Sofia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la capitale de la Bulgarie. Pour les autres significations, voir Sofia (homonymie).
Sofia
София
Blason de Sofia
Héraldique
Image illustrative de l'article Sofia
Administration
Pays Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Oblast Sofia-ville
Maire Yordanka Fandakova
Code postal 1000
Démographie
Gentilé Sofiotes
Population 1 242 012 hab. (2012[1])
Densité 6 900 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 41′ 50″ N 23° 19′ 00″ E / 42.697222, 23.316667 ()42° 41′ 50″ Nord 23° 19′ 00″ Est / 42.697222, 23.316667 ()  
Altitude 591 m
Superficie 18 000 ha = 180 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bulgarie

Voir la carte administrative de Bulgarie
City locator 11.svg
Sofia

Géolocalisation sur la carte : Bulgarie

Voir la carte topographique de Bulgarie
City locator 11.svg
Sofia
Liens
Site web http://www.sofia.bg/

Sofia (en bulgare София) est la capitale et la cité la plus grande de la Bulgarie, à 590 mètres d'altitude au pied du mont Vitocha, non loin du fleuve Iskar.

Elle compte 1,4 million d'habitants, les Sofianci ( Cyrillique : софиянци ), soit 17 % de la population du pays, plaçant Sofia au 15e rang des villes les plus peuplées de l'Union européenne[2]. Sofia est également la 4e plus grande ville des Balkans, après Istanbul, Athènes et Bucarest. Sofia est à la fois le centre politique et culturel du pays, le principal centre d'échanges ainsi que le premier centre industriel du pays, avec des activités de sidérurgie, de métallurgie, de construction mécanique et de chimie. C'est également un centre universitaire depuis 1888.

La ville occupe une position géostratégique très importante dans la région, ce qui a largement contribué à son expansion démographique.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Sofia vue par le satellite Spot

Sofia est située à l'ouest du pays. Au sud de la ville se trouve le massif du Vitocha qui culmine à 2 290 m (Černi vrăh - Pic Noir) et qui est un lieu d'excursion apprécié des Sofiotes.

À 25 km environ au nord de la ville commencent les montagnes des Balkans qui s'étendent de l'ouest en est sur 500 km à travers toute la Bulgarie.

La ville est traversée par la rivière Iskar, affluent droit du Danube.

Climat[modifier | modifier le code]

Sofia connaît un climat continental, avec des grandes amplitudes dans une journée, et des grandes différences d'une année à l'autre. En effet, elle se situe à la limite des hivers sibériens que connaissent les pays de l'Est, et la clémence des hivers des pays méditerranéens. La Bulgarie jouit d'un climat complexe et Sofia en est un exemple frappant. La température annuelle moyenne est de 11,4 °C et les précipitations annuelles moyennes sont de 572 mm.

Juillet et août sont les mois les plus chauds avec une température moyenne de 22 °C. Janvier et février sont les plus secs avec des précipitations moyennes de 27 et 33 mm.

Les précipitations les plus importantes sont en mai et juin avec respectivement 73 et 75 mm. Le mois le plus froid est celui de janvier avec une température moyenne de 0 °C

Statistiques météorologiques
Jan Fév Mar Av Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc Annuel
Température maximum moyenne(°C) 4,0 5,8 12,1 16,6 21,9 25,4 28,4 28,5 23,3 17,7 11,1 4,5 16,7
Température minimum moyenne(°C) −3,6 −2,2 1,6 5,6 10,1 13,3 15,5 15,4 11,2 6,7 2,2 −2,4 6,1
Précipitation moyenne (mm) 28 31 38 51 73 75 63 51 38 35 48 40 572
Nombre de jours de pluie moyen 10 10 10 12 14 13 10 8 7 7 9 11 121
Source: World Weather Information Service

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

La ville de Sofia (Sofia-Grad) est l'une des 28 oblasti (région - en bulgare oбласти) de Bulgarie. L'agglomération de Sofia inclut 3 villes satellites et 34 villages. Elle est composée de 24 districts :

Les districts de Sofia
  1. Bankja (Банкя)
  2. Vitoša (Vitocha, Витоша)
  3. Vrǎbnica (Връбница)
  4. Vǎzraždane (Възраждане)
  5. Izgrev (Изгрев)
  6. Ilinden (Илинден)
  7. Iskǎr (Искър)
  8. Krasna poljana (Красна поляна)
  9. Krasno selo (Красно село)
  10. Kremikovci (Кремиковци)
  11. Lozenec (Лозенец)
  12. Ljulin (Люлин)
  13. Mladost (Младост)
  14. Nadežda (Надежда)
  15. Novi Iskǎr (Нови Искър)
  16. Ovča kupel (Овча купел)
  17. Oborište (Оборище)
  18. Pančarevo (Панчарево)
  19. Podujane (Подуяне)
  20. Serdika (Сердика)
  21. Slatina (Слатина)
  22. Studentski grad (Студентски град)
  23. Sredec (Средец)
  24. Triadica (Триадица)

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1887, Sofia compte 20 000 habitants. En 1910, la population de la capitale atteint le chiffre de 100 000 accédant au statut de grande ville. La population de la ville augmente très rapidement à cette époque : elle est multipliée par quinze entre 1879 et 1939.

En 1946, la ville compte un demi-million d'habitants, ce chiffre double en 1975. Entre 1990 et 2001, la population a diminué à la suite d'une crise économique entre 1991 et 1997, cette diminution brusque étant due principalement à l'émigration, et à la baisse considérable de la natalité, un des taux les plus bas du monde. La population s'est stabilisée depuis. Le taux de fécondité était de 1,26 enfants par femme en 2012, en déclin en comparaison de 1,28 en 2011, 1,39 en 2010 et de 1,43 en 2009.

Année Habitants
31 décembre 1887 20 856
31 décembre 1892 30 928
31 décembre 1900 46 593
31 décembre 1905 82 621
31 décembre 1910 102 812
31 décembre 1920 154 025
31 décembre 1926 213 002
31 décembre 1934 287 095
31 décembre 1939 300 000
Année Habitants
31 décembre 1946 530 168
1er décembre 1956 725 838
1er décembre 1965 894 604
1er décembre 1975 1 066 299
4 décembre 1985 1 201 719
4 décembre 1992 1 190 126
1er mars 2001 1 177 577
31 décembre 2008 1 162 898[1]
31 décembre 2010 1 201 448[1]

Transport[modifier | modifier le code]

Moussagenitsa, une station du métro

Sofia possède toutes sortes de transports publics. Ces dernières années, une modernisation des véhicules a été entreprise. L'unique ligne de métro est dotée de 14 stations sur un parcours de 18 km de longueur, traversant le centre-ville. Le réseau de bus, assez moderne, dessert aussi bien les parties centrales de la ville que les banlieues. Les lignes du tramway sont en mauvais état, mais elles restent le moyen de transport le plus utilisé dans les parties de la ville non desservies par le métro ou affectées par de fréquents embouteillages.

Le réseau de transport de Sofia est supervisé par la Compagnie métropolitaine pour le transport urbain ("Столична компания за градски транспорт, СКГТ").

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Pendant le "boom des constructions", de nouveaux bâtiments ont été bâtis comme celui-ci dans le quartier de Borovo

La ville de Sofia connut un développement rapide à partir de la fin du XIXe siècle du fait de l'essor de l'industrialisation et de l'indépendance de la Bulgarie dont elle devint la capitale politique, économique et culturelle. Un plan d'urbanisme fut établi en 1881-1882 suivi de la de construction de bâtiments en briques et de voies se coupant à angle droit.

Les constructions ont débordé le cadre de la vieille ville turque. On reconnait les périodes de construction à travers l’aspect de des différents quartiers. Les espaces urbanisés les plus récents se caractérisent par de longues perspectives plantées, bordées d'immeubles d'une dizaine d'étages ou plus.

Le quartier Largo a été construit dans les années 1950 en pur style stalinien.

Article détaillé : Largo (Sofia).

Sports[modifier | modifier le code]

  • En 2011 l'arène Arena Armeets Sofia a été ouverte par le premier ministre bulgare Boiko Borisov et qui est la plus grande et moderne en Bulgarie avec ses 12395 places.En 2012 les qualification de volley-ball pour les Jeux olympiques à Londres vont se dérouler à Sofia.On peut pratiquer beaucoup de sports notamment le basket-ball ou tennis mais ce n'est pas tout car des concerts s'y déroulent et la capacité peut alors atteindre 19000 places.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La tribu thrace des Serdes, donna son nom au premier établissement urbain établi sur le site : Serdica au VIIe siècle av. J.-C.. Puis les Bulgares l'appelèrent Stredets (la ville située au milieu). Les Byzantins la nommèrent Triaditsa. En 1376, elle prit son nom actuel Sofia, d'après la basilique Sainte-Sophie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La région est le lieu d'une implantation humaine ancienne, remontant au néolithique (début du Ve millénaire av. J.-C.. Les traces de plusieurs villages de cette époque ont été découvertes dans la région ainsi que celles d'êtres humains remontant au chalcolithique ont été découvertes dans le centre-ville.

Le principal établissement de la tribu thrace des Serdes se trouvait sur l'emplacement de l'actuelle Sofia.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Elle a été conquise par les Romains, en 29 de l’ère chrétienne, qui en ont fait la capitale de la province de Dacie. Au IIIe siècle, sous Aurélien, les Romains ont bâti d'épaisses murailles autour de la ville de Serdica, capitale de la Dacie intérieure et importante étape sur la route romaine de Naissus (actuelle Niš, Serbie) à Byzantium (actuelle Istanbul, Turquie).

En 441, la ville est prise et pillée par les Huns. Elle est rebâtie par l'empereur byzantin Justinien Ier, sous le nom de Triaditsa.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 809, la ville a été conquise par les Bulgares et elle a pris le nom de Sredets. Elle a été rapidement considérée comme l'une des plus importantes villes féodales et un prome stratégique lui a été assigné sous le premier Empire bulgare.

En 1096, les chevaliers francs du comte de Vermandois et ceux du comte de Toulouse stationnèrent en cantonnement à Sofia, lors de la première croisade.

Au sud de Sofia, au pied du mont Vitocha, se trouve l'église de Boyana dont les fresques qui remontent au milieu du XIIIe siècle sont un des vestiges culturels bulgares et européens les plus importants.

En 1382, elle a été prise par les Ottomans qui en ont fait la capitale de la province de Roumélie.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

À l'époque moderne, sous le joug ottoman, la ville déclina et devint une petite capitale provinciale sans grand rayonnement.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La Présidence du Conseil des Ministres, construite dans les années 1950

Après la libération de la Bulgarie, elle devient en 1879 la capitale du troisième Royaume bulgare. Elle change alors rapidement de visage, se transformant en métropole occidentale moderne.

Les plans établis en 1881-1882 ont été suivis d'une période de construction de bâtiments en briques et de voies de circulation. Plusieurs bâtiments et parcs dans l'actuel centre-ville remontent à cette époque. Le conseil municipal a approuvé en 1900 l'emblème de Sofia et sa devise : « Grandit mais ne vieillit pas ».

À la suite de l'Armistice de Thessalonique du 29 septembre 1918, les troupes françaises stationnèrent aux portes de Sofia pendant près de deux ans.

En septembre 1944, Sofia fut libérée par les troupes de l'Armée rouge commandées par le maréchal Tolboukhine.

Sous le régime communiste (9 septembre 1944 - 10 novembre 1989), Sofia est devenue le principal centre politique, économique, culturel, scientifique et d'enseignement de la Bulgarie, dont témoigne l'ensemble architectural Largo.

En 1992, le Gouvernement a choisi, en l'honneur de sainte Sophie la Martyre, le 17 septembre comme jour de la ville de Sofia. Le drapeau de la municipalité de Sofia a été consacré le même jour.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Basilique Sainte-Sophie[modifier | modifier le code]

La Basilique Sainte-Sophie, qui a donné son nom à la capitale.
Article détaillé : Basilique Sainte-Sophie de Sofia.

C'est la plus grande basilique byzantine, construite en dehors de Constantinople au VIe siècle, du temps de Justinien. Elle fut transformée en mosquée par les Ottomans puis est redevenue une église orthodoxe à la fin du XIXe siècle, après la libération de la Bulgarie du joug ottoman.

Église Saint-Georges[modifier | modifier le code]

C'est la plus ancienne église de Sofia dont la construction remonte au Ve siècle. La rotonde Saint-Georges date du VIe siècle. Elle est située dans une cour entourée de ruines romaines. Elle fut transformée en mosquée sous l’occupation ottomane avant de devenir un musée après la libération de la fin du XIXe siècle. On peut y voir trois couches de fresques, la plus ancienne datant du Xe siècle.

Église de Boyana[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église de Boyana.

Inscrite en 1979 sur la liste du patrimoine mondial.

Mosquée Bania Bachi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mosquée Bania Bachi.

C'est l'une des plus anciennes mosquées d'Europe dont la construction remonte au XVIe siècle. C'est Mimar Sinan qui en fut l'architecte à l'époque ottomane.

C'est la seule mosquée de Sofia encore utilisée par les musulmans de la ville.

Cathédrale Sainte-Nédélia de Sofia[modifier | modifier le code]

Cathédrale Saint Alexandre Nevski[modifier | modifier le code]

Construite entre 1882 et 1912 dans le style byzantin, typique des églises russes du XIXe siècle, la cathédrale mesure 76 mètres de long et 53 mètres de large et peut contenir jusqu’à 7 000 personnes. Certains des plus grands artistes russes et bulgares de l’époque ont travaillé sur l’intérieur de la cathédrale (5 ailes et 3 autels).

À l’intérieur, on retrouve : marbres de Sienne et de Carrare dans l’entrée, mosaïques vénitiennes et peintures murales dramatiques comme « le jour du jugement ». Les impressionnants dômes extérieurs furent couverts de feuilles d’or, dons de l'URSS en 1960.

Musée d'art sacré[modifier | modifier le code]

La crypte de la cathédrale Saint Alexandre Nevski abrite la collection d'art orthodoxe de la Galerie nationale des beaux-arts. Elle présente surtout l’art de l’icône. La collection couvre d'objets et d’œuvres d'art allant du IVe siècle, date de l'adoption du christianisme comme religion officielle dans l'Empire romain à la Renaissance bulgare des XVIIIe et XIXe siècle.

Synagogue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Synagogue de Sofia.

Monuments patriotiques[modifier | modifier le code]

Monument au tsar libérateur[modifier | modifier le code]

Monument au Tsar libérateur, Alexandre II

Le monument au tsar libérateur (Tsar Osvoboditel) est une statue équestre du tsar de Russie Alexandre II. La statue fut élevée en remerciement au tsar et ses troupes qui ont libéré la Bulgarie de la domination ottomane en 1878. La statue de bronze mesure 14 mètres et est l’œuvre de l’Italien Arnoldo Zocchi.

Monument à Vassil Levski[modifier | modifier le code]

Le monument à Vassil Levski, au milieu d’un rond-point animé est un obélisque marquant l’endroit où fut pendu en 1873 le révolutionnaire Vassil Levski par la Police ottomane.

Mausolée de Battenberg[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mausolée de Battenberg.

Flamme du Soldat inconnu[modifier | modifier le code]

À l’extérieur de Sainte Sophie brûle la Flamme du soldat inconnu, établie en 1981 pour honorer les victimes de la Guerre russo-turque de 1877-1878.

Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Sofia, l'Assemblée nationale

L'Assemblée nationale (Narodno Săbranie) fut construite en 3 étapes entre 1884 et 1928 et dessinée par un architecte bulgare qui vivait et travaillait à Vienne. La devise sur la façade signifie « l'union fait la force ». La place fut le théâtre de protestations et révoltes publiques, notamment de celles de 1997 qui mèneront à la chute du gouvernement socialiste, qui donna lieu à des détériorations.

Musées[modifier | modifier le code]

Galerie nationale des beaux-arts[modifier | modifier le code]

La Galerie nationale des beaux-arts est le plus grand et le plus riche musée dans le pays. Il offre un panorama complet de l'art bulgare. Installé dans le bâtiment de l'ancien palais royal à Sofia (classé monument culturel en 1978) construit en 1882 qui abrite également le Musée national d'ethnologie.

Les collections d'art bulgare moderne, de la libération du pays de la domination ottomane (1878) jusqu’aux années 1990 comptent plus de 30 000 œuvres organisées dans trois grandes expositions : peintures de chevalet, estampes et sculptures.

Musée national d'ethnographie[modifier | modifier le code]

Le Musée ethnographique expose des costumes, des instruments de musique et de l’artisanat.

Musée national d'archéologie[modifier | modifier le code]

Installé dans une mosquée du XVe siècle, ce musée est géré par l’Académie des sciences bulgare. Les collections conservent des objets allant de la Préhistoire au Moyen Âge notamment dans la Salle des Trésors, située au premier étage, contenu de six tombeaux de guerre en provenance du nécropole de Trébénichté, en Macédoine et les trois trésors thraces, d'importance mondiale.

Musée national d'histoire militaire[modifier | modifier le code]

Le musée national d’histoire militaire expose des armes, des uniformes et des drapeaux. siècle. De nombreux chars, des avions et autres moyens de transport datant du début du XXe siècle sont exposés dans le jardin du musée.

Musée national d'histoire[modifier | modifier le code]

Proche de l’église de Boyana, il fut installé en 2000, hors de la ville à la Résidence Boyana (la résidence officielle du dirigeant communiste Todor Jivkov). Le musée abrite une grande quantité d’objets, allant des premiers temps du peuplement en Bulgarie à l'époque contemporaine. On y trouve des bijoux thraces et des masques funéraires de la vallée des Rois, des effets personnels du révolutionnaire Vasil Levski ainsi que la constitution signée en 1879.

Musée Ivan Vazaov[modifier | modifier le code]

L'Opéra national

Ivan Vazov est considéré comme l’écrivain bulgare le plus populaire qui vécut au tournant du XXe siècle. Ses œuvres comprennent des romans, de la littérature pour enfants, des poèmes et des pièces de théâtre. Presque tous les Bulgares peuvent réciter de mémoire son poème Az sam Bulgarche (« Je suis un petit bulgare »). Dans sa maison, son exposés ses objets personnels, y compris son chien naturalisé.

Musée national d'histoire naturelle[modifier | modifier le code]

Les collections sont présentées dans seize salles sur quatre niveaux. Parmi pièces les plus précieuses figurent le conure à tête jaune (Conuropsis Carolinensis), disparu au début du XXe siècle, et des pierres lunaires. Sont exposées des collection de minéraux, d'animaux, des insectes... Dans une autre salle est présenté le processus de formation des métaux.

Lieux de culture[modifier | modifier le code]

Place Saint-Alexandre Nevski[modifier | modifier le code]

La grande place autour de la cathédrale Alexandre Nevski et de la Basilique Sainte Sofia se transforme en marché aux puces. D’un côté il y a les vieilles dames vendant leurs nappes en lin brodées et de l’autre les vendeurs de toutes sortes de souvenirs et œuvres d’art. Cette place est un lieu de cérémonies pour les dignitaires étrangers en visite officielle.

Non loin de là se trouve l’Opéra.

Université de Sofia[modifier | modifier le code]

L’université de Sofia, un immeuble de style baroque, fut érigée dans les années 1920. Les deux statues assises devant sont celles de Evlogi et Hristo Georgiev, qui donnèrent la terre et les fonds pour construire le bâtiment.

Théâtre national Ivan Vazov[modifier | modifier le code]

Le théâtre national Ivan Vazov

Le théâtre brûla entièrement en 1923, il fut donc totalement reconstruit sur les plans de l'architecte allemand Martin Dolfer et rouvert en 1929.

Bibliothèque nationale Cyrille et Méthode[modifier | modifier le code]

La naissance au IXe siècle des premières bibliothèques, royales ou monastiques, est liée à l’œuvre des saints frères Cyrille et Méthode, qui créèrent l’alphabet cyrillique et traduisirent les livres saints en slavon d’église.

Parmi les premières institutions culturelles créées par les Bulgares après leur libération des Turcs, la Bibliothèque nationale Saints-Cyrille-et-Méthode fut inaugurée le 10 décembre 1878.

Devant la bibliothèque, se trouve la statue des deux frères Cyrille et Méthode.

Palais national de la culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Palais national de la culture.

Musique[modifier | modifier le code]

Sofia a reçu l'un des plus grands événements musicaux de l'univers Métal : un concert de la Sonisphère 2010 réunissant les Big Four of Thrash Metal. Un DVD y a été enregistré.

Parcs et jardins publics[modifier | modifier le code]

Jardin public[modifier | modifier le code]

Le Jardin public est situé au centre même de la capitale. Au milieu du jardin, en face du Théâtre national “Ivan Vazov”, il y a des des fontaines, des jets d’eau à statue de danseuse, un terrain de jeux en bois pour les enfants et un ancien kiosque de journaux de la fin du XIXe siècle. C'est aussi un lieu prisé par les joueurs d'échecs. Des expositions de photographies sont souvent organisées dans les allées.

Vue de Borisova Gradina

Un prolongement du jardin est situé derrière la Galerie nationale des beaux-arts. Le terrain en pente est agrémenté d’une dizaine de statues et de beaucoup d’arbres anciens.

Borisova Gradina (Jardins de Boris III)[modifier | modifier le code]

Créé en 1882, ce parc arboré est agrémenté d'un étang à nénuphars, du lac Ariana, du pont des Aigles. Y sont situés le monument à l'Armée rouge et l'obélisque de la Fraternité. Des dizaines de bustes et de statues des révolutionnaires bulgares, écrivains et poètes sont disséminés dans le parc. L'observatoire astronomique de l'université de Sofia y est également situé ainsi que des équipements sportifs (piscines, courts de tennis...).

Doktorska Gradina (Jardins des Docteurs)[modifier | modifier le code]

Ce jardin public reconstruit et élargi de 1882 à 1884 entoure le monument élevé aux membres du corps médical russe qui ont péri au cours de la guerre de libération. En 1896, le Jardin des Docteurs fut replanté de plantes exotiques, en tant qu'annexe du Jardin botanique universitaire de Baltchik, sur la Mer noire.

Youjen Park (Parc du Sud)[modifier | modifier le code]

Il abrite 65 espèces d'oiseaux.

Park Zaïmov (Parc du général Vladimir Zaïmov)[modifier | modifier le code]

Appelé couramment Oborishte. Le long des allées sont établis ses cafés et des sculptures modernes. Dans le parc se trouve le Théâtre dramatique de Sofia.

Zapaden Park[modifier | modifier le code]

Zoo[modifier | modifier le code]

Il existe 15 jardins zoologiques en Bulgarie. Le plus ancien et le plus grand en est celui de Sofia qui a été fondé en 1888. De nos jours, le jardin zoologique est un vaste parc arboré qui abrite environ 2 200 animaux de 280 espèces du monde entier.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (bg) « Population dans les villes au 31.12.2012 », sur http://www.nsi.bg/, Site de l'Institut national de la statistique de la République de Bulgarie (consulté le 20 octobre 2013).
  2. [PDF] (en) « 2011 POPULATION CENSUS – MAIN RESULTS », sur http://www.nsi.bg/, Site de l'Institut national de la statistique de la République de Bulgarie.