Paul-Henri Mathieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Matthieu.
Paul-Henri Mathieu
Paul-Henri Mathieu
Paul-Henri Mathieu au Masters France en 2008.
Carrière professionnelle
1999
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 12 janvier 1982 (32 ans)
Drapeau : France Strasbourg
Surnom « Paulo », « PHM »
Taille / poids 1,85 m (6 1) / 74 kg (163 lb)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Gains en tournois 5 282 493 $
Palmarès
En simple
Titres 4
Finales perdues 4
Meilleur classement 12e (07/04/2008)
En double
Titres 1
Finales perdues 1
Meilleur classement 103e (15/09/2008)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/8 1/8 1/8 1/16
Double 1/32 1/16 1/32 1/32

Paul-Henri Mathieu, également appelé PHM et surnommé Paulo, né le 12 janvier 1982 à Strasbourg, est un joueur de tennis français, professionnel depuis 1999.

Vainqueur en simple de quatre tournois et en double d'un tournoi sur le circuit ATP, il a également atteint la douzième place mondiale en 2008. Après une importante opération au genou en 2010 qui interrompit sa carrière durant dix-huit mois, il revient à plus de trente ans sur le circuit pour une seconde partie de carrière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul-Henri Mathieu découvre le tennis dès l'âge de trois ans et demi dans le garage de ses parents avant que ceux-ci ne l'inscrivent dans un club de tennis (TC Lingolsheim, entraîné par Bertrand Perret). À l'âge de onze ans, il rejoint une section sport-études de Reims. À quatorze ans, il est inscrit à l'INSEP de Vincennes. Un an plus tard, il est accepté à l'International Tennis Academy de Floride, l'école formatrice de jeunes champions. Il s'y entraîne avec le joueur belge Xavier Malisse pendant deux ans. En 1997 il gagne l'un des plus importants tournois juniors, l'Orange Bowl Juniors, à moins de quartorze ans. En 2000, il revient en France et est coaché par Thierry Champion ; il gagne le tournoi junior de Roland-Garros. Un mois plus tard, il est accepté en tournoi ATP.

Paul-Henri Mathieu réside officiellement à Genève en Suisse[1]. Sa compagne Quiterie donne naissance à Gabriel en mars 2012.

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

En 1999, il atteint deux demi-finales en tournois Future (3e division) et participe à un premier tournoi Challenger (2e division). En 2000, après une première finale en Futures, il fait ses débuts sur le circuit principal directement dans deux tournois classés ATP 500, où il passe à chaque fois le premier tour, puis à Toulouse en octobre. En 2001, il remporte trois tournois Futures et atteint également deux finales en Challenger. Il participe à son premier tournoi du Grand Chelem à Roland-Garros, où il prend un set à Lleyton Hewitt alors no 6 mondial et au premier tour du tournoi de Lyon pour son dernier match de l'année.

C'est en 2002 qu'il fait parler de lui pour la première fois sur le circuit mondial. Il atteint les huitièmes de finale à Roland-Garros, ne s'inclinant qu'en 5 sets face à Andre Agassi no 4 après avoir mené 2 sets à 0. Il entre dans le top 100, passant de la 104e à la 76e place. En juillet, il bat son premier top 10, Albert Costa (no 7) sur terre battue à Gstaad. En août, il bat Pete Sampras à Long Island sur dur, devenant du même coup le dernier joueur à avoir battu l'homme aux 14 titres du Grand Chelem, ce dernier terminant sa carrière sur sa victoire à l'US Open. Fin septembre et début octobre, il remporte coup sur coup deux tournois sur moquette (indoor) à Moscou (en sortant des qualifications) en battant au passage Marat Safin no 4 mondial et à Lyon (en tant que Special Exempt). Cette performance lui permet logiquement d'être retenu par Guy Forget en équipe de France pour jouer la finale de la Coupe Davis sur terre battue (indoor) contre l'équipe de Russie. Marat Safin prend sa revanche le premier jour ; Paul-Henri est amené à jouer le match décisif contre Mikhail Youzhny alors que les deux équipes sont à égalité 2-2. Le Français a rencontré une fois le Russe cette même année aussi sur terre battue à Sopot, perdant 6-2, 0-6, 4-6. Malgré un avantage de deux sets à rien (où il aura été à deux points du match), il s'incline en cinq sets. Paul-Henri Mathieu est le seul joueur faisant ses débuts lors d'une finale de Coupe Davis à jouer dans un cinquième match décisif[2]. Paul-Henri Mathieu, à l'issue de la saison, reçoit le prix ATP 2002 de la « Révélation de l'année », 12 ans après Fabrice Santoro, dernier Français récompensé. Le 14 octobre 2002, il est 36e au classement mondial et devra attendre le 13 février 2006 pour faire mieux.

Début 2003, se sentant probablement responsable de la défaite de l'équipe de France, il doit attendre la mi-juillet pour enfin retrouver toute sa confiance et passer pour la première fois de la saison le deuxième tour d'un tournoi. Les bons résultats s'enchaînent, une victoire sur le no 8 mondial Rainer Schüttler, un quart de finale à Bucarest et la semaine suivante une finale à Palerme, perdue au tie-break du troisième set (60-7) contre Nicolás Massú. Il termine avec une demi-finale à Moscou.

En 2004, il abandonne lors de son premier match de l'année à Chennai puis ne revient qu'en juillet en raison de blessures. Il remporte un Challenger à Ségovia puis échoue d'un point à atteindre les huitièmes de finales à l'US Open contre Sargis Sargsian au 3e tour, le seul 4e tour qui lui manque en Grand Chelem. Une victoire en cinq sets contre l'Espagnol Carlos Moyà en demi-finale de Coupe Davis lui permet de reprendre confiance.

À partir de 2005, il fait son retour parmi les 50 premiers mondiaux, grâce principalement à ses résultats sur terre battue. À Roland-Garros en particulier, il s'incline au 3e tour face à Guillermo Cañas après avoir remonté un handicap de deux sets à zéro créé la veille et s'être procuré deux balles de match[3]. Trois mois plus tard, après avoir battu Andy Roddick no 5 mondial, il arrive en demi-finale des Masters du Canada à Montréal, où il ne s'incline que face au futur vainqueur, Rafael Nadal.

Il débute ensuite 2006 par un huitième de finale à l'Open d'Australie, puis parvient au 3e tour à Roland-Garros, où il perd contre Rafael Nadal (5-7, 6-4, 6-4, 6-4 en h 53)[4]. Ce match détient le record du match le plus long en 4 sets en Grand Chelem.

2007[modifier | modifier le code]

Il remporte enfin, 5 ans après, le 3e tournoi de sa carrière à Casablanca, sur terre battue. Les 7, 14 et 21 avril il est classé à la 12e place mondial, ce qui est son meilleur classement absolu. Lors du tournoi de Roland-Garros, il s'incline au troisième tour contre le Russe Igor Andreev (7-6, 6-0, 6-3). Il obtient lors de cette édition le Prix Citron, distinction décernée au joueur au "fort caractère ultra vitaminé" du tournoi. Bien que considéré comme un joueur de terre battue, "Paulo" s'illustre à Wimbledon cette même année en battant notamment deux têtes de séries, l'Espagnol David Ferrer et le Croate Ivan Ljubičić. Il s'incline en 1/8 de finale face à l'Américain Andy Roddick. Il confirme la semaine suivante en remportant le tournoi sur terre battue de Gstaad, éliminant notamment Gaël Monfils en 1/4 et Radek Štěpánek en 1/2 finale avant de battre en finale Andreas Seppi 6-7, 6-4, 7-5, succédant ainsi à un autre Français, Richard Gasquet. Il débute sa tournée américaine par le Masters du Canada, où il rencontre au premier tour Guillermo Cañas. L'Argentin mène une manche à rien et 4-0 mais PHM parvient à retourner la situation pour obtenir la victoire 4-6, 7-5, 6-0. Il bat ensuite Mario Ančić (6-3, 6-2) mais la belle aventure se termine après son match perdu (bien que très accroché) face à Rafael Nadal (3-6, 6-3, 6-2). L'US Open n'est pas vraiment un succès pour le jeune Strasbourgeois, qui s'incline au premier tour face à Fernando Verdasco (6-3, 6-1, 4-6, 3-6, 3-6). En octobre, il réalise une nouvelle fois à l'Open de Moscou un excellent parcours en atteignant la finale du tournoi, qu'il perd dans un match accroché contre Nikolay Davydenko (7-5, 7-69).

Suite au départ de son entraîneur Thierry Champion, PHM entame une collaboration avec Mats Wilander[5], notamment pour préparer la saison à venir sur terre battue.

2008[modifier | modifier le code]

Paul-Henri Mathieu aux Masters France 2008.

Il réalise un beau parcours à l'Open d'Australie en se hissant en 1/8 de finale, éliminant au passage Stefan Koubek au terme d’un match haletant (4-6, 7-6, 2-6, 7-5, 8-6). Gêné à une jambe, il ne peut défendre pleinement ses chances contre Rafael Nadal (4-6, 0-3 abandon).

Il reprend la compétition à Marseille où il s'incline en demi-finale face à Andy Murray en deux sets (6-2, 6-2). Quelques semaines plus tard à Indian Wells, il perd au 3e tour face à Jo-Wilfried Tsonga (7-65, 6-4). Aux Masters de Miami, il se hisse en 1/8 de finale mais ne peut résister au no 2 mondial Rafael Nadal (4-6, 4-6). Il atteint toutefois à l'issue de ce tournoi son meilleur classement ATP avec la 12e place mondiale.

Lors de la rencontre contre les États-Unis en quart de finale de la Coupe Davis, PHM s'incline face à James Blake en 5 sets (7-65, 63-7, 6-3, 3-6, 7-5), malgré deux balles de match à 5-4 dans la cinquième manche, puis face à Andy Roddick en 3 sets (6-2, 6-3, 6-2). En mai, il dispute son 7e Roland-Garros en débutant face au Brésilien Gustavo Kuerten (qui dispute le dernier match de sa carrière) et s'impose 6-3, 6-4, 6-2. Puis il enchaîne en s'imposant difficilement face à l'Espagnol Óscar Hernández (2-6, 1-6, 6-4, 6-3, 6-2). Ensuite, il bat plus aisément l'Argentin Eduardo Schwank sur le score de 6-2, 6-3, 3-6, 7-69. Mais en 1/8 de finale, il s'incline 6-3, 6-4, 6-3 face au Serbe et numéro 3 mondial Novak Djokovic.

Ensuite, PHM débute la saison sur gazon en participant au tournoi du Queen's où il perd en 1/8 de finale face à l'Australien Lleyton Hewitt, ancien numéro 1 mondial, sur le score de 6-4, 6-4. Il continue sa préparation à Wimbledon en concourant à l'Open de Nottingham. Bien que tête de série no 2, il est prématurément éliminé en 1/16 de finale par le surprenant Croate Marin Čilić. Pour son 6e Wimbledon, Paul-Henri Mathieu s'incline au 3e tour face à ce même Marin Čilić sur le score de 6-7, 6-3, 6-4, 7-6 alors qu'il avait vaincu Óscar Hernández au premier tour (3-6, 6-2, 6-0, 6-2) puis s'était imposé contre son compatriote Jérémy Chardy au deuxième tour (6-3, 7-5, 7-6). Le parcours de l'Alsacien durant le tournoi londonien peut donc s'avérer décevant compte tenu du fait qu'il fait moins bien qu'en 2007 où il avait atteint les huitièmes de finale. De plus, lors de cette édition 2008, sa partie de tableau était plutôt ouverte car il pouvait se qualifier pour les demi-finales sans avoir à rencontrer de tête de série Roddick, Blake et Davydenko étant éliminés.

Paul-Henri Mathieu revient alors sur terre battue une semaine après son élimination de Wimbledon, en participant à l'Open de Gstaad en Suisse. Il s'incline à nouveau contre le Croate Marin Čilić en huitième de finale (6-3, 6-4), pour la troisième fois consécutive en trois tournois (adversaire qu'il avait battu trois fois consécutivement en début d'année, ce qui porte le rare total de leurs rencontres sur la seule année 2008 à 6). Après deux mauvais résultat au Masters du Canada et de Cincinnati il part pour les jeux olympiques de Pékin où il réussit sa meilleure performance dans les tournois majeurs (Grand Chelem, Masters et Jeux olympiques) en atteignant les quarts de finale après avoir éliminé le no 5 mondial Nikolay Davydenko, il perd ensuite contre Fernando González.

Au mois d'octobre, il atteint la finale de l'Open de Moselle où il est battu par Dmitri Toursounov 7-66, 1-6, 6-4. Il atteint également les quarts de finale à Moscou et s'incline au second tour du Tournoi de Lyon contre Juan Carlos Ferrero. Mathieu se qualifie donc pour le Masters France qui se disputera à Toulouse en décembre. En novembre, c'est l'officialisation de son nouvel entraîneur : Loïc Courteau.

Fin décembre, PHM participe au premier Masters France. Lors des matchs de poule (groupe bleu), il s'impose face à Arnaud Clément (6-4, 6-0) et Adrian Mannarino (6-1, 6-2) avant de perdre le match décisif pour l'accès à la finale face à Michaël Llodra (6-4, 6-4) ; il s'incline également dans le match pour la 3e place contre Julien Benneteau.

2009[modifier | modifier le code]

Paul-Henri Mathieu débute sa saison par l'Open de Brisbane. Il s'y qualifie pour les demi-finales en battant Teimuraz Gabachvili, Ernests Gulbis, tombeur de Novak Djokovic, (6-3, 6-4) et Kei Nishikori (6-3, 6-4) mais perd face à Fernando Verdasco (6-2, 6-1). Il enchaîne avec le Tournoi de Sydney et bat au 1er tour Andreas Seppi (6-2, 2-6, 6-3) puis perd contre Novak Djokovic 6-1, 6-2.

À l'Open d'Australie, il bénéficie de l'abandon de Jarkko Nieminen au 1er tour et s'incline au 2e devant Amer Delić (1-6, 3-6, 6-3, 7-63, 9-7). Le Français s'incline ensuite au deuxième tour du tournoi de Zagreb face à Jan Hernych. Il participe ensuite au tournoi de Rotterdam et bat au 1er tour Richard Gasquet son compatriote (3-6, 7-64, 6-3).

Lors de Roland-Garros, il bat successivement Laurent Recouderc (6-4, 6-4, 6-1) et Pablo Andújar (6-2, 6-3, 6-4) pour accéder au 3e tour contre Roger Federer en face duquel il échoue (6-4, 1-6, 4-6, 4-6).

Au tournoi de Hambourg qui vient d'être déclassé de la catégorie Masters Series à celle inférieur des ATP 500, il parvient jusqu'en finale où il perd face à Nikolay Davydenko. Pour arriver jusque là, il bénéficie d'abord d'une exemption de premier tour due à son classement de tête de série puis il élimine l'invité Pere Riba et le qualifié Daniel Brands ensuite Viktor Troicki abandonne face à lui et il dispose en demi-finale de Pablo Cuevas sorti des qualifications.

En novembre, il se sépare de son entraineur Loïc Courteau pour travailler avec Olivier Malcor[6].

Période 2010-2012[modifier | modifier le code]

Après un début de saison 2010 marqué une série quasi ininterrompue de défaites aux premiers tours des tournois dans lesquels il s'aligne, notamment en raison d'une blessure au genou et d'une pubalgie, il abandonne au premier tour de Roland-Garros à cause d'un problème viral persistant[7]. Lors du tournoi de Wimbledon, il atteint les huitièmes de finale en battant notamment sa bête noire Mikhail Youzhny (6-4, 2-6, 2-6, 6-3, 6-4)[8] puis Thiemo de Bakker (7-65, 7-66, 86-7, 6-4). À l'US Open, il crée la surprise en battant et en éliminant d'entrée Lleyton Hewitt, sur le score de 6-3, 6-4, 5-7, 4-6, 6-1. Jusqu'alors, l'Australien avait toujours réussi à franchir le premier tour du Grand Chelem américain.

Paul-Henri Mathieu ouvre la saison 2011 de nouveau avec pour entraineur Thierry Champion, mais non remis de son arthrose au genou gauche il déclare forfait pour l'Open d'Australie[9]. Réopéré (ostéotomie tibiale[10]) à la mi-mars 2011 pour soigner son arthrose du genou gauche, il est contraint de s'éloigner des courts jusqu'en février 2012[11].

2012[modifier | modifier le code]

Paul-Henri Mathieu au service au 5e set contre Marcel Granollers, au 3e tour de Roland-Garros 2012.

Paul-Henri Mathieu reprend la compétition à la fin janvier 2012, après plus de 15 mois d'absence et alors qu'il n'était plus classé à l'ATP[12], au challenger d'Heilbronn. Il est battu dès le premier tour des qualifications par Ruben Bemelmans (6-7, 7-5, 3-6)[13]. Il renoue avec la victoire huit jours plus tard grâce à une invitation au tournoi de Montpellier où il bat Cedrik-Marcel Stebe[14] (6-4, 6-4) mais chute au tour suivant contre Jarkko Nieminen (46-7, 1-6). Lors du tournoi de Rotterdam, issu cette fois-ci des qualifications, il bat Feliciano López (4-6, 7-65, 6-4) mais perd contre Nikolay Davydenko (4-6, 7-67, 1-6). Par la suite, il dispute quelques challengers où le résultat le plus notable est un quart de finale au challenger de Marrakech[15]. En avril, il est invité au Masters de Monte-Carlo où il élimine au premier tour Donald Young (6-0, 6-1), mais perd ensuite contre Kei Nishikori (6-4, 6-2). Bénéficiaire à nouveau d'une invitation et no 261 mondial[16], il est admis directement dans le tableau final de Roland-Garros, opposé à Björn Phau au premier tour, qu'il bat au terme d'un match intense de plus de trois heures (2-6, 4-6, 6-4, 6-3, 6-0)[17],[18]. Il affronte au deuxième tour John Isner, tête de série no 10, qu'il bat à la septième balle de match au cinquième set (ayant à lui seul duré 2 h 10) lors d'un match « épique » et hors-normes de plus de 5 h 40 min (62-7, 6-4, 6-4, 3-6, 18-16) où l'Américain a servi 41 aces et sauvé 20 des 24 balles de break contre lui[19],[20],[21],[22]. À l'issue de ce match que certains journalistes ont qualifié d'« anthologie[23] » qu'il considère comme « l'un des plus grands moments de sa carrière »[24], Paul-Henri Mathieu déclare en conférence de presse l'avoir joué avec un orteil fracturé depuis quatre jours[25]. John Isner de son côté déclare « avoir été incapable de changer son jeu » mais reconnait que son adversaire « a été meilleur »[22]. Ce match est devenu le second plus long joué à Roland-Garros[23],[22] (après les 6 h 33 du match Santoro-Clément en 2004) et celui où fut disputé, dans ce tournoi, le plus grand nombre de jeux depuis 1973, année où furent introduits les tie-breaks[10]. Il chute finalement au troisième tour contre Marcel Granollers dans un nouveau match de longue durée[26] (6-4, 6-4, 1-6, 4-6, 6-1). Sa saison sur gazon est très moyenne puisqu'il s'incline au premier tour du tournoi de Eastbourne lors d'un match marathon de 3 h contre Jérémy Chardy (5-7, 7-65, 56-7)[27]. Au premier tour de Wimbledon, il affronte Gilles Simon mais est contraint à l'abandon à cause d'une douleur à la hanche alors que le score était de 3-6, 4-5[28]. Quelques semaines plus tard, il réalise un bon parcours sur la terre battue de l'Open de Gstaad en éliminant notamment Stanislas Wawrinka puis Ernests Gulbis pour s'incliner seulement les demi-finales contre Janko Tipsarević (610-7, 3-6)[29]. Au premier tour de l'US Open, il bat Igor Andreev (2-6, 4-6, 7-61, 7-64, 6-1) en sauvant deux balles de matchs sur son service mais s'incline au tour suivant contre Milos Raonic (5-7, 4-6, 64-7). Il perd ensuite en finale du Challenger de Luxembourg contre Tobias Kamke (67-7, 4-6). À Bâle en octobre, Mathieu domine l'invité suisse Laaksonen puis Nikolay Davydenko et Grigor Dimitrov et atteint alors la demi-finale où il est battu par Roger Federer (5-7, 4-6). Ce parcours suisse lui permet de remonter à la 64e place mondiale[12]. Bénéficiant d'une invitation au Masters de Paris il passe le premier tour contre le qualifié Roberto Bautista-Agut et mais perd au tour suivant contre Andy Murray (7-5, 6-3).

2013[modifier | modifier le code]

Paul-Henri Mathieu débute la saison 2013 lors de l'Open d'Australie où il s'incline au premier tour contre Novak Djokovic (6-2, 6-4, 7-5)[30]. Il atteint ensuite les demi-finales du Challenger d'Heilbronn au cours duquel il bat Ernests Gulbis, ce qui lui permet d'atteindre la 54e place mondiale, son meilleur classement depuis trois ans. Il perd ensuite sept fois de suite au premier tour avant de gagner un match au premier tour de qualification du Masters de Madrid et le premier tour du Challenger de Bordeaux. Lors de l'Open de Nice, il élimine Ryan Harrison (6-4, 6-4) puis Carlos Berlocq (7-5, 3-6, 6-3) mais s'incline contre Albert Montañés (4-6, 1-6). À Roland Garros, il perd au premier tour contre Jarkko Nieminen (4-6, 6-4, 69-711, 6-4, 2-6).

Sur gazon, après deux éliminations aux premiers tours des tournois du Queen's et d'Eastbourne, Paul-Henri Mathieu renoue avec la victoire au premier tour de Wimbledon en battant Ričardas Berankis (7-64, 7-5, 63-7, 6-4) mais abandonne contre Feliciano López (3-6, 1-5 ab.) au second tour.

Le 15 septembre, il perd en finale du tournoi Challenger de Pétange au Luxembourg contre l'Allemand Tobias Kamke (6-1, 3-6, 5-7) après avoir éliminé Sam Barry, Tim Pütz, Benjamin Becker et le Belge Niels Desein en demi-finale.

2014[modifier | modifier le code]

Paul-Henri Mathieu débute la saison 2014 par les qualifications de l'Open d'Australie, le premier tournoi du Grand Chelem. Il débute les éliminatoires face à un adversaire classé au delà de la millième place, l'Australien Marc Polmans. Le Français maîtrise son match et l'emporte 6-2, 6-1. Le lendemain, il affronte Jimmy Wang. Mathieu est battu en deux sets 6-4, 6-1 et n'atteint pas son objectif, la qualification pour le tableau final. PHM prend part, en mars, aux qualifications du premier Masters 1000 de la saison à Indian Wells. Il franchit le premier puis le deuxième tour facilement pour se hisser dans le tableau final. Au premier tour, Paul-Henri est opposé à Robby Ginepri (demi-finaliste à l'US Open 2005) qui est également passé par les qualifications, le Français s'impose rapidement en deux sets 6-2, 6-3. Au deuxième tour, Roger Federer (tête de série no 7) ne laisse aucune chance à Paulo : 6-2, 7-6. Il se qualifie de la même façon pour le tableau de Miami où il s'incline contre Ivo Karlović au premier tour. Il sort de nouveau des qualifications à Monte-Carlo et à Bucarest. En Roumanie, il laisse passer six balles de match et une avance de 6-2 dans le tie-break du deuxième set contre Gaël Monfils.

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Paul-Henri Mathieu est un joueur de fond de court. Il aime donner du rythme et jouer en cadence. Son jeu s'appuie principalement sur son revers, son point fort. D'une régularité, d'une puissance et d'un contrôle supérieur à la moyenne, c'est le principal atout de son jeu[31]. Cette régularité lui permet de tenir de long échange dans la diagonale et donc pousser son adversaire à la faute. Il est également capable de mettre beaucoup de vitesse, ainsi que de trouver des angles très croisés pour faire complètement sortir son adversaire du court.

Il s’appuie également sur son service, très régulier. Paul-Henri Mathieu varie très bien cet aspect-là de son jeu et sert sur toutes les zones, que ça soit « sur le T » ou très croisé court slicé. Il n'est cependant pas d'une grande puissance, dépassant rarement les 205-210 km/h. Paul-Henri Mathieu possède également un très bon jeu de jambes, ainsi qu'une bonne endurance, qui lui confèrent une très bonne couverture du terrain, et en fait donc un excellent défenseur. Son coup droit est moins puissant et régulier que son revers, ce qui peut lui poser parfois quelques difficultés à véritablement « faire le jeu ». À la volée, il a souvent du mal à conclure les points.[réf. nécessaire]

De manière générale, sa difficulté a toujours été de « tuer les matchs »[32].

Faits de carrière[modifier | modifier le code]

Paul-Henri Mathieu est le dernier joueur à avoir battu Pete Sampras lors du deuxième tour du tournoi de Long Island 2002 sur le score de 6-3, 67-7, 6-4. Il est également le dernier joueur à avoir rencontré et battu Gustavo Kuerten lors du premier tour de Roland-Garros 2008 sur le score de 6-3, 6-4, 6-2. Il est l'un des sept joueurs à avoir pris au moins un set à Rafael Nadal à Roland-Garros et l'un des vingt sur terre battue (juin 2011).

Coupe Davis[modifier | modifier le code]

Paul-Henri Mathieu est membre de l'équipe de France de Coupe Davis de 2002, année durant laquelle il fut sélectionné pour la finale par Guy Forget, à 2008.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titres en simple (4)[modifier | modifier le code]

No Date[T 1] Nom et lieu du tournoi Catégorie Surface Finaliste Score
1 30/09/2002 Drapeau : Russie Coupe du KremlinMoscou Int' Series Moquette (int.) Drapeau : Pays-Bas Sjeng Schalken 4-6, 6-2, 6-0 Parcours
2 07/10/2002 Drapeau : France Grand Prix de tennis de LyonFrance Int' Series Moquette (int.) Drapeau : Brésil Gustavo Kuerten 4-6, 6-3, 6-1 Parcours
3 23/04/2007 Drapeau : Maroc Grand-Prix Hassan IICasablanca Int' Series Terre (ext.) Drapeau : Espagne Albert Montañés 6-1, 6-1 Parcours
4 15/07/2007 Drapeau : Suisse Open de GstaadGstaad Int' Series Terre (ext.) Drapeau : Italie Andreas Seppi 61-7, 6-4, 7-5 Parcours

Finales en simple (4)[modifier | modifier le code]

No Date[T 1] Nom et lieu du tournoi Catégorie Surface Vainqueur Score
1 22/09/2003 Drapeau : Italie Open de SicilePalerme Int' Series Terre (ext.) Drapeau : Chili Nicolás Massú 1-6, 6-2, 7-60
2 14/10/2007 Drapeau : Russie Coupe du KremlinMoscou Int' Series Moquette (int.) Drapeau : Russie Nikolay Davydenko 7-5, 7-69 Parcours
3 05/10/2008 Drapeau : France Open de MoselleMetz Int' Series Dur (int.) Drapeau : Russie Dmitri Toursounov 7-66, 1-6, 6-4 Parcours
4 20/07/2009 Drapeau : Allemagne Tournoi de HambourgAllemagne ATP 500 Terre (ext.) Drapeau : Russie Nikolay Davydenko 6-4, 6-2 Parcours

Titre en double (1)[modifier | modifier le code]

No Date[T 1] Nom et lieu du tournoi Catégorie Surface Partenaire Finalistes Score
1 13/09/2008 Drapeau : Roumanie Open de Roumanie
 Bucarest
Int' Series Terre (ext.) Drapeau : France Nicolas Devilder Drapeau : Pologne Mariusz Fyrstenberg
Drapeau : Pologne Marcin Matkowski
7-64, 69-7, [22-20] Parcours

Finale en double (1)[modifier | modifier le code]

No Date[T 1] Nom et lieu du tournoi Catégorie Surface Vainqueurs Partenaire Score
1 19/07/2010 Drapeau : Allemagne Tournoi de Hambourg
 Allemagne
ATP 500 Terre (ext.) Drapeau : Espagne Marc López
Drapeau : Espagne David Marrero
Drapeau : France Jérémy Chardy 6-3, 2-6, [10-8] Parcours
  1. a, b, c et d Pour chaque tournoi, la date indiquée correspond à la première journée, en général un lundi.

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2001 1er tour (1/64) Drapeau : Australie L. Hewitt
2002 1er tour (1/64) Drapeau : Allemagne R. Schüttler 1/8 de finale Drapeau : États-Unis A. Agassi 2e tour (1/32) Drapeau : Argentine D. Nalbandian 1er tour (1/64) Drapeau : Chili F. González
2003 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine G. Gaudio 1er tour (1/64) Drapeau : Australie S. Draper 1er tour (1/64) Drapeau : Croatie I. Ljubičić
2004 3e tour (1/16) Drapeau : Arménie S. Sargsian
2005 1er tour (1/64) Drapeau : France G. Carraz 3e tour (1/16) Drapeau : Argentine G. Cañas 1er tour (1/64) Drapeau : Suisse R. Federer 1er tour (1/64) Drapeau : Chili P. Capdeville
2006 1/8 de finale Drapeau : France S. Grosjean 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne R. Nadal 1er tour (1/64) Drapeau : Australie M. Philippoussis 2e tour (1/32) Drapeau : Espagne C. Moyà
2007 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne F. Verdasco 3e tour (1/16) Drapeau : Russie I. Andreev 1/8 de finale Drapeau : États-Unis A. Roddick 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne F. Verdasco
2008 1/8 de finale Drapeau : Espagne R. Nadal 1/8 de finale Drapeau : Serbie N. Djokovic 3e tour (1/16) Drapeau : Croatie M. Čilić 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis M. Fish
2009 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis A. Delić 3e tour (1/16) Drapeau : Suisse R. Federer 2e tour (1/32) Drapeau : République tchèque T. Berdych 1er tour (1/64) Drapeau : Russie M. Youzhny
2010 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne M. Granollers 1/8 de finale Drapeau : Espagne R. Nadal 3e tour (1/16) Drapeau : Suisse R. Federer
2011
2012 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne M. Granollers 1er tour (1/64) Drapeau : France G. Simon 2e tour (1/32) Drapeau : Canada M. Raonic
2013 1er tour (1/64) Drapeau : Serbie N. Djokovic 1er tour (1/64) Drapeau : Finlande J. Nieminen 2e tour (1/32) Drapeau : Espagne F. López 1er tour (1/64) Drapeau : Allemagne T. Haas
2014 1er tour (1/64) Drapeau : Autriche D. Thiem 1er tour (1/64) Drapeau : Croatie M. Čilić 2e tour (1/32) Drapeau : Serbie N.Djokovic
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2001 1er tour (1/32)
Drapeau : Maroc H. Arazi
Drapeau : France A. Clément
Drapeau : France N. Escudé
2002 2e tour (1/16)
Drapeau : France A. Dupuis
Drapeau : Allemagne D. Prinosil
Drapeau : République tchèque D. Rikl
2003 1er tour (1/32)
Drapeau : France A. Dupuis
Drapeau : République tchèque F. Čermák
Drapeau : République tchèque L. Friedl
1er tour (1/32)
Drapeau : France A. Dupuis
Drapeau : Afrique du Sud D. Adams
Drapeau : États-Unis J. Gimelstob
2004 1er tour (1/32)
Drapeau : France S. Grosjean
Drapeau : Australie J. Kerr
Drapeau : États-Unis J. Thomas
2005 1er tour (1/32)
Drapeau : France A. Clément
Drapeau : Corée du Sud Lee H-t.
Drapeau : Finlande J. Nieminen
1er tour (1/32)
Drapeau : France C. Saulnier
Drapeau : Italie M. Bertolini
Drapeau : Italie F. Volandri
2006 1er tour (1/32)
Drapeau : France G. Monfils
Drapeau : République tchèque P. Pála
Drapeau : République tchèque R. Vik
2007 1er tour (1/32)
Drapeau : France N. Devilder
Drapeau : Australie P. Hanley
Drapeau : Zimbabwe K. Ullyett
1er tour (1/32)
Drapeau : France É. Roger-Vasselin
Drapeau : Suède R. Lindstedt
Drapeau : Finlande J. Nieminen
2008 1er tour (1/32)
Drapeau : France N. Devilder
Drapeau : Slovaquie D. Hrbatý
Drapeau : République tchèque D. Škoch
2009 1er tour (1/32)
Drapeau : France N. Devilder
Drapeau : Afrique du Sud R. De Voest
Drapeau : Australie A. Fisher
1er tour (1/32)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Roumanie A. Pavel
Drapeau : Roumanie H. Tecău
2010
2011
2012
2013 1er tour (1/32)
Drapeau : France L. Pouille
Drapeau : Italie A. Seppi
Drapeau : Serbie V. Troicki
2014 1er tour (1/32)
Drapeau : France M. Bourgue
Drapeau : France J. Chardy
Drapeau : Autriche O. Marach
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg puis Madrid[33] Canada Cincinnati Madrid puis Shanghai[34] Paris
2003 1er tour
Drapeau : Corée du Sud Lee H-t.
1er tour
Drapeau : Pérou L. Horna
1er tour
Drapeau : Suisse R. Federer
1er tour
Drapeau : Espagne R. Nadal
2e tour
Drapeau : Espagne F. López
2e tour
Drapeau : Maroc H. Arazi
1er tour
Drapeau : Maroc H. Arazi
2004 1er tour
Drapeau : Belgique X. Malisse
2005 1/8 de finale
Drapeau : Australie L. Hewitt
2e tour
Drapeau : États-Unis A. Agassi
1er tour
Drapeau : Argentine G. Coria
1er tour
Drapeau : Chili N. Massú
1er tour
Drapeau : Chili F. González
1/2 finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
2e tour
Drapeau : Russie N. Davydenko
1er tour
Drapeau : Espagne F. Verdasco
1/8 de finale
Drapeau : République tchèque R. Štěpánek
2006 3e tour
Drapeau : Croatie M. Ančić
1er tour
Drapeau : Serbie-et-Monténégro N. Djokovic
2e tour
Drapeau : Argentine G. Coria
2e tour
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
1/8 de finale
Drapeau : Espagne T. Robredo
1er tour
Drapeau : Suisse R. Federer
1er tour
Drapeau : États-Unis R. Ginepri
1/8 de finale
Drapeau : Espagne T. Robredo
2007 3e tour
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
1/8 de finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
1er tour
Drapeau : Belgique K. Vliegen
2e tour
Drapeau : Chili F. González
1/8 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1er tour
Drapeau : France A. Clément
1/8 de finale
Drapeau : Croatie M. Ančić
1er tour
Drapeau : Croatie M. Ančić
2008 3e tour
Drapeau : France J-W. Tsonga
1/8 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1er tour
Drapeau : Serbie J. Tipsarević
1er tour
Drapeau : Croatie I. Karlović
1er tour
Drapeau : Allemagne N. Kiefer
1er tour
Drapeau : États-Unis R. Ginepri
1er tour
Drapeau : États-Unis S. Querrey
1er tour
Drapeau : Espagne M. Granollers
1er tour
Drapeau : Russie I. Andreev
2009 3e tour
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
3e tour
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1er tour
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
2e tour
Drapeau : Allemagne M. Zverev
1er tour
Drapeau : Italie F. Fognini
2e tour
Drapeau : Russie N. Davydenko
1/8 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1er tour
Drapeau : France G. Monfils
1er tour
Drapeau : Serbie V. Troicki
2010 2e tour
Drapeau : Espagne F. López
1er tour
Drapeau : Ukraine I. Marchenko
1er tour
Drapeau : Autriche J. Melzer
1er tour
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
1er tour
Drapeau : Argentine E. Schwank
2e tour
Drapeau : Taipei chinois Lu Y-h.
2e tour
Drapeau : République tchèque T. Berdych
2011
2012 2e tour
Drapeau : Japon K. Nishikori
1er tour
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
2e tour
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
2013 1er tour
Drapeau : Russie N. Davydenko
2014 2e tour
Drapeau : Suisse R. Federer
1er tour
Drapeau : Croatie Ivo Karlović
1er tour
Drapeau : Espagne N. Almagro
2e tour
Drapeau : Croatie M. Čilić
  • En dessous du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Classement ATP en fin de saison[modifier | modifier le code]

En simple
Année 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Rang 1324 en augmentation 518 en augmentation 272 en augmentation 147 en augmentation 36 en diminution 83 en diminution 121 en augmentation 47 en diminution 55 en augmentation 25 en diminution 32 en diminution 33 en diminution 97 en diminution - en augmentation 59 en diminution 129 en augmentation 97

Source : (en) Classements de Paul-Henri Mathieu sur le site officiel de la Fédération internationale de tennis

Victoires sur le top 10[modifier | modifier le code]

Légende
Grand Chelem
Masters
Jeux Olympiques
Masters 1000
500 Series
250 Series
Coupe Davis
# PHM Lieu Année Surface Adversaire Rang Tour Score
1 no 75 Drapeau : Suisse Gstaad 2002 Terre battue Drapeau : Espagne Albert Costa no 7 1/8 6-4, 6-3
2 no 83 Drapeau : Russie Moscou 2002 Moquette Drapeau : Russie Marat Safin no 4 1/16 7-63, 6-4
3 no 63 Drapeau : Autriche Kitzbühel 2003 Terre battue Drapeau : Allemagne Rainer Schüttler no 8 1/16 6-4, 3-6, 6-3
4 no 77 Drapeau : Espagne Coupe Davis Alicante 2004 Terre battue Drapeau : Espagne Carlos Moyà no 6 1/2 6-3, 3-6, 2-6, 6-3, 6-3
5 no 63 Drapeau : Canada Masters du Canada 2005 Dur Drapeau : États-Unis Andy Roddick no 5 1/32 7-5, 6-3
6 no 21 Drapeau : Australie Sydney 2007 Dur Drapeau : Russie Nikolay Davydenko no 3 1/8 6-4, ab.
7 no 61 Drapeau : États-Unis Masters de Miami 2007 Dur Drapeau : Chili Fernando González no 5 1/16 6-3, 7-66
8 no 56 Drapeau : Russie Coupe Davis Moscou 2007 Terre battue indoor Drapeau : Russie Nikolay Davydenko no 4 1/4 2-6, 6-2, 6-1, 7-5
9 no 42 Drapeau : Portugal Estoril 2007 Terre battue Drapeau : Chili Fernando González no 6 1/16 6-2, 6-4
10 no 26 Drapeau : République populaire de Chine J.O. de Pékin 2008 Dur Drapeau : Russie Nikolay Davydenko no 5 1/16 7-5, 6-3

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul-Henri Mathieu sur le site de l'ATP World Tour
  2. http://content.yudu.com/Library/A1m37c/DavisCupMediaGuide20/resources/index.htm?referrerUrl=http%3A%2F%2Fwww.daviscup.com%2Fen%2Fhistory%2Frecords.aspx
  3. Mathieu battu d'un cheveu dans L'Équipe du 30 mai 2005
  4. Nadal a eu la frousse dans L'Équipe du 4 juin 2006
  5. Mats Wilander au côté de Paul-Henri Mathieu dans L'Équipe du 4 décembre 2007
  6. Malcor avec Paul-Henri Mathieu dans L'Équipe du 26 novembre 2009.
  7. La poisse s'acharne sur Mathieu dans L'Équipe du 24 mai 2010
  8. Mathieu a du cœur dans L'Équipe du 25 juin 2010.
  9. Mathieu forfait sur le site Eurosport le 7 janvier 2011.
  10. a et b Roland-Garros: Paul-Henri Mathieu sort John Isner après un 5e set record dans L'Express du 31 mai 2012.
  11. Intérieur Sport : Paul Henri Mathieu - Renaissance sur Canal+ le 22 mars 2012.
  12. a et b Laurent Vergne, « Paul-Henri Mathieu, chasseur de vieux démons », sur eurosport.fr,‎ 31 octobre 2012
  13. Retour perdant pour Mathieu sur France Info du 21 janvier 2012.
  14. Retour gagnant pour PHM dans L'Équipe du 31 janvier 2012.
  15. PHM défait en quart sur WeLoveTennis le 22 mars 2012.
  16. Paul-Henri Mathieu sur le site de Roland-Garros 2012.
  17. Roland-Garros : Paul-Henri Mathieu héroïque ! dans L'Express du 28 mai 2012.
  18. PHM est «fier» dans L'Équipe du 28 mai 2012.
  19. Mathieu, incroyable combattant dans L'Équipe du 31 mai 2012.
  20. Mathieu terrasse le géant dans Le Figaro du 31 mai 2012.
  21. Roland-Garros : Mathieu est un géant dans Le Monde du 31 mai 2012.
  22. a, b et c (en) Another Marathon for Isner, but This Time He Loses dans The New York Times du 31 mai 2012.
  23. a et b Mathieu remporte un match d’anthologie face à Isner dans La Croix du 31 mai 2012.
  24. PHM : «C'est indescriptible» dans L'Équipe du 31 mai 2012.
  25. Mathieu-Isner vécu en coulisses dans Le Figaro du 31 mai 2012.
  26. Mathieu a tout donné dans L'Équipe du 12 juin 2012.
  27. Chardy sort Mathieu dans L'Équipe du 18 juin 2012.
  28. Mathieu joue la prudence dans L'Équipe du 25 juin 2012.
  29. Mathieu s'arrête là dans L'Équipe du 21 juillet 2012
  30. Terrible nouvelle pour Paul-Henri Mathieu
  31. Federer : Mathieu, un des meilleurs revers du monde
  32. Mathieu : j'ai cru que ça n'allait jamais finir
  33. L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome, de Hambourg (jusqu'en 2008) et de Madrid (depuis 2009) a changé au cours des ans.
  34. Les Masters 1000 de Madrid (2002-2008) et de Shanghai (depuis 2009) se sont succédé.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]