Cargill

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cargill

alt=Description de l'image Cargill logo.png.
Création 1865
Fondateurs Will Cargill
Siège social Drapeau des États-Unis Minnetonka, Minnesota (États-Unis)
Direction Gregory R. Page, CEO
Activité Agroalimentaire, agriculture et élevage, produits alimentaires, santé et pharmacie, gestion des risques industriels et financiers, électricité et gaz
Effectif 140 000 dans 65 pays[1]
Site web http://www.cargill.com/
Chiffre d’affaires 133,9 milliards USD (2012)
Résultat net 1,17 milliards USD (2012)

Depuis 2008, Cargill est la plus importante société non cotée des États-Unis devant Koch Industries[2]. Basée dans le Minnesota, à Minneapolis, avec des implantations dans le monde entier, Cargill est spécialisée dans la fourniture d'ingrédients alimentaires et dans le commodity trading (négoce de matières premières). Son chiffre d'affaires en 2010 est de 120 milliards de dollars américains.

Près de la moitié des 140 millions de tonnes transportées par ses 300 navires en 2005 l'ont été pour son propre compte. En 2010, Cargill compte plus de 130 000 employés répartis dans 62 pays.

La famille Cargill possède 88 % de l'entreprise, ses membres Pauline MacMillan Keinath, Cargill MacMillan Jr, Whitney MacMillan, Marion MacMillan Pictet sont milliardaires[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir de 1865, à la fin de la guerre de Sécession américaine, le Midwest américain se couvrit d’un impressionnant réseau de silos du négociant américain Cargill, créé la même année dans l'Iowa par Will Cargill un marchand de grains, fils de fermier américain de souche écossaise. Très vite, la firme s'installa à Minneapolis et dans le Wisconsin, sur les nœuds ferroviaires, pour accompagner la croissance du chemin de fer, dont les lignes reliant les deux océans sont lancées juste après la guerre de Sécession.

William, le fils de Will, ayant failli entraîner la firme dans un désastre financier irréparable, un conflit interne éclata, qui favorisa la famille Mac Millan, dont le fils John avait épousé Edna, sœur de William Cargill et fille de Will Cargill[4]. John MacMillan dirigea la société jusqu'à son départ à la retraite en 1936.

Pendant la grande dépression, Cargill racheta systématiquement les aires de stockage au bord des grands lacs, laissées par les petites firmes balayées par la crise, et se dota d’une flotte de barges qui remontaient le Mississippi, tout en faisant construire un silo gigantesque de dix millions de boisseaux[5].

Le groupe a démarré ses activités en France en 1964, dans le port de Saint-Nazaire avec le négoce international de farines de maïs et de soja. En 1965, Granax est créé à Paris.

En 1978, la société publia pour la première fois des informations la concernant : le groupe affichait 121 millions de dollars de bénéfice net pour 11,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Il possédait 14 navires océaniques, 400 péniches, 300 wagons, 40 silos portuaires aux États-Unis, ainsi que 140 filiales disséminées dans 36 pays[6].

En 1985, Cargill est devenu la première société agroalimentaire du monde, grâce au développement de ses usines de trituration de soja ou de broyage de cacao, avec un chiffre d'affaires total (négoce inclus) de 32,2 milliards de dollars, loin devant l'Anglo-néerlandais Unilever (21 milliards) et le Suisse Nestlé (17 milliards)[5]. Cargill emploie aujourd'hui 142 000 personnes dans 65 pays contre 40 000 personnes en 1985[7].

En 2002, Cargill acquiert l'activité chocolat industriel d'OCG Cacao au Grand-Quevilly. Le même année, il intègre Cerestar à Haubourdin. En 2006, Cargill acquiert l'activités agro-alimentaires du Groupe Degussa. En 2011, Cargill acquiert Provimi pour 1,5 milliards d'euros.

En mars 2013, Cargill annonce le transfert de ses activités de minoterie dans une coentreprise avec ces même activités de ConAgra Foods et de CHS pour former Ardent Mills. En mai 2014, cette concentration est acceptée par les autorités de la concurrence américaine[8].

En octobre 2013, Cargill est sur le point d'acquérir les activités cacao d'ADM pour environ 2 milliards de dollars[9][10].

En mars 2014, Copersucar annonce une coentreprise avec Cargill pour créer la plus grande entreprise de commerce de sucre[11]. En septembre 2014, Cargill acquiert les activités dans le chocolat, soit 6 usines (3 en Amérique du Nord et 3 en Europe), d'ADM pour 440 millions de dollars[12].

Activités en France[modifier | modifier le code]

Cargill est présent à Crevin, Saint-Germain-en-Laye, Paris, Strasbourg, Haubourdin, Saint-Cyr-en-Val, Rouen, Château-Gontier, Saint-Nazaire, Montoir-de-Bretagne, Brest, Baupte, Lannilis, Redon[13].

Cargill Haubourdin[modifier | modifier le code]

Cargill-Haubourdin entre dans le groupe Cargill en 2002, à la suite du rachat de la société Cérestar. C'est une société par actions simplifiée (SAS) française, filiale de Cargill-France qui exploite une amidonnerie de maïs située à Haubourdin dans le département du Nord (France)[14].

Cargill-Haubourdin est l'une des dix sociétés adhérentes de l'Union des syndicats des industries des produits amylacés et de leurs dérivés (USIPA)[15].

Cargill Saint-Cyr-en-Val[modifier | modifier le code]

Cargill est présent depuis vingt ans dans la banlieue Orléanaise avec une usine de fabrication de produits industriels à base de poulet, dont l'unique client est McDonald's[16].

Critiques[modifier | modifier le code]

Cargill a été mise en cause pour l'impact de la culture de soja sur l'Amazonie[17].

Elle est aussi souvent citée, notamment par Jean Ziegler, ancien rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation du Conseil des droits de l’homme de l’ONU[18], comme un acteur majeur de la crise alimentaire mondiale, en raison de spéculations et de prises de profit massives sur les produits alimentaires de base[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]