XIIIe siècle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Millénaires :

Ier millénaireIIe millénaireIIIe millénaire


Siècles :
XIIe siècleXIIIe siècleXIVe siècle


Décennies :

12001210122012301240
12501260127012801290


Années :

12011202120312041205
12061207120812091210

12111212121312141215
12161217121812191220

12211222122312241225
12261227122812291230

12311232123312341235
12361237123812391240

12411242124312441245
12461247124812491250

12511252125312541255
12561257125812591260

12611262126312641265
12661267126812691270

12711272127312741275
12761277127812791280

12811282128312841285
12861287128812891290

12911292129312941295
12961297129812991300

Le XIIIe siècle commence le et finit le .

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Les chorfa Alawites (descendants d'Ali, gendre de Mahomet), s’installent dans l’oasis du Tafilalet dans le sud du Maroc.
  • Le royaume de Kanem (Tchad) établit sa domination jusqu’au Fezzan.
  • Au Dahomey, vers le XIIe ou le XIIIe siècle, des Adja vivent sur les rives du Mono, entre Tado et Athiémé. Une partie de cette tribu se déplace plus tard vers un territoire voisin et fonde la ville d’Allada (Ardra ou Ardes). À la suite de querelles pour le pouvoir, une partie des Adja d’Allada fonde une chefferie indépendante dans les environs d’Abomey. Peu après, une autre fraction des Adja quitte aussi Allada et fonde sur le littoral le royaume de Djakin (ou de Porto-Novo).
  • Des immigrants venus du Mali convertissent les Haoussa à l’Islam.
  • Époque probable de la fondation de l'empire Djolof par Ndiadiane Ndiaye.
  • Vers le XIIIe ou le XIVe siècle, des pasteurs tutsi commencent à s’installer dans le Ruanda oriental où sont déjà établis des cultivateurs hutu et des chasseurs pygmées toua. Au cours des siècles suivants, les Tutsi affirment leur supériorité sur les Hutu en leur louant une partie de leur cheptel à des conditions qui transforment les Hutu en serfs.
  • Apogée du comptoir persan de Kiloa et des Comores au XIIIe siècle.
  • 1270: Huitième croisade à Tunis menée par Louis IX qui aboutit à la mort de ce dernier.

Madagascar[modifier | modifier le code]

  • De nombreux Indonésiens continuent à s’installer sur la côte orientale de Madagascar jusqu’au XIIIe siècle. Les migrations d’Africains continuent à cette époque vers la côte occidentale.
  • Les Arabes de Kiloa ont fondé des établissements aux Comores, mais n’occupent pas la grande île. Par contre de nombreux métis, les Antalaotes, originaires des Comores, s’implantent sur la côte septentrionale. Issus d’un métissage d’Arabes, de Malgaches et d’Africains, ils parlent une langue dérivée du swahili.
  • Sur la côte nord-orientale s’établissent les Iharaniens, peuple très métissé mais à prédominance africaine.
  • Sur la côte sud-est font souche vers le XIIIe siècle les Zafi (descendants de) Ramiria, qui seraient les ancêtres des Antambahoaka et des Antanosy.
  • Les Antemoro s’installent sur la côte sud-est entre le XIIIe et le XVIe siècle. Originaires des Comores, ils auraient vécu dans la région des Iharana avant de prendre racine plus au sud.
  • Des naufragés de toute origine (indiens, indonésiens, arabisés, puis portugais) ont également fondé, entre le XIIIe et le XVIe siècle, des villes sur le littoral malgache. Ils sont rapidement assimilés et perdent leurs caractères d’origine.
  • Une partie des peuples du littoral pénètre lentement vers l’intérieur de l’île. Dans le sud-est, les Zafi-Manara fondent la dynastie des Antandroy et les Zafi-Ndravola celle des Masikoro. Dans l’est, le prince antemoro Rambo est à l’origine des Tanala de l’Ikongo. Sur le plateau central, à la fin du XIVe et au début du XVe siècle arrivent les Hova et leurs chefs les Andriana, ayant un type indonésien très marqué.

Amérique[modifier | modifier le code]

  • La culture d’Anasazi, venue du nord, prédomine dans l’ensemble Pueblo occidental (1200-1400). De hauts et solides murs d’adobe sont édifiés pour protéger les villages des pillards, peut-être des tribus nomades Apaches.

Asie[modifier | modifier le code]

  • Règne d'Angrok, roi semi légendaire de Singosari (Java). Son histoire est contée dans le Pararaton ou Livre des rois. Fils de paysan, il est peut-être le symbole de la réaction javanaise contre l’influence indienne. Il arrive au pouvoir en assassinant le roi de Kadiri dont il épouse la veuve.
  • Fondation dans le nord de Sumatra du sultanat de Pasai, premier royaume musulman indonésien attesté.
  • Le shogun du Japon établit des contacts avec les Aïnous de l’île de Yeso (Hokkaidō). Organisé en chefferies, les Aïnous ont une culture autonome, qui s’exprime dans Yucar, le poème épique de la nation.
  • Expansion, notamment au début du siècle avec Gengis Khan, et apogée de l'Empire Mongol, plus vaste empire continu ayant jamais existé.
  • Fondation de la Dynastie Yuan par les Mongols en Chine (première domination intégrale non-Han de la Chine) par Kubilai Khan, petit-fils de Gengis Khan.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Océanie[modifier | modifier le code]

Art & culture[modifier | modifier le code]

Encyclopédie[modifier | modifier le code]

Le dominicain Vincent de Beauvais écrit entre 1246 et 1263 le Speculum maius, vaste compilation des connaissances du Moyen Âge, en 80 volumes. Il s'agit d'une encyclopédie, reprenant les principes d'organisation des chanoines de Saint-Victor, et introduisant les ressources nouvelles de la science gréco-arabe. Cette encyclopédie sera la référence des connaissances à la fin du Moyen Âge et sera rééditée jusqu'en 1624[1].

Éducation[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Grande Mosquée de Kairouan : Bab Lalla Rihana (fin du XIIIe siècle).
  • En Europe, les cathédrales de style gothique se multiplient : Paris, Beauvais, Amiens…
  • À Cuzco, au Pérou les Incas construisent dans leur capitale le temple de Koricancha.
  • En Tunisie, la Grande Mosquée de Kairouan, qui est l'une des œuvres les plus remarquables de l'architecture islamique médiévale (édifice datant essentiellement du IXe siècle), connait au cours du XIIIe siècle d'importants travaux de restauration et d'embellissement réalisés par les souverains de la dynastie hafside (qui règnent à partir de 1228) ; ces travaux comportent, entre autres, l'adjonction à l'enceinte de la mosquée de porches monumentaux dont le plus majestueux Bab Lalla Rihana est daté aux alentours de 1293[2],[3].

Peinture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Les textes écrits les plus anciens de Madagascar sont les Sorabes, textes en langue malgache et en caractères arabes, écrits sur du papier dont les Antemoros détenaient le secret de fabrication.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Inde

Économie & société[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

  • Entre 72 et 75 millions d’habitants en Europe et entre 20 et 22 millions en France vers la fin du XIIIe siècle.
  • Vers 1200, la masse paysanne en France est en majorité composée de serfs, embrigadés dans le cadre de la seigneurie et uniformément astreints à trois charges spécifiques : le chevage, le formariage et la mainmorte. Au cours du XIIIe siècle, le progrès économique conduit les maîtres à accorder des affranchissements individuels ou collectifs, de sorte que le servage devient le lot des plus démunis.
  • Apparition des villages forestiers (Waldhufendorf) dans les régions alpines à partir de 1200. Ils s’étendent le long d’une route avec des champs perpendiculaires à celle-ci. La main-d’œuvre est fournie par des paysans serfs à qui des chartes de colonisation offrent des conditions plus avantageuses.
  • Le XIIIe siècle est marqué en Bohême par un net accroissement de la population. Concentrée jusque-là dans le bassin de l'Elbe (Polabí), très favorable à l’agriculture, elle défriche intensément les montagnes du quadrilatère de Bohême. C’est surtout l’œuvre de colons allemands venus de Thuringe, de Souabe, de Saxe ou d’Autriche. Des villages sont créés par des contrats écrits entre les seigneurs et les colons, garantissant à ces derniers le droit héréditaire sur leurs terres. Dirigés par le colon le plus riche (rychter ou šule), ils développent en plaine l’assolement triennal pratiqué par les Germains, mais l’exploitation minière constitue la richesse essentielle.
  • Foire de Skanör (Scanie), dès le début du XIIIe siècle. Elle se tient au moment où d’énormes bancs de harengs migrent d’une mer à l’autre. Les Lübeckois apportent et vendent le sel de Lunebourg pour la conservation des poissons, qui s’exportent dans les pays du Sud. Ils sont rejoints par d’autres marchands allemands, puis par des Anglais et Néerlandais qui commencent à doubler la pointe de Skagen (Umlandsfahrer, « cirumnavigatores ») à partir du milieu du siècle. Outre les harengs et le sel, la foire permet l’échange d’autres produits : fer de Stockholm, bière de Lubeck, articles d’emballage, cordes, tonneaux, étoffes des Pays-Bas et autres produits manufacturés.
  • 1225 : les barons anglais obtiennent du roi la Grande Charte.
  • Le pouvoir comtal en Flandre, affaibli, multiplie les concessions aux cités flamandes, riches, courtisées par les rois et les princes et de plus en plus puissantes.
  • 1235 : Jeanne de Flandre accorde à Lille sa charte communale.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Chefs politiques[modifier | modifier le code]

Écrivains, encyclopédiste[modifier | modifier le code]

Voir :

Hommes de science[modifier | modifier le code]

Philosophes et théologiens[modifier | modifier le code]

Voir : Philosophes et théologiens du XIIIe siècle.

Explorateurs[modifier | modifier le code]

Religieux[modifier | modifier le code]

Peintres[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Techniques au service de l'art[modifier | modifier le code]

  • Développement de la technique du vitrail.

Explorations[modifier | modifier le code]

Techniques de navigation[modifier | modifier le code]

Médecine[modifier | modifier le code]

Autres techniques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]