistes et organise un service postal.
  • Les frères Siemens s’implantent en Perse. La société Indo-European Telegraph Company relaie désormais Odessa, Tiflis, Tabriz et Téhéran. Le développement des moyens de communication profite au chah pour gouverner son pays, mais expose la Perse aux ambitions européennes.
  • Fondation de la première école agricole dépendant de l’Alliance Israélite, « Mikvé-Israël », dans l’arrière pays de Jaffa.

Europe[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1870 en Italie et 1870 en Suisse.
  • Mai (Bulgarie) : fondation de l’Organisation révolutionnaire intérieure. Créée par un officier bulgare, Vasil Levski, elle lutte pour une fédération balkanique sur des bases démocratiques.
  • 13 décembre : création du parti catholique (Zentrum) en Allemagne pour défendre les intérêts catholiques face à la Prusse protestante.


  • Abolition du concordat en Autriche-Hongrie. Les associations ouvrières de Cisleithanie obtiennent le droit de coalition et le droit de grève à la suite d'une manifestation importante. Le cardinal Schwarzenberg, archevêque de Prague, prend la tête de l’opposition catholique.
  • Pays-Bas : loi Van Hall, qui autorise la mise en valeur des terres incultes en Indonésie par des particuliers.
  • Le roi Carol Ier de Roumanie manifeste ses sympathies pour Berlin lors de la guerre franco-prussienne alors que les libéraux mobilisent l’opinion publique en faveur de la France. Les manifestations publiques prennent une tournure antidynastique et le prince songe à abdiquer, puis confie le gouvernement au conservateur Lazar Catargiu, qui reste cinq ans au pouvoir.

France[modifier | modifier le code]

2 septembre : capitulation de Sedan
Article détaillé : 1870 en France.
  • 20 avril : un sénatus-consulte met en œuvre une véritable Constitution pour un empire libéral.
    • L'empereur garde le droit de renvoyer les ministres responsables, mais il ne préside plus le Sénat ni le Conseil d'État.
    • L'Empereur ne peut nommer plus de vingt sénateurs en un an et le nombre des sénateurs ne peut excéder les deux tiers de celui des membres du Corps législatif.
    • Le Sénat ne garde plus qu'une attribution, celle de discuter et de voter les projets de loi, concurremment avec le Corps législatif. Il est nommé pour au moins six ans.
    • Le droit de pétition s'exerce auprès du Corps législatif et du Sénat. Le droit d'amendement n'est plus soumis au contrôle du Conseil d'État.
  • 8 mai : plébiscite du 8 mai 1870 approuvant la nouvelle constitution avec 7 358 000 oui (69 %), 1 572 000 non et 1 894 000 abstentions. L'opposition l'emporte dans la Seine, les Bouches-du-Rhône, les grandes villes, le Sud-Est et le Midi provençal.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Péniches sur le canal Saint-Martin, d'Alfred Sisley.

Naissances en 1870[modifier | modifier le code]

Décès en 1870[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Q. Reefe, The Rainbow and the Kings : A History of the Luba Empire to 1891, University of California Press,‎ 1981 (ISBN 9780520041400, présentation en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :