Jacques Marescaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques Marescaux

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jacques Marescaux, juin 2014.

Naissance 4 août 1948 (66 ans)
Clermont-Ferrand (France)
Nationalité Drapeau : France Française
Champs Médecine, Chirurgie
Institutions IRCAD
Hôpitaux universitaires de Strasbourg
Université de Strasbourg
IHU de Strasbourg
Diplôme Université de Strasbourg
Renommé pour Opération Lindbergh


Jacques Marescaux, né le 4 août 1948 à Clermont-Ferrand , est un médecin et chirurgien hospitalier français. Membre de l'Académie nationale de chirurgie et de l'Académie nationale de médecine[1], il a été chef du département de chirurgie digestive et endocrinienne des Hôpitaux universitaires de Strasbourg. Il est le fondateur de Institut de recherche contre les cancers de l'appareil digestif (Ircad), centre de référence de renommée mondiale en matière de chirurgie mini-invasive et de l'European Institute of TeleSurgery, pour la formation des chirurgiens à ces techniques. C'est pour « l'accomplissement de son œuvre chirurgicale » que lui a été décerné la plus prestigieuse récompense [2] de la Société américaine de chirurgie et d'endoscopie gastro-intestinales (en), à Washington, en 2010[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Marescaux[4] est le fils de Jean Marescaux (professeur d'histologie à la faculté de médecine de Strasbourg) et le petits-fils du François Albert Marescaux (1877-1980), général de division. Il est reçu major au concours d'internat en 1971. Docteur en chirurgie en 1977, il obtient en 1980 une chaire de professeur des Universités en chirurgie digestive (PU-PH).

En mars 2005, il participe, avec plusieurs collègues strasbourgeois (Pierre Chambon, Jean-Marie Lehn, Pascal Neuville, Charles Woler) au projet de pôle de compétitivité "Innovation Thérapeutique" dans le cadre d'Alsace BioValley.

Le 2 avril 2007, il est également le premier chirurgien au monde à opérer une personne sans laisser de cicatrice, en ôtant la vésicule biliaire d'une patiente âgée de 30 ans sans faire d'incision de la peau, en intervenant par voie vaginale[6]: cholécystectomie trans-vaginale.

Une commission présidée par le professeur Marescaux (commission Marescaux) a été mise en place en janvier 2009 par le président de la République Nicolas Sarkozy pour statuer sur l'avenir des CHU. Elle rend son rapport en mai 2009[7].

Titres[modifier | modifier le code]

Il est membre de plusieurs institutions :

  • Depuis 1986 : membre du conseil scientifique de l'Association française de chirurgie.
  • Depuis 1990 : membre fondateur de l'Association française de chirurgie hépato-biliaire et de transplantation hépatique.
  • Depuis 1997 : membre de la Société européenne de télémédecine.
  • Depuis 1998 : correspondant de l'Académie de médecine
  • Depuis 2003 : membre de l'International Colorectal Cancer Club (ICRCC)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

En collaboration
  • (en) avec Sajeesh Kumar: Telesurgery, Springer (Berlin, New York), 2008.
  • (en) Jacopo D'Agostino, Michele Diana, Michel Vix, Luc Soler et Jacques Marescaux, « Three-Dimensional Virtual Neck Exploration before Parathyroidectomy », The New England Journal of Medicine,‎ 13 septembre 2012 (lire en ligne)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Marescaux dans le site de l'Académie nationale de médecine
  2. "Le professeur Marescaux honoré dans Le Figaro du 16/04/2010.
  3. Cette récompense n'a été remise qu'à quatre chirurgiens (tous américains) en trente ans[1]
  4. Biographie de Jacques F. Marescaux Texte intégral sur le site de l'ircad
  5. Jacques Marescaux dans le site de l'Académie des technologies.
  6. "Opération Anubis", première intervention chirurgicale sns cicatrice. (dossier de presse, 26 avril 2007)
  7. Rapport de la Commission sur l'avenir des Centres Hospitaliers Universitaires dans le site de La documentation française.
  8. Décret du 6 avril 2012.
  9. Décret du 30 janvier 2008 dans le site Légifrance.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]