Tennis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les chaussures de sport appelées tennis, voir Chaussure de sport.

Tennis

Description de l'image  Tennis pictogram.svg.
Fédération internationale ITF (fondée en 1913)
Sport olympique depuis De Athènes (1896) à Paris (1924) et depuis Séoul (1988)
Clubs 38 001 (Europe)[1]
Joueurs licenciés plus de 10 000 000 (Europe)[1]
Joueurs pratiquants plus de 26 000 000 (Europe)[1]
Description de cette image, également commentée ci-après

Le court Suzanne-Lenglen du stade Roland-Garros à Paris.

Le tennis est un sport de raquette qui oppose soit deux joueurs (on parle alors de jeu en simple) soit quatre joueurs qui forment deux équipes de deux (on parle alors de jeu en double). Les joueurs utilisent une raquette cordée verticalement et horizontalement à une tension variant avec la puissance ou l'effet que l'on veut obtenir. Cette raquette, dont les matériaux peuvent varier, sert à frapper une balle en caoutchouc, remplie d'air et recouverte de feutre. Le but du jeu est de frapper la balle de telle sorte que l'adversaire ne puisse la remettre dans les limites du terrain soit en marquant le point en mettant l'adversaire hors de portée de la balle, soit en l'obligeant à commettre une faute (si sa balle ne retombe pas dans les limites du court, ou si elle ne passe pas le filet).

Le nombre de sets (manches) nécessaires pour gagner un match varie selon plusieurs critères (le sexe, l'âge, le tournoi…). Les limites du terrain sont différentes pour les matchs de simple et de double.

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

La naissance du tennis[modifier | modifier le code]

Le tennis est une adaptation anglaise du jeu de paume. La première mise en jeu s'effectuant à quinze pas, puis trente, puis quarante, d'où la façon particulière de compter les points dans le tennis moderne. À la suite de la bataille d'Azincourt (1415), le duc d’Orléans est emprisonné pendant deux décennies en Angleterre. À l’occasion de cette captivité à Wingfield dans le comté de Norfolk, le duc introduit en Angleterre le jeu de paume qu’il pratique presque quotidiennement[2].

Le tennis est né selon les sources entre 1858 et 1870 soit plus de quatre siècles plus tard. En 1858 le major Harry Gem esquisse une sorte de court de tennis sur le gazon de sa propriété : il joue un jeu assez similaire au tennis actuel. Vers 1863 le Major Walter Clapton Wingfield, le descendant du châtelain de Wingfield, pratique aussi une sorte de tennis dans sa résidence à Londres. Vers 1869 dans le Warwickshire, Harry Gem et son ami espagnol Augurio Perera expérimentent une nouvelle version du jeu qu'ils appelèrent d'abord pelota puis plus tard lawn rackets. Gem, Perera, Frederic Haynes et Arthur Tomkin forment un club à Leamington : c'est le premier club de lawn tennis du monde. C'est donc probablement Harry Gem qui a inventé le « tennis moderne » (issu du jeu de paume français) mais c'est Wingfield qui est passé à la postérité car il a commercialisé ce sport sous le nom de « Sphairistike » le 23 février 1874 mais il ne l'a pas inventé comme la légende le prétend. Le sphairistike est la conséquence du jeu de paume et de l’invention du caoutchouc qui permet de réaliser des balles pouvant rebondir sur l’herbe. C'est le chaînon manquant entre le jeu de paume et le tennis[3]. Le tennis en Angleterre a d'ailleurs pour nom Lawn Tennis (tennis sur herbe en anglais) tandis que le jeu de paume est désigné sous le nom Real Tennis (vrai tennis). Le mot "tennis" provient de l'ancien français "tenez", phrase que l'on adressait à l'adversaire au moment de servir. Le mot, déformé en moyen anglais en "tenetz", "teneys" ou "tenes", finira par devenir tennis[2],[3].

Il semble que le premier tournoi de tennis eut lieu en août 1876 sur un court aménagé dans la propriété de M. William Appleton à Nahant dans le Massachusetts et remporté par James Dwight[4]. Suit le Tournoi de Wimbledon en 1877 du 9 au 16 (ou 19) juillet, futur Internationaux amateurs de Grande-Bretagne, qui est donc le plus vieux tournoi encore existant. La finale de la première édition se joue devant 200 spectateurs. L’Anglais Spencer Gore s’impose en simple messieurs (24 participants). À l’occasion de ce tournoi, les règles du sphairistike de Wingfield sont modifiées par les organisateurs qui deviennent, de fait, et pendant une décennie, la seule autorité en matière de tennis.

Joueuse de tennis en 1881

La France, jadis terre d'élection par excellence du jeu de paume, n'attend pas longtemps pour succomber aux charmes du tennis promu par Wimbledon. Dès 1878, le premier club de tennis est fondé en France à Dinard, en Bretagne[5]. Dans le même temps, les premières parties ont lieu en Australie.

D'autres tournois suivent très vite : en 1878 un tournoi aurait été organisé au Marylebone Cricket Club, et les premiers championnats amateurs d'Écosse eurent lieu en indoor sur bois cette même année, les Championnats amateurs d'Irlande débutèrent en 1879 au Fitzwilliam Club de Dublin, ceux de Bohême la même année et ceux de la colonie australienne du Victoria à Melbourne en 1880, chaque colonie australienne crée d'ailleurs son tournoi bien avant le 1er championnat national australien, organisé en 1905 et intitulé « Internationaux d'Australasie », futur Open d'Australie. Les championnats des États-Unis sont organisés pour la première fois à Newport en 1881 (la 1re édition réservée aux citoyens du pays est l'ancêtre de l'US Open, etc.). Le tennis est donc né sous l'ère victorienne avec des règles victoriennes : le sport dans ces conditions ne peut être pratiqué que comme un loisir par de riches aristocrates, donc sans besoin d'argent pour vivre, et ne peut donc faire l'objet d'une profession rémunérée. Ceci explique pourquoi les professionnels du tennis ont été longtemps bannis du circuit traditionnel et considérés comme des pestiférés. De plus les responsables du tennis, très jaloux de leur autorité, un autre héritage de l'époque victorienne, ne souhaitent absolument pas avoir à faire à des joueurs professionnels indépendants de leur volonté : c'est ainsi une autre raison pour écarter les « pros » du circuit traditionnel. Plus tard est créé en 1891 le Championnat de France de tennis qui devient véritablement international en 1925 sous le nom « Internationaux de France de tennis ».

En 1933 quand l'Australien Jack Crawford qui a gagné les Internationaux amateurs d'Australie, de France à Roland Garros, de Grande-Bretagne à Wimbledon, atteint aussi la finale des Internationaux amateurs des États-Unis à Forest Hills, les journalistes John Kieran et Allison Danzig utilisent pour la première fois l'expression « Grand Slam » (tirée du brigde et aussi du golf) en évoquant une possible victoire de l'Australien dans les quatre tournois la même année. Ces championnats commencent à prendre de l'importance car les quatre pays hôtes sont les seuls pays de l'époque qui ont remporté la Coupe Davis qui est la plus grande compétition amateur internationale pendant au moins quarante ans, de 1920 à 1960 (elle désigne souvent le numéro 1 mondial amateur et a bien plus d'importance que Wimbledon ou Forest Hills). Cette compétition est créée par Dwight Davis en 1900 et oppose dans un premier temps uniquement les Îles Britanniques aux États-Unis. Il n'y a pas d'édition en 1901. Puis d'autres pays souhaitent participer et jusqu'en 1973 seuls les quatre pays cités remportent cette compétition par équipes. En 1938 Donald Budge a l'idée de gagner les championnats des quatre pays vainqueurs de la Coupe : il est donc le premier joueur à consciemment tenter le Grand Chelem (Crawford n'avait aucune intention à l'origine d'aller aux États-Unis car notamment il souffrait du climat new-yorkais) et à le réussir. Ceci devient la véritable référence individuelle du tennis amateur dans les années 1950, plus précisément en 1956 lorsque Lew Hoad est à deux doigts (deux sets précisément) d'accomplir cet exploit. Lorsque le tennis devient « Open » en 1968 le Grand Chelem devient le Graal de tous les joueurs. La version féminine de la Coupe Davis est la Coupe de la Fédération, mieux connue aujourd'hui sous le nom de « Fed Cup ».

Les premiers champions[modifier | modifier le code]

La rivalité, jadis très vive, entre amateurs et professionnels, n'a pas rendu possible, pendant longtemps, d'établir des classements objectifs des meilleurs joueurs. Les professionnels sont interdits jusqu'en mars 1968 de toute compétition organisée par la Fédération Internationale (Coupe Davis…) ou par les Fédérations nationales (Internationaux des pays comme ceux du Grand Chelem…). Néanmoins certaines comparaisons entre ces différents joueurs furent possibles (par exemple : en janvier 1963 Rod Laver, vainqueur du Grand Chelem en 1962, fut opposé aux deux meilleurs professionnels de 1962, Kenneth Robert Rosewall et Lewis Alan Hoad, dans le cadre d'une tournée en Australasie sur gazon : Laver a remporté deux matchs et a subi… 19 défaites, indiquant clairement la suprématie des vieux professionnels) : il semble qu'à partir de 1948 le meilleur joueur du monde fut probablement toujours un joueur professionnel. Depuis 1931 tous les plus grands champions de l'ère pré-« open » sont passés professionnels et, si on excepte Henri Cochet, ils ont tous atteint leur apogée dans le circuit pro : Bill Tilden, Henri Cochet, Ellsworth Vines, Fred Perry, Donald Budge, Bobby Riggs, Jack Kramer, Pancho Segura, Pancho Gonzales, Frank Sedgman, Tony Trabert, Ken Rosewall, Lew Hoad, Rod Laver.

En 1966 des pourparlers s'engagent entre les dirigeants de Wimbledon et Jack Kramer alors promoteur de tennis professionnel pour organiser un tournoi professionnel dans le « Temple » l'année suivante : un mois et demi après le tournoi traditionnel amateur de Wimbledon, BBC2 sponsorise un tournoi professionnel de huit joueurs du 25 au 28 août 1967. Ce tournoi rencontrant un très vif succès auprès du public et des téléspectateurs, le président de Wimbledon, Herman David, décide à l'automne 1967 que le prochain Wimbledon traditionnel (en 1968) serait « Open » c’est-à-dire « ouvert » aux joueurs professionnels. Le 30 mars 1968 la Fédération internationale accepte qu'une dizaine de tournois soient ouverts à tous les joueurs : le premier d'entre eux est organisé à Bournemouth et démarre le 21 avril 1968. Malgré tout La Fédération Internationale et les promoteurs du jeu professionnel continuent de se combattre : il faut attendre plus de quatre ans (août 1972) pour que le tennis soit totalement « Open » c'est-à-dire que la ségrégation entre pros et amateurs vole en éclats.

Pour ne plus être complètement dépendants de leurs dirigeants (d'un côté les fédérations pour les joueurs amateurs et d'un autre côté les promoteurs pour les joueurs professionnels) qui leur imposaient les compétitions qu'ils devaient (ou ne devaient pas) disputer, les joueurs s'unirent en septembre 1972, lors de l'US Open, le seul tournoi du Grand Chelem de l'année où tous les meilleurs joueurs participent (à Wimbledon et à Roland Garros les professionnels sous contrat sont exclus en 1972), pour créer le premier syndicat regroupant tous les joueurs qui le souhaitent : the Association of Tennis Professionals (ATP). Cette association tente d'organiser le circuit tennistique en « collaboration » avec les Fédérations et met en place en août 1972 le circuit de l'ATP World Tour : dès lors l'ATP, qui échappe d'ailleurs un peu aux joueurs eux-mêmes, gère toutes les épreuves du circuit principal hormis les tournois du Grand Chelem et la Coupe Davis qui relèvent, eux, de la Fédération Internationale et des Fédérations nationales respectives. L'ATP publia le 23 août 1973 son premier classement mondial, dont le Roumain Ilie Năstase fut le premier numéro un.

De son côté, Wimbledon reste un bastion du conservatisme. Tandis que tous les autres tournois autorisent désormais le port de vêtements colorés aux joueurs, le Tournoi de Wimbledon maintient l'obligation de la tenue blanche, fidèle à ses traditions.

Suzanne Lenglen a, quant à elle contribué au succès du tennis, étant la première véritable vedette féminine de la discipline ; elle participera notamment à ce que l'on appellera le match du siècle, à Cannes, qu'elle remportera contre Helen Wills ; la même année elle quittera le tennis amateur et deviendra la tête d'affiche de la 1re tournée professionnelle en Amérique du Nord. Mais malgré ce précédent, le tennis féminin peine ensuite à s'affirmer et il faut attendre les années 1960 pour voir des joueuses influer sur le cours des événements. À l'image des garçons, les filles mettent en place un circuit professionnel qui peine à s'établir. La WTA installe définitivement le tennis féminin professionnel.

L’ère Open[modifier | modifier le code]

En 1968, le tennis moderne et professionnel naît véritablement avec le début de l’ère Open. Les quatre tournois du Grand Chelem, rendez-vous majeurs de la saison abandonnent leur statut de tournoi réservé aux amateurs, et ouvrent leurs portes aux joueurs professionnels. Peu à peu, l'ensemble des joueurs de circuit se professionnalise. C'est à partir de cette date que l'on considère le tennis professionnel comme moderne ; l'ère des statistiques et des records commence.

La carrière de Martina Navrátilová, débutée en 1973 fut marquée par l'utilisation de nouvelles techniques de préparations, avec une préparation physique et une préparation psychologique poussées, avec notamment l'utilisation de l'informatique pour analyser les matchs et étudier les séquences de jeu[6]. L'informatique tient à présent une place importante dans l'évolution des joueurs, puisque les entraîneurs l'utilisent même de nos jours à un niveau amateur.

La politique de dirigeants comme Philippe Chatrier, président de la Fédération internationale de tennis de 1977 à 1991, est déterminante sur le plan international, mais plutôt mal préparée au plan national. En effet, si le tennis quitte son habit de sport pour privilégiés et devient accessible, la mise en place d'une opération dénommée « 5000 courts », lancée par Philippe Chatrier et la Fédération française de tennis, aura pour effet de déstabiliser économiquement les clubs existants en France en créant des micros-clubs composés d'un ou deux terrains sans réelle structure d'accueil ; l'effet de saupoudrage en termes d'adhérents se fera ressentir pendant des décennies et sera à l'origine de la crise du tennis français[7].

Le tennis se démocratise et compte plus d'un million de licenciés en France depuis le début des années 1980.

L'exploit majeur du tennis masculin comme féminin demeure le Grand Chelem : gagner les quatre tournois majeurs la même année. Donald Budge l'a réussi mais à une époque où tournois amateurs et professionnels étaient séparés ; l'Australien Rod Laver a réussi l'exploit de le réaliser à deux reprises : en 1962, mais aussi en 1969 sous l'ère « Open » alors que tous les joueurs étaient réunis sur un circuit mondial (l'ère Open démarre pour le tennis en 1968), ce qui constitue un authentique exploit. Les femmes sont plus nombreuses à l'avoir réalisé, avec notamment l'Australienne Margaret Smith Court en 1970, et l'Allemande Steffi Graf en 1988.

Origine historique de la marque des points[modifier | modifier le code]

La comptabilité singulière du tennis est également tributaire du jeu de paume provençal. Cette façon de compter, vient de pénalités obligeant le joueur à reculer à quinze, trente et quarante pas, au fur et à mesure de l'avancement du jeu. D'autres hypothèses ont été avancées pour chercher, a posteriori, à justifier ce comptage particulier, par exemple un comptage par multiple de quinze, issu tout droit du Moyen Âge où le chiffre 60 était le symbole numérique le plus répandu. À l’époque, on comptait le temps (60 minutes) et l’argent (un denier d’or valait 15 sous) de cette façon.

L’expression « deuce » serait un emprunt culturel au système comptable du jeu de paume. Rendu à égalité, l’arbitre déclarait « à deux », ce qui signifiait que les joueurs étaient à deux points (consécutifs) de gagner le jeu. Ce « à deux » emprunté par des bouches anglaises aux Français, prit la forme écorchée de « deuce ». Cet usage est pratiqué dès le Moyen Âge en jeu de paume[8].

D'autres hypothèses ont été émises pour expliquer ce système. Chronologiquement, la première hypothèse avancée date de 1431. Le juriste flamand Jan Van den Berghe publie Le Jeu de paume moralisé. Pour expliquer la manière de compter, il énonce une explication pieuse : le joueur qui marque un point est assimilé à un juste et voit sa récompense multipliée par 15. Autre piste, les paris, qui étaient courants lors des rencontres de jeu de paume. Certains numismates font alors remarquer que la monnaie française comprenait depuis 1340 le double d'or qui valait 60 sous et le denier d'or qui valait 15 sous. Les joueurs auraient pris l'habitude de compter les points en valeur monétaire, c’est-à-dire en multiple de 15. Toutefois, l'étude des lettres de rémission montre que les enjeux n'atteignaient pas souvent des sommes aussi importantes[8]. Au début du XVIe siècle, Érasme avoue dans ses Colloques, que la manière de compter les points au jeu de paume est un mystère, dont même les joueurs parisiens ont perdu le souvenir[9]. Malgré cet avis d'Érasme qui apparaît définitif, que reprennent les encyclopédistes du XVIIIe siècle[10], d'autres hypothèses, plus ou moins fantaisistes, sont énoncées depuis la fin du XVIe siècle. Selon le témoignage de Jean Goselin, libraire du roi de France en 1579, cette façon de compter se rapporterait à l'astronomie et au système sexagésimal utilisé pour les calculs d'angles. Chaque signe physique est divisé en 60 degrés, diviser un signe physique en quatre parts donne 15 degrés par part. Pour Charles Delahaye, joueur de paume au XIXe siècle, 15 représente une distance de 15 pieds. La ligne de service et le filet sont séparés de 60 pieds, soit quatre fois 15 pieds. Charles Delahaye dit avoir assisté à une partie où les points n'étaient pas comptés mais où le vainqueur d'un point avançait à chaque fois de 15 pieds jusqu'à atteindre le filet et, ainsi, remporter le jeu.

Règles[modifier | modifier le code]

Tableau du pointage

Source : Document utilisé pour la rédaction de l’article « Fédération internationale de tennis - les règles 2013 du tennis »

Dans une rencontre de simple comme de double, chaque joueur sert à tour de rôle pendant la durée d'un jeu. Le joueur qui sert doit impérativement être placé derrière la ligne de fond de court au moment où il frappe son service. Le serveur possède en outre deux services : s'il manque le premier, souvent frappé avec un certain risque, il bénéficie d'une seconde balle de service, en général frappée avec davantage de précautions. Le receveur, en revanche peut se placer où il le souhaite sur le court pour retourner le service.

La plupart du temps, il est nécessaire de remporter deux sets (manches) afin de gagner la partie. Les deux exceptions sont d'une part les matchs du tableau masculin des tournois du Grand Chelem et d'autre part ceux de Coupe Davis, qui se jouent en trois sets gagnants. Pour gagner une manche, il faut être le premier à marquer six jeux avec au moins deux jeux d'écart, dans le cas contraire la manche se poursuit. Les scores possibles pour remporter un set sont ainsi : 6/0, 6/1, 6/2, 6/3, 6/4 et 7/5 (si les deux joueurs n'ont pu se départager au bout de dix jeux). Si les deux joueurs n'ont pas été en mesure de se départager au cours des douze premiers jeux (donc à égalité à 6/6), ils disputent un jeu décisif (« tie-break » en anglais), qui vaut un jeu, et permet donc de remporter la manche 7/6. En revanche, dans les tournois du grand chelem, exception faite de l'US Open, chez les hommes comme chez les femmes, il n'y a pas de jeu décisif dans la manche décisive (la cinquième chez les hommes, la troisième chez les femmes), et le match n'est remporté que lorsque l'on parvient à avoir deux jeux d'avance sur l'adversaire; par exemple 8/6, 9/7, 10/8, etc.

L'invention du « jeu décisif » date de 1970, soit deux ans après le début de l'ère open. La finalité de ce jeu était d'empêcher des matchs interminables, car il arrivait à l'époque que des sets soient gagnés sur le score de 29/27 par exemple. Le principe du jeu décisif est assez simple. Les joueurs servent à tour de rôle. Celui qui débute ne sert qu'une fois de droite à gauche, puis son adversaire sert deux fois de suite, de gauche à droite, puis de droite à gauche, et ainsi de suite. Le gagnant de la manche est le premier joueur à atteindre sept points avec au moins deux points d'écart (ex. : 7/2, 7/5, 9/7…) La manche est alors gagnée sur le score de 7-6.

Chez les joueurs les plus jeunes, les règles de jeu sont assouplies. En effet, jusqu'à l'âge de onze ans, en France, une manche est gagnée lorsqu'un joueur atteint 5 jeux avec deux jeux d'avance sur son adversaire. En cas d'égalité à 4 jeux partout, les joueurs se départagent également avec un « jeu décisif ».

Dans le jeu en double, le match se déroule au meilleur des trois sets, il faut donc remporter les deux sets pour remporter le match. Si les deux équipes remportent chacune un set, par exemple : 6-3 3-6 ; on procède à un « super tie break » de dix points pour départager les deux équipes opposées : il est considéré comme set décisif. Le « super tie break » se déroule de la même façon que le « jeu décisif », il faut donc remporter dix points avec au moins deux points d’écart (ex. : 10/5, 10/7, 11/9…).

Une manche se remporte donc en marquant un certain nombre de jeux. Comme mentionné ci-dessus, chaque joueur sert à tour de rôle, pendant la durée d'un jeu. Afin de remporter un jeu, il est nécessaire de marquer au moins quatre points, soit sur son service lorsque l'on sert, soit sur le service adverse lorsque l'on reçoit. Il est donc possible, soit pour le serveur, soit pour le receveur de remporter un jeu, même si théoriquement, le serveur est avantagé par rapport au receveur. Si les deux adversaires marquent trois points, on a une situation d'égalité, expliquée ci-après.

Lors d'un jeu, voici la manière dont les points sont décomptés :

  • zéro (« love » en anglais[11]) : pour aucun point marqué dans le jeu ;
  • quinze[12] : pour un point marqué ;
  • trente : pour deux points marqués ;
  • quarante : pour trois points marqués.

Lorsque les deux joueurs ont marqué trois points, (donc à 40/40), il y a égalité. Celui qui marque le point suivant obtient un « avantage ». Pour remporter le jeu, un joueur qui a l'avantage doit marquer un autre point. Si c'est le joueur qui n'a pas l'avantage qui marque le point suivant, on revient à égalité, et ainsi de suite jusqu'à ce que l'un des deux joueurs remporte le jeu. Chez les jeunes enfants âgés au plus de 11 ans, la règle de l'avantage n'existe pas. C'est la règle du « No-ad » (« No advantage ») qui s'exerce. Le joueur qui reçoit choisit sa zone de retour de service pour le point décisif (toujours à 40-40).

Concernant l'arbitrage, on donne toujours le score du serveur en premier. Par exemple, si le serveur marque trois points contre deux à son adversaire, le score est 40/30. Dans le cas contraire, le score est 30/40. Il en est de même au niveau des « avantages », lorsqu'il y a égalité dans un jeu. Lorsque c'est le serveur qui a l'avantage, l'arbitre annoncera « avantage » puis le nom du joueur ou de la joueuse. En double, l'arbitre annoncera le nom du serveur ou du relanceur. Toutefois, en cas de Championnat par équipe ou d'équipes nationales (Coupe Davis ou Fed Cup, par exemple), le nom du club ou du pays est alors donné.

Challenges[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, les joueurs et joueuses peuvent avoir recours à un système d'images de synthèse retraçant la trajectoire et surtout le point d'impact de la balle, appelé « Hawk-Eye » (« œil de faucon ») afin de contester une décision arbitrale qu'ils jugent erronée. Plusieurs règles s'appliquent à l'usage de ce moyen :

  • Le challenge doit être demandé immédiatement après le coup présumé juste par l'arbitrage, mais vu faute par le joueur, ou vu faute par l'arbitrage mais considéré juste par le joueur.
  • Le joueur dispose de trois challenges au début de chaque set (manche), plus un si le jeu va jusqu'au Tie break. Si son appréciation d'un point ou d'une faute est erronée, il perd à chaque fois l'un de ses challenges.
  • Si le corps arbitral annonce une balle faute alors qu'elle était bonne, le coup doit être rejoué, pour autant que l'adversaire ait été jugé en mesure de renvoyer la balle. Par exemple, si le joueur A frappe une balle qui est signalée faute par erreur, on tient compte alors de la position du joueur B par rapport à la balle au moment de l'impact. Si le joueur B était manifestement trop loin pour renvoyer la balle, le point est accordé au joueur A. Dans le cas contraire, le point est rejoué (le serveur sert alors avec une première balle, même si le point avait été engagé par une seconde balle).
  • Si, lors d'un échange, l'un des joueurs voit une balle faute non-signalée, il peut interrompre l'échange et demander le challenge. Si la balle est faute, le point lui est accordé, si la balle est bonne, le point est accordé à l'adversaire.
  • Si, pour une raison indéterminée, le système Hawk Eye devait ne pas fonctionner, la décision arbitrale prévaudrait.

En raison du coût élevé de ce système, rares sont les tournois qui l'emploient. De plus, seuls les courts principaux le possèdent, ce qui peut conduire à une certaine forme d'injustice vis-à-vis des joueurs mal classés, obligés de jouer sur des courts annexes dépourvus du Hawk-Eye.

Les fautes[modifier | modifier le code]

On distingue plusieurs types de fautes au tennis. Une balle sera par exemple annoncée faute (ou « out » en anglais) lorsqu'elle ne retombe pas dans les limites du terrain (les lignes étant situées à l'intérieur du terrain). Le point est alors accordé à l'adversaire. Lorsque la balle tombe dans le filet, du côté du joueur qui a frappé la balle, le point est également accordé à l'adversaire, mais il n'est pas nécessaire d'annoncer faute. L'arbitre ne doit d'ailleurs pas signaler une balle qui tombe dans le filet comme « faute ».

Le service doit être frappé en diagonale de telle sorte que la balle tombe dans le carré de service. Si la balle ne tombe pas dans le carré de service lors de la mise en jeu, l'arbitre annonce « faute », et le serveur doit, soit servir une seconde balle si la faute survient sur le premier service, soit accorder le point à l'adversaire si la faute survient sur la seconde balle de service. Lorsque les deux services sont fautes (ils ne tombent pas dans les carrés de service, ou tombent dans le filet), on parle de « double faute ». Le point est alors accordé au receveur. Lorsqu'au service, la balle touche la bande du filet et retombe dans le carré de service où le joueur était censé servir, l'arbitre annonce « let » ou « filet », la balle n'est pas faute, et le joueur peut rejouer le service. En revanche, si la balle du serveur touche la bande du filet et tombe en dehors du carré de service, la balle est annoncée faute, et le joueur doit soit passer à sa seconde balle, soit accorder le point à l'adversaire selon qu'il a frappé une première ou une seconde balle.

Une faute plus complexe concerne le serveur. En effet, pour effectuer un service valable, il est nécessaire que la balle soit frappée avant que le joueur ne franchisse la ligne de fond de court. Ainsi, lorsque le joueur frappe son service, et a déjà une partie de son corps qui touche le sol à l'intérieur du court ou bien lorsque le serveur "mord" la ligne de fond de court au moment de son lancer de balle, le service est refusé. Le joueur peut alors soit frapper une seconde balle de service (si sa faute a été commise sur la première balle), soit accorder le point à l'adversaire si cette faute survient sur la deuxième balle. Cette faute, assez rarement signalée car difficile à juger, est nommée « faute de pied ». La « faute de pied » est également valable sur un plan latéral : le serveur doit se trouver du bon côté du terrain de telle sorte à servir dans une diagonale. Si le serveur sert à droite, il doit se tenir dans la partie gauche du terrain (et inversement) sans être dans le prolongement du couloir.

Le court et l’équipement[modifier | modifier le code]

Source : Document utilisé pour la rédaction de l’article « Fédération française de tennis - Normes fédérales »

Le court[modifier | modifier le code]

Dimensions du court

Le court de tennis correspond à l'aire de jeu. Ses dimensions sont très précises en raison des mesures anglaises d'origine, en yards. Il doit obligatoirement posséder des lignes peintes avec une peinture blanche, afin de faciliter leur lisibilité. Les courts de tennis se déclinent en plusieurs surfaces, qui sont abordées dans la suite de l'article. Chaque surface possède ses caractéristiques propres (rapidité, rebond) ce qui contribue à la diversité des jeux possibles.

Comme présenté sur l'image ci-contre, le court de tennis doit être de 23,77 mètres (soit 26 yards) de long pour 8,23 mètres (9 yards) de large. Cela représente donc 11,89 mètres (13 yards) de longueur de chaque côté du filet, et 8,23 mètres de largeur pour une rencontre de simple, où les couloirs latéraux ne sont pas comptabilisés. Pour le jeu en double, deux couloirs de 1,37 mètre sont ajoutés. La largeur du court de double est donc de 10,97 mètres (12 yards). Sur le terrain, on retrouve cinq sortes de lignes différentes :

  • Les lignes de fond à chaque extrémité, une marque indique le milieu de cette ligne ;
  • Les lignes de service parallèles au filet qui délimitent le carré de service placées à 6,40 mètres (7 yards) du filet ;
  • La médiatrice au filet qui divise en deux le carré de service ;
  • Les lignes de côté en simple qui délimitent la zone de jeu pour une partie en simple ;
  • Les lignes de côté en double qui délimitent la zone de jeu pour une partie en double.

Il existe aussi des dimensions concernant la distance au fond du court et sur les côtés : des espaces de 5,50 mètres au fond et de 3,05 mètres sur les côtés (il s'agit des distances minimales imposées par la Fédération française de tennis dans les clubs).

Le filet[modifier | modifier le code]

Sa hauteur est fixée aux extrémités à 1,07 mètre, sa hauteur à son centre 0,914 m maintenue à l'aide d'un régulateur. Le régulateur est constitué d'une sangle blanche d'une largeur de 5 cm au maximum. Le système de fermeture du régulateur doit garantir le maintien de cette hauteur constante pendant une durée de quatre heures. Le filet doit être de couleur sombre et la bande de filet de couleur blanche avec une dimension de 10 à 13 cm, rabattue de chaque côté du filet.

Le filet est soutenu par deux poteaux ayant une section carrée ou ronde d'une largeur maximum de 10 cm. L'axe de ces poteaux est placé à 0,914 m à l'extérieur des lignes latérales du court. Lorsqu’une partie de simple est jouée sur un court équipé d'un filet de double, deux piquets hauts de 1,07 m sont placés dans les couloirs à 0,914 m à l'extérieur des lignes de simple (soit aux 2/3 du couloir).

La raquette[modifier | modifier le code]

Raquette de tennis moderne

La raquette fut inventée au début du XVIe siècle pour pratiquer le jeu de paume. Elle se décline désormais en dizaines de modèles, destinés à tous les types de joueurs, et aux compositions parfois radicalement différentes.

Jusqu'en 1963 et l'invention de la raquette en acier par René Lacoste le tennis se pratique avec une raquette en bois, le dernier vainqueur d'un tournoi du Grand Chelem avec ce type d'équipement est Yannick Noah à Roland-Garros en 1983 sur terre battue. On dit toujours de nos jours "faire un bois" quand on frappe la balle avec le cadre de la raquette.

L'innovation principale de ces dernières années réside dans les matériaux qui sont utilisés dans la conception du cadre (partie rigide de la raquette), et qui ont permis de gagner à la fois en puissance et en légèreté, rendant le jeu de plus en plus confortable. Parmi les matériaux utilisés, on retrouve ainsi le graphite, le titane, le carbone, l'acier, etc. Les différents équipementiers proposent également de nombreux concepts visant à faciliter le jeu (réduction des vibrations, puissance et contrôle optimisés…).

Il faut savoir que si les gammes et les technologies évoluent régulièrement, la plupart des joueurs de très haut niveau conservent leur ancien modèle de nombreuses années, maquillé à l'occasion par leurs sponsors pour ressembler aux derniers modèles disponibles.[réf. nécessaire] De plus, leurs raquettes sont spécialement adaptées à leur demande (poids, rigidité, longueur) et n'ont donc plus grand-chose à voir avec celles disponibles dans le commerce.

On peut adapter la raquette selon ses besoins par exemple : bien équilibré, lourd en tête (en ajoutant du plomb), ou plus lourd dans le manche.

La taille du manche de la raquette est aussi variable. La taille du tamis peut varier de manière importante en apportant des caractéristiques spécifiques, ainsi un petit tamis (580 cm2) apportera du contrôle au détriment de la puissance, alors qu'un grand tamis (645 cm2) apportera de la puissance plutôt que du contrôle. On ajoutera à cela la rigidité du cadre qui influera fortement sur les paramètres de puissance et de contrôle. Un petit cadre combiné avec une forte rigidité donnera une raquette taillée pour la précision. Le choix de ces combinaisons dépendent essentiellement des joueurs et du type de jeu qu'ils pratiquent. Ainsi Federer joue avec une raquette petit tamis, très rigide et un profil de cadre fin, avec un cordage relativement peu tendu (entre 23 et 25 kg selon les tournois). Nadal lui, possède une raquette grand cadre plutôt légère (300 g environ), avec un cordage spécifique pour la prise d'effet.

Le cordage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cordage (tennis).
Cordage de raquette de tennis noir

Une raquette n'est en outre pas constituée que du cadre. Le choix du cordage est également très important pour le joueur. « Le cordage, c'est l'âme de la raquette » disait Arthur Ashe. Il existe de très nombreux modèles de cordages, fabriqués dans des matériaux différents (boyau de bœuf, matières synthétiques), disponibles dans plusieurs jauges et aux caractéristiques propres (puissance, confort, contrôle, stabilité de la tension…).

Les balles[modifier | modifier le code]

Balles de tennis

Les balles sont des sphères en caoutchouc, remplies d'air. Elles sont recouvertes de feutre, et doivent impérativement être jaunes ou blanches dans les compétitions officielles (la plupart du temps jaunes). Leur composition peut varier en fonction du type de joueur qui va les utiliser (joueur loisir, régulier ou intensif, adulte ou jeune). La différence se fera surtout au niveau de la longévité. Les balles de compétition sont en effet le plus souvent à pression, avec une qualité de rebond et de jeu optimale, mais une durée de vie assez limitée (de l'ordre de deux ou trois matchs chez des joueurs de loisir).

La balle de tennis doit avoir un diamètre compris entre 6,350 et 6,668 cm, et sa masse doit varier entre 56,7 et 58,5 grammes. Lâchée de 254 cm de hauteur et tombant sur une base en béton, la balle doit rebondir entre 134,62 et 147,32 cm[13].

Le processus de fabrication comporte huit étapes[14]:

  1. extrusion d'un mélange de caoutchouc naturel et synthétique
  2. modelage sous forme de sphère
  3. découpe en demi-sphères
  4. collage et pressurisation (deux fois la pression atmosphérique)
  5. refroidissement
  6. découpage de couches de nylon recouvertes de coton feutré
  7. semelage : deux pièces de feutre sont collées sur la surface
  8. finition: un jet de vapeur donne sa texture définitive, conditionnement en boite sous pression

À l'origine les balles étaient blanches, mais à la fin des années 1970, le jaune s'est imposé afin d'offrir plus de visibilité aux téléspectateurs, car il y avait un manque de visibilité lorsque la balle touchait une ligne. Les balles blanches sont cependant toujours autorisées.

Chaque tournoi spécifie dans son règlement la procédure de changement de balles, forcément un nombre impair de jeux pour que ce ne soit pas toujours le même joueur qui bénéficie de balles neuves. Le premier changement de balles se fait deux jeux plus tôt pour tenir compte de la période d'échauffement[15]. Par exemple au tournoi de Roland Garros, le premier changement de balles se fait au bout de 7 jeux, les autres changements au bout de 9 jeux. En principe il n'y a pas de changement de balles avant un jeu décisif.

La tenue[modifier | modifier le code]

Au début du siècle, le tennis évolue plus vite que la mode vestimentaire. Ainsi, les joueurs viennent jouer avec leurs cravates, leurs bustiers ou encore leurs flanelles. Puis, peu à peu, des robes apparaissent et les joueuses rivalisent de standing en s'affichant avec des vêtements de plus en plus élégants. La Française Suzanne Lenglen libère alors le corps sportif de la femme, en devenant une icône de mode, la « divine »[16].

Les vêtements n'ont cessé d'évoluer depuis le début des années 1980, devenant de plus en plus légers et confortables ; shorts et chemises chez les hommes, qui succèdent aux polos inspirés par René Lacoste, robes chez les femmes, qui portent progressivement des shorts et des débardeurs. L'arrivée de tissus nouveaux, tels que le polyester à la fin des années 1990 permet de mieux maîtriser la transpiration, rendant les vêtements plus confortables encore. Les tenues les plus fréquentes actuellement sont polo et short chez les hommes, débardeur et short chez les dames, cependant, le débardeur masculin et la robe restent appréciés par certains joueurs.

Devant l'arrivée de grands équipementiers dans le tennis, des règles ont été mises en place concernant la taille des logos autorisés sur les shorts, polos, jupes, robes…

Les surfaces de jeu (revêtements de sol)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Surfaces de jeu au tennis.
Court en gazon à Wimbledon

Un match de tennis se joue sur un court, dont le revêtement peut varier. En effet, il existe différentes surfaces de jeu, dont les caractéristiques sont très variables, d'une part en ce qui concerne la vitesse de la balle (certaines surfaces sont lentes, d'autres très rapides), d'autre part la “qualité” du rebond (rebond bas, ou rebond haut).

On distingue ainsi quatre types de surfaces principales.

  • Les surfaces dures (Rebound Ace, Decoturf, béton ou quick) que l'on retrouve dans la plupart des clubs, sont en principe des surfaces rapides. En revanche, la qualité du rebond est variable. Le principal avantage des surfaces rapides résulte du peu d'entretien qu'elles nécessitent, mais en contrepartie, les surfaces dures sont exigeantes physiquement, et demandent de bons appuis. Il existe également des dalles en polypropylène clipsables ayant des performances relativement similaire aux autres surfaces rapides.
  • La terre battue, surface du tournoi de Roland-Garros et de la plupart des grands tournois d'Europe, est une surface composée d'une chape de calcaire recouverte de brique pilée ou de pierre pilée. Cette surface demande un entretien important car elle craint le gel, le vent et la pluie. Il existe des surfaces améliorées homologuées « terre battue » consistant en une chape souple hors gel, ne craignant pas la pluie, recouverte de brique pilée et nécessitant beaucoup moins d'entretien. La lenteur de la surface « terre battue » a tendance à favoriser les longs échanges, les contre-pied ou les amortis ce qui explique que les matchs sur terre battue soient en principe plus longs et ludiques. En contrepartie, les articulations des joueurs sont moins sollicitées physiquement, et les glissades spectaculaires.
  • Le gazon, surface rare demandant un entretien très important, est une surface ultra-rapide (même si la vitesse a été réduite au cours de ces dernières années) avec un rebond très bas. Le gazon est ainsi une surface qui favorise le tennis d'attaque (service, volée), permettant de conclure l'échange relativement rapidement.
  • Les surfaces synthétiques (moquette), utilisées en salle (indoor) : Taraflex (Gerflor), Greenset, quelquefois parquet. Ces surfaces sont très rapides, et leurs caractéristiques sont proches de celles des surfaces dures. Elles ne se rencontrent que rarement dans les clubs, car elles nécessitent un entretien important et elles sont surtout très chères par rapport aux autres surfaces.
  • Le gazon synthétique (basic turf, olympus, melcbourne…) est une surface légèrement plus rapide que la terre battue.
  • La terre battue synthétique (caoutchouc). Cette surface offre un jeu similaire à celui de la terre battue.

Les principaux effets du tennis[modifier | modifier le code]

Source : Document utilisé pour la rédaction de l’article « STAPS Nancy - les effets du tennis » [PDF]

Le tennis est une discipline dont les coups de base : le coup droit, le revers et le service peuvent être appuyés par des effets imprimés à la balle, et qui font évoluer le comportement de celle-ci. Voici les principaux effets du tennis moderne.

Le jeu à plat[modifier | modifier le code]

Le jeu à plat ne correspond pas à un effet à proprement parler, mais il demeure très utilisé sur toutes les surfaces. Une balle frappée à plat va passer assez près du filet. C'est l'effet qui offre le plus de vitesse, car la trajectoire de la balle est assez rectiligne. Les frappes à plat sont neutres au niveau de la vitesse après le rebond, celle-ci diminuant en moyenne de 50 %, contre 25 % pour le lift et 75 % pour une balle coupée. Les frappes à plat sont utilisées en attaque comme en défense, et permettent la plupart du temps à un joueur en position d'attaque de terminer le point. Les balles à plat sont celles que l'on retrouve le plus sur les surfaces rapides qui favorisent un tennis d'attaque, où la puissance des joueurs peut s'exprimer le mieux. Ce type de frappe comporte néanmoins un risque plus important de faute par rapport au lift.

Le lift[modifier | modifier le code]

Une balle liftée.

Le lift est un effet très utilisé chez les joueurs de tous niveaux, car il est relativement simple à exécuter et procure plusieurs avantages. Son principal attrait tient à la sécurité qu'il procure par rapport au filet, car une balle liftée et tournoyante suivra une trajectoire bombée par rapport à une balle à plat. En outre, cette même rotation imprimée à la balle lui permet de retomber plus rapidement qu'une balle frappée avec un autre effet, et de perdre moins de vitesse après le rebond (la vitesse de la balle diminuera seulement de 25 %). Une autre application efficace du lift est le lob (balle de défense qui vise à passer l'adversaire au filet) car un lob lifté va s'élever très rapidement, et retomber assez vite dans le court. Bien exécuté, il permet donc de passer un joueur au filet.

Le lift est un effet utilisé en attaque comme en contre-attaque. Sur une balle courte, il permet d'accélérer avec une marge de sécurité importante, mais peut aussi permettre de changer de rythme. Chez les joueurs professionnels, le lift est utilisé quasiment en permanence, même si cela ne semble pas perceptible : les balles totalement à plat ne sont en effet utilisées que pour terminer le point. En outre, certaines surfaces rendent le lift plus efficace que d'autres ; la terre battue permet par exemple aux grands lifteurs de prendre l'avantage dans de longs échanges, alors que sur gazon, où le rebond est beaucoup plus bas, le lift est moins employé, ou en tout cas moins efficace.

Coups coupés et effet rétro[modifier | modifier le code]

Une balle coupée

Une balle coupée est une balle qui va être frappée, avec un mouvement de rotation de l'avant vers l'arrière. Une balle coupée aura ainsi tendance à être ralentie avant et après le rebond (où la vitesse de la balle diminue de 75 %), et à s'écraser (rebond le plus haut dans des conditions similaires). Un coup coupé confère cependant une certaine sécurité, car la balle est bien contrôlée. Le coup le plus facile à couper reste le revers, car le mouvement de raquette du haut vers le bas se fait de façon assez naturelle de ce côté. Utilisé le plus souvent en défense, le coup coupé permet de se sortir de situations difficiles, ou de casser le rythme après un échange dominé par le lift ou les coups à plat. Il est également possible de couper en coup droit, surtout en bout de course, mais le coup droit coupé reste souvent un coup défensif (ou une amortie), alors qu'en revers, il peut être utilisé pour monter au filet, ou réaliser un passing shot.

L'effet rétro est une variante très marquée du coup coupé, où le joueur va vraiment venir frotter la balle de l'avant vers l'arrière. Ce coup est souvent utilisé sur des balles amorties, particulièrement sur terre battue, afin de gêner l'adversaire dans sa course. Certains joueurs sont même capables de mettre un effet rétro qui fait revenir la balle dans leur propre camp après être tombée dans celui de l'adversaire.

Les effets au service[modifier | modifier le code]

Le service slicé[modifier | modifier le code]

Le terme de slice (de l'anglais to slice « couper, trancher ») est appliqué la plupart du temps au service. Un service slicé est, fondamentalement, un service coupé, même si les caractéristiques de ces deux types d'effets ne sont pas totalement identiques. Une balle slicée (« tranchée » en français) est frappée sur le côté, de telle sorte qu'un mouvement de rotation diagonal lui est imprimé. La trajectoire d'un service slicé ne sera pas rectiligne, contrairement à celle d'un service à plat, et la balle en vol aura tendance à suivre une trajectoire courbée. En outre, après le rebond, une balle slicée aura tendance à s'écraser avec rebond assez bas, et à partir sur le côté.

Le slice est un effet très utilisé sur toutes les surfaces. Il s'agit d'un effet relativement simple à donner au service en comparaison de l'effet lifté. C'est pour cette raison que de nombreux joueurs l'utilisent sur leur seconde balle de service, afin de mieux assurer cette dernière. En effet, l'effet slicé permet de donner à la balle une trajectoire curviligne, tout en permettant une marge de sécurité importante. Un service slicé est en outre généralement moins puissant qu'un service à plat. Il s'agit d'une arme particulièrement efficace sur le gazon où le rebond est déjà plus bas que sur d'autres surfaces, car il permet de faire sortir l'adversaire du terrain, et donc de s'ouvrir le court. Si l'adversaire n'utilise pas la même main que le serveur, le slice est souvent joué sur son revers, coup qui est souvent le point faible des joueurs. Le service slicé est de plus une arme très utilisée par les gauchers, étant donné qu'il est joué sur le côté « avantage », donc sur un point déterminant. En général le slice s'applique beaucoup sur les deuxièmes balles.

Le service lifté ou kické[modifier | modifier le code]

Le service lifté est sans doute celui qui requiert le plus de pratique et de technique. En effet, le lift est un effet qui nécessite de mettre la balle en rotation d'arrière en avant, ce qui est difficile à réaliser lorsqu'il s'agit de la frapper à l'arrêt et au-dessus de la tête. Mais en compensation de ces difficultés techniques, le service lifté, et sa variante kickée sont extrêmement efficaces, surtout en seconde balle. En effet, la rotation imprimée à la balle lui permet de plonger beaucoup plus vite une fois le filet franchi, ce qui permet de lui donner beaucoup de vitesse. Un service lifté réussi aura ainsi tendance à passer assez haut au-dessus du filet avant de plonger, puis à rebondir très haut du fait de l'effet de la balle. La variante kickée du service lifté consiste à donner à la fois un effet lifté et un effet légèrement latéral à la balle, de telle sorte que celle-ci s'élève et se décale sur le côté après le rebond. La grande majorité des joueurs de haut niveau utilisent le service lifté sur leur seconde balle, car la marge de sécurité avec le filet est importante, et parce que le service lifté, une fois maîtrisé, se contrôle très facilement. En première balle, un service très lifté peut déstabiliser un adversaire en le contraignant à frapper la balle en hauteur, parfois même au-dessus de l'épaule, ce qui est particulièrement difficile en revers, coup visé par le kick lorsque l'on joue contre quelqu'un de la même main que soi.

Le système de classement[modifier | modifier le code]

Les classements nationaux[modifier | modifier le code]

Les classements professionnels[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : ATP World Tour et WTA Tour.

Le haut niveau se compose donc de deux circuits principaux; le classement WTA, classement mondial féminin, et le Classement ATP, classement mondial masculin, remis à jour chaque semaine, et qui recensent les résultats obtenus lors des 12 derniers mois de compétition. Parallèlement à ce classement qui sert de référence (notamment pour l'attribution des têtes de séries dans les tournois) on retrouvait le classement « Race » (qui a existé de 2001 à 2008 chez les hommes, et de 2006 à 2008 chez les femmes) qui recensait les résultats obtenus au cours de la saison. Un joueur ou une joueuse qui réalisait un très bon début de saison pouvait ainsi se retrouver au sommet du classement Race, et beaucoup plus loin au classement référence (ou technique). À la fin de la saison, ces deux classements se rejoignaient évidemment.

Pour les classements avant 1973 voir Joueurs de tennis numéros 1 mondiaux.

Les grands champions…[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grands champions de tennis.

…d’hier[modifier | modifier le code]

Depuis le début du XXe siècle, qui a été marqué par l'apparition de nombreux tournois qui existent toujours de nos jours, de très nombreux joueurs et joueuses se sont illustrés. Ainsi, jusqu'au début de l'ère Open en 1968, plusieurs champions ont marqué l'histoire du tennis. Les plus illustres d'entre eux sont sans doute l'américain Bill Tilden et l'australien Rod Laver, le premier ayant remporté dix tournois du Grand Chelem, et le second ayant réalisé deux des trois Grand Chelems à ce jour.

Après le début de l'ère Open, qui a été marqué par une professionnalisation du tennis, de nouveaux champions se sont illustrés. Parmi ces joueurs et joueuses exceptionnels, on peut citer :

  • l'Américain Pete Sampras, a battu le record de victoires en Grand Chelem (14), et le record de semaines passées numéro 1 du classement ATP (aujourd'hui ces 2 records ayant été battus par Roger Federer)
  • le Suédois Björn Borg, sextuple vainqueur de Roland Garros et quintuple vainqueur de Wimbledon,
  • l'Américain Jimmy Connors, vainqueur de 8 tournois du Grand chelem et de 109 tournois homologués par l'ATP (record absolu),
  • l'Américain Andre Agassi, premier joueur de l'ère Open à avoir remporté les quatre tournois du Grand Chelem sur quatre surfaces différentes et ex-détenteur du record de titres en Masters Series avec 17 réalisations (record battu par Rafael Nadal et Roger Federer dont le premier détient actuellement le record avec 26 titres remportés),
  • l'Allemande Steffi Graf, qui a remporté 22 tournois du Grand Chelem et réalisé le Grand Chelem en 1988,
  • l'Australienne Margaret Smith Court, qui a remporté 24 tournois du Grand Chelem et réalise le Grand Chelem en 1970.
  • la Tchécoslovaque puis Américaine Martina Navrátilová, qui a remporté 18 tournois du Grand Chelem en simple, 31 titres majeurs en double et 10 en double mixte.
  • La Yougoslave puis Américaine Monica Seles, qui remporta 32 titres dont 8 Grand Chelems à 19 ans et suspendit pendant 178 semaines consécutives ( de 1991 à 1993) le règne de Graf, avant d'être poignardée en plein match à Hambourg en 1993. Si elle n'accéda plus jamais à la première place mondiale après son retour à la compétition en 1995, elle remporta tout de même 20 autres titres dont un Grand Chelem jusqu'à sa retraite en 2004.

…et d’aujourd’hui[modifier | modifier le code]

Les joueurs[modifier | modifier le code]

Les champions en activité[modifier | modifier le code]
Les champions ayant récemment arrêté la compétition[modifier | modifier le code]

Les joueuses[modifier | modifier le code]

Les championnes en activité[modifier | modifier le code]
Les championnes récemment retirées de la compétition[modifier | modifier le code]

Les tournois professionnels[modifier | modifier le code]

Le Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grand Chelem de tennis.

Les tournois du Grand Chelem sont les quatre tournois majeurs du calendrier professionnel : Open d'Australie, Internationaux de France de tennis, Tournoi de Wimbledon, et US Open. Ces tournois se déroulent sur deux semaines, et les joueurs et joueuses s'affrontent tous les deux jours. Les tableaux masculin et féminin regroupent 128 joueurs chacun, parmi lesquels 32 têtes de série (déterminées par le classement technique), des joueurs issus des qualifications, et des joueurs invités, qui reçoivent une wild-card. La principale différence entre les tournois du grand chelem et les autres tournois du calendrier réside dans le fait que les rencontres se disputent au meilleur des cinq sets chez les hommes, ce qui donne parfois lieu à des rencontres très longues.

Les tournois du grand chelem regroupent toutes les catégories de joueurs, ainsi, les différents tournois qui ont lieu lors de chaque grand chelem sont: simple hommes, simple femmes, double hommes, doubles femmes, doubles mixte, junior garçons et junior filles.

Période Tournoi Lieu Surface
Janvier Internationaux d'Australie (Open d'Australie) Melbourne, Drapeau de l'Australie Australie Dur (Plexicushion)
Mai-Juin Internationaux de France (Roland Garros) Paris, Drapeau de la France France Terre battue
Juin-Juillet Internationaux de Grande-Bretagne (Wimbledon) Londres, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Gazon
Septembre Internationaux des États-Unis (US Open) New York, Drapeau des États-Unis États-Unis Dur (Decoturf)

Le Masters[modifier | modifier le code]

Plus prestigieux que les Masters 1000, le Masters de tennis masculin constitue le dernier tournoi majeur de la saison tennistique depuis 1970. Actuellement organisé à Londres, il met aux prises les huit meilleurs joueurs du monde. À ce titre, nombreux sont ceux qui le considèrent (officieusement) comme le 5e tournoi du grand chelem.

Période Tournoi Lieu Surface
Novembre Masters de tennis masculin (Masters Cup) O2 Arena, Londres, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Dur (Decoturf, indoor)

Les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Les Masters 1000 sont une série de neuf tournois annuels qui se déroulent en Europe ou en Amérique du Nord, organisés par l'ATP. Ils furent mis en place en 1990 sous le nom de « Super 9 ». Ils prirent ensuite le nom de « Masters Series ». On les connaît maintenant sous le nom de « Masters 1000 ». Moins prestigieux que les Grands Chelems, ils constituent la deuxième catégorie des types de tournois et rapportent plus de points que les tournois annexes.

Période Tournoi Lieu Surface
Mars Masters d'Indian Wells Indian Wells, Drapeau des États-Unis États-Unis surface dure
Mars-Avril Masters de Miami Miami, Drapeau des États-Unis États-Unis surface dure
Avril Masters de Monte-Carlo Monte-Carlo, Monaco Monaco terre battue
Mai Masters de Madrid Madrid, Drapeau de l'Espagne Espagne terre battue
Masters de Rome Rome, Drapeau de l'Italie Italie terre battue
Août Masters Series de tennis du Canada Montréal/Toronto, Drapeau du Canada Canada surface dure
Masters de Cincinnati Cincinnati, Drapeau des États-Unis États-Unis surface dure
Octobre Masters de Shanghai Shanghai, Drapeau de la République populaire de Chine Chine surface dure
Octobre-Novembre Masters de Paris-Bercy Paris, Drapeau de la France France surface dure (indoor)

Étienne de Villiers a présenté lors de l'US Open 2007, l'organisation des prochains Masters. Les Masters Séries sont rebaptisés « 1000 ». Monte Carlo aura un statut particulier, il ne sera pas un tournoi « 1000 » et ne sera pas obligatoire, sans doute pour une raison de calendrier, mais il offrira le même nombre de points et de « prize money ». Une absence à un des huit autres tournois, sans excuse médicale, sera pénalisée de 100 000 $ et d'une suspension l'année suivante.

La Masters Cup déménagera de Shanghai à Londres et s'appellera ATP World Tour Finals (elle s'appelait avant l'Atp Master: ATP Worlds Championship). Sur le calendrier, Madrid, avec de nouveaux courts couverts prendra sans doute la place de Hambourg qui disparaît de la liste des « 1000 », deux semaines avant Roland Garros, et le nouveau tournoi de Shanghai remplacera celui de Madrid en automne (Tennis Magazine - octobre 2007).

Les autres tournois[modifier | modifier le code]

Les ATP 500 series : 11 tournois sont classés dans la catégorie des ATP 500 series. Ces tournois sont moins prestigieux que les tournois Masters 1000 et que ceux du Grand Chelem, mais plus prestigieux que les ATP 250 series.

Les ATP 250 series : 44 tournois font partie des ATP 250 series. Ce sont les tournois les moins prestigieux de l'ATP Tour.

Les ATP 500 series, et les ATP 250 series, tout comme les Masters 1000, tirent leur nom du fait des points ATP qu'ils rapportent au vainqueur du tournoi.

Aux niveaux inférieurs, l'ATP organise les tournois de l'ATP Challenger Tour, et l'ITF organise les tournois de l'ITF Men's Circuit.

Tournois féminins[modifier | modifier le code]

Outre les tournois du Grand Chelem qui proposent en parallèle des tableaux masculins et féminins, la WTA comprend deux catégories de tournois : les Premier Events, dotés de 600 000 dollars minimum, dont 4 Premier Mandatory, les plus prestigieux, et les tournois International Events, dont le Tournoi international des championnes. L'ITF organise au niveau inférieur (joueuses moins bien classées et juniors) les tournois de l'ITF Women's Circuit, dotés de 10 000 à 100 000 $. Depuis 1972, les meilleures joueuses se retrouvent en fin d'année pour disputer les Masters de tennis féminin.

Jusqu'en 2008, la WTA organisait quatre types de tournois spécifiques : Tiers I (10 tournois: Tokyo, Indian Wells, Miami, Charleston, Berlin, Rome, San Diego, Internationaux du Canada, Moscou et Zurich), II, III et IV. Les tiers I étaient l’équivalent des Masters 1000 masculins, qui constituent les tournois les mieux dotés en points et en prize money (dotation financière) après les quatre tournois du Grand Chelem

Classement par titres en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Hommes[modifier | modifier le code]

Rang Nom Pays Open d'Australie

V-F-DF

Roland-Garros

V-F-DF

Wimbledon

V-F-DF

US Open

V-F-DF

Total

V-F-DF

Durée

(années) V+F+DF

1 Roger Federer Drapeau : Suisse Suisse 4-1-6 1-4-2 7-1-0 5-1-2 17-7-10 2003-2014(12)
2 Pete Sampras Drapeau : États-Unis États-Unis 2-1-2 0-0-1 7-0-1 5-3-1 14-4-5 1990-2002 (13)
3 Rafael Nadal Drapeau : Espagne Espagne 1-2-1 8-0-0 2-3-0 2-1-2 13-6-3 2005-2014(10)
4 Roy Emerson Drapeau : Australie Australie 6-1-1 2-1-1 2-0-1 2-1-1 12-3-4 1959-1967 (9)
5 Rod Laver Drapeau : Australie Australie 3-1-0 2-1-1 4-2-0 2-2-0 11-6-1 1959-1969 (11)
6 Björn Borg Drapeau : Suède Suède 0-0-0 6-0-0 5-1-0 0-4-1 11-5-1 1974-1981 (8)
7 Ivan Lendl Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 2-2-3 3-2-0 0-2-5 3-5-1 8-11-9 1981-1991 (11)
8 Ken Rosewall Drapeau : Australie Australie 4-1-3 2-1-0 0-4-2 2-2-4 8-8-9 1953-1977 (25)
9 Jimmy Connors Drapeau : États-Unis États-Unis 1-1-0 0-0-4 2-4-5 5-2-7 8-7-16 1974-1991 (18)
10 Andre Agassi Drapeau : États-Unis États-Unis 4-0-2 1-2-2 1-1-3 2-4-4 8-7-11 1988-2005 (18)
11 John McEnroe Drapeau : États-Unis États-Unis 0-0-1 0-1-1 3-2-3 4-1-3 7-4-8 1977-1992 (16)
12 Mats Wilander Drapeau : Suède Suède 3-1-1 3-2-1 0-0-0 1-1-1 7-4-3 1982-1990 (9)
13 John Newcombe Drapeau : Australie Australie 2-1-3 0-0-0 3-1-0 2-1-3 7-3-6 1965-1976 (12)
14 Novak Djokovic Drapeau : Serbie Serbie 4-0-0 0-1-4 1-1-3 1-4-2 6-6-9 2008-2013(6)
15 Stefan Edberg Drapeau : Suède Suède 2-3-3 0-1-0 2-1-3 2-0-2 6-5-8 1985-1994 (10)
16 Boris Becker Drapeau : Allemagne Allemagne 2-0-0 0-0-3 3-4-2 1-0-3 6-4-8 1985-1996 (12)
17 Frank Sedgman Drapeau : Australie Australie 2-1-1 0-1-1 1-1-0 2-0-0 5-3-2 1949-1952 (4)
18 Tony Trabert Drapeau : États-Unis États-Unis 0-0-1 2-0-0 1-0-1 2-0-0 5-0-2 1953-1955 (3)
19 Guillermo Vilas Drapeau : Argentine Argentine 2-1-1 1-3-0 0-0-0 1-0-3 4-4-4 1975-1982 (8)
20 Jim Courier Drapeau : États-Unis États-Unis 2-0-1 2-1-1 0-1-0 0-1-2 4-3-4 1991-1995 (5)
21 Frank Parker Drapeau : États-Unis États-Unis 0-0-0 2-0-0 0-0-1 2-2-3 4-2-4 1936-1949 (14)
22 Lew Hoad Drapeau : Australie Australie 1-1-1 1-0-0 2-0-0 0-1-2 4-2-3 1953-1957 (5)
23 Ashley Cooper Drapeau : Australie Australie 2-0-0 0-0-3 1-1-0 1-1-0 4-2-3 1956-1958 (3)
24 Manuel Santana Drapeau : Espagne Espagne 0-0-0 2-0-2 1-0-1 1-0-1 4-0-4 1961-1966 (6)
25 Gustavo Kuerten Drapeau : Brésil Brésil 0-0-0 3-0-0 0-0-0 0-0-0 3-0-0 1997-2001 (5)

Femmes[modifier | modifier le code]

Rang Nom Pays Open d'Australie

V-F-DF

Roland-Garros

V-F-DF

Wimbledon

V-F-DF

US Open

V-F-DF

Total

V-F-DF

Durée

(années)

1 Margaret Smith Court Drapeau : Australie Australie 11-1-0 5-1-1 3-2-4 5-1-2 24-5-7 1960-1975 (16)
2 Steffi Graf Drapeau : Allemagne Allemagne 4-1-0 6-3-2 7-2-1 5-3-3 22-9-6 1985-1999 (15)
3 Chris Evert Drapeau : États-Unis États-Unis 2-4-0 7-2-3 3-7-7 6-3-8 18-16-18 1971-1988 (17)
= Martina Navrátilová Drapeau : Tchécoslovaquie Drapeau : États-Unis États-Unis 3-3-3 2-4-0 9-3-5 4-4-4 18-14-12 1975-1994 (20)
5 Serena Williams Drapeau : États-Unis États-Unis 5-0-0 2-0-1 5-2-1 5-2-1 17-4-3 1999-2013 (15)
6 Billie Jean King Drapeau : États-Unis États-Unis 1-1-1 1-0-1 6-3-5 4-2-1 12-6-8 1963-1983 (21)
7 Monica Seles Drapeau : République fédérative socialiste de YougoslavieDrapeau : États-Unis États-Unis 4-0-2 3-1-3 0-1-0 2-2-0 9-4-5 1989-2002 (14)
= Maureen Connolly Drapeau : États-Unis États-Unis 1-0-0 2-0-0 3-0-0 3-0-0 9-0-0 1951-1954 (4)
9 Evonne Goolagong Cawley Drapeau : Australie Australie 4-3-0 1-1-1 2-3-3 0-4-0 7-11-4 1971-1980 (10)
= Venus Williams Drapeau : États-Unis États-Unis 0-1-1 0-1-0 5-3-0 2-2-4 7-7-5 1997-2010 (14)
= Maria Bueno Drapeau : Brésil Brésil 0-1-0 0-1-4 3-2-1 4-1-3 7-5-8 1958-1968 (11)
= Justine Henin Drapeau : Belgique Belgique 1-2-1 4-0-1 0-2-3 2-1-0 7-5-5 2001-2010 (10)
13 Doris Hart Drapeau : États-Unis États-Unis 1-1-0 2-3-1 1-3-3 2-4-4 6-11-8 1945-1955 (11)
= Louise Brough Clapp Drapeau : États-Unis États-Unis 1-0-0 0-0-3 4-3-3 1-5-5 6-8-11 1942-1957 (16)
= Margaret Osborne duPont Drapeau : États-Unis États-Unis NP 2-0-2 1-2-2 3-2-0 6-4-4 1944-1951 (8)
= Nancye Wynne Bolton Drapeau : Australie Australie 6-2-3 0-0-0 0-0-0 0-1-1 6-3-4 1936-1952 (17)
17 Martina Hingis Drapeau : Suisse Suisse 3-3-0 0-2-3 1-0-1 1-2-3 5-7-7 1996-2002 (7)
= Pauline Betz Drapeau : États-Unis États-Unis 0-0-0 0-1-0 1-0-0 4-2-0 5-3-0 1941-1946 (6)
= Althea Gibson Drapeau : États-Unis États-Unis 0-1-0 1-0-0 2-0-0 2-1-0 5-2-0 1956-1958 (3)
20 Arantxa Sánchez Vicario Drapeau : Espagne Espagne 0-2-3 3-3-4 0-2-1 1-1-2 4-8-10 1989-2000 (12)
= Maria Sharapova Drapeau : Russie Russie 1-2-3 1-1-2 1-1-2 1-0-2 4-4-9 2004-2013 (10)
= Kim Clijsters Drapeau : Belgique Belgique 1-1-5 0-2-1 0-0-2 3-1-0 4-4-8 2001-2012 (12)
= Shirley Fry Drapeau : États-Unis États-Unis 1-0-0 1-2-1 1-1-2 1-1-3 4-4-6 1948-1957 (10)
= Hana Mandlíková Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 2-0-1 1-0-4 0-2-1 1-2-0 4-4-6 1980-1987 (8)
25 Ann Haydon-Jones Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 0-0-1 2-3-2 1-1-6 0-2-3 3-6-12 1957-1969 (13)
= Lindsay Davenport Drapeau : États-Unis États-Unis 1-1-3 0-0-1 1-2-2 1-1-5 3-4-11 1997-2005 (9)
= Darlene Hard Drapeau : États-Unis États-Unis 0-0-0 1-0-0 0-2-2 2-2-3 3-4-5 1954-1963 (10)
= Angela Mortimer Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1-0-0 1-1-0 1-1-0 0-0-1 3-2-1 1955-1961 (7)
= Jennifer Capriati Drapeau : États-Unis États-Unis 2-0-1 1-0-3 0-0-2 0-0-4 3-0-10 1990-2004 (15)
= Virginia Wade Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1-0-0 0-0-0 1-0-3 1-0-3 3-0-6 1968-1978 (11)

Les tournois majeurs professionnels de tennis de l’ère pré-open[modifier | modifier le code]

Rang Nom Pays US Pro

V-F-DF

Roland-Garros Pro

V-F-DF

Wembley Pro

V-F-DF

Bristol Cup

V-F-DF

Total

V-F-DF

Durée

(années) V+F=DF

1 Ken Rosewall Drapeau : Australie Australie 3-1-3 8-0-2 6-3-3 0-0-0 17-4-8 1957-1971 (15)
2 Rod Laver Drapeau : Australie Australie 5-3-0 2-4-0 6-1-0 0-0-0 13-8-0 1963-1971 (9)
3 Pancho Gonzales Drapeau : États-Unis États-Unis 8-3-1 0-2-2 4-1-4 0-0-0 12-6-7 1950-1964 (15)
4 Karel Koželuh Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 3-4-2 1-0-0 0-0-0 6-0-0 10-4-2 1926-1943 (18)
5 Hans Nüsslein Drapeau : Allemagne Allemagne 1-1-0 2-1-0 2-3-1 0-0-0 5-5-1 1932-1939 (8)
= Ellsworth Vines Drapeau : États-Unis États-Unis 1-0-1 1-1-0 3-0-0 0-0-0 5-1-1 1934-1939 (6)
7 Donald Budge Drapeau : États-Unis États-Unis 2-4-3 1-0-0 1-0-4 0-0-0 4-4-7 1939-1954 (16)
= Vincent Richards Drapeau : États-Unis États-Unis 4-2-1 0-0-0 0-0-0 0-0-0 4-2-1 1927-1933 (7)
= Bill Tilden Drapeau : États-Unis États-Unis 2-0-4 2-1-3 0-3-0 0-0-0 4-4-7 1931-1945 (15)
10 Bobby Riggs Drapeau : États-Unis États-Unis 3-2-2 0-0-0 0-1-1 0-0-0 3-3-3 1942-1953 (12)
= Pancho Segura Drapeau : États-Unis États-Unis 3-4-4 0-0-1 0-4-6 0-0-0 3-8-11 1949-1962 (14)
12 Jack Kramer Drapeau : États-Unis États-Unis 1-0-1 0-0-0 1-1-1 0-0-0 2-1-1 1948-1957 (10)
= Fred Perry Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 2-2-0 0-0-0 0-0-0 0-0-0 2-2-0 1938-1941 (4)
= Frank Sedgman Drapeau : Australie Australie 0-2-0 0-1-4 2-1-2 0-0-0 2-4-6 1953-1964 (12)
= Tony Trabert Drapeau : États-Unis États-Unis 0-1-3 2-0-2 0-1-2 0-0-0 2-2-7 1956-1961 (6)
16 Malcolm Anderson Drapeau : Australie Australie 0-0-0 0-0-2 1-0-0 0-0-0 1-0-2 1959-1965 (7)
= Bruce Barnes Drapeau : États-Unis États-Unis 1-2-0 0-0-1 0-0-0 0-0-0 1-2-1 1933-1943 (11)
= Butch Buchholz Drapeau : États-Unis États-Unis 1-0-3 0-0-2 0-0-3 0-0-0 1-0-8 1962-1966 (5)
= Henri Cochet Drapeau : France France 0-0-0 1-2-0 0-0-1 0-0-0 1-2-1 1933-1937 (5)
= Alex Olmedo Drapeau : États-Unis États-Unis 1-0-1 0-0-0 0-0-2 0-0-0 1-0-3 1960-1963 (4)
= Martin Plaa Drapeau : France France 0-0-0 1-2-4 0-0-0 0-1-0 1-3-4 1931-1938 (8)
= Robert Ramillon Drapeau : France France 0-0-0 1-2-1 0-0-0 0-0-0 1-2-1 1931-1936 (8)
= Welby Van Horn Drapeau : États-Unis États-Unis 1-0-3 0-0-0 0-1-1 0-0-0 1-1-4 1943-1951 (9)
= Joe Whalen Drapeau : États-Unis États-Unis 1-0-1 0-0-0 0-0-0 0-0-0 1-0-1 1936-1937 (2)

V = Victoire, F = Finale perdue, DF= Défaite en demi-finale

Quelques records[modifier | modifier le code]

Les titres et les classements[modifier | modifier le code]

Records de titres et de victoires[modifier | modifier le code]

Martina Navrátilová, recordwoman du nombre de titres remportés, au tournoi de Prague en 2006.

Chez les hommes, Jimmy Connors détient le record absolu de tournois remportés en simple durant l'ère « Open » avec 105 titres entre 1972 et 1992[20]. L'exceptionnelle longévité de Jimmy Connors au plus haut niveau (jusqu'à 40 ans passés) explique ce record difficilement battable aujourd'hui. Avant l'ère « Open », Rod Laver est le recordman absolu de toute l'histoire du tennis avec au moins 185 titres (188 selon l'historien du tennis professionnel avant l'ère « Open », Robert Geist).

Chez les femmes, c'est Martina Navrátilová qui détient le record de tournois remportés en simple, enregistré par la WTA, avec 167 titres (contre 177 en double et 10 en double mixte). Elle devance sa rivale américaine Chris Evert qui a remporté 154 titres et l’Allemande Steffi Graf qui totalise 107 titres.

Connors et Navrátilová détiennent également les records du nombre de matchs remportés en simple avec respectivement 1 225 rencontres gagnées selon l'ATP et 1 442 rencontres gagnées selon la WTA.

Records en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Les records de titres obtenus dans les tournois du Grand Chelem est détenu par Roger Federer (17 titres) devant Pete Sampras (14 titres) chez les hommes et par Margaret Smith Court (24 titres) qui devance Steffi Graf (22 titres) chez les femmes.

Les records de titres successifs dans les tournois du Grand Chelem sont détenus par Donald Budge (6 titres amateurs de Wimbledon 1937 à Forest Hills 1938) chez les hommes et par Margaret Smith Court, Martina Navrátilová et Steffi Graf (6 titres respectivement de 1969 à 1971, en 1983-1984 et en 1995-1996) chez les femmes.

Les records de titres obtenus dans un même tournoi du Grand Chelem sont détenus depuis le début de l'ère Open par :

Les records de titres consécutifs obtenus dans un même tournoi du Grand Chelem sont détenus depuis le début de l'ère Open par :

Seuls cinq joueurs et joueuses ont réalisé le Grand Chelem : Donald Budge en 1938 et Rod Laver qui signa deux fois l'exploit en 1962 et 1969 chez les hommes et Maureen Connolly en 1953, Margaret Smith Court en 1970 et Steffi Graf en 1988 chez les femmes. L'Allemande y a ajouté, la même année, la médaille d'or olympique.

Chez les hommes, l'Américain André Agassi, le Suisse Roger Federer et l'Espagnol Rafael Nadal sont, en date de 2010, les seuls joueurs de l'histoire du tennis à avoir gagné les 4 tournois du Grand Chelem sur 4 surfaces différentes : Rebound Ace à l'Open d'Australie, terre battue à Roland Garros, gazon à Wimbledon et Decoturf à l'US Open.

Le record de temps séparant deux titres successifs en Grand Chelem par un même joueur (ou joueuse) est détenu par Rod Laver : 5 ans et 8 mois entre l'US amateur à Forest Hills 1962 et Wimbledon Open 1968, ceci s'explique par le fait que les professionnels étaient interdits de tournois du Grand Chelem avant 1968 : Rod Laver a disputé (et perdu) son premier match professionnel le 5 janvier 1963 contre Lew Hoad.

Records concernant la première place mondiale[modifier | modifier le code]

L'Allemande Steffi Graf est restée le plus grand nombre de semaines (non consécutives) en tête du classement mondial. Elle a en effet occupé la place de numéro 1 pendant 377 semaines. Le record masculin est détenu par le suisse Roger Federer avec 302 semaines non consécutives passées à la place de numéro 1 mondial[Quand ?]. Roger Federer est le joueur qui est resté numéro 1 le plus longtemps consécutivement avec 237 semaines.

Performances et records[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Records du tennis.

Gain de tournois[modifier | modifier le code]

Mark Edmondson est le joueur le plus mal classé à avoir remporté un tournoi du grand Chelem depuis le début de l'ère Open. Il était en effet classé 212e mondial lors de sa victoire à l'Open d'Australie en 1976[21]. Lleyton Hewitt est le joueur le moins bien classé à gagner un titre sur le circuit ATP au tournoi d'Adélaïde en 1998, alors qu'il était classé 550e mondial.

Chez les dames, la joueuse la moins bien classée à avoir gagné un tournoi sur le circuit féminin est Angelique Widjaja, qui était 579e quand elle a gagné le tournoi de Bali en 2001. Kim Clijsters a gagné l'US Open 2009 alors qu'elle bénéficiait d'une wild card. De plus elle n'était pas encore classée à la WTA.

Vitesse de service[modifier | modifier le code]

Le record est détenu par le Croate Ivo Karlović avec une balle frappée à 251 km/h, à l'occasion d'un double de la Coupe Davis le 5 mars 2011[22].

L'ATP ne ratifie pas les records établis dans les tournois Challengers, elle reconnait que le service de l'Australien Samuel Groth enregistré à 263 km/h lors d'un tournoi Challenger à Busan, en Corée du Sud a été mesuré avec un matériel homologué et que les autres données recueillies lors du tournoi se trouvaient dans une fourchette normale[23],[24].

L'ukrainien Sergueï Bubka Jr a servi une balle à 252 km/h mais la balle a été jugée faute[25].
Le jeune français Albano Olivetti a servi à 254 km/h mais ce service a été établi dans un tournoi Challenger à Ségovie non homologué[26].

Chez les femmes, c'est l'Australienne Samantha Stosur qui détient le record de vitesse au service, avec une balle frappée à 208 km/h lors de l'édition 2010 de Roland-Garros[réf. nécessaire]. Le précédent record était détenue par l'Américaine Venus Williams qui avait frappé la balle à 207,6 km/h lors du premier tour de l'US Open 2007 contre la Hongroise Kira Nagy[réf. nécessaire].

Nombre d'aces[modifier | modifier le code]

Le match opposant Nicolas Mahut et John Isner à Wimbledon en juin 2010 détient le record du plus grand nombre d'aces dans un match : 216, dont 113 aces pour Isner (qui détient donc le record du nombre d'ace, pour un joueur, dans un match) contre 103 pour son adversaire.

Match le plus long[modifier | modifier le code]

Nicolas Mahut a disputé, avec l'Américain John Isner, le match de tennis le plus long de l'ère Open (même avant l'introduction du tie-break). Lors du tournoi de Wimbledon 2010 leur rencontre a duré trois jours. Le 22 juin 2010, quatre sets ont été disputés, en 2 heures 48 minutes (6-4, 3-6, 6-7, 7-6). Le 23 juin, le cinquième set a duré toute la journée (7 h 06), avant d'être interrompu par l'arrivée de la nuit. Le score était alors de 59-59. Le 24 juin la fin du cinquième set a duré 1 heure 11 minutes et se termine par la victoire de l'Américain John Isner face a Nicolas Mahut avec un score de 68-70 pour l'Américain. Le score total est donc de 6-4, 3-6, 6-7, 7-6, 68-70 avec une durée totale de 11 heures et 5 minutes.

Le précédent record du nombre de jeux dans un cinquième set en grand chelem datait de l'Open d'Australie 2003, où lors du quart de finale entre Andy Roddick et le marocain Younès El Aynaoui le score a atteint 21-19 à l'avantage de l'américain.

Le précédent record de durée d'un match de tennis masculin était détenu par Fabrice Santoro et Arnaud Clément en 2004 6-4, 3-6, 7-6, 3-6 et 16-14, en 6 h 33 sur la terre battue de Roland-Garros (Paris), surface bien plus favorable à de longs échanges que le gazon anglais de Wimbledon.

Nombre de participations[modifier | modifier le code]

La Japonaise Ai Sugiyama détient le record du nombre de participations consécutives aux tournois Grand Chelem. Elle a en effet enchaîné 62 participations consécutives à raison de 4 par an depuis Wimbledon 1994, devançant le Sud-Africain Wayne Ferreira, avec 56 participations consécutives, et la Française Nathalie Dechy, qui a enchaîné 54 participations d'affilée.

Depuis l'Open d'Australie 2010, le Français Fabrice Santoro détient le record du nombre de participations non consécutives aux tournois du Grand Chelem (70). Il devance Martina Navrátilová, qui a participé à 67 tournois du Grand Chelem entre 1973 et 1994.

Victoires consécutives et autres[modifier | modifier le code]

Rafael Nadal est depuis mai 2007 le recordman des victoires consécutives sur une seule surface (terre battue) : 81, Roger Federer ayant mis un terme à cette série au Masters d'Hambourg (2/6, 6/2 et 6/0). La série de Nadal avait commencé au printemps 2005. Le précédent record était détenu par John McEnroe avec 75 victoires en indoor entre 1983 et 1985.

Le Serbe Novak Djokovic est le plus jeune joueur de l'ère Open à avoir atteint les demi-finales des quatre tournois du Grand Chelem.

Le Français Richard Gasquet est le plus jeune joueur de l'ère Open à avoir remporté un match dans un Masters Series (aujourd'hui Masters 1000), en 2002, à Monte-Carlo, alors qu'il était âgé d'exactement 5 780 jours, soit un peu moins de 16 ans, devançant ainsi de 29 jours son dauphin, Rafael Nadal.

La Belge Justine Henin a participé aux 4 finales des tournois du Grand Chelem en 2006. Elle ne remporta qu'un seul des quatre trophées, celui de Roland Garros. Elle abandonne tout d'abord à l'Open d'Australie pour problèmes gastriques et s'incline 6 mois plus tard à Wimbledon contre Amélie Mauresmo, ce qui offre à la Française ses deux seules victoires en Grand Chelem de sa carrière. Hénin perdra l'US Open face à Maria Sharapova qui, à 19 ans, remporte son deuxième tournoi du grand chelem à Flushing Meadows. Venus Williams a réussi un grand chelem inédit entre Roland Garros 2002 et l'Open d'Australie 2003 : celui des finales perdues, toutes contre sa sœur Serena.

Pour Roger Federer, voir Records personnels de Roger Federer.

Le tennis dans le monde[modifier | modifier le code]

Courts de tennis au Cambodge.

Le tennis est surtout pratiqué en Europe, en Amérique et en Océanie. Ceci a des conséquences au niveau professionnel, tant pour les joueurs que pour les tournois, majoritairement originaires de ces trois continents. S'il a longtemps été considéré comme un sport d'élite, le tennis est devenu plus populaire et bénéficie désormais d'une notoriété mondiale. En France, il est l'un des sports les plus médiatisés après le football.

Le tennis africain est essentiellement représenté par des joueurs issus de la minorité blanche d'Afrique du Sud (Wayne Ferreira, Amanda Coetzer, Marcos Ondruska…) ou du Zimbabwe (Byron Black, Cara Black, Kevin Ullyett…), ou des joueurs marocains (Younès El Aynaoui, Hicham Arazi, Karim Alami…). L'Afrique noire, victime notamment de sa pauvreté (manque d'infrastructures, poignée de privilégiés…), n'a que quelques représentants épisodiques dans le top 100 mondial (Yahiya Doumbia, Dally Randriantefy…). Le champion afro-américain Arthur Ashe avait voulu développer le tennis sur ce continent mais sa seule véritable réussite fut de découvrir au Cameroun le Français Yannick Noah.

On peut faire à peu près le même constat pour l'Asie. Seuls trois pays fournissent assez régulièrement des joueurs dans l'élite : le Japon (avec essentiellement des joueuses telles que Kimiko Date, Ai Sugiyama ou Shinobu Asagoe, ou encore un joueur comme Kei Nishikori), la Chine (avec également surtout des joueuses, dont Li Na, Yan Zi, Zheng Jie, Peng Shuai…) et l'Inde (Vijay Amritraj, Mahesh Bhupathi, Leander Paes, Sania Mirza…), ce dernier pays étant sans doute marqué par la colonisation anglaise (comme pour le cricket). Là aussi, on peut constater quelques réussites isolées, comme les Thaïlandais Paradorn Srichaphan et Tamarine Tanasugarn. À l'instar de Ashe pour l'Afrique, l'Américain d'origine asiatique Michael Chang a souvent œuvré pour la promotion de son sport sur le continent et il a sans doute réussi à influencer une jeune génération montante mais aussi l'implantation progressive de tournois professionnels (qu'il a souvent promu en y participant malgré leur faible retentissement international). Contrairement au tennis africain encore embryonnaire, le tennis asiatique est en plein essor depuis les années 2000, même si la présidente de la Fédération chinoise, Sun Jinfang, constatait encore en 2011 une domination « des joueurs venus d'Europe, d'Australie et d'Amérique »[27]. Un récent accord avec la Fédération australienne a permis de fournir une wild card par an à un joueur asiatique pour les Internationaux d'Australie à Melbourne, dans cette optique de développement du tennis en Asie. En Chine, le nombre de pratiquants est en forte hausse avec 14 millions au début des années 2010[27], même si le tennis reste considéré comme un sport d'élite[27], et la Fédération chinoise a lancé un programme de détection de talents en 2007[27]. Les joueuses chinoises jouent un grand rôle dans la montée en puissance de l'Asie au haut niveau, avec la paire Yan-Zheng, victorieuses en Grand Chelem en 2006 et médaillées olympiques à Pékin en 2008, et avec Li Na, vainqueur de Roland-Garros en 2011.

La mention d'une année indique la première victoire d'un représentant du pays concerné.

Meilleures performances par pays dans les titres majeurs en simple messieurs
Nation Open d'Australie Roland-Garros Tournoi de Wimbledon US Open de tennis Masters de tennis Jeux olympiques Coupe
Davis
Drapeau : États-Unis États-Unis 1908 1938 1920 1881 1970 1904 1902
Drapeau : République tchèque Tchéquie 1989 1970 1973 1985 1981 1988 1980
Drapeau : Espagne Espagne 2009 1961 1966 1965 1976 2008 2000
Drapeau : Suisse Suisse 2004 2009 2003 2004 2003 1992 Finaliste
Drapeau : Allemagne Allemagne 1991 1934 1985 1989 1988 Argent 1988
Drapeau : France France 1928 1892 1924 1926 Finaliste 1912 1927
Drapeau : Suède Suède 1983 1957 1976 1988 1979 Bronze 1975
Drapeau : Australie Australie 1905 1933 1907 1951 2001 - 1907
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1912 1891 1877 1903 - 1896 1903
Drapeau : Russie Russie 1999 1996 - 2000 2009 2000 2002
Drapeau : Serbie Serbie 2008 Finaliste 2011 2011 2008 Bronze 2010
Drapeau : Argentine Argentine 1978 1977 Finaliste 1977 1974 - Finaliste
Drapeau : Roumanie Roumanie - 1973 Finaliste 1972 1971 - Finaliste
Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud 1981 Finaliste - Finaliste - 1912 1974
Drapeau : Chili Chili Finaliste 1958 - - - 2004 Finaliste
Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 1906 - 1910 - - - -
Drapeau : Égypte Égypte - 1951 1954 - - - -
Drapeau : Italie Italie - 1959 - - - Bronze 1976
Drapeau : Brésil Brésil - 1997 - - 2000 - -
Drapeau : Croatie Croatie - Finaliste 2001 - - Bronze 2005
Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas - Finaliste 1996 Finaliste Finaliste - -
Drapeau : Mexique Mexique - - - 1963 - - Finaliste
Drapeau : Hongrie Hongrie - 1947 - - - Bronze -
Drapeau : Équateur Équateur - 1990 - - - - -
Drapeau : Autriche Autriche - 1995 - - - Bronze -
Drapeau : Danemark Danemark - - Finaliste - - - -
Drapeau : Chypre Chypre Finaliste - - - - - -
Drapeau : Paraguay Paraguay - Finaliste - - - - -
Drapeau : Grèce Grèce - - - - - Argent -
Drapeau : Japon Japon - - - - - Argent -
Drapeau : Inde Inde - - - - - Bronze -

Les représentations et la médiatisation du tennis[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Le film La plus belle victoire, sorti en 2004 relate la victoire du Britannique Peter Colt chez lui, à Wimbledon notamment grâce à une jeune joueuse, Lizzie Bradbury (Kirsten Dunst) qui lui redonne goût au tennis. Le tennis est également présent dans le film de Woody Allen, Match Point sorti en 2005 et où le héros est un jeune retraité du tennis de haut niveau devenu entraineur. Le tennis a aussi un rôle de figurant dans de nombreux autres films, comme L'Inconnu du Nord-Express, dont le personnage principal est un vainqueur de Wimbledon ou bien dans La Famille Tenenbaum de Wes Anderson ou Richie Tenenbaum joué par Luke Wilson est un grand joueur de tennis calqué sur Björn Borg, même tenue Fila et retraite à 26 ans. Enfin il est parfois tourné en dérision comme dans Les Vacances de monsieur Hulot. Dans Un éléphant ça trompe énormément avec Jean Rochefort, quatre amis partage la passion du tennis, notamment dans la scène ou ils tentent de jouer et de s'entendre sur un court construit en bout de piste d'aéroport.

Dans les livres[modifier | modifier le code]

De très nombreux livres sur le tennis paraissent chaque année. Ils sont principalement de deux sortes, dans un premier lieu des livres qui relatent la saison des professionnels, à parution annuelle donc avec l'exemple de la série de Jean Couvercelle et Guy Barbier L'Année du tennis et d'autre part les livres qui visent à une évolution technique du joueur, c’est-à-dire des livres qui visent à le faire progresser, par des exercices à pratiquer, ou simplement des conseils techniques de base: prises à adopter, préparation physique, mentale, etc. Un échantillon de ces livres est présenté dans la bibliographie.
Beaucoup de bio ou d'autobiographies sorte régulièrement comme Les dessous du tennis féminin de Nathalie Tauziat ou Sans filet de Boris Becker, les derniers en date sont ceux de Fabrice Santoro et Andre Agassi intitulés À deux mains et Open.
À l'inverse, les romans ayant lien avec le tennis ne sont pas légion. Philippe Delerm a néanmoins écrit un recueil d'histoires sur le sport et les sportifs La tranchée d'Arenberg et autres voluptés sportives avec des histoires sur Yannick Noah, Guy Forget ou Ivan Lendl mais aussi sur Le passing-shot du tennis.

Dans la bande dessinée[modifier | modifier le code]

Un manga, écrit par Takeshi Konomi, est sorti sous le nom du Prince du tennis (Tenisu no Ōjisama). Il narre les aventures de Ryōma Echizen, jeune prodige du tennis et fils lui-même d'un ancien joueur professionnel. Décliné en série de dessins animés, en dessin animé long métrage, film avec acteurs et aussi comédie musicale.

Dans les dessins animés[modifier | modifier le code]

Jeu, set et match, production japonaise de 1973 issue d'un manga paru sous le nom de Ace wo Nerae ! (en français « Vise l'Ace »).

Dingo joue au tennis est un court métrage d'animation américain de la série de Dingo, sorti le 26 août 1949 aux États-Unis, réalisé par les studios Disney[28],[29].

Dans la chanson[modifier | modifier le code]

Le chanteur Vincent Delerm a écrit et interprété une chanson appelée Les Jambes de Steffi Graf.

Le groupe Cream (Eric Clapton), a sorti en 1968 un single qui s'intitule Anyone for Tennis ? (« Quelqu'un pour un tennis ? »), issu de la bande-son du film Les Sept Sauvages.

Le premier titre de l'album Antidote (2008) du groupe de Rock, Foals se nomme The French Open. Paroles : « un peu d’air sur la terre - a wasted game - broken rackets - gadgets - we waste away ».

Dans le court métrage Smash de 2010 pour le titre Hello (Martin Solveig & Dragonette), Martin Solveig et Bob Sinclar parodie Björn Borg et Andre Agassi dans l'enceinte de Roland Garros, Novak Djokovic et Gaël Monfils y font une apparition ainsi que la voix de Nelson Monfort.

À la télévision[modifier | modifier le code]

Le tennis n'est pas le sport le plus médiatisé au monde. Avant les années 1970 il n'apparaît essentiellement que lors de courts extraits d'actualité où on semble surtout s'amuser à montrer des spectateurs qui remuent la tête de droite à gauche pour suivre les échanges. Il est notamment devancé par le football qui est aussi le sport le plus populaire et le plus pratiqué au monde. Le tennis a été médiatisé dès les années 1920 par le biais de la radio. Ce n'est que plus tard que le tennis a été introduit à la télévision, notamment par la chaîne britannique BBC. En France, la première chaîne à diffuser du tennis fut TF1, qui céda ensuite en 1988 les droits au groupe France Télévisions, actuel diffuseur des Internationaux de France de tennis[30].

Tennis, médecine et dopage[modifier | modifier le code]

Dopage[modifier | modifier le code]

Bien que seuls des cas ponctuels aient été repérés et sanctionnés ces dernières années, le tennis est touché par le dopage depuis au moins les années 1950.

Le premier cas connu de dopage dans le tennis concerne l'Espagnol Andrés Gimeno, vainqueur du Britannique Michael Davies lors d’une rencontre de Coupe Davis en 1959 et qui a reconnu avoir reçu pendant deux mois des injections à fortes doses de testostérone. Les premiers contrôles anti-dopage ont été effectués à la fin des années 1980 et ont permis de confondre au début des années 1990 le Suédois Mats Wilander et le Tchèque Karel Nováček contrôlés positifs à la cocaïne[31], ainsi que l’Espagnol Ignacio Truyol positif aux stéroïdes.

Depuis la fin des années 1990, le renforcement des contrôles a permis de confondre plusieurs joueurs au plus haut niveau. Un cas concernant un joueur de premier plan a concerné le Tchèque Petr Korda, ancien numéro 2 mondial. En 1998, il est contrôlé positif à la nandrolone[32]

Dans son autobiographie Open, Andre Agassi a révélé avoir été contrôlé positif à la méthamphétamine peu de temps avant son retour au premier plan en 1997. L'ATP n'a pas dévoilé l'affaire et a accepté les explications du joueur (Agassi aurait bu accidentellement un soda dans lequel un assistant, qu'il présente comme consommateur régulier de drogue, avait mélangé cette amphétamine[33]) afin de ne pas porter atteinte à l'image du tennis[34].

L'Argentin Mariano Puerta a été contrôlé positif en 2003 au clenbuterol et condamné à 9 mois de suspension. Finaliste à Roland Garros en 2005, il fut à nouveau contrôlé positif, cette fois-ci à un anabolisant. Puerta a alors été condamné à une suspension de huit ans (qui signifiait la fin de sa carrière), réduite à deux ans en appel. Le rôle de cette suspension record était de dissuader les joueurs de consommer des substances illicites. Cependant, d'autres cas ont été signalés depuis. Ainsi, la jeune bulgare Sesil Karatantcheva a été contrôlée positive à la nandrolone en 2005, alors qu'elle n'avait que seize ans[35]. Le compatriote de Puerta, Guillermo Cañas a lui été condamné à une suspension de deux ans en 2005, pour usage de produits dopants. Une suspension revue finalement à la baisse (15 mois), le caractère involontaire de l'absorption ayant été établi[36].

Affections médicales[modifier | modifier le code]

Le tennis est réputé comme étant une discipline exigeante pour le corps, et particulièrement pour le dos, car il nécessite l'intervention de nombreux muscles, notamment au service. Parmi les blessures les plus fréquentes chez les joueurs, on peut citer l'épicondylite aiguë, plus connue sous le nom anglais de tennis elbow. Il s'agit d'une inflammation (tendinite) du coude due notamment aux vibrations de la raquette lors de la frappe de la balle. Elle a été amplifiée par leur grande dimension. Les fabricants mettent en avant leur nouvelle conception et les matériaux composites censés réduire ces nuisances.

Mais le tennis elbow n'est pas la seule blessure fréquente au tennis, de nombreux joueurs se font des entorses à la cheville, ou encore des tendinites. La plupart de ces blessures peuvent être évitées grâce à un échauffement de qualité associé à des étirements sérieux en fin de partie ainsi qu'à une bonne hydratation.

Il est aussi à noter pour les sportifs que cette inflammation est aussi présente chez de nombreux gardiens de handball.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Brochure Tennis Europe
  2. a et b (fr) Ministère des Affaires étrangères - Sport et littérature
  3. a et b (en) History of the tennis
  4. « La Fabuleuse Histoire du tennis », édition 1976, page 53, par Christian Quidet
  5. s.d. Terret Thierry, Histoire des sports, Paris, L'Harmattan, 1996, p. 101-133 : « La diffusion du tennis en France » par Waser Anne-Marie
  6. (fr) Encyclopédie Universalis en ligne
  7. Philippe Brossard, « Halte au tennis triste », radioscopie des clubs en proie à la désertification ou l'histoire de l'opération 5000 courts, in Tennis de France, juin 1993.
  8. a et b Jean-Michel Mehl, Les Jeux au royaume de France du XIIIe au début du XVIe siècle, Fayard, Paris, 1993, p. 47.
  9. Érasme, Colloques, 1522, p. 166.
  10. Encyclopédie, t. XII, Neuchâtel, 1765, p. 201.
  11. L'expression anglophone « love » appliquée au tennis viendrait du français « l'œuf » qui, de par sa forme en forme de « 0 », signifie zéro point
  12. À l'origine, les points étaient indiqués sur deux cadrans horaires : le quart d'heure pour « quinze », la demi-heure pour « trente » et peu avant les trois quart d'heure pour « quarante » ; les trois quarts d'heure indiquant l'« avantage » ; le gain du set replaçait l'aiguille au zéro
  13. (fr) Caractéristiques techniques des balles de tennis
  14. Ca m'intéresse, septembre 2012, p. 50
  15. « ITF règles du tennis » (consulté le 28 novembre 2012)
  16. (fr) La préhistoire de Roland-Garros - Eurosport, 12 mai 2008
  17. http://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/Groth-flashe-a-263-km-h/283347
  18. (en) Site officiel de la WTA - Janković devient la 18e numéro 1
  19. (fr) Henin jouera bien à Brisbane.
  20. selon le site Web de l'ATP ; 109 titres selon l'ATP Players' Guide ; 149 titres en comptant tous ceux ignorés par l'ATP
  21. Site sur les statistiques du tennis
  22. « Karlovic flashé à 251 km/h », sur eurosport.fr,‎ 7 mars 2011 (consulté le 4 décembre 2011)
  23. http://www.leparisien.fr/sports/tennis-un-australien-inconnu-flashe-a-263-km-h-12-05-2012-1997110.php
  24. (en) Groth-Fast-Serve, ATPworldtour.com
  25. serguei-bubka-junior-decolle-enfin-sur-un-court-de-tennis, LE FIGARO
  26. Olivetti au service de son destin, Eurosport.fr, 24 février 2012.
  27. a, b, c et d Éric Vienne, « Reine à Paris, impératrice à Shanghai », L'Équipe,‎ 6 juin 2011, p. 7
  28. (en) Tennis Racquet (1949) sur l’Internet Movie Database
  29. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 545
  30. (fr) Tennis - Roland-Garros : 1983, année charnière - Eurosport, 20 mai 2008
  31. (en) « ITF faces legal challenge after allegations of cocaine use », The Independent,‎ 29 janvier 1996
  32. (fr) « Korda, mouton noir d'un sport trop blanc. Contrôlé positif à Wimbledon, il a dégringolé à la 111e place mondiale. », Libération,‎ 26 mai 1999
  33. « Comment André Agassi dopé a dupé l’ATP », sur liberation.fr,‎ 29 octobre 2009
  34. (fr) Les révélations d'Agassi
  35. (en) « Karatantcheva ban appeal rejected », BBC Sport,‎ 3 juillet 2006
  36. (fr) « La suspension de Canas confirmée », L'Équipe,‎ 24 mai 2007
  37. A l'emplacement de l'actuel bâtiment de la Commission Européenne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Bonhomme, De la paume au tennis, Paris, Gallimard, 1991 (ISBN 2-0705-3134-1)
  • Christian Quidet, La Fabuleuse Histoire du tennis, Paris, Nathan, 1989 (ISBN 2-0928-6438-6)
  • Patrice et Petra Faillot, Tout savoir sur le tennis, Rennes, Ouest-France, 2004 (ISBN 2-7373-3443-8)
  • René Alladaye, Le Tennis : Technique - Compétition - Pratique - Règles, Paris, éditions Milan, 2001 (ISBN 2-7459-0290-3)
  • Diane-Elizabeth Poirier, Mode tennis, Paris, Assouline, 2003 (ISBN 2-8432-3433-6)
  • Nathalie Tauziat, Les Dessous du tennis féminin, Paris, Plon, 2000 (ISBN 2-2903-1219-3)
  • Anne-Marie Waser, Sociologie du tennis : Genèse d'une crise, 1960-1990, Paris, L'Harmattan, 2000 (ISBN 2-7384-3228-X)
  • Charles Applewhaite, Bien jouer au tennis, Paris, Hachette, 2003 (ISBN 2-0123-6749-6)
  • Jean et Barbier Guy Couvercelle, L'Année du tennis, Paris, Calmann-Lévy, publication annuelle depuis 1990
  • Jean-Claude Frery, Le Jeu de tennis, Paris, Chiron, 1997 (ISBN 2-7020-5816-2)
  • Catherine Tanvier, Déclassée - De Roland-Garros au RMI, éditions du Panama, 2007 (ISBN 978-2-7557-0234-7)
  • Philippe Brossard, Prof ou Champion de Tennis, Paris, éditions Edicis, 1991 (ISBN 2-9505-7220-0)
  • Philippe Brossard, Halte au tennis triste, radioscopie des clubs en proie à la désertification ou l'histoire de l'opération 5 000 courts, in Tennis de France, juin 1993.
  • Lionel Shriver, "Double faute", Paris, Belfond, 2010 (roman).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres sports de raquette :

Liens externes[modifier | modifier le code]