Angleterre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir England.
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'Angleterre dans son ensemble et sa forme politique actuelle. Pour l'ancienne forme de la monarchie anglaise, voir Royaume d'Angleterre.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec le Royaume-Uni ni la Grande-Bretagne.
Angleterre
England (en)
Drapeau
Drapeau
Image illustrative de l'article Angleterre
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Statut politique Nation constitutive
Capitale Londres
51° 30′ N 0° 10′ O / 51.5, -0.17 ()
Démographie
Gentilé Anglais(e)
Population 53 012 456 hab. (2011)
Densité 407 hab./km2
Langue(s) Anglais[1]
Géographie
Coordonnées 51° 30′ N 0° 07′ O / 51.5, -0.11666666666667 ()51° 30′ Nord 0° 07′ Ouest / 51.5, -0.11666666666667 ()  
Superficie 130 395 km2
Divers
Monnaie Livre sterling
Fuseau horaire UTC +0 (+1 l'été)
Domaine internet .uk
Indicatif téléphonique +44
Hymne God Save the Queen

L’Angleterre, en anglais England, est l'une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni. Elle est bordée par l'Écosse au nord et par le Pays de Galles à l'ouest, et son littoral est bordé par la mer d'Irlande au nord-ouest, la mer Celtique au sud-ouest, ainsi que par la Manche qui la sépare de l'Europe continentale. Son territoire est situé dans la partie centre et sud de la Grande-Bretagne, mais il comprend également une centaine de petites iles.

Le territoire anglais a commencé à être peuplé durant le Paléolithique supérieur et tire son nom des Angles, l'une des tribus germaniques qui s'installèrent aux Ve et VIe siècles. L'Angleterre est devenue un État unifié au cours du Xe siècle avec la création du Royaume d'Angleterre en 927. Le Royaume - qui après 1284 inclut le pays de Galles - fut un État souverain jusqu'au 1er mai 1707, date à laquelle l'Acte d'Union l'unifia au Royaume d'Écosse pour créer le Royaume de Grande-Bretagne[2]. En 1801, la Grande-Bretagne fut unifiée avec le Royaume d'Irlande par un autre Acte d'Union pour former le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande. En 1922, l'Irlande du Sud devient indépendante du Royaume-Uni, le pays fut ainsi renommé Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord.

Depuis l'Âge des découvertes, qui commença au XVe siècle, l'Angleterre eu un impact culturel conséquent sur le reste du monde. C'est là que s'est développée la langue anglaise, l'anglicanisme, le droit anglais - qui est la base de la common law, un droit basé principalement sur la jurisprudence, qui sert aujourd'hui de système juridique dans un grand nombre de pays - ainsi que le système de Westminster, un système parlementaire qui fut adopté par un nombre conséquent de gouvernements dans le reste du monde. C'est également la première démocratie parlementaire au monde[3]. L'Angleterre est le berceau de la Révolution industrielle qui démarra au XVIIIe siècle, faisant d'elle la première nation industrialisée au monde.

L'Angleterre est de loin la nation la plus peuplée du Royaume-Uni, avec 53 millions d'habitants en 2011, ce qui représente 84 % de la population britannique[4], et est la plus grande avec une superficie de 131 760 km2, soit environ les deux tiers de la Grande-Bretagne. Sa première capitale fut Winchester, qui fut remplacée par Londres au XIIe siècle. Aujourd'hui Londres est la première aire urbaine du Royaume-Uni et, selon les critères retenus, de l'Union européenne[5]. Le nom d'Angleterre continue d'être fréquemment employé (par abus de langage) pour désigner le Royaume-Uni dans son ensemble.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de l'Angleterre.

Paysages et environnement[modifier | modifier le code]

Deux tiers de la Grande-Bretagne, au sud et au centre, constituent l’Angleterre, ainsi que quelques îles au large comme l’île de Wight ou les îles Scilly. La nation constitutive est frontalière de deux autres nations du Royaume-Uni – l’Écosse au nord et le Pays de Galles à l’ouest, et est plus proche du continent européen que toute autre île britannique. L’Angleterre est séparée de la France par un corridor maritime de 34 kilomètres[6], même si le tunnel sous la Manche les relie près de Folkestone[7]. L’Angleterre possède aussi des littoraux sur la mer d’Irlande, la Mer du Nord et l’Océan Atlantique.

Les ports de Londres, de Liverpool et de Newcastle se trouvent respectivement à l’embouchure de la Tamise, de la Mersey et de la Tyne. La Severn est la plus longue rivière d’Angleterre, sur 354 kilomètres[8]. Elle se jette dans le canal de Bristol et est célèbre pour ses lames de fond de plus de 2 mètres de hauteur (dans le mascaret de Severn)[9]. Cependant, la plus longue rivière entièrement en Angleterre est la Tamise, longue de 346 kilomètres. Il y a de nombreux lacs, le plus grand étant Windermere dans le bien nommé Lake District[10].

Les Pennines, dites la « colonne vertébrale de l’Angleterre », est la plus ancienne chaîne montagneuse de la région, apparue à la fin de l’ère paléozoïque il y a environ 300 millions d’années[11]. Elle se compose principalement de grès, de calcaire et de charbon. Il y a des paysages karstiques dans des régions riches en calcite, comme le Yorkshire ou le Derbyshire par exemple. Les Pennines sont couvertes de landes en altitude, dentelées de vallées fertiles grâces aux rivières. Elles contiennent trois parcs nationaux, les Yorkshire Dales, le Northumberland et le Peak District. Le point culminant de l’Angleterre, à 978 mètres, est le Scafell Pike, dans le comté de Cumbrie[10]. À cheval sur la frontière entre l’Angleterre et l’Écosse se trouvent les monts Cheviot.

Les terres basses de l’Angleterre se trouvent au sud des Pennines, sur de nombreuses collines vertes, dont les Cotswolds, les Chilterns, les North Downs et les South Downs – quand elles rencontrent la mer, elles dévoilent des roches blanches comme les falaises blanches de Douvres. La péninsule du sud-ouest, dans le West Country, se compose de hautes landes, telles le Dartmoor et l’Exmoor, tous les deux parcs nationaux, et profite d’un climat océanique[12].

La faune et flore sont dégradées depuis l'après-guerre, plus de 80 % des haies, prés et marécages qui s'y trouvaient ont disparu[réf. nécessaire].

Géologie, topographie et hydrographie[modifier | modifier le code]

Par des cartes des profondeurs de la Manche dressées par des sonars ultraperfectionnés, une gigantesque vallée au fond de la mer a pu être reconstituée en 3D, présentant les caractéristiques de l'érosion due à l'écoulement du fluide. Le cataclysme se serait produit il y a 400 000 ans à la suite de la rupture d'un barrage naturel existant entre Douvres et Calais. Le lac glaciaire en amont se serait écoulé à un débit supérieur à 1 million de mètres cubes par seconde dans cette vallée séparant l'île du continent. Une seconde inondation se serait reproduite il y a 160 000 ans.

En 2007, Sanjeev Gupta de l'Imperial College de Londres a conforté la théorie des années 1980 prédisant une séparation de l'île britannique à la suite d'inondations.[réf. nécessaire]

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de l'Angleterre.

L’Angleterre a un climat océanique tempéré. Il y fait doux avec des températures comprises entre 0 °C et 32 °C en moyenne en été[13]. Le temps est fréquemment pluvieux et changeant. Les mois les plus froids sont janvier et février, ce dernier en particulier sur le littoral anglais, tandis que le mois de juillet est généralement le plus chaud. Les mois avec un temps variable sont mai, juin, septembre et octobre[13]. Les précipitations sont réparties presque uniformément tout au long de l’année.

Plusieurs facteurs ont une influence importante sur le climat de l’Angleterre : la proximité de l’Océan Atlantique, la latitude au nord et le réchauffement des courants marins par le Gulf Stream[13]. C'est une des régions européennes qui connaît le plus grand nombre de dépressions météorologiques. Les précipitations sont plus fortes à l’ouest, et certaines régions du Lake District reçoivent plus de pluie que partout ailleurs dans le reste de l'Angleterre[13]. Le climat est plus humide à l'Est et au Nord, et plus continental au Sud-Est. Les chutes de pluie à Londres restent inférieures à 604 mm pour l'année entière.

Les archives des températures montrent que le record de la plus haute température est de 38,5 °C le 10 août 2003 à Brogdale dans le Kent[14], et la plus basse est de -26,1 °C le 10 janvier 1982 à Edgmond, dans le Shropshire[15].

Répartition spatiale des hommes[modifier | modifier le code]

Ville Aire urbaine Commune
Londres 14 029 887 7 512 400
Birmingham 3 839 781 1 006 500
Leeds - 750 700
Sheffield 640 720 525 800
Manchester 2 240 230 502 900
Liverpool 816 216 465 700
Bristol 1 000 031 420 525
Newcastle - 273 600
Portsmouth 442 252 197 700

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'Angleterre.
Stonehenge au soleil couchant
Stonehenge, un monument néolithique.

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Les os humains découverts en Angleterre les plus anciens ont plus de 700 000 ans. Cette découverte de restes d’Homo erectus a eu lieu dans les Norfolk et Suffolk actuels[16]. Les Homo sapiens sont arrivés dans cette région pour la première fois il y a environ 35 000 ans, mais à cause des conditions difficiles de la dernière période glaciaire (connue dans cette région sous le nom de glaciation Devensian)[17], ils fuient pour aller dans les montagnes du Sud de l’Europe. Seuls les grands mammifères comme les mammouths, les bisons et les rhinocéros laineux restèrent[18]. Il y a environ 11 000 ans, quand les couches de glace commencent à reculer, les humains repeuplent la zone, et des recherches génétiques ont montré qu’ils viennent du Nord de la péninsule Ibérique. Le niveau de la mer était plus bas qu’aujourd’hui, et l’Angleterre était reliée par la terre à l’Irlande et à l’Eurasie. L’élévation des eaux il y a 9 000 ans sépare à nouveau les îles Britanniques, et un demi-siècle plus tard, c’est au tour de l’Eurasie[19].

La culture campaniforme arrive autour de 2 500 av. J.-C., peu avant l’introduction de la fabrication d’objets faits d’argile et de cuivre[20]. C’est pendant cette période que des monuments néolithiques, comme Stonehenge ou Avebury sont construits. En fondant ensemble de l’étain et du cuivre, tous les deux présents en abondance dans la région, les humains fabriquent du bronze, et plus tard du fer grâce au minerai de fer existant. Ils sont capables de tisser de la laine de mouton pour s’en faire des habits. Selon John T. Koch et d’autres historiens, l’Angleterre, à la fin de l’Âge du bronze, faisait partie d’un réseau commercial maritime, appelé l’Âge du bronze atlantique, qui inclut toute la Grande-Bretagne, ainsi que l’Irlande, la France, l’Espagne et le Portugal. Dans ces régions, les langues celtiques se développent: le tartessien est la plus lointaine langue celtique écrite découverte[21].

Pendant l’âge du fer, la culture celte, dérivant du Hallstatt et de La Tène, se propage jusqu’en Europe centrale. Le développement des fonderies de fer permet la construction de meilleures charrues, améliorant l’agriculture, et l’efficacité des armes. Les langues brittoniques sont parlées à l’époque. La société est tribale : la Géographie de Ptolémée recense environ vingt tribus dans la région, cependant les structures plus anciennes ne sont pas connues car les Bretons ne savaient ni lire ni écrire. Comme d‘autres régions des marges de l’Empire romain, de nombreux liens sont tissés avec les Romains. Jules César, de la République romaine, tente d’envahir deux fois la région en 55 av. J.-C.: bien que les invasions soient des échecs, il essaya de créer un royaume-client avec le chef des Trinovantes.

La province romaine de Bretagne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bretagne (province romaine).
Painting of woman, with outstretched arm, in white dress with red cloak and helmet, with other human figures to her right and below her to the left.
Boadicée mène une révolte contre l'Empire romain.

L'Empire romain conquiert l’Angleterre en 43 après J.-C., pendant le règne de l’empereur Claude, et la région est annexée à l’Empire romain, sous le nom de Bretagne[22]. Les plus connus des peuples qui ont tenté de résister à l’invasion sont les Catuvellauni, menés par Caratacus. Plus tard, une révolte menée par Boadicée, reine des Iceni, est écrasée à la bataille de Watling Street[23]. Cette nouvelle ère a vu l’existence d’une culture gréco-romaine, avec l’introduction de la loi et de l’ordre, l’architecture romaine, l’hygiène personnelle, des systèmes de cultures, l’éducation, et la soie[24],[25],[26]. La Britannia désignait la province romaine qui couvrait l’Angleterre, le pays de Galles et le sud de l’Écosse du Ier siècle au début du Ve siècle. Au IIIe siècle, l’empereur Septime Sévère meurt à York, où Constantin est proclamé empereur par la suite[27]. Le christianisme est pour la première fois introduit au début du IIIe siècle bien que cette origine soit contestée : on parle d’une introduction par l’intermédiaire soit de Joseph d'Arimathie, soit de saint Lucius[28]. Vers 410, les Romains se retirent de l’île à mesure de leur perte de puissance, pour défendre leurs frontières en Europe continentale[29].

Les Anglo-Saxons[modifier | modifier le code]

À la suite de la retraite romaine, l’Angleterre est laissée à l’abandon, et la région devient propice à des attaques de peuples marins païens, tels les Saxons et les Jutes qui prennent le contrôle de territoires dans le Sud-Est. Leurs avancées sont contenues pendant un temps après la victoire des Bretons insulaires à la bataille du Mont Badon. Les royaumes britanniques post-romains dans le Nord, plus tard réunis sous la dénomination galloise de Hen Ogledd (« vieux Nord »), ont peu à peu été conquis par les Angles au cours du VIe siècle. Les Irlandais effectuaient des raids sur la côte ouest de la Bretagne[réf. nécessaire]. Les Irlandais finissent par fonder de véritables principautés sur les côtes galloises et écossaises[réf. nécessaire]. Si les premières sont finalement écrasées, les secondes ont donné naissance à l'Écosse par la fusion du Dal Riada avec les royaumes britanniques du Nord[réf. nécessaire].

Durant cette période sur laquelle les sources fiables font défaut (c'est l'Âge sombre ou Dark Ages de l'historiographie anglaise), des populations bretonnes peu romanisées établirent de nombreux royaumes bretons dans l'île de Bretagne, notamment dans le pays de Galles et d'autres migrèrent en Irlande[réf. nécessaire]. De même, là se trouve probablement la cause première d'une émigration en masse de Bretons vers la péninsule armoricaine, celle-ci prenant alors le nom de Bretagne. Il existe plusieurs théories qui s’opposent sur l’étendue et l’histoire de l’installation des Anglo-Saxons en Angleterre. Cerdic de Wessex a peut-être été un Breton insulaire. Cependant, au VIIe siècle, un patchwork de royaumes anglo-saxons émerge au sud et au centre de l’Angleterre, les principaux étant la Northumbrie, la Mercie et le Wessex.

Naissance de l'Angleterre[modifier | modifier le code]

Northumbrie et Mercie sont alors les forces dominantes. Toutefois, après les conquêtes vikings au nord et à l’est, et l’imposition du Danelaw, c'est-à-dire la loi des Vikings, Wessex devient le premier royaume anglais sous Alfred le Grand. L'unification est le fait d'Édouard l'Ancien, roi de Wessex, assisté de sa sœur Ethelfleda, reine de Mercie dans les années 902-920: l'Est-Anglie est conquise en 917, le royaume d'York en 918 mais à nouveau perdu en 919, la Northumbrie en 918. Et en 919 la Mercie est annexée au Wessex. Athelstan d'Angleterre continue de cimenter l'unification en 927, et celle-ci devient complète après la victoire d’Edred d'Angleterre contre Éric Ier de Norvège. Knut II de Danemark a brièvement incorporé l’Angleterre dans un empire qui réunissait aussi le Danemark et la Norvège. Plus tard, Édouard le Confesseur restaure la dynastie des Wessex. Le christianisme est à nouveau introduit, après avoir été perdu pendant l’Heptarchie, au sud par Augustin de Cantorbéry, et au nord par Aidan de Lindisfarne, depuis l’Irlande.

En 1066, les Normands de Guillaume le Conquérant, depuis le duché de Normandie, s'emparent de l'Angleterre, chassant Harold II, dernier des rois anglo-saxons. Ceux que l'on appela « souverains anglo-normands » ouvriront le pays aux influences continentales. Ils introduisent le féodalisme et maintiennent l’ordre à travers la figure de barons, qui construisent des châteaux dans toute la région. La langue de cette nouvelle élite aristocratique est le normand, ce qui aura une influence considérable sur la langue anglaise.

Après la mort accidentelle du dernier représentant de la dynastie anglo-normande en 1135, la guerre civile éclate entre les différents prétendants et se répand sur l'ensemble des territoires d'outre-Manche. Geoffroy Plantagenêt finit par triompher. La maison des Plantagenêt d’Anjou hérite du trône d’Angleterre avec Henri II d'Angleterre, ajoutant l’Angleterre au bourgeonnant empire Plantagenêt, formé de fiefs en France dont l’Aquitaine. Ils règnent pendant trois siècles, et fournissent plusieurs monarques tels que Richard Ier, Édouard Ier, Édouard III, et Henri V. Cette période voit des mutations dans le commerce et la législation, avec notamment la signature de la Magna Carta, une charte destinée à limiter les pouvoirs des souverains par la loi et protéger les privilèges des hommes. Le monachisme catholique prospère, fournit des philosophes et les universités d’Oxford et de Cambridge sont créées sous la protection royale. La Principauté de Galles devient un fief des Plantagenêt pendant le XIIIe siècle et la seigneurie d'Irlande est offerte à la monarchie anglaise par le pape. Au cours du XIVe siècle, les Plantagenêt et la les Valois se réclament tous les deux de la maison des Capet, et par là-même, de la France: les deux puissances s’affrontent lors de la guerre de Cent Ans. L’épidémie de peste noire touche l’Angleterre en 1348, et a tué jusqu’à la moitié de ses habitants. De 1453 à 1487, deux branches de la famille royale (la Maison d’York et la Maison de Lancastre) se battent lors de la guerre des Deux-Roses. Elle mène à la défaite de la maison d’York, qui abandonne le trône à une famille noble galloise, les Tudor, une branche de la Maison de Lancastre, dirigée par Henri Tudor aidé de troupes galloises et de mercenaires bretons, qui remportent la victoire à la bataille de Bosworth, où le roi Richard III est tué.

Les Temps modernes[modifier | modifier le code]

Le règne des Tudor est mouvementé. La Renaissance parvient en Angleterre grâce aux courtisans italiens, qui réintroduisent les arts, l’éducation et les savoirs de l’Antiquité gréco-romaine. Pendant ce temps, l’Angleterre développe une flotte navale, invente le théodolite, et explore les mers à l'ouest. Ces explorations sont bloquées par l’Empire ottoman, qui contrôle la mer Méditerranée, et empêche le commerce maritime des États chrétiens de l’Europe avec l’Est méditerranéen.

Le roi Henri VIII fonda l'Église d'Angleterre en 1534.

Henri VIII rompt avec l’Église catholique romaine, à cause d’un désaccord sur un énième divorce royal, et proclame l’Acte de suprématie, en 1534, qui fait du monarque le chef de l’Église anglicane. Contrairement au protestantisme européen, les racines de ce schisme sont plus politiques que théologiques. Il incorpore aussi officiellement les terres galloises dans le royaume d’Angleterre par l’Acte d'Union (1536). Des conflits internes naissent durant les règnes des filles d’Henri VIII: Marie Ire et Élisabeth Ire. La première tenta de ramener le pays dans le giron catholique, tandis que la seconde rompra une seconde fois plus profondément encore, pour asseoir la suprématie de l’anglicanisme.

Une flotte anglaise sous le commandement de Francis Drake détruisit l’Invincible Armada durant l’ère élisabéthaine. À la lutte avec l’Espagne, la première colonie anglaise en Amérique est créée par l’explorateur Walter Raleigh en 1585, et l’appelle la Virginie. La Compagnie des Indes Orientales rentre en compétition au Moyen-Orient avec les Pays-Bas et la France. La nature de l’île change elle aussi après la mort d'Élisabeth Ire: les Stuart qui règnent alors sur l'Écosse accèdent au trône d'Angleterre. Partisans d'un absolutisme, leurs visées inquiètent certains Anglais qui craignent pour leurs droits. De plus, le catholicisme des Stuart fait craindre une remise en cause des réformes religieuses de la part des puritains. L’Union des Couronnes est proclamée en 1603 sous Jacques Ier d'Angleterre. Le roi se nomme dès lors roi de Grande-Bretagne, bien que cela n’existe pas dans la loi anglaise.

Un conflit politique, religieux et social donne naissance à la première révolution anglaise entre les soutiens du Parlement et ceux du roi, respectivement appelés les «Têtes Rondes» et les «Cavaliers». Ce conflit provient d’un enchevêtrement de problématiques diverses, dans le contexte des guerres des Trois Royaumes, impliquant l’Écosse et l’Irlande. Les parlementaires sortent victorieux, Charles Ier est exécuté. Un régime républicain est alors instauré sous le nom de Commonwealth de l'Angleterre, dirigé par un Lord Protecteur en la personne de Oliver Cromwell, suivi de son fils Richard.

Charles II devint roi après la Restauration en 1660.

À la démission de ce dernier, Charles II revient comme monarque en 1660. La Restauration des Stuart en 1660 durera à peine trente ans. Il apparaît toutefois que le roi et le Parlement doivent gouverner ensemble, bien que cela ne soit en pratique le cas qu’à partir du XVIIIe siècle. La création la même année de la Royal Society encourage les sciences et les arts.

Le Grand incendie de Londres en 1666 frappe la capitale, mais elle est reconstruite peu après. Deux factions émergent dans le Parlement: les Tories, royalistes, et les Whigs, libéraux. Alors que les Tories soutiennent initialement le roi catholique Jacques II, plusieurs d’entre eux, avec le parti Whig, renversent le roi en 1688. la Glorieuse Révolution de 1688 porte le prince néerlandais Guillaume III d'Orange au pouvoir et confirme la monarchie protestante en Angleterre. La révolution financière britannique se traduit par un recours important à l'endettement pour financer la Royal Navy et les aménagements de rivière, tandis que se développe un marché boursier et des assurances. Quelques groupes anglais, particulièrement dans le nord avec les Jacobites, continuent de soutenir le roi Jacques et ses fils. En 1707, les royaumes d'Angleterre et d'Écosse, bien que dirigés par les mêmes souverains issus de la dynastie Stuart, ne forment plus qu'un seul Royaume de Grande-Bretagne, à la suite de la signature de l'acte de l'Acte d'Union, dont la reine Anne de Grande-Bretagne en devient la première souveraine. Pour faciliter le rapprochement, les législations et les systèmes religieux restent séparés.

L'époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Sous le nouvellement formé Royaume de Grande-Bretagne, les Lumières anglaises et écossaises, avec la Royal Society, produisent de nombreuses innovations en science et ingénierie. Cela permet à l’Empire britannique de prospérer, pour devenir le plus grand de l’Histoire. La 1re Révolution industrielle apparaît en Angleterre, qui provoque des profonds changements socioéconomiques et culturels. L’agriculture s’industrialise, les usines et les mines apparaissent, tout comme les réseaux routiers, ferroviaires et maritimes, qui facilitent l’expansion et le développement de la révolution industrielle. L’ouverture du Canal de Bridgewater au nord-ouest de l’Angleterre en 1761 introduit la nation dans une véritable frénésie de la construction de canaux.

L’Angleterre maintient une relative stabilité lors de la Révolution française. William Pitt le Jeune est premier ministre sous le règne de George III du Royaume-Uni. Pendant les guerres napoléoniennes, Napoléon Bonaparte prévoit d’envahir l’Angleterre par le sud-ouest. Toutefois, ces projets d’invasion échouent, d’abord après la défaite de Trafalgar face à Lord Nelson, ensuite après la défaite de Waterloo, contre le général Wellington. Les guerres napoléoniennes ont encouragé le concept de la nation britannique, avec le sentiment d’un peuple britannique uni, partagé avec les Gallois et les Écossais.

En 1825, la première locomotive à vapeur transportant des passagers ouvre au public, sur le chemin de fer de Stockton-on-Tees et Darlington et la nation détient à elle seule la moitié des 9500 kilomètres de rail européen en 1845, lors de l'épisode de la "railway mania".

Le Cénotaphe en Londres commémore les victimes des deux guerres mondiales, et toutes les guerres subséquentes, en Angleterre.

Pendant la Révolution industrielle, beaucoup de travailleurs quittent les campagnes anglaises pour aller habiter dans des aires industrielles, et travailler dans des usines, par exemple à Manchester ou à Birmingham. L'expansion très tôt et très rapide des banques, fait de l'Angleterre le premier endroit au monde où la majorité de la population utilise des billets de banque. Pendant l’époque victorienne, Londres devient la plus grande et la plus peuplée des capitales du monde, et le commerce avec l’Empire britannique, tout comme la présence militaire et navale britannique, apporte beaucoup de prestige. L’agitation politique domestique menée par les Chartistes et les suffragettes aboutissent à une réforme législative et l’adoption du suffrage universel. Lors de la Première Guerre mondiale, des milliers de soldats anglais meurent dans les tranchées en France, car le pays fait partie des forces alliées. Deux décennies plus tard, pendant la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni combat à nouveau pour les forces alliées. Winston Churchill est alors le premier ministre. Les développements dans les technologies de guerre permettent un bombardement aérien massif du pays par l’Allemagne nazie, c’est le Blitz. Après la guerre, l’Empire britannique fait face à une décolonisation rapide. De nouvelles innovations technologiques voient le jour: l’automobile devient le premier moyen de transport du pays, et les recherches de Frank Whittle sur le moteur à réaction permettent un voyage aérien plus poussé. Les comportements sociaux des Anglais sont bouleversés par l’accès privé aux automobiles, et par la création du National Health Service, en 1948. Cette organisation publique fournit des soins gratuits aux habitants, selon les niveaux de vie de chacun. Tous ces changements ont accéléré la réforme des pouvoirs locaux au milieu du XXe siècle.

Le XXe siècle voit de nombreuses migrations vers l’Angleterre, en particulier depuis les îles Britanniques, mais aussi depuis le Commonwealth, dont le sous-continent indien. Depuis les années 1970, le secteur industriel périclite doucement, au profit des emplois du secteur tertiaire. L’Angleterre, qui fait partie du Royaume-Uni, rejoint le marché commun de la Communauté économique européenne, qui devient plus tard l’Union européenne. À la fin du XXe siècle, les pouvoirs politiques se sont de plus en plus décentralisés en Écosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord. L’Angleterre et le Pays de Galles continuent néanmoins d’exister au sein du Royaume-Uni comme une juridiction unique. La décentralisation a accru le sentiment d’appartenance à l’identité anglaise. Il n’y a pas de gouvernement anglais, et une tentative récente de créer un système similaire a été rejetée par référendum.

La loi dite Wales and Berwick Act (en) de 1746 avait établi que l'« Angleterre » comprendrait le pays de Galles. Mais cette loi fut révisée en 1967 par la loi dite Welsh Language Act (en) et, depuis cette date, l'« Angleterre » légale ne comprend plus le pays de Galles. L'Angleterre légale fut établie définitivement en 1974 en conséquence de l'effet de la loi dite Local Government Act de 1972 qui rattacha la ville de Berwick à l'Angleterre et le comté de Monmouthshire au pays de Galles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Faisant partie du Royaume-Uni, l’Angleterre est une monarchie constitutionnelle doublée d’un système parlementaire. Il n’y a pas de gouvernement d’Angleterre depuis 1707, quand l’Acte d’union, qui promulgue les termes du traité de l’Union, allie l’Angleterre et l’Écosse au sein du royaume de Grande-Bretagne. Avant cette union, l’Angleterre était dirigée par une monarchie et le Parlement d’Angleterre. Aujourd’hui, l’Angleterre est gouvernée par le Parlement du Royaume-Uni, même si certaines nations constitutives du Royaume-Uni ont des gouvernements décentralisés. À la Chambre des communes, qui est la chambre basse du parlement britannique basée au Palais de Westminster, à Londres, 532 membres du parlement représentent des circonscriptions anglaises, sur un total de 650 élus.

Lors des élections législatives de 2010, le parti conservateur, sur les 532 sièges mis en jeu, a remporté la majorité absolue en Angleterre avec 61 sièges d’avance sur le total des sièges des autres partis (le Président de la Chambre des communes n’est pas considéré comme un conservateur). Cependant, en tenant compte des résultats en Écosse, en Irlande du Nord et au Pays de Galles, ce n’est pas suffisant pour avoir une majorité absolue dans le Royaume-Uni. Aussi, afin de s’assurer la majorité absolue, le parti conservateur, dirigé par David Cameron, a créé une coalition avec les démocrates libéraux, menés par Nick Clegg. En conséquence, Gordon Brown a annoncé qu’il démissionnait de son poste de premier ministre et de dirigeant du parti travailliste, maintenant mené par Ed Miliband.

Comme le Royaume-Uni est membre de l’Union européenne, des élections régionales se tiennent désormais pour élire les membres du Parlement européen. Les élections européennes de 2009 ont abouti à l’élection de 33 conservateurs, 10 travaillistes, 9 membres du parti pour l’indépendance du Royaume-Uni, 9 démocrates libéraux, 2 membres du parti vert de l’Angleterre et du Pays de Galles, et 2 membres du parti national britannique.

Depuis la décentralisation où les autres nations constitutives du Royaume-Uni (l’Écosse, l’Irlande du Nord et le Pays de Galles) ont eu un parlement délégué, les débats en Angleterre font rage pour déterminer comment contrebalancer cette réforme. Au départ, il était prévu que plusieurs régions anglaises auraient leurs propres assemblées locales, mais l’opposition de l’Angleterre du Nord-Est a enterré cette proposition.

La « West Lothian question » est l’un des débats en cours : des membres des parlements gallois ou écossais peuvent-ils statuer sur des lois qui concernent uniquement les Anglais ? Dans le contexte d’une Angleterre qui est la seule nation du Royaume-Uni à ne pas avoir de traitement contre le cancer gratuit, ce débat a donné lieu à une montée du nationalisme anglais. Certains ont donc proposé la création d’un parlement anglais dédié, ou bien de limiter les votes des lois qui concernent uniquement l’Angleterre, aux membres anglais du parlement.

Droit anglais[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Droit anglais.

Régions, comtés et districts[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie et immigration[modifier | modifier le code]

Avec plus de 51 millions d’habitants, l’Angleterre est de loin la nation constitutive la plus peuplée du Royaume-Uni, avec environ 84 % de la population totale. Comparé aux autres pays dans le monde, l'Angleterre possède le 4e plus grand nombre d’habitants dans l’Union européenne, et le 25e dans le monde. Avec une densité de 395 habitants au kilomètre carré, c’est le deuxième État le plus densément peuplé de l’Union européenne, après Malte.

Le peuple anglais est un peuple britannique. Les recherches génétiques suggèrent que 75 à 95 % de la population anglaise descend en ligne paternelle de populations préhistoriques venues de la péninsule Ibérique[30],[31],[32]. Elle inclut également un élément scandinave important, ainsi qu'une contribution de 5 % des Angles et des Saxons[32], bien que certains généticiens estiment l'élément scandinave et germanique à 50 %[33]. Au cours du temps d'autres cultures ont exercé leur influence : peuples préhistoriques, Bretons insulaires, Romains, Anglo-Saxons, Vikings, Gaëls, sans oublier la profonde influence des Normands. Il existe une diaspora anglaise présente dans les anciennes colonies de l’Empire britannique, en particulier aux États-Unis, au Canada, en Australie, au Chili, en Afrique du Sud et en Nouvelle-Zélande. À la fin des années 1990, des Anglais ont émigré en Espagne.

Au temps du Domesday Book, compilé en 1086, plus de 90 % des 2 millions d’Anglais vivent à la campagne. En 1801, la population est de 8,3 millions d’habitants, et elle augmente à 30,5 millions en 1901. Grâce notamment à la prospérité économique de l’Angleterre du Sud-Est, il y a de nombreuses migrations économiques depuis toutes les régions de l’Angleterre. L’immigration irlandaise a également été importante. La proportion d’immigrants d’origine européenne est de 87,5 %, en particulier allemands et polonais.

D’autres migrants venant des anciennes colonies britanniques se sont installés depuis 1950. 6 % des habitants viennent du sous-continent indien, notamment d’Inde et du Pakistan. 2,9 % de la population est noire, d’origine caribéenne principalement. Il y a un nombre important de Chinois, et de leurs enfants aujourd’hui Anglais. En 2007, 22 % des enfants en école primaire sont issus de minorités ethniques. Environ la moitié de l’augmentation de la population anglaise entre 1991 et 2001 est due à l’immigration. Le débat sur l’immigration revêt une forte importance en Angleterre, car selon un sondage du Département de l’Intérieur, 80 % des Anglais souhaitent le résoudre. L’ONS a prévu que la population augmenterait de 6 millions d’habitants entre 2004 et 2029.

Langues[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Anglais et Histoire de la langue anglaise.

Comme son nom le suggère, l’anglais, aujourd’hui parlé par des centaines de millions de personnes dans le monde, est historiquement la langue de l’Angleterre, et en est toujours la langue principale. C’est une langue indo-européenne dans la branche anglo-frisone de la famille des langues germaniques. Après la conquête normande, le vieil anglais est confiné dans les classes sociales populaires, et le normand, le latin et l'anglo-normand le supplantent dans l’aristocratie. L'anglais utilise l'alphabet latin et les chiffres arabes comme système d’écriture.

Vers le XVe siècle, l’anglais revient à la mode dans toutes les classes sociales, bien que très modifié. Le moyen anglais montre de nombreux signes de l’influence normande, à la fois dans le vocabulaire et dans la prononciation. Pendant la Renaissance anglaise, de nouveaux mots sont forgés grâce au latin et au grec. L’anglais moderne étend cette habitude de flexibilité, en incorporant des mots depuis d’autres langues. En grande partie à l’aide de l’empire colonial britannique, l’anglais devient la lingua franca non officielle dans le monde.

L’apprentissage et l’enseignement de l’anglais est une importante activité économique, et implique l’existence d’écoles de langue, de voyages linguistiques en Angleterre, et de publications anglophones à l’étranger. Il n’y a pas de loi au niveau du Royaume-Uni qui reconnaît une langue officielle en Angleterre, mais l’anglais est la seule langue utilisée dans le monde des affaires. En dépit de la relative petite taille de la nation, il y a de nombreux accents régionaux distincts, et des personnes avec un accent particulièrement prononcé peuvent ne pas être facilement comprises ailleurs.

Le cornique, qui a disparu comme langue d’usage au cours du XVIIIe siècle, est en train d’être ressuscité. Il est maintenant protégé par la charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Il est parlé par 0,1 % des habitants en Cornouailles, et est enseigné dans plusieurs écoles, à n’importe quel âge. Les étudiants apprennent dans les écoles publiques une deuxième langue, souvent le français, l’allemand ou l’espagnol. De par l’immigration, un rapport montre qu’en 2007, 800 000 étudiants parlent une langue étrangère à leur domicile, souvent le panjâbî ou l’ourdou.

Santé[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système de santé anglais.

Le National Health Service (NHS) est le système de santé public de l’Angleterre, qui fournit l’essentiel des soins dans le pays. Le NHS a été créé le 5 juillet 1948, appliquant la loi de 1946 sur le National Health Service. Cette loi se base sur les conclusions du rapport Beveridge, préparé par l’économiste et réformateur social William Beveridge. Le NHS est en majeure partie financé par les impôts, dont les montants de la National Insurance, et dispense la plupart de ses services gratuitement, même si des charges doivent être payées par certaines personnes, pour les soins ophtalmologiques et dentaires, ainsi que certains soins personnels.

Le ministère responsable du NHS est le département de la Santé, dirigé par le secrétaire d’état à la santé, membre du cabinet du Royaume-Uni. La majeure partie des dépenses du département de la santé concerne le NHS – environ 100 millions de livres sterling sont dépensées en 2008-2009. Récemment, le secteur privé est de plus en plus sollicité pour assurer des soins du NHS, malgré l’opposition des médecins et des syndicats. L’espérance de vie moyenne des habitants en Angleterre est de 77,5 ans pour les hommes, et de 81,7 ans pour les femmes, la moyenne la plus élevée des quatre nations constitutives du Royaume-Uni.

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Religion en Angleterre.

Le christianisme est la religion la plus pratiquée en Angleterre, comme c’est le cas depuis le haut Moyen Âge, bien qu’il ait été introduit plus tôt, pendant les ères gaéliques et romaines. La chrétienté a perduré pendant les siècles qui ont suivi, et aujourd’hui, environ 59 % des Anglais se considèrent chrétiens. La confession dominante dans le pays est l’anglicanisme, et date de la Réforme anglaise au XVIe siècle, au moment du schisme de 1536 quand l’Église de Rome a refusé de valider le divorce entre Henri VIII et Catherine d’Aragon. La confession se considère à la fois comme catholique et réformée.

Il existe des traditions pour la Haute Église et la Basse Église, et quelques anglicans se considèrent comme anglo-catholiques, après le mouvement d’Oxford. La monarchie du Royaume-Uni est à la tête de l’Église, en tant que gouverneur suprême. L’anglicanisme a le statut de religion d’État. Il y a environ 26 millions de pratiquants et ils forment la Communion anglicane, et l’archevêque de Cantorbéry en est le représentant symbolique aux yeux du monde. De nombreuses cathédrales sont des bâtiments historiques d’une forte importance architecturale, comme l’abbaye de Westminster, la cathédrale d’York, la cathédrale de Durham ou celle de Salisbury.

La seconde confession chrétienne la plus répandue est l’Église latine de l’Église catholique, qui fait remonter son histoire en Angleterre au VIe siècle avec l’évangélisation d’Augustin de Cantorbéry, et a été la religion principale de l’île pendant près d’un millénaire. Depuis sa réintroduction après l’émancipation catholique, l’Église s’est réorganisée sur des bases anglaises et galloises où elle compte 4,5 millions de fidèles (dont la plupart sont anglais). Jusqu’à aujourd’hui, il y a eu un seul pape anglais, Adrien IV, et les saints Bède le Vénérable et Anselme de Cantorbéry sont considérés comme des docteurs de l’Église.

Une forme du protestantisme, connue sous le nom de méthodisme, est la troisième confession de l'Angleterre, et a grandi hors de l’anglicanisme grâce à John Wesley. Elle a gagné en popularité dans les villes-usines du Lancashire et du Yorkshire, et parmi les mineurs d’étain en Cornouailles. Il y a d’autres minorités non-conformistes, comme l’Église baptiste, les quakers, l’Église congrégationale, les unitaristes, et l’Armée du salut.

Le saint patron de l’Angleterre est saint Georges, représenté sur le drapeau national et sur l’Union Jack. Il y a de nombreux autres saints anglais, dont les plus connus sont Cuthbert, Alban, Wilfrid d'York, Aidan, Édouard le Confesseur, John Fischer, Thomas More, Saint Pétroc, Saint Piran, Margaret Clitherow et Thomas Becket.

Des religions non-chrétiennes sont aussi pratiquées. Une minorité juive est présente sur l’île depuis 1070. Ils sont expulsés d’Angleterre en 1290 selon l’Édit d’Expulsion, et autorisés à revenir seulement en 1656. Dans les années 1950 en particulier, des religions orientales provenant des anciennes colonies britanniques font leur apparition due à l’immigration. L’islam est la principale religion importée, avec 4,8 % de pratiquants anglais, et suivent en nombre l’hindouisme, le sikhisme et le bouddhisme, qui rassemblent 2,7 % de la population ensemble, et qui viennent de l’Inde et de l’Asie du Sud-Est.

Environ 25 % de la population n'a pas de religion et 7,2 % ne déclare pas de religion.

Évolution de la part des différentes religions en Angleterre et au pays de Galles entre 2001 et 2011[34] :

Religion 2001 2011
Christianisme 71,7 % 59,3 %
Sans religion 14,8 % 25,1 %
Islam 3,0 % 4,8 %
Hindouisme 1,1 % 1,5 %
Sikhisme 0,6 % 0,8 %
Judaïsme 0,5 % 0,5 %
Bouddhisme 0,3 % 0,4 %
Autres religions 0,3 % 0,4 %
Non indiqué 7,7 % 7,2 %

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de l'Angleterre.
An aerial photograph of the City of London and its surrounding London boroughs.
La ville de Londres est la plus grande place financière au monde[35],[36].

L'économie anglaise est l'une des plus grandes au monde, avec un PIB moyen par habitant de 22 907 livres sterling. Habituellement considérée comme une économie de marché mixte, elle a adopté de nombreux principes du libre marché, contrairement au capitalisme rhénan de l'Europe[37]. La monnaie officielle en Angleterre est la livre sterling, également connue sous le nom de GBP. La fiscalité en Angleterre est caractérisée à partir de 2009 par un taux de base de l'impôt des particuliers de 20 % du revenu imposable jusqu'à concurrence de 37 400 livres sterling, et de 40 % sur les revenus supplémentaires au-dessus de ce montant[38].

L’Angleterre est le contributeur principal de l’économie du Royaume-Uni, qui est, selon la Banque mondiale, le 24e pays en termes de PIB (PPA) au monde. Les entreprises anglaises sont leaders dans les secteurs chimiques et pharmaceutiques, ainsi que dans les industries aérospatiales, de l’armement, et dans la conception de logiciels. Londres, où siège le London Stock Exchange, principale bourse des valeurs du Royaume-Uni et l’une des plus grandes en Europe, est le centre financier de l’Angleterre – 100 des 500 plus grandes entreprises européennes y ont leur siège social. Londres est le plus grand centre financier en Europe, et l’a aussi été en 2009 au niveau mondial.

La Banque d’Angleterre, fondée en 1694 par le banquier écossais William Paterson, est la banque centrale du Royaume-Uni. Pensée à l’origine comme une banque privée à disposition du gouvernement anglais, elle joue ensuite un rôle au sein du Royaume-Uni – l’institution est nationalisée depuis 1946. La Banque a le monopole de l’émission des devises en Angleterre et au Pays de Galles, mais pas dans les autres nations constitutives du Royaume-Uni. Sa Commission de Politique Monétaire a décentralisé la gestion de la politique monétaire et l’établissement des taux d’intérêts de chaque nations du Royaume-Uni.

L’Angleterre est hautement industrialisée, mais connaît depuis les années 1970 un déclin dans les industries lourdes et manufacturières, ainsi qu’une augmentation du secteur tertiaire dans l’économie. Le tourisme est devenu une activité importante, en attirant des millions de visiteurs chaque année dans la région. L'Angleterre exporte principalement des médicaments, des automobiles – même si de nombreuses marques sont aujourd’hui détenues par des entreprises étrangères, comme Rolls-Royce, Lotus, Jaguar, Land Rover ou Bentley Motors – du pétrole depuis les possessions anglaises en Mer du Nord et le champ de Wytch Farm, des moteurs d’avions, et des boissons alcoolisées. L’agriculture est intensive et fortement mécanisée, et produit 60 % des besoins en nourriture de la population avec seulement 2 % de la population active. Les deux tiers de la production sont consacrés au bétail, le reste aux moissons agricoles.

Recherche[modifier | modifier le code]

Les plus éminents chercheurs anglais dans le domaine des sciences et des techniques sont Isaac Newton, Michael Faraday, Robert Hooke, Robert Boyle, Joseph Priestley, J. J. Thomson, Charles Babbage, Charles Darwin, Stephen Hawking, Christopher Wren, Alan Turing, Francis Crick, Joseph Lister, Tim Berners-Lee, Paul Dirac, Andrew Wiles et Richard Dawkins. Quelques experts affirment que le premier concept d’un système métrique apparaît avec John Wilkins, alors premier secrétaire de la Royal Society, en 1668. En tant que lieu de naissance de la Révolution Industrielle, l’Angleterre abrite de nombreux inventeurs de la fin du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle. Parmi les célèbres ingénieurs anglais se trouve Isambard Kingdom Brunel, plus connu pour la création du Great Western Railway, pour la fabrication d’une série de bateaux à vapeur et de nombreux ponts, ce qui provoque une révolution du transport public et des méthodes d’ingénierie. La Révolution Industrielle est née du moteur à vapeur de Thomas Newcomen. Le physicien Edward Jenner met au point le vaccin contre la variole, puis reconnu pour avoir « sauvé plus de vies […] que toutes celles qui ont été perdues dans toutes les guerres de l’Humanité de l’Histoire connue ».

De nombreuses inventions et découvertes ont été réalisées en Angleterre, comme le moteur à réaction, la première machine à filer industrielle, le premier ordinateur et le premier ordinateur moderne, le World Wide Web ainsi que le protocole HTTP et le langage HTML, la première transfusion sanguine réussie, l’aspirateur, la tondeuse à gazon, la ceinture de sécurité, l’aéroglisseur, le moteur à vapeur, le moteur électrique, ou encore la théorie de l’évolution de Charles Darwin et la théorie atomique. Isaac Newton a développé la loi de la gravitation universelle, la mécanique newtonienne, et calcul infinitésimal. Robert Hooke a donné son nom à la loi d’élasticité des solides. L’Angleterre est aussi à l’origine du chemin de fer, du thermosiphon, du tarmac, de l’élastique, du piège à souris, de la lampe à incandescence, de la locomotive à vapeur, du semoir moderne, et de nombreuses nouvelles techniques et technologies développées sont utilisées en ingénierie de précision.

Axes de communication et transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système ferroviaire britannique.
L'autoroute M1 en Angleterre

Le département des Transports est le ministère responsable de la supervision des transports en Angleterre. Il y a de nombreuses autoroutes et beaucoup de routes nationales, comme la route A1, qui traverse l’Est de l’Angleterre, de Londres à Newcastle (la plus grande partie de celle-ci est une autoroute), et ce jusqu’à la Frontière entre l'Angleterre et l'Écosse. L’autoroute anglaise la plus longue est la M6, et part de Rugby jusque dans le Nord-Ouest de la région. Les autres routes principales sont la M1 de Londres à Leeds, la M25 qui entoure Londres, la M60 autour de Manchester, la M4 de Londres au pays de Galles du Sud, la M62 de Liverpool au Yorkshire de l’Est via Manchester, et la M5 de Birmingham à Bristol vers le sud-ouest.

Le transport en bus dans la région est très répandu, les principales compagnies sont National Express, Arriva et Go-Ahead Group. Les bus rouges à impériale à Londres sont devenus un symbole de l’Angleterre. Il existe deux réseaux ferroviaires à grande vitesse : le métro de Londres, et le métro Tyne and Wear qui dessert Newcastle, Gateshead et Sunderland. Il y a aussi plusieurs réseaux de tramways, comme celui de Blackpool, le Manchester Metrolink, le Sheffield Supertram, le Midland Metro, ou le Tramlink, système basé à Croydon dans le Sud de Londres.

Le réseau ferroviaire anglais est le plus ancien au monde, et a accueilli ses premiers passagers dès 1825. La majeure partie des 16 116 kilomètres du réseau de chemin de fer britannique se trouve en Angleterre, uniformément répartis, même si une forte proportion des lignes est fermée après la seconde guerre mondiale. L’écartement des rails est en général standard (pour les voies uniques, doubles ou multiples), et il existe aussi quelques voies étroites, principalement les chemins de fer héritages. Il est possible d’aller en train, en France et en Belgique, grâce au Tunnel sous la Manche, terminé en 1994.

L’Angleterre possède un réseau aérien étendu, domestique et international. Le plus grand aéroport est l’aéroport de Londres Heathrow, et il est le premier mondial en nombre de passagers internationaux. Les aéroports de Londres Gatwick, de Manchester, de Londres Stansted, de Londres Luton, ou de Birmingham sont également importants. La mer permet le transport en ferry, localement et internationalement, dont l’Irlande, les Pays-Bas et la Belgique. Il y a environ 7 100 kilomètres de voies navigables en Angleterre, dont la moitié est la propriété de British Waterways (en), même si ce type de transport est limité. La Tamise est la voie navigable la plus empruntée en Angleterre, car les exportations et importations sont concentrées sur le Port de Tilbury dans l’estuaire de la Tamise. C’est l’un des trois ports les plus importants du Royaume-Uni.

Éducation[modifier | modifier le code]

Le système scolaire britannique se caractérise par des différences entre les régions du Royaume-Uni (Angleterre, Pays de Galles, Écosse, Irlande du Nord) et le fait que le système est semi-privatisé.

Le cursus se déroule généralement ainsi : stade Primary school (écoles primaires), à partir de l’âge de 5 ans ; stade Secondary school (11 ans), pour lequel la grande majorité des écoles sont des comprehensive schools. Il existe également des public schools (qui en Angleterre sont privées) et quelques grammar schools (anciennes écoles publiques) qui perdurent ; stade Higher education (17 ans en Écosse, 18 ans en Angleterre), avec l’entrée dans une université.

Le sondage réalisé par le programme PISA en 2006 situe le système éducatif britannique nettement au-dessus de la moyenne OCDE1.

Le système éducatif anglais est assez proche des systèmes gallois et écossais. Il est obligatoire d’aller à l'école primaire (primary school) à partir de l’âge de 5 ans. Les deuxième et sixième années comportent chacune un examen, respectivement Key Stage 1 et Key Stage 2. Après l'école primaire, on a le choix entre deux types d'établissement : grammar school (lycée) et comprehensive state (lycée général). Pour entrer dans une grammar school, il faut passer un examen nommé "11+". Les Grammar schools étant pour les étudiants les plus doués, et les places étant limitées, la grande majorité des enfants fréquentent les state comprehensive. Les familles ayant plus de moyens optent à la grande majorité pour le système privé.

À partir de l’âge de 11 ans, on étudie pour passer des examens Key Stage 3. Après avoir réussi la neuvième année, les enfants choisissent les matières pour les examens General Certificate of Secondary Education (GCSE). 15 à 40 matières sont à choisir en fonction de l'école, dont seulement cinq sont obligatoires (les maths, l'anglais, et les trois sciences : biologie, physique, chimie). Les écoles exigent en règle générale de leurs élèves qu'ils choisissent au minimum six matières, mais la plupart en demanderont entre neuf et douze. On passe les examens pendant l’été de l’année 11 (équivalent à la fin de la seconde en France) après deux ans d’étude. Après les GCSE, on a le choix entre quitter l’école et continuer d'étudier pour les A-levels (semblables au baccalauréat). Habituellement, les étudiants sélectionnent 4 matières mais certains optent pour 5.

En parallèle de ce système d'éducation publique subsiste le système d'éducation privé, élitiste et réservé de par son coût élevé à la classe moyenne supérieure, petite et grande bourgeoise et à la noblesse britannique. Les élèves commenceront dans ce système par fréquenter une école préparatoire jusqu'à l'âge de treize ans, puis deviendront pensionnaires dans une public schools jusqu'à leurs 18 ans. Ces écoles bénéficient d'un statut et d'une renommée internationaux, et l'éducation se fait au prix d'environ 30 000 livres sterling par an. Eton, surnommée "la nursery de l'élite", et qui a accueilli de nombreux futurs premiers ministres, membres de la famille royale britannique et têtes couronnées étrangères, est probablement l'exemple le plus emblématique de ces écoles dites indépendantes, privées malgré leur nom de public school.

Il y a de nombreuses universités en Angleterre. Les deux les plus célèbres et les plus vielles sont l'Université d'Oxford et l'Université de Cambridge.

Culture[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Culture en Angleterre et Renaissance Anglaise.

Un grand nombre de vieux menhirs a été érigé pendant la préhistoire, parmi les plus connus sont Stonehenge, Devil's Arrows, Monolithe de Rudston et Cromlech de Castlerigg[39]. Avec l'introduction de l'architecture romaine il y a eu un développement des basiliques, thermes, amphithéâtres, arcs de triomphe, villas, temples romains, voies romaines, forts romains, aqueducs, palissades[40]. Ce sont les Romains qui ont fondé les premières cités et villes telles que Londres (Londinium), Bath (Aquae Sulis), York (Eburacum), Chester (Deva) et St Albans (Verulamium). L'exemple le plus connu est peut-être le Mur d'Hadrien qui s'étend dans tout le nord de l'Angleterre[40]. Un autre exemple bien préservé est les thermes de Bath à Bath, ville du comté de Somerset, au Sud-Ouest de l'Angleterre[40].

Les constructions séculaires de l'architecture anglo-saxonne étaient des constructions simples qui utilisaient principalement le bois avec de la chaume pour les toitures. L'architecture ecclésiastique a varié passant d'une synthèse de monachisme irlando-saxon[41],[42] à un art paléochrétien caractérisé par des pilastres, des arcades, des balustres et des triangulaires. Après la conquête normande en 1066 de nombreux châteaux en Angleterre ont été créés afin que les Law Lords puissent confirmer leur autorité et se mettre à l'abri de l'invasion venant du nord. Certains des plus célèbres châteaux médiévaux incluent parmi tant d'autres la tour de Londres, le château de Warwick, le château de Durham et le château de Windsor[43].

Tout au long de l'ère Plantagenêt une architecture gothique anglaise n'a cessé de fleurir, les cathédrales médiévales telles que la cathédrale de Cantorbéry, l'abbaye de Westminster et la Cathédrale d'York, en sont de parfaits exemples[43]. S'inspirant de l'architecture normande il y avait aussi des châteaux, des palais, des grandes maisons, des universités et des églises paroissiales. L'architecture médiévale a été achevée avec le style Tudor du XVIe siècle, connu maintenant comme l'arche Tudor, qui était une caractéristique définie comme l'étaient les maisons en torchis. Au lendemain de la Renaissance une forme d'architecture rappelant l'Antiquité classique, mélangée avec le christianisme apparut, le style baroque anglais. L'architecte Christopher Wren célèbre pour son rôle dans la reconstruction de Londres après le grand incendie de 1666 en est un des plus notables promoteurs[44].

L'architecture géorgienne suivit, dans un style plus raffiné, évoquant une simple forme palladienne, le Royal Crescent à Bath est l'un des meilleurs exemples. Avec l'émergence du romantisme au cours de la période victorienne, un style néogothique a été lancé dans le même temps, la révolution industrielle a ouvert la voie pour des bâtiments tels que le Crystal Palace. Depuis les années 1930 diverses formes modernistes ont fait leur apparition dont l'accueil est souvent controversé, même si les mouvements de résistance traditionaliste continuent avec le soutien de lieux d'influence.

Folklore[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Folklore anglais.

Le folklore anglais s’est développé pendant plusieurs siècles. Quelques-uns des personnages et des histoires existent à travers toute l’Angleterre, mais la plupart proviennent de régions très spécifiques. Les êtres folkloriques communs sont des pixies, des elfes, des croque-mitaines, des trolls, des gobelins, et des nains. Alors que de nombreuses légendes semblent très anciennes, par exemple celles qui mettent en scène Offa d'Angeln ou Völund, d’autres ont été conçues après l’invasion normande. La légende de Robin des Bois et ses Joyeux Compagnons de la forêt de Sherwood qui combattent le shérif de Nottingham, est sûrement la plus connue d’entre toutes.

Pendant le Moyen Âge classique, des légendes originaires de mythes brittoniques intègrent le folklore anglais : le mythe arthurien. Elles proviennent de sources anglo-normandes, françaises ou galloises, et mettent en avant le Roi Arthur, Camelot, Excalibur, Merlin, et les Chevaliers de la Table Ronde, comme Lancelot du Lac. Ces histoires sont rapportées par Geoffroy de Monmouth dans son Historia regum Britanniae. Une autre figure précoce des traditions britanniques, Coel Hen, semble être basé sur un personnage réel de l’Angleterre post-romaine. Beaucoup de ces légendes et pseudo-histoires font partie de la matière de Bretagne.

Plusieurs personnages folkloriques sont fondés sur des personnes historiques, ou en partie, dont l’histoire a traversé les siècles. Par exemple, on dit de Godiva qu’elle a traversé Coventry nue à dos de cheval, Hereward l'Exilé est une figure anglaise héroïque représentant la résistance à l’invasion normande, Herne est un cavalier fantôme associé à la forêt de Sherwood et au Windsor Great Park, et la Mère Shipton est l’archétype de la sorcière. Dick Whittington était une personne réel, avec la légende de son chat ajoutée. Chaque année, les 5 novembre sont l’occasion de faire des feux de joie, de tirer des feux d’artifices, et de manger des pommes d’amour en commémoration à la Conspiration des poudres, centrée autour du personnage de Guy Fawkes. Le bandit chevaleresque, comme Dick Turpin, est un personnage récurrent, et Barbe Noire est le pirate typique. Il y a de nombreuses activités folkloriques, que ce soit au niveau national ou régional, comme la Morris dance, la Maypole dance, la Rapper sword (une danse de l’épée) dans le Nord-Est, la Long Sword dance dans le Yorkshire, les Mummers Plays, le bottle-kicking dans le Leicestershire, et le Cooper's Hill Cheese-Rolling and Wake à Brockworth. Il n’y a pas de costume officiel national, mais certains ont une certaine renommée comme les Pearly Kings and Queens londoniens, les Scots Guards, et les Beefeaters (gardes de la tour de Londres).

Cuisine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine anglaise.
Fish and chips wrapped in paper.
Le fish and chips fait partie du patrimoine de la cuisine anglaise

Depuis le début de l'époque moderne, la nourriture de l'Angleterre a toujours été caractérisée par sa simplicité d'approche, l'honnêteté de sa saveur, et le recours à la haute qualité des produits naturels[45]. Pendant le Moyen Âge et pendant la Renaissance, la cuisine anglaise était dotée d'une excellente réputation, malgré un déclin qui a commencé pendant la révolution industrielle avec l'abandon de la terre et l'urbanisation croissante de la population. Mais la nourriture anglaise a souvent, de nos jours, la réputation de ne pas être pas très sophistiquée ou même rudimentaire[46]. Cependant, la cuisine anglaise a récemment connu un renouveau, qui a été reconnu par les critiques gastronomes avec quelques bonnes évaluations dans le magazine britannique Restaurant[47]. Le premier livre de recettes anglaises est le Forme of Cury de la cour royale de Richard II[48].

An apple pie on a red table cloth, with green apples next to it.
L'apple pie est consommé en Angleterre depuis le Moyen Âge.

Les exemples traditionnels de la cuisine anglaise incluent le Sunday roast; comportant généralement du bœuf, de l'agneau ou du poulet, servi avec un assortiment de légumes bouillis, du Yorkshire pudding et de la sauce[49]. D'autres repas importants incluent le fish and chips et le petit déjeuner anglais comprenant bacon, tomates grillées, pain frit, boudin noir, baked beans, champignons frits, saucisses et œufs. Plusieurs tourtes à la viande sont consommées telles que le steak and kidney pie (en), le shepherd's pie, le cottage pie, le Cornish pasty et le pork pie (en), le dernier étant consommé froid[49].

Les saucisses sont couramment consommées, soit en tant que bangers and mash ou toad in the hole. Le Lancashire hotpot est un ragoût bien connu. Certains des fromages les plus populaires sont le cheddar et le Wensleydale. De nombreux plats hybrides anglo-indiens avec du curry ont été créés tels que le poulet tikka masala et le balti. Les plats anglais sucrés comprennent l'apple pie, la mince pie, le spotted dick, les scones, l'eccles cake, la custard et le sticky toffee pudding. Les boissons commune sont le thé, qui est très consommé grâce à Catherine de Bragance[50], tandis que des boissons alcoolisées comprennent les vins et les bière britanniques.

Peinture et arts visuels[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peinture anglaise.

Les premiers exemples connus sont les pierres préhistoriques et les pièces d’art pariétal, en particulier dans le Yorkshire du Nord, la Northumbrie et la Cumbrie, et aussi plus loin dans le sud de l'Angleterre, dans les grottes de Creswell. Avec l’arrivée de la culture romaine au Ier siècle, de nouvelles formes d’art apparaissent : des statues, des bustes, le travail du verre et les mosaïques. De nombreux artefacts ont été retrouvés, à la villa romaine de Lullingstone et à Aldborough. Durant le haut Moyen Âge, le style évolue vers les croix sculptées, la peinture de manuscrits, la joaillerie d’or et d’émail, et démontre un goût pour les dessins entrelacés, comme le trésor de Staffordshire découvert en 2009. Ce style fusionne ensuite avec l'art insulaire, comme en témoignent les Évangiles de Lindisfarne et le Psautier Vespasien. Plus tard, l’art gothique devient populaire à Winchester et à Cantorbéry, par exemple avec le Livre des bénédictions de St. Æthelwold ou le psautier de Luttrell.

De nombreux artistes accompagnent l’ère des Tudor au sein même de la Cour, qui font de la peinture de portraits un élément fondamental et durable de l’art anglais. L’Allemand Hans Holbein en est le chef de file, et Nicholas Hilliard continue dans cette voie. Pendant l'ère Stuart, les artistes continentaux, en particulier les peintres flamands, influencent l’Angleterre, comme Anthony Van Dyck, Peter Lely, Godfrey Kneller et William Dobson. Le XVIIIe siècle est marqué par la création de la Royal Academy, et un certain classicisme, fondé sur l’art de la Renaissance, supplante les autres styles. Thomas Gainsborough et Joshua Reynolds deviennent deux des artistes les plus prisés d’Angleterre.

L’école de Norwich perpétue la tradition des paysages, pendant que le préraphaélisme, dans un style détaillé et éclatant, faire revivre le style de la Renaissance : les leaders du mouvement sont Holman Hunt, Dante Gabriel Rossetti et John Everett Millais. Au XXe siècle, les artistes remarquables sont Henry Moore, sculpteur, et les modernistes britanniques en général. Parmi les peintres contemporains, Lucian Freud détient le record mondial de la vente en valeur d’un tableau, pour un artiste vivant, avec Benefits Supervisor Sleeping, en 2008.

Littérature, poésie et philosophie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Littérature anglaise.

Les premiers auteurs anglais écrivent en latin, comme Bède le Vénérable et Alcuin. La littérature vieil-anglaise fournit le poème épique Beowulf, la Chronique anglo-saxonne, ainsi que des écritures chrétiennes comme Judith, l’Hymne de Cædmon et de nombreuses hagiographies. Après la conquête normande de l’Angleterre, le latin survit parmi les classes sociales éduquées, ainsi que dans la littérature anglo-normande.

La littérature en moyen anglais a émergé avec Geoffrey Chaucer (auteur des Contes de Canterbury), John Gower, le Pearl Poet et William Langland. Les moines franciscains, Guillaume d'Ockham et Roger Bacon sont les philosophes majeurs du Moyen Âge. Julienne de Norwich avec ses Revelations of Divine Love, est une éminente écrivaine chrétienne. Avec la Renaissance anglaise, la littérature en anglais moderne naissant apparaît. William Shakespeare, dont les œuvres les plus connues sont Hamlet, Roméo et Juliette, Macbeth, et Le Songe d’une nuit d’été, reste l’un des auteurs les plus célèbres de la littérature anglaise.

Christopher Marlowe, Edmund Spenser, Philip Sidney, Thomas Kyd, John Donne, Ben Jonson sont d’autres auteurs connus de la littérature élisabéthaine. Francis Bacon et Thomas Hobbes ont écrit sur l’empirisme et le matérialisme, ainsi que sur la méthode scientifique et le contrat social. Robert Filmer a écrit sur le droit divin. Andrew Marvell est le poète le plus fameux du Commonwealth, pendant que John Milton publie Le Paradis perdu pendant la Restauration anglaise.

Quelques-uns des plus remarquables philosophes des Lumières anglaises sont John Locke, Thomas Paine, Samuel Johnson et Jeremy Bentham. Edmund Burke suit plus tard et est considéré aujourd’hui comme le fondateur du conservatisme. Le poète Alexander Pope et ses vers satiriques sont de plus en plus connus. Puis les auteurs anglais jouent un rôle significatif dans le romantisme, et Samuel Taylor Coleridge, Lord Byron, John Keats, Mary Shelley, Percy Bysshe Shelley, William Blake, William Wordsworth et Alfred Tennyson deviennent des figures reconnues.

En réaction à la Révolution industrielle, les auteurs agrariens cherchent une voie entre la liberté et la tradition. William Cobbett, G. K. Chesterton et Hilaire Belloc en sont les principaux représentants, en lien avec Arthur Penty et le socialisme corporatif, et G. D. H. Cole et le mouvement coopératif. L’empirisme continue avec John Stuart Mill et Bertrand Russell, tandis que Bernard Williams s’implique dans la philosophie morale. Les auteurs de l’ère victorienne sont Charles Dickens, la famille Brontë, Jane Austen, George Eliot, Rudyard Kipling, Thomas Hardy, H. G. Wells, Lewis Carroll ou bien encore Evelyn Underhill. Depuis, l’Angleterre a enfanté de nombreux romanciers devenus très célèbres, comme George Orwell, D. H. Lawrence, Virginia Woolf, Enid Blyton, Aldous Huxley, Agatha Christie, Terry Pratchett, J. R. R. Tolkien, et J. K. Rowling.

Musique et arts du spectacle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique britannique.

La musique traditionnelle britannique est vieille de plusieurs siècles et a inspiré plusieurs genres musicaux, parmi lesquels les chants de marins, les gigues, les hornpipes, et des danses traditionnelles. Ces musiques ont de nombreuses variations, et des particularités régionales. Au XVIe siècle, Wynkyn de Worde imprime des ballades de Robin des Bois qui ont un fort retentissement, tout comme The English Dancing Master de John Playford ou les Roxburghe Ballads de Robert Harley. Les chansons les plus connues à cette époque sont The Good Old Way, Pastime with Good Company, Maggie Mae, et Spanish Ladies, parmi d’autres. De nombreuses comptines sont d’origine anglaise, telles Twinkle Twinkle Little Star, Roses Are Red, Jack and Jill, Here We Go Round the Mulberry Bush, ou Humpty Dumpty.

Les premiers compositeurs anglais de musique classique sont des artistes de la Renaissance, Thomas Tallis et William Byrd, suivis de Henry Purcell pendant la période baroque. George Frideric Handel, né allemand, devient un sujet britannique, et passe la majeure partie de sa vie de compositeur à Londres, créant quelques-uns des morceaux les plus célèbres de la musique classique, comme le Messie, Water Music et Music for the Royal Fireworks. Le paysage des compositeurs classiques anglais se renouvelle complètement au XXe siècle, avec Benjamin Britten, Frederick Delius, Edward Elgar, Gustav Holst, Ralph Vaughan Williams, William Walton. Aujourd’hui, Michael Nyman en est le chef de file, grâce à La Leçon de piano.

Dans le champ de la musique pop et rock, de nombreux artistes et groupes anglais sont régulièrement cités comme les musiciens les plus influents et les plus prolifiques de tous les temps en termes de vente. En font partie, par exemple, The Beatles, Led Zeppelin, Pink Floyd, Elton John, Genesis, Queen, Rod Stewart, The Rolling Stones et plus récemment, Adele, Ed Sheeran, Arctic Monkeys et le groupe One Direction. De très nombreux genres musicaux ont leurs racines, ou un fort lien de parenté, avec l’Angleterre, comme la British invasion, le hard rock, le glam rock, le heavy metal, le mod, la britpop, la drum and bass, le progressive rock, le punk rock, l’indie rock, le gothic rock, le shoegazing, l’acid house, l’UK garage, le trip hop et le dubstep. Les chanteurs et groupes actuels les mieux connus sont The Stone Roses, The Libertines (avec Pete Doherty), ou encore Blur et Oasis.

Les grands festivals de musique en plein air en été et à l’automne attirent beaucoup de monde, tels le festival de Glastonbury, le V Festival, et les Reading and Leeds Festivals. L’opéra le plus remarquable en Angleterre est le Royal Opera House, à Covent Garden. The Proms, qui est une saison de musique classique au Royal Albert Hall, est un événement culturel majeur annuel. The Royal Ballet est au premier rang des compagnies de ballet classique. Sa réputation provient de deux grandes figures de la danse du XXe siècle, prima ballerina Margot Fonteyn et le chorégraphe Frederick Ashton.

Musées, bibliothèques[modifier | modifier le code]

Article connexe : Musées en Angleterre.
A museum building designed in the Greek Revival style with a flag on top.
Le British Museum à Londres

English Heritage est un organisme gouvernemental avec une large attribution en matière de gestion du patrimoine historique de l'Angleterre. Il est actuellement parrainé par le département de la Culture, des Médias et du Sport. L'organisme associatif National Trust for Places of Historic Interest or Natural Beauty tient un rôle contrasté. Dix-sept des vingt-cinq sites du patrimoine mondial de l'UNESCO au Royaume-Uni mondial relèvent des lieux historiques de l'Angleterre. Certains des plus connus incluent le mur d'Hadrien, Stonehenge, Avebury and Associated Sites, la tour de Londres, le littoral du Dorset et de l'est du Devon, Saltaire, Ironbridge Gorge, le parc de Studley Royal et plusieurs autres.

Il y a de nombreux musées en Angleterre, mais le plus remarquable est le British Museum de Londres. Sa collection de plus de sept millions d'objets provenant de tous les continents est l'un des plus grands et le plus complet dans le monde, illustrant et documentant l'histoire de la culture humaine depuis son commencement jusqu'à nos jours. La British Library de Londres est la bibliothèque nationale et est l'une des bibliothèques de recherche les plus importantes au monde, maintenant plus de 150 millions d'articles dans toutes les langues connues et tous les formats, incluant environ 25 millions de livres. La galerie d'art la plus ancienne est la National Gallery de Trafalgar Square, qui abrite une collection de plus de 2300 peintures datant du milieu du XIIIe siècle à 1900. Les galeries de la Tate abritent des collections nationales d'art britannique moderne et international; elles sont également les hôtes du controversé prix Turner.

Sports[modifier | modifier le code]

The interior of an empty stadium as viewed from its upper tier of seating. The seats are a vivid red and the pitch is a vivid green. The pale grey sky is visible through an opening in the ceiling above the pitch.
Intérieur du Wembley Stadium, un des stades les plus chers jamais construits[51]
Article détaillé : Sport en Angleterre.

L'Angleterre a un héritage sportif très fort, et pendant le XIXe siècle la nation a codifiée de nombreux sports qui se jouent maintenant dans le monde entier. Les sports originaires de l'Angleterre sont le football, le cricket, le rugby à XV, le rugby à XIII, le tennis, le badminton, le squash[52], le rounders[53], la boxe, le snooker, le billard, les fléchettes, le tennis de table, le boulingrin, le netball, courses de chevaux pur-sang et la chasse à courre. Il a aidé le développement de la voile et la Formule 1. Le football est le plus populaire de ces sports. L'équipe d'Angleterre de football, qui joue dans le mythique stade de Wembley, a remporté la Coupe du monde de football de 1966, année où la nation a accueillie la compétition.

Au niveau du football, l'Angleterre est reconnue par la FIFA comme le lieu de naissance de ce sport, avec notamment le club de football de Sheffield FC fondé en 1857 et qui demeure le plus ancien club de football. La Fédération d'Angleterre de football formée en 1863, est la plus ancienne association nationale de football au monde et joua un rôle important dans la mise en place des règles de son sport. La FA Challenge Cup et la Football League ont été respectivement les toutes premières compétitions. Dans l'ère moderne la Premier League est la ligue de football la plus lucrative du monde et fait partie de l'élite internationale. La Ligue des champions a été remporté par Chelsea, Liverpool, Manchester United, Nottingham Forest et Aston Villa, tandis que Arsenal et Leeds United ont atteint la finale[54].

Men in cricket whites play upon a green grass cricket field amidst a stadium.
L'Angleterre en route vers la victoire contre l'Australie durant les test-matchs de cricket de 2009 au Lord's Cricket Ground

Le cricket est généralement considéré comme ayant été élaboré en début de la période médiévale parmi les communautés agricoles et de la métallurgie du Weald[55]. L'Équipe d'Angleterre de cricket est l’équipe nationale de cricket de l’Angleterre et du Pays de Galles. Une des rivalités au sommet de ce jeu est la série de test-matchs appelée The Ashes entre l'Angleterre et l'Australie, qui se déroule depuis 1882. La finale de l'édition 2009 a été regardée par près de 2 millions de personnes, bien que le point culminant fut l'édition de 2005 qui a été vue par 7,4 millions[56]. L'Angleterre est actuellement la détentrice du trophée et est classée 5e à la fois des compétitions de cricket Test et One-day International[57].

L'Angleterre a accueilli quatre Coupe du monde de cricket (1975, 1979, 1983, 1999) et l'ICC World Twenty20 en 2009. Il existe plusieurs compétitions de niveau national, y compris le County Championship dans lequel l'équipe de Yorkshire est de loin le club le plus brillant et avoir remporté la compétition à 31 reprises[58]. Le Lord's Cricket Ground situé à Londres, est parfois appelé la « Mecque du cricket »[59]. William Penny Brookes a été important dans l'organisation du cricket pour les Jeux olympiques modernes. Londres a accueilli les Jeux olympiques d'été en 1908 et 1948, et les accueillera de nouveau en 2012. L'Angleterre prend part aux Jeux du Commonwealth, qui se déroule tous les quatre ans. Sport England est l'organe directeur responsable de la distribution des fonds et fournit des orientations stratégiques pour l'activité sportive en Angleterre. Le Grand Prix crée en 1926 se tient chaque année à Silverstone[60].

L'équipe d'Angleterre de rugby à XV, considérée comme l’une des meilleures sélections nationales au monde, a remporté la Coupe du monde en 2003. Par ailleurs, l’Angleterre a été l'une des nations hôtes de la compétition en 1991 et est prête à l’accueillir de nouveau en 2015[61]. Les clubs de l'élite anglaise, surtout basé dans le sud du pays, participent à la Premiership et à la coupe anglo-galloise. Les clubs des Leicester Tigers, des London Wasps, de Bath et des Northampton Saints ont remporté la coupe d’Europe.

Dans une autre forme de rugby qui est né à Huddersfield en 1895, l'équipe d'Angleterre de rugby à XIII est classée en tant que 3e meilleure nation dans le monde et première en Europe. L'Angleterre par l'intermédiaire du Royaume-Uni accueillera en 2013 la Coupe du monde de rugby à XIII. Les clubs du rugby à XIII, surtout basé dans le nord, rencontrent un fort succès: Wigan Warriors, St Helens, Leeds Rhinos et Huddersfield Giants, les trois premiers ayant gagné le World Club Challenge.

En tennis, le Tournoi de Wimbledon qui se déroule chaque année à Londres est le plus ancien tournoi de tennis au monde.

Symboles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Symboles nationaux en l'Angleterre.

Le drapeau national de l'Angleterre, connu sous le nom de la Croix-Saint-Georges, a été le drapeau national depuis le XIIIe siècle. À l'origine, le drapeau a été utilisé par la République de Gênes. Le monarque anglais a rendu un hommage au doge de Gênes à compter de 1190, de sorte que les navires anglais pouvaient battre le pavillon comme un moyen de protection lors de l'entrée en mer Méditerranée. Une croix rouge a agi comme un symbole pour de nombreux croisés aux XIIe et XIIIe siècles. Il est devenu associé à Georges de Lydda, qu'ils revendiquaient comme leur saint patron et utilisaient sa croix comme un étendard[62]. Depuis 1606 la Croix de St George a fait partie de la conception du Union Jack, drapeau britannique conçu par le roi James I.

A red and white flower.

Il existe de nombreux autres symboles et objets symboliques, à la fois officiels et non officiels, y compris la rose Tudor, l'emblème floral national, le Dragon Blanc et les Trois Lions présentés sur les Armoiries royales de l'Angleterre. La rose Tudor a été adoptée comme l'emblème national de l'Angleterre à l'époque de la guerre des Deux-Roses (14551485) entre les maisons d'York et de Lancastre avec la victoire d'Henri Tudor (futur Henri VII) sur Richard III, lors de la bataille de Bosworth, comme un symbole de paix[63]. Il est un symbole syncrétique dans lequel ont fusionné la rose blanche des York et la rose rouge des Lancasters-cadets des Plantagenêt qui s'affrontèrent pour le contrôle de la maison royale. Le symbole est également connu sous le nom de la Rose d'Angleterre[64]. Le chêne est le symbole de l'Angleterre, représentant force et courage. Le terme « Chêne royal » (Royal Oak) est utilisé pour désigner l'évasion du roi Charles II qui, pourchassé par les parlementaires après l'exécution de son père, s'est caché dans un chêne pour éviter d'être repéré avant de s'exiler en toute sécurité.

Les armoiries royales d'Angleterre, un blason national avec trois lions, remontent à leur adoption par Richard Ier d'Angleterre de 1198 à 1340. Il est décrit « gueules à trois léopards d'or », c'est-à-dire rouge avec trois lions jaunes regardant le spectateur. L'origine de ce blason des rois d'Angleterre reste sans explication définitive: selon une théorie contestée[réf. nécessaire], il s'agit de l'union de l'héraldique du duché de Normandie (« de gueules à deux léopards d'or ») et de l'Aquitaine (« de gueules à un léopard d'or »).

L'Angleterre n'a pas d'hymne national officiel à la différence du Royaume-Uni et son hymne God Save the Queen. Toutefois, les éléments suivants sont souvent considérés comme des hymnes nationaux anglais non officiels : Jerusalem, Land of Hope and Glory (utilisé pour l'Angleterre pendant les Jeux du Commonwealth de 2002)[65], et I Vow to Thee, My Country. La fête nationale anglaise est la Saint George, ce dernier étant le saint patron de l'Angleterre, elle se tient chaque année le 23 avril[66].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aucune langue officielle de jure, mais l'anglais l'est de facto. Le cornique a été officiellement reconnu comme langue régionale selon la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.
  2. Oxford Dictionary of National Biography: England, Scotland, and the Acts of Union (1707) (site consulté le 19 juin 2006)
  3. BBC NEWS, Country profile: United Kingdom. Site visité le 6 juin 2006.
  4. National Statistics: Region and Country Profiles - Population and Migration Tables - October 2011 (consulté le 13 novembre 2011)
  5. Selon la définition officielle de Eurostat, Londres précède Paris.
  6. (en) « English Channel », Encyclopædia Britannica (consulté le 15 août 2009)
  7. (en) « History » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 20130318
  8. (en) « The River Severn », BBC (consulté le 5 décembre 2010)
  9. (en) « Severn Bore and Trent Aegir », Environment Agency (consulté le 5 décembre 2010)
  10. a et b (en) « North West England & Isle of Man: climate », Met Office (consulté le 5 décembre 2010)
  11. (en) « Pennines », Smmit Post (consulté le 8 septembre 2009)
  12. (en) « National Parks – About us », nationalparks.gov.uk (consulté le 5 décembre 2010)
  13. a, b, c et d (en) « What is the Climate like in Britain? », Woodlands Kent (consulté le 5 septembre 2009)
  14. (en) « Temperature record changes hands », BBC News,‎ 2003 (consulté le 5 septembre 2009)
  15. (en) « English Climate », MetOffice.com,‎ 2007
  16. (en) « Bone find may rewrite history », BBC News,‎ 4 juin 2002 (consulté le 5 sept. 2009)
  17. [PDF] « Glaciation », BNSC.gov.uk (consulté le 5 septembre 2009) [PDF]
  18. « 10,000 to 200,000 Years Ago », HistoryofEngland.net (consulté le 5 septembre 2009)
  19. « Tertiary Rivers: Tectonic and structural background », University of Cambridge (consulté le 9 septembre 2009)
  20. « 3000 to 4000 Years Ago », historyofengland.net (consulté le 5 septembre 2009)
  21. « Aberystwyth University - News », Aber.ac.uk,‎ 14 juin 2010 (consulté le 19 juin 2010)
  22. (en) Jason Burke, « Dig uncovers Boudicca's brutal streak », The Observer,‎ 2000 (consulté le 5 septembre 2009)
  23. (en) « Cornelius Tacitus, The Annals », Alfred John Church, William Jackson Brudribh, Ed (consulté le 22 décembre 2010)
  24. (en) « Architecture in Roman Britain » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 20130318
  25. (en) Robert Philip, Thr History of Progress in Great Britain, Volume 2,‎ 1860 (lire en ligne)
  26. (en) Bob Rees, Paul Shute, Nigel Kelly, Medicine through time, Heinemann (ISBN 978-0-435-30841-4, lire en ligne)
  27. (en) Boris Rankov, The Praetorian Guard, Osprey Publishing,‎ 1994 (ISBN 1-85532-361-3), p. 16
  28. (en) Kevin J Wright, The Christian Travel Planner, Thomas Nelson Inc,‎ 2008 (ISBN 1-4016-0374-2), p. 143
  29. (en) Edward James, « Overview: Anglo-Saxons, 410 to 800 », BBC (consulté le 3 décembre 2010)
  30. eitb24.com: British and Irish, descendant of the Basques ? (site consulté le 10–12–2009)
  31. Daily Telegraph: What does being British mean ? Ask the Spanish (site consulté le 10–12–2009)
  32. a et b Oppenheimer, Stephen (2006). Origins of the British. Carroll & Graf. ISBN 0-7867-1890-0, p. 378
  33. The New York Times : A United Kingdom ? Maybe. Site consulté le 2009–08–08.
  34. (en)2011 Census: Key Statistics for England and Wales, March 2011, Office for National Statistics
  35. « London vs. New York, 2005–06 », Cinco Dias (consulté le 5 septembre 2009)
  36. [PDF] « Global Financial Centres Index, 2009-03 », City of London Corporation (consulté le 5 septembre 2009)
  37. « The Welfare State – Never Ending Reform », BBC News (consulté le 17 septembre 2009)
  38. « Tax in England », AdviceGuide.org.uk (consulté le 5 septembre 2009)
  39. « The Prehistoric Sites of Great Britain », Stone-Circles.org.uk (consulté le 5 septembre 2009)
  40. a, b et c « Ancient Roman architecture in England and Wales », Castles.me.uk (consulté le 5 septembre 2009)
  41. Colgrave 1985, p. 326.
  42. Pevsner 1942, p. 14.
  43. a et b Atkinson 2008, p. 189.
  44. Downes 2007, p. 17.
  45. Else 2007, p. 76.
  46. Else 2007, p. 85.
  47. « The S. Pellegrino World's 50 Best Restaurants » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 20130318
  48. (en) Nicole Mart, « King Richard II's recipe book to go online », The Daily Telegraph, Londres,‎ 2008-09-22 (lire en ligne)
  49. a et b « Traditional English Food Specialities », TravelSignPosts.com (consulté le 5 septembre 2009)
  50. « Catherine of Braganza », Tea.co.uk (consulté le 5 septembre 2009)
  51. (en) « Wembley kick-off: Stadium is ready and England play first game in fortnight », Daily Mail, Londres,‎ 3 mars 2007 (lire en ligne)
  52. « History of squash », WorldSquash2008.com (consulté le 5 septembre 2009)
  53. « History of the Game » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 20130318
  54. « UEFA Champions League Finals 1956–2008 », RSSSF (consulté le 5 septembre 2009)
  55. Underdown 2000, p. 6.
  56. (en) Cricinfo staff, Ashes climax watched by a fraction of 2005 audience, Cricinfo,‎ 26 août 2009 (lire en ligne)
  57. (en) ICC Test and ODI Championships / Official Team Rankings, Cricinfo (lire en ligne)
  58. (en) A brief history of Yorkshire, Cricinfo (lire en ligne)
  59. (en) Stephen Fay, « Cricket: Flaw Lord's out of order », The Independent, Londres,‎ 1998-06-21 (lire en ligne)
  60. (en) « The History of British Motorsport and Motor Racing at Silverstone », sur Silverstone, Silverstone.co.uk (consulté le 31 octobre 2009)
  61. (en) « England will host 2015 Rugby World Cup », BBC News,‎ 28 juil. 2009 (consulté le 5 sept. 2009)
  62. « St. George – England's Patron Saint », Britannia.com (consulté le 1  February 2009)
  63. « National flowers » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 20130318
  64. Jed Smith, « England's Rose – The Official History », Museum of Rugby, Twickenham, RugbyNetwork.net,‎ 3 juin 2005 (consulté le 8 août 2009)
  65. (en) « Jason Cowley loves the Commonwealth Games », New Statesman (consulté le 5 septembre 2009)
  66. (en) « The Great Saint George Revival », BBC News,‎ 23 avril 1998 (consulté le 5 sept. 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Angleterre.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]