Cannes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cannes (homonymie).
Cannes
Au premier plan, le Vieux-Port de Cannes, le coin des pêcheurs, au pied du village historique du Suquet; Palais des festivals et au fond La Croisette et son célèbre hôtel Carlton
Au premier plan, le Vieux-Port de Cannes, le coin des pêcheurs, au pied du village historique du Suquet; Palais des festivals et au fond La Croisette et son célèbre hôtel Carlton
Blason de Cannes
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Grasse
Canton Cannes-Centre (chef-lieu)
Cannes-Est (chef-lieu)
Mandelieu-Cannes-Ouest
Intercommunalité Communauté d'agglomération des Pays de Lérins
Maire
Mandat
David Lisnard
2014-2020
Code postal 06400 et 06150
Code commune 06029
Démographie
Gentilé Cannois
Population
municipale
72 607 hab. (2011)
Densité 3 701 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 33′ 05″ N 7° 00′ 46″ E / 43.551347, 7.01275343° 33′ 05″ Nord 7° 00′ 46″ Est / 43.551347, 7.012753  
Altitude Min. 0 m – Max. 260 m
Superficie 19,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Cannes

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

Voir sur la carte topographique de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Cannes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cannes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cannes
Liens
Site web cannes.com

Cannes ([kan ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter ou localement [ˈkanə ]) est une commune française des Pays de Lérins située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Cannois.

Village de pêcheurs ligure pendant l’Antiquité, liée aux légendes de Saint-Honorat et de l’homme au masque de fer sur les îles de Lérins au large de la baie de Cannes, station climatique et balnéaire de la Côte d'Azur au XIXe siècle, la ville prend son essor avec la construction de résidences de villégiature par les aristocrates anglais et russes puis, dès le début du XXe siècle, d'hôtels de luxe destinés aux touristes fortunés, constituant son patrimoine architectural.

Dotée d'une industrie de pointe, d’un aéroport, de plusieurs ports et d’un palais des congrès, Cannes est aujourd'hui mondialement connue pour ses festivals du film et de la plaisance, pour sa Croisette bordée de palaces et pour les NRJ Music Awards.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue panoramique de Cannes le long de la baie depuis Le Suquet.

Situation[modifier | modifier le code]

Cannes est située sur la Côte d'Azur.
Vue aérienne de Cannes et du massif de l'Esterel plongeant dans la baie.

Cannes est située dans la communauté d'agglomération des Pays de Lérins, à l’ouest du département des Alpes-Maritimes sur la Côte d'Azur dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), sur la rive est de la plaine alluviale de la Siagne, en bordure de la mer Méditerranée dans ce qui est couramment appelé la baie de Cannes ou golfe de La Napoule. Le territoire communal s’inscrit dans un croissant orienté vers le sud, long de neuf kilomètres d’ouest en est et large de cinq kilomètres du nord au sud, occupant une superficie totale de 1 962 hectares. L’Institut national de l'information géographique et forestière attribue les coordonnées géographiques 43°33’29" nord et 07°01’04" est au point central de ce territoire[1]. La commune est irriguée par le ruisseau du Béal et la rivière de la Frayère, sa géographie est caractérisée par une relative disparité des élévations, avec une bande côtière et des collines et pitons comme le Suquet, la Croix-des-Gardes ou le Bois-de-la-Maure[2] où se trouve le point culminant de la commune à 260 m d’altitude[3].

Elle est traversée par l’autoroute A8 sur laquelle elle dispose de deux échangeurs et par les voies ferroviaires des lignes Marseille - Vintimille et Cannes - Grasse comprenant les gares de Cannes et La Bocca. Elle accueille la majeure partie des installations de l’aéroport de Cannes-Mandelieu et l’héliport du Suquet. Plusieurs autres axes routiers importants sillonnent son territoire comme la route du bord de mer, la route Napoléon et l’ancienne route nationale 7. Divisée en nombreux quartiers, elle est l'une des rares commun Cannes est située dans la communauté d'agglomération des Pes de France à disposer d’un quartier insulaire avec les îles de Lérins, aussi célèbres que le quartier du Suquet, ville historique de Cannes, ou ceux de la Californie ou de la Bocca. Cannes est située à 690 km au sud-est de Paris, 136 km au nord-est de Marseille, 27 km au sud-ouest de Nice, 14 km au sud-est de Grasse, 38 km au sud-ouest de Monaco, 43 km au nord-est de Saint-Tropez et 49 km au sud-ouest de la frontière italienne.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs cours d'eau traversent le territoire communal: à l’extrême ouest, le ruisseau du Béal dont un bras vient grossir la Siagne et un autre se jette dans la mer au niveau du port du même nom, la rivière la Frayère, qui entre au nord depuis Le Cannet et se jette dans la mer à proximité de l’aéroport de Cannes-Mandelieu et qui voit son débit augmenté par une multitude de petits ruisseaux dévalant depuis le rocher de Roquebillière. En plein centre-ville, le Poussiat se jette dans le Vieux-Port. À l’est subsiste encore l’ancien canal de la Siagne suivant le Vallon de Mauvarre[4]. Sur l’île Sainte-Marguerite se trouve un vaste étang, l’étang du Batéguier à l’ouest dans la pointe qui porte son nom. Commune littorale de la mer Méditerranée, elle dispose d’un front de mer continental long de presque douze kilomètres entre le port du Béal à l’ouest et la pointe Fourcade[5] à l’est, auquel s’ajoutent les côtes des îles de Lérins.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Relativement étendue, la commune de Cannes présente un relief varié, mêlant large plaine alluviale à l’ouest, dans le delta de la Siagne et de la Frayère, et relief escarpé à l’est, dans le massif de la Maure, et au centre, dans le massif de la Croix-des-Gardes. L’altitude minimale est ainsi fixée à zéro mètre sur tout le littoral. L’altitude maximale, fixée à 260 m, est atteinte à proximité du col Saint-Antoine dans le massif de la Maure surplombant le vallon de Mauvarre[6]. La Croix-des-Gardes culmine à 213 m[7]. L’hôtel-de-ville est à une altitude de deux mètres[8] et le château du Suquet, site de peuplement originel culmine à 66 m[9]. Un repère géodésique a été placé sur le fort de l’île Sainte-Marguerite, point culminant de l’archipel des îles de Lérins à 106 m[10].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de situation des communes limitrophes

Toute la partie sud et sud-est du territoire municipal est bordée par la mer Méditerranée avec au large de la baie de Cannes les îles de Lérins. Au sud-ouest et à l’ouest se trouve la commune voisine de Mandelieu-la-Napoule, frontière pour partie matérialisée par l’avenue Gaston de Fontmichel, l’allée Hélène Boucher et l’avenue Jean Mermoz. Au nord-ouest se trouvent le village de La Roquette-sur-Siagne, séparé par le chemin de Poursel et la commune de Mougins séparée par la voie de chemin de fer Cannes-Grasse. Au nord, la commune est limitrophe de la commune du Cannet, séparée par le boulevard Jean Moulin, l’avenue Michel Jourdan, le chemin de la Frayère, le boulevard du Périer, le chemin de la Merlette, l’avenue des Broussailles, les rues de Lille et de Dunkerque, l’avenue de Lyon. Au nord-est et à l’est se trouve Vallauris, avec une frontière matérialisée par l’ancienne Via Julia Augusta jusqu’à la côte.

Rose des vents La Roquette-sur-Siagne Mougins - Le Cannet Vallauris Rose des vents
Mandelieu-la-Napoule N Vallauris
O    Cannes    E
S
Mandelieu-la-Napoule Baie de Cannes
(Îles de Lérins)
Golfe Juan

Climat[modifier | modifier le code]

Cannes est située sur la Côte d'Azur et bénéficie d’un climat méditerranéen aux étés chauds et secs et aux hivers doux et humides. Le mistral souffle parfois bien que la commune soit abritée par le massif de l'Esterel. Elle peut être plus exposée au levant ou au sirocco qui surviennent heureusement rarement. En moyenne annuelle, la température s’établit à 14,6 °C avec une moyenne maximale de 19,2 °C et une minimale de 9,9 °C. Les températures nominales maximales et minimales relevées sont de 26,9 °C en août et 3,2 °C en janvier, valeurs douces grâce à la présence de la Méditerranée. Si les températures maximales sont sensiblement identiques à celles que l'on enregistre à Nice, les minimales sont toute l'année environ 2 °C plus basses. L’ensoleillement record s’établit à 2 748 heures par an avec une pointe à 355 heures en août. Autre valeur importante, caractéristique du climat méditerranéen, les précipitations totalisent 857 mm sur l’année, très inéquitablement réparties avec moins de 20 mm en juillet et plus de 120 mm en octobre.

Normes et records climatiques à Cannes et Mandelieu pour la période 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,2 4 5,5 8 11,4 14,9 17,4 17,4 15,1 11,4 7 4 9,9
Température moyenne (°C) 7,9 8,6 10,1 12,5 15,8 19,3 22,1 22,1 19,7 16,1 11,6 8,8 14,6
Température maximale moyenne (°C) 12,6 13,2 14,8 17,1 20,2 23,6 26,7 26,9 24,3 20,8 16,3 13,7 19,2
Ensoleillement (h) 147,8 148,9 203,2 252,1 234,9 280,6 310,3 355,5 319,5 247 201,5 145,5 2 748,1
Précipitations (mm) 88,7 92,3 74,6 69,3 50,3 40,2 16,7 36 61,8 121,2 117,3 89,4 857,7
Source : Climatologie mensuelle à la station de Cannes-Mandelieu[11].


Voies de communication[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de l'aéroport de Cannes-Mandelieu.

L’ouest du territoire est traversé par l’autoroute A8, accessible par la sortie 41 La Bocca et la sortie 42, située sur la commune voisine du Cannet, donnant un accès direct au centre-ville. L’intégralité de la commune est traversée par l’ancienne route nationale 7, devenue la route départementale 6007 qui se conjugue pour partie avec la route du bord de mer ou route départementale 6098. Le centre-ville est le point de départ de la route Napoléon qui remonte vers Grenoble. Depuis La Bocca part la route départementale 9 menant à Grasse et ses itinéraires bis 409 et 909 menant à Mougins et Mouans-Sartoux et, depuis le centre-ville, la route départementale 3 en direction des Alpes.

Transports[modifier | modifier le code]

À l’extrême ouest du territoire se trouve l’aéroport de Cannes-Mandelieu réservé à l’aviation de tourisme et d’affaires[12]. L'héliport du Suquet le complète, installé à l’extrémité de la jetée du Vieux-Port. La commune est située à moins de 20 km de l’aéroport de Nice-Côte d'Azur.

Suivant le littoral, la ligne Marseille – Vintimille dessert la gare de Cannes située en centre-ville, reliée au réseau TGV, Téoz, Lunéa et TER Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle est rejointe au niveau de la gare de Cannes-La-Bocca par la ligne Cannes-la Bocca - Grasse desservie par le seul TER.

Dans le Vieux-Port, géré par la chambre de commerce et d'industrie de Nice-Côte d'Azur, subsiste une gare maritime avec des liaisons régulières vers les îles de Lérins et Saint-Tropez et, en saison estivale, des escales de navires de croisière. En 2009, le Vieux-Port a accueilli près de 289 000 passagers de croisière et 333 500 passagers de navette côtière[13]. Il est complété par les ports de plaisance du Béal, Canto et du Mouré Rouge.

En association avec ses voisines, la commune dispose du réseau de transport en commun Bus Azur[14], dont la plupart des véhicules rejoignent la gare routière à proximité du port. Ils sont complétés par le réseau départemental Lignes d'azur[15].

Dans le passé, le funiculaire de Super-Cannes permettait un accès rapide au quartier de la Californie jusqu’en 1966 et un tramway sillonnait le territoire jusqu’en 1933.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Vue de Cannes depuis la mer : au premier plan la Croisette avec sur la gauche l'hôtel Carlton, en second plan sur la gauche les hauteurs du Cannet avec le centre héliomarin et à droite la Californie avec l'observatoire de Super-Cannes.
Localisation des dix quartiers de Cannes (cliquer sur la carte pour voir la légende)

Territoire communal et espaces urbains[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est très largement urbanisé en bordure du littoral et conserve des espaces vierges au nord dans la plaine agricole, sur le massif de la Croix-des-Gardes, préservés au sein du parc naturel forestier du même nom[16], et sur les îles de Lérins. La commune est intégrée à l’espace urbain Nice-Côte-d'Azur et à l’aire urbaine de Nice.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Urbanisée au fil des temps, la commune est aujourd’hui composée de quartiers, certains anciens, d'autre plus récents.

À l’ouest, coincé entre la Croix-des-Gardes et la mer, se trouvent le Vallon Provençal, Pierre-Longue et Font-de-Veyre, limitrophe du second grand ensemble de la commune, La Bocca. Cet ensemble est lui-même composé de la Frayère et Esterel-Côte d'Azur au nord, Saint-Joseph au centre, Saint-Cassien à l’ouest et les zones d’activités de la Roubine, du Béal, des Tourrades et de la Frayère. À l’extrême nord-ouest sont partagés avec Le Cannet et La Roquette-sur-Siagne les quartiers de Ranguin et l’Abadie.

Au pied du Suquet, site de peuplement originel, se sont développés le centre-ville et le quartier de la Croisette avec son alignement de palaces, ses ports de plaisance et le palais des festivals.

Vers le nord furent créés les quartiers de Saint-Nicolas, du Petit-Juas, de la Peyrière et des Vallergues, majoritairement résidentiels. À l’est se trouve le vaste ensemble de la Californie avec ses subdivisions des Gabres[17], du Château Saint-Michel, de Palm Beach et de Super-Cannes partagé avec Vallauris au nord-est.

Au large, les îles de Lérins constituent l’un des rares quartiers insulaires de France.

Administrativement, la commune est découpée en dix grands quartiers, sans rapport avec le découpage historique, et localisés sur la carte ci-contre : Bocca Nord (1) et Bocca Sud (2), La Croix-des-Gardes (3), Riou - Petit Juas - Av. de Grasse (4), Carnot (5), Prado - République (6), Californie - Pezou (7), Pointe Croisette (8), Centre-ville - Croisette (9) et Suquet - Îles de Lérins (10)[18].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la politique de la ville, les grands ensembles de la Colline des Puits[19] et du Prado-République et Carnot[20] sont prioritaires au titre des programmes de rénovation urbaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Nom de la commune[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient du mot ligure Canoa signifiant « hauteur » ou « piton » et se rapportant au lieu antique d’occupation humaine sur la colline du Suquet. Il évolua vers Canoas et Canua, devenu Canoïs en 990 et fut cité en 1030 dans l’acte de donation des terres à l’abbaye de Lérins sous la désignation Portu Canue[21] et devint Canna en latin. La commune fut créée en 1793 sous son nom actuel[22]. En occitan/provençal la commune est appelée Canas selon la norme classique ou Cano selon la norme mistralienne[23] prononcée [ˈkanɔ], en occitan médiéval Canoas.

Gentilé[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Cannois[24].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Cannes.
La « tour de l'abbé » et le château du Suquet, vestiges du Moyen Âge.

À l’origine modeste village provençal méditerranéen de pêcheurs et de moines, Cannes a une histoire indissociable de celles des îles Sainte-Marguerite et Saint-Honorat qui sont à quelques coups de rames des rivages. Aussi, il est impossible de parler de l’histoire de Cannes sans évoquer celle des îles de Lérins.

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Apparue au Moyen Âge, la bourgade de Cannes se développe très modestement durant l’Ancien Régime tout en étant témoin des luttes franco-anglaises et franco-espagnoles qui s’exercent essentiellement sur les îles de Lérins.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Ce n’est qu’au XIXe siècle que la ville prend véritablement son essor, grâce notamment à Lord Henry Brougham and Vaux, grand Chancelier d’Angleterre qui en s’y installant, attire l’aristocratie anglaise et européenne qui édifie de magnifiques demeures secondaires pour l’hiver. Comme la plupart des stations de la Côte d’Azur, la ville connaît, grâce à cette population de prestige, un développement important.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Cannes la nuit en 2013

Sa renommée internationale n’est acquise qu’au milieu du XXe siècle grâce au Festival du Film.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Localisation de Cannes, en rouge, parmi les communes des Alpes-Maritimes. L'arrondissement de Grasse est en rose et celui de Nice en beige.
Localisation des trois cantons de Cannes : canton de Mandelieu-Cannes-Ouest (1), canton de Cannes-Centre (2) et canton de Cannes-Est (3).
Étiquettes politiques des conseillers généraux des Alpes-Maritimes par canton.

Au regard des résultats électoraux, Cannes apparaît comme une ville politiquement ancrée à droite, comme le reste de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et du département des Alpes-Maritimes avec une forte propension au vote d’extrême droite. Ainsi, en 2002 le candidat à la présidence de la République Jean-Marie Le Pen (FN) obtint dans la commune plus de 30 % des suffrages et lors de l’élection législative la même année, un autre candidat frontiste obtint plus de 28 % au second tour. En 2004, contrairement au reste du territoire national, c’est la candidate UMP Françoise Grossetête qui arriva en tête avec 26,26 % et lors de l’élection cantonale, c’est encore un candidat frontiste qui fut opposé au second tour au candidat de l’UMP Henri Leroy, obtenant respectivement 31,14 % et 68,86 % des voix. En 2005, les électeurs cannois approuvèrent à une courte majorité le traité de Rome, alors qu’ils avaient rejeté en 1992 le traité de Maastricht à 54,29 %[25]. En 2007, le candidat UMP à la présidence de la République Nicolas Sarkozy obtint dans la commune 71,79 % et le député sortant Bernard Brochand (UMP) fut réélu avec 60,27 % des voix malgré une candidature dissidente. En 2008, cette bataille intestine de la droite locale se renouvela avec la présence au second tour des élections municipales et cantonales de candidats de l’UMP et Divers droite dissidents, obtenant chacun des scores proches avec 40,70 % pour le maire sortant Bernard Brochand (UMP) contre 37,12 pour son adversaire Philippe Tabarot (DVD), ce dernier étiqueté UMP remporta le canton de Cannes-Centre avec 56,19 % des voix tandis que le second adjoint au maire, dissident donc divers droite David Lisnard emportait le canton de Cannes-Est avec 52,58 % des suffrages. En 2009, Françoise Grossetête obtint dans la commune une large victoire avec 42,35 % des voix contre seulement 14,43 % à son opposante la plus proche. En 2010 et contrairement au reste de la région, c’est le candidat UMP Thierry Mariani qui obtint le plus fort résultat avec 44,09 % des suffrages. La commune accueille en outre la fédération départementale de l’Union pour un mouvement populaire[26] et des fédérations locales du Parti socialiste[27], du Parti communiste français[28] et du Front national[29].

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours 
Élections législatives, résultats des deuxièmes tours 
Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores 
Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores 
Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours (Canton de Mandelieu-Cannes-Ouest) 
Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours (Canton de Cannes-Est) 
Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours (Canton de Cannes-Centre) 
Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours (Canton de Mandelieu-Cannes-Ouest) 
Élections municipales, résultats des deuxièmes tours 
Élections référendaires 

Administration municipale[modifier | modifier le code]

L'Hôtel de ville de Cannes.
Bernard Brochand, maire de Cannes, lors de l'inauguration de l'école Ange-Marie Miniconi.
Carte de la communauté d'agglomération des Pays de Lérins à cinq communes : Mougins, Le Cannet (sous réserve), Cannes, Mandelieu-la-Napoule et Théoule-sur-Mer.

Cannes est le chef-lieu du canton de Cannes-Centre, du canton de Cannes-Est et comporte une part du territoire du canton de Mandelieu-Cannes-Ouest[47]. Ils sont tous intégrés à l’arrondissement de Grasse et à la huitième circonscription des Alpes-Maritimes. Le canton de Cannes-Centre est délimité par l'avenue Michel-Jourdan, la rue de la Verrerie à l'est, la commune du Cannet au nord, le boulevard Carnot, la rue du Maréchal Joffre et la jetée Albert-Edouard à l'ouest[48]. Le canton de Cannes-Est comprend les îles Sainte-Marguerite et Saint-Honorat et est délimité par le boulevard Carnot, la rue du Maréchal Joffre, la jetée Albert-Edouard à l'ouest, les communes du Cannet au nord et de Vallauris à l'est[49]. Le canton de Mandelieu-Cannes-Ouest comprend la commune de Mandelieu-La Napoule et est délimité par le département du Var à l'ouest, les communes de Pegomas, La Roquette-sur-Siagne et Mougins au nord, Le Cannet, l'avenue Michel-Jourdan et la rue de la Verrière à l'est[50]. La huitième circonscription des Alpes-Maritimes comprend, outre ces trois cantons, la partie du canton de Vallauris-Antibes-Ouest non comprise dans la 7e circonscription[51].

Le canton de Cannes-Centre est représenté par le conseiller général Philippe Tabarot (DVD) le canton de Cannes-Est par le conseiller général David Lisnard (UMP) et le canton de Mandelieu-Cannes-Ouest par le conseiller général Henri Leroy (UMP). La huitième circonscription des Alpes-Maritimes est représentée par le député Bernard Brochand (Union pour un mouvement populaire). Ce dernier est par ailleurs maire de la commune, il préside le conseil municipal composé de 49 élus donc 35 pour la majorité Union pour un mouvement populaire, neuf pour l’opposition divers droite, trois pour l’opposition socialiste et deux pour l’opposition divers droite. Le maire est secondé dans ses fonctions par 13 adjoints, 6 conseillers municipaux délégués et 14 conseillers municipaux subdélégués[52]. La municipalité a par ailleurs mis en place un conseil municipal des Jeunes[53].

David Lisnard est le maire de Cannes depuis le 5 avril 2014[54].

Conseil municipal de Cannes (mandature 2008-2014)[55].
Liste Tendance Président Effectif Statut
« Vive Cannes avec Bernard Brochand » UMP Bernard Brochand 35 Majorité
« Gagner pour Cannes » UMP Philippe Tabarot 9 Opposition
« Liste de rassemblement de la gauche et des écologistes » PS Apolline Crapiz 3 Opposition
« Jean Martinez un maire pour tous les cannois » DVD Jean Martinez 2 Opposition

En 2009, la commune disposait d’un budget de 349 892 000 € dont 251 800 000 € de fonctionnement et 98 092 000 € d’investissement[56] financés pour 44,94 % par les impôts locaux[57] avec des taux d’imposition fixés à 19,72 % pour la taxe d'habitation, 17,50 % et 13,56 % pour la taxe foncière sur le bâti et le non bâti et 22,97 % pour la taxe professionnelle[58]. Cette même année, l’endettement cumulé s’élevait à 311 662 000 €[59], elle se trouvait à la deuxième place nationale des communes les plus endettées avec 4 618 € de dette par habitant selon le classement établi par Le Journal du Net[60]. En 2007, la commune disposait sur son territoire de 14,7 % de logements sociaux[61], elle ne respectait ainsi pas l’obligation fixée par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains.

La ville de Cannes fait partie de la communauté d'agglomération des Pays de Lérins constituée par les communes de Cannes, du Cannet (sous réserve), de Mandelieu-la-Napoule, de Mougins et de Théoule-sur-Mer, créée en 2012 et opérationnelle en 2014 dont la présidence est assurée par Bernard Brochand maire de Cannes[62],[63]. Elle adhère également à divers syndicats intercommunaux dont celui d’étude du barrage Var-Estéron, celui pour le traitement des déchets de la région de Cannes et Grasse, celui pour la protection contre les inondations de la Frayère et de la Roquebillière, le syndicat d’économie mixte de Sophia-Antipolis, le syndicat d’assainissement du grand bassin cannois, celui pour la gestion de la fourrière, le syndicat intercommunal de la Siagne et de ses affluents[64]. La commune est en outre engagée dans un contrat urbain de cohésion sociale[65].

La commune de Cannes dispose des codes postaux 06400 et 06150 pour le quartier de La Bocca. L’Insee lui attribue le code 06 1 98 029[66].

Liste des maires depuis 1770[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Cannes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Véhicules de la police municipale de Cannes.

L’organisation juridictionnelle rattache les justiciables de la commune aux tribunaux d’instance et de commerce et au conseil de prud’hommes installés sur son territoire, et aux tribunaux de grande instance et pour enfants de Grasse, affiliés à la cour d'appel d'Aix-en-Provence[67]. Un délégué du Médiateur de la République assure des permanences dans la commune[68]. La Banque de France dispose d’une succursale dans la commune[69]. Une agence départementale d’information sur le logement[70], une antenne de la Caisse d’allocations familiales[71] et une de la Caisse primaire d'assurance maladie[72], deux agences Pôle emploi[73],[74], deux centres des impôts et trois trésoreries principales[75] sont installés dans la commune. Cinq agences postales sont réparties sur le territoire. Deux cent vingt-deux avocats rattachés au barreau de Grasse[76], six études notariales[77] et quatre sociétés civiles d’huissier de justice[78]. La sécurité des biens et des personnes est assurée par un service de police municipale qui dispose de onze postes répartis dans les divers quartiers[79], par la police nationale qui dispose d’un commissariat central, par une brigade territoriale autonome de la gendarmerie nationale[80], par la police aux frontières à l’aéroport et par quatre casernes de sapeurs-pompiers[81].

En 2012, la police municipale de Cannes compte près de 246 agents en service[82].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Cannes a développé des associations de jumelage avec :

Localisation sur le planisphère des villes jumelées avec Cannes
(« G » = Gstaad, « T » = Turin.)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune de Cannes a connu une évolution démographique relativement linéaire avec cependant quelques accidents. Le premier recensement intervenu en 1793 dénombrait 2626 habitants dans la nouvelle commune, il fut suivi d’une croissance lente pour ne dépasser les 4 000 résidents qu’en 1846, date où commença une évolution plus rapide: plus de 9000 habitants, vingt ans plus tard en 1866 et plus de 14 000 en 1876. Au début du XXe siècle, la commune comptait déjà plus de 30 000 résidents permanents avant de connaître une première chute jusqu’à de la Première Guerre mondiale et une nouvelle poussée démographique portant la population à près de 50 000 personnes en 1936. La Seconde Guerre mondiale réduisit encore de près de 10 % la population qui ne franchit le cap des 50 000 habitants qu’en 1954 et celui des 70 000 en 1975. Avec un pic à 72 269 habitants atteint en 1982, la commune, remaniée perdit en huit ans près de 4 000 personnes pour redescendre en 1999 à seulement 72 000 résidents. Le dernier recensement établi en 2007 fait état de 78 829 habitants. L’immigration compte pour une part relativement importante dans cette croissance démographique puisqu’en 1999, 8,7 % de la population était étrangère dont 2,3 % de Tunisiens, 1 % d’Italiens et d'Algériens, 0,9 % de Marocains, 0,6 % de Portugais, 0,3 % d’Espagnols et 0,1 % de Turcs[93].

En 2011, la commune comptait 72 607 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 626 2 896 2 804 3 982 3 994 3 997 3 381 4 720 5 557
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 860 7 557 9 618 10 144 14 022 19 385 19 959 19 983 22 959
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
30 420 29 365 29 656 30 907 42 427 47 259 49 032 45 548 50 192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
58 079 67 152 70 527 72 259 68 676 67 304 70 610 72 607 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2004[94].)
Histogramme de l'évolution démographique


Cannes se caractérise par une forte concentration de population âgée avec une présence nettement supérieure d’habitants de plus de 60 ans que dans le reste du département et à l’inverse, un déficit de résidents de moins de trente ans. Ainsi en 1999, seulement 22,8 % de la population était âgée de moins de 25 ans[95].

Pyramide des âges à Cannes en 2007 en pourcentage[96].
Hommes Classe d’âge Femmes
1,0 
90 ans ou +
2,6 
11,9 
75 à 89 ans
17,3 
17,0 
60 à 74 ans
19,3 
18,2 
45 à 59 ans
18,1 
19,6 
30 à 44 ans
17,2 
15,6 
15 à 29 ans
13,4 
16,8 
0 à 14 ans
12,1 
Pyramide des âges des Alpes-Maritimes en 2007 en pourcentage[97].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
1,7 
8,3 
75 à 89 ans
12,1 
15,3 
60 à 74 ans
16,3 
19,9 
45 à 59 ans
19,6 
20,4 
30 à 44 ans
19,7 
18,0 
15 à 29 ans
15,6 
17,5 
0 à 14 ans
14,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le lycée Carnot.

La commune de Cannes est rattachée à l’académie de Nice, elle dispose de 230 classes du primaire[98] réparties dans l’école maternelle Bocca Centre, l’école élémentaire Bocca Verrerie et les 15 écoles primaires Bocca Parc, Marcel-Pagnol, Méro, Eugène Vial, les Mûriers, Maurice Alice, Mont Chevalier, Frédéric-Mistral, La Frayère, Jean Macé, les Broussailles, la Croisette, Hélène Vagliano, René-Goscinny et Antoine-de-Saint-Exupéry[99]. La poursuite d’études s’effectue ensuite dans les collèges André Capron, Les Vallergues, Gérard-Philippe, et Les Mûriers, puis dans les lycées Carnot, Jules Ferry, Bristol, Les Coteaux et Alfred-Hutinel[100].

Plusieurs établissements privés complètent l’offre éducative, notamment les écoles catholiques Institut Stanislas[101], Sainte-Marie-de-Chavagnes[102], Saint-Joseph et de l’Assomption-Lochabair, l’école juive de Cannes et l’école juive Gan Kerem Manahem et enfin le lycée privé des Fauvettes[103].

Hors périodes scolaires, les enfants sont accueillis dans les maisons de l’enfance Ranguin, Giaume, Picaud et Riou[104]. Douze crèches sont réparties sur le territoire pour les accueils réguliers ou occasionnels[105].

Un institut universitaire de technologie rattaché à l’université de Nice Sophia-Antipolis[106], un Institut de formation en soins infirmiers, partenaire du centre hospitalier[107], une école supérieure de commerce, de communication et de gestion[108] et une école Pigier[109] sont installés dans la commune. La faculté des Métiers de Cannes est gérée par la commune en partenariat avec la région et dispense des formations qualifiantes[110]. Un Greta est implanté au lycée Jules Ferry[111]. Deux centres d’information de la jeunesse sont implantés en centre-ville[112],[113]. Un centre d'information et d'orientation est situé lui aussi en centre-ville[114], complété par une mission locale d’insertion[115].

Santé[modifier | modifier le code]

Cannes dispose sur son territoire d’un centre hospitalier réparti sur 4 sites totalisant 742 lits dans l’Hôpital Pierre Nouveau, la maison de retraite, le centre de gériatrie Isola Bella et les hôpitaux de jour psychiatriques. En 2005 il employait 1500 agents et formait 160 élèves infirmiers[116]. Il est complété par la clinique privée Oxford disposant de 300 lits[117]. Plusieurs maisons de retraite ou EHPAD sont implantés dans la commune dont les centres Passiflore et des Oliviers à La Bocca, les Gabres, les Hespérides et les Alizés à la Californie, la Cigalière, la Palmosa, les Yuccas, Campestra, les Acanthes, les Bougainvillées en centre-ville. Un centre médico-psychologique et un ESAT sont installés sur les hauteurs de la commune. Plus de 360 médecins exercent dans la commune, en médecine de ville ou en centre de santé[118], 117 chirurgiens-dentistes[119] et 45 pharmacies[120] sont répartis sur le territoire.

Culture[modifier | modifier le code]

Art précolombien au musée de la Castre.

Les festivals professionnels de cinéma, musique et télévision organisés dans la commune permettent l’accès aux œuvres pour les résidents. Le palais des festivals et des congrès est équipé de 18 auditoriums sur 35 000 mètres carrés. D'autres lieux de diffusion et pratique culturelle sont répartis dans la commune. L'ancienne Villa Rothschild accueille aujourd’hui la médiathèque de Noailles, complétée par celle de Ranguin et les bibliothèques de la Frayère, la Verrerie et la rue d’Oran. Un bibliobus sillonne les quartiers pour amener les ouvrages au plus près des habitants[121]. Trois MJC sont réparties dans les quartiers, la Ferme Giaume, le Studio 13 et Ranguin. Deux théâtres sont implantés dans la commune, le théâtre Alexandre III disposant de 176 places[122] et le théâtre du Verseau[123]. La commune a développé le concept « Cannes Université » chargé d’organiser des conférences de vulgarisation[124].

Le musée de la Castre est installé dans le château du Suquet, le musée de la Mer se trouve sur l’île Sainte-Marguerite, le centre d’arts de la Malmaison et la salle de spectacle de l’espace Miramar sur la Croisette. Trois salles de cinéma sont à la disposition des spectateurs, les Arcades avec 3 salles et 500 places, le Star avec 4 salles et 600 places et l’Olympia avec 9 salles et 1 200 places, tous trois classés Art et Essai comme les salles associatives Raimu et La Licorne à La Bocca[125].

La production locale des écoles artistiques est mise en avant avec le programme « Made in Cannes »[126], concept décliné en « Made in Cannes Junior » et « P’tits Cannes à You » pour les enfants.

Le conservatoire à rayonnement départemental de musique et de théâtre est installé dans l’ancien château de Font-de-Veyre. L’école supérieure de danse Rosella Hightower créée en 1961 forme chaque année plus de 150 élèves[127]. L’école régionale d’acteurs forme les futurs professionnels du cinéma[128]. La commune accueille dans l’auditorium des Arlucs l’Orchestre régional de Cannes-Provence-Alpes-Côte d'Azur que les auditeurs cannois peuvent entendre également au Théâtre Croisette ou dans sa mission de diffusion de la musique auprès de tous les publics[129], sous la direction de son nouveau directeur musical et chef principal, Wolfgang Doerner, ou de chefs invités comme Arie van Beek[130].

Sports[modifier | modifier le code]

L'équipe de volley-ball féminin Racing Club de Cannes.
Arrivée du marathon des Alpes-Maritimes en 2008.

Diverses installations sont dédiées à la pratique sportive, notamment le palais des Victoires, arène multisports de 4000 places, et le stade Pierre de Coubertin avec ses tribunes pour plus de 12 000 spectateurs. Les stades des Hespérides et Ranguin complètent l’offre dédiée au rugby et à l’athlétisme, comme les complexes Saint-Cassien et Maurice Chevalier. Dans le quartier de La Bocca se trouve la salle de musculation la Verrerie, et la piscine Pierre de Coubertin, cette dernière complétée par la piscine des Oliviers, huit gymnases (des Broussailles, des Coteaux, des Vallergues, des Mûriers, de Ranguin et de Ranchito, Carnot et André Capron), un fronton de pelote basque, les seize courts de tennis du Cannes Garden Club, les onze boulodromes (Noël Squarcioni, Paul Roubaud, Henri Bergia, Jean Béraudo, Louis Braille, des Quatre coins, des Platanes, des Allées, de l’Étang, du Camp-Long et du Mont-Chevalier) sont à la disposition des résidents. Station balnéaire, la commune a aussi développé deux centres nautiques, du Batéguier et du Mouré Rouge.

Un certain nombre de clubs municipaux s’illustrent lors de compétitions, comme le RC Cannes[131] en volley-ball féminin, deux fois vainqueurs de la ligue des champions et quinze fois champions de France, l’AS Cannes[132] en volley-ball masculin, champion d’Europe et neuf fois champions de France, l’Iron Mask de Cannes pour le football américain, cinq fois champions de deuxième division, l’AS Cannes[133] en football, fondé en 1902, où évoluèrent Zinédine Zidane et Patrick Vieira, le Rugby club Cannes Mandelieu pour le rugby à XV, champion de Fédérale 3 en 2008, le Cannes XIII pour le rugby à XIII, champion de deuxième division en 1993, l’Athlétic Club de Cannes[134], le Cannes Bocca Futsal et le cercle des nageurs de Cannes[135] fondé en 1967 qui a connu une grande époque avec des nageurs sélectionnés aux Jeux olympiques, médaillés au Championnat d’Europe et plusieurs recordmen de France, classé quinzième club national en 2010[136].

Plusieurs manifestations sportives d’envergure étaient organisées dans la commune comme la course cycliste Grand Prix de Cannes entre 1926 et 1991, et la compétition de golf Cannes Open entre 1984 et 1998. Chaque année depuis 1929, en septembre sont organisées par le club nautique de Cannes les Régates royales[137], et depuis 2008 en novembre se déroule le marathon des Alpes-Maritimes[138].

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien Nice-Matin diffuse une édition locale spécifique pour Cannes. La commune est aussi dans le bassin d’émission de TMC Monte Carlo et France 3 Côte d’Azur. La municipalité édite en outre plusieurs journaux périodiques dont Cannes Soleil, magazine municipal, Le mois à Cannes, agenda événementiel et des lettres spécifiques par quartier comme Grand bleu concernant le port Pierre Canto. S’ajoutent la station de radio locale Cannes Radio[139] et la chaîne de télévision diffusée sur le réseau câblé Cannes TV[140].

Cultes[modifier | modifier le code]

Iconostase de Saint-Michel-Archange.

Cannes est le siège du doyenné cannois dans le diocèse de Nice, la commune est divisée en deux paroisses catholiques, Saint-Nicolas pour la partie est et Saint-Vincent-de-Lérins pour la partie ouest. La communauté catholique dispose dans la paroisse Saint-Nicolas des églises Notre-Dame-de-Bon-Voyage, du Sacré-Cœur-du-Prado, du du Christ-Roi, construite vers 1930 Saint-Joseph, Notre-Dame-de-l'Espérance, bénie en 1645 et Notre-Dame-des-Pins, des chapelles du Souvenir, Saint-Paul, de la Miséricorde, Saint-Roch et Saint-Georges[141] inaugurée en 1887. La paroisse Saint-Vincent-de-Lérins dispose dans la commune des églises Sainte-Marguerite et Saint-Jean-Bosco et de la chapelle Saint-Cassien installée dans l’aéroport[142].

Plusieurs communautés religieuses sont installées dans la commune dont les sœurs auxiliatrices, les Sœurs de l’Assomption-Lochabaire et les missionnaires de Notre-Dame.

La communauté russe orthodoxe dispose de l’église Saint-Michel-Archange[143],[144]. Cannes possède aussi une église anglicane. La communauté protestante dispose d’un temple de l’Église réformée, 7 rue Notre-Dame, édifié en 1874 et d’un autre de l’Église évangélique libre[145]. La communauté israélite dispose de deux synagogues, l'une se trouvant rue Commandant Vidal[146], et l'autre boulevard d'Alsace [147]. Un projet de mosquée pour la communauté musulmane était en cours de financement en 2010[148].

Économie[modifier | modifier le code]

Le coin des pêcheurs au fond du vieux-port ; leurs produits de la pêche sont vendus au marché Forville

Cannes est au centre de la zone d'emploi de Cannes-Antibes qui comptait en 2007 401 174 habitants, les cannois représentants 17,66 % du total. Outre les entreprises du pôle aéronautique et le Centre spatial de Cannes - Mandelieu et les grands hôtels, la mairie et le centre hospitalier sont parmi les plus importants employeurs de la commune qui comptait en 2007 10 665 entreprises et 39 636 emplois[149]. Cinq marchés sont organisés dans la commune, tous les jours à La Bocca, Forville, Gambetta et aux Allées de la Liberté et tous les mardis et vendredis place Saint Jinjin.

La concentration de population et les grandes entreprises entraînent des risques de pollution, comme avec le centre hospitalier[150], la blanchisserie Belisa[151], la STP[152] recensés pour leurs importants prélèvements en eau potable et Thales Alenia Space France pour ses rejets de trichloréthylène, de nickel, de plomb et de déchets dangereux[153].

Emploi, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2007, le taux de chômage dans la commune était fixé à 14,8 % de la population active communale. Une proportion de travailleurs, nettement moindre que dans le reste du pays, comportait des ouvriers, mais beaucoup plus étaient classifiés dans la catégorie des employés. En 2007, le revenu net imposable moyen s’élevait à 23 406 euros mais 46,5 % de la population était non imposable. Le revenu fiscal médian par ménage était de 16 636 euros, ce qui plaçait la commune au 15 406 e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays[154]. La même année, d’après une étude de Citi Private Bank, Cannes était la commune la plus chère de France pour le prix de l’immobilier de luxe, avec 15 000 euros du mètre carré. Elle se plaçait au sixième rang[réf. nécessaire], devant Saint-Tropez, Nice, Deauville, La Baule, Biarritz, Vernon, Dinard, Évian et Paris[155]. En 2006, 1 734 contribuables étaient assujettis à l’impôt de solidarité sur la fortune avec un patrimoine moyen de 1 715 382 € soit plus que la moyenne nationale[156].

Répartition des emplois par catégorie socioprofessionnelle en 2007.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Cannes 0,1 % 9,0 % 14,8 % 24,6 % 36,0 % 15,5 %
Zone d’emploi de Cannes-Antibes 0,4 % 9,4 % 18,3 % 24,4 % 30,9 % 16,6 %
Moyenne nationale 2,1 % 6,0 % 15,7 % 24,7 % 28,6 % 22,9 %
Sources : Insee[157],[158],[159].
Répartition des emplois par secteur d'activité en 2007.
  Agriculture Industrie Construction Commerce, transports,
services divers
Administration publique, enseignement,
santé, action sociale
Cannes 0,3 % 7,8 % 4,4 % 59,8 % 27,6 %
Zone d’emploi de Cannes-Antibes 0,7 % 10,4 % 7,1 % 54,8 % 27,0 %
Moyenne nationale 3,1 % 14,6 % 6,8 % 45,0 % 30,5 %
Sources : Insee[157],[158],[159].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La plage et la célèbre Croisette.

Située sur la Côte d'Azur au climat clément, classée station climatique depuis le 20 février 1915[160], dotée d’infrastructures assurant un accès facile et organisatrice de congrès et festivals d’envergure internationale, la commune dispose sur son territoire de 100 hôtels totalisant 5 320 chambres, dont 27 étaient classés quatre étoiles ou plus dont des hôtels de renom comme le Martinez, le Carlton, le Majestic, le Grand Hôtel, le Palais Stéphanie et le Radisson blu 1835 Hotel & Thalasso. La commune dispose aussi de trois casinos, le « Palm Beach » géré par le groupe Partouche et le « Croisette » et « Les Princes » géré par le groupe Lucien Barrière. Un terrain de camping trois étoiles dispose en plus de 220 places. Cependant, la commune apparaît être une commune majoritairement résidentielle à l’année puisque seulement 36,5 % des logements étaient des résidences secondaires en 2007[157].

Industrie aéronautique et spatiale[modifier | modifier le code]

L'établissement cannois de Thales Alenia Space France.

À l’ouest de la commune, dans le quartier de La Bocca, est installé l'établissement cannois de Thales Alenia Space France (anciennement SNIAS-aerospatiale puis Alcatel Space en 1998 puis Alcatel Alenia Space en 2005) qui est devenu progressivement le premier constructeur de satellites en Europe. C’est en particulier à Cannes que sont réalisés tous les satellites Météosat et la série de satellites de communication Spacebus. C’est la première industrie des Alpes-Maritimes, plus de 2500 personnes[161] soit 2000 employés et plus de 500 prestataires.

Agriculture[modifier | modifier le code]

En 2000, 15 exploitations agricoles étaient encore actives dans la commune occupant 47 hectares intégralement dédiés au maraîchage et employaient 78 personnes[157].

Événements et manifestations[modifier | modifier le code]

Palais des festivals et des congrès[modifier | modifier le code]

Cannes est mondialement connue pour accueillir dans son vaste Palais des festivals et des congrès[162] le festival de Cannes[163], En parallèle du festival est organisé le marché du film de Cannes durant lequel est négociée la distribution des œuvres présentées. Dotée d’infrastructures de grande ampleur, elle accueille aussi d’autres manifestations à rayonnement international dont en janvier le marché international de l'édition musicale depuis 1967[164] ouvert chaque année par les NRJ Music Awards, en février le festival international des jeux depuis 1987[165] pendant lequel est organisé le festival de scrabble francophone, en mars le marché international des professionnels de l'immobilier, en avril le marché international des programmes de télévision, en juin le festival international de la publicité depuis 1954[166], en septembre le festival de la plaisance depuis 1978[167], le Symposium international de l’eau depuis 1998[168], faisant de cette commune la deuxième ville de congrès en France après Paris. Elle a aussi accueilli en 1959 et 1961 le concours Eurovision de la chanson dans la précédente enceinte du palais des festivals. De nombreux festivals, spectacles et évènements thématiques temporaires sont en outre organisés dans les diverses structures dont dispose la commune.

Festival du film[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Festival de Cannes.
La palme d'or du festival, en référence à la légende de saint Honorat ou aux plamiers de la Croisette ?

Le festival de Cannes, fondé en 1946 sur un projet de Jean Zay[169], ministre de l'Éducation nationale et des Beaux-arts du Front populaire, et appelé jusqu’en 2002 le Festival international du film, est un festival de cinéma international se déroulant chaque année à Cannes (Alpes-Maritimes, France) durant douze jours. Il est devenu, au fil des années, le festival de cinéma le plus médiatisé au monde[170], notamment lors de la cérémonie d'ouverture et la montée des marches : le tapis rouge et ses vingt-quatre « marches de la gloire »[171]. Chaque année, durant la seconde quinzaine de mai, des cinéastes et des milliers de journalistes se déplacent à Cannes. Les principales projections ont lieu au Palais des festivals et des congrès.

Parallèlement au Festival, plusieurs sections ont été créées au fil des ans. Parmi elles, on retrouve la Quinzaine, la Cinéfondation, la Semaine de la critique, Un certain regard, et surtout le Marché du film de Cannes, le premier au monde, en importance, avec 11 000 participants[172]. Les producteurs et distributeurs y trouvent des partenaires pour le financement de leurs projets de films, et vendent les œuvres déjà tournées aux distributeurs et télévisions du monde entier.

Ce Festival, manifestation touristique et mondaine[173], a été créé pour récompenser le meilleur film, le meilleur réalisateur ou le meilleur acteur et la meilleure actrice d'une compétition internationale de films. Plus tard, d'autres prix décernés par un jury de professionnels, d'artistes et d'intellectuels, sont apparus, comme le Prix du Jury, le Grand Prix et surtout la Palme d'or. Aujourd'hui, la sélection officielle se veut le reflet de la production cinématographique mondiale. La compétition met généralement en exergue le cinéma d'auteur ou de recherche.

Festival de la plaisance[modifier | modifier le code]

Plus grand salon à flots d'Europe, proposant des essais en mer[174], et premier rendez-vous dans le calendrier du nautisme international[175] le Festival de la plaisance de Cannes se déroule annuellement en trois lieux, le Vieux-Port, le port Pierre-Canto et l'espace Riviera du palais des festivals et des congrès, durant six jours à la mi-septembre[174]. La 35e édition de 2012[176] rassemblait 438 exposants (222 nationaux et 216 internationaux) et 45 155 visiteurs[177].

NRJ Music Awards[modifier | modifier le code]

Les NRJ Music Awards, créés en 2000 par la station de radio NRJ en partenariat avec la chaîne de télévision TF1, ont lieu tous les ans à la mi-janvier en direct du Palais des festivals et des congrès en guise d'ouverture du MIDEM. Depuis la 14ème édition, en 2013, la cérémonie se déroule à la mi-décembre.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La colline de la Croix-des-Gardes abritant le parc naturel forestier du même nom, surmontée de la sculpture de l'artiste Jean-Yves Lechevallier

La commune de Cannes a été récompensée par quatre fleurs au concours des villes et villages fleuris[178]. Elle bénéficie du plusieurs parcs et jardins répartis sur le territoire, dont la butte de Saint-Cassien, le jardin de la Ferme, les squares Barthélémy, d’Aurèle, Sainte-Rosalie, de Morès, Frédéric Mistral, Reynaldo Hahn, du 8 mai 1945, de Verdun, Méro, des Frères Gaudino Joly, René Cassin et Léo Callandry, les jardins du Suquet, de la Riviera, Albert Ier, des Hespérides, de la Villa Rothschild, du Périer et des Oliviers. Le Parc naturel forestier de la Croix-des-Gardes orné de la croix monumentale de Jean-Yves Lechevallier a été classé espace naturel sensible par le département[179] et le conservatoire du littoral[180]. Les îles de Lérins sont intégrées à une vaste zone du réseau Natura 2000[181]. Plusieurs sites de la commune ont fait l’objet d’un classement au titre de zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique dont le vallon et le rocher de Roquebillière[182], les îles de Lérins, la plaine de la Siagne et la butte de Saint-Cassien[183]. En 2010, la commune a été récompensée par l’écolabel Pavillon Bleu d'Europe[184] comme son port Pierre-Canto[185].

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Seize sites ou édifices de la ville de Cannes sont Logo monument historique Classé MH ou  Inscrit MH au titre monuments historiques. 725 sont recensés au titre du patrimoine balnéaire de Cannes et inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel.

Seize sites et édifices sont protégés au titre des monuments historiques, parmi lesquels des villas comme la villa Domergue inscrite le 19 septembre 1990[186],[187],[188] et la villa Romée inscrite le 25 mars 1994[189]. L’hôtel Carlton a été inscrit le 10 octobre 1984[190]. Le kiosque à musique des Allées de la Liberté a été inscrit le 3 avril 1990[191]. La batterie de la Convention a été inscrite le 6 juin 1933[192]. La tour du Suquet a été classée le 28 juillet 1937[193]. Le monastère fortifié de l’île Saint-Honorat a été classée dès 1840[194], les fours à boulets voisins ont été classés le 22 octobre 1908[195]. Le fort royal de l'île Sainte-Marguerite a été classé le 27 juillet 1927[196].

Patrimoine balnéaire[modifier | modifier le code]

De nombreuses villas construites au XIXe siècle ont été recensées au titre du patrimoine balnéaire et inscrites à l'inventaire général du patrimoine culturel. Elles étaient entourées de jardins botaniques qui subsistent encore et qui sont les témoins du mouvement d'acclimatation engagé vers 1850 notamment sur la Côte d'Azur : Villa Bagatelle[197], Villa Excelsior[198], Villa Soligny[199], Villa La Cava, Villa Rothschild (classée le 22 juillet 1991[200]), Villa Hollandia, Villa Fiorentina[201], Villa Éléonore-Louise, Château Sainte Anne ou Château de la Croix des Gardes. Le parc de la Villa Champfleuri a été inscrit le 3 avril 1990[202]. Le parc du Château Vallombrosa a été inscrit le 10 juin 1993[203].

Certains parcs botaniques de villas célèbres ont disparu, car ils ont été lotis : c'est le cas de celui de la Villa Valetta et Camille-Amélie (1878). Cet espace fut constitué par un industriel du textile lyonnais, Camille Dognin. D'autres demeures et parcs remarquables ont également disparu : le Château Saint-Georges dont le parc est créé par un jardinier anglais réputé, John Taylor (1834-1922)[204], la Villa Les Lotus[205], la Villa Springland[206], la Villa Victoria construite à la demande de Sir Thomas Robinson Woolfield par l'architecte Thomas Smith ou la Villa des Dunes construite par l'architecte Charles Baron.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-l'Espérance et la chapelle Sainte-Anne, ancienne chapelle castrale et actuelle salle d'exposition des instruments de musique du monde du musée de la Castre au Suquet, ont fait ensemble l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques[207], comme les chapelles de la Trinité[208] et Saint-Sauveur[209] sur l'île Saint-Honorat. La chapelle des Pénitents noirs, rue de la Miséricorde quant à elle, est inscrite aux Monuments historiques[210].

De nombreuses autres églises ou chapelles ont été recensées au titre du recensement du patrimoine balnéaire de Cannes[211] et inscrites à l'inventaire général du patrimoine culturel.

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Blason de Cannes

Les armes de Cannes se blasonnent : D’azur, à la palme d’argent posée en barre, accompagnée de deux fleurs de lys d’or[212].

L’abbaye de Lérins possédait le blason d’azur à une palme d’argent en référence à la légende de Saint-Honorat chassant un serpent avec une palme. En 1030, lorsqu’elle reçut en donation les terres de Cannes, elle le compléta en ajoutant le « C » de Canna et le « A » de Abbatia. En 1633, pour plaire au représentant du roi le marquis de Saint-Chamond, les consuls changèrent les lettres pour des fleurs de lys royales. En 1696, c’est le blason actuel qui apparaissait dans le Grand Armorial de France de Charles d’Hozier[213].

Au titre du parrainage du matériel SNCF par les communes, ce blason est porté par la motrice immatriculée CC 40109 et par le TGV 001[214].

La commune s’est en outre dotée d’un logotype.

Logotype de la commune

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de la commune est « Qui li ven li vieù » en provençal, traduit par « Qui y vient y vit » en français[212].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lord Brougham (Edimbourg, 1778 - Cannes, 1868), le précurseur. Promoteur de la ville de Cannes, il fait construire pour sa fille la villa Éléonore-Louise. Il est inhumé au Cimetière du Grand Jas.
Pablo Picasso (Málaga, 1881 - Mougins, 1973), a vécu entre 1955 et 1961 dans la villa La Californie d'où il a peint notamment La Baie de Cannes

Nombre de personnalités sont nées à Cannes. D'autres, liées aux communautés anglaise ou russe, installées dans les résidences de villégiature qu'ils ont construites, arrivés à la suite de Lord Brougham à partir du XIXe siècle, ou fuyant la Révolution russe au début du XXe siècle, ont vécu et sont mortes à Cannes ; leurs descendants y sont parfois nés et y vivent parfois encore. Des personnalité politiques exerçant un mandat local ou des artistes, attirés par la lumière de la côte d'Azur, s'y sont parfois installés, plus ou moins durablement, comme Pablo Picasso dont la villa se trouvait entre 1955 et 1961 dans le quartier de la Californie. D'autres encore, simplement de passage, souvent envoyées en convalescence par la faculté, sont mortes dans la station climatique, des suites de leur maladie ou dans des circonstances diverses, faisant mentir la devise de la ville de Cannes qui dit en provençal : « Qui li ven li vieù », traduit en français par : « Qui y vient y vit ». Certaines de ces personnalités sont inhumées au Cimetière du Grand Jas.

Personnalités nées à Cannes[modifier | modifier le code]

Personnalités mortes à Cannes[modifier | modifier le code]

Cannes dans les arts et la littérature[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Littérature[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Alliez, Les Îles de Lérins, Cannes et les rivages environnants
  • Jean Bresson, La Fabuleuse Histoire de Cannes, Éditions du Rocher
  • Victor Valcourt, Cannes son climat et ses promenades, Éditions du Rocher,‎ 1878
  • Collectif d’auteurs, L’Hiver à Cannes, Joseph Gasiglia,‎ 1930
  • André Chagny, La Côte d’Azur : Saint-Raphaël - Cannes - Nice - Monaco - Menton, Arlaud,‎ 6 août 1932
  • Robert Dore, Cannes et ses environs, Alpina,‎ 1939
  • Alex Baussy, Cannes Hier et Aujourd’hui,‎ 1966
  • J-A Durbec, Cannes au temps de Henri IV,‎ 1966
  • Constant Bianchi, L’église paroissiale de Notre-Dame-d’Espérance de Cannes, Annales Cannes,‎ 1970
  • André Fildier, Cannes à la Belle Époque, Libro-sciences,‎ 1974
  • Jean Bresson, Ces demeures qui ont fait Cannes, Éditions du Rocher,‎ 1975
  • Joseph Guigou, Histoire de Cannes et de son canton, Lyon, Laffitte,‎ 1977 (ISBN 978-2-87802-028-1)
  • Collectif d’auteurs, La beauté de la France : Cannes et l’Esterel, Larousse,‎ 1981
  • Camille Millet-Mondon, Cannes 1835-1914 : Villégiature, Urbanisme, Architectures, Serre,‎ janvier 1986 (ISBN 978-2-86410-077-5)
  • Bernard Vadon, Cannes, Continental Éditions,‎ 1991
  • Lucien Verbié, Les vendanges de ma jeunesse : Histoire de Cannes, Éditions du Cabri,‎ 1991 (ISBN 978-2-903310-96-7)
  • Roselyne Moreaux, Cannes et les Îles de Lérins, Marseille, Éditions PEC,‎ 1993 (ISBN 978-2-909579-49-8)
  • Alex Baussy, La mémoire d’une ville : Une évocation de la vie à Cannes et sur la Côte d’Azur durant les sombres années de guerres et à la Libération, Spéracèdes, Tac Motifs,‎ janvier 1994 (ISBN 978-2-906339-23-1)
  • Karl Kugel, Avec les pêcheurs de Cannes, Arles, Actes Sud,‎ 6 août 1995 (ISBN 978-2-7427-0571-9)
  • Jean-François Téaldi, Festival de Cannes : Stars et Reporters, Ricochet,‎ 17 septembre 1996 (ISBN 978-2-911013-00-3)
  • Michel Pascal, Cannes : Secrets et Mensonges, Nil,‎ 25 avril 1997 (ISBN 978-2-84111-074-2)
  • Patricia Namvrine, Cannes : Histoire du boulevard de la Croisette des origines à 1914, Nice, Alandis,‎ janvier 1999 (ISBN 978-2-913637-11-5)
  • Pierre Cosson, Cannes : Ses origines lointaines, Société scientifique et littéraire de Cannes et de l’arrondissement de Grasse,‎ 30 novembre 2000 (ISBN 978-2-913637-11-5)
  • Philippe Castellano, Chronique d’un bombardement manqué aux conséquences tragiques, Ollioules, Nerthe,‎ 15 avril 2000 (ISBN 978-2-913483-15-6)
  • Didier Diguini, Cannes 1939-1945, Alandis,‎ 2002
  • Chantal Raybaud, Cannes : Un siècle de tradition maritime, Nice, Serre,‎ 28 janvier 2002 (ISBN 978-2-86410-091-1)
  • Henry-Jean Servat, La Légende de Cannes, Paris, Assouline,‎ 2 avril 2004 (ISBN 978-2-84323-564-1)
  • Michel Mouillot, Tous mouillés, Neuilly-sur-Seine, Michel Lafon,‎ 2004 (ISBN 978-2-7499-0130-5)
  • Yves Manciet, Cannes : Les premières années du Festival, Thoba’S,‎ 2004 (ISBN 978-2-9520137-1-0)
  • André Seratore et Pierre Ipert, Il était une fois… La Bocca, Alandis,‎ 2004
  • Pierre Giuglaris, Si La Bocca m’était conté, Nice, Serre,‎ 15 septembre 2004 (ISBN 978-2-86410-148-2)
  • Pierre Ipert, Cannes et ses rues, Giletta,‎ 18 janvier 2006 (ISBN 978-2-903574-75-8)
  • Jacky Barozzi, Le Goût de Cannes, Mercure de France,‎ 18 mai 2006 (ISBN 978-2-7152-2614-2)
  • Philippe de Beauchamp, Cannes et ses îles : 24 itinéraires - La Côte, le Moyen et le Haut Pays, Giletta,‎ 2 juin 2006 (ISBN 978-2-903574-97-0)
  • Patricia Namvrine, Il était une fois… La Croisette, Alandis,‎ 2007
  • Jacqueline Monsigny, Le roman du Festival de Cannes, Monaco, Éditions du Rocher,‎ 13 avril 2007 (ISBN 978-2-268-06193-1)
  • Yves Alion et Jean Ollé-Laprune, Cannes, Paris, Hugo,‎ 3 mai 2007 (ISBN 978-2-7556-0143-5)
  • Emanuele Scorceletti, Le Festival de Cannes, Neuilly-sur-Seine, Robert Lafon,‎ 3 mai 2007 (ISBN 978-2-7499-0657-7)
  • M. Dupuy, 60 ans de Festival de Cannes, Nice, Giletta,‎ 17 mai 2007 (ISBN 978-2-915606-53-9)
  • Jules-Joseph Pierrugues, Petite Histoire de Cannes à travers les âges, Monein, Pyremonde,‎ 30 juin 2008 (ISBN 978-2-84618-541-7)
  • Collectif d’auteurs, Dans les coulisses de Cannes, Glenat,‎ 28 avril 2010 (ISBN 978-2-7234-7609-6)
  • Alain Ruggiero, Histoire de Cannes, Toulouse, Éditions Privat, 2012 (ISBN 978-2-7089-4781-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées géographiques communales sur le site lion1906.com Consulté le 22/08/2010.
  2. Gilbert Crevola, université Bordeaux 3, « Grand traits de la géologie de la partie orientale du massif de Tanneron » crevola.org
  3. J. Nicod, faculté des lettres d'Aix, « La région de Cannes-Grasse. Explication géomorphologique » cg06.fr
  4. Le vallon de la Mauvarre marque la limite entre Cannes et Vallauris tresordesregions.mgm.fr
  5. ZNIEF de la pointe Fourcade à la pointe Croisette basecommunale.paca.developpement-durable.gouv.fr
  6. Fiche de de la borne géodésique no 0602904 sur le site de l’Ign. Consulté le 22/08/2010.
  7. Fiche de la borne géodésique no 06022902 sur le site de l’Ign. Consulté le 22/08/2010.
  8. Fiche de la borne géodésique n°M.A.K3-20 sur le site de l’Ign. Consulté le 22/08/2010.
  9. Fiche de la borne géodésique n°06029D sur le site de l’Ign. Consulté le 22/08/2010.
  10. Fiche de la borne géodésique no 0602903 sur le site de l’Ign. Consulté le 22/08/2010.
  11. Données climatiques à la station météorologique de Cannes sur le site Infoclimat. Consulté le 07/08/2010.
  12. Site officiel de l’aéroport de Cannes-Mandelieu. Consulté le 22/08/2010.
  13. Chiffres clés du port de Cannes sur son site officiel. Consulté le 22/08/2010.
  14. Site officiel de la compagnie Bus Azur. Consulté le 22/08/2010.
  15. Site officiel de la compagnie Ligne d’Azur. Consulté le 22/08/2010.
  16. Parc naturel forestier de la Croix-des-Gardes sur le site de la ville de Cannes, cannes.com
  17. Histoire des Gabres cannes.com
  18. Politique des quartiers sur le site officiel de la commune. Consulté le 22/08/2010.
  19. Fiche de l’ensemble de la Colline des Puits sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 22/08/2010.
  20. Fiche de l’ensemble Pradot-République Carnot sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 22/08/2010.
  21. Origine du nom de la commune sur son site officiel. Consulté le 21/08/2010.
  22. a et b Fiche communale sur la base de données Cassini de l’Ehess. Consulté le 21/08/2010.
  23. Frédéric Mistral et Jules Ronjat (notes), Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français (ISBN 844990563X, lire en ligne)
  24. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 07/08/2010.
  25. Résultats du référendum de 1992 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/08/2010.
  26. Coordonnées de la fédération 06 de l’UMP sur le site officiel du mouvement. Consulté le 08/08/2010.
  27. Site officiel du PS de Cannes. Consulté le 08/08/2010.
  28. Blog du PCF de Cannes. Consulté le 08/08/2010.
  29. Site officiel du FN de Cannes. Consulté le 08/08/2010.
  30. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/08/2010.
  31. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/08/2010.
  32. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 09/05/2013.
  33. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/08/2010.
  34. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/08/2010.
  35. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 11/07/2012.
  36. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/08/2010.
  37. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/08/2010.
  38. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/08/2010.
  39. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/08/2010.
  40. Résultats de l’élection cantonale de 2004 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/08/2010.
  41. Résultats de l’élection cantonale de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/08/2010.
  42. Résultats de l’élection cantonale de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/08/2010.
  43. Résultats de l’élection cantonale de 2011 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 11/07/2011.
  44. Résultats de l’élection municipale 2008 sur le site du Figaro. Consulté le 08/08/2010.
  45. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 08/08/2010.
  46. Résultats du référendum de 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/08/2010.
  47. Les cantons de Cannes sur le site du conseil général des Alpes-Maritimes, cg06.fr
  48. Délimitation du canton de Cannes-Centre, cg06.fr
  49. Délimitation du canton de Cannes-Est, cg06.fr
  50. Délimitation du canton de Mandelieu-Cannes-Ouest, cg06.fr
  51. Huitième circonscription des Alpes-Maritimes, legifrance.gouv.fr
  52. Présentation du conseil municipal élu sur le site officiel de la commune. Consulté le 08/08/2010.
  53. Présentation du conseil municipal des Jeunes sur le site officiel de la commune. Consulté le 08/08/2010.
  54. David Lisnard officiellement élu maire de Cannes
  55. Liste des élus aux conseil municipal en 2008 sur le site linternaute.com Consulté le 08/08/2010.
  56. Budget communal 2009 sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 08/08/2010.
  57. Compte communal détaillé sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 08/08/2010.
  58. Taux de taxes locales sur le site taxe.com Consulté le 08/08/2010.
  59. Endettement communal sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 08/08/2010.
  60. Classement des communes les plus endettées sur le site Le Journal du Net Consulté le 08/08/2010.
  61. Carte des taux de logements sociaux par communes sur le site du gouvernement OFF. Consulté le 08/08/2010.
  62. « Intercommunalité : vers une communauté d'agglomération des Pays de Lérins », cannes.com
  63. « L’intercommunalité Où en est‐on ? », ensemblevivremougins.com
  64. Liste des syndicats intercommunaux auxquels adhère Cannes sur le site officiel de la commune. Consulté le 08/08/2010.
  65. Fiche du CUCS de Cannes sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 22/08/2010.
  66. Fiche de Cannes sur le Code officiel géographique de l’Insee. Consulté le 08/08/2010.
  67. Organisation juridictionnel sur le site du ministère de la Justice. Consulté le 08/08/2010.
  68. Coordonnées du délégué du Médiateur de la République sur le site des Services publics. Consulté le 08/08/2010.
  69. Coordonnées de la succursale Banque de France sur le site des Services publics. Consulté le 08/08/2010.
  70. Coordonnées de l’agence départementale d’information sur le logement sur le site des Services publics. Consulté le 08/08/2010.
  71. Coordonnées de l’agence de la CAF sur le site des Services publics. Consulté le 08/08/2010.
  72. Coordonnées de l’antenne CPAM sur le site des Services publics. Consulté le 08/08/2010.
  73. Coordonnées de l’agence Pôle emploi 1 sur le site des Services publics. Consulté le 08/08/2010.
  74. Coordonnées de l’agence Pôle emploi 2 sur le site des Services publics. Consulté le 08/08/2010.
  75. Liste des centres des impôts des Alpes Maritimes. Consulté le 08/08/2010.
  76. Annuaire des avocats sur le site du Conseil national des barreaux. Consulté le 08/08/2010.
  77. Annuaire des notaires sur le site officiel de l’Ordre. Consulté le 08/08/2010.
  78. Coordonnées des huissiers de justice sur le site officiel de la Chambre nationale. Consulté le 08/08/2010.
  79. Présentation de la police municipale cannoise sur le site officiel de la Commune. Consulté le 08/08/2010.
  80. Coordonnées de la brigade de Gendarmerie nationale sur le site des Services publics. Consulté le 08/08/2010.
  81. Liste des casernes sur le site des sapeurs-pompiers de Cannes. Consulté le 08/08/2010.
  82. « Une "nouvelle" police municipale à Cannes »,‎ 15 octobre 2012 (consulté le 12 mars 2013)
  83. Fiche du jumelage avec Acapulco sur le site du ministère des Affaires étrangères. Consulté le 07/08/2010.
  84. Fiche du jumelage avec Beverly Hills sur le site du ministère des Affaires étrangères. Consulté le 07/08/2010.
  85. Fiche du jumelage avec Budapest sur le site du ministère des Affaires étrangères. Consulté le 07/08/2010.
  86. Fiche du jumelage avec Florence sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 07/08/2010.
  87. Fiche du jumelage avec Gstaad sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 07/08/2010.
  88. Fiche du jumelage avec Kensignton et Chelsea sur le site du ministère des Affaires étrangères. Consulté le 07/08/2010.
  89. Fiche du jumelage avec Sanya sur le site du ministère des Affaires étrangères. Consulté le 07/08/2010.
  90. Fiche du jumelage avec Shizuoka sur le site du ministère des Affaires étrangères. Consulté le 07/08/2010.
  91. Fiche du jumelage avec Tel Aviv-Jaffa sur le site du ministère des Affaires étrangères. Consulté le 07/08/2010.
  92. Fiche du jumelage avec Turin sur le site du ministère des Affaires étrangères. Consulté le 07/08/2010.
  93. Répartition de la population par nationalités sur le site de l’Insee. Consulté le 07/08/2010.
  94. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  95. Données statistiques communales sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 08/08/2010.
  96. Pyramide des âges à Cannes en 2007 sur le site de l’Insee. Consulté le 08/08/2010.
  97. Pyramide des âges des Alpes-Maritimes en 2007 sur le site de l’Insee. Consulté le 08/08/2010.
  98. Carte des écoles et classes de l’Inspection académique. Consulté le 08/08/2010.
  99. Liste des écoles sur le site officiel de la commune. Consulté le 08/08/2010.
  100. Liste des établissements du secondaire sur le site officiel de la commune. Consulté le 08/08/2010.
  101. Site officiel de l’école privée Stanislas. Consulté le 08/08/2010.
  102. Site officiel de l’Institut Sainte-Marie-de-Chavagnes. Consulté le 08/08/2010.
  103. Liste des établissements d’enseignement privé sur le site officiel de la commune. Consulté le 08/08/2010.
  104. Présentation des centres de loisirs sur le site cannes jeunesse. Consulté le 08/08/2010.
  105. Liste des structures d’accueil de petite enfance sur le site officiel de la commune. Consulté le 08/08/2010.
  106. Fiche de l’IUT de Cannes sur le site officiel de l’université de Nice-Sophia-Antipolis. Consulté le 08/08/2010.
  107. Page de l’IFSI sur le site officiel du centre hospitalier de Cannes. Consulté le 08/08/2010.
  108. Site officiel de l’ESCCOM. Consulté le 08/08/2010.
  109. Fiche de l’école Pigier de Cannes sur le site officiel de l’organisation. Consulté le 08/08/2010.
  110. Site officiel de la faculté des métiers de Cannes. Consulté le 08/08/2010.
  111. Coordonnées du Greta de Cannes sur le site des Services publics. Consulté le 08/08/2010.
  112. Coordonnées du bureau d’information jeunesse Clemenceau sur le site des Services publics. Consulté le 08/08/2010.
  113. Coordonnées du bureau d’information jeunesse Mimont sur le site des Services publics. Consulté le 08/08/2010.
  114. Coordonnées du CIO de Cannes sur le site des Services publics. Consulté le 08/08/2010.
  115. Coordonnées de la mission locale de Cannes sur le site des Services publics. Consulté le 08/08/2010.
  116. Présentation de l’hôpital de Cannes sur son site officiel. Consulté le 08/08/2010.
  117. Présentation de la clinique Oxford sur le site officiel de l’exploitant Domusvi. Consulté le 08/08/2010.
  118. Annuaire des médecins sur le site officiel du Conseil national de l’Ordre. Consulté le 08/08/2010.
  119. Annuaire des chirurgiens-dentistes sur le site officiel de l’Ordre national. Consulté le 08/08/2010.
  120. Annuaire des pharmacies sur le site officiel de l’Ordre national. Consulté le 08/08/2010.
  121. Présentation du Bibliobus sur le site officiel de la commune. Consulté le 21/08/2010.
  122. Site officiel du théâtre Alexandre III. Consulté le 21/08/2010.
  123. Site officiel du théâtre du Verseau. Consulté le 21/08/2010.
  124. Présentation du dispositif Cannes Université sur le site officiel de la commune. Consulté le 21/08/2010.
  125. Liste des salles classées Art et Essai sur le site officiel de l’AFCAE. Consulté le 21/08/2010.
  126. Site officiel du programme Made in Cannes. Consulté le 21/08/2010.
  127. Site officiel de l’ESDC-RH. Consulté le 21/08/2010.
  128. Site officiel de l’ERAC. Consulté le 21/08/2010.
  129. Site officiel de l’Orcpaca. Consulté le 21/08/2010.
  130. « L'Orchestre régional de Cannes-Provence-Alpes-Côte d’Azur joue l'intégrale des concertos brandebourgeois de Johann Sebastian Bach », vidéo de la répétition du concerto no 1 BWV 1046 en fa majeur et interview par Christophe Cornubert, pour Concertclassic.com, d'Arie van Beek, chef invité, et des solistes de l'orchestre : Min Suck Huh (violon), Nicolas Favreau (basson), Florent Bontron (flûte), Denis Tomba (trompette), vimeo.com
  131. Site officiel du RC Cannes. Consulté le 21/08/2010.
  132. Site officiel de l’AS Cannes Volley. Consulté le 21/08/2010.
  133. Site officiel de l’AS Cannes Football. Consulté le 21/08/2010.
  134. Site officiel de l’Athlétic Club de Cannes. Consulté le 21/08/2010.
  135. Site officiel du Cercle des nageurs de Cannes. Consulté le 23/10/10.
  136. Classement 2010 des clubs de natation sur le site de la FFN. Consulté le 23/10/2010.
  137. Site officiel des Régates Royales. Consulté le 21/08/2010.
  138. Site officiel du marathon des Alpes-Maritimes. Consulté le 21/08/2010.
  139. Site officiel de Radio Azur Cannes. Consulté le 22/08/2010.
  140. Site officiel de Cannes TV. Consulté le 22/08/2010.
  141. Fiche de la paroisse Saint-Nicolas de Cannes sur le site officiel du diocèse de Nice. Consulté le 08/08/2010.
  142. Fiche de la paroisse Saint-Vincent-de-Lérins sur le site officiel du diocèse de Nice. Consulté le 08/08/2010.
  143. Coordonnées de l’église orthodoxe Saint-Michel-Archange sur le site russie.net Consulté le 08/08/2010.
  144. Luc Svetchine, Les églises russes de Cannes et de Menton, p. 107-113, Nice-Historique, année 2003, no 525 Texte
  145. Liste des temples de Cannes sur le site huguenotsinfo.free.fr Consulté le 08/08/2010.
  146. http://www.synagoguecannes.com
  147. Fiche de la synagogue de Cannes sur le site officiel du consistoire de Cannes. Consulté le 08/08/2010.
  148. Article La future mosquée a trouvé son mécène à La Bocca paru le 6 février 2010 sur l’édition en ligne du journal Nice-Matin. Consulté le 08/08/2010.
  149. Résumé statistique communal sur le site de l’Insee. Consulté le 22/08/2010.
  150. Fiche du centre hospitalier de Cannes sur le site de l’Irep. Consulté le 22/08/2010.
  151. Fiche de l’entreprise Belisa sur le site de l’Irep. Consulté le 22/08/2010.
  152. Fiche de la STP sur le site de l’Irep. Consulté le 22/08/2010.
  153. Fiche de Thales Alenia Space France sur le site de l’Irep. Consulté le 22/08/2010.
  154. Résumé statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 22/08/2010.
  155. (en) Citi, Knight Frank 07 Annual Wealth Report. Prime Residential Property..
    voir un compte-rendu du Figaro : « A Londres, le mètre carré atteint des sommets », Le Figaro du 08/05/2007, [lire en ligne], Le Figaro du 08/05/2007
  156. Données économiques communales sur le site linternaute.com. Consulté le 22/08/2010.
  157. a, b, c et d Rapport statistique communal sur le site de l’Insee. Consulté le 22/08/2010.
  158. a et b Rapport statistique de la zone d’emploi de Cannes-Antibes sur le site de l’Insee. Consulté le 22/08/2010.
  159. a et b Rapport statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 22/08/2010.
  160. Liste des stations classées sur le site ministère de l’Économie et des Finances. Consulté le 22/08/2010.
  161. Jean-Pierre Largillet, « Alcatel Space Cannes : Jean-Pierre Henry succède à Jean Zieger », SophiaNet.com, 30/6/2006
  162. Site officiel du Palais des festivals et des congrès. Consulté le 21/08/2010.
  163. Site officiel du Festival du film. Consulté le 21/08/2010.
  164. Site officiel du Midem. Consulté le 21/08/2010.
  165. Site officiel du Festival international des jeux. Consulté le 21/08/2010.
  166. Site officiel du Festival international de la publicité. Consulté le 21/08/2010.
  167. Site officiel du Salon nautique de Cannes. Consulté le 21/08/2010.
  168. Site officiel du Cannes Water Symposium. Consulté le 22/08/2010.
  169. (fr) « L'histoire du Festival », Festival de Cannes (consulté le 16 mai 2012)
  170. (fr) Macha Séry, « L'événement culturel le plus médiatisé au monde », Le Monde,‎ 2007 (consulté le 26 mai 2007)
  171. (fr) Associated Press (AP), « Ouverture officielle du 60e Festival de Cannes »,‎ 2007 (consulté le 9 juin 2007)
  172. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18613649.html
  173. Interview de Gilles Jacob dans Studio magazine, mai 1997
  174. a et b « Le Festival de la plaisance de Cannes », Pass'Port Nautique, passportnautic.com
  175. « Début du Festival international de la plaisance de Cannes », Yannick Fournigault, France 3 Côte d'Azur, 11 septembre 2012, cote-d-azur.france3.fr
  176. « Les yachts du salon de plaisance de Cannes », Nice-Matin, 15 septembre 2012, nicematin.com
  177. « Festival de la plaisance de Cannes », Reed Expositions, reedexpo.fr
  178. Liste des communes récompensées sur le site officiel du syndicat des Villes et villages fleuris. Consulté le 11/08/2010.
  179. Présentation de l’ENS de la Croix-des-Gardes sur le site officiel de la commune. Consulté le 11/08/2010.
  180. Fiche de la Croix des Gardes sur le site du Conservatoire du Littoral. Consulté le 11/08/2010.
  181. Fiche de la zone Natura 2000 de la baie et du cap d’Antibes et des îles de Lérins sur le site du ministère de l’Écologie. Consulté le 11/08/2010.
  182. Muséum national d'Histoire naturelle, éd. 2003-2012, Inventaire national du Patrimoine naturel, inpn.mnhn.fr Consulté le 13 octobre 2012.
  183. Inventaire des ZNIEFF sur le site du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Consulté le 22/08/2010.
  184. Fiche de Cannes sur le site officiel du label Pavillon bleu. Consulté le 11/08/2010.
  185. Fiche du port Pierre Canto sur le site du label Pavillon bleu. Consulté le 11/08/2010.
  186. « Notice no PA00080954 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 11/08/2010.
  187. « Notice no IA06000203 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 11/08/2010.
  188. « Notice no IA06000676 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 11/08/2010.
  189. « Notice no PA00132714 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 11/08/2010.
  190. « Notice no PA00080929 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 11/08/2010.
  191. « Notice no PA00080930 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 11/08/2010.
  192. « Notice no PA00080695 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 11/08/2010.
  193. « Notice no PA00080689 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 11/08/2010.
  194. « Notice no PA00080693 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 11/08/2010.
  195. « Notice no PA00080694 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 11/08/2010.
  196. « Notice no PA00080696 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 11/08/2010.
  197. Les notices historiques, consulté le 18 mars 2011.
  198. La Villa Excelsior. Consulté le 19 mars 2011.
  199. La Villa Soligny. Consulté le 19 mars 2011.]
  200. « Notice no PA00080690 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 11/08/2010.
  201. Les villas historiques de Cannes., consulté le 18 mars 2011.
  202. « Notice no PA00080931 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 11/08/2010.
  203. « Notice no PA00125702 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 11/08/2010.
  204. John Taylor, jardinier anglais à Cannes.
  205. Le jardin d'agrément de la Villa des Lotus.
  206. Le jardin exotique de la Villa Springland.
  207. « Église Notre-Dame-de-l'Espérance et chapelle Sainte-Anne », base Mérimée, ministère français de la Culture
  208. « Chapelle de la Trinité », base Mérimée, ministère français de la Culture
  209. « Chapelle Saint-Sauveur », base Mérimée, ministère français de la Culture
  210. « Notice no PA00080688 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  211. « Présentation de l'étude », base Mérimée, ministère français de la Culture
  212. a et b Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 07/08/2010.
  213. Pages 40 et 41 du magazine municipal Cannes Soleil n°85 d’avril 2009 sur le site officiel de la commune. Consulté le 21/08/2010.
  214. Liste des blasons de parrainage SNCG sur le site de la SCLM. Consulté le 07/08/2010.
  215. (en) Gueule d’amour sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  216. (en) Odette, agent S 23 sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  217. (en) Sur la Riviera sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  218. (en) Une fille sur la route sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  219. (en) Manina la fille sans voiles sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  220. (en) La dernière fois que j’ai vu Paris sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  221. (en) La Main au collet sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  222. (en) Oh! Qué mambe sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  223. (en) Le Glaive et la Balance sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  224. (en) La Baie des Anges sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  225. (en) Mélodie en sous-sol sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  226. (en) Les Don Juan de la Côte d’Azur sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  227. (en) L’Arme à gauche sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  228. (en) La mariée était en noir sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  229. (en) La bonne année sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  230. (en) Flic ou voyou sur l’Internet Movie Database. Consulté le 10/11/2011.
  231. (en) Le Coup du parapluie sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  232. (en) Au nom de tous les miens sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  233. (en) Le Diamant du Nil sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  234. (en) Le Grand Bleu sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  235. (en) Le plus escroc des deux sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  236. (en) Le Bal du gouverneur sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  237. (en) Les associés sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  238. (en) La Cité de la peur sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  239. (en) French Kiss sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  240. (en) La Propriétaire sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  241. (en) Ronin sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  242. (en) Un ange sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  243. (en) Femme fatale sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  244. (en) Le Transporteur sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  245. (en) Lovely Rita, sainte patronne des cas désespérés sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  246. (en) Ni pour ni contre (bien au contraire) sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  247. (en) Anthony Zimmer sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  248. (en) Les Vacances de Noël sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  249. (en) Les Vacances de Mr. Bean sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  250. (en) Quatre étoiles sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  251. (en) Roman de gare sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  252. (en) Panique à Hollywood sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  253. (en) L’Arnacœur sur l’Internet Movie Database. Consulté le 12/08/2010.
  254. « Notice no 00980000331 », base Joconde, ministère français de la Culture. Consulté le 22/08/2010.
  255. « Notice no 000PE031254 », base Joconde, ministère français de la Culture. Consulté le 22/08/2010.
  256. « Notice no 01550000145 », base Joconde, ministère français de la Culture. Consulté le 22/08/2010.
  257. « Notice no 000PE024051 », base Joconde, ministère français de la Culture Consulté le 21/08/2010.
  258. Fiche de la toile La Baie de Cannes de Pierre Bonnard sur le site impressionism-art.org Consulté le 12/08/2010.
  259. « Notice no 01370003455 », base Joconde, ministère français de la Culture. Consulté le 22/08/2010.