Cave historique des hospices de Strasbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le tonneau de 1472 abrite encore son nectar originel.

La cave historique des hospices de Strasbourg est une cave à vin construite entre 1393 et 1395 dans l'enceinte de l'hôpital civil.

Histoire de la cave[modifier | modifier le code]

La cave des hospices de Strasbourg est rapidement devenue un riche propriétaire terrien. De nombreux patients s'acquittaient de leurs soins en léguant des parcelles de terrain qui, mises bout à bout, formaient un vaste domaine. En 1716, un incendie ravage l'hôpital mais il épargne la cave, la boulangerie et la chapelle. Durant le XXe siècle, l'activité viticole va peu à peu s'estomper mais en 1995, sous l'impulsion de vignerons alsaciens, la cave reprend ses activités sous la forme de coopérative. Elle est profondément rénovée et écoule aujourd'hui environ 150 000 bouteilles par an[1] : gewurztraminer, muscat, riesling et pinot gris. La cave historique est réputée pour la qualité de ses vins mais s'interdit toute publicité et réinvestit tous ses bénéfices dans l'achat d'appareils médicaux.

Le vin, un médicament[modifier | modifier le code]

Durant le Moyen Âge, le vin est utilisé comme médicament. Mais il est aussi fortement ancré dans la religion chrétienne en tant que symbole du sang de Jésus Christ. C'est ainsi qu'à l'hôpital civil, chaque patient avait droit à deux litres de vin par jour. La tradition durera jusqu'au XIXe siècle[2].

Les trésors de la cave[modifier | modifier le code]

Millésime 1472, le plus vieux vin du monde en bouteille

La cave historique des hospices civils abrite un des plus vieux alcools du monde[1], un vin blanc de 1472 (une bouteille encore plus ancienne, du IVe siècle après JC, est conservée au Musée du Palatinat de Spire en Allemagne). Malgré son âge, il présente, selon le contrôle œnologique de 1994, une très belle robe brillante, très ambrée, un nez puissant, très fin, une très grande complexité, des arômes rappelant la vanille, le miel, la cire, le camphre, les épices fines, la noisette et la liqueur de fruits.

La dégustation du millésime 1472[modifier | modifier le code]

Ce précieux breuvage n'a été servi qu'à quatre reprises depuis sa mise en fûts. En 1576, en 1716 à la suite de l'incendie, en 1868 et en 1944, lors de la libération de la ville par le général Leclerc[3].

La troisième dégustation de cet illustre millésime a eu lieu le dimanche 13 septembre 1868, lors du banquet des félibres provençaux qui recevaient, à Saint-Rémy-de-Provence, leurs collègues, Frédéric Mistral et Victor Balaguer. Ils eurent la surprise de se voir offrir, sous forme de toast, par le Baron Brisse, une bouteille de vin d’Alsace de la récolte de 1472, qui lui avait été donnée par le directeur des Hospices de Strasbourg[4].

La cave abrite aussi un remarquable pressoir de 1727 et un immense tonneau de 1881 d'une capacité de 26 080 litres[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b La Cave historique des Hospices civils : L'ivresse millésimée - L'Express
  2. Les 600 ans de la cave historique, Christelle Carrier, p.5
  3. Les 600 ans de la cave historique, Christelle Carrier, p. 3
  4. Catalogue officiel de la Fête des Vins de Saint-Rémy-de-Provence, édition 1985.
  5. Les 600 ans de la cave historique, Christelle Carrier, p. 2